Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Victor Hugo l’Européen, monument de la culture française (...)

Victor Hugo l’Européen, monument de la culture française (1)

Première partie : « C’est ici le combat du jour et de la nuit… Je vois de la lumière noire. » (22 mai 1885, dernier mots attribués à l’écrivain avant de mourir).



Il y a exactement cent trente ans, le 22 mai 1885, Victor Hugo s’est éteint à 83 ans dans la nuit à Paris, d’une congestion pulmonaire. Sa disparition a ému tout le pays comme la disparition de Newton a ému toute l’Angleterre le 31 mars 1727.

La IIIe République l’a honoré immédiatement par des funérailles nationales (décidées le 26 mai 1885 par 415 députés sur 418) et par son transfert au Panthéon le 1er juin 1885. Deux millions de personnes et deux mille délégations sont venus se recueillir dans le cortège en son hommage. Selon Maurice Barrès : « Derrière l’humble corbillard, marchaient des jardins de fleurs et les pouvoirs cabotinant de la Nation, et puis la Nation elle-même, orgueilleuse et naïve, touchante et ridicule, mais si sûre de servir l’idéal ! Notre fleuve français coula ainsi de midi à six heures, entre les berges immenses faites d’un peuple entassé depuis le trottoir, sur des tables, des échelles, des échafaudages, jusqu’aux toits. Qu’un tel phénomène d’union dans l’enthousiasme, puissant comme les plus grandes scènes de la nature, ait été déterminé pour remercier un poète-prophète, un vieil homme qui, par ses utopies, exaltait les cœurs, voilà qui doit susciter les plus ardentes espérances des amis de la France. (…) Gavroche, perché sur les réverbères, regardait passer la dépouille de son père indulgent et, par lui, s’élevait à une certaine notion du respect. » ("Les Déracinés", 1897). En quelques sortes, une autre marche du 11 janvier.

La Ve République avait célébré avec faste le centenaire de sa disparition en 1985 ainsi qu’en 2002, les deux cents ans de sa naissance le 26 février 1802.

Victor Hugo est bien sûr un énorme monument, l’un des hommes français qui ont le plus compté au XIXe siècle, égalant presque un Napoléon, qui commença son siècle (« Ce siècle avait deux ans ! »). On pourrait d’ailleurs vraiment qualifier ce siècle de "Siècle de Victor Hugo" comme le XVIIIe siècle fut le "Siècle de Voltaire". Il est un monument non seulement en littérature mais également en politique et plus généralement, dans la pensée nationale.

Il serait donc très difficile pour moi de faire un tour exhaustif du glorieux personnage, membre de l’Académie Française depuis le 7 janvier 1841, qui a en particulier écrit "Les Misérables" (1862) qui est sans doute l’histoire la plus émouvante de la littérature française et qui a passionné des générations d’enfants ou adolescents mais également de cinéastes, tout comme "Notre-Dame de Paris" (1831).

Ce n’est pas mon intention. Au contraire, je vais rester sur quelques aspects de sa pensée politique et de ses engagements. Je n’évoquerai donc pas l’écrivain connu par le plus grand nombre, tant le romancier que le poète, l’essayiste, ou même le dramaturge, ou encore l’historien avec "Choses vues" (1887).


Engagement politique

Ses engagements politiques, c’était déjà sa participation au jeu électoral dès la IIe République : il a été élu cinq fois, le 24 mai 1848 (à l’Assemblée Constituante), le 13 mai 1849, le 7 février 1871 le 30 janvier 1876 et le 8 janvier 1882, ce qui lui a donné une carrière de parlementaire pas très longue : député de la Seine du 4 juin 1848 au 2 décembre 1851 (dans le groupe des conservateurs), puis du 8 février 1871 au 1er mars 1871 (dans un groupe progressiste situé à gauche) puis sénateur de la Seine du 30 janvier 1876 au 22 mai 1885 (dans un groupe situé à la gauche de l’échiquier politique).

Le 1er mars 1871, au cours d’un débat parlementaire enflammé, excédé, Victor Hugo a démissionné pour protester contre l’invalidation de Giuseppe Garibaldi (1807-1882), qui avait défendu la République romaine en 1849 et était venu en renfort pour la France : « De toutes ces puissances européennes, aucune ne s’est levée pour défendre cette France qui, tant de fois, avait pris en main la cause de l’Europe… ; pas un roi, pas un État, personne ! Un seul homme excepté… (…) un homme est intervenu, et cet homme est une puissance. ». Victor Hugo parlait de Garibaldi, qui avait été élu dans plusieurs circonscriptions en France sans avoir été candidat, mais sa nationalité italienne rendait impossible son élection.

Et à l’élection législative partielle du 7 janvier 1872, Victor Hugo fut battu par un républicain modéré, son profil ayant eu une image trop radicale dans une France encore trop conservatrice.

_yartiVictorHugo01

Mais avant toutes ces élections, il fut légitimiste, soutenant Charles X, puis fut désigné pair de France de 1845 à 1848, nommé par le roi Louis-Philippe et nommé maire du 8e arrondissement de Paris le 25 février 1848 par Lamartine (comme maire, il commanda les troupes qui massacrèrent à son grand regret les manifestants lors des émeutes du 26 juin 1848). Le 24 février 1848, à l’abdication de Louis-Philippe, Victor Hugo avait même voulu proclamer la régence place Royale puis place de la Bastille (sans succès). La République fut finalement proclamée le 24 février 1848 par Alphonse de Lamartine.

L’évolution politique de Victor Hugo a été intéressante (de la droite vers la gauche, de monarchiste à républicain) et a accusé un trou géant dans son existence politique, à cause du Second Empire et de son exil en Belgique puis à Jersey et Guernesey du 14 décembre 1851 au 17 septembre 1870 pour s’opposer au coup d’État du 2 décembre 1851 et plus précisément à Napoléon III.

La forte opposition à Napoléon III a été au fondement de son comportement politique. Sans faire de comparaison sur les personnes et leurs œuvres, très différentes, la détestation de François Bayrou contre Nicolas Sarkozy pourrait s’apparentait à celle de Victor Hugo contre Napoléon III. Dès le 12 août 1852, Victor Hugo a publié en exil un brûlot pamphlétaire avec "Napoléon le Petit" où il a traité le futur nouvel empereur de tous les noms ("voleur", "filou", "dernier des hommes", "criminel", etc.).

Pourtant, il n’a pas toujours eu cette détestation. Au contraire, prônant avant même la Révolution de 1848 le retour en France de la famille Bonaparte (bannie), il a soutenu la candidature de Louis Napoléon Bonaparte (futur Napoléon III) à l’élection présidentielle du 10 décembre 1848 (la première au suffrage universel direct). Louis Napoléon Bonaparte était venu lui-même le rencontrer le 25 octobre 1848 pour obtenir son soutien.

La rupture politique entre les deux hommes n’a eu lieu qu’en automne 1849, quand le futur empereur avait finalement préféré le pape aux républicains romains. J’y reviendrai en reprenant le discours du 19 octobre 1849. Le coup d’État du 2 décembre 1851 avait achevé de le convaincre dans son opposition.

_yartiVictorHugo03

Victor Hugo a eu très vite des détracteurs politiques. Le plus cruel fut sans doute Anatole France quelques années après sa mort : « Certaines illusions se dissipent. On croyait qu’un si grand poète avait pensé davantage. Il faut bien reconnaître qu’il a remué plus de mots que d’idées. C’est une souffrance que de découvrir qu’il donna pour la plus haute philosophie un amas de rêveries banales et incohérentes. » ("La Vie littéraire, Sur le Quai Malaquais", 1888). C’est évidemment très injuste et très violent, mais l’époque s’y prêtait. Sous la IIe République, il n’était pas rare que les députés s’empoignassent physiquement autour de la tribune de l’Assemblée.

L’un des plus grands thèmes des critiques fut sa sincérité politique, puisqu’il a évolué du conservatisme vers le socialisme. Ainsi le comte Alfred de Falloux (1811-1886), député du Maine-et-Loire, qui fut Ministre de l’Instruction publique et des Cultes du 20 décembre 1848 au 14 septembre 1849 et qui donna son nom à la loi du 15 mai 1850, n’hésitait pas à faire rire sur sa droite le 17 juillet 1851 : « Lorsque Monsieur Victor Hugo parlait de la Restauration, comment comprimer le souvenir présent à tout le monde, présent pour sa gloire, s’il eût su la garder, qu’il avait été le plus pindarique des royalistes ? » (en séance).

Peu après sa première élection, Victor Hugo se faisait déjà houspiller par "Le National" le 21 juin 1848 : « Le suffrage universel a fait du noble pair un représentant du peuple ; mais du creuset populaire, il n’est sorti qu’un démocrate bâtard sous l’écorce duquel on aperçoit toujours le courtisan de toutes les dynasties qui ont régné sur la France. ».

C’était aussi la critique de son ancien ami politique Jules-Louis-Pierre, marquis de Montalembert le 23 mai 1850 : « Vous trouverez dans son langage toujours les mêmes formules, mais adressées toujours à des objets différents. C’est ainsi qu’il vous parlait avant-hier de sacrer l’ouvrier, de sacrer le simple citoyen ! C’est bien le poète qui chantait hier le sacré Charles X : il lui faut toujours quelque puissance à sacrer ou quelque idée à adorer. » (en séance). La veille, un parlementaire dont le nom n’a pas été annoté dans le compte-rendu avait dit de même en séance : « Un républicain du surlendemain, réactionnaire du lendemain, pair de France de la veille, monsieur le vicomte Victor Hugo. » (22 mai 1850).

Sans doute que la détestation de Victor Hugo pour "Napoléon le Petit" fut causée par une déception personnelle. Certains ont affirmé que Victor Hugo s’était imaginé devenir un ministre de Louis Napoléon Bonaparte une fois élu, mais Victor Hugo avait pourtant refusé d’entrer au gouvernement le 25 février 1848 à la demande de Lamartine qui voulait en faire le Ministre de l’Instruction publique. Hippolyte Castille l’a écrit assez explicitement : « La maladie intellectuelle dont il est atteint depuis le 2 décembre n’a pas d’autre cause que le renversement de ses folles espérances. » ("Portraits politiques du XIXe siècle, Victor Hugo", 1857).

Dans le prochain article, je reprendrai un discours important de Victor Hugo sur l’une des affaires diplomatiques les plus graves de la IIe République.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (22 mai 2015)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Victor Hugo le politique.
Victor Hugo le républicain.
Victor Hugo l’Européen.
L’élection présidentielle de décembre 1848.
Napoléon III.
Pour l’abolition de la peine de mort.
L’Europe, c’était la guerre.
L’Europe, c’est maintenant la paix.
Jean Jaurès.
Actes du Colloque sur Victor Hugo au Sénat (15 et 16 novembre 2002).

_yartiVictorHugo05


Moyenne des avis sur cet article :  1.74/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • soi même 22 mai 2015 15:33

     La grande différence Hugo était humain et humaniste dans ses idées, ceux qui nous gouvernement au mon de l’Europe non, c’est la puissance de l’argent qui les guides !

    Vous n’arrivez pas à me convaincre que c’est trou du cul qui gouverne sont salutaire pour l’Europe ....


    • armand 22 mai 2015 17:38

      @soi même
      exactement soi même, ce n’est pas du tout e la même Europe qu’il s’agit, si Hugo revenait il en serait baba et militerait contre ce truc


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 mai 2015 07:39

      La récupération de Victor Hugo par les euro-atlantistes est pitoyable.
      Il prônait les Etats Unis d’ Europe... pour mieux coloniser le reste de la planète !!
      Ce qu’ils se gardent bien d’expliquer.


      • Berboral 23 mai 2015 10:51

        @Fifi Brind_acier

        Il faudrait tout de même avoir un peu d’honnêteté et éviter tout simplement d’analyser un texte de 1849 avec l’état d’esprit de 2015.

        Oui en 1849 tous les pays avaient cette envie d’extension en colonisant des territoires peuplés d’habitants considérés à cette époque comme des barbares.
        C’était l’état d’esprit en 1850 et l’idée était, dans les propos de Victor Hugo, de leur apporter les bienfaits de la civilisation.
        Ensuite dans le texte écrit par l’UPR, je trouve assez désobligeant de rapprocher les propos de Victor Hugo avec ceux tenus par LAVAL dans le seul but de les discréditer.
        Il aurait été plus sain de les comparer à des discours de De Gaulle, mais là le but recherché n’aurait pas été atteint.

        Il n’empêche que l’idée d’une Europe unie dans l’esprit de Victor Hugo avait comme seul but d’éviter la confrontation, les guerres entre les peuples et cette idée était juste. La preuve : aucune guerre entre les principaux pays occidentaux depuis 1945. Une situation qui n’a jamais existé avec cette durée depuis que les nations existent.


      • soi même 23 mai 2015 14:46

        @Fifi Brind_acier, l’on sait que Asselineau a une dent contre Victor Hugo, et bien il serait plus intéressant au lieux de faire du moutonnante idéologique de pensé un peut , juste un peut au delà de ton nombril de nationaliste de pacotille .

        Comme c’est réconfortant l’élite, on a plus besoin de pensé, l’on gobe et l’on boit les paroles de l’intelligentsia des grandes écoles, si l’on était en URSS, cela s’ appareillerait le culte des apparatchiks du synthème ..


      • raymond 23 mai 2015 18:23

        @Berboral
        antienne que voici : "Il n’empêche que l’idée d’une Europe unie dans l’esprit de Victor Hugo avait comme seul but d’éviter la confrontation, les guerres entre les peuples et cette idée était juste. La preuve : aucune guerre entre les principaux pays occidentaux depuis 1945. « 
        mais vous avez pris soin d’y ajouter »principaux", sage précaution, principaux= UK FR et DE, c’est bien là le germe de futurs conflits n’en doutez pas.
        Et l’Ukraine qui devrait intégrer l’Europe , elle respire la paix et le bohneur de vivre ?


      • Berboral 23 mai 2015 18:59

        @raymond
        Oui vous avez globalement raison sur l’utilisation que j’ai faite sur le mot « principaux ». j’y inclurais l’Espagne et l’Italie.
        Mais pourquoi est-ce un germe des futurs conflits ? Peut-être pourriez vous nous éclairer sur votre raisonnement.

        Quand à votre Interrogation concernant l’Ukraine je ne comprend pas cette question.

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 mai 2015 20:37

        @soi même & Berboral,
        Comme si on pouvait dissocier les objectifs... La paix pour s’unir et coloniser le reste du monde, quelle idée géniale, on ne saurait donner meilleure définition de l’ OTAN !

        Ce n’est sans doute pas un hasard, si les USA au nom de la LIBERTÉ et de la DÉMOCRATIE, interviennent militairement depuis 220 ans partout où ils trouvent quelque chose à piller.
        Les Irakiens, les Afghans, les Libyens, les Ukrainiens et les Syriens vous remercient de tant d’attentions à leur égard...


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 mai 2015 20:45

        @Berboral
        L’ Union européenne, ce n’est pas la paix, mais la guerre !
        Vous avez un peau de saucisson devant les yeux ?
        Yougoslavie, révolutions colorées, Ukraine, Afghanistan, Mali, Soudan, Somalie, Irak, Syrie, Libye etc
        Sans parler des tentatives de coups d’états, comme en Macédoine ces derniers jours.


      • Berboral 23 mai 2015 21:55

        @Fifi Brind_acier
        Et non je n’ai rien devant les yeux. Je suis un citoyen normal ; comme vous peut-être je ne sais pas mais certainement comme beaucoup d’autres.

        Moi je m’exprime avec mes mots et avec ma conscience, je ne fais appel à aucun lien pour le faire.
        Mes mots sont les miens pas ceux écrits par les autres ! et si jamais je devais faire référence à un texte, celui-ci fera référence à un texte officiel et jamais à celui d’un partisan quelconque.
        Vous ne savez même par argumenter. Une fois de plus vous nous incitez à lire un texte auquel vous n’avez même pas contribuer.
        Vous n’intéressez personne dans ces conditions.
        Un argument s’exprime et se défend avec sa propre approche et sa conscience : vous en êtes loin ! très trés loin

      • Berboral 23 mai 2015 22:05

        @Fifi Brind_acier
        Lisez ce qui est écrit et essayer de comprendre avant de répondre en alignant des mots sans aucune significations avec le sujet auquel vous tenter de répondre.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 mai 2015 07:45

        @Berboral
        Rassurez vous, ce que vous croyez être « votre pensée personnelle » est la pensée du Pentagone, du lobby militaro industriel américain, des europhiles de tous poils et de l’ OTAN.
        Pas très original et surtout très mortifère.
        « Liste non exhaustive des interventions armées des USA depuis 1846 ».


      • jocelyne 25 mai 2015 12:13

        @Berboral
        au vu des quelques postes commis par votre groupe, oui c’est bien un lobbiiste européen, mais il n’a abusé personne.


      • soi même 26 mai 2015 12:26

        @Fifi Brind_acier, vous mamies la langue de bois, il s’agit ici comme sujet de Victor Hugo, et non pas d’autre salade qui sont véridique mais bien hors question sur Victor Hugo , car il est clair que si l’on utilise ses pensé pour cela, il serait en désaccord sur la question .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès