Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Valls… en sursis

Valls… en sursis

Alors que se profilent des élections départementales catastrophiques pour le PS, le premier ministre, à sa manière reste « droit dans ses bottes ». Déjà les couteaux s’aiguisent … prêt à frapper sans pitié. Il se bat, sûr de l’appui du président de la république et sûr d’incarner une ligne politique de gauche moderne, mais contestée par toute une partie de la gauche, y compris dans son propre camp.

Deux hiérarques de premier plan l’ont résolument pris dans leur ligne de mire. Jean-Marc Ayrault, toujours aussi désappointé de sa brutale éviction du gouvernement à l’issue des élections municipales désastreuses, lui reproche ouvertement d’avoir évincé les écologistes du gouvernement, et ce faisant divisant la gauche.

Pire, Claude Bartolone le président de l’assemblée nationale n’a pas hésité à s’afficher à l’occasion d’un meeting électoral avec Cécile Duflot et Anne Hidalgo. Il se positionne comme le défenseur de l’union de la gauche et comme prétendant à la succession de Manuel Valls. La première cartonne contre la politique de Manuel Valls à toutes les occasions, la seconde critique sa politique irresponsable en matière de lutte contre la pollution atmosphérique à Paris.

N’oublions pas Martine Aubry embusquée dans le nord et sa ville de Lille, qui avec ses amis, tonnera fort au lendemain de la défaite.

La loi Macron a été l’occasion pour lui de tester la résistance interne au groupe PS de l’assemblée, ce qui l’a tout de même amené à utiliser le 49.3 dans le doute de voir s’installer au grand jour une fronde socialiste au parlement. L’arme nucléaire de l’acceptation du texte sans broncher ou de la motion de censure a révélé l’ultime faille de son système de défense.

Manuel Valls devient le maillon faible de ce gouvernement, il endossera nécessairement l’échec de dimanche, et la multitude de conseillers départementaux éjectés du système électoral pèsera lourd en interne au PS.

C’est son avenir au gouvernement et son avenir présidentiel qui se jouent malgré lui. Seuls Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen sortiront, dans tous les cas, comme les grands vainqueurs de cette élection.

Il ne lui reste plus beaucoup de temps pour afficher des résultats économiques convaincants. Et si François Hollande en paiera le prix, il est tout aussi évident que Manuel Valls s’exposera à la vindicte populaire.

Sa mise en sursis est réelle dans les quinze jours qui viennent et ouvriront une voie de changement à la direction du gouvernement, avec une option plus à gauche. S’il reste … le temps lui sera compté pour prouver que sa ligne politique et économique est crédible. En cas d’insuccès il paiera le prix fort de ce quinquennat en plein naufrage. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.56/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • P-Troll P-Troll 21 mars 2015 13:38


    « En cas d’insuccès il paiera le prix fort de ce quinquennat en plein naufrage. »


    Pour l’instant, ceux qui paient le prix fort, c’est nous !

    • Taharqa 21 mars 2015 13:48

      Dans un éventuel futur gouvernement, restera de toute façon la sinistre paire de fossoyeurs Macron Sapin missionnée par la commission européenne pour démolir ce qui reste de droit du travail et de protection social. Et il y a encore du boulot pour les deux obligés du Medef : privatisation de la sécu, des retraites, de l’enseignement.
       
      Que Bartolone devienne premier ministre ne changera absolument rien à la politique ultra-libérale d’Hollande le collabo. Celui-ci a d’ailleurs déclaré qu’il ne voulait pas changer de politique


      • lsga lsga 21 mars 2015 13:49

        lol, comme si Hollande avait quelque chose à faire des sondages et des résultats d’élections smiley


        • izarn 21 mars 2015 19:01

          @lsga
          Dans deux ans, ça va lui faire plein de soucis par contre...
          Déj a redresser la France en 5 ans, c’était coton, mais alors en deux ans....
          C’est pas la peine d’y penser...
          Bref, Hollande, circulez, y a plus rien à voir.


        • lsga lsga 21 mars 2015 19:14

          quels soucis ? dans 2 ans, les politiques de réformes libérales continueront, qu’elles soient appliquées par Hollande, Sarkozy, Valls, Lepen, ou Mélenchon. 

           
          Dans le cadre du Capitalisme, il n’y a plus d’autre alternative. 

        • zygzornifle zygzornifle 21 mars 2015 14:04

          ils s’en foutent, ce qui compte c’est de rester jusqu’à la fin de leur mandat avec gros salaires et points retraites d’un autre monde plus tous leurs avantages et leurs bakchichs, ils finiront députés européens car la gamelle déborde de friandises pour politiques l’Europe ne sert plus que comme perchoir a politiques pour le reste elle est ou inefficace ou pire totalement nuisible....


          • Trelawney Trelawney 21 mars 2015 14:11

            C’est de la pure politique politicienne.

            Le lendemain d’élections catastrophiques pour le PS, soit Valls reste avec un léger remaniement, soit il part. Mais son remplaçant appliquera la même politique.

            Entre Ayrault et vals, je n’ai vu aucun changement de politique. Entre Valls et son remplaçant ce sera itou. Et pourtant il y a du boulot

            réforme fiscale, réforme sociale, justice, défense, transition énergétique. Absolument rien n’est fait et ceux qui en paieront le prix fort, ne sont pas les politiques


            • izarn 21 mars 2015 19:08

              @Trelawney
              Valls ne partira pas.
              La politique désormais est devenue extraordinairement cynique :
              On est battu ? Je vous emmerde !
              Les français votent FN ? Il faut résister contre de Diable !
              Vade Retro satanas ! Resistons meme minoritaires contre la peste brune !
              (Discours de Valls dimanche soir...On parie ?)
              C’est la mentalité désormais aux USA, en UE...
              Peuples ? Rien à foutre !
              Pour les virer il n’y a que 2017.
              Ce sont des malades schizophrènes.


            • bernard bernard 22 mars 2015 08:00

              @izarn
              « Pour les virer il n’y a que 2017.

              Ce sont des malades schisophrènes. » (Sic)

              Et en 2017, nous élirons d’autres schisophrènes et pire, probablement les mêmes.
              Il n’y a pas que les politiques à changer, il faut aussi changer les électeurs...
              Mais ça, c’est une autre histoire dont le début n’est même pas encore écrit.

              Sinon, à part ça ?




              Elle est pas belle la vie.
               smiley smiley

            • septikettak septikettak 21 mars 2015 14:19

              J’espère bien que le Nullos va tomber. Ce sera toujours un petit plaisir à ne pas refuser. La France n’a besoin ni d’un arriviste, ni d’un dictateur, ni d’un inculte.Malheureusement, il sera remplacé par un autre aussi nul. Que peut-on attendre de la part de Flambidou ?


              • Fergus Fergus 22 mars 2015 11:28

                Bonjour, Septikettak

                Comme je l’ai indiqué dans un commentaire à Jean Pelletier, sauf surprise, Valls ne tombera pas avant la prochaine raclée annoncée, celle des Régionales. En remplaçant Valls maintenant, Hollande risquerait de griller son nouveau Premier ministre dès l’automne. Aucun bénéfice à tirer pour le PS. C’est pourquoi je pense que Valls restera en place.


              • Passante Passante 21 mars 2015 14:59

                il pourra pas sacrifier valls, piétiné en synagogue...
                il va donc opter pour un valls 3.
                les sondages réagiront encore à la baisse,
                jusqu’à l’heure où l’épargné de l’élysée sera le roi nu,
                plus un bouclier, plus un gilet pare-balles, rien, moi président ?
                c’est là, alors, que le parti décidera de mourir ou tuer,
                impossible que les rues s’en foutent, trop de casseroles déjà.


                • izarn 21 mars 2015 19:44

                  @Passante
                  Cet acharnement à rester au pouvoir devrait nous faire reflechir sur la moralité de l’homme et de notre corps politique.
                  Moi mon nombril et julie, et le reste je m’en fous ?
                  Dire que de Gaulle avait démissionné ! Une autre planète ! Un jeu vidéo virtuel !
                  A l’époque, la démocratie avait encore de la valeur !


                • Passante Passante 21 mars 2015 21:44

                  il n’est pas demandé aux pièces de rechange d’avoir des états d’âme.


                  • Dom66 Dom66 22 mars 2015 01:37

                    @Garance

                    Oui pour moi aussi + 1. pire de la bande c’est peu dire car la bande est nulos un max


                  • Furax Furax 21 mars 2015 17:43

                    Bonjour Jean,
                    Excusez moi, la cuisine socialiste n’est pas ma « tasse de thé » mais, si j’avais un conseil à donner à Hollande (je souhaite avant tout ne revoir ni Sarkozy, ni Juppé !), je lui dirais de mettre Ségolène Premier Ministre.


                    • izarn 21 mars 2015 20:02

                      @Furax
                      Tant qu’a faire, mais ce serait entrer dans la cinquième dimension...La ou s’ouvrent les portes des étoiles...En bref de le science-fiction. On a vu le machisme hallucinant des français lors de la dernière première ministre...Expérience jamais renouvelée depuis Mitterrand.
                      En plus ils se disent féministes...Hahahaha !
                      A pleurer ou mourir de rire !


                    • izarn 21 mars 2015 18:56

                      Le problème c’est que finalement vous cherchez un avenir au PS...
                      Je n’en vois aucun...
                      Valls c’est la dernière cartouche de Hollande...
                      Aprés ? Le déluge...


                      • Fergus Fergus 22 mars 2015 09:29

                        Bonjour, Izarn

                        « Le problème c’est que finalement vous cherchez un avenir au PS... »

                        Le problème, c’est que la vox populi disait exactement la même chose de l’UMP lors de la guerre fratricide Fillon-Copé. Or, ce parti a largement remporté les Municipales, va largement remporter les Départementales et les Régionales, et va sans doute gagner en 2017 la Présidentielle et les Législatives.

                        Le problème vient du fait que, malgré la politique de plus en plus calamiteuse qui est menée par les gouvernements libéraux qui se succèdent au détriment des classes populaires et moyennes, les Français continuent de reconduire les mêmes dans les fonctions de pouvoir, tant au niveau national que local.


                      • rocla+ rocla+ 21 mars 2015 20:22

                        j’ aime bien le mot populace  , vous pouvez répéter ?


                        • rocla+ rocla+ 21 mars 2015 20:24

                          il y a un autre mot , par exemple sous-merde .


                          qu’ en pensez vous ?

                          • Vipère Vipère 21 mars 2015 20:28

                            Sampiéro, crédule comme un perdreau de l’année (voir sa prose en bas) veut faire peur aux gentils électeurs qui voteraient pas correctement comme on leur dit de voter, devinez avec quoi ?

                            « Puis ils ont voté Hollande logiquement, sur des promesses peut être sincères faites avant d’être au manettes. »

                            avec l’histoire du loup et de l’agneau ! les socialistes en sont réduits à râbacher des vieilles histoires qui ne font peur qu’ aux enfants de cinq ans.

                            Sampiéro doit être retombé en enfance ! 



                            • Vipère Vipère 21 mars 2015 20:50


                              La raison du plus fort expliquée aux petits enfants et que notre ami Sampiéro veut impérieusement et subliminalement imposer aux esprits peu éclairés  ! smiley














                            • Vipère Vipère 21 mars 2015 21:31

                              @sampiero


                              « Moi je m’en fout, moi (et les miens) ne manque de .rien. »

                              Très bien, vous et les vôtres ne manquez de rien ! c’est en cela qu’on reconnait un bon solférinien car en effet, les oligarques solfériniens eux aussi ne manquent de rien et voudraient que cela continue, mais seulement pour eux seuls, les autres « la populace » peut bien crever la bouche ouverte !

                              Les vipères ne sont pas toujours là où on croit... 





                            • rocla+ rocla+ 21 mars 2015 20:36

                              Il en est jamais sorti . 


                              Quand on sert une compagnie d’ assurances , les escrocs du siècle , et 
                              qu’ ensuite on vient donner des leçons de maintien , faut avoir beaucoup d’ estomac .

                              Sa vie c ’est bisounours  et flipper le dauphijn .

                              • marmor 21 mars 2015 21:47

                                Comprenne qui peut...... moi j’avoue que...


                                • Vipère Vipère 21 mars 2015 21:57
                                  « Moi je m’en fout, moi (et les miens) ne manque de .rien "

                                  Vous pourriez être chez Melenchon ou Belzébuth si cela vous convient, pourvu que vous cessiez de raconter des histoires de grand méchant loup, le blog est conçu pour les adultes !



                                  • Vipère Vipère 21 mars 2015 22:10


                                    Je vous laisse à vos divagations...

                                    • Dom66 Dom66 22 mars 2015 01:56

                                      Claude Bartolone le minable, Nicolas Sarkozy le débile, Valls le fou avec ça la France est partie vers le précipice…    avec une option plus à gauche ??? Impossible avec ces mecs.

                                      Le plus triste c’est « il est où l’espoir ? » Tant que la politique sera un métier, nous serons dans la merde.

                                      Hélas, la seul solution….le coup de pied dans la fourmilière


                                      • La Dame du Lac La Dame du Lac 22 mars 2015 02:13

                                        Je crois qu’un bilan de santé s’impose pour Valls. Il suffit de voir son état fébrile dans cette vidéo :
                                        https://www.youtube.com/watch?v=1vCCP9fhzF0


                                        • La Dame du Lac La Dame du Lac 22 mars 2015 03:18

                                          Chers amis gauchistes,

                                          je vous présente sur cette photo Hanivalls Lecter, en photo ici :

                                          http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/uploads/2015/03/001.jpg

                                          N’oubliez pas de mettre le bon bulletin dans l’urne.


                                          • gerard5567 22 mars 2015 08:47

                                            Valls ou un autre, de droite ou de gauche, c’est sans importance. Le gouvernement et le parlement ne dirigent plus le pays ; les décisions se prennent à la Corbeille ou à Bruxelles, voire à Washington..


                                            • Fergus Fergus 22 mars 2015 09:46

                                              Bonjour, Jean.

                                              Très franchement, je ne crois pas que Valls soit menacé après les Municipales. Pour une bonne raison : il y aura les Régionales durant l’automne, avec à la clé une nouvelle débâcle. S’il doit y avoir un changement de Premier ministre, ce sera à ce moment-là, avec en ligne de mire les élections de 2017, aucun autre scrutin n’étant prévu entretemps.

                                              Sauf énorme surprise, je ne vois pas Hollande griller un autre chef de gouvernement dans les mois qui viennent. C’est pourquoi je pense qu’il gardera Valls jusqu’aux Régionales. Et peut-être notre « aficionado » conservera-t-il sa place au delà si quelques indicateurs économiques passent au vert, même très modestement. En réalité, je crois qu’aucun scénario n’est actuellement privilégié à l’Elysée. 


                                              • zygzornifle zygzornifle 22 mars 2015 10:06

                                                ils ont tous un tube de « Super Glue 3 » dans la poche , si ça sent le trop roussi hop un coup sur la chaise ou le fauteuil et ils deviennent indéboulonnables.....


                                                • eric 22 mars 2015 10:06

                                                  La respiration naturelle des gauches c’est : lorsque l’on passe au pouvoir, à quelque niveau que ce soit, on arrose ses troupes et clientèles et on place ses pions.

                                                  Quand on est renvoyé dans l’opposition, on s’arc-boute sur les avantages acquis en usant et abusant des possibilités de bloquer toute réforme, toute évolution par tous les moyens.

                                                  Il s’agit de phénomènes bureaucratiques anti démocratiques classiques.

                                                  Les discours idéologiques variables ne visent qu’à habiller et justifier ces rackets.

                                                  Vals propose une variante de superstructure idéologique assez satisfaisante pour les plus gavés d’avantages indus à gauche. Moins pour les sous-fifres et autres supplétifs. Les premiers sont plus nombreux, les seconds plus excités.

                                                  En tendance, le discours Valsien permet mieux de continuer à racketter le pays tout en limitant les révoltes du peuple.
                                                   
                                                  Aux cantonales, en mettant en œuvre les divisions à gauche, le PS va éliminer physiquement ses petits frères qui affectent l’extrémisme pour lui arracher des miettes de notre argent.

                                                  Pour les régionales, on devrait voir les « gauche de gauche » ayant le moins de sécurité de ’l’emploi rentrer dans le rang, suivre la majorité au sein du PS et en rabattre pas mal sur leurs prétentions. Et aux présidentielles et législatives, la panique devrait vraiment permettre de serrer les rangs. Un peu comme en 2012. Hollande n’aura sans doute même plus besoin de prétendre ne pas aiamer la finance pour rallier tous le monde....
                                                  On voit déjà les tentations chez les verts. C’est un petit jeu assez lassant pour les citoyens ; Les uns rappellent aux socialiste qui les a fait roi pour arrondir leurs fins de moi, le ps leur rappel qui détient les cordons de la bourse en dernière analyse. Pendant qu’il se disputent les prébendes, le pays va a vau l’eau.

                                                  L’avenir de Vals est assuré. Son discours est celui qui cache le mieux la nature prédatrice de toutes les gauches. Les autres sont trop sincères. On les voit trop venir. Tous le monde comprend trop.

                                                  Cela étant dit, le tsunami des départementales n’est qu’une petite étape dans la libération de notre pays. On ne pourra pas dégraisser vite et bien les personnels innombrables et super idéologisés recrutés par les gauchos. Ce sera lent et progressif. En revanche, il sera possible beaucoup plus rapidement de faire des évaluations de résultats des subventions associatives et d’en finir avec tous ce qui est militantisme à plein temps aux frais du contribuables.

                                                  Vous me direz, les département ne financent qu’à la marge. Oui, mais ces structures gérée n’importe comment sont justement dépendante des financement à la marge. Avec la baisse des aides régionales et municipales, un premier grand coup de balai est possible.

                                                  Reste que le discours Valsien est le pus dangereux de tous. Bine sur, dans un pays qui vote de l’ordre de 70% à droite, il affecte une droitisation qui ne trompe que les prétendu gauche de gauche, et encore, mais sur le fond, ce sont bien les mêmes égoïsmes de classe de gauche qu’il camoufle.


                                                  • zygzornifle zygzornifle 22 mars 2015 10:12

                                                    les politiques sont devenus des chefs de rayons d’hyper Bruxellois , la vrai direction qui donne des ordres est a Bruxelles eux ne sont plus que l’exécutif, des chefaillons bernant et mentant pour faire croire qu’il peuvent encore changer quoi que ce soit.....


                                                    • eric 22 mars 2015 11:03

                                                      @zygzornifle
                                                      Une exagération typique qui permet de se dédouaner de nos propres responsabilités. Pourtant, il n’est pas difficile de constater que Bruxelles est la même pour tous, mais que les situations des pays européens sont très variées, pour le meilleur et pour le pire.


                                                    • Fergus Fergus 22 mars 2015 11:24

                                                      Bonjour, Zygzornifle

                                                      « les politiques sont devenus des chefs de rayons d’hyper Bruxellois , la vrai direction qui donne des ordres est a Bruxelles »

                                                      Ce sont pourtant ces mêmes personnages politiques qui, dans le cadre du Conseil européen, décident des orientations de la politique européenne et mettent en place leurs exécutants à la Commission. Ils sont en somme les exécutants de leurs propres exécutants. Nous sommes chez Kafka !


                                                    • Elliot Elliot 22 mars 2015 14:25

                                                      Valls le maillon faible ? À mon avis, c’est toute la chaîne qui est en carton, voire en papier mâché avec Hollande en figure de proue béate dessinée par Nicky de Saint Phalle.

                                                      Faire du Valls sans Valls ou du Macron sans Macron ne rendra pas la tambouille plus comestible.
                                                      Le PS paie aujourd’hui des décennies de compromissions, il est devenu ce que BHL- qui n’est pas toujours mal avisé - dépeignit en son temps : un cadavre à la renverse.

                                                      Il va perdre une grande partie de ces élus de base qui maintenaient en place, vaille que vaille, le fragile échafaudage en butte aux vents hostiles.
                                                      Ses notables renvoyés par les électeurs avec pertes et fracas vont encore affaiblir le fragile équilibre et gageons qu’il y en aura, nombreux, pour qui la carrière primera sur les convictions et qui chercheront à retrouver sur d’autres rivages la gloire d’antan.

                                                      Le PS ne sera plus alors qu’un assemblage biscornu ronronnant dans le vide de la rue Solférino.

                                                       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès