Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Vive la République espagnole !

Vive la République espagnole !

Alors que les républicains manifestent pour la République, le PSOE oubliant ses racines républicaines soutient la royauté....

Après le social-libéralisme, il y eut le libéralisme et aujourd'hui la monarchie !?

JPEG Le PSOE ( parti socialiste ouvrier espagnol) oublie le coup d’état militaire saignant qui a mis bas à la République et installé le franquisme pendant de longues décennies.

Ceux et celles qui sont tombés sous les balles franquistes doivent se retourner dans leurs tombes en constatant que les socialistes et autres “républicains” sont devenus monarchistes.

Mais non, disent-ils ¡ On n’a pas changé mais la situation est différente et le peuple espagnol est légitimiste.

D’abord c’est la République qui est légitime, quant au peuple ¡ ? Qu’il soit consulté .

La fonction d’un parti démocratique et socialiste c’est de défendre des positions fidèles à son identité.

La Fdération Nationale de la Libre Pensée a publié ce communiqué d’Europa laica qui montre qu’en Espagne, certains restent républicains, vent debout ¡

www.laicismo.org - europalaica@europalaica.org

 

EUROPA LAICA demande une consultation citoyenne pour engager un processus constitutionnel,

NOTRE PROJET LAIQUE

 SE HEURTE A UN STATUT DU CHEF DE L'ÉTAT MONARCHIQUE OBSOLETE.

 

Ce matin, le chef du gouvernement a annoncé l’abdication de l’héritier du franquisme : Juan Carlos. Il le fait en faveur de son fils, sans respecter le principe constitutionnel d’égalité des sexes. Y compris sur cette importante question , le forme de l’Etat monarchique est obsolète.

Notre projet laïque s’oppose a de nombreuses politions politiques confessionnelles, où la démocratie réelle est entrain de disparaître, la participation citoyenne est éliminée au fur et à mesure, la Res Publica et les droits sont progressivement restreints.

Notre projet laïque s’affronte aussi à une monarchie confessionnelle catholique.

Notre sentiment républicain, laïque et éclairé, va au delà de la forme de l’Etat. Bien entendu nous le souhations républicain. Notre projet suppose une société profondément démocratique, ce qui veut dire la laïcité des institutions, la justice sociale (et non la charité), la répartition des bénéfices économiques, la dignité du travail, la promotion et la défense des droits de l’homme et de l’enfance avec toutes ses conséquences, les libertés pleines, l’enseignement laïque, l’élimination des privilèges aux religions … sont notre objectif majeur.

Comme défenseur de la Res Publica et de l’égalité des droits de tous les êtres humains nous ne pouvons accepter une forme d’état qui légitime des personnes qui profitent de privilèges et d’inpunités. Une institution médiévale, la monarchie, qui en appelle aux origines divines, est quelque chose d’inacceptable pour tout laïque.

La direction d’Europa Laica appuie les mobilisations qui aujourd’hui et demain vont demander que les citoyens se prononcent pour qu’ enfin se fasse quelque chose qui aurait du avoir lieu en 1978, avant que soit approuvée la constitution. C’est à dire, aller vers un projet constituant républicain comme cadre général, a partir duquel puisse se contruire un état laique.

Madrid le 2 juin 2014.”

 

Ce combat pour la République est d’une actualité brûlante.

Jean-François Chalot

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.43/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Claudius Claudius 5 juin 2014 10:07

    P.O.U.M ! Vous traduirez bien ..

    Ceci étant, vous êtes pas au bout de vos peines, et la monarchie Godon ?

    Et la Batave ? et la Suédoise ? Luxembourgeoise ? 


    • asterix asterix 5 juin 2014 12:32

      Bonjour Chalot,

      Je te rejoins sur la nécessité d’avoir à la tête de l’Etat un individu qui soit laïque. En tant que Belge, je suis, que je le veuille ou non, sujet d’un Roi ostensiblement catholique de surcroît. Un Roi qui, soit dit en passant a couru les 20 km de Bruxelles en anonyme parmi 40.000 concurrents ...et en moins de deux heures svp ! Pas un seul homme politique, qu’il soit député, sénateur ou maire au départ, soit dit en passant également.
      Conclusion : le capital sympathie d’un Chef de l’Etat sans attributions ( ou alors très peu ) ne dépend pas du prescrit constitutionnel même s’il en émane, mais du caractère unificateur et représentatif de celui qui l’exerce. Hors le fait que la fonction soit héréditaire et grassement payée, le fait royauté belge ne me déplaît pas fondamentalement - 60% d’opinions favorables quand même ! Non pas pour sa couronne héritée de naissance, mais parce qu’il faut bien quelqu’un pour signer les lois au nom du pays.
      Connais-tu le nom du Président de la République allemande ?
      Je ne pense pas, moi non plus d’ailleurs.
      En revanche et j’aurais bien voulu que tu abordes le propos, mieux vaut un Chef de l’Etat aux attributions de type notarial et rien que cela qu’un Président de la République aux pouvoirs conséquents, trop conséquents pour un seul homme.
      Une royauté, c’est un peu de folklore autour du ciment national
      Un Président-Commodore façon République Française est une aberration de type dictatorial, vous pouvez le vérifier tous les jours.
      Le pouvoir émane de la Nation, pas d’un seul homme. Je préfère donc un Roi qui n’a rien à dire - ou un Président tout aussi taiseux - qu’un clown de droit divin qui perd les pédales pour avoir le droit de tout dire.
      Mes salutations


      • L'enfoiré L’enfoiré 5 juin 2014 14:06

        Salut Asterix,

         Veux-tu de l’humour à la sauce belge ?
         C’est ici. C’est tout chaud, fais gaffe en sortant, c’est du lèse-majesté. smiley

      • oncle archibald 5 juin 2014 14:25

        « Une tentative de coup d’État militaire surprend le Congrès des députés le 23 février 1981. Des officiers, avec à leur tête le lieutenant-colonel Tejero, tirent des coups de feu dans la Chambre parlementaire durant une session retransmise en direct à la télévision. On craint alors la déroute du processus démocratique, jusqu’à ce que le roi étonne la nation par une allocution télévisée exigeant que l’armée apporte son soutien inconditionnel au gouvernement démocratique légitime. Le roi avait auparavant appelé plusieurs chefs de l’armée pour leur ordonner en tant que commandant en chef de défendre la démocratie.

        Lors de sa prestation de serment devant les Cortes Generales (le Parlement), un chef communisteSantiago Carrillo, lui avait donné le sobriquet « Juan Carlos le Bref », prédisant qu’il se trouverait rapidement écarté avec les autres restes du fascisme. Après l’échec du coup d’État du 23 février 1981, ce même homme politique, ému, dira aux médias : Dieu protège le Roi ! » (source Wikipédia).


        Moi, n’en déplaise à Monsieur Chalot, si on me propose un roi comme ça pour faire barrage à ceux qui rêvent de foutre à bas la démocratie, je fais comme Santiago Carillo : je crie « vive le Roi ».


        • Allexandre 5 juin 2014 15:31

          Parce que vous croyez encore que le suffrage universel est la source première de la démocratie ?? Quelle naïveté. Ce n’est certes plus le droit divin, mais c’est le droit oligarchique et financier qui « élit » pour nous comme pour d’autres (Etats-Unis). Tant que les Français se laisseront berner ainsi sans esprit critique, l’élite au pouvoir pourra toujours nous faire prendre des vessies pour des lanternes.


        • oncle archibald 5 juin 2014 16:29

          La démocratie est ce que les électeurs en font …. Après des décennies ou chaque parti a pu disposer d’une armée d’électeurs « bénis-oui-oui » aux cerveaux bien formatés pour voter et inciter à voter d’un coté ou de l’autre, viendra le temps ou les électeurs devenus adultes vont savoir demander qu’on leur présente non plus des slogans éculés (je ferai reculer le chômage !!!) mais des projets clairs entre lesquels ils pourront vraiment choisir. 

          Il faudra aussi modifier la constitution pour que les élus soient responsabilisés et que les électeurs puissent exiger que les choix des programmes qu’ils ont approuvés soient respectés. 

          Quand ces jours seront venus la démocratie revivra. Ni la Reine d’Angleterre ni le roi d’Espagne n’ont été des obstacles à la démocratie, bien au contraire, le fait qu’ils soient « au dessus des partis » leur a souvent permis de donner un avis sensé, pondéré, bien adapté à une situation de crise. Non qu’ils soient plus intelligents « de droit divin » mais tout simplement plus libres pour rappeler qu’on ne peut se dispenser de bon sens. 

          Ils en sont en rien indispensables, mais dans certains pays de traditions et lorsque leur rôle se résume à être la voix de la sagesse quand les « politicards-pros » déconnent à plein tubes, je ne vois aucun inconvénient à ce qu’ils perdurent.

        • oncle archibald 7 juin 2014 18:24

          Tonimarius vous parlez d’un monarque exerçant le pouvoir, les rois actuellement en exercice sont des « représentants de la nation » particuliers qui en fait n’exercent aucun pouvoir législatif mais sont une espèce de garantie d’unité nationale parce que leur avis sera écouté. Ils ne sont pas obéis, ils sont écoutés, vous ne voyez pas la différence ? 

          Ne croyez vous pas que Juan Carlos s’adressant directement au peuple en usant de son autorité morale pour faire savoir qu’il désapprouve la tentative de putsch des généraux a peut être évité une nouvelle guerre civile dont les espagnols n’avaient vraiment pas besoin ? 

          Idem pour la Reine d’Angleterre qui reçoit toutes les semaines en audience privée le premier ministre pour discuter de la politique et donner un avis sans avoir aucun pouvoir de décision. Cette « haute autorité morale » dans la mesure ou elle s’exerce dans un cadre d’une constitution démocratique, ne me gène en rien.

        • Allexandre 5 juin 2014 15:27

          Bonjour Chalot,


          Cette fois, je ne partage pas votre point de vue. Certes, nous Français avons été bercés par l’école de Jules Ferry, dont le but était d’effacer des consciences le principe monarchique pour faire triompher la République. Cela peut se comprendre dans le contexte de cette fin de XIXème siècle. Mais ce résultat est celui d’une propagande effrénée durant des décennies. Je ne suis pas spécialement monarchiste, mais objectivement, je ne vois pas ce que la République apporte de plus, surtout quand elle se décline comme la nôtre. L’Espagne n’est pas moins démocratique que la France, loin s’en faut. Notre président est le chef d’Etat européen détenant le plus de pouvoir en Europe. Certes il est élu au suffrage universel direct, mais notre choix est ô combien limité et orienté à notre insu par les médias et les sondages ayant partie liée avec les grands partis. Notre République ne coûte pas moins cher au citoyen que la Monarchie. Le fait d’avoir un roi aujourd’hui comme chef d’Etat ne réduit en rien la démocratie, déjà très illusoire dans les républiques. Par ailleurs notre président n’est rien moins qu’un monarque sans couronne, et plus absolu que n’importe quel souverain européen avec couronne. Elizabeth II de Grande Bretagne e d’Irlande du Nord a accompli sa tâche avec un sens du devoir irréprochable, quoi que l’on pense de la monarchie britannique. A l’exception du général de Gaulle, aucun président français n’a vraiment eu le souci du peuple et de la Nation. Je ne vois donc pas ce que changerait une république en Espagne. En tout état de cause, elle n’apporterait pas davantage de démocratie, à laquelle Juan-Carlos a montré son attachement. Il faut arrêter de faire des amalgames. Notre éducation a fait de nous des citoyens mélangeant république et démocratie. Or cela est faux. Les républicains ne sont ni plus ni moins vertueux. Peut-être même moins, dans la mesure où ils ne font que passer et se soucient bien peu d’une certaine morale politique et citoyenne. Nous Français, toujours prompts à donner des leçons aux autres, ferions mieux de balayer devant notre porte. Il y aurait tant à faire. Quant aux Espagnols, qu’ils choisissent entre l’accession au trône de Philippe VI, ou l’avènement d’une république espagnole.

          • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 8 juin 2014 01:31

            Il est logique qu’un roi exerce le pouvoir. En France on préfère le confier à des bouffons.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès