Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > « Vienne le temps des cerises et des jours heureux... »

« Vienne le temps des cerises et des jours heureux... »

D'aucuns se plaignent que la campagne présidentielle est morne et prévisible. Et si c'était plutôt eux, ces indéboulonnables commentateurs, qui étaient aussi prévisibles qu'un disque rayé ? Si c'était eux, les experts en sciences économiques, qui avaient perdu pied avec le monde d'aujourd'hui ? Et si leurs posture arrogante masquait leur déroute ?...

Les pharisiens d'aujourd'hui

On s'emmerde dans cette campagne -nous dit Daniel Cohn-Bendit. Les débats, à en croire Parick Bruel, ne sont pas d'un très bon niveau. Mélenchon refuse de venir sur RTL car il me boude, rapporte Jean-Michel Aphatie. 

C'est le seul qui a du talent, Mélenchon, tout le monde le reconnaît. Il nous sort des débats moroses, des prestations convenues. Il mène la meilleure campagne, c'est certain mais, pour les experts com' qui tiennent lieu de commentateurs politiques, il n'a pas réellement envie de gouverner. Il a une veste anthracite et une cravate rouge -notent les conseillers en image- ce sont des symboles intéressants, mais il n'a pas l'ambition d'être élu. Il témoigne pour une gauche nostalgique. C'est sympathique, un peu désuet, émouvant comme d'écouter grand-papy nous raconter sa guerre... Il a de la chance, beaucoup de chances, jusqu'ici, mais cela ne durera pas au-delà du premier tour... Ses propositions ne tiendront pas face au nécessaire réalisme économique de l'Europe bruxelloise, celle des réglementation et des traités rédigés par des gens que personne n'a élus. Demain, fini les particularismes nationaux : le camembert, le munster ou la gauche à l'ancienne, tout ça, à la trappe ! Le fromage de Hollande pour tous !... De la bouillie aseptisée, post-nationale... On nous annonce tranquillement l'entrée dans une Europe automatisée, fonctionnant en circuits fermés, n'ayant de comptes à rendre à personne, vaste bureaucratie, libérale et planificatrice, dont nous serons les usagers reconnaissants. La France contre les bureaux...

Les plaintes et récriminations de ces divers témoins de la campagne témoignent surtout que ce sont eux, qui répètent toujours la même chose, et qu'ils n'ont pas su prendre la mesure de ce que représente le Front de gauche. Engoncés dans leurs ratiocinations, jouant toujours les mêmes vieilles scies, disant partout la Loi de leur petit monde à eux, ils sont ceux que certains nomment médiacrates, éditocrates ou enfumers professionnels. Ils se sentent à part du reste du pays, au-dessus de la mêlée, à rappeler les récalcitrants à l'orthodoxie du marché. Ce sont les pharisiens de notre temps. 

La prédation libérale

Ils ne referont pas l'erreur de 2005 : faire voter les gens sur un traité constitutionnel, mais qu'est-ce qui leur a pris ? C'est un texte bien trop dense, bien trop technique, cousu avec tant d'amour par nos technocrates, pour le laisser entre les mains du vulgaire... Mettre la démocratie sur la place publique, et puis quoi encore ?... Plus question que Populo mette ses gros doigts sur nos si beaux textes réglementaires et dérégulateurs !

Bien sûr les gens sont inquiets... On ne peut pas leur donner tort. C'est vrai, la crise a fait du mal, nul ne peut le nier. Mais au fond, rassurez-vous, ça va servir à purger le Système... Couper quelques branches pourries de l'organigramme mondial, mettre sous les verrous une bande de charlots qui n'a pas respecté les règles du jeu. Une bonne vidange, en somme, et puis ça repart comme en l'an 2000 !

Ah, l'an 2000... Déjà si loin, mais il est si doux d'y reprenser. C'était la Belle Epoque... Entre la chute du mur de Berlin en 1989 et la crise des subprimes en 2008, l’idéologie libérale a tout balayé sur son passage. Même l’éclatement de la bulle Internet et le scandale Enron en 2000 n’ont pas entaché durablement l’optimisme, pour ne pas dire l’arrogance, des thuriféraires de la mondialisation marche forcée. C'était une lame de fond irresistible. Une orgie libérale, un gavage mondial, l'engraissement accéléré !... C’en était au fond fini de la politique. On n’avait plus qu’à gérer le monde en bons pères de famille, s'en remettre à des technocrates bienveillants... C'était l'arrivée du libéralisme gosplan. Les Nations, c'est ringard. Il y a maintenant les "territoires". La loi, c'est monolithique, alors que le contrat, c'est flexible, souple. L'État social, c'est soviétique. Le peuple, c'est moisi...

A cette tendre époque, les chantres de l’ordre établi ne manquaient pas. Parmi tout ce chœur d’experts, me revient en mémoire Jean-Marc Sylvestre (vous en souvient-il ?) et sa chronique quotidienne sur LCI : il nous chantonnait chaque jour pendant trois minutes les bienfaits de l’ordre économique. C’était à chaque fois comme une saynète, avec des personnages récurrents, aux rôles bien définis : les brillants technogestionnaires et patrons, qui réalisent de magnifiques fusions-acquisitions ; les politiciens, parfois utiles pour gérer les choses, mais souvent trop peu audacieux dans les « réformes » ; les chauffeurs de taxis, pas assez à l’heure (qui ne viendront pas se plaindre si leurs gosses n’ont pas de travail parce que le pays ne tourne plus rond) ; les chômeurs, grévistes, RMIstes et autres grugeurs d’allocations sociales -à mener à la baguette !

Une vision du monde bien structurée, hiérarchisée, vue depuis les hauteurs sublimes des élites qui, comme dit Christopher Lasch (La révolte des élites), ne fréquentent jamais les gens ordinaires de leur propre pays -et font tout pour les éviter.

Douce petite musique du réveil, que celle de ces chroniques économiques, accordée sur l’humeur de l’actualité : si un malheur frappait le monde, il fallait d’urgence libéraliser davantage ; si des gens protestaient, Jean-Marc devenait chagrin et même il se montrait colère : il fallait asséner une juste mais ferme leçon de pédagogie pour faire rentrer ces réfractaires dans le rang. Et si un jour, il ne se passait tout bonnement rien, ma foi, il fallait profiter de ce répit pour investir un peu, vendre quelques actions, feuilleter tranquillement les pages saumon de son Figaro

Nous souffrons aujourd'hui non des engagements partisans, de la mauvaise foi mais de ce que ces opinions de classe se parent d'objectivité. Nous sommes étouffés par le règne des experts, tant des vrais qui prétendent gouverner scientifiquement, que des faux qui monopolisent le temps de parole alors que leur beau savoir n'est que l'expression de leurs intérêts. Intérêts qui sont eux-mêmes au service de leur simple désir de rester là le plus longtemps possible et se gaver encore un peu plus... 

Le réalisme économique

Aujourd'hui, nos élites ont en apparence déchanté, mais elles ont toujours aussi faim. Leurs voix sont douces mais leurs politiques sont dures... Ils vous parlent de rigueur, d'austérité, de cure... Ils promettent des remèdes de cheval pour des maux dont ils sont responsables. Les Pythagoriciens, dans la Grèce antique, croyaient que le cosmos était bâti selon certaines mesures idéales, que les Nombres régissaient l'univers... On peut trouver cela arriéré, folklorique, bien peu scientifique, mais souvenez-nous-en la prochaine fois qu'un éditorialiste, pour qui quand même les chiffres ne mentent pas, vous réduira l'économie française à un tableau Excel.

La realpolitik économique, aujourd'hui, est une logique pure et simple de prédation : 1) Vous prenez un pays considéré comme solvable, mais obligé de s'endetter. 2) Vous l'obligez à contracter des dettes, au-delà même de ce qu'il demande (collusion des dirigeants et des financiers). 3) Vous le pressurez tant et si bien qu'il ne peut rembourser. 4) Vous le serrez à la gorge jusqu'à ce qu'il soit à genoux. 5) Vous relâchez un peu la pression, montrant par là que vous êtes généreux et humain, que vous allez un peu renégocier la dette. 6) Vous exigez encore plus de démantèlement des services publics et vous continuez la saignée. La science économique, 90% du temps, n'est que la justification de cette politique du loup envers l'agneau. C'est bien comme ça qu'ils s'y sont pris en Grèce... Ah non, pardon, on me souffle dans l'oreillette que c'est parce que les Grecs grugent les impôts...

Oui, heureusement, nous avons des institutions respectacles, telles que Science Po ou le FMI, pour expliquer cela posément et doctement. Les voix sont douces et leurs politiques sont dures... 

Et le comble, c'est qu'on reproche à Mélenchon ses outrances ("leur système pourri"), ses sorties fracassantes ("le capitaine de pédalo"), son intolérance envers les journalistes ("tu fermes ta petite bouche")... On peut avoir bonne haleine et bonne conscience en se couchant le soir, disait Paul Nizan, et être le suppôt des pires politiques de répression. On peut à l'inverse être colérique, caractériel, et être -j'en suis sûr- plein d'humanité, d'humour et de générosité. Sa voix est dure mais ses espoirs sont bien plus doux. 

Oui, c'est très bien que Mélenchon ne renie pas son côté méridional, qu'il tranche avec le style Science-Po / ENA auquel est largement formaté le personnel politique. Les brutes ne sont pas ceux qu'on croit : à la fin d'un meeting, Mélenchon lisait d'ailleurs ce passage des Misérables où Victor Hugo distingue entre les civilisés de la barbarie, qui à mots couverts vous expliquent pourquoi il faut se soumettre, et les barbares de la civilisation, les révolutionnaires, qui ont l'air mal élevé et ne respectent pas les codes de bienséance des belles personnes parfumées... De leur sang neuf, ils régénèrent un pays, font s'écrouler les institutions vermoulues. (C'est vrai que le le Hugo de Mélenchon est plus proche de Vallès que ne l'était l'original, qui n'était pas si véhément politiquement... Mélenchon a réinventé un Hugo d'extrême-gauche, un Hugo communard...) 

Il faut bien comprendre ce qu'il y a derrière les apparences propres des membres de la nomenklatura. Quand ils s'adressent à vous, propres, aseptisés, depuis leurs plateaux télés dans des buildings sécurisés par quatre digicodes et trois cloisons de plexiglass, ils viennent vous inculquer ce qu'il faut croire sur le monde économique. Derrière leur pseudo-science et leurs savoirs d'experts, ils prêchent l'impuissance, la résignation, le dos rond... Entendons-nous bien : la résignation -pour les autres ! Parce que pour eux, c'est au contraire bombance, Byzance ! Leur problème, c'est de conserver un trésor de guerre pour tenir en cas de coup dur. C'est ça, le fin du fon de leur science économique : amasser des fortunes et faire honte aux ouvrières qui demandent 5% d'augmentation. 

Ce qui les intéresse juste, c'est la perpétuation de leur système fondé sur la cupidité. Quand ils disent que le programme du Front de Gauche est irréaliste, il faut comprendre que pour eux, le "réalisme", c'est le maintien de leur position privilégiée. Celle-ci n'est pas foncièrement compatible avec la démocratie, ni avec l'exercice d'une politique digne de ce nom -si on entend que le politique part justement du refus de la fatalité. Si Sarkozy et Bayrou n'ont rien de mieux à proposer que de rembourser la dette, qu'ils laissent leur candidature à un gestionnaire envoyé par Bruxelles ! Qu'ils mettent à la tête des ministères une équipe de cost-killers Américains et pendant ce temps, qu'ils aillent à la pêche ! Qu'on installe un organisme de credit-revolving à Bercy. On y verra plus clair... 

L'altermondialisme concret 

Il y a dans tout cela une ambiance de fin de régime... La coupure entre les gens ordinaires et la nomenklature devient trop grande. Les médias n'arrivent plus à suivre. Ils ne sont plus en mesure d'informer sur les programmes politiques. Il faut faire le travail soi-même. A ne suivre le Front de Gauche que parce ce qu'en disent télés et journaux, on n'imagine pas à quel point ceux-ci ne voient les choses que par le petit bout de la lorgnette. Les courbes de sondage qui se croisent, la tambouille électoraliste, le "PMU politicien"... En revanche, ce que Mélenchon peut proposer sur le Maghreb, sur l'écologie, sur les relations avec les Etats-Unis, cela n'intéresse pas grand-monde. Ce qu'il dit pour régler nos conflits avec l'Algérie, en repensant une union autour de la Méditerranée ; l'inspiration qu'il puise dans les politiques du Vénézuéla, d'Uruguay, d'Équateur, qui s'est penché dessus ? Sa vision d'un altermondialisme concrêt ? Sa tentative pour concilier Marx et l'écologie ? La géothermie, l'exploration des océans ?... Qui a remarqué qu'il était bien plus au point sur l'écologie que tous les petits cadres donneurs de leçons d'EELV ? 

Nous avons là une vision structurée de la France, de ses relations avec l'Europe, avec le nord de l'Afrique, avec le reste du monde, et personne ne va puiser dedans. Elle est pourtant à la disposition de tous, prête à entrer dans le débat public, à nourrir la réflexion commune. Elle n'appartient pas à son auteur, comme toute idée. N'espérez pas en entendre parler à une heure de grande écoute, ni dans un journal à gros tirage... Encore moins par les commentateurs spécialisés qui tiennent de prestigieuses rubriques dans les hebdos. 

Les experts en communication sont des mercenaires fiables. Leur arme pour décrédibiliser le Front de Gauche : le dénigrement mou. Il n'en faut pas tellement plus pour se prévaloir d'une étiquette prestigieuse : analyste des médias, expert en communication, rhéteurs glacés... Ils dénigrent, font la fine bouche, jouent les gens sérieux, qui réfléchissent à froid... Regardez-les... Leur arrogance n'a d'égale que la médiocrité de leurs discours, pompeusement renommés "décryptages" -comme s'ils étaient en possession d'un code secret inacessible au commun des mortels. Il s'ensuit une dépolitisation de la vision de la campagne, bien faite pour plaire aux CSP+ gros lecteurs d'hebdomadaires, avides d'informations reposantes pour gens intelligents. Il est difficile de se faire une idée du pharisaïsme de ce monde-là ; il faut pour cela s'avaler la lecture de ces marchands de poudre de Perlimpinpin. Le Nouvel Obs en a manifestement une bonne brochette à sa disposition, du jeune universitaire, fondateur et seul membre d'un "observatoire de la gauche radicale", aux divers mâles alpha de cabinets marketings, qui sont là juste pour rassurer Jean-Claude Dupont, cadre supérieur, en lui disant ce qu'il a envie d'entendre : vote utile ! Il y a quelque chose de comique à voir l'ex organe officiel du mitterandisme rameuter en urgence sa clique d'experts pour déprimer, décourager, accabler les électeurs du Front de gauche... alors même que ce Front défend un socialisme comparable à celui du programme commun de 1981, celui de Mitterrand ! Oui, on sent qu'il faut sortir la grosse artillerie pour endiguer la fuite au-delà du mur de fer hollandiste...

Ils n'y vont pas frontalement, ils s'y prennent de biais, en accordant tout ce qu'on voudra au Front de Gauche, que ce sont des propositions généreuses, que Mélenchon est un tribun populaire, qu'il a de la verve (signe que, au passage, ces discours professionnels l'envient énormément pour son talent et son succès) - tout cela et plus encore, pourvu qu'au bout du compte, on admette que c'est un programme inapplicable, qui ruinerait l'État en moins de deux... Ils sont là pour faire insidieusement peur, pour saper, pour travailler au corps Populo, qu'une fois dans l'isoloir, il se dise : "Allez, j'arrête ! Mélenchon, je t'aime bien. Tu nous a fait rêver, tu nous a parlé du temps des cerises et de fraternité universelle... Je t'aime bien franchement mais voilà, on a besoin de quelqu'un de réaliste comme Hollande pour gouverner". Ils préparent le grand accablement qui va nous tomber dessus au mois de mai. Mais je suis bien tranquille : maintenant, leur mécanique est grippée. Avant, plus ils parlaient, plus ils confortaient leur système de domination. Aujourd'hui, le mouvement contraire se produit : plus ils sont durs, plus la résistance se fortifie. Ils vont devoir changer leur stratégie. Accabler ne suffira plus, il va falloir récupérer le mélenchonisme. C'est à ce moment-là que le Front de Gauche va devoir serrer les rangs, à l'heure où il sera possible d'aller à la gamelle. Attention donc à d'éventuels nouveaux Eric Besson ! 

Les philistins de gauche

C'est la victoire programmée des philistins de gauche : plus aucune sensibilité à l'esprit de 1789, au souffle porté par un peuple qui se retrouve... C'est le triomphe de l'opinion social-libérale comme parachèvement de la France et de l'Europe. L'esprit d'insoumission véhiculé par la littérature réduit à de l'ironie de loser qui se croit lucide sur le monde et s'y résigne d'autant mieux. Face à cela, face au dégoût que suscite cette sale gauche, cette gauche de soumission, cette gauche - serpillère (dixit Frédéric Lordon), l'élan impulsé par le Front de gauche tient du miracle. Ça semble sorti de nulle part et en même temps, rétrospectivement, on attendait que ce mouvement vienne combler un grand vide qui s'est creusé depuis presque trente ans.

Au moment où j'écris, Mélenchon est en train de traverser la France, de tracer une ligne rouge qui passe par Vierzon, Limoges, Toulouse, Marseille. C'est comme une déflagration... En route pour la Méditerranée, pour le grand Sud ! Thalassa, thalassa !... L'Europe retient son souffle... Tiens, les Français se réveillent... Ils ne se laissent pas faire, ils arrêtent de croire que c'est mieux ailleurs... Et si on les imitait ? Si on s'assemblait tous pour renverser le colosse de la finance, maintenant que nous savons qu'il a des pieds d'argile ? 

Bien sûr, les éditorialistes, les princes du commentaire politique, les marquis de l'actu , ils ricanent et ils rient jaune... Ils ne savent plus vraiment rire, d'ailleurs ; ils sont crispés, figés dans leur rictus. Ils ont oublié comment être heureux, généreux, simple, vivant... A la place, ils ont le recul critique, l'ironie, les blagues, les petites formules précieuses... Voyez, ils ont l'air exsangue, blâfard, un peu coincés, sortis de la même boîte de conserve... Des gens trop intelligents qui n'entendent plus le bruit et la fureur des "idiots" de gauche, c'est à dire ceux pour qui la gauche, c'est la gauche, et pas le centre-droit light. C'est idiot mais c'est comme ça. 

"Viennent le temps des cerises et les jours heureux". Qui aurait cru qu'on pourrait encore formuler un tel souhait ? Mais il n'y a même pas à souhaiter. Germinal, c'est en ce moment ! L'espoir renaît déjà, nul besoin d'attendre. Les jours heureux sont déjà là, et nos coeurs sont des cerises écarlates ! On n'a pas besoin d'indice du bonheur, on a besoin d'en parler, c'est tout ! Il n'y a pas tant à refonder la politique, comme le promettent tous les quatre matins les politologues (dont c'est le métier) mais à l'exercer, à l'exprimer, à la discuter. La gauche reprend des couleurs. Nous sortons de l'apathie politicienne. Nous nous rendons compte à quel point c'est difficile, humainement, de vivre sans aucune sorte de foi ni d'espoir, combien on nous a miné le moral, en nous disant que tout idéal était voué à virer au robespierrisme, au soviétisme ! 

Mélenchon a eu l'insigne mérite de rappeler que la République s'inscrit dans l'Histoire, qu'elle n'est un régime idéologiquement neutre, en quoi elle fait échec à l'anhistoricisme apolitique véhiculé par le monde libéral. Le mal moderne, comme l'a dit Bernanos, c'est bien l'indifférence. L'indifférence qui use les coeurs, épuise les énergies, entretient cette indifférente médiocrité, paresseuse et satisfaite... Les louanges adressées par la droite à Mélenchon sont peut-être bien sincères, qui sait : le candidat du Front de Gauche, en ranimant des clivages franchement partisans, en ressuscitant la gauche d'avant 1981, la gauche encore de gauche, a fait un bien fou à tout le monde, et indirectement à ses ennemis, qui retrouvent un sens à leurs valeurs et à leur combat... Une cure de gauche fait un bien fou à tout le monde. 

"Viennent les jours heureux..."

La victoire du Front de Gauche est incertaine mais l'élan qu'il a ranimé, lui, ne s'éteindra pas de sitôt. En quoi il a déjà gagné.

A mon avis, il n'y a rien de bien exaltant à attendre de l'élection... Au mieux, ce sera mieux que si c'était pire... On va surveiller le score de Mélenchon, qu'il monte aussi haut que possible... Toute l'énergie de ce nouveau front populaire peut irradier dès maintenant la société, sans attendre les élections. Inutile de nous tourner vers l'avenir. Nous sommes déjà en train de reprend pied dans le présent. Nous n'avons pas besoin d'optimisme, mais d'espoir. La gauche de gouvernement ne fera pas de miracle. En revanche, nous, nous pouvons le faire ; nous en avons déjà accompli, des miracles, en refusant la fatalité inculquée pendant des années. N'attendons pas notre salut des politiciens de gauche, mais de ce qui rayonne autour d'eux, de ces forces qui leur échappent largement, qui se répandent et les dépassent... Commençons par ouvrir les fenêtre, purifier l'atmosphère... Rendez-vous compte : nous avons survécu à cinq ans de sarkozysme ! Comme disait l'autre : tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort... Vous allez la voir enfin partir, cette clique ignoble, ces Guéant, Gaino, Lefebvre, Besson, Hortefeux, déguerpir en pagaille, comme des vampires que la lumière chasse... en attendant la vengeance par la prochaine génération des Copé, comme dans un bon vieux film d'horreur... Leur entreprise strictement clientèliste va en prendre un coup, ça va être beau à voir.

Au fond, l'adhésion aux idées du Front de gauche, même comme simple sympathisant, serait un choix moral face à la vulgarité d'une époque. Une façon de s'élever au-dessus de sa condition de petit-bourgeois ironique, narcissique et indécis, spectateur de Canal+ à l'esprit critique intermittent. Retrouver une saine virilité, faite de colère et de rires, de mauvaise foi aussi mais surtout de cette volonté de ne pas finir comme un salaud. Et en-deça même de l'aspect moral, il y aurait un choix esthétique face à ce qu'est devenu "l'Occident" - un monde de laideur, blême et sûr de lui, celui des pharisiens de l'économie, sinistres comme des sépulcres blanchis.


Moyenne des avis sur cet article :  4.24/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • OUI l’ump est vulgaire et inefficace..........

    les inégalités sont de plus criantes :
    -entre provinciaux et parisiens l’immobilier augmente de 50 % a paris et perd 25 % en province
    - les pme sont imposés a 40% les loréal....publicis dassault et autres a 9%
    - les magasins discount ne desemplissent pas ...on y voit meme des parvenus y faire leurs courses
    _ les retatraités fouillent les poubelles après les matchés pour récupére fruits et légumes inabordables...a l’achat..
    - 8 millions de personnes ont du mal a payer leurs notes de chauffage et électricité
    - le prix des transports devient exhorbitant....tgv,,, ???
     oui il y a trop d elus en france 35...ministres...1000 députés et sénateurs a 17 millions deuros pièce...qui ne payent...rien...et ne font que tchatcher...
     36600 maires et 360000 adjoints rémunérés..
    - les mères seules ont du mal a nourrir leurs enfants et a payer un loyer excessif.....il faut faire un choix douloureux

     L UMP VOUDRAIT COMME LE FN 2EME BRANCHE DE LA DROITE POPULAIRE RENDRE RESPONSABLES LES IMMIGRES...LES PAUVRES....CES SALAUDS DE PAUVRES QUI LES EMPECHENT DE S ENRICHIR EN BOUCLE...


    • El Nasl El Nasl 9 avril 2012 11:07

       des politiques qui jettent des catégories sociales , des boucs émissaires ( étrangers , pauvres , vieux , riches ) , à la vindicte populaire pour detourner les gens des vrais sujets ,des vrais determinants , ne sont plus des responsables politiques mais des incendiaires ...mais ça va leur retomber sur le coin de la figure car nous sommes tous sur le même bateau .


    • El Nasl El Nasl 9 avril 2012 10:47

       
       Mélenchon relève le niveau car il aborde plus que d’autres des sujets plus essentiels . L’espèce humaine est rentrée dans le mur de la contrainte environnementale et de la contrainte énergétique ( pic pétrole actuel )(1) , à l’intérieur de ce cadre c’est le grand bordel ,tout le monde comprend qu’il y a quelque chose qui cloche et attend de cette campagne des explications claires et non plus l’enfumage habituel des économistes ... la « science » économique (la discipline ) ) est une branche des sciences sociales , c’est de l’idéologie saupoudrée de math pour faire plus science . en projetant tout dans un seul domaine , celui du pognon , cette pensée appauvrit l’information ,la richesse ,la complexité du monde et tout ceci s’est agravé avec le fameux tournant libéral des années 80 sous Tatcher , Reagan , Mitterand , tournant libéral qui a consisté à mettre l’économie réelle (du grec ancien οἰκονομία / oikonomía : « administration d’un foyer » ) sous tutelle de la finance et des banques ,ces derniers exigeants de l’économie réelle qu’elle se mette à produire et consommer toujours plus car c’est ce qui rapportait le plus à une minorité ( dont nous sommes aussi si on rapporte le phénomène à l’échelle mondiale  ) ... aujourd’hui nous atteignons le summun de ce système absurde qui nous amène dans le gouffre avec des candidats qui sont sommés de chiffrer « économiquement » leur programme !!

       Combien savent que dans 1 litre d’essence il y a 10 kwh d’energie finale passé à travers une machine qui a 50 % de rendements nous obtenons 5 kwh d’energie utile ( travail mécanique ou autre ) . L’homme mange , consomme de l’énergie et en restitue une partie sous forme de travail mécanique ( je souligne car ce n’est qu’une partie de l’activité humaine ) évaluée à 0.5 kwh par jour en moyenne , bref avec un litre d’essence vous avez l’équivalent de 10 hommes x journée d’un point de vue mécanique . D’après les conneries d’économistes , le litre d’essence coûterait seulement 1.5 euros (bientôt 2 ) ...discutez avec un vieux acriculteurs et quelques plus jeunes pour ceux qui sont sensibilisés , il vous parlera d’eau , de plante , d’abeille , d’oiseaux, de fleurs , de la pluie , bref du monde tel qu’il est , mais certainement pas de pognon .

      (1) ceci aurait dû être le boulot des verts mais depuis l’accident de fukushima , ils ont misé toute leurs communications sur l’anti nucléaire , le programme éclectronucléaire n’est qu’un aspect de notre production d’energie qui elle même est une conséquence du modéle de société que nous choisissons . bref ils se sont mis au même niveau que les autres grands partis , parler ,disserter sur l’annexe , plutôt que sur le noyau , l’essentiel . Si les verts avaient bien fait leur boulot , nous serions pas dans la sitution où des candidats annoncent avoir une recette miracle pour retrouver la croissance ( du pib) alors que c’est physiquement impossible pour les quelques prochaines décennies , nous aurions pas des candidats qui expliquent que l’environnement ça suffit ( la Terre n’en a rien à foutre de nous , elle existe depuis des milliards d’années elle a vu des tas d’espèces apparaitre et disparaitre , si nous continuons nous serons les prochains . Ce n’ est pas l’environnement qui a besoin de nous , mais nous qui avons besoin de cet éco système qui nous a fait naitre et qui nous nourrit )
       
       
       


      • JL JL1 9 avril 2012 11:52

        Bonjour Rahsaan,

        bravo pour ce bel article.

        Un signe qui ne trompe pas : il y a foule pour s’inscrire, voter par correspondance ou confier des procurations. Comme en 2005.

        A tous, si vous avez une heure et demie, écoutez cette allocution du 30 mars 2012 par Jean-Luc Mélenchon qui s’exprimait devant le Cercle républicain sur la politique de Défense de la France. JLM a plaidé pour une Défense souveraine, affranchie de l’atlantisme et de son bras armé l’Otan, et a exposé une vision à la fois gaullienne de la France, universellement de gauche et mondialement écologique.


        • Scual 9 avril 2012 12:06

          Merci pour ce superbe article.

          « Vienne le temps des cerises et des jours heureux... »

          Si on compare, j’en connait une qui a récement montré sa vision des jours heureux à Vienne.


          • Luxum Luxum 9 avril 2012 19:56

            Agressivité vulgaire et diabolisation sont les meilleurs moyens de se faire entendre lorsqu’on a pas d’argument valable.
            Dans vos paroles je crois déceler le sympathisant du Front National qui transpire la haine.

            Ainsi il me vient à l’esprit un adage simple : « Le Front de Gauche c’est la colère, le Front National c’est la haine ».


          • gogoRat gogoRat 9 avril 2012 14:19

            L’idéal démocratique est-il tout à fait compatible avec les mots « victoire du Front de Gauche » ? 

             Si le processus du scrutin doit mener à une « victoire » qui ne soit pas celle de tous les Français, ce n’est pas un processus démocratique !

             Selon l’optique réductrice du clivage « droite/gauche + centre », attribuer à un seul homme, voire à un clan, des aspirations émanant d’une diversité d’électeurs (ou abstentionistes !) infiniment plus riches de « points de vues », de regards ... c’est s’attirer la défiance de tous les Français réellement désireux de liberté, d’égalité et de fraternité.
             C’est un calcul, une spéculation, certes compréhensible, mais dont l’efficacité à terme risque de s’avérer plutôt douteuse.

             Si jamais la « victoire » escomptée par ce clan advenait à échoir à l’autre clan (puisque la logique de son discours s’enorgueillit d’être bipolaire), cela ne ferait que renforcer à la fois la « légitimité procédurière » du « vainqueur » (vu, là, comme l’ennemi !) autant que celle du système de scrutin utilisé pour le « combat » !
              ( ce qui contredit en partie l’appel à une nouvelle République ... )
              Vouloir resserer les liens d’un clan contre « l’autre » ne va pas dans le sens de la paix mais bien dans celui du renforcement hargneux d’une bipolarisation politique irrespectueuse de la liberté des diversités démocratiques.
             Cela peut favoriser une « victoire » ( laquelle ?!) , comme cela peut faire perdre des voix (qui ne s’y retrouvent pas !) ... mais en tous cas cela ne correspond pas au meilleur équilibre global souhaitable. 
            ( Qui plus est la même « logique » de clivage risquerait de s’enclancher en interne du clan des « vainqueurs », pour peu que la pression d’un clan adverse n’oblige plus à son « union sacrée » ...)

             Seuls des cahiers de doléances officiels peuvent commencer à rendre compte des aspirations de tous les Français : on a alors plus besoin d’un arbitre que d’une idole pour tout conduire !





            • maxime 9 avril 2012 22:09

              Félicitations pour cet excellent article : chaque mot fait mouche et traduit parfaitement la réalité de l’époque.

              « ... Rendez-vous compte : nous avons survécu à cinq ans de sarkozysme ! ... »

              On est forts, hein ? Allez, on les aura ! smiley


              • Tilk Tilk 9 avril 2012 22:21

                mazette c’est chouette
                bravo bis


                • bert bert 15 avril 2012 22:30

                  avec les cornichons retrouvez une saine virilité !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

rahsaan


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès