Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Volée de bois vert pour un gouvernement devenu de moins en moins (...)

Volée de bois vert pour un gouvernement devenu de moins en moins crédible...

Les tensions sont de plus en plus vives entre le gouvernement et son opposition que les débats sont de plus en plus houleux...

Épique et mémorable séance à l'Assemblée Nationale lors des questions au gouvernement où les sujets déficitaires, inondations et budgets ont tourné court...

Valérie Pécresse un peu hors de ses gongs vitupère autour de la défense des entreprises alors que Baroin se plaît à narguer les socialistes en prétendant qu'ils seraient « arrivés au pouvoir en 1997 par effraction ».. Honorant là la raison résonante du Ministre de l’Économie François Claude Pierre René Baroin sur la grave dégradation de ses vues démocratiques, l'ensemble des députés socialistes se sont levés comme un seul homme pour marquer leur désapprobation pour finalement quitter l’hémicycle en guise de protestation... Séance suspendue et flux tendu entre le gouvernement et l'opposition au moins jusqu'à Noël à moins que d'ici là, le banc des ministres ne se prenne une volée de godasses sur la figure, histoire de comprendre un peu mieux à quel jeux du chat à la souris ils jouent depuis quelques temps... Fillon qui se met à parler de faillite alors que sa bande de traders continue de s'en mettre pleins les poches... On nous promet la fin des « paradis fiscaux » mais n'ont-ils pas déjà trouver une autre appellation pour poursuivre le même système de rentabilité colossale pour les uns, béante pour les autres...

En tous cas, les Socialistes expriment ici leur mécontentement et ne semblent pas décidés à s'endormir en attendant l'échéance présidentielle... Il faut que l'opposition soit entendue ailleurs que dans des feuilles de choux mais comme l'équipe sarkozyste semble un peu dure de la feuille ça risque d'être assez compliqué... Ou du moins les prochaines séances s'annoncent-elles certainement de plus en plus houleuses dans un bras de fer déjà bien commencé dont on sait très bien que le pays ne s'en sortira pas mieux que lorsque VGE rendît les clés à la gauche en 1981 ! Assurément, les « vieilles lunes socialistes » comme les a appelé Baroin n'ont pas dit leur dernier mot et pour une fois au moins on ne s'était pas ennuyé dans des formules de politesses trop vagues qui souvent ne veulent rien dire d'autre qu'exprimer les « droits inaliénables de l'oligarchie » droitière comme a tenu à le préciser la co-présidente du parti de Gauche Martine Billard... Ah, c'est certain que quand la droite a le pouvoir elle a du mal à le lâcher !


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • jako jako 9 novembre 2011 11:23

    Que du bohneur pour les mois à venir, ils perdent carrément les pédales.
    Les humoristes n’ont plus même besoin de travestir les phrases


    • BHL=MST 9 novembre 2011 12:18

      Oulala ! La volée de bois vert  ! J’ai peur ! Dîtes l’auteur, non mais sérieusement, pour de vrai, entre nous, vous croyez vraiment à ces mises en scène du parti unique ? Sans déconner ? Vous étiez dans les baloches à papa en 1983 où bien quoi ? Suis-je le seul à voir leurs masques de catcheurs mexicains ? 


      • Pyrathome Pyrathome 9 novembre 2011 13:58
        devenu de moins en moins crédible... ??
        Mais il ne l’a jamais été !!
        Les couillons lobotomisés qui ont voté pour ce détritus en 2007 doivent se les bouffer....

        • Dzan 10 novembre 2011 10:35

          L’exemple vient d’en haut
          Lu sur Médiapart

          C’est un fait minuscule, mais il a une valeur symbolique forte : Nicolas Sarkozy a décidé de reconduire à la présidence d’un établissement public l’une des personnalités les plus gravement mises en cause dans le scandale Tapie-Lagarde. Il s’agit de l’ancien président du Consortium de réalisations (CDR), Jean-François Rocchi. Il a été renvoyé devant la Cour de discipline budgétaire pour des irrégularités que lui impute la Cour des comptes dans cette affaire. Le chef de l’Etat l’a malgré cela confirmé dans sa fonction de président de l’Etablissement de retraite additionnelle de la fonction publique (Erafp), par un décret en date du 8 novembre.

          Alors que la justice avance sur plusieurs fronts, l’Elysée signifie ainsi explicitement que le chef de l’Etat ne désavoue pas et même qu’il place sous sa protection ce haut fonctionnaire qui a scrupuleusement suivi les ordres que Christine Lagarde lui a donnés dans l’affaire Tapie.

          Alors, pour donner des leçons de morale.

          Et Coperroquet nageant chez Taddiekine, et qui dit « je le connais à peine » !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès