Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Vivement 2012 !

Vivement 2012 !

« Ce n’est rien qu’un président qui nous fait perdre du temps », c’était le titre d’un petit livre, sorti en début d’année, écrit par Thomas Legrand, éditorialiste à France inter.

Rappelons nous, il y a 3 ans, ce président « d’une république irréprochable » (…) , « d’une démocratie qui sera exemplaire au regard du monde » (N.Sarkozy, spot de campagne, avril 2007), annonçait à qui voulait l’entendre, et ils étaient malheureusement nombreux, qu’il allait transformer la France, lui donner un nouvel élan, « booster » la vie des Français. Le pouvoir d’achat allait progresser, la dette publique serait comblée et la France réindustrialisée. Le pays serait à la tête de la lutte pour sauver la planète et la sécurité serait enfin rétablie. La politique allait être réhabilitée aux yeux des citoyens.

Les résultats sont en effet très clairs. En dehors d’une amélioration de la sécurité…routière…, non négligeable (il faut savoir reconnaître le succès quand il existe !), toutes ses promesses se sont transformées en un énorme fiasco !

Tout ça pour ça !

Socialement, si les riches ont vu incontestablement leur pouvoir d’achat progresser, celui des classes populaires, mais aussi celui des classes moyennes, se sont, eux, réduits au prorata. La dette publique a explosé et l’industrie française est toujours au creux de la vague, pour ne pas dire au fond du trou ! Le chômage frôle les 10 %, et encore, à condition de ne comptabiliser que la catégorie 1 des demandeurs d’emplois. Les grandes promesses du Grenelle de l’environnement ont été oubliées en chemin. Et, en fait de réhabilitation de la politique, on a eu les affaires mettant en cause des membres du gouvernement évoluant visiblement dans un monde… que ceux qui n’ont pas d’argent ne peuvent pas connaitre ! Où l’on continue de surcroit à rembourser des sommes astronomiques à des milliardaires dont on sait qu’ils se feront un plaisir de « remercier » leurs généreux protecteurs !

Et, clou du spectacle, la sécurité ! Atteinte aux personnes en forte augmentation, explosions de violences dans les banlieues défavorisées, mais aussi chez des populations habituellement plus discrètes, comme les gens du voyage. Huit ans au pouvoir, huit ans de guerre à l’insécurité, tout ça pour ça !

Panique à bord

Sondages en berne, panique à bord ! Bilan social, économique et écologique calamiteux, passe encore. On mettra tout ça sur le compte de la crise…même si la quasi-totalité des économistes pointent les erreurs commises et les enfermements idéologiques qui plombent la confiance. Et on sait combien la confiance est un critère primordial dans le monde économique.

Mais l’ordre, la sécurité !... déclarés causes nationales, et pré-carré de la droite, comment justifier des résultats aussi médiocres ? Comment continuer à instrumentaliser à son profit, une fois encore, les peurs et les inquiétudes souvent légitimes de nombreux Français ?

Nicolas Sarkozy n’a jamais hésité, c’est sa principale force, devant les solutions les plus extrêmes pour gérer ses difficultés. Non, il n’est pas, comme certains l’affirment, un xénophobe ou un pétainiste, voire pour les plus révoltés, un fasciste. Non, Nicolas Sarkozy n’est pas mû par une quelconque idéologie. Son seul objectif, sa seule obsession c’est 2012, la présidentielle, garder le pouvoir.

Alors, tout est permis ! On louvoie à gauche avec débauchage de personnalités fragiles, avec un pragmatisme de temps de crise où l’on invoque, par exemple, les vertus intrinsèques du modèle social français… qu’on s’acharne par ailleurs à démanteler. Et puis on revient à droite, et même à la lisière de l’extrême droite avec des thèmes classiques comme l’identité, l’immigration, la délinquance, le tout entremêlé dans le même paquet cadeau destiné à des électeurs qu’on espère ainsi récupérer. Tout est possible, tout est réalisable !

Cette fois-ci c’est la grande offensive sécuritaire. Seulement, après huit ans d’échecs, ou plutôt à cause de ces huit ans d’échecs, la seule issue c’est la fuite en avant avec des mesures symboliquement fortes à défaut d’être efficaces : déchéance de la nationalité (les malfaiteurs vont sûrement y penser avant de commettre leurs délits !), expulsion de populations en situation irrégulière, entre autres. Et, courageux mais pas fou, on s’attaque à des groupes qui ne risquent pas de résister. En état de faiblesse physique, psychologique, traqués partout où ils vivent, ils seront des proies faciles, et on affichera ainsi unebelle autorité !

Malheureusement, tous les observateurs s’accordent sur ce point : les démantèlements de quelques centaines de camps illégaux de Roms , peuplés d’hommes mais aussi de femmes , d’enfants et de vieillards, et l’expulsion de d’une partie d’entre eux, n’auront quasiment aucune incidence sur les statistiques de la délinquance enregistrées sur le territoire. On aura juste ajouté de l’angoisse à la misère !

Trop c’est trop !

Deuxième étape, les banlieues. Mais là, le problème est beaucoup plus compliqué, beaucoup plus dangereux. Alors, tant pis pour la morale, on n’hésite devant aucune iniquité, aucune indignité : l’état, ou plutôt ce gouvernement qui a pourtant pris la décision de diminuer le nombre de policiers et de gendarmes, n’y serait pratiquement pour rien … ce sont les maires les grands responsables, qui refusent de faire leur travail et, forcément, particulièrement ceux de gauche. On en nomme même deux au hasard : Martine Aubry à Lille et Michel Destot à Grenoble. Mauvaise foi, mensonges éhontés, rien n’est épargné.

Mais trop c’est trop ! Face à un président qui se présente comme le garant de l’ordre, paradoxalement au prix d’une agitation médiatique qui semble même cette fois le dépasser, les réactions fusent de tous côtés : la gauche bien sûr, mais bien au-delà, les associations, de nombreux élus de droite, et même l’église catholique, sans compter les Français de plus en plus indignés par ces pratiques d’une autre époque.

Nicolas Sarkozy est peut-être en train de griller une carte qu’il considère pourtant comme maitresse dans son jeu. Sortie trop tôt, trop fort, il finit par indisposer beaucoup de Français et notamment beaucoup de ceux qui s’étaient laissé attirer par sa ruse et son agitation permanente.

Le temps politique s’est accéléré

Alors qui tirera les marrons du feu de cette pitoyable stratégie électorale ? Beaucoup de commentateurs évoquent le Front National. Et il n’est pas idiot de penser qu’en mettant en musique des arguments d’extrême droite, on légitimise ceux qui les emploie traditionnellement.

Mais une autre voie heureusement existe qu’il nous appartient, à gauche, de développer et de rendre crédible auprès de nos concitoyens. Si, longtemps, l’accusation d’angélisme qui nous était adressée pouvait avoir quelque fondement, ce temps-là est aujourd’hui dépassé. La réalité des communes dirigées par la gauche le démontre aisément. La répression des délits de toute sorte est incontournable, même si nous savons aussi qu’il est indispensable de développer une politique de prévention qui doit permettre d’éviter les embrasements auxquels nous assistons aujourd’hui. La police de proximité, qui n’a rien à voir avec les gentils animateurs brocardés par Sarkozy au début de son quinquennat, en est un exemple, réclamé par tous ….et c’était bien une initiative de la gauche ! Ce thème sera traité avec tout le sérieux nécessaire dans notre projet, pas dans un but électoraliste comme l’utilise la droite, mais parce que nous avons conscience que les valeurs de la république, liberté, égalité, fraternité, sont indissociables, pour chaque être humain, du besoin fondamental de sécurité.

En ce mois d’aout 2010, le temps politique s’est accéléré. Cette offensive générale, nous n’oublions pas, non plus, qu’elle avait pour but de faire oublier les affaires, avant le grand combat de la rentrée sur les retraites. Dans le calme et la détermination, nous serons du côté des Français qui travaillent, et souvent pour des salaires modestes. Nous serons présents avec un vrai projet alternatif qui permettrait une réforme juste, équilibrée et durable de notre système de retraite.

La campagne électorale de 2012 vient d’être lancée par Nicolas Sarkozy. Qu’il sache que si son agitation et son ton péremptoire ont pu, la dernière fois, laisser penser aux Français qu’il avait une vision pour la France, ce temps est révolu et qu’il sera jugé sur ses actes. Aujourd’hui nous avons face à nous un pseudo réformateur, immobile, qui s’agite sur place….un Chirac en sueur( !), sans stratégie réelle pour la France, si ce n’est celle de garder le pouvoir pour pérenniser la répartition actuelle des richesses !

Quant à nous, nous travaillons, nous développons des idées, des propositions. Autour de nous de nombreux intellectuels sont de retour. Ce sont les idées nouvelles de la gauche qui vont tracer le chemin pour un monde plus juste, mais aussi plus fraternel, plus chaleureux. Nos militants et nos sympathisants sont un formidable potentiel qui ne demande qu’à s’exprimer. Nous avons la volonté et l’énergie nécessaire. Nous devons gagner en 2012, et nous devons gagner parce qu’après 5 ans d’agitation stérile et sans ligne directrice la France et les Français en auront bien besoin !


Moyenne des avis sur cet article :  3.35/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Gorg Gorg 27 août 2010 15:52

    @L’auteur

    « Mais une autre voie heureusement existe qu’il nous appartient, à gauche, de développer et de rendre crédible auprès de nos concitoyens »

     Quelle gauche. La gauche libérale du PS ou la gauche républicaine du PG ?

    Bien à vous


    • asterix asterix 27 août 2010 15:58

      Ton projet de gauche, t’as pas dit dans quel parti t’allais le développer. Si c’est au PS, pas la peine, aucun de ses éléphants n’est d’accord avec l’autre. Le jour voulu, l’élu fera semblant de le défendre et tout repartira pour un tour.
      Et toi, tu pourras recommencer tes chères études. Sur le même point de préférence. Avec toute la crédibilité de circonstance. Si t’es bien sage, t’auras un bonbon, une place au premier rang lors des meetings, le devoir d’applaudir à deux mains, la considération de tes pairs, les honneurs.
      Ton PS, c’est révolu. Je préfère l’anarchie, au moins se régule t-elle seule.


      • Massaliote 27 août 2010 16:21

        « les idées nouvelles de la gauche » smiley smiley smiley 


        • À Mehdi Thé OuLaLA33 27 août 2010 16:40

          vivement que sa exploise pour pouvoir rebatir une nouvelle société qui ne sera pas bâtit sur l or et la richesse personnelle mais plutot une richesse collective...
          Notre système politique et économique sont voués à l échec de pars le capitalisme qui est destructeur comme l avait souligné Marx.La monnaie ne représente plus rien de réel dans l economie,notre démocratie n est qu une illusion que de nos chers politiciens essayent de perdurer pour ne pas se faire guillotiner...
          LA France est tenue par les couilles par ses créanciers qui sont ses grands argentiers devenus des rois au dessus de nos Etats.Il y a deux manière d envahir un pays et de le controler : par les armes et la guerre(Afghanistan,Irak...) soit par la dette(Grece,France...).Je prefere la premiere solution ,elle a l avantage d etre franche contrairement à la seconde qui est beaucoup plus vicelarde surtout en manipulant les medias de masses.

          Le mode CNR doit etre activé.


          • ELCHETORIX 27 août 2010 16:56

            vivement 2012 , oui , mais pas pour installer le PS et tous ses éléphants qui ne pensent qu’à leur carrière , la gauche oui , bien sûr , disons celle de MELENCHON ,
            et encore  !
            Car le PS est un parti mondialiste , qui ne remet pas en cause cette Europe ultra-libérale , ne parle pas de se retirer de l’OTAN , donc rapatrier les troupes de l’ AFGHANISTAN etc ..
            RA .


            • lutopick 28 août 2010 08:42

              Le PS, c’est la droite la moins pire. OSONS Le PG de Jean-Luc Mélenchon. smiley


            • celuiquichaussedu48 celuiquichaussedu48 27 août 2010 17:31

              Depuis quand karzai s’oppose aux américains qui l’ont placé comme pion ? o_O


            • tvargentine.com lerma 27 août 2010 20:26

              Franchement,je suis pas pressé de vieillir smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley

              Un article trop long digne d’un godillot des années 70

              Au 2eme tour de 2012

              EVA JOLY - NICOLAS SARKOZY

              http://www.tvargentine.com


              • lutopick 28 août 2010 08:40

                A part une petite rime, il n’y a rien de bon dans ce pronostic ! 


              • Philippe NOGUES Philippe NOGUES 28 août 2010 11:10


                Agoravox ne serait-il plus lu que par la seule frange de gauche qui ne croit plus à rien, et préfère se réfugier dans de minuscules chapelles qui ne font que conforter la droite au pouvoir ?


                • pastori 28 août 2010 13:54

                  Mais oui Mr Nogues, ils se cherchent tous des messies qui vont sauver la France

                  D’ici 2012 on en aura une bonne vingtaine : des juges, des avocats (beaucoup, et qui n’ont jamais plaidé, car le droit, ça doit donner des droits...), des ex, des as been.................... ça va bien diluer les voix de gauche INUTILEMENT car aucun de ces messies et leurs groupuscules n’a les solutions.

                  pendant ce temps, les capitalo-libéralo-sauvages eux rassemblent leurs troupes et ne veulent voir qu’une seule tête.


                  • Stephanie Blabla 3 janvier 2011 18:43

                    De toute évidence, le FN a de forte chance de passer cette fois-ci.

                    Et je peux déjà dire qu’ils ont auront mon vote.
                    Pourquoi voter gauche, droite, tous des ratés !
                    Le gouvernement est à l’image des grosses entreprises. Des bon à rien, bon qu’à encaisser leur chèque fin de mois. 

                  • non667 28 août 2010 15:10

                     à philippe noguès
                    "Si, longtemps, l’accusation d’angélisme qui nous était adressée pouvait avoir quelque fondement, ce temps-là est aujourd’hui dépassé."
                     

                     oui ,oui s’en est apperçu hier 27-8-2010 à la sortie de l’université d’été
                    sarko a contaminé le ps avec le virus de la lepénisation des esprits
                     
                    avis au électeurs : le virus souche est plus virulents et efficaces que les virus morts ci-dessus destiner a nous endormir contre le virus souche sans régler le problème . smiley


                    • Dominique TONIN dume 28 août 2010 15:22

                      @ l’auteur,
                      Désolé, mais les qques posts st à l’image de ce que je pense, c’est que la gauche n’est pas plus capable de diriger la France. Elle est même co-listière de la droite ds le déclin qui nous assaille aujourd’hui, puisque depuis plus de trente années, ns sommes ds un clivage droite/gauche.
                      Désolé Mr NOGUES, allez vendre votre produit ailleurs, surtout si vs plébiscitiez DSK, le pire de tous.
                      Humblement !


                      • Philippe NOGUES Philippe NOGUES 28 août 2010 17:03

                        C’est toujours en tenant compte des réalités du monde que la gauche socialiste a pu obtenir et faire progresser ensuite de nombreux acquis sociaux : le suffrage universel, les retraites ouvrières, les congés payés, la réduction du temps de travail, l’assurance chômage, les comités d’entreprise, l’abolition de la peine de mort, la retraite à 60 ans, la couverture maladie universelle, l’allocation personnalisée d’autonomie...et j’en passe..
                        C’est bien dans cette filiation là que je me situe.
                        Le socialisme qui est un mouvement de justice sociale est constamment aux prises avec la capacité qu’il possède de réaliser cette exigence. Ceux qui espèrent en lui, parce que leurs conditions d’existence sont rudes ou leurs demandes pressantes, sont souvent prompts à estimer leurs demandes déçues. Et on peut le comprendre.

                        Est ce une raison pour sombrer dans le « tout ou rien » ou de se réfugier dans des postures de rejets stériles ? L’action politique n’a pas à être optimiste ou pessimiste, mais doit chercher à donner aux hommes, sans certitude (!), les moyens de progrès possibles.


                        • non667 28 août 2010 20:49

                           à Philippe
                           « et j’en passe.. »
                           oui ,vous avez oublié le forfait journalier hospitaliers  ! tout nouveau
                          20 francs à l’époque (1983 !) ,une broutille , c’est passé sans trop de pb c’était la gauche au pouvoir ça ne pouvait être mal , aucun parti n’a moufeter , bien sur pas la droite qui s’est frotté les mains  si la droite avait proposé cette réforme cela aurait été une grève assurée !
                           ensuite les augmentations sont venues pendant les étés est cela n’est plus une broutille :18 € (+4,5 %/ans )
                          le grand patronat aime bien la gauche ps au pouvoir elle à abandonné le socialisme en 1983 (politique de rigueur ) et viré mondialo-libérale , le pied pour la finance , plus de risque de communisme ( en 83 ) tonton avait promis au ricains de les ramener en dessous de 5 % chose faite ! aussi rien de tel que la connaissance des pratiques gauchistes pour arriver a museler les syndicats !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès