Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Villepin se (re)prend pour un aigle

Villepin se (re)prend pour un aigle

Une lettre aux juges, un ex-Premier ministre en rage, un président victime et une mystérieuse lettre C : l’affaire Clearstream est de retour. L’occasion pour le Galouzeau de rebomber le torse, en plein état de grâce déclinant, entre défaites au rugby, au football et au basket, le moment idéal de rebondir enfin pour le protégé du mystérieux Jacques C.

La seconde affaire Clearstream est en train de devenir une affaire Villepin. L’ancien Premier ministre, qu’on voyait naguère jaillir des flots torse bombé (aux côtés d’un petit homme robuste pas encore candidat déclaré) qui symbolisait avant encore l’élégance française, le parler fin et le port altier, l’énarque pas très avisé qui précipita Chirac dans une dissolution abracadabrantesque, l’ex-gendre idéal au sourire carnassier qui traitait allègrement l’ensemble des journalistes de « connards » quand ceux-ci ne lui servaient pas la soupe, se dit aujourd’hui victime d’une machination politique ourdie par son ex-ministre de l’Intérieur et de l’Economie, actuel (robuste) président de la République. Et tout cela met notre Galouzeau en « rage » comme il était venu l’expliquer, que dis-je, le pleurer, à PPDA, il y a quelque 20 heures de cela.

Les perquisitions à son domicile, les matelas de ses enfants retournés, les ordinateurs confisqués, Villepin a mal vécu cela. On le vivrait difficilement bien, il faut le dire, même si c’est le lot quotidien, ou hebdomadaire, d’un certain Denis Robert, journaliste de son état, depuis qu’il a mis le doigt, la tête et l’ensemble de son énergie dans la lessiveuse Clearstream. Et De Villepin serait apparu bien plus sympathique, bien plus audible, s’il n’avait ne serait-ce que mentionné notre ami Denis Robert en évoquant son cas. S’il avait dit, « maintenant je comprends ce que doit endurer le journaliste Denis Robert depuis qu’il a eu le courage, l’audace et le mérite de révéler ce scandale international et fondamental qu’est Clearstream, chambre de compensation basée au Luxembourg et dont certaines pratiques sont manifestement délictueuses ». Là, oui, le Galouzeau aurait d’un coup d’un seul basculé dans le côté clair de ceux, trop rares, qui recentrent l’affaire Clearstream en son noyau dur, c’est-à-dire le flou artistique autour des transactions financières planétaires, flou qui profite sans doute au crime organisé, aux narco-Etats, aux chefs d’entreprises véreux, aux terroristes de tous poils.

Mais Dominique De Villepin, qui, à l’époque ministre des Affaires étrangères, comme Denis Robert le rappelle sur son blog, avait « insisté sur le fait qu’il fallait contrôler les institutions type Clearstream et Euroclear », a depuis beaucoup changé de statut. Plus Premier ministre, condamné à ne pas se présenter contre Sarkozy, et à contempler donc son ennemi intime triompher, impuissant, l’homme est désormais rattrapé par la fameuse « seconde affaire Clearstream » sombre mic-mac politico-barbouzard, visant à discréditer l’homme fort de Neuilly, entre autres, à l’aide de listings grossièrement faussés. Pour cette affaire, Villepin est aujourd’hui mis en examen, pour « complicité de dénonciation calomnieuse, recel de vol et d’abus de confiance et complicité d’usage de faux ». La musique n’est pas la même. 200 000 euros de caution ajoutés en assaisonnement, et vous obtenez un napoléonien ex-Premier ministre transformé en grognard.

« Dominique de Villepin était, dans tout ce qui était relatif à l’affaire Clearstream, (...) celui qui informait, conseillait le président de la République et transmettait les instructions de celui-ci », déclare l’ancien vice-président d’EADS, Jean Louis Gergorin. « DDV avait une double conviction : d’une part de la réalité de l’implication d’un certain nombre de personnalités politiques de gauche comme de droite, y compris Nicolas Sarkozy, dans le réseau de financement occulte utilisant Clearstream, d’autre part de la capacité des mêmes personnalités politiques d’être informées immédiatement, par leurs amis au sein des services de renseignement, de toute investigation les concernant et donc de réagir immédiatement en criant à la manipulation politique ». Dominique de Villepin (DDV, donc) présente lui aujourd’hui une toute autre version : à la question : "Est-ce-qu’à un moment ou à un autre vous avez pensé que Nicolas Sarkozy était impliqué dans une dissimulation d’argent et dans la possession de comptes occultes ?", posée par un journaliste de RMC, il répond aujourd’hui « Jamais » d’un ton ferme et catégorique. Qui croire ? Ceux qui prétendent que Villepin voulait « plomber » Sarkozy et avait demandé au général Rondot de s’occuper de l’affaire ou Villepin qui prétend qu’il a agi en pensant à la « sécurité du pays », thèse qu’il défend depuis quelques temps dans les médias ? Thèse étrange, l’ancien Premier ministre évoquant certaines « menaces » sans préciser lesquelles.

Pour embrouiller le tout, Villepin est passé depuis hier, certes par le bureau des juges, mais aussi à une autre tactique de défense : l’attaque. Et quelle est sa cible ? Nicolas Sarkozy. Accusé de « privatiser » l’affaire Clearstream, voire la justice toute entière, le président de la République en prend pour son haut grade depuis quelques semaines par son ancien chef de gouvernement. Trop people, pas assez efficace, pas bon sur l’étranger, un peu faible sur le chômage, Sarkozy est devenu l’homme à abattre pour Villepin, son soleil noir qui l’empêche d’entretenir son bronzage. Il lui interdit même le statut de « victime », son droit à se présenter « partie civile », lui qui, selon la constitution, est le « premier magistrat » du pays. Bref, speedy Sarko a tous les torts, et Villepin est venu le rappeler aux juges. Sans modestie : "L’audition d’aujourd’hui a permis de faire un grand pas vers la manifestation de la vérité", a-t-il déclaré à sa sortie du palais de justice, avant d’ajouter : "Je fais confiance à la justice pour dire le droit, pour dire la vérité et la justice avec sérénité". Si ça, ce n’est pas mettre la pression... A l’Elysée, on réagit en faisant savoir que « le président n’a pas l’intention de renoncer à être une victime ». Il les aime tant, les « victimes »...

Dernier petit rebondissement de cette affaire à tiroirs, une note, dénichée parmi les documents saisis chez Villepin. Une note qui « demanderait un point sur l’avancée du dossier Clearstream », selon Le Figaro, une note datée de 2004 et signée d’une « mystérieuse lettre C ». On se croirait dans un roman de Gaston Leroux. Mais qui est donc ce C ? JC peut-être ? Mais avant ou après JC ? Ce retraité-là, vous croyez ?

A voir le ramdam républicain que n’a pas fini de provoquer celle qui n’est que la « seconde » affaire Clearstream, la première doit bien être de ces scandales qui vous changent la face d’un monde. Au moins. Denis Robert avait raison.


Moyenne des avis sur cet article :  3.24/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 14 septembre 2007 10:02

    Le manipulateur des statistiques qui aura utilisé et instrumentalisé des moyens de l’Etat pour présenter une image valorisante de sa petite personne.

    Il aura dévitalisé les statistiques de l’insécurité pour faire de l’ombre à Nicolas Sarkozy.

    Il aura exclus du système social des pauvres inscrit comme demandeur d’emploi et en fin de ressources.

    Il aura laissé des voyoux bruler des voitures durant 3 semaines laissant aux voyoux des territoires entiers de non-droit.

    Ce courtisan bonapartiste a aujourd’hui,le seul résultat qu’il mérite dans une démocratie retrouvée avec Nicolas Sarkozy Président,celui d’aller en prison pour tentative de déstabilisation politique avec le risque de porter atteinte à la stabiliter de la France

    Le temps de la facture est venu pour cette racaille


    • RobertH 14 septembre 2007 15:38

      Une démocratie retrouvé avec sarko président. oui oui du test adn a l’immigration, des quotats d’expultions, des bons coups de langues au patronnat, un président qui ment sans complexe (je me souviens encore non non pas une bavure à l’intérieur), des flics hais ou craints, encore des mensonges vis a vis de la croissance, un président qui donne des conseils à l’allemagne (oui not’ pays marche tellement bien on peut se le permettre), une justice à 26 vitesses ,...enfin on en passe et des meilleurs . Genre la democratie retrouvée , je suis pas bien sur. Mais en tout cas on voit bien se que ca donne 1 an de propagande televisuelle. Des voyous, des racailles, on doit pas être dans la meme france, moi je vois que des gens. M’enfin on peut pas en vouloir aux grands traumatisés. Bientôt tout ton petit monde va s’ecrouler, regarde autour de toi, les mensonges de ton democrate s’effrite chaque jour un peu plus


    • kako 15 septembre 2007 15:10

      Excuse moi, mais je crains n’avoir pas tout compris ; tu dis bien : « une démocratie retrouvée avec Sarkozy » ? Alors nous n’avons pas la même définition de ce mot. Quant à traiter D. de Villepin de racaille (même s’il n’est pas blanc come neige), je te conseille de d’abord balayer devant l’Elysée.


    • ZEN ZEN 14 septembre 2007 10:29

      Oui, Denis Robert a été bien oublié :

      http://www.ladominationdumonde.blogspot.com/


      • m148 m148 14 septembre 2007 10:48

        Il lutte pour ne pas être pendu à un croc de boucher.

        Cette affaire n’est qu’un imbroglio médiatique où des hommes politiques, tous aussi corrompu les uns que les autres sont impliqués.

        Bravo à notre ex premier ministre, le seul à droite capable de critiquer les agissements de l’éxecutif & de l’équipe gouvernementale en place.


        • nani 14 septembre 2007 11:22

          J’ai beaucoup de mal à croire, que Sarkozy, ministre de l’intérieur à l’époque, ayant les RG et les services secrets sous son autorité n’ait jamais été informé de tout ce mic mac, ou bien les RG et les services secrets Français sont gravement incompétents !! connaissant l’intrusion permanente de Sarkozy sur tous les fronts, lui qui a placé ses pions partout depuis 2002, son interventionnisme dans tous les dossiers, c’est très peu crédible !!! et même pas crédible du tout qu’il n’ait jamais rien su.

          Qu’il ait détourné l’affaire en affaire politique par contre pour faire oublier ses accointances dans le monde des affaires et des finances est en revanche parfaitement CREDIBLE.

          C’est sûr qu’avec Villepin il est tombé sur un os, ce n’est pas l’un de ses actuels ministres carpette mous du genou. Allez Dominique ! mords leur les mollets !! ! smiley


          • grangeoisi 14 septembre 2007 11:50

            Plus ça va et plus j’en viens à mépriser cette caste politique ! Beurk ! Pas beaucoup de gens intéressants là-dedans.Que cela soit l’actuel exécutif ou le précédent cela ressemble fort à une bande de tontons flingueurs !


            • Aruba 14 septembre 2007 15:22

              Edit texte auteur > notre ami Denis Robert.

              Est-ce une relation privée de l’auteur ou seulement, une vue de l’esprit ?

              Dans tous les cas 2 hypothèses plausibles.

              1° Denis Robert en quête de gloire a voulu faire lard gras d’un scoop pour satisfaire son propre égocentrisme. Mais les requins ne partagent jamais avec les moutons, ils les bouffent.

              2° Il a agi par conviction. Et on sait à quel point la conviction peut relever d’une illusion quasi biblique, jusqu’à mener finalement à se faire clouer sur une croix. Couper la tête de l’hydre revient à lui en faire pousser deux, c’est au coeur qu’il faut frapper, mais ça, il est clair que R.D n’en avait pas le pouvoir et il le savait. Alors, il lance une boule de neige en espérant provoquer une avalanche. On peut déjà prédire du résultat final, soit, une tempête qui finira sa course dans les méandres de l’Histoire. Le temps est porteur de valeur et... D’oubli pour n’en garder que le meilleur. C’est dans la nature humaine.

              Edit texte auteur> S’il avait dit (Villepin) « maintenant je comprends ce que doit endurer le journaliste Denis Robert »

              - Faut arrêter de rêver, mon petit (Familiarité amicale). Ils ne font pas partie du même club et à méthodes égales, objectifs différents. Mais on vous pardonnera cette envolée littéraire naïve, vu que même Machiavel n’était finalement qu’un grand sentimental en quête de reconnaissance et à tel point qu’il prétendit enseigner aux princes ce qu’ils étaient déjà par nature. On sait aussi comment cela s’est terminé pour lui. Espérons tout de même que R.Denis s’en sortira mieux.


              • Harald 14 septembre 2007 17:50

                La politique, c’est comme l’andouillette.

                Ça doit sentir un peu la merde mais pas trop.

                Edouard Herriot ?

                Je sais plus...

                Mais c’est sûr qu’avec ce trio de Pieds Nickelés on est a fond dedans.


                • C.C. C.C. 14 septembre 2007 21:37

                  Je ne suis pas très au fait de la culture agoravoxienne et je ne saispas si on peut flooder en plusunant. Comme je pense que je n’aurais pas beaucoup d’occasion d’être d’accord avec vous, je profite de ce commentaire pour abonder dans votre sens Harald, et vous remercier par se commentaire qui m’a fait bien rire. Merci Harald, donc.


                • moebius 14 septembre 2007 22:23

                  ..Là ça sent juste le petit caca de caniche nain a sa mémére lepen.


                  • spartacus 15 septembre 2007 09:05

                    il s’agit de l’illustration de l’arroseur arrosé, ou bien encore de tel est pris qui croyait prendre... vieux comme le monde.

                    Il a joué, il a perdu. J’aurais tendance à dire « hélas... »


                    • Philippe Vassé Philippe Vassé 15 septembre 2007 12:46

                      A l’auteur,

                      Votre article rappelle quelques faits connus et pose Dominique de Villepin comme un « opposant » à Nicolas Sarkozy, certes, mais aussi à sa politique générale.

                      Vu le nombre desdits « opposants » publiquement déclarés et viisbles au dit Président, c’est là le grand mérite de l’article.

                      Mais, si je soutiens votre démarche en faveur de Denis Robert qui est harcelé par les avocats de Clearstream pour avoir mis un jour une « petite partie » des activités de cette institution financière internationale, pardon, transnationale, je m’interroge sur le sens de cette défense : pourquoi parler des « faux protagonistes » de la « fausse liste Clearstream » au lieu de se poser la seule et VRAIE question de fond qui vaille ici : mais où est donc publiée la VRAIE liste soustraite à Clearstream par Florian Bourges ?

                      C’est en effet dommage que vous vous focalisiez sur les personnalités en rappelant des faits connus de tous sans poser cette question ESSENTIELLE.

                      En défense justement de Denis Robert, mais sa vraie défense, la meilleure aide qui puisse lui être apportée serait de publier la VRAIE LISTE que certains ont en mains (pardon, dans leurs dossiers), mais dont étrangement, personne ne parle.

                      Selon des sources journalistiques et politiques concordantes, et Denis Robert serait le premier bénéficiaire indirect de ce scoop, on dit que la VRAIE liste risque d’apparaître en public en janvier 2008 !

                      Peut-être qu’alors, on parlera du vrai fond de ce dossier -les sommes détournées des contrats Bravo-Tango et Mica, et pas des querelles de personnes sans grand intérêt au sein de l’UMP...

                      Bien cordialement vôtre,


                    • kako 15 septembre 2007 15:36

                      On peut ne pas aimer Villepin, mais faire de Sarko une victime, alors que c’est probablement lui qui a monté toute l’affaire dans sa phase d’exploitation, il y a un pas que je ne franchirais pas. Il n’est pas à l’origine des « faux » listing, certes ;(je mets des guillemets car quoiqu’on dise, je ne suis pas sûr qu’ils soient si faux que celà) mais il a vite compris l’avantage qu’il pourrait en tirer. Si vous avez lu Denis Robert, vous savez que les comptes non édités de clearstream ne laissent pas de traces une fois la transaction effectuée. Donc Sarko joue sur du velours ; il sait qu’on ne pourra jamais remonter jusqu’à lui. Il peut donc se poser en victime et crier à la machination. Car machination, il y a !!! mais elle vient de lui et vise Chirac et Villepin. Je n’aime ni ne défends l’un ou l’autre. Je veux seulement faire remarquer que notre président élu, n’est ni une victime, ni aussi vertueux qu’il veut bien se donner l’air. Villepin at-il eu des arrières pensées à la vue des listings ? Peut-être ; mais aujourd’hui, c’est plutôt lui la victime ; et il est normal qu’il se défende avec énergie. Certains disent que ce faisant, il menace la stabilité de la France ; mais si défendre son honneur met en péril notre pays, c’est qu’il est pourri de l’intérieur et qu’il est urgent d’assainir.


                      • forum123 16 septembre 2007 09:21

                        « Villepin se (re)prend pour un aigle »,Lilian M, franchement faire passer l’ancien maire de Neuilly pour une victime, c’est risible !


                        • grangeoisi 16 septembre 2007 12:50

                          Lerma : choux, hiboux... mais pas voyoux ; et une bonne stabilité est une stabliter de f’r !

                          Qui a fait le logiciel du robot Lerma ?


                          • agosin 17 septembre 2007 14:32

                            Il est cocasse de constater comment n’importe quel opposant potentiel à Sarko, fusse-t-il de droite comme DDV ou pire encore, trouve des appuis complaisants de la part des gauchistes aigris qui hantent ces forums... Comme quoi les convictions n’ont pas d’odeur.

                            C’est flatteur pour Sarko d’avoir toute la gauche comme ennemie mais se serait glorieux pour lui si cette gauche était moins paniquée...


                            • dany 19 septembre 2007 20:08

                              Avec Sarko en action, on voit comment les Grandes dictatures sont nées et comment, sous le regard complice des faibles, elles se sont installées. Le Baron franco-américano-hongrois est en train de mettre en lambeaux des valeurs que la France Républicaine et les français ont mises en place depuis bientôt 3 siècles. On dirait que Sarko se venge de la France : il détruit tous les acquis grignotés par le peuple depuis la fin du 19è siècle : il attaque le droit de grève, les gains du Front Populaire, les avantages mis en place par le Général de Gaulle et ses ministres communistes après la 2è guerre mondiale ;balayée la Fonction Publique ; à la poubelle le pouvoir d’achat et le droit au travail ; balayés les acquis de mai 68, ceux de 1981 et de 1997. Il s’attaque à tout ce qui faisait la fierté de la France à l’étranger, tout ce qui faisait notre fierté aux yeux du monde... et les gens applaudissent ! Bientôt, nous irons en guerre contre les Palestiniens, les Syriens et les Iraniens : vive la France de Sarkozy !


                              • agpartners 23 septembre 2007 07:03

                                Je comprend que beaucoup soient déçus qu’aucune allusion au calvaire de Denis Robert ne soit mentionné dans cette affaire par DdV. Cependant, je pense qu’il est temps que la vérité éclate sur cette affaire et personnellement je ne suis pas loin de penser que celui qui apparaît ou qui se dit victime d’un complot « je suis partout » n’ait été lui-même à l’origine ou proche des organisateurs de cette affaire et qu’ils se soit servis, à partir d’informations fournis par « leurs » services de renseignements d’un certains nombre d’interlocuteurs spécialisés dans ce type d’enquête pour les intoxiquer sachant qu’ils ne sauraient résister à la tentation d’entrer dans le vif du sujet. Car à l’origine de cette affaire, il y a les commissions occultes liées à l’affaire des Frégates de Taiwan. ET si, pour l’instant formellement on ne peut pas associer « JSP » à cette affaire, quelques uns des bénéficiaires de ces commissions s’avèrent être des personnes proches. Ceci étant, comptes occultes de « JSP » il y a et ce n’est pas dans la direction clearstream, qu’il faut chercher. L’organisation qui a monté la mise en place de « JSP » a engrengé de gros sous, en provenance de l’étranger et aujourd’hui, il faut payer pour tout cet argent, et c’est ainsi que la maison France va se trouver engagée dans des conflits fabriqués par des faucons noirs.


                                • Marianne Marianne 25 septembre 2007 18:40

                                  Je m’apprête à publier un article sur cette affaire Clearstream, son détournement, les réflexions sur « à qui profite le crime ». A suivre donc Lilian...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès