Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Vincent Peillon, l’oligarchie médiatique et Nicolas Sarkozy

Vincent Peillon, l’oligarchie médiatique et Nicolas Sarkozy

Je tenais à revenir sur l’épisode Vincent Peillon contre Arlette Chabot.

Pour ceux qui n’ont pas suivi l’affaire, je résume : Arlette Chabot organisait sur France 2 une émission politique à vous de juger dans laquelle Vincent Peillon était invité ainsi que Marine Lepen et Eric Besson sur le thème de l’identité nationale, et coup de théâtre, au dernier moment Vincent Peillon fait faux bond sans prévenir, et publie un communiqué pour expliquer son geste, il voulait dénoncer le piège dans lequel Arlette Chabot a voulu l’entrainer en l’invitant dans cette émission, et son indignation face à l’émission en elle-même, son sujet et son but notamment.

Ici les explications de Vincent Peillon dans l’émission de Michel Denisot le grand journal face à différents invités dont Alain Duhamel et Jean-Michel Aphatie notamment :

Ici la première partie :
http://player.canalplus.fr/#/308778/@c-divertissement/pid3304-c-la-musicale.html

La deuxième partie :
http://player.canalplus.fr/#/308792

Vincent Peillon a même demandé la démission d’Arlette Chabot.

Loin de moi l’idée de défendre Peillon qui n’est pas un homme politique que j’apprécie vraiment bien au contraire, ni de cautionner sa façon de faire qui est évidemment critiquable, mais je ne peux que lui pardonner quand il en fait une tentative réussie de lancer un tout autre débat, celui de la liberté d’expression et de la main mise de l’Elysee sur les médias de masse comme maintenant France 2.

C’est vrai chacun a le droit de lancer le débat qu’il veut, de discuter de ce qu’il veut, d’exprimer ce qu’il veut, c’est la liberté d’expression en effet.
Seulement s’arrêter à cela en ce qui concerne la soirée de France 2 est une grave erreur, le problème dépasse évidemment cette simple considération.

Les chaines de télévision sont ce qu’on appelle un média de masse. Les médias de masse il n’en existe pas une infinité.
Et le champ d’expression dans chaque média de masse est lui même limité.
A la radio et à la télévision, c’est le temps d’antenne qui crée cette limite.
Dans les journaux papiers, c’est la place qui crée cette limite.
Parce que le champ d’expression dans les médias de masse est limité, contrôler l’expression dans ces médias de masse devient un pouvoir, pouvoir qu’on appelle généralement le pouvoir médiatique.
Il est évident que si une personne s’exprime à France 2 en prime time, elle sera entendue par des millions de personnes, tandis que si une personne s’exprime dans une radio locale elle ne sera entendue que par seulement quelques dizaines de personnes, l’impact est évidemment différent.
Voilà pourquoi ce pouvoir doit être réglementé, c’est normalement le rôle d’un organisme comme le CSA qui doit s’assurer que toutes les expressions possèdent un temps d’expression équitable et qu’aucune expression n’est lésée.
En pratique, même si le CSA tente tant bien que mal de remplir ce rôle, on est très loin de cet idéal, si bien que certaines personnes, certains courants d’idées bénéficient généralement d’un temps d’expression abusivement volumineux, tandis que d’autres personnes, d’autres idées ne possèdent pas du tout ou très peu de temps d’expression dans ces médias de masse.

Et ceci est le résultat direct du fait qu’une petite oligarchie de journalistes ou de responsables des chaines de télévision contrôle totalement l’accès à ces chaines de télévision.

Si Alain Duhamel, Jean Michel Aphatie, réagissent avec autant de violence au fait que Vincent Peillon attaque Arlette Chabot, ce n’est pas par amitié pour Arlette Chabot, ni par corporatisme vu que des tas d’autres journalistes n’en ont strictement rien à faire du sort d’Arlette Chabot, ils réagissent comme cela parce que Vincent Peillon s’attaque à l’une de ceux qui justement contrôlent ce pouvoir médiatique. Quand Vincent Peillon s’attaque à Arlette Chabot, ce n’est pas juste à une journaliste ou à une responsable d’une chaine de télévision qu’il s’attaque, c’est à toute l’oligarchie qui contrôle ce pouvoir médiatique qu’il s’attaque, c’est leur petit pouvoir qu’ils se partagent tous entre eux tacitement et qu’ils gardent jalousement qu’il menace.

Les choses ainsi posées il faut revenir sur l’émission en elle même.
Ce que dénonce Vincent Peillon, à juste titre, et bien tard je trouve ( d’autres le dénoncent depuis des semaines ) c’est la collusion qui existe entre Arlette Chabot et Nicolas Sarkozy.

Il y a quelques mois, la gauche dénonçait la réforme sur l’audio visuelle votée par le gouvernement qui octroyait à Nicolas Sarkozy un nouveau droit, celui de nommer directement les dirigeants des services publics audiovisuels. A ce moment-là nous défendions la nécessité de garder une indépendance stricte entre les médias et le pouvoir exécutif, nous dénoncions le risque que ces médias soient utilisés à des fins de propagande, le risque que la liberté d’expression soit bafouée, que l’équité d’expression ne soit pas respectée et justement ce que Vincent Peillon met en évidence ici c’est exactement ce que nous craignions et ce que nous dénoncions.

Tout le monde le sait, le débat sur l’identité nationale est la volonté de Nicolas Sarkozy, tout le monde a entendu les critiques formulées contre ce débat, il a été dénoncé la volonté de Nicolas Sarkozy de vouloir remettre sur le tapis les thèmes de l’immigration et de l’insécurité en vue des prochaines élections régionales, bref à des fins électoralistes. L’opposition dans son ensemble ne voulait pas de ce débat.
Et d’ailleurs les français ont confirmé que ce n’était pas du tout leur préoccupation du moment.
En mettant en prime time sur la chaine du service public une émission mettant en scène Eric Besson et Marine Lepen, Arlette Chabot sert clairement la soupe à Nicolas Sarkozy au mépris de toute l’opposition, à un tel mépris que pour elle l’opposition se résume à Vincent Peillon, qui n’est pourtant ni le porte parole de l’opposition, ni le porte parole de la gauche, ni même le porte parole du PS, drôle de conception de l’opposition n’est-ce pas ?
Vincent Peillon a raison de dénoncer qu’il allait servir uniquement de caution d’opposition. Le véritable but de l’émission était clairement le duel Lepen/Besson, c’est-à-dire le duel extrême droite / droite extrême, vive le pluralisme.
Il n’est donc pas difficile de faire le lien entre le nouveau pouvoir du président et le choix de France Télévision en matière de débat télévisé et d’invité.
Cette main mise du président s’aggrave encore plus quand on s’aperçoit que la prochaine grande émission politique mettra en scène Nicolas Sarkozy lui même, pour 3 heures de "pédagogie" auprès des français, interviewé par 2 journalistes totalement complaisants à son égard, Laurence Ferrari et Jean Pierre Pernault, sur une chaine de télévision TF1 qui a déjà largement prouvé pour qui elle roulait.

Il faut au contraire comprendre qu’ici Vincent Peillon soulève le vrai débat, peut être sans le vouloir.
 
Il n’y a pas de démocratie sans liberté d’expression et sans équité en matière d’expression dans les médias de masse, il n’y a pas de démocratie si ces médias de masse servent d’outil de propagande pour le gouvernement, il n’y a pas de démocratie si les médias ne sont pas indépendants du gouvernement. Et ce qu’à fait Vincent Peillon est justement l’occasion de soulever toutes ces questions, parce que c’est sans doute 1000000000 fois plus important que cette connerie de débat sur l’identité nationale.

Tant que nous serons dans cette situation c’est bien simple toutes les élections, toutes les décisions collectives seront biaisées et illégitimes !
 
A quand une émission sur l’oligarchie médiatique corrompue et asservie au pouvoir présidentiel à 20 h 30 ? Bien sûr jamais ...
 
Alors bien sûr qu’il faut que cette oligarchie médiatique corrompue démissionne, Arlette Chabot en tête, il faut rendre le service publique aux citoyens, le service public doit être un outil qui sert à mettre en oeuvre la liberté d’expression, à mettre en oeuvre le débat publique, cela ne doit pas être un outil de propagande du gouvernement ! 
 
Toute la pluralité des opinions doit être respectée, l’opposition ne se résume certainement pas au seul PS qui n’a même plus l’hégémonie à gauche depuis les dernières élections déjà ( ils pèsent seulement 1/3 des voix à gauche maintenant ), encore moins à la frange la plus centriste du PS incarnée par Vincent Peillon qui n’est même pas porte parole du PS, toutes les opinions doivent être respectées et pouvoir s’exprimer avec équité, c’est à cette seule condition que les français pourront prendre des décisions en toute connaissance de cause dans l’intérêt général.
 
Et il faut absolument supprimer cette réforme de l’UMP qui permet au président de désigner les dirigeants des services publics audiovisuels, ces médias doivent impérativement être indépendants du pouvoir exécutif !!! Cette réforme est un recul démocratique honteux !
 
Et enfin si le président veut participer au débat publique, alors qu’il en accepte toutes les facettes, il est intolérable qu’il s’exprime uniquement sans la moindre contradiction en face de journalistes totalement complaisants, cette propagande doit cesser.
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.08/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Newby Newby 19 janvier 2010 12:24

    Le sketch de Duhamel sautillant sur son siège, en réaction aux propos de Peillon est d’une qualité digne d’un grand guignol.
    La mine outrée d’Apathie valait aussi son pesant de cacahouètes.
    Toutes ces réactions choquées de « grands journalistes » au geste de « lèse-chabot », sont pitoyables.
    Peillon a eu raison de le faire, ce qui a détourné l’inintéret du débat, vers le problème de souverainté de pensée des journalistes. Il les a atteint sur un point sensible, leur égo, et de ce fait ils se lachent pour le descendre en flamme.
    Si cela arrivait plus souvent,cela permettrait un peu de nettoyage.


    • ddacoudre ddacoudre 19 janvier 2010 12:27

      bonjour logan

      je pense qu’au delà des explication il est important d’emboîter le ps derrière Peillon pour rétablir un débat démocratique pour l’expression de tous les partis, et non un spectacle médiatique, dont j’ai trouvé passablement honteux celui organisé pour les européennes.

      http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=68278
      http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=68327
      cordialement.


      • samuel baillaud 19 janvier 2010 12:40

        Bonjour,
        et bravo pour votre article qui voit les enjeux de l’evenement avec profondeur.


        • Roche 19 janvier 2010 14:14

          Bien vu l’auteur ! qu’on apprécie ou non Peillon, le symbole est ailleurs smiley

          Par
          chantecler

          si dans votre existence vous brassez de l’énergie a discuter avec des crétins, çà doit etre franchement ennuyeux ! l’intéret de discuter avec ces fachos, c’est comme applaudir d’une seule main, et on en est là, une population totalement ensensées par la propagande, bravo !


          • fwed fwed 19 janvier 2010 14:16

            apathie et duhamel nous ont joué une vieille fable de la fontaine :

            « A ces mots on cria haro sur le baudet.
            Un Loup quelque peu clerc prouva par sa harangue
            Qu’il fallait dévouer ce maudit animal,
            Ce pelé, ce galeux, d’où venait tout leur mal.
            Sa peccadille fut jugée un cas pendable.
            Manger l’herbe d’autrui ! quel crime abominable !
            Rien que la mort n’était capable
            D’expier son forfait : on le lui fit bien voir.
            Selon que vous serez puissant ou misérable,
            Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. »

            Leur représentation était pitoyable.


            • L'Auvergnat L’Auvergnat 19 janvier 2010 14:41

              Une fois de plus nous constatons que Sarkozy a la main mise sur tous les médias et notamment sur le service public.

              Français de toutes raçes réagissez et vite.


              • artnaif 19 janvier 2010 15:20

                Peillon , le soi-disant philosophe , prone le mensonge et la dissimulation en modéles ; ce type est indigne de toute fonction .


                • curieux curieux 19 janvier 2010 16:53

                  Je me fous de Peillon mais il a eu raison. Voyez ce débar ou Besson aidé par le tombereau(Chabot) ont passé leur temps en digressions et interruptions. Parler dus présences de M LePen au Conseil européen n’avait rien à voir avec le sujet et était un argument de minable. Et puis le débat s’est arrêté. Rien à en tirer


                  • moebius 19 janvier 2010 21:01

                    Je ne crois pas que ce débat sur l’idendité sert les intérets de la droite en captant les voix de l’électorat populaire de droite, je crois que ce débat sert les intérets de la droite en captant les voix de l’électorat populaire plus attaché qu’un autre à la communauté nationale et qui, sans cette peur de l’étranger repporterait ces voix à gauche.


                    • moebius 19 janvier 2010 21:10

                       Si Sarkosy a la main mise sur les média c’est pour y faire quoi, connaissant la plasticité infinies de ses idées, c’est sans doute pas pour y distiller une idéologie ; une idéologie est un ensemble relativement cohérent de représentations mentale...C’est peut etre plus prosaiquement afin d’y réserver des plages publicitaires pour des amis originaire de sa banlieue


                      • Inca Inca 19 janvier 2010 23:38

                        Sarkozy est entrain de vérouiller un à un tous les systèmes médiatico-politico-judiciaires et économiques, pour ses propres intérêts, à savoir la réélection en 2012.

                        Les régionales ne sont de ce fait qu’un match d’entrainement.


                        • jak2pad 20 janvier 2010 00:42

                          ne soyons pas trop naïfs, quand même :

                          quand un type qui n’existe que par les médias essaye d’exister un peu plus en refusant les médias, ce n’est pas Zorro qui arrive !

                          c’est juste un coup médiatique, comme on peut en imaginer beaucoup

                          cela montre simplement une fois de plus ( mais qui pouvait bien l’ignorer ?), que le débat est verrouillé totalement, par des gens comme Duhamel, Cabot, mais aussi Peillon, et qu’ils nous font le spectacle

                          nous sommes dans la société du spectacle, et Sarkozy en fait, et Benediktat, et Poutine....

                          mais sommes-nous vraiment obligés de les regarder ?

                          moi, ce soir-là, j’ai vu ce qu’il y avait au programme...... et j’ai écouté de la musique

                          ça, c’est vraiment de la résistance !
                          Peillon, et Chabot, et autres carriéristes, moi, je m’en fous, y’a pas d’enjeu.

                          amitiés


                          • daggo 20 janvier 2010 09:22

                            Je suis d’accord avec jak2pad,
                            Si Peillon avait voulu dénoncer ce que vous explicitez dans votre article ( et je suis ok avec ce constat sur l’oligarchie médiathique ), il aurait été plus clair, or il paraissait un peu confus dans ses justifications,
                            Il eut pu rembarrer Duhamel et Apathie plus efficacement en dénonçant clairement le système de collusion, or il ne l’a pas vraiment fait, ou il n’est pas allé au bout en tout cas ...
                            Je flaire en effet de sa part le coup médiathique tout comme il avait fait quand il s’était offusqué plus que de mesure quand Ségo s’était invitée toute seule à une réunion PS il y quelques mois.


                            • logan 21 janvier 2010 02:05

                              C’est bien pour cela qu’on s’en fout de Peillon, comme j’ai dit ce qui compte ici c’est qu’on puisse parler et pointer du doigt cette main mise de Sarkozy sur les médias. A partir du moment où votre ligne d’horizon s’arrête à des considérations sur Vincent Peillon vous faites le jeu de cette oligarchie qui ne veut surtout pas que l’on parle d’elle et de son pouvoir médiatique et de ses collusions avec le pouvoir exécutif.
                              Regardez bien la réaction d’Apathie par exemple, il veut absolument porter le débat sur Vincent Peillon lui même. Ne soyez pas dupes.


                              • rastaman 21 janvier 2010 23:27

                                je suis socialiste et j’appréciais Peillon. Le soir de son coup d’éclat j’ai découvert son blog (http://peillon.typepad.fr/) et je poste un message disant que je ne comprends pas vraiment son attitude. Je suis troublé par son portrait à la de villiers mais bon. 2 jours plus tard j’y retourne et je suis stupéfait de voir que mon post n’a pas été publié mais qu’en revanche le site est inondé de louanges ce qui dénote un peu par rapport à la réaction générale. Je reposte et bien sur censure...
                                On se croirait au temps des plébiscites de l’urss ou plus récemment de l’UMP.
                                Merci Monsieur Peillon de vous montrer sous votre vrai visage. On ne vous reverra jamais.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès