Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Victoire des Bleus, victoire des vieux ? Regardons-nous dans les (...)

Victoire des Bleus, victoire des vieux ? Regardons-nous dans les yeux.

On dit souvent que les hommes politiques ne meurent jamais en France. L’actualité sportive de la Coupe du monde pourrait donner de l’espoir aux vieilles gloires de la politique, mais aussi aux autres... Tour d’horizon des vieux.

Le parcours et hier la qualification de la France pour la finale de la Coupe du monde donnent des ailes à tous les hommes politiques qui y voient le symbole du "résultat jamais acquis avant le coup de sifflet final". L’équipe de France est présentée partout comme l’exemple d’un pays qui doute de lui, se rattache à son passé dans la nostalgie de ses heures glorieuses, puis se met soudain à espèrer en un avenir meilleur. On nous ressert avec entrain le refrain de la France multi-raciale et multi-culturelle qui gagne. Quel peuple versatile nous sommes, quand on se souvient du réflexe sécuritaire de l’opinion lors de la crise des banlieues de novembre dernier. Allons, ne boudons pas notre plaisir : l’histoire est un perpétuel recommencement, dit-on.

Surtout l’occasion est trop belle pour tous les largués des sondages et des médias de se refaire une santé sur le compte des exploits de Zidane et de ses coéquipiers. Pour ne pas être en reste, les finalistes du duel annoncé Royal - Sarkozy font mine d’observer ces évènements comme une simple fête populaire, dénuée de tout sens profond pour la société française.

Faisons le point.

D’abord à gauche, Lionel Jospin - dans son style inimitable fait de multiples conditionnels et de questionnements indécis - attend qu’on réclame le retour de Lionel Zidane en politique pour se déclarer. Sa "non rencontre avec le peuple" en 2002 lui a laissé un goût amer, on le comprend. Pour autant, la France a suffisamment de difficultés et n’a pas attendu pour vouloir s’arrêter sur la psychologie compliquée du pré-retraité de l’Ile de Ré. Disons-le en termes simples, pour qu’il comprenne, le camarade Lionel : c’est trop tard.

Encore à gauche, Arlette. Ah, Arlette ! Elle était déjà là dans les années 1970 avec son discours mécanique et bien huilé sur les "travailleurs - travailleuses" qui ont fait sa gloire. Elle n’espère rien, Arlette, elle est sympa, Arlette, et c’est dommage, elle ne sourit que rarement quand elle parle politique. Médiatiquement, une vraie damnée de la terre, qui ne trouve son plaisir sacrificiel que dans le combat et les luttes. Sans résultat probant. Elle va céder la place sans avoir jamais rien obtenu de concret pour les "travailleurs - travailleuses" qu’elle a tellement défendus. Sniff.

Ensuite, Jacques Chirac, qui vit loin des Français, habite les palais de la République depuis tant et tant d’années, aimerait laisser une trace qui ne soit pas celle de plus médiocre président de la Ve République. Mais voilà, celui que Jospin avait trouvé "usé et fatigué" a fini par le devenir. Ce n’était qu’une question de temps pour qu’il ait raison, Lionel, mais comme au foot, le timing est très important en politique. Tout ce qu’on attend du vieux Président, c’est qu’il cède la place avec discrétion et qu’il arrête de nous abreuver de sa compassion. Ici la victoire des Bleus ne constitue en rien un espoir de rémission, tout au plus une éclaircie dans la trève estivale.

Enfin Jean-Marie Le Pen. Lui sera en lice en 2007. Inoxydable. Enfin non, pas totalement, il commence à faiblir, l’ancêtre. Il avait adopté récemment une nouvelle coupe de cheveux, en brosse, tout à fait ridicule, mais surtout c’est sa fille Marine qui lui fait de l’ombre aujourd’hui. Beaucoup de cadres FN auraient vu d’un bon oeil un "switch" du candidat. On aurait juste changé le prénom - et la photo - sur les affiches, et hop, résultat survitaminé attendu. Heureusement pour le vieux tribun fatigué et donc très silencieux, l’actualité sur les affaires et les thème sécuritaires sont là pour doper son score mieux qu’une piqûre d’EPO pour un coureur du Tour de France. On dit le FN autour de 15% d’ores et déjà dans les sondages, qu’en sera-t-il en avril prochain ? Les questions de sécurité et d’immigration vont-elles de nouveau envahir nos écrans ? Inquiétant.

En réalité, l’actualité sportive ne change pas foncièrement la donne politique de notre pays. On parle à juste titre de people-isation excessive de la politique, mais est-ce bien le problème ? Finalement, que peut-on retenir de ce rapide examen de la bande des quatre ? Seuls les extrêmes qui sont finalement des "conservateurs" vont encore jouer leur partition en 2007, égaux à eux-mêmes, prévisibles dans leurs programmes et leurs dénonciations. Besancenot fait figure d’exception mais a le tort de développer un discours de "petit vieux", surtout quand il refuse toute collaboration, toute contamination avec le pouvoir. L’homme est jeune, mais malheureusement la rhétorique est vieille.

C’est pourquoi on attend, on espère un renouvellement et surtout un vrai débat de société. Place donc aux quinquas de la Ve République, place à ceux qui portent ou qui incarnent un vrai changement. Il y en a pour tous les goûts. Même si là c’est le trop-plein à gauche, et le trop-vide à droite, les générations montantes sont assurément plus à même de créer le débat, d’imaginer de nouvelles solutions, de s’inspirer véritablement des Bleus. Ce n’est pas une question d’âge ou d’ambition, c’est une question de projet collectif et de complémentarité. Même dans l’expression dream team, il y a le mot "team".En effet, quelle est la leçon principale que nous donnent les footballeurs français ? Elle est très simple : pour gagner, il faut jouer en équipe. La droite et la gauche - surtout la gauche - devraient toujours se souvenir d’avril 2002 et de mai 2005, où, à force de ne pas s’accepter tels que nous sommes, de ne pas se regarder dans les yeux, la France a perdu.

Ayons le courage de nous regarder dans les yeux. Les yeux dans les Bleus... ça vous rappelle quelque chose ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.09/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 7 juillet 2006 10:33

    Excellent article, Daniel. Il est clair que les éloges que les politiques font de l’esprit collectif de l’équipe de France est vraiment hypocrite quand on remarque à quel point un individualisme suicidaire est en train de se développer pour 2007...


    • Sam (---.---.139.7) 7 juillet 2006 10:46

      quelle est la leçon principale que nous donnent les footballeurs français ? ...pour gagner il faut jouer en équipe. La droite et la gauche - surtout la gauche - devraient toujours se souvenir d’avril 2002 et de mai 2005

      Et les socialistes d’Achères comme d’ailleurs se demander quel est le bruit fait par une seule main qui applaudit.


      • c florian (---.---.162.39) 7 juillet 2006 11:18

        pour faire un parallele entre le foot et la politique, on pourrait s’amuser à trouver le joueur correspondant à chaque homme politique.

        chirac, populaire et détesté à la fois, plutot mauvais mais qui a tout gagné, est le karembeu de la politique, avec en plus une femme qui prend le dessus sur lui.

        sarkozy est proche de cristiano ronaldo, l’important n’est pas de bien faire pour le collectif mais de tout faire pour passer à la télé et atteindre des objectifs personnels, avec une haute estime de soi, adorés par leurs camps et hait par les autres.

        royal est un phénoméne de mode, jeune pleine d’avenir qui a des capacités mais ne les a pas encore exploité, que l’on voit beaucoup mais qui tire toujours à coté. en gros robinho en femme politique.

        le pen avec son sens de la victimisation est le fiorese de la politique.

        jospin, l’homme qui ne veut pas prendre sa retraite alors que plus personne ne veut de lui malgré sa gloire passée, a tout de desailly.

        kouchner et laurent blanc ont la même trajectoire, beau parcours mais un manque certain de reconnaissance et pas la place qu’ils méritent.

        borloo est comme makelele, travailleurs de l’ombre, que l’on ne voit pas beaucoup mais qui tiennent leur équipe.

        hollande et dhorasso ont en commun de beaucoup sourire mais ne servent pas à grand chose.

        enfin notre premier ministre est trés proche de notre sélectionneur dans sa façon de communiquer, son optimisme à toute épreuve et ils sont surtout bons quand ils laissent les autres faire leur travail et se contentent du role de porte parole.

        il nous manque juste un zizou !


        • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 7 juillet 2006 13:28

          Sarkozy, je le verrais plutôt en Barthez : grande gueule, qui prétend avoir des résultats alors que ses collègues lui permettent de ne pas être trop sollicité, qui est finalement plutôt fébrile quand il est face à ses responsabilités, et qui crache sur les arbitres dès que leurs décisions va contre ses intérêts smiley.


        • c florian (---.---.162.39) 7 juillet 2006 13:40

          barthez grande gueule ? il parle jamais et encore moins aux journalistes. il fait rien pour etre populaire et s’en fout completement, tout le contraire de sarko.


        • José W (---.---.25.142) 7 juillet 2006 12:02

          José Bové ferait un bon Zizou : modeste mais très médiatique, juste, simple, inspiré, prêt à prendre sa retraite sauf si on le rappelle pour sortir l’Equipe France de l’ornière...


          • Eldebaran (---.---.185.32) 7 juillet 2006 12:04

            Pour prolonger le parallèle, c florian, tu as visiblement la qualité d’analyse d’un Thierry Rolland.


            • Amazone (---.---.4.4) 7 juillet 2006 13:11

              « José Bové ferait un bon Zizou : modeste mais très médiatique, juste, simple, inspiré, prêt à prendre sa retraite sauf si on le rappelle pour sortir l’Equipe France de l’ornière... »

              José Bové en Zizou... Je l’imagine assez mal crachant à terre à chaque tacle, passe, but, etc et etc...

              A quand le carton jaune pour abus de crachas ?


              • Quentin (---.---.56.128) 7 juillet 2006 13:39

                « On dit le FN autour de 15% d’ores et déjà dans les sondages, qu’en sera-t-il en avril prochain ? Les questions de sécurité et d’immigration vont-elles de nouveau envahir nos écrans ? Inquiétant. »

                Ce qui est inquiétant, c’est que les élus de 2002 n’ont tenu aucun compte du vote frontiste du 21 avril. Faire semblant d’ignorer l’existence de millions de Français pour la redécouvrir à quelques mois du vote, et s’en inquiéter, c’est la politique de Gribouille revue et corrigée par le professeur Maboul. Vous auriez amplement mérité que Le Pen soit présent au deuxième tour, et avec 22 % des voix, cette fois.

                La France est vraiment un pays de cons, unique en son genre.


                • Sam (---.---.119.61) 8 juillet 2006 10:43

                  La France est vraiment un pays de cons, unique en son genre

                  J’y suis pour rien pour moi si au pouvoir on a des gros feignants, plein de pognon, menteurs, autoritaires et bornés.

                  Si tu veux t’inclure dans cette clique, libre à toi, mais y mettre tout le pays, c’est un tout petit peu, oh à peine, abusif...


                • Amazone (---.---.4.4) 7 juillet 2006 14:26

                  Les médias y font beaucoup dans le vote des français... L’erreur est peut-être de croise que le fond du débat se fera entre Sarko et Sego...

                  Mais après les émeutes, les agressions de plus en plus courantes (quand bien même on dira quelles sont en baisse, je n’y crois pas)... et tout cela rattaché à l’image du jeune « étranger »... fatalement, 2007 risque d’être la révélation de Le Pen, et ce, que l’équipe de France gagne ou perdre le mondial.


                  • FredleBorgne (---.---.44.172) 7 juillet 2006 16:39

                    Amusante comparaison, malheureusement l’auteur aurait du se regarder en face.

                    En effet, au lieu de regarder la paille dans l’oeil du voisin, il aurait du regarder les poutres dans le regard des quinquas.

                    Ils peuvent avoir des teams pour gagner, leurs maladresses sont celles des jeunes, leurs idées celle des vieux, et même encore plus radicales.

                    Pas de coeurs et vieux avant l’âge.

                    Sarko - Ségo : Même combat rétro. La dream team , c’est de l’illusion pour cacher la misère.

                    Une petite exception : Mr Bayrou . Mais lui, son team l’a laissé tombé. Il n’intéresse personne, étant lui même pas intéressé (par l’argent). Dommage car moi je le trouvai intéressant.

                    Les yeux dans les yeux, avant de les virer...


                    • Sylvio (---.---.60.94) 7 juillet 2006 18:49

                      Les politiques ? => Trop vieux comme vous le dites. J’avais lu quelquepart qu’en 10 ans la moyenne d’âge des élus (parlementaires+gouvernements ou un truc come ça) avaient augmenté de 7 ans, quelle renouvellement, bientôt nous éliront des morts !

                      Bref une bonne mise à la retraite de cette « élite » qui ne veut surtout pas perdre sa petite place bien confortable ferait le plus grand bien à la France... quoique entre Ségolène et Sarko, c’est pas gagné...


                      • ka (---.---.30.12) 8 juillet 2006 00:15

                        Selon une étude de l’INSEE :

                        « Au 1er janvier 2050, en supposant que les tendances démographiques récentes se maintiennent, la France métropolitaine compterait 70,0 millions d’habitants, soit 9,3 millions de plus qu’en 2005. La population augmenterait sur toute la période, mais à un rythme de moins en moins rapide. En 2050, un habitant sur trois serait âgé de 60 ans ou plus, contre un sur cinq en 2005. La part des jeunes diminuerait, ainsi que celle des personnes d’âge actif. En 2050, 69 habitants seraient âgés de 60 ans ou plus pour 100 habitants de 20 à 59 ans, soit deux fois plus qu’en 2005. Ces résultats sont sensibles aux hypothèses retenues, mais aucun scénario ne remet en cause le vieillissement, qui est inéluctable. »


                        • bernard29 candidat 007 8 juillet 2006 16:55

                          Que de circonvolutions pour donner un coup de griffe à Jospin et le ranger dasn la même catégorie que CHIRAC, LE PEN ET ARLETTE.

                          J’y ai pas vu, DSK, Lang, Royal, Hollande, tous aussi présents depuis belle lurette sur le devant de la scène PS.

                          le PS ne sait vraiment plus comment faire pour se trouver leur candidat. Mais organisez donc une « nouvelle star » au PS, avec concours de chant et de danse . et faites un Prime lors de vos journées d’été.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès