Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Vers un rassemblement de tous les souverainistes ?

Vers un rassemblement de tous les souverainistes ?

Dans le contexte délétère actuel, marqué par le retour en force des problématiques sécuritaires et « civilisationnelles »(1) et une crise économique et sociale, apparemment insoluble, tout le monde s’accorde pour dire que le Front National a le vent en poupe, surtout si ce parti voit accéder à sa tête, la talentueuse Marine Le Pen en décembre prochain lors de son congrès de succession. Beaucoup annoncent même, y compris des analyses de droite, un 21 avril à l’envers qui verrait Marine accéder au second tour et perdre face au candidat socialiste.

Ce contexte porteur pour le FN a remarquablement été décrit par Philippe Cohen dans le dernier numéro Marianne, dont l’article a été repris ici. On y trouve deux scoops assez surprenants, qui témoignent que les murs sont en train de bouger dans la galaxie nationalo-souverainisto-républicaine : L’économiste (de gauche) Jacques Sapir a été suffoqué d’être contacté. Le député souverai­niste Nicolas Dupont-Aignan, avec lequel elle voudrait prendre langue, a fini par annuler deux dîners organi­sés par l’ex-député européen Paul-Marie Coûteaux.

Même si on comprend bien les réticences et les freins, on peut se demander si l’accession de Marine à la tête du FN et la transformation qu’elle ne manquera pas d’y conduire, ne préfigure pas une profonde recomposition du paysage politique qui pourrait donner naissance à une nouvelle force d’opposition, plurielle mais organisée, enfin capable de rivaliser avec le système incarné par le PS et l’UMP.

Je m’adresse ici principalement à ceux qui, comme moi, se sentent partie prenante de la grande et si éclatée famille républicaine et souverainiste, pour les inviter à réfléchir à la manière dont elle peut s’adapter à la nouvelle donne entraînée par l’irruption de Marine Le Pen dans le paysage politique. Je développe dans ce qui suit, un projet et des propositions concrètes, que je mûris depuis quelques temps, notamment à la faveur d’échanges que j’ai pu avoir avec des responsables de formations souverainistes.

La révolution souverainiste dès 2012 ?

Compte tenu du blocage du débat politique sur les questions économiques, que ce soit sur la question du protectionnisme, de la sortie de l’Euro ou de la libération de la tutelle allemande, les élections de 2012 s’annonçaient d’ores et déjà perdues, avec un duel en perspective entre un bonnet blanc et un blanc bonnet.

La fièvre sécuritaire et identitaire qui gagne le pays depuis quelques mois pourrait changer la donne en favorisant l’irruption d’une alternative que les médias qualifieront, à n’en pas douter, de populiste, démagogique et de protestataire. En l’état actuel du paysage politique, cette alternative ne pourra être que Marine Le Pen, n’en déplaise à mes amis de DLR.

Marine Le Pen pourrait-elle gagner dans un tel cas de figure ? La question mérite d’être appréhendée avec sérieux, notamment dans l’hypothèse où le représentant de la gauche s’avérerait être un piètre candidat ou passerait à côté de sa campagne. Ca s’est déjà vu !

Face à cette perspective, trois attitudes sont possibles.

La première consiste à vouloir l’empêcher en considérant que Marine Le Pen représente un danger pour la République et en décidant de ne voir en elle qu’une représentante de « l’extrême droite raciste et xénophobe ». Il suffirait dans ce cas de multiplier les candidatures afin de disperser les voix de l’électorat qui souhaite une rupture avec l’Europe libérale et attend une politique d’ordre et de fermeté sur les questions intérieures. Chevènement, Dupont-Aignan, Villiers, Car Lang ou d’autres dissidents du FN pourraient être de bons candidats pour cette fonction. Il est d’ailleurs probable que l’UMP cherchera à organiser cette division en donnant des signatures à tel ou tel. NDA peut d’ailleurs d’ores et déjà s’attendre à encourir l’accusation d’être “un diviseur à la solde de l’UMP”.

La seconde option consisterait à voir en elle une représentante légitime de la famille républicaine et une héritière du gaullisme. Cette option pourrait se matérialiser par une mutation accélérée du FN. Marine Le Pen pourrait très bien changer le nom du parti de son père et, à cette occasion, lancer un appel à l’union de tous les souverainistes et républicains au sein de son nouveau mouvement. Soumis à l’attraction mariniste, certains pourraient être tentés de franchir le pas. Une telle OPA ne manquerait pas de déchirer les républicains entre pro et anti Marine. II conviendra tout de même pour les antis, d’identifier la ligne de fracture, qui les sépare du Front ce qui risque de ne pas être simple si la dame continue son parcours sans faute et sans dérapage. Comme mes derniers articles le préfigurent, ce nouveau clivage pourrait se matérialiser sur le thème de l’islamophobie, si jamais elle s’aventurait trop loin sur ce terrain là.

Enfin une troisième option mérite d’être étudiée. Elle serait une version inversée de la seconde, où l’initiative du rassemblement serait prise par la famille républicaine, préalablement unifiée et organisée. Les républicains pourraient en effet prendre Marine Le Pen au mot et lui proposer d’intégrer pleinement et officiellement l’arc républicain, éventuellement sous certaines conditions. Il s’agirait alors d’organiser la famille souverainiste dans une forme de confédération, où chacun conserverait son identité et sa sensibilité tout en évitant une concurrence frontale et stérile entre les différentes branches de la famille.

Comment un candidat souverainiste pourrait-il accéder au pouvoir ?

Avant tout de chose, il est nécessaire de définir les facteurs clés de réussite pour un candidat de rupture dans une élection présidentielle.

Laurent Pinsolle en bon gaulliste qu’il est, nourrit une véritable passion pour la Vème République et en particulier pour l’élection présidentielle au suffrage universel. Dans un article récent, il affirme « Comment imaginer qu’un homme politique puisse véritablement réformer le système économique actuel dans un système comprenant une multitude de contre-pouvoir ? Seule notre Cinquième République permettra à un Président élu sur un programme de refondation du capitalisme de pouvoir véritablement mener son agenda »

Je ne contredirai pas mon ami Laurent sur la capacité de nos institutions à permettre la rupture avec l’ordre économique européano-mondialiste. On verra comment plus loin. En revanche, je crains qu’il ne se berce d’illusions quant à la capacité d’un candidat antisystème à accéder au pouvoir dans le cadre d’une élection présidentielle en l’état actuel du paysage politique.

Comme tous les gaullistes, Laurent voit dans l’élection présidentielle une rencontre entre un homme et un peuple. Il attend l’homme providentiel, celui qui par son charisme et son parcours, incarnera spontanément la France et la République, celui qui promettra le sursaut national et pourra diriger la France sur une voie politique nouvelle pour se libérer du joug de l’oligarchie mondiale et du pouvoir financier, en s’érigeant en modèle à l’attention de toutes les nations du monde conformément à sa vocation historique.

Le recours à l’Homme providentiel fait certes partie de notre roman national, mais cela relève pour beaucoup d’un mythe destiné à scénariser l’épopée gaulliste. En langage moderne, on dirait qu’il s’agit d’un storytelling destiné à légitimer les deux coups de force par lesquels le Général est parvenu au pouvoir. Dans la vraie vie, ce n’est pas du tout comme ça que ça se passe !

Dans la réalité, les candidats sont de purs politiciens professionnels arrivés au sommet à force d’intrigues. L’élection est organisée par des médias avides d’image, de petites phrases, définitivement réfractaires à tout débat de fond. Le jeu politique est structuré par une bipolarisation qui sépare irrémédiablement les alternatifs des deux cotés du rubicon. Enfin, le Front national capte une grosse partie de l’électorat populaire et protestataire sans lequel rien n’est possible.

Ce n’est pas faire injure ni à Nicolas Dupont-Aignan ni à Marine Le Pen (ne parlons pas des autres) que d’affirmer que le costume de l’Homme providentiel est bien trop grand pour eux. Aucun n’a réellement la carrure pour porter et conduire le projet de reconstruction étatique et nationale dont l’ampleur est au moins aussi grande que celle qui a eu lieu au lendemain de la guerre ou à la fin des années 50 quand la IVème république s’est épuisée dans la guerre d’Algérie. Le décalage entre l’enjeu historique et leur dimension personnelle est tel que beaucoup hésiteraient à leur confier les clés de l’Etat pour assumer une telle charge.

Nous n’avons pas de De Gaulle sous la main et on n’en voit poindre aucun à l’horizon. Je doute même fort que la grande médiocrité de notre époque soit encore propice à l’émergence d’un sauveur providentiel. Il faudra donc nécessairement composer avec les contingences politiques, conclure des alliances, faire des compromis, et même s’abaisser à de la tambouille politicienne.

Imaginons qu’un jour, un candidat se fasse élire sur une base de rupture avec le système, avec un score minimal de 50,01 %. Son électorat se décomposerait probablement de la manière suivante : 20 % issus de la sensibilité protestataire ou national-populaire (ou populiste) représentée par le FN, 10 % issus de la tradition gaullo-souverainiste incarnée aujourd’hui par NDA, 10 % Issus de la gauche républicaine chevènementiste. Il faudrait encore convaincre 10 % des citoyens pragmatiques que le retour à la souveraineté nationale est encore préférable à la fuite en avant concurrentialiste et mondialiste. Chaque famille devra donc non seulement faire le plein dans son électorat naturel mais aussi, savoir s’unir pour créer une dynamique capable d’entraîner l’électorat flottant.

Ainsi posée, l’équation est insoluble. Seul le FN a la capacité de se qualifier au second tour à la faveur d’un émiettement d’un des deux pôles du système mais il n’a pas la capacité de rassembler. A l’inverse, ceux qui seraient assez consensuels et rassurants pour rassembler n’ont aucune chance de se voir accorder la moindre crédibilité par les médias et les instituts de sondages qui déterminent le vote de premier tour grâce au mécanisme du vote utile.

Alors, comment en sortir ?

Il existe bien une solution simple en théorie, mais peut-être utopique, car elle exigerait de s’affranchir des esprits de chapelles et des ambitions personnelles, pour totalement dépersonnaliser l’élection présidentielle (2) et faire exclusivement prévaloir l’intérêt national dans une logique de gouvernement de salut public.

Mode d’emploi pour une nouvelle révolution française

Les leaders politiques e devraient renoncer à se présenter à l’élection présidentielle pour s’unir derrière un candidat commun qu’ils choisiraient ensemble. On sortirait alors du mythe de l’homme providentiel pour renouer avec l’esprit initial de la Vème (de 58 et non de 62) en présentant une personnalité capable d’incarner la Nation, de rassurer l’opinion française comme internationale et de garantir que la transition sera conduite avec professionnalisme et sens de l’Etat. Cette autorité morale, ce président à l’Allemande pourrait être un politique en fin de carrière, un économiste chevronné, un haut fonctionnaire à la retraite, un ancien diplomate, un intellectuel reconnu, voire pourquoi pas, d’un héritier de la famille royale ou impériale !

Les leaders politiques mèneraient la campagne pour le compte de cette personnalité sur une plate forme programmatique minimale essentiellement axée sur la nécessité pour la France de retrouver ses prérogatives de souveraineté, en particulier économiques, qui sont actuellement stérilisées par l’Union Européenne.

Rappelons en effet que le néo-libéralisme s’exprime juridiquement par des non-politiques. Les Etats ont choisi de se désarmer de leurs prérogatives ou ont renoncé à les exercer estimant que le libre jeu des acteurs dans le cadre d’un marché ouvert était toujours préférable à une intervention publique qui serait l’expression d’un intérêt général défini au terme d’un processus électoral. Dans ces conditions, le souverainisme républicain est le seul antidote possible au néo-libéralisme.

Le mot d’ordre de cette campagne serait donc d’affirmer que dans le contexte d’une économie en crise systémique et irréformable et d’une société en train de se déchirer, reprendre le contrôle des leviers essentiels de l’action publique constitue un impératif moral et politique absolu.

Naturellement, le recouvrement de ces compétences ne constitue pas une fin en soi. Chaque composante de l’Alliance souhaitera les exercer selon sa sensibilité et sa culture politique. Ces composantes seront néanmoins réunies par le désir de les exercer effectivement, ce qui suffira à les distinguer des libéraux et des socio-libéraux qui estiment toujours préférable de laisser l’économie et la société vivre leur propre vie, avec une intervention étatique minimale pour tenter de réparer les dégâts les plus visibles avec les moyens disponibles.

Chacun pourra donc faire entendre sa petite musique sans que cela nuise beaucoup à la cohérence du projet d’ensemble. Bien au contraire ! C’est en recouvrant notre souveraineté que les notions de droite et de gauche retrouveront tout leur sens. Les uns voudront revenir au Franc, uniquement pour pouvoir monétiser la dette et éviter l’asphyxie financière de l’Etat. D’autres voudront relancer l’inflation pour euthanasier les rentiers ou organiser un défaut pur et simple sur la dette publique. Mais à ce stade, tous seront en phase pour disposer d’une politique monétaire et de débattre de son contenu dans le cadre d’un débat démocratique au sein du cadre national.

Une fois ce président élu, il décrétera l’article 16 et/ou fera voter un référendum pour supprimer de la constitution les références d’appartenance à l’UE et pour disposer, pour une durée d’un an, des pouvoirs nécessaire à l’organisation de la transition. Il nommera un gouvernement de salut public sans aucun responsable politique investi dans la campagne (c’est important) exclusivement composé d’experts de haut niveau. Au terme de cette période, des élections législatives se dérouleront à la proportionnelle intégrale sur listes nationales, ce qui aura pour effet de balayer la classe politique sclérosée qui doit collectivement être tenue responsable de la faillite financière, économique et morale du pays.

Notre président-arbitre-monarque désignera alors un premier ministre au sein du parti arrivé en tête, à charge pour lui de former un gouvernement de coalition, exactement comme cela se passe dans les démocraties voisines. Au terme de son quinquennat, le jeu politique reprendra ses droits dans le cadre d’une constitution qui n’aura pas nécessairement été modifiée et d’un nouveau mode de scrutin législatif à définir (3).

Le projet « Alliance pour une République Souveraine »

On arrête de rêver et on revient sur terre en ce triste été 2010. Je reviens donc à la question initiale : Que peuvent donc faire les personnalités qui sont actuellement terrifiées à l’idée d’être sollicitées par Marine Le Pen ? (4) 

Voici ce que je leur recommanderais.

Le premier point serait de refuser d’engager des discussions bilatérales en l’état actuel du rapport de force, tant est grand le risque que l’alternative se résume à « se faire récupérer ou survivre en conservant son indépendance » ce qui dans un cas comme dans l’autre ne mènera à rien. Il conviendrait au préalable à organiser un pôle républicain et souverainiste qui puisse faire le poids face au FN en réunissant dans une confédération toutes les chapelles : DLR, MRC, MPF, RIF, RPF, UPR, NAR sans oublier les clubs, associations et micro-partis de cette mouvance. Tout cela peut faire un effet de masse et pouvoir créer une dynamique au moins équivalente à celle du nouveau FN mariniste. L’objectif ne devrait pas être de fusionner (échec assuré) mais de s’accorder sur un programme commun, une stratégie de conquête du pouvoir et unir sur le terrain les forces militantes pour atteindre la taille critique et être en mesure de pouvoir concourir à toutes les élections, y compris locales.

Ya t-il une personnalité, telle que celle que je décrivais plus haut qui puisse porter un projet de sursaut national ? J’avoue sur ce point ma perplexité.

Jean Pierre Chevènement aurait pu être un tel candidat. Il a cette stature d’homme d’Etat et ce sérieux propre à rassurer contre toute dérive aventureuse. Cependant, je crains que l’homme ne puisse accepter de ne servir que de porte étendard et qu’il ne veuille pas renouveler l’expérience du rassemblement des républicains des deux rives. A peine avoir annoncé sa possible candidature pour 2012, interrogé par Marianne il a balayé d’un revers de main l’hypothèse d’une alliance avec NDA, estimant que son homologue gaulliste ne partageait pas son souci « de faire de la gauche, une gauche à la hauteur » (5) Non effectivement, ce n’est pas le projet. La gauche, on s’en fout. C’est de la France dont il est question !

Il serait temps que les leaders politiques comprennent que tant qu’ils seront sur un registre « Il n’y a que moi qui puisse » « Je suis le seul à même de … » On n’arrivera jamais à renverser le système libéral en continuant à fonctionner sur le mode de l’individualisme radical. Il faut tout au contraire appliquer nos principes philosophiques à notre manière de concevoir l’engagement politique, faire prévaloir le sens du collectif sur l’intérêt individuel et réhabiliter la notion d’intérêt supérieur !

Le schéma décrit plus haut n’apparaît donc pas très réaliste pour 2012 (ce qui ne signifie pas qu’il ne faille pas creuser cette piste). En revanche, mettre sur pied une forme de confédération pour se répartir les circonscriptions aux législatives de 2012 sous une bannière commune pour éviter des concurrences stériles, favoriser l’élection de quelques députés et garantir des ressources financières maximales à toutes les composantes de l’Alliance, réunir sur le terrain les appareils militants, préparer ensemble les échéances locales de 2011 et surtout de 2014 (6), restent des pistes de travail tout à fait pertinentes.

A titre personnel, je serais tout à fait prêt à m’investir dans le cadre d’une telle configuration, notamment pour la préparation de 2014. Je ne pense pas ne pas être le seul dont la fibre militante est découragée par l’émiettement politique, les rivalités de chapelles et l’absence de perspectives. Parfois même je me dis qu’une telle initiative mériterait d’être organisée à la base. La question se posera peut-être à la rentrée. En attendant, je tenais à lancer le débat avant la pause estivale.

Malakine

(1) Je mets sous ce vocable à la fois les problématiques de retour de la barbarie, comme la crise d’identité de la nation française ou la guéguerre des civilisations que certains aiment à rejouer sous couvert de lutte contre l’islamisation.

(2) Ainsi que Jacques Sapir nous y invitait en février dernier dans son texte "l’horizon de la présidentielle de 2012 ou le piège de la personnalisation du débat" que l’on peut relire ici ou chez Yann

(3) Le grand mérite de la Vème est précisément sa souplesse. Elle se prête tout aussi bien au bonapartisme le plus personnalisé, comme au parlementarisme le plus classique

(4) Jacques Sapir et Nicolas Dupont Aignan pour ceux qui aurait déjà oublié l’introduction

(5) Il serait temps d’arrêter avec cette idée débile que seule la gauche serait capable de porter un projet d’avenir et incarnerait par nature la République, l’Intérêt général et le progrès. Il ne faut pas oublier qu’il est impossible pour quiconque dont la conscience politique s’est éveillée après 1983 et le tournant libéral-européen, d’adhérer à ces balivernes, soit tous ceux qui ont aujourd’hui moins de 50 ans !

(6) En 2014 se dérouleront pour la première fois toutes les élections territoriales, municipales et cantonales et régionales fusionnées dans le cadre de l’élection des conseillers territoriaux. A mi-mandats ces élections devraient pour un fois être animées et politisées. Elles constitueront une fantastique opportunité pour attaquer efficacement le système UMPS qui mène des campagnes molles assurées de bénéficier de leur rente de situation.

Moyenne des avis sur cet article :  3.09/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • entrevuew 5 août 2010 12:16

    VIVE le FN


    • LE CHAT LE CHAT 5 août 2010 12:59

      Le FN est le seul parti vraiment souverainiste , à Henin Beaumont , la droite c’est lui , l’UMP ( 4% ) n’existe plus ! votons utile !


      • 65beve 5 août 2010 21:19

        Oui !
         Le FN uniquement à Henin Beaumont et même à sa banlieue pour lui faire plaisir.

        L’expérience des Mégret , on en rigole encore !

        Ces pétainistes, c’est vraiment des blaireaux.

        N’ayez crainte, aux prochaines élections, ils seront battus et retourneront sans leur tanière (pas celle du poete).

        bv


      • 65beve 5 août 2010 21:32

        Oups !
         dans leur tanière


      • VOXPOPULI 5 août 2010 13:02

        Un front national REPUBLICAIN avec Marine LE PEN à sa tête.
        Un FNR débarrassé des scories rétrogrades.


        • jymb 5 août 2010 13:15

          Un peu touffu mais intéressant

          Le gros souçi dans votre affaire serait de trouver une personnalité, une stature, qui n’aurait pas tripoté et barboté dans la chiraquie, la miterrandie, ou le n’importe quoi actuel. Pour la pêche dans la fosse à purin on a déja trop donné


          • dawei dawei 5 août 2010 16:29

            Il n’estpas permis de se repentir ?


          • Catherine Segurane Catherine Segurane 5 août 2010 13:53

            Article qui pose bien les problèmes.


            Je pense que Marine a plus d’épaules que NDA, et qu’elle est moins ambigue que Chevènement sur l’immigration. C’est donc elle que je soutiens pour la Présidentielle.

            Pour autant, je ne la vois pas en « femme providentielle ». J’espère qu’elle aura l’intelligence de comprendre qu’elle ne pourra pas être un leader aussi arrogant que les autres présidentiables. Elle devra comprendre qu’elle est à la tête d’une fédération de souverainistes allant de la droite à la gauche. Mais je pense qu’elle le comprend, puisqu’elle a demandé à rencontrer l’économiste Jacques Sapir, et qu’elle sait être sans ambiguité sur la thématique laïque.

            S’agissant de sa loyauté à la forme républicaine de l’Etat, je pense qu’il faut être de mauvaise foi pour en douter.

            Entre souverainistes des deux rives, je pense qu’il nous est possible de nous entendre à condition d’avoir l’intelligence de ne pas parler en terme de cultures (chrétienne, prolétarienne ...), mais en termes de programmes.

            Moi, par exemple, en tant que féministe, j’ai beaucoup hésité à adhérer au FN (pour pouvoir voter Marine), mais, à partir du moment où elle a dit qu’elle respecterait la loi Veil, je n’ai plus eu d’états d’âme.

            Un point qui m’inquiéterait davantage est de savoir si elle a vraiment la fibre sociale. Mais, là encore, je ne m’en fais pas trop. Car, si elle réussit à fermer un tant soit peu les frontières, cela ne pourra qu’améliorer le rapport de forces social au profit des salariés.


            • LE CHAT LE CHAT 5 août 2010 14:07

              Je pense qu’elle sera capable de dédiaboliser le FN comme a fait d’ailleurs Giafranco Fini en Italie  ! quand à la fibre sociale , ce sera aussi comme en italie où Fini est beaucoup plus social que son nabot ultralibéral à lui , le gominé milanais ! d’ailleurs , ils s’opposent virulemment en ce moment , même sur l’immigration où Fini est plus cool , comme quoi ! 


            • non666 non666 5 août 2010 14:12

              Pour ma part, la question d’une « autre voix » se limite a la credibilité de cette voix.

              Il y avait eu DeVilliers, mais il s’est completement rangé derriere Sarkozy et l’UMP.
              Il y avait Chevenement, mais apres avoir été chahuté par ses camarades, il s’est rangé derriere Royal.
              Des gaullistes ?
              Il n’y en a plus un seul de credible.

              MAIS

              Il reste des socialistes souverainistes....
              Il reste des gaullistes.
              Il reste des « catho-tradis »
              Il reste des Colbertistes .

              Si Marine comprends ces resevres de force et sait les integrer, les respecter, elle a tout gagné.
              Si Marine fait comme son père, traiter comme des serviteurs tous ceux qui rejoignent le FN , elle reperdra tout comme Jean Marie a perdu par 3 fois les forces pretes a se rassembler derriere lui.

              Tout va se jouer sur la structuration du FN et son aptitude a cesser d’etre une PME familiale.
              Techniquement la droite nationale et souverainiste EST la première famille politique, non seulement a droite, mais de toutes les familles politiques.
              Depuis la fin de DeGaulle cette famille n’a céssée d’etre abusée , escroquée par Chirac d’abord, par Sarkozy ensuite....
              Aujourd’hui , nous autres souverainistes , nous en sommes TOUS conscient et convaincu.

              La balle est donc dans le camps de Marine.

              Les liberaux, il faut en etre conscient ne pésent que 3,5% des voix...
              Sarkozy, reduit a ses vrais aficionados, cela peut donc redescendre jusqu’a ça...
              Sa chute n’est pas limitée par un « palier » de 30%, quoiqu’essaient de nous en persuader les sondages des groupes medias « amis »
              C’est logique, les grandes fortunes, les « amis d’israel », cela ne pèse pas tres lourd finalement.

              Quand nous auront fini d’exploser la credibilité d’un parti de droite « generique » (l’UMP) , il se reduira aux seuls interets qu’il a reelement defendu....





              • Massaliote 5 août 2010 14:35

                L’analyse est bonne. J’ai un faible pour les Identitaires. Reste la question de la VOLONTE de Marine à ratisser large pour réunir la vraie droite. Et surtout, c’est exact, faire assez de place à tous les courants pour les fédérer. J’appréhende que la fille n’ambitionne pas vraiment de faire mieux que son père et se cantonne dans le rôle de trublion ou de joker. Se contenterait-elle d’être éventuellement un jour ministre de Sarko ? Je crains la manip. Nous avons déjà été trop échaudés.


              • TOHT 5 août 2010 16:03

                @non 666

                Le texte développé ci dessus s’intérrésse essentiellement au Part FN, la question qui n’a pas encore été évoqué est le possible clivage interne. Car même si une discipline existe depuis sa fondation ils ne pourront échapper à leurs contradictions internes, nationaliste versus régionalistes, intégristes versus colbertistes. Au bout de plus de 40 ans des courants ce sont dégagés chez eux aussi. Enfin, si le débat s’oriente vers la proposition économique j’imagine très bien une nouvelle « nuit de cristal ».


              • Tythan 27 août 2010 14:05

                Vous avez tort de croire que Nicolas Sarkozy n’est qu’un « libéral ». Avant tout, c’est un opportuniste, soutenu entre autres par les libéraux, mais pas seulement.

                Bien entendu qu’il reste des voix gaullistes, y compris d’ailleurs au sein de l’entourage de Nicolas Sarkozy avec la figure éminente d’Henri Guaino, dont j’ai vu il y a peu et apprécié la prestation dans l’émission de Laurent Ruquier « On n’est pas couché ».

                Même si la pratique de Nicolas Sarkozy est très éloignée du gaullisme, souvent même contraire, il prend bien garde à s’inscrire dans son héritage.

                Maintenant, il reste une personnalité qui défend le gaullisme avec continuité sans jamais avoir bougé de sa ligne : c’est bien entendu Nicolas Dupont-Aignan.

                Sur Marine Le Pen, je crains qu’elle porte à jamais son nom : quoiqu’elle fasse, elle restera l’héritière de son père et diabolisée comme telle. A moyen terme, elle n’a aucune chance, je le crains pour elle.


              • rastapopulo rastapopulo 5 août 2010 14:13

                Recentrer le débat sur la France en tant que nation forte qui ne démissionne pas face au mondialisme est la seule solution pour les français et par ricochet pour les autres peuples qui bénéficieront d’une dynamique démocratique.

                Mais les vrais sujet, scission des banques par activité pour sauver uniquement celle de dépôt, le crédit publique productif (non-inflationniste donc) sans intérêts et protectionnisme contre le dumping social et environnementale, sont tabous.

                Il est devenu interdit d’être autre chose que anti-capitaliste ou anti-nation.

                Comme si le capitalisme productif n’avait pas déjà battu l’impérialisme financier anglosaxons (à la base des fascismes ; Morgan, Warburg,...) à maintes reprises (Roosevelt, Lincoln, de Gaulle, Bismark,...).

                Comme si la nation n’était pas l’instrument le plus puissant dans une démocratie.


                • Tythan 5 août 2010 14:20

                  Merci pour cet article, j’espère avoir le temps d’y répondre bientôt.

                  Sans répondre sur le fond, pour moi, le FN n’a absolument aucune chance de l’emporter. Et cela parce qu’il est complètement diabolisé. Certains ici veulent croire que Marine Le Pen sera capable d’inverser la tendance. Je ne le crois pas. Mais même si j’avais tort, elle n’y arrivera pas en seulement deux ans. Donc pour 2012, c’est complètement foutu. Par ailleurs, le programme du FN est très flou et surtout n’est absolument pas crédible (en gros, ils veulent sortir de l’ue... ce qui visiblement devrait résoudre tous les pbs pour eux... C’est tellement peu crédible qu’ils évitent de le crier sur tous les toits).

                  Surtout, les commentateurs semblent oublier aujourd’hui une chose : si jamais Marine Le Pen arrive à dédiaboliser son parti, elle mécontentera ainsi les électeurs traditionnels du FN et perdra donc ses soutiens. Le risque est grand qu’elle se retrouve toute seule, un peu comme Villiers : lors de sa tentative d’opa sur le fn, il a non seulement échoué mais également perdu une grosse partie de son électorat mécontent de son orientation.

                  Pour le moment, nous ne savons pas ce qu’il va se produire, attendons donc avant de faire des spéculations stériles !


                  • DIAGONAL 5 août 2010 14:34

                    mais le Fn, c’est quoi ? c’est Neully qui manipule les pecnots pour se faire des couilles en or. la sarkozy c’est la même.


                    • posteriori 6 août 2010 10:27

                      D’ailleurs ca marche à fond, tous les bas du front prêts à faire front commun dans le seul but de nous faire repasser sarko au 2eme tour et tout ça sans en être conscients. Sarko a tout compris, ce n’est pas sur les démocrates qu’il peut s’appuyer pour passer, cet été n’est pas le virage a droite de l’ump, mais juste un vidage de la raison par l’instinct.

                      Si tu detestes ta France, tu mérites Sarkozy !


                    • pastori 5 août 2010 14:41

                      rassemblement de tous les souverainistes. ils sont combien ?

                      ils ont réservé un box de vip à longchamp.
                      mais il restera quand même quelques places

                      quel Français au cerveau normal et qui fonctionne, qui aime son pays, remettrait son pays entre ces mains là ?

                      régler le problème des immigrés (ce qui est loin d’être gagné, faudra convaincre les entreprises, ou alors elle partirons ailleurs chercher des esclaves à bas prix) réglé ça, admettons, après, on mange quoi ?

                      chômage, pouvoir d’achat, délocalisation, santé, hôpitaux, enseignement, sécu, retraites......
                      ce sera comment, messieurs les aventuriers ?.

                      je ne demande qu’à être convaincu. alors allons z-y j’écoute.


                      • VOXPOPULI 5 août 2010 14:49

                        Marine LE PEN exerce son mandat européen avec responsabilité (Membre de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures et de la délégation pour les relations avec Israël, )
                        Que ceux qui semblent la soutenir en fasse de même.
                        Les sorties stigmatisants Israel sont dépassées. Elles ne servent que de repoussoir et hypothèquent gravement l’adhésion des millions d’électeurs potentiels.


                        • pastori 5 août 2010 14:52

                          elle y va souvent au parlement européen ?

                          ce sera comment ? 

                          sortie de l’europe ? impossible
                          sortie de l’euro ? imposssible
                          évasion fiscale : maxi
                          fin du capitalisme ? nenni
                          fin du bouclier ? nenni
                          retraite à 65 ans ? yes
                          partage des richesse ? nenni
                          maintien du poids des puissants ? yes
                          indemnisation du chômage ? fini ! qui est à l’abri ?
                          délocalisation ? en masse 
                          régime policier ? yes ! pour ne pas dire plus.

                          alors qui en veut ?


                          • Shiva Shakti Shanti Shiva Shakti Shanti 5 août 2010 15:04

                            Pastori, c’est terrible mais si ces gens-là « passent » il y aura une guerre civile chez nous, une vraie, et il nous faudra entrer en résistance contre ce facisme ambiant...


                          • LE CHAT LE CHAT 5 août 2010 15:10

                            @shiva

                            c’est pour ça que tu fais la manche , tu veux acheter un AK47  ?  smiley  smiley  smiley  smiley


                          • sonearlia sonearlia 5 août 2010 15:25
                            « sortie de l’europe ? impossible
                            sortie de l’euro ? imposssible »
                            Bien sur que si, c’est possible.

                          • sonearlia sonearlia 5 août 2010 15:27

                            « Pastori, c’est terrible mais si ces gens-là »passent« il y aura une guerre civile chez nous, une vraie, et il nous faudra entrer en résistance contre ce facisme ambiant... »

                            Quel fascisme ? le fascisme il est chez les atlantistes, pas chez les nationalistes.

                          • chlegoff 5 août 2010 23:52

                            Si la France veut retrouver sa souveraineté, elle le peut. Je pense comme Asselineau que les citoyens souverainistes devront mettre de coté leurs clivages idéologiques, qui de toutes façons n’ont aucun sens dans une zone française Euro-Atlantiste (gauche ou droite même politique). En ce qui concerne les craintes d’un régime policier, je vous rassure nous sommes déjà soumis à la dictature des marchés et des médias, ce que Chomsky appelle « La fabrication du consentement. » 


                            En un mot, si on se sent l’âme d’un souverainiste, il faut résister, donc éteindre la télévision, la radio, se cultiver et informer ses concitoyens. 

                          • pastori 5 août 2010 15:34

                            repondez à la question ! ce sera comment ?

                            mais y avez vous seulement pensé ?


                            • LE CHAT LE CHAT 5 août 2010 15:39

                              @PASTORI

                              à part sur la sécurité car le PS est laxiste et pro -racaille , pour le reste , c’est le programme de gauche de DSK , comme des autres ça !


                            • sonearlia sonearlia 5 août 2010 15:51

                              Quel question ?


                            • pastori 5 août 2010 15:58

                              quel question ?

                              celle la :

                              ce sera comment ? 

                              sortie de l’europe ? impossible
                              sortie de l’euro ? imposssible
                              évasion fiscale : maxi
                              fin du capitalisme ? nenni
                              fin du bouclier ? nenni
                              retraite à 65 ans ? yes
                              partage des richesse ? nenni
                              maintien du poids des puissants ? yes
                              indemnisation du chômage ? fini ! qui est à l’abri ?
                              délocalisation ? en masse 
                              régime policier ? yes ! pour ne pas dire plus.


                              alors question : ce sera comment concrètement ?

                              et on ne répond pas par une pirouette irresponsable mais une réponse d’adulte !


                            • pastori 5 août 2010 16:01

                              ta réponse est celle d’un décérébré irresponsable qui déteste son pays pour le confier à n’importe qui
                              sans avoir aucune idée de ce qui va lui arriver.
                               c’est pas dsk qui va gagner selon ton souhait mais marine. alors parlons en s pour peut que tu y ai seulement pensé !

                              alors ce sera comment, cette aventure ? le lait et le miel ?


                            • pastori 5 août 2010 16:02

                              ça c’était pour le chat


                            • sonearlia sonearlia 5 août 2010 17:03

                              ce sera comment ?

                              lis leur programme politique,va sur leur site...

                            • rastapopulo rastapopulo 5 août 2010 21:06

                              Et toi Pastori !!!!!!!!!!!!!!!!

                              Comment faisaient les gens avant l’UE ?????????????????????????????????????????

                              T’a des questions je te jure. Plus propagande que ça tu meurs. Une Europe non financière était viable. Si elle est financière autant la quitter et basta.

                              Tu nage en plein mondialisme avec des nations incapable... mais pendant les 30 glorieuses c’était le contraire et 0 déficits, des avancés sociale, une finance régulé, des avancés technique financé par le publique, du crédit sans intérêts,... !!!!

                              En plus tu ne fait même pas l’effort de te renseigner avant d’avance n’importe quoi ou plus exactement tu répète ce que veule les financiers anglosaxons. 

                              http://www.nationspresse.info/?p=30874

                              En plus tu participait à l’article où c’était déjà posté, un peu de sérieux dans tes envollés 


                            • pastori 6 août 2010 02:07

                              moi je m’adresse à ceux qui savent, à ceux qui ont fait leur choix. c’est quand même pas sur du vent ?
                              sans y réfléchir ?

                              alors je pose à ceux là qui ont bien pesé l’avenir de leur pays , ce sera comment ? vous le voyer comment l’avenir avec lepen ?

                              bon sang donnez nous envie de vous suivre ! expliquez !

                              à moins que vous n’en sachiez rien vraiment ! dans ce cas ce serait grave de partir à l’aveuglette !


                            • foufouille foufouille 6 août 2010 10:54

                              @ pastori
                              ca dependra de ce qu’elle fera au pouvoir
                              ca peut cramer ou etre une chance
                              bien sur chevenement et ses 2 HLM, ou megret le pourri doivent etre ecarte
                              le changement doit etre reel et non illusoire


                            • rastapopulo rastapopulo 7 août 2010 00:37

                              Monsieur « Moi je pense que, et si je comprend pas c’est de votre faute »,

                              Me Pen ou pas Le Pen, c’est du programme que tu voulais parlé ou pas ?????

                              Tu commence par affirmer que l’économie ne marchait pas avant l’€... Et les 30 glorieuses ? et le déficits avec l’€ ?

                              Ensuite tu nous demande nos motivations alors que je t’ai déjà donné le programme du FN sur l’économie et la finance.

                              Après tu nous amalgame en défenseur invétéré de Le Pen, ce que je ne suis pas mais Le Pen est bien au-dessus des politiques que sont tenu pour crédible par le cirque médiatique anti-nation. 

                              C’était juste ta suffisance face à Le Pen qui défend des mesures historiquement valable qui me pousse à t’aider mais bon je vois ton envie de t’instruire.


                            • Elisa 5 août 2010 15:42

                              Beaucoup de bruit pour une candidate qui est bien la fille de son père et qui appuie son fond de commerce sur les opinions les plus haineuses et les plus racistes. Le discours de Grenoble prouve d’ailleurs que désormais Sarko et Marine Le Pen c’est bonnet blanc et blanc bonnet. Et qu’on ne cherche pas une véritable opposition dans ce souverainisme qui n’est qu’une division du travail de la droite.

                               Marine LePen veut ratisser dans le peuple les troupes de renfort du capitalisme. C’est parce qu’elle n’est pas « fréquentable » qu’elle est particulièrement utile à l’UMP surtout la veille du débat sur les retraites.

                              Il est urgent que le peuple se ressaisisse et qu’une véritable opposition de gauche affronte ces deux complices.


                              • SEPH 5 août 2010 15:46

                                La politique du FN et des LEPEN :

                                 - Taper sur les pauvres et les faibles.

                                 - Courber l’échine pour baiser la main des nantis, des spéculateurs, du fric,..

                                ça c’est le programme.

                                La stratégie  : foutre la trouille au peuple pour le mener par le bout du nez,cela est un bon moyen pour le contrôler. 


                                • Causette Causette 5 août 2010 16:58


                                  Les exemples de candidats qui ont trahi sont innombrables et nombre de pays offrent un assemblage surprenant de personnes de toutes classes, qui, entrés dans la politique par la porte de gauche, se trouvent, quelques années plus tard, les plus farouches adversaires de la population.

                                  On peut se demander qui est le plus à blâmer : de l’électeur naïf et par trop crédule, ou du candidat à l’élection bien souvent roublard et menteur.

                                  En déployant son domaine d’action, la politique a également étendu son champ de corruption, et les candidat n’hésiteny pas à affirmer les anomalies les plus farfelues, à employer la délation et le mensonge, pour abattre leur adversaire d’en face, qui n’est du reste d’ordinaire pas plus intéressant qu’eux.

                                  Les candidats aux élections ne reculent devant aucune promesse, même les plus ridicules, les plus irréalisables, pour s’attacher les faveurs des électeurs sollicités et, si ça ne suffit pas, ils n’hésitent pas à acheter les consciences, de même qu’ils sont prêts à vendre la leur.


                                  • Yann Amare 5 août 2010 17:49

                                    C’est là que l’on voit se révéler (pour les idiots qui n’avaient pas compris) toute les verrues FN et affiliés, avec comme Madonne en chef la blondasse fille du tortionnaire borgne...Avec comme alliés improbables les facho-sionistes, quel beau panier de crustacés à pinces (prêts à se déchirer entre eux au moindre pépin) quelle rigolade !!!...

                                    Préparons nos mouchoir pour pleurer de rire.... smiley smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Malakine


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès