Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Vers une autre Europe ?

Vers une autre Europe ?

C’est définitif, Merkel et Sarkozy ne formeront jamais le couple historique dont l’harmonie et l’entente permettraient à l’Union Européenne de franchir le cap décisif de son émancipation vis-à-vis de l’empire Américain.

Ces deux là ne s’entendent sur rien, en témoigne leurs affrontements sur le sauvetage de la Grèce ou sa sortie de l’Euroland mais aussi la lutte contre les spéculateurs accusés d’attaquer les dettes souveraines et donc les états.

Signe de leur différence, l’une agit avec détermination en annonçant le 18 mai 2010 une décision importante tandis que l’autre gesticule mais soutient plus ou moins discrètement les spéculateurs.

Comment appeler autrement ces deux décisions et ne pas se poser la question sur la volonté réelle du Président de la République - Chef du gouvernement, à agir contre les grandes banques prédatrices.

1) Les 5 et 19 janvier 2010, deux décrets ont été pris par Borloo, ministre de l’écologie mais aussi de l’énergie. Ces décrets autorisent des grandes banques américaines à exercer l’activité de fourniture de gaz pour les fournisseurs et entreprises mais pas pour les particuliers. En clair, l’achat et la vente d’importants volumes par les gazoducs sans contraintes d’investir dans des réseaux de distribution secondaires. Ces décrets instaurent de fait, une concurrence déloyale envers GDF qui est soumis à des missions de service public.

Ces grandes banques, JP MORGAN et GOLDMAN SACHS, sont bien connues pour leurs responsabilités dans la création et l’explosion de bulles financières et dans le déclenchement de la crise financière. Leur sens particulier de l’éthique ont amené le gouvernement américain à leur demander des comptes. Des enquêtes sont en cours.

Le ministre Borloo n’a pas pris la peine d’expliquer les raisons de ces curieux décrets, à moins que la presse française, peu curieuse et avare de commentaires, n’ait pas jugé utile de rapporter des informations qui « n’intéresseraient pas ses lecteurs ».

2) La ministre Lagarde, a averti que la France ne suivrait pas la chancelière Merkel sur sa décision du 18 mai 2010 d’interdire les ventes à découvert à nu, c’est-à-dire la vente de titres que l’on ne possède pas.

Cet artifice financier est l’un des moyens employés par certains spéculateurs pour manipuler les cours. Prenez une grande banque ayant de gros moyens. Cette dernière vend à découvert et à nu des millions de titres d’une entreprise cible, le titre baisse à un niveau anormal attirant l’attention des possesseurs réels des actions. Paniqués, certains vendent pour suivre le marché et limiter leurs pertes. Le mouvement de baisse s’amplifie grâce aux ordinateurs qui contrôlent une grand partie des transactions. Il ne reste plus qu’à « remonter les filets » c’est-à-dire à acheter autant de titres qu’on en a vendus à découvert et à empocher la différence.

C’est ce mécanisme qui est utilisé contre les monnaies et les dettes souveraines.

Les explications de Lagarde sont un brin alambiquées et d’une mauvaise foi évidente. Dans un premier temps, la ministre annonce que la France ne suivra pas l’Allemagne. Dans un deuxième temps, elle affirme que la France avait pris elle-même des mesures similaires et que c’est donc l’Allemagne qui suit notre pays. Et enfin, dans un troisième temps, elle dénonce cette décision unilatérale "dans ses modalités, discutable, car il n’y a pas eu de concertation préalable" avec les partenaires européens.

Cette agressivité de Lagarde rappelle ses déclarations concernant les exportations jugées excessives de notre partenaire. Déclarations qui ont provoqué la colère allemande.

Pour ne rien arranger, cette information publiée par le grand quotidien espagnol « El Païs » selon laquelle Nicolas Sarkozy aurait « tordu le bras de Merkel » en exigeant lors du week-end crucial "un engagement de tous pour que chacun aide la Grèce, en fonction de ses moyens, ou la France réexaminerait sa situation dans l’euro".

En clair, Sarkozy aurait menacé Merkel de faire exploser l’Euro. Bien que démentie par tous les intéressés mais maintenue par « El Païs », cette révélation sur le nouveau bras de fer entre Paris et Berlin ne présage rien de bon pour l’avenir. En effet, avec ce genre d’argument « nucléaire », la France ne plus être considérée comme un partenaire crédible de l’Allemagne, pays dominant de l’Union Européenne.

Il est illusoire de croire que l’Histoire s’est figée en 1945, que l’Allemagne restera éternellement dans la sphère d’influence d’un empire américain en déclin, que son intérêt vital est de se maintenir dans une Union Européenne poussive, et même qu’elle sera toujours réfractaire à une alliance plus large avec les Russes.

La dernière déclaration de Merkel du 20 mai 2010, "L’euro est en danger, et si nous ne nous prémunissons pas contre ce danger, les conséquences pour l’Europe seront incalculables et les conséquences au-delà de l’Europe seront incalculables" est-elle une réponse de la bergère au berger ? « Tu me menaces sur l’Euro. Je te menace sur l’Union Européenne. »

Une autre lecture peut être faite. Cela peut-être aussi le signe d’une réflexion sur l’avenir d’une Allemagne parvenue à se débarrasser de sa culpabilité. D’autant que la Russie poursuit la reconquête diplomatique des pays de l’ex URSS, amorce une réconciliation avec la Pologne et a besoin d’un partenaire puissant à l’Ouest. Des capitaux, et des machines contre du gaz et du pétrole.

Que restera-t-il de la puissance anglo-saxonne lorsque la dépression économique sera passée ? Un nouvel ordre mondial est en cours d’élaboration et ne pas en tenir compte est une grave erreur historique que Sarkozy ne manque pas de faire. Il faut envisager l’éventualité que l’Allemagne décide de créer à moyen terme un nouvel espace économique restreint qu’elle contrôlerait.

L’incapacité de son « conjoint français » à mettre de l’ordre dans ses comptes, son comportement menaçant, son manque de crédibilité et l’arrogance d’un exécutif inefficace peuvent l’inciter à franchir le pas et à prendre le large avec les bijoux de famille. La France n’aurait d’autre recours que d’essayer de rassembler autour d’elle les pays du Club Med. Il s’agirait bien d’une autre Europe.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.81/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • JL JL 21 mai 2010 09:54

    Bonjour Daniel Roux. Au sujet de Lagarde, il faut savoir qu’elle applique une politique directement inspirée de l’école de Chicago.

    Vous écrivez : « Un nouvel ordre mondial est en cours d’élaboration et ne pas en tenir compte est une grave erreur historique que Sarkozy ne manque pas de faire. »

    Cette phrase me parait ambigüe et peu pertinente. En effet, NS lui-même a dit : « Un nouvel ordre mondial est en train de se mettre en place, et nul ne pourra s’y opposer ». Est-ce que vous évoquez un autre ordre que celui dont parle NS ?


    • Daniel Roux Daniel Roux 21 mai 2010 11:13

      Tout à fait JL.

      Sarkozy évoque la mondialisation par le libre échange et la financiarisation à l’Anglo-saxonne. C’est là tout son horizon.Son incompétence le pousse à l’arrogance et son tempérament aux coups médiatiques. Il ignore les mouvements tectoniques des puissances déclinantes et émergentes. Il n’est pas l’homme de la situation. Ivre de son pouvoir provisoire, il fait tituber la France.

      Il est dangereux pour l’avenir des Français, d’ignorer la ré émergence de la Russie. Ses victoires diplomatique en Asie Centrale et en Ukraine, les signes d’une prochaine réconciliation avec la Pologne, les avantages réciproques d’une alliance plus étroite avec l’Allemagne.

      En Asie, une zone intégrée à fort potentiel s’est formée sous domination chinoise. L’Inde hésite encore mais le Japon va devoir bientôt choisir entre ses ex bourreaux et ses ex victimes.

      Les USA ont trop usé de leur puissance et l’a finalement épuisée par des choix suicidaires qu’elle a imposé à l’Union Europénne.

      La Grande Bretagne s’est isolée. L’Allemagne domine, la France trépigne. L’UE est à la croisée des chemins. Ses dirigeants ont choisi les multinationales contre les peuples. Les délocalisations massives contre le développement d’un modèle social original. Elle a perdu toute légitimité après le coup de Lisbonne. Il n’est écrit nul part qu’elle en sortira par le haut.


    • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 21 mai 2010 14:54

      Les « élites occidentales » se trouvent en pleine fuite en avant sans aucune réelle perspective.

      Dans le cas de l’Europe, ça tourne au grotesque : c’est un ensemble de cercles restreints qui ont été à l’origine de la débâcle actuelle par la politique qu’ils ont imposée depuis les années 1980, mais qui passent leur temps à se congratuler mutuellement et à se donner collectivement raison à eux-mêmes.

      Voir, par exemple, nos trois derniers articles :

      M. Monti, président européen de la Trilatérale

      http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2010/05/19/m-monti-president-europeen-de-la-commission-trilaterale.html

      Le 19 mai, un article du Figaro intitulé « Universités : Valérie Pécresse s’inspire du modèle allemand » peut laisser le lecteur perplexe par ses raccourcis. On y lit notamment que, « grâce au projet d’excellence de l’enseignement supérieur allemand », la Technische Universität München aurait « réussi à faire revenir une dizaine de ses professeurs partis à l’étranger ». C’est oublier quelque peu rapidement la gravité de la crise économique dans un certain nombre de pays, et qui aux Etats-Unis comme au Royaume-Uni atteint très profondément le tissu universitaire. Au même moment, un président d’université privée est devenu président européen de la Commission Trilatérale. Ils s’agit de l’ancien commissaire européen Mario Monti, actuellement président de l’Università Commerciale Luigi Bocconi de Milan et président honoraire du think tank Bruegel dont il fut l’un des fondateurs. L’avenir de la recherche française et européenne sera-t-il décidé par des professeurs d’Economie d’universités privées et des membres de think tanks ? On pouvait déjà le craindre à l’examen, entre autres, du « rapport Aghion » qui ne mentionne même pas l’existence Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) et des autres organismes publics de recherche français, et de la composition de la commission qui a élaboré ce rapport. Le 19 mai également, le communiqué du Conseil des Ministres fait état d’un projet de loi de finances rectificative pour 2010, avec « pour objet de permettre à la France d’apporter sa contribution aux mécanismes européen et international garantissant la stabilité financière de la zone euro ». L’adoption des accords européens en la matière il a une dizaine de jours a coïncidé avec la clôture de la réunion plenière de la Commission Trilatérale à Dublin du 7 au 9 mai. Le lendemain de cette réunion, Mario Monti s’exprimait dans Le Monde en tant que rapporteur auprès de la Commission Européenne devant remettre le même jour à José Manuel Barroso un rapport sur « Une nouvelle stratégie pour le marché unique au service de l’économie et de la société européenne  ». Tout un programme. Quels services publics seront les premiers à en faire les frais ?

      [la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2010/05/19/m-monti-president-europeen-de-la-commission-trilaterale.html ]

      http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2010/05/20/monti-grece-refractaires-nationalistes.html

      Monti, Grèce, Barroso, « réfractaires », « nationalistes »... (I)

      Le 20 mai, une nouvelle grève générale a lieu en Grèce, pays qualifié par Mario Monti de « réfractaire au marché unique et à la concurrence ». Au même moment, d’après une note d’European Voice intitulée « Monti must try harder », le président de la Commission Européenne José Manuel Barroso s’apprêterait à durcir encore les recommandations formulées dans le rapport du nouveau président européen de la Commission Trilatérale. Pourtant, la panoplie brandie par Mario Monti paraît déjà « suffisamment » inquiétante. La réalité est qu’à des possibles différences de tactique près, Monti et Barroso préconisent conjointement une stratégie de démolition accélérée des Etats souverains et de casse sociale à grande échelle en vue d’un « marché unique européen ». Opération qui ne sera en réalité qu’un ingrédient de la stratégie permanente de « marché unique » mondial avec nivellement par le bas des droits des citoyens et des acquis sociaux. Barroso chercherait-il à mettre au point un nouveau plan avant la conférence de Bilderberg qui doit se réunir à Sitges (Catalogne) dans deux semaines ? Force est de constater qu’à l’Union Européenne comme ailleurs, et quelles que soient les instances, ces débats sont menés très loin des citoyens, voire même des parlements nationaux réduits de fait à un rôle provincial. Peut-on décemment qualifier de « réfractaires », ou encore de « nationalistes », « souverainistes »... ceux qui s’opposent à de telles pratiques ? C’est un fait évident, que les actuels Etats souverains sont à ce jour les seuls garants des droits des citoyens et des acquis sociaux. Le 20 mai également, Le Point intitule « LUTTE CONTRE LES DÉFICITS - La cure amaigrissante de Nicolas Sarkozy » un article consacré à la « deuxième conférence nationale sur les déficits, réunie autour de Nicolas Sarkozy » organisée et présidée ce jour par le Président de la République. Curieuse pratique, consistant à faire payer les prétendus « déficits » par les travailleurs et les citoyens qui les subissent, et pas par les grands financiers et industriels qui en sont à l’origine et dont les Etats renflouent les caisses aux frais de la grande majorité de la population.

      [la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2010/05/20/monti-grece-refractaires-nationalistes.html ]


      http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2010/05/20/monti-grece-barroso-refractaires-nationalistes-ii.html

      Monti, Grèce, Barroso, « réfractaires », « nationalistes »... (II)

      Le 20 mai, la quatrième grève générale grecque contre la prétendue «  austérité » a témoigné clairement d’un état de mobilisation permanent de la part de la population, pendant que Capital diffuse une note intitulée : « Le CAC 40 lâche plus de 3%, Wall Street en forte baisse ». Mais les « investisseurs » ne font pas tourner la production. Sans eux, sans les lobbies financiers et sans les « élites » porteuses de la «  politique unique », la débâcle économique des Etats-Unis et des pays de l’Union Européenne ne se serait jamais produite. C’est sans doute dans cette coupure de plus en plus profonde entre la finance, la «  gouvernance » et la « gestion » d’une part, et le travail réel de l’autre, que réside la cause profonde de la crise actuelle. Une dizaine de jours avant le cinquième anniversaire du référendum français sur le projet de Traité Constitutionnel Européen (TCE), le constat est particulièrement accablant. Et les attaques récentes de Mario Monti contre le fonctionnement (relations de travail, acquis sociaux, domaine public...) de la Grèce visaient-elles uniquement ce pays ? Le 20 mai également, à l’occasion de la Journée Maritime Européenne, le site de la Commission Européenne attribue à son président José Manuel Barroso une déclaration estimant que la Politique Maritime Intégrée constitue « an important example of joint up policy making for sustainable and inclusive growth in the context of our Europe 2020 strategy ». De son côté, le Fond Monétaire international (FMI) exige notamment de la Grèce «  une répartition équitable de la charge de l’ajustement entre toutes les couches de la société en épargnant les groupes les plus vulnérables et en alourdissant la fiscalité pour les groupes relativement plus aisés  », ainsi que « des mesures pour rationaliser le secteur public ». Quelles mesures, et que signifie l’expression « rationaliser » ? A ce sujet, une dépêche AFP rédigée à Washington et rediffusée par des médias suisses souligne que l’aide du FMI à la Grèce a été accordée « en échange de mesures d’austérité drastiques, touchant entre autres les rémunérations dans la fonction publique ». La souveraineté des Etats et leurs infrastructures et services publics sont la cible directe de l’actuelle offensive d’instrumentalisation de la crise économique. Mais est-ce autre chose que la fuite en avant d’un milieu fermé, responsable de la destruction des économies occidentales et qui cherche par tous les moyens à se donner raison a posteriori ?

      [la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2010/05/20/monti-grece-barroso-refractaires-nationalistes-ii.html ]

      et juste avant :

      CNRS et piège européen (I)

      Bilderberg, la Trilatérale... et le monde (I)

      Bilderberg, la Trilatérale... et le monde (II)

      Bilderberg, la Trilatérale... et le monde (III)

      Bilderberg, la Trilatérale... et le monde (IV)

      Bilderberg, la Trilatérale... et le monde (V)

      Bilderberg, la Trilatérale... et le monde (VI)

      Grèce : la faillite planifiée des Etats souverains

      Trilatérale 2010, à Dublin début mai

      Bilderberg 2010, en Catalogne début juin

      Cordialement

      Le Collectif Indépendance des Chercheurs
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/


    • lechoux 22 mai 2010 12:43

      Messieurs les chercheurs, votre post est trop long et il y a trops de liens. Je le zap pour ne pas perdre le fil sur l’article. Bien à vous.


    • Gourmet 2012 23 mai 2010 22:09

      Libre à vous, lechoux. Mais en ce qui me concerne, j’ai parcouru ces articles d’Indépendance des Chercheurs et je trouve qu’ils contiennent des informations fort intéressantes. A commencer par cette désignation de Mario Monti à la présidence de la Commission Trilatérale côté européen, si on pense au rôle joué par Monti au sein des institutions de l’Union Européenne. Quel autre blog en a parlé ?

      A moins que vous ne soyez allergique à entendre parler de la Trilatérale et de Bilderberg. C’est vrai que les réprésentants de « droites », « gauches » et « centres » français n’y ont jamais manqué.

      Gourmet 2012
      La cuisine électorale de 2012
      http://gourmet2012.wordpress.com/


    • Triodus Triodus 21 mai 2010 09:55

      Le soi-disant « moteur Franco-Allemand » de l’europe est un V2 bancal, fait d’un cylindre de grosse Merced’ et d’un tout petit piston de Twingo.

      ( Pour voir le moteur en action, c’est ICI )

      Une fois la bielle française bien coulée et l’Allemagne repartie sans son boulet, l’Olibrius pourra se reconvertir en "sauveur de l’Europe du Sud" en leur proposant des pièces détachées de trotinette au cas où..

       


      • Daniel Roux Daniel Roux 21 mai 2010 11:15

        Cette histoire de boulet me rapelle quelque chose :

        http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-boulet-43253


      • cathy30 cathy30 21 mai 2010 10:18

        bonjour daniel roux
        vous aimez bien les histoire de boulet smiley
        L’allemagne à derrière elle également 50 ans de repentance de la dernière guerre, quant à la france, nous avons toujours été dans l’ambiguité jusqu’à l’élection du petit. Des décisions importantes vont se prendre dans très peu de temps, le bateau coule.

        Cette vidéo sur la comemoration du 9 mai en russie est très parlante, et sarkosy pretextant une impossibité d’y assiter pour crise financière est tout un symbole.

        http://www.realpolitik.tv/geopolitique-de-la-russie/celebrations-russes-du-9-mai-ou-echec-de-la-repentance


        • Daniel Roux Daniel Roux 21 mai 2010 11:17

          Bonjour Cathy 30

          C’est vrai, quel boulet !!  smiley

          Et oui, il est sans doute trop petit pour la grande Histoire.


        • lechoux 22 mai 2010 12:51

          Il a eu Napoléon, Napoléon le petit puis maintenant Napoléon l’avatar(dit Naboléon par certains). Le deuxième était déjà une carricature selon ses contemporains. Le notre a dû recevoir des pesticides dans son éprouvette d’Epsilon ( Réf : Le meilleur des mondes d’Aldous Uxley )
          Issu du résumé Wikipédia : « Les traitements que subissent les embryons au cours de leur développement déterminent leur future position dans la hiérarchie sociale (par exemple : les embryons des castes inférieures reçoivent une dose d’alcool qui entrave leur développement, les réduisant à la taille d’avortons). »


        • Cug Cug 21 mai 2010 10:42

          Il ne faut rien attendre de Sarko et Lagarde, les deux sont aux ordres des décideurs US, d’ailleurs leur ministre de l’économie vient donner ses instructions ... qu’il ne faudra pas suivre bien entendu.


          • Daniel Roux Daniel Roux 21 mai 2010 11:18

            C’est comme ça quand on a juré allégeance au grand costaud dans la cour de récré.


          • Thierry LEITZ 21 mai 2010 11:44

            Après la GF, la GWOT, pas assez « hard » voilà que les belliqueux en chef aux commandes de la seule superpuissance et de droit divin svp, veulent entraîner le monde dans une nouvelle division majeure : Est contre Ouest, méchants contre bons, Russie contre E-U, Allemagne contre France. Car en divisant les pays clés de l’UE (Fr et All) c’est l’union elle-même qui est remise en cause.

            L’UE, nouvel enjeu de l’affrontement des grands ?

            Avec un axe US-GB contre Russie-Allemagne ? Et NS qui décide qu’on est du côté ouest, forcément, puisque ce sont eux les bons, la liberté, la démocratie, etc... Et la Chine en rôle d’arbitre ? Turbulences en vue...

            L’affrontement ne fera que des (petits) perdants et quelques (gros) gagnants, çà tombe bien, ce sont eux qui dirigent, marchands d’armes et autres banquiers... lesquels sont au courant de l’état de faillite de la maison US et dont la guerre chaude serait une planche de salut. On casse tout et On recommence. La croissance, c’est çà.

            Un monde super, comme on les aime ! Choisis ton camp, camarade !
             
            Il faut espérer assez de consciences aiguisées pour refuser cet engrenage létal, assez de Jaurès qui aiment plus CE qui nous rapproche que CEUX qui nous divisent.

            Je serai de ceux-là...


            • Daniel Roux Daniel Roux 21 mai 2010 13:36

              Les nouveaux porte-avions sont les banques et les « marines », les Traders.

              Les armes sont la corruption, la manipulation des masses et le terrorisme d’état.

              Seuls les morts sont semblables à ceux du passé. Des destins fauchés pour des luttes de pouvoirs qui les dépasse.


            • non666 non666 21 mai 2010 12:51

              Excelent !
              Cette opposition Sarkozy Merkel sur les ventes a decouvert et en fait cette opposition merkel/lagarde est le « smoking gun » , la marque visible de ce que represente reelement l’instalation par les anglo-saxons de sarkozy et de sa comissaire politique dans notre pays.
              Ils sont la pour couler l’Europe en coulant son dernier Etat ayant rang de grande puissance independante.

              Cet objectif etait affiché haut et fort dès 1992 dans un document appelé le Planing defense guidance.
              Ce document est , entre autres, l’ancetre des bibles Neo-cons pour batir le « New World Order »
              « Punir la france.... »
              Il est extremement interessant que cette absence de la France eternelle, depuis l’avenement de Sarkozy, marque en fait un retour forcé de l’allemagne, obligée de reprendre l’initiative malgrès son desir de discretion.

              En montrant comment neutraliser la speculation contre les banquiers anglo-saxons, par supression de leurs instruments a effet levier, Merkel montre à la finance europeenne QUI s’y oppose en Europe....
              Lagarde expose donc son statu de lobbyiste en chef des interets anglo-saxons qu’elle defendait deja dans son metier precedent...
              On voit bien dans cette histoire que Sarkozy n’est qu’une poupée , une marionette qu’on a mis en place dans le seul but de detruire Chirac et ceux qui avaient osé s’opposer aux interets Judeo-anglo-saxons en irak.
              Judeo : car Israel avait interet a detruire le SEUL Etat arabe capable de federer le monde arabe et de s’oposer à la menace israelienne .
              Anglo-saxon : car en detruisant l’Europe et son Euro, la zone dollar peut survivre quelques années de plus et continuer a prelever sa dime sur l’economie mondiale.
              Ici on voit bien que Lagarde est la seule qui essait de fournir un argumentaire a cette opposition a l’interdiction des ventes a decouvert.

              Quel interet y a NOTRE pays ?
              Aucun !
              Car les ventes a decouvert et les effets leveiers sont les deux armes de la speculation contre notre monnaie commune et surtout contre NOS futures notations par les agences de ratings !
              Pour tous les financiers un peu averti, le comportement de lagarde est la preuve qu’elle ne sert surement pas nos interets et qu’elle est au minimum l’agent de la mondilisation financiere ultra-liberale du gouvernement.


              • Daniel Roux Daniel Roux 21 mai 2010 13:51

                Merci non66, ton compliment me va droit au cœur.

                Si je te comprend bien tu estimes que l’incompétence de Sarkozy permet à Merkel de s’affirmer ?

                Mon opinion est que jusqu’à la réunification, l’Allemagne avait besoin de la France. Il lui suffisait de permettre à nos présidents de briller sur la scène internationale pour obtenir d’eux ce qu’elle voulait, un ticket d’entrée pour Airbus ou l’accord pour la réunification (qui n’était pas indispensable mais formellement préférable).

                Après la réunification, il en va tout autrement. L’Allemagne peut affirmer sa domination européenne et imposer ses exigences d’autant que les anglais sont hors course.

                Reste que nous ne lui sommes plus autant utiles.

                Ce n’est pas un jugement que je porte dans ce commentaire. Je n’écris pas « Ouh ! Les méchants ». Chacun joue son jeu dans ce monde cruel où la devise préférée des vainqueurs est : « Malheur aux vaincus ».


              • kiouty 21 mai 2010 14:41

                "Lagarde expose donc son statu de lobbyiste en chef des interets anglo-saxons qu’elle defendait deja dans son metier precedent..."

                Les intérêts de l’ELITE affairiste et politique anglo-saxonne alors disons.

                Je ne suis pas sur que la majeure partie des citoyens anglais ou américains bénéficient des retombées de la spéculation. Bien au contraire...


              • Internaute Internaute 21 mai 2010 15:36

                Le mutisme de l’établissement sur ce refus de Lagarde est ahurissant. Tout le monde se souvient des discours bravaches de Sarkozy à la sortie du G20 se posant en chef de file de ceux qui voulaient mettre au pas les puissances financières. Il n’ a absolument rien fait depuis novembre 2008 et maintenant que l’occasion se présente il fait volte-face.


              • lechoux 22 mai 2010 13:08

                Mitterrand avait conditionné son accord à la réunification allemande par l’engagement de l’Allemagne à adhérer à la monnaie unique. Je me souviens de 1989, le chute du mur de Berlin suive du flottement de la politique étrangère du Chancelier Kohl : ils envisageaient une union avec les pays de l’Est uniquement, pour avoir la main exclusive sur ce marché. N’oubliez pas que les allemands reçoivent la bible du voyageur de commerce à leur naissance.


              • lechoux 22 mai 2010 13:14

                Merkel est aussi opportuniste que Sarkozy. Souvenez-vous de leurs critiques qui ont fusé, de concert, sur la garantie apportée par l’Islande aux banques de leur nationalité au début de la crise de 2008. Immédiatement après, ces deux larons ont fait exactement de même. Ils veulent prendre les bonnes décisions les premiers, mais ils ne savent pas lesquelles.


              • Daniel Roux Daniel Roux 21 mai 2010 13:54

                Eh bien Chantecler, que nous vaut ce commentaire désabusé ?


              • stephane 21 mai 2010 14:33

                Analyse très intérressante, que je partage en grande partie avec vous. Minimisée par les médias français, la portée symbolique du geste de A. Merkel est considérable. Le genre de décision que l’on prend en signifiant aux autres que si ils ne suivent pas dans cette voie, on pourrait etre tenté de la suivre seule ; ou avec d’autres. Peut etre aussi est ce du bluff, les temps à venir sont vraiment cruciaux pour « l’idée européenne »... 


                • eresse eresse 21 mai 2010 15:30

                  Bonjour,
                  "Il faut envisager l’éventualité que l’Allemagne décide de créer à moyen terme un nouvel espace économique restreint qu’elle contrôlerait."

                  cette hypothèse est déjà prise en compte en Allemagne et on en trouve trace dans les journaux depuis quelques temps.
                  http://www.faz.net/s/Rub3ADB8A210E754E748F42960CC7349BDF/Doc EAD022E2AB15F4C9F9E87E8657FAE90CE ATpl Ecommon Scontent.html
                  Les pays européens cités pour prendre part a cette nouvelle union sont, Autriche, Belgique, Finlande, Hollande, Luxembourg, Allemagne auxquels sont invités à se joindre la Pologne et la république Tchèque.

                  Le temps ou l’Allemagne avait besoin d’« un ticket d’entrée pour Airbus » est révolu. Maintenant, c’est elle qui mène le jeu. Ici à Toulouse, l’inquiétude porte sur Airbus, car son PDG, Tom Enders, a planifié depuis 2000 Le transfert de la chaine de montage des modèles les plus rentables (A320) à Hambourg au détriment de Toulouse. Il ne restera plus que les nanars (commercialement parlant) en france (le petit F est volontaire).

                  L’Allemagne est prête à tout pour sauver sa peau de l’Europe, en accroissant sa puissance industrielle au dépends de ses voisins s’il le faut.

                  Ce qui me dérange le plus, c’est le silence de nos dites élites.
                  Une chose est sure, nous vivons les derniers mois de l’Europe telle que nous la connaissons. Une autre chose qui semble de plus en plus claire, nous ne sommes pas dans le bon train., notre wagon vient d’être décroché.


                  • Daniel Roux Daniel Roux 21 mai 2010 16:34

                    Merci Stéphane.

                    @ eresse

                    Tous les pays sont prêt à tout (ou presque) pour s’en sortir. C’est bien là le résultat d’une humanité qui n’a pas su dépassé le matérialisme, c’est à dire le stade anal comme dirait Freud.

                    Ce qui est affligeant, c’est que ceux qui ont voulu suivre une autre voie que celle de la compétition, sont agressés, envahit, exploités et finalement détruits. Les exemples ne manquent pas de l’homme de Néanderthal au Thibet en passant par l’Afrique (sans jugement sur le bien fondé de ces voies originales).


                  • Et hop ! Et hop ! 21 mai 2010 15:45

                    Sarkozi et Lagarde sont de plus en plus obligés de révêler qu’ils défendent les intérêts de Goldman Sachs, Morgan-Stanley, Louis-Dereyfus, etc.. qui sont leurs véritables patrons, et pas du tout ceux de l’État, de la France et des Français qui les ont élus.


                    Il y a une semaine, lorsque la presse se faisait l’echo des accusations relative à la fraude grecque et des spéculations de Goldman Sachs contre ses propres clients, Lagarde a déclaré que le ministère des Finances Français conservait toute sa confiance dans les conseils que lui donnait Goldman Sachs.

                    De quel droit les fonctionnaires du Ministère des finances utilisent-ils les avis et les données statistiques de personnes étrangères aux service de l’État, et même étrangères tout-court, qui n’offrent aucune garantie de loyauté et de représentation, pour définir la politique de l’État ? Est-ce qu’il n’y a pas assez de fonctionnaires et de services pour faire les études et arrêter des politiques économiques et financières ?

                    Ces fonctionnaires se sont mis en situation de forfaiture et de trahison, et les preuves qu’ils donnent de leur implication sont de plus en plus nombreuses et évidentes.

                    À moins qu’ils aient prévu de s’enfuir dans un sous-marin de poche garé dans la Seine au pied de Bercy, ils devraient commencer à savoir qu’ils vont bientôt devoir rendre des comptes pour des fautes qui ont toujours et partout été punies de la peine capitale. Il y a eu dans l’histoire de France plus d’une douzaine de ministre des finances et autre grands argentiers pendus pour les mêmes raisons.

                    • dup 21 mai 2010 16:02

                      NNNOOOOOOONNNN !!!!!!!!
                       pas d’autre europe . retour aux états nation , aux monnaies nationnale . Retour de la démocratie confisquée . TOMBEZ PAS DANS LE PIEGE ’UNE AUTRE EUROPE’

                      http://upr63.fr/wp-content/uploads/2009/04/mensonge-quelle-europe.pdf

                      http://u-p-r.fr/?page_id=255

                      http://u-p-r.fr/?page_id=291

                      tabula rasa de cette europe de merde , corrompue , incompétante , soumise aux lobby et dictatures des banques et des usa


                      • Daniel Roux Daniel Roux 21 mai 2010 16:40

                        Dup

                        De toute façon nous ne serions pas dans cette nouvelle Europe de l’Est et du Nord.

                        Je suis de votre avis comme vous pouvez le constater en lisant mes nombreux commentaires et quelques articles que j’ai commis sur le sujet.

                        Mais l’Allemagne prenait le large, il est inévitable que Sarkozy et Berlusconi cherche à former le nouveau couple pipole à la mode et forme le nouveau Club Med. Qui se ressemble, s’assemble.


                      • ph11 21 mai 2010 17:48

                        Si tu veux provoquer la faillite des états Européens, Allemagne compris, c’est la meilleurs chose à faire. Sauf si cette sortie peut se faire gratuitement...


                      • Hieronymus Hieronymus 21 mai 2010 16:36

                        bonne analyse
                        je vous trouve presque trop clement a la fin Daniel qd vous parlez de « l’arrogance d’un exécutif inefficace », j’aurais carrement ecrit « l’arrogance d’un exécutif minable » !
                        concernant Lagarde, mon opinion est faite depuis longtemps, elle n’a qu’une strategie tres floue (et inefficace voire nuisible) car elle sert a l’evidence d’autres interets, sur cette question de l’interdiction des ventes a decouvert, c’est justement souligne par la video de Jovanovic ce jour :
                        http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/angela-merkel-entre-t-elle-en-26378

                        on mesure en meme temps l’extreme mediocrite de la classe politique francaise ;
                        en effet le Parti socialiste tient la une occasion revee d’assener un coup magistral au regime en place, pour cela encore faudrait il que ce parti dispose de personnalites politiques eclairees et honnetes, capables de faire montre d’un minimum de pedagogie devant l’opinion or ce n’est pas le cas a l’evidence, a part des slogans simplistes comme « faut faire payer les riches » le PS est incapable de proceder a un expose clair face aux electeurs et de demontrer la traitrise du pouvoir en place, est ce a croire que les socialistes sont eux aussi complices ?

                        encore un mot sur la suite et les consequences geopolitques ;
                        l’Allemagne a encore un pied en Europe mais les evenements actuels (la forfaiture de la France) vont l’inciter a poursuivre davantage sa strategie d’alliance economique avec la Russie car ils sont complementaires, qd ce systeme du tout financier se sera effondre (assez vite) la Russie aura pour son developpement plus que jamais besoin de la puissance et du haut niveau technologique de l’industrie allemande, et l’Allemagne pourra s’approvisionner sans limite grace aux enormes ressources de la Russie et de la Siberie, interets bien compris de 2 grandes puissances que la perfide Albion puis l’oncle Sam auront constamment tente d’opposer (avec un certain succes d’ailleurs) mais pour finir par un renversement historique ?
                        les puissances continentales, l’hinterland eurasien aura t il finalement raison de la fourbe thalassocratie ?
                         en tout cas je le souhaite ..


                        • Daniel Roux Daniel Roux 21 mai 2010 16:50

                          Oui la revue de presse de Javanovic est originale comme l’est son curieux penchant mystique.

                          L’hypothèse d’une Eurasie Blanche, du Rhin aux Kamtchatka est hors de mes capacités prédictives quoique si les appétits de la Chine sur la Sibérie s’exprimaient, elles pourraient provoquer des réactions surprenantes (importantes migrations clandestines chinoise en Sibérie).


                        • dup 21 mai 2010 17:41

                          non ,le penchant mystique de Jovanovic demontre une grande intelligence. Pour comprendre l’affreux théatre qui se joue ici bas il faut jeter un regard derriere le rideau pour voir les peids de satan qui dépassent du rideau. Pourquoi l’élite est aussi déconnectée de la base ? il y des raisons .Le prince de ce monde récompense ceux qui le servent .Ca a été écrit il y a plus de 150 ans :

                          Libéralisme destructeur
                          Du mal temporaire, auquel nous sommes actuellement obligés d’avoir recours, sortira le bienfait d’un gouvernement inébranlable qui rétablira le cours du mécanisme de l’existence normale détruit par le libéralisme. La fin justifie les moyens. Il faut, en dressant nos plans, que nous fassions plus attention à ce qui est nécessaire et profitable qu’à ce qui est bon et moral.

                          L’or est entre nos mains
                          Le despotisme du capital, qui est entièrement entre nos mains, tendra à cet État un brin de paille auquel il sera inévitablement forcé de s’accrocher sous peine de tomber dans l’abîme.

                          Les crises économiques
                          Cette haine sera encore accrue par l’effet que produiront les crises économiques qui arrêteront les marchés et la production. Nous créerons une crise économique universelle par tous les moyens détournés possibles et à l’aide de l’or qui est entièrement entre nos mains. Simultanément, nous jetterons à la rue, dans toute l’Europe, des foules énormes d’ouvriers. Ces masses seront alors heureuses de se précipiter sur ceux que, dans leur ignorance, elles ont jalousés dès l’enfance : elles répandront leur sang et pourront ensuite s’emparer de leurs biens.

                          Le libéralisme, ce poison mortel
                          Lorsque nous eûmes injecté le poison du libéralisme dans l’organisation de l’État, sa complexion politique changea ; les États furent infectés d’une maladie mortelle : la décomposition du sang. Il ne reste plus qu’à attendre la fin de leur agonie.
                          rit il y a au moins 150 ans

                          comme dirait Deproges : étonnant ,non ?





                        • Internaute Internaute 22 mai 2010 09:19

                          Vous avez tout à fait raison mais en y regardant de plus près cela donne quand même froid dans le dos. L’avenir que vous nous dessinez ressemble à la triple alliance contre la triple entente. Pensez-vous que l’assassinat du fils de Sarkozy mettrait le feu aux poudres ?


                        • Daniel Roux Daniel Roux 21 mai 2010 18:26

                          Merci pour ce brillant commentaire argumenté.

                          Vous êtes l’un des rares électeurs du Petit Timonier à ne pouvoir le nier puisque le seul article que vous ayez écrit est titré :

                          « J’irai voter pour Sarkozy sauf si.. »

                          C’est votre droit mais admettez que vous êtes l’un des responsables de la catastrophe en cours.

                          Affronter la réalité, n’engage pas de l’accepter passivement mais de s’y confronter en citoyen.

                          Quant à l’« ailleurs » recherché, il s’agirait plutôt d’un « autrement » plus positif pour le plus grand nombre.


                        • rastapopulo rastapopulo 21 mai 2010 23:37

                          Utopique ?

                          Mais ton monde de délocalisation de privatisation de vente à découvert d’effet de levier de non-régulation d’inflation de paniers de produits et non de masse monétaire n’a même pas 20 ans !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

                          Suffit pas de lâcher des mots magiques pour éviter de se contredire.


                        • ph11 21 mai 2010 17:44

                          Le problème, c’est que Merkel est dépassée et commence à paniquer. Elle n’a pas assez confiance en la solidité de l’euro, surtout depuis la mise en place du gouvernement économique.

                          Si l’euro baisse, c’est que beaucoup de spéculateurs ont misé sur sa chute et celle-ci enrayée, ils vont la maintenir pour se débarrasser de ces actifs toxiques.

                          Sans compter que Washington et Londres essaient de camoufler leur propre naufrage en attirant l’attention sur l’eurozone. Les agences de notations sont toutes Américaines, sauf moodie’s, qui est Américano-britannique.
                          Le financial times, qui est la voix médiatique de la city a, peu de temps avant la dégradation de la note grecque, publié un article dans lequel Goldman Sachs disait que la Chine refusait d’acheter des bons d’états grecs, ce qui démontre que les gens ne veulent pas financer la dette grecque... Mais c’est faux et le démenti n’a pas été publié par le FT...

                          Londres est dans la merde économique, les subprimes ont précipité la city dans un état de perfusion financière publique et celle-ci est devenue moins attirance, ce qui renforce l’euronext et Francfort...

                          La dette Anglaise a doublé par rapport au PIB depuis la crise, pour revenir au niveau qui a provoqué l’intervention du FMI il y a 30 ans... Leur déficit est un précipice. Il est impossible ces prochaines semaines qu’ils ne demandent pas l’intervention du FMI ou qu’ils ne fassent pas de politique qui dégradera leur note...

                          Les USA ne sont guère mieux, ils ont haussé la limite d’endettement à 100% du PIB, celle-ci atteint les 13 000 milliards de dollars, le plan d’Obama se limite à faire croire au peuple au retours de la croissance, ils vendent trop de bons d’états par rapport à la demande potentielle mondiale, ce qui fait qu’on suspecte la FED d’être le premier acheteur des bons du trésor. Qui peut acheter ces bons ? La Chine ? Elle préfère acheter les matières premières... L’UE, qui se prépare à assainir son budget ? L’Angleterre, le Japon, qui sont dans une merde pas possible ? Les ménages Américains, qui perdent leur pouvoir d’achat ? Les Banques sous perfusions de la FED ? Il ne reste que la FED...

                          Lorsque l’affaire éclatera, les bons perdront leur valeur et la FED sera en faillite, le trésor devra la renflouer...
                          Les affaires de saisies sont stabilisées que parce que celles-ci font saturer l’appareil judiciaire US. La Californie a 25% de chomage, les collectivités licencies les enseignants, les policiers, les prisons, ne paient plus leurs factures, revendent des réseaux sanitaires.
                          Le pouvoir d’achat des ménages baisse fortement, nuisant à la reprise.
                          L’euro faible rend le pays moins compétitif.
                          On va sabrer radicalement dans l’armée, la courbe de la dette est similaire à la courbe des dépenses militaires...
                          Il y a de nouvelles tendances sécessionnistes...


                          • Daniel Roux Daniel Roux 21 mai 2010 18:34

                            @ ph11

                            Nous avons apparemment les mêmes lectures !


                          • Tassathée Tassathée 21 mai 2010 17:49

                            Salut,
                            Merkel en Rebelle contre les financiers, ça colle guère, c’est ben surprenant même si j’aimerais y croire.
                            J’ai plus l’impression qu’elle joue la montre, sur la Grèce, maintenant sur la chute de l’euro.
                            Les rumeurs de retour préparé au Mark sont peut-être bien fondé au fond.
                            La vitesse à laquelle se joue le monde en ce moment empêche le recul et les analyses au jour le jour peuvent paraître contradictoires.


                            • Daniel Roux Daniel Roux 21 mai 2010 18:32

                              Merkel n’est pas Sarkozy.

                              Un vrai chef d’état peut-il accepter que sa politique soit imposée par des spéculateurs ?

                              Certainement non ! L’initiative de Merkel est tout à fait fondé.

                              Mais je suis peut-être encore trop naïf.


                            • GIGI 21 mai 2010 22:21

                              Il me semble que le monde tel que nous le connaissons maintenant , touche à sa fin .Nous connaissons le bonheur à crédit qui nous était procuré par les déficits .
                              Les économistes, jamais contredits par nos politiciens ,de gauche comme de droite ,nous ont rebattu les oreilles , en nous disant qu’il fallait faire du déficit pour créer de la croissance.Et aujourd’hui ces mêmes abrutis nous déclarent ,sans rire ,qu’il faut faire de la croissance pour résorber les déficits.
                              Nous allons droit dans le mur !!!!


                            • Maldoror Maldoror 22 mai 2010 00:59

                              L’eurodictature se met en place :

                              Hier soir, il n’est rien sorti de la réunion, à Bruxelles, des grands argentiers de la zone euro. La cacophonie qui règne en Europe continue d’alimenter les rumeurs les plus folles sur l’avenir de l’euro. « La Tribune » fait la liste, ce matin, des trois scénarios possibles pour l’euro...

                              (...)

                              Quand même, il y a un scénario rose…

                              Oui, c’est la sortie par le haut. C’est celui de l’intégration…à l’allemande. C’est celui où tous les pays de la zone euro accepteraient

                              de mettre en commun non seulement leur monnaie mais aussi leur budget, où il n’y aurait finalement, à terme, plus qu’un seul ministre des finances pour l’ensemble. Un super ministre qui annoncerait, par exemple, une baisse de 5% des salaires de tous les ministres de l’Europe, qui coordonnerait vraiment les politiques économiques des seize pays membres de l’union. Un tel scénario n’est pas exclu. Vendredi, le ministre allemand des finances doit faire des propositions. Elle pourrait aller dans ce sens. Plus de solidarité entre les nations, moins de souveraineté nationale. C’est le prix d’une monnaie commune. C’est dur à faire accepter, c’est sûr. C’est pourtant le seul scénario qui permettrait à l’Europe de s’en sortir !

                              http://www.latribune.fr/blogs/le-blog-d-erik-izraelewicz/20100518trib000510171/trois-scenarios-pour-l-euro.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès