Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Vie politique et couple

Vie politique et couple

L'image “local/cache-vignettes/L380xH253/h_3_ill_78427375-68fdb.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Au Parti socialiste, il semble que les lendemains de défaite continuent de faire éclater au grand jour la rivalité de l’ancienne candidate et de son (ex ?) compagnon. Après les déclarations de Manuel Valls hier, qui avouait en avoir "assez que la vie politique tourne autour de la vie d’un couple" et la réponse assez virulente de Mme Royal ce matin, c’est sur François Bayrou que le différent a percé, montrant une stratégie différente entre le premier secrétaire et une Ségolène véritable électron libre ayant décidé de discuter directement avec le fondateur de Modem...
Il est inquiétant, alors que nous sommes - théoriquement - dans l’obligation de patienter au moins un an avant la nécessaire clarification d’imaginer que cette direction à deux têtes soit celle qui mène le parti aux municipales. Les autres ténors risquent donc de jouer leurs cartes, ajoutant de la division à la division. C’est fâcheux, mais ce parti semble vraiment à bout de souffle. Peut-être, outre les conflits de personne, ne se remet-il pas vraiment de n’avoir su trancher clairement entre les différentes lignes qui le composent ? Depuis le référendum sur la Constitution européenne, il y a une volonté de façade de concilier ce qui ne peut pas l’être, la gauche noniste, qui a refusé l’évolution de la société et croit encore à la toute-puissance de l’Etat, et la frange du oui clairement sociale-libérale qui n’hésite plus à dire à haute voix que Blair est un modèle sur de nombreux points...
Je pense d’ailleurs qu’en se permettant un tel grand écart idéologique, Ségolène trouve aujourd’hui des supporters toutes tendances confondues. Dès lors qu’elle portera une motion avec une ligne plus claire, puis lorsqu’elle devra rénover le parti, elle sera comme les autres obligée de sortir du bois et on comprendra peut-être enfin un peu mieux la gauche qu’elle souhaite incarner. Cela devrait la ramener à un étiage qui relancera la concurrence avec Bertrand Delanoë ou d’autres, suivant la capacité de Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius à enterrer leurs différends et former un ticket gagnant pour la rénovation du PS. L’un et l’autre ont plus de charisme, plus de compétences et surtout plus d’éloquence que Ségolène, il est dommage de vouloir les sortir du jeu définitivement !


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 13 juin 2007 11:44

    Tout cela c’est du bidon,car comme la soit disant opposition entre Chirac et Sarkozy ,nous sommes instrumentalisé par les médias et surtout le PS qui cherche à faire croire qu’il existe des divergences alors que depuis le début le couple Hollande-Royal avait dans l’idée de mettre la main sur le PS


    • Tonton Tonton 13 juin 2007 12:34

      Ah le vieux refrain !!! Pas nécessaire de répondre je trouve...


    • LE CHAT LE CHAT 13 juin 2007 12:01

      Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius a enterrer leurs différents et former un ticket gagnant pour la rénovation du PS.

      quel couple d’enfer ! smiley C’est pas avec ces vieux éléphants archi usés qu’on va attirer les électeurs , avec eux l’UMP reste au pouvoir jusqu’en 2030 au moins


      • Tonton Tonton 13 juin 2007 12:35

        C’est ce qui va se passer si le PS ne prend pas la mesure de ses échecs... Cordialement.


      • LE CHAT LE CHAT 13 juin 2007 12:24

        pour ceux qui veulent rigoler avec le couple royal http://www.paslesroyal.com/


        • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 13 juin 2007 12:33

          Je m’excuse mais signer des articles du sobriquet d’un président français (principal complice) impliqué jusqu’au cou dans un des pires crimes contre l’humanité de l’histoire du monde (plus de 1 million de morts rwandais en 3 mois la plupart mort sous la torture...)est une honte et le fait d’un irresponsable cynique ayant comme mission (on ne sait comment ni pourquoi) de perpétuer la mémoire d’un homme politique au bilan plus que douteux...


          • Tonton Tonton 13 juin 2007 12:39

            Cette thèse est dénuée de fondement. La France a au contraire été le pays qui a bataillé ferme pour obtenir l’aval des nations-unies pour l’opération Turquoise. Je ne vois pas ou est la complicité ? Les différents entre hutus et tutsis remontaient à la colonisation allemande qui avaient mis dans la tête des tutsis leur supériorité sur les hutus et réciproquement. Ce génocide est une tragédie, la communauté internationale aurait du réagir plus vite, mais au nom de quoi attaquer la France dans cette histoire ?


          • Adama Adama 13 juin 2007 13:46

            Votre logo craint, ne me dites pas qu’il est ressuscité le menteur pétainiste !

            le pétainiste zélé, Mitterrand


            • nephilim 13 juin 2007 14:43

              Et encore un sujet people bon pour les poubelles^^ La vie privée des hommes politiques ne m’interresse pas quelque soit leur idéologie. Ca racole grave sur ago en ce moment^^


              • Tonton Tonton 13 juin 2007 14:48

                Ou est le rapport avec la vie privée ??? Il s’agit de la vie publique de deux personnages publiques dont je parle ! Cordialement http://mitterrand.2007.over-blog.com/


              • PPDA 13 juin 2007 17:08

                Hollande devrait méditer Anouilh ; pourquoi contredire une femme ? Il est tellement plus simple d’attendre qu’elle change d’avis !


                • caramico 14 juin 2007 10:31

                  mémé Déa doit te mener la vie bien dure pour que tu sois si misogyne...


                • chris11 16 juin 2007 10:56

                  Une chose est sure , Sarko devrait sponsoriser Sego , comme cela il sera sur de remettre le couvert dans cinq ans !!!!


                  • Ferdinand Bardamu Ferdinand Bardamu 17 juin 2007 11:10

                    « la gauche noniste, qui a refusé l’évolution de la société et croit encore à la toute-puissance de l’Etat » Quelle simplification. Moi j’adore (façon de parler) ceux qui font parler les autres pour les besoins de leur démonstration. Je n’ai pas voté Non au TCE par peur que l’état perde ses prérogatives, mais parce que l’europe qu’on nous propose est libérale et que je ne veux pas vivre dans une société libérale, parce que cette europe qu’on nous propose ne ressemble à rien, avec des vassaux revendiqués des US, des pays qui n’ont pas du tout la même histoire et donc les mêmes aspirations. Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que ce que l’on veut nous imposer est une europe des marchés au sein de laquelle chacun se bat pour sa survie, contre son voisin, au grand profit de ceux qui tirent les ficelles européennes. Moi je révais (et nous sommes quelques uns comme cela) d’une europe fédérale, un peu comme les état unis d’europe, qui soit un espace de progrès, une force d’opposition à l’hégémonisme US, et qui parle comme un seul homme. L’europe n’aurait pas du s’étendre comme cela (mais c’est la logique du grand marché qui veut cela). On aurait du rester à 15, basta. On le voit avec les désaccords apparus sur l’entrée en guerre de l’europe dans le conflit iraquien, les bases de la CIA en europe de l’est, la façon dont l’europe baisse constamment sa culotte à l’OMC, etc...


                    • Tonton Tonton 17 juin 2007 13:40

                      Bonjour,

                      Je vous remercie d’avoir pris la peine de mettre un commentaire à la suite de mon article ’vie politique et couple’. Selon moi, votre analyse est totalement erronée sur la compréhension du terme « libéral » et sur les moyens d’obtenir une Europe fédérale. En ce qui me concerne, je suis aussi un farouche partisan des Etats-Unis d’Europe. Mais voter non au premier texte qui donnait une constitution courte et compréhensible (60 articles plus courts que la constitution de la 5ème République Française), qui dotait l’Europe pour la première fois d’un Président et d’un ministre des Affaires Etrangères était totalement suicidaire. Je pense que développer prendrais des heures et que nous garderions certainement un avis différent. Pourtant, après les traités vaseux de Nice puis celui d’Amsterdam, l’Europe proposée par le Président Giscard d’Estaing avait une saveur fédérale indéniable et nous aurons quelque chose de moins bien, quoi qu’arrive à négocier le Président Sarkozy. J’en suis pour ma part fort marri, car je suis persuadé que si les vrais enjeux avaient été montrés à l’époque par le pouvoir en place, ce malentendu sur le prétendu côté « libéral » de la Constitution aurait été levé. Qu’est-ce que le libéralisme politique ? C’est la liberté des citoyens de s’exprimer, donc quelque chose de sacré. Qu’est-ce que le libéralisme économique ? C’est le système qui réduit la place de l’état à ses fonctions régaliennes et fait confiance au marché dans la sphère économique. Nous vivons dans ce système, mâtiné en France d’interventionnisme régulier du pouvoir politique, mais cela est préférable au seul autre système économique existant encore dans le monde à l’heure actuelle, le dirigisme économique et étatique, qui mène la plupart du temps à des dictatures politiques comme sous les différents régimes communistes. Pourquoi dès lors s’acharner à ce point contre le libéralisme ? À cause des plans sociaux répétitifs ? Le choix est simple : soit on interdit les licenciements et la France sombre dans le chaos, soit on laisse le marché jouer librement et on ne peut maintenir des emplois devenus improductifs. Il faut donc protéger les gens, les former et les aider à trouver un nouvel emploi rapidement comme au Royaume-Uni ou les jobs center sont d’une efficacité remarquables, plutôt que de laisser les gens face à une ANPE qui est débordée et peu efficace.

                      Pour la limitation à 15, il faut être plus ambiteux ! L’Europe politique doit rejoindre petit à petit l’Europe géographique, mais cela doit se faire dans la durée, avec une maturation des valeurs européennes dans le cadre d’un partenariat privilégié, cf. la Turquie aujourd’hui, la Russie demain. Il est primordial de comprendre que les désaccords peuvent naître à 6 comme à 15 ou 27 et que ce qu’il faut améliorer, c’est la gouvernance, c’était bien l’objet de la constitution.

                      Bien cordialement,

                      L’@uteur du blog http://mitterrand.2007.over-blog.com/


                    • Ferdinand Bardamu Ferdinand Bardamu 17 juin 2007 17:21

                      « comme au Royaume-Uni ou les jobs center sont d’une efficacité remarquables ». Certainement : voiturier, livreur de pizza, cireurs de chaussure,etc. De qui se moque-t-on ? Ca c’est comme quand on nous dit qu’aux US, que je connais très bien, il n’y a que 4% de chomage. C’est vraiment prendre les gens pour des imbéciles et faire de la propagande éhontée. J’y ai tout vu, des gens payés à faire le clown devant des magasins, des gens payés à faire des bulles de savon (véridique) devant un autre magasin, sans compter la floppée de petits boulots sans intérêts et mal payés, qui ont permis l’apparition d’une nouvelle sorte de travailleurs : les travailleurs pauvres. Je sais ce que c’est que le libéralisme économique, votre segneurie est bien aimable de me donner un cours, et je persiste et signe : JE NE VEUX PAS VIVRE DANS UN PAYS QUI PRATIQUE LE LIBERALISME ECONOMIQUE, je ne veux pas que cela soit les marchés qui décident de tout, je ne veux pas que mes parents (les grand-parents de mes enfants donc) licencient mes enfants, par l’intermédaire de leurs fonds de pension, par ce que c’est cela la réalité. Pour le libéralisme, l’homme ne compte pas, est quantité négligeable et est jettable comme un kleenex s’il ne sert plus à rien. Je veux vivre dans une société qui place l’homme en son centre. J’habite en face d’une supérette qui tous les jours sort ses poubelles et je vois tous les jours des gens bien habillés qui n’ont pas du tout l’aspect de SDF (et quand bien même il s’agirait de SDF) venir y trouver leur pitance et cela me révolte au-delà de tout. Nous vivons un énorme retour en arrière, un retour au capitalisme sauvage du 19ème siècle (c’est pour cela que ceux qui disent que la lutte des classes est dépassée méteraient je ne sais quoi mais quelque chose de terrible). Le capitalisme est en phase de décomposition et veut nous entraîner dans sa chute, voilà où on en est. Cette époque me fait vomir.


                      • Tonton Tonton 17 juin 2007 17:31

                        Bonjour, Vous n’êtes malheureusement pas seul à penser ça. Pourtant, si on compare la situation actuelle avec celle du XIXème siècle d’un peu plus près, vos propos prennent une autre tournure puisque la situation est totalement différente. La misère aujourd’hui et la misère du temps de Victor Hugo (ou plutôt d’Emile Zola à vous lire...) reste la misère, mais elle touche une partie bien moindre de la population et ce n’est pas le libéralisme qui la créé. Ce système permet de créer des richesse qui doivent être ensuite réparties. Mais sans création de ces richesses, il n’y a rien à répartir, c’est ce qui est arrivé dans les régimes communistes. Cordialement, http://mitterrand.2007.over-blog.com/


                      • Ferdinand Bardamu Ferdinand Bardamu 17 juin 2007 18:11

                        La création de richesse, voilà encore une idée capitaliste. Le capitalisme est une course sans fin en avant. On ne peut jamais s’arrêter car, en effet, dans cette logique, s’arrêter c’est périr. Chaque société doit faire toujours plus de bénéfices d’une année sur l’autre, c’est sans fin. Vous répondez à mon discours antilibéral/capitaliste avec des arguments capitalistes. Il n’est pire sourd que celui qui ne veut entendre. Lénine disait :« Si nous décidions un jour de pendre les capitalistes, ils nous vendraient encore la corde pour le faire ». C’est cela la logique capitaliste, une éternelle fuite en avant, qui conduit à produire des choses inutiles et futiles, qui participent à la destruction de la terre.


                      • Tonton Tonton 17 juin 2007 18:17

                        Monsieur, Vous êtes libre de retourner habiter dans une caverne et de vous priver de tout ce que le système « capitaliste » vous permet d’acquérir. Mais pourquoi avoir un ordinateur qui vous permet d’aller sur internet dans ce cas ? Pourquoi avoir un appartement, le chauffage central, la télé, une voiture peut-être ??? Ces choses futiles sont pourtant bien agréables pour ceux qui ont la chance d’en bénéficier. Le combat ne doit pas viser la destruction de ce système qui en soi n’est ni bon, ni mauvais. Il doit viser à une répartition plus juste, en fonction des possibilités et des efforts de chacun, de ce que la ’maudite’ société capitaliste peut offrir à tous. Mais effectivement, si vous citez Lénine, je pense que nous sommes vraiment sur des routes trop éloignées pour vraiment dialoguer. Bonne route à vous. http://mitterrand.2007.over-blog.com/


                      • Ferdinand Bardamu Ferdinand Bardamu 17 juin 2007 18:34

                        « La misère aujourd’hui et la misère du temps de Victor Hugo (ou plutôt d’Emile Zola à vous lire...) reste la misère, mais elle touche une partie bien moindre de la population et ce n’est pas le libéralisme qui la créé. ». Je concluerai en disant que je pense que cous confondez « affirmer » et « argumenter » et la phrase ci-dessus en est un exemple flagrant. Vous affirmez, tel un axiome, que le libéralisme n’est pas responsable de la misère actuelle. Un peu court chez monsieur. Vous espérez me convaincre avec si maigre ? Ou alors peut vous importe de me convaincre mais de laisser une trace de la propagande véhiculée par cette phrase dans le cerveau des lecteurs ayant peu d’esprit critique.


                      • Tonton Tonton 17 juin 2007 18:41

                        Pourtant, c’est ainsi. Le libéralisme ne lutte pas contre la misère, mais ce n’est pas lui qui la créée non plus. Elle est ce qui existe avant que l’homme ne s’organise pour la vie en société, avant qu’il ne se lance dans la libre entreprise et ne décide à faire la seule chose qu’il puisse pour éviter la guerre : du commerce. Je ne fait pas de ’propagande’, je défends mes idées, si mes argumentations ne vous suffisent pas qu’y puis-je ?

                        http://mitterrand.2007.over-blog.com/


                      • Ferdinand Bardamu Ferdinand Bardamu 17 juin 2007 18:54

                        Nous sommes d’accord, la perdition de l’homme a commencé avec sa sédentarisation. Tout découle de là.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès