Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > VOTE BLANC, le 11ème candidat pour la présidentielle 2012

VOTE BLANC, le 11ème candidat pour la présidentielle 2012

La campagne pour cette élection présidentielle de 2012, est vécue comme une mauvaise comédie, sans attrait, désespérante, si ce n’est pour les partisans inconditionnels des candidats en présence.
Cette campagne vient comme pour étouffer les faibles lueurs d’espoir qui animent encore les Français.

Mélenchon maudit actuellement ce qu’il a adoré ; Cheminade professe doctement alors que le peuple attend une fraîcheur de pensée pour un renouveau enthousiasmant ; Dupont-Aignan et Bayrou semblent ignorer que l’origine du mal qu’ils condamnent est le libéralisme auquel ils se réfèrent ; Le Pen donne une voix féminine au totalitarisme populiste ; Arthaud et Poutou semblent ignorer qu’ils ont le même personnage, Léon Trotsky, comme ultime référence ; Joly est tellement européenne qu’elle confond patriotisme et nationalisme, et en oublierait presque l’écologie ; Sarkozy plus délirant que jamais, se voulant plus gauchisant que Mélenchon et plus fascisant que Le Pen ; Hollande semblant ignorer qu’il a le même patron que Sarkozy (la mondialisation) et que les mesurettes qu’il propose ne seront qu’un emplâtre sur une jambe de bois.

Face à cette impuissance organisée…
Lors de ma campagne, stoppée par manque de signatures, j’invitais « les futurs électeursjeunes et moins jeunes qui auraient négligé cette démarche, à s’inscrire sur les listes électorales », car le vote est le premier moyen d’expression de la volonté du peuple.

Je dénonce donc l’abstention volontaire comme un signe de faiblesse dilué dans l’indifférence.
De plus l’abstention conforte les candidats qui voient la démocratie comme un obstacle à leur pouvoir.

J’invite maintenant les électeurs à assumer leur responsabilité et à voter.
J’invite les électeurs à voter réellement pour le candidat de leur choix.
J’invite donc les électeurs à éviter de voter sans conviction pour un candidat, faute de mieux, car cela consiste souvent à valoriser la médiocrité.

J’invite à voter blanc, avec un beau bulletin blanc, plutôt que de s’abstenir ou de voter pour un candidat par défaut.
Le vote blanc est en effet un vote qui indique le refus de candidats qui ne répondent pas aux attentes de l’électeur.
Le vote blanc est un signe fort qui indique la volonté d’autre chose.

Si les dirigeants en place déconsidèrent le vote blanc en l’assimilant au vote nul, c’est parce qu’ils en ont peur.

Un vote blanc massif sera l’occasion de faire retentir un puissant coup de semonce contre un déferlement de médiocrité jamais atteint en France lors d’une campagne présidentielle.
Les habituels abstentionnistes et les indécis, s’ils utilisent le vote blanc faute de candidats représentatifs, indiqueront si oui ou non ils veulent réellement le changement.

Même s’il n’est par encore reconnu, un vote blanc massif peut donner aux bulletins blancs une valeur éthique que les candidats ne pourront plus ignorer.
Ce vote blanc favorisera alors l’émergence de candidats qui seront au service du peuple pour instaurer une véritable démocratie citoyenne.

Gérard Privat
Président d’Avenir Solidaire

Article publié le 17 avril 2012 sur le blog http://gerard-privat.fr/

Moyenne des avis sur cet article :  1.63/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • Scual 18 avril 2012 15:13

    Y en a qui décidément ne comprennent absolument rien à ce qui se déroule sous leurs yeux.


    • xray 18 avril 2012 16:22


      Le vote utile 

      « Voter utile », c’est voter pour un candidat qui propose des solutions pour échapper au désastre européen qui vient après les élections. 
      Non pas de voter pour les candidats ultra médiatisés asservis aux intérêts étrangers. 

      Se sortir de l’Europe ! Et, vite ! 
      http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2010/06/30/se-sortir-de-l-europe-et-vite.html 

      Les tueries de Montauban-Toulouse 
      (Une tricherie électorale à l’américaine) 
      http://n-importelequelqu-onenfinisse.hautetfort.com/archive/2012/04/10/mohamed-merah-une-tricherie-electorale-a-l-americaine.html 




    • pigripi pigripi 18 avril 2012 15:17

      Je suis OK avec vous. Le vote blanc est la solution.

      Il a d’ailleurs ses partisans http://vote-blanc.org/
      Un lecteur du Monde écrit : Le vote blanc n’est pas pris en compte. S’il l’était, je voterais blanc afin demanifester mon désaccord avec le système politique français. Le seul moyen defaire entendre son désaccord en France est de s’abstenir. (…) Si toutes les personnes qui s’abstenaient volontairement votaient blanc, alors on se rendrait compte de l’illégitimité de la plupart des candidats, pour ne pas dire de la totalité. Ne pas prendre en compte les votes blancs est le comble de l’anti-démocratie.http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/04/10/abstention-vote-blanc-des-electeurs-expliquent-leur-choix_1682700_1471069.html 

      • nicolas_d nicolas_d 18 avril 2012 16:23

        Ben alors vous n’êtes pas OK avec l’auteur...
        Tant qu’il n’est pas reconnu, le vote blanc est la pire des stupidités...


      • Catart Catart 19 avril 2012 11:21

        La pire des stupidités ce sont les gens qui disent que voter blanc est stupide... ??? par contre eux nous disent de voter quant-on ne trouve personne à son goût pour le moins pire... ??? Voter pour le moins pire est un acte de destruction pour son Pays et un acte de non respect de soi-même.

        Notre mouvement « Démocratie » appel au VOTE BLANC surtout pour le 2ème tour si nous retrouvons encore une fois l’UMPS je veux dire le cirque Sarkolande pour la final.

        Et mieux notre mouvement demande aux électeurs du 1er tour de Bayrou et Mélenchon de VOTER BLANC pour le 2ème tour afin de ne pas trahir leurs idées qui JAMAIS ne seront écoutées par le nouveau roi... ??? 

        LE VOTE BLANC est un vote citoyen puisque la personne se déplace et fait son acte civique en montrant très fortement qu’elle ne veut pas des voyous candidats, c’est son droit et en plus s’il n’est pas « officiel » le résultat figure 4,20% au 2ème tour en 2007 qui s’ajoute au 16,03 d’abstention.

        N’en déplaise aux politiques et aux encartés LE VOTE BLANC ET LES ABSTENTIONS SERONT EN 2012 LE PREMIER PARTI DE FRANCE.

        Gérard à raison il faut VOTER EN BLANC

        http://www.indigne-je-propose.fr/


      • Claudec Claudec 18 avril 2012 15:19

        Le vote blanc, qui n’est pas une mauvaise idée en soi, puisqu’il permettrait à ceux qui ne sont partisans d’aucun candidat ni programme de manifester leur désapprobation à l’égard de tous, sans se résoudre pour autant à l’abstention, n’a de signification que s’il est reconnu par la loi électorale. Il faut donc réformer cette dernière en ce sens, ce à quoi s’est engagé Sarkozy.


        • Louise Louise 18 avril 2012 15:42

          Le vote blanc comptabilisé est au programme de Bayrou !


          • lesp78 18 avril 2012 16:20

            Oui, comme l’austérité !


          • sto sto 18 avril 2012 22:21

            Si au lieu de passer une loi pour donner du poids au vote blanc, on s’arrangeait d’abord pour éliminer la bipolarité du scrutin, voire même donner un poids bien moindre au Président, pour redonner la main au parlement élu en proximité.
            Il y a des candidats qui proposent de telles mesures.


          • musashi 19 avril 2012 13:36

            En plus du vote blanc Bayrou propose la périté homme-femme, 25% de proportionnelle, la fin du cumul du mandat, la baisse du nombre de députés et sénateurs, la baisse du salaires de ministres et présidents, la baisse du budget de l’Elysée, la fin des conflits d’intérêts, un comité de déontologie, etc...


          • lesp78 18 avril 2012 16:19

            Je précise d’emblée que je suis pour la reconnaissance du vote blanc. Je le vois comme une alternative potentielle au cas où vraiment personne ne conviendrait.

            Par contre, ce qui me gêne, c’est la teneur des arguments des tenants de cette reconnaissance, qui n’est jamais très loin du « tous pourris ».
            Selon moi le vote blanc ne doit pas servir à renverser la table.

            S’il faut 65 millions de partis pour que les gens se sentent représentés, bonjour l’individualisme !

            PS : la VIe république c’est pas mal aussi pour impliquer les citoyens. Parler du Front de Gauche et de son projet en le réduisant au parcours de son candidat est toujours très suspect. Cela me conforte dans le fait de dire que les tenants du vote blanc sont souvent plus anarchistes que démocrates.


            • gogoRat gogoRat 18 avril 2012 19:51

              L’idée d’une « reconnaissance du vote blanc » (si l’on accete d’imaginer ici un principe sous-entendu sufisamment intelligible) est certainement une mauvaise réponse à une bonne question.

               Il devient indispensable de mesurer beaucoup plus précisément les refus des citoyens autant que leurs acceptations exprimées sur des choix imposés. Bien plus qu’un refus global exprimé par un « vote blanc » il faudrait que chaque électeur puisse faire entendre son éventuel rejet concernant en particulier chaque candidat. Ce que l’on paourrait appeler « vote contre » : sur le modèles des notations + et - sur Agoravox ! 

              L’évaluation des votes contres serait une information beaucoup plus fine et riche qu’un simple score de votes blanc. 
              D’autant que ce fameux « blanc » souffre d’un défaut rédhibitoire : 
               - avant les élections, ses partisans le présente comme un refus des candidats
               - après le vote, l’élu le voit comme un chèque en blanc légitimant d’autant mieux sa prétention à « incarner » le peuple et la France !

              Pour aller plus loin il conviendrait aussi de réhabiliter des cahiers de doléances ...
               alors s’en tenir au rêve indépassable d’une reconnaissance des « blancs » me paraît suspect.



            • Traroth Traroth 18 avril 2012 17:03

              Le vote blanc n’empêchera pas que quelqu’un sera président de la république à l’issue de cette élection. Vous croyez qu’un vote blanc massif ne pourra pas être ignoré ? Regardez-les faire !

              Que les gens n’expriment plus leur choix, les politiques inféodés aux intérêts de la finance n’attendent que ça ! Vous faites leur jeu en leur laissant la bride sur le cou.


              • gogoRat gogoRat 18 avril 2012 18:51

                @Tratoth :

                 Ok pour ces arguments : « Le vote blanc n’empêchera pas que quelqu’un sera président de la république » , « un vote blanc massif ne pourra pas être ignoré » , et « les gens n’expriment plus leur choix » !

                Raison de plus pour s’abstenir plutôt que de voter blanc !
                L’abstention est beaucoup moins ambiguë que le « vote blanc » qui, lui, pourra (après le vote en général) être interprété à l’inverse du sens qu’on prétend lui attribuer avant les élections : l’élu considérera que les votes blancs étaient des « chèques en blanc » glissés dans l’enveloppe par des électeurs indécis mais scrupuleux et tenant à légitimer à la fois le système de scrutin et le candidat élu quel qu’il soit !

                L’abstention peut avoir valeur de boycott du système électoral : cette interprétation est au contraire la seule qui soit exclue, par définition, par le vote blanc !

                 Les Français qui sont vraiment déterminés à s’opposer à certains candidats autant qu’au système de vote lui-même ne seraient pas cohérents s’ils acceptaient le risque de cautionner une éventuelle désignation d’un candidat honni.
                 Ils doivent moralement signifier leur refus du système actuel de délégation de leurs devoirs et pouvoirs de citoyens. Et ceci est d’autant plus impératif s’ils espèrent convaincre leurs concitoyens d’établir bientôt un nouveau consensus officiel qui devra être respecté par tous 
                 
                 A défaut de cohérence morale, de pures considérations stratégiques devraient donc montrer que les apparents désagréments, à court terme, risqués par l’abstention peuvent être avantageusement compensés par une meilleure crédibilité et capacité à convaincre à plus long terme ...



              • nicolas_d nicolas_d 18 avril 2012 20:23

                « Le vote blanc n’empêchera pas que quelqu’un sera président de la république »
                A moins qu’il passe le second tour et soit majoritaire au second ;)
                Ca dépend de comment il est reconnu...


              • misled mankind misled mankind 18 avril 2012 17:16

                Tout à fait ! Et même si reconnais ce principe tout autant... par principe.

                En l’instant...svp arrêtez de polluer, les blancos !!!
                Pour une fois qu’il y a un programme et humaniste et qui propose une constituante + un projet de société alternatif...
                Bande d’aigris, de rabougris..qu’est-ce que vous voulez à la fin ?
                Y’a urgence là vous vous en rendez compte ?

                Arrêtez vos ragnagna et votez l’humain ! Vous attendez la fin pour bouger ?
                Andale ! Come on ! Davaï ! Trouvez-vous des corones avant dimanche !! C’est dans votre intérêt.
                Si vous le faites pas pour vous, faites le pour autrui...

                Ca sera toujours plus utile que de bougonner dans son coin !

                Vous passez à côté d’un mouvement sans précédent...réagissez ! Il n’est pas trop tard.
                Vous aurez 5 ans supplémentaires pour râler si vous laissez faire aujourd’hui..
                C’est ce que vous voulez ? Râler ad vitam aeternam ?
                Sans déconnner...


                • gogoRat gogoRat 18 avril 2012 19:29

                  En gros, vous nous exhortez à nous exprimer sur commande tous les 5 ans pour mieux accepter notre perte de légitimité officielle sur le plan personnel le reste du temps ! On aura seulement le droit de « râler » !

                   L’appel à convenir d’une 6e République, pour être honnêtement démocratique, ne devrait pas être conduit par un clan politique. Il est heureux qu’un candidat propose un tel objectif. Mais, dans l’idéal, il eût fallu qu’il se présente sans aucune étiquette politicienne et qu’il limite son mandat à la réalisation de ce premier objectif. Quitte à représenter ensuite sa candidature à une élection selon la nouvelle constitution, mettant peut-être en oeuvre un système de scrutin nouveau .
                   On ne peut pas établir une vraie légitimité en refusant le risque d’être désapprouvé.

                  ( il va sans dire qu’on conçoit bien que l’idéal est assez peu probable. Mais il faut aussi considérer qu’actuellement aucun candidat ne devrait se croire en position de pouvoir limiter à un clan ou à un « bord » le « rassemblement » des Français susceptibles de l’élire. J’imagine que, s’il existe réellement différents « bords », différentes idéologies à faire cohabiter, il sera plus difficile d’obtenir des « conversions » que de simples votes idéologiquement neutres ! )


                • PiXels PiXels 19 avril 2012 11:00

                  " Mais, dans l’idéal, il eût fallu.....« 


                  N’allez pas plus loin : tout est là !

                  L’idéal pour qui ?

                  Quand comprendrez vous qu’une des »armes de destruction massive« de l’oligarchie est la capacité qu’ils ont à nous DIVISER sur des DETAILS quand eux se RASSEMBLENT sur L’ESSENTIEL ?

                  Sinon, expliquez-moi comment, alors qu’ils sont ULTRA minoritaires ils arrivent toujours à se faire élire !

                  Diviser pour régner, vous avez déjà entendu parler ?

                  Alors, allez-y, continuez vous les abstentionnistes et autres adeptes d’un vote non reconnu, continuez à LO, au NPA, à EELV (les militants sincères, pas les cadres carrièristes et opportunistes) et même pour certains à DLR ou au FN, continuez à vous accrocher à vos détails et à  l’inaccessible  »idéal«  en refusant de voter, en votant blanc ou nul (ce qui revient strictement au même) ou en votant pour un candidat dont vous savez qu’il n’a aucune chance d’être au 2d tour ..... Hollandréou et ses »ennemis" de la finance ne manqueront pas de vous remercier (à leur façon !)

                  Pour une fois que vous avez un VRAI choix pour un VRAI changement avec la possibilité de convocation d’une Constituante pour la création d’une VIe République....vous ne croyez pas que pour les détails on peut attendre quelques semaines et qu’il sera toujours temps, si besoin, de descendre dans la rue pour les réclamer...les détails ??!!!

                • gogoRat gogoRat 19 avril 2012 11:35

                  @ PIXels :

                  Quand comprendrez vous qu’une des « armes de destruction massive » des prétentieux donneurs de leçons de vote est la propagande anti-démocratique par laquelle ils ostracisent (une forme radicale de division !) ceux de leurs compatriotes qui argumentent leurs bonnes raisons de voter différemment des mots d’ordre à la mode ... ou qui exercent leur droit parfaitement légitime et moralement responsable de ne pas voter ? !!

                  Trouvez-vous cohérent de dire que des « ULTRA minoritaires arrivent toujours à se faire élire ! »  et d’en déduire qu’il serait urgent d’aller cautionner et légitimer dans l’isoloir le système qui strucurellement conduit à ce que vous déplorez ?

                   Beaucoup de gens sont convaincus qu’il ne peut exister de  VRAI choix que dans la durée : pas un fois tous les 5 ans ! ...
                   Ceux qui prétendent s’opposer à cette liberté de conviction ont-ils plus de chances de convaincre que d’indisposer et de cliver ?

                  Les adeptes d’un candidat particulier qui ne supportent pas l’idée, non seulement qu’on vote contre lui, mais encore moins qu’on boycotte une « guerre civile » (par les urnes) fratricide sont-ils crédibles lorsqu’ils prétendent viser à une démocratie ?


                • PiXels PiXels 19 avril 2012 14:50

                  " Les adeptes d’un candidat particulier qui ne supportent pas l’idée, non seulement qu’on vote contre lui, mais encore moins qu’on boycotte une « guerre civile » (par les urnes) fratricide sont-ils crédibles lorsqu’ils prétendent viser à une démocratie ?« 


                  Citez un mot de mon commentaire, un seul, qui vous permette d’affirmer que je serais »l’adepte d’un candidat en particulier«  !
                  Citez une phrase, une seule qui laisserait entendre que »je ne supporterais pas« quoi que ce soit !

                   » Beaucoup de gens sont convaincus qu’il ne peut exister de  VRAI choix que dans la durée : pas un fois tous les 5 ans ! ... « 
                  Citez un mot qui vous permette de déduire que je ne partage pas cet avis !

                   » Ceux qui prétendent s’opposer à cette liberté de conviction ont-ils plus de chances de convaincre que d’indisposer et de cliver ?« 
                  En interprétant de façon erronée par maladresse ou par malhonnêteté intellectuelle mes propos pensez-vous avoir plus de chance de persuader (dans convaincre, il y a vaincre...et ce n’est pas mon objectif) que d’indisposer ou de cliver ?

                  Où avez-vous lu que je considérerais »qu’il serait urgent d’aller cautionner et légitimer dans l’isoloir le système qui strucurellement conduit à ce que vous déplorez«  ?
                  N’auriez-vous pas très légèrement extrapolé ?

                  Si au lieu de vous écouter écrire vous appreniez »l’écoute« de l’autre par la lecture, vous auriez compris que, d’une part je ne dois pas être loin de partager la majeure partie de vos idées et surtout que mon objectif n’était nullement de »donner des leçons« de vote mais de tenter de rappeler certains à ce qui me semble découler du bon sens (mais ce n’est que mon avis et je ne crois pas, du moins je n’en ai pas l’impression, avoir appelé à ostraciser qui que ce soit pas même ceux qui ne le partagent pas )

                  Je souhaitais juste rappeler ce que l’histoire ne cesse de démontrer :
                  à être trop intransigeant on ne parvient jamais à se mettre d’accord, ce qui fait qu’en prétendant lutter contre le système on ne fait au contraire que le pérenniser.
                  Je vous l’accorde : je n’ai pas le talent de synthèse métaphorique du bon vieux Jean et j’aurais peut-être dû me limiter à citer la morale de cette fable

                   »Ne soyons pas si difficiles : 
                  Les plus accommodants ce sont les plus habiles : 
                  On hasarde de perdre en voulant trop gagner. 
                  Gardez-vous de rien dédaigner ; "
                  Surtout quand vous avez à peu près votre compte.

                  Si vous ne la connaissiez pas, je vous invite à la lire en entier, puis à relire mon premier commentaire :
                  vous l’appréhenderez peut-être d’une façon plus favorable.

                • gogoRat gogoRat 19 avril 2012 19:51

                  @PIXels :


                  LOL , cool ! 
                  Par dérision, j’ai bien voulu « moinsser » ma propre réponse précédente pour calmer votre ire
                  ... mais je ne regrette en rien cette expérience d’avoir testé, en retour, sur vous même, le ton péremptoire de vos propres propos ! 

                  A mon avis, ( c’est vrai que cela n’engage que moi ...) une agora n’est pas une arène de combat !
                  et les débats politiques, s’ils ne sont certes pas des ébats amoureux, ne sont pas un combat parce que dans « débat » il y aurait les lettres qui finissent le mot « combat » !
                   Vous croyez remarquer que « dans convaincre, il y a vaincre » ? !!
                  voir plutôt cette étymologie :
                   « Empr. au lat. class. convincere « prouver la culpabilité de ; dénoncer (une faute, une erreur), démontrer, prouver que ». »

                   Serait-ce une « malonnêteté intellectuelle » que d’avoir l’impression que le contre-sens semble bien se confirmer ici encore ? !!

                  Je me félicite par contre de vous avoir permis de remarquer que :
                  « à être trop intransigeant on ne parvient jamais à se mettre d’accord »


                  Avez-vous remarqué, en lisant attentivement, où se situe l’intransigeance dans nos propos respectifs ?

                  Il n’est pas question pour ma part de faire du prosélytisme en faveur d’une quelconque façon de voter ou de ne pas voter, maius bien plutôt de m’acqitter du devoir moral de défendre un droit injustement déconsidéré : celui de ne pas voter et de boycotter les élections.

                   Le fait que j’aie argumenté contre le prétendu « vote utile » témoigne d’une indignation personnelle contre l’intransigeance de ceux qui appellent leurs égaux à voter contre leur intime conviction. C’est plutôt un parfait respect de tous les votes exprimés par des citoyens convaincus , y compris donc, a priori, de votre conviction d’avoir vous-même intérêt à voter comme bon vous semble !

                   ( Il faut remarquer que l’absence de « vote contre » ne permet pas aux abstentionnistes de préciser les raisons de leur refus de voter, et que leur abstension est trop souvent abusivement interprétée : ceci induit un devoir moral de compléter un acte d’abstension réfléchi par une tentative de remédier, par le débat, au défaut subi d’évaluation officielle de la volonté générale ...)
                   

                  SVP, votons ou ne votons pas librement et en paix !
                  sans rancune 


                • Croa Croa 20 avril 2012 15:48

                  « Sinon, expliquez-moi comment, alors qu’ils sont ULTRA minoritaires ils arrivent toujours à se faire élire ! »

                  C’est ici : http://www.pierrecarles.org/


                • SergeL SergeL 18 avril 2012 22:03

                  Abstention ou vote blanc n’ est qu’ allégeance au vainqueur, voir pire à l’ oligarchie si Hollande / Sarkozy : je préfère voter à Gauche .

                  le 22 Avril, je vote Juste au 1er tour,

                  à gauche au 2 e tour et non pour un candidat précis.


                  • gogoRat gogoRat 19 avril 2012 20:14

                    C’est un abus d’interprétation que de prétendre que l’abstention soit nécessairement allégeance au vainqueur ! 

                     Cela pourrait peut-être avoir un sens dans l’hypothèse assez improbable où l’abstentionniste reconnaitrait explicitement quelque part cette allégeance à l’élu quel qu’il soit ... mais encore faudrait-il que l’élu soit qualifié de vainqueur : conception fort peu démocratique ;-(

                    Il me semble au contraire qu’il faut avoir un curieux sens du raisonnement pour arriver à penser que la meilleure façon de refuser une artificielle légitimation par le vote ... soit d’aller voter !

                     Mais tous les goûts sont dans la nature respectons-les !

                     Il ne s’agit pas ici de militer pour ou contre le vote ou l’abstention, mais d’argumenter ! ...




                  • SergeL SergeL 20 avril 2012 01:40

                     mais d’argumenter ! ...

                    « le scrutin uninominal majoritaire à deux tours est un vote simple sans pondérations. L’électeur doit choisir un candidat parmi plusieurs. On compte alors le nombre de voix obtenues par chaque candidat. Si un candidat recueille la majorité absolue (plus de 50 % des suffrages exprimés), il est élu. Sinon, on organise un second tour, généralement une autre semaine, pouvant comporter un nombre plus réduit de candidats, et à l’issue de laquelle est élu celui qui recueille le plus de voix (majorité relative) parmi les suffrages exprimés. »

                    plus de 50 % des suffrages exprimés

                    est élu celui qui recueille le plus de voix (majorité relative) parmi les suffrages exprimés

                    Logique, seule les voix de l’ adversaire peuvent changer le résultat du vote : les blancs ou l’ abstention ne changeront le résultat au profit du gagnant.

                    Les blancs ou l’ abstention profite juste au vainqueur, …


                    Pour modifier le principe démocratique de l’ abstention ou du vote blanc : une Constituante obtenu par le vote exprimé ou par un rapport de force conséquent.


                  • gogoRat gogoRat 20 avril 2012 10:39

                    @ SergeL :

                    vous écrivez : « les blancs ou l’ abstention ne changeront le résultat au profit du gagnant. »

                    - Sans doute concernant « les blancs » , mais concernant l’abstension, pour ma part, ce n’est pas Madame Soleil qui va me convaincre ...
                    Et, même si l’abstention ne changeait pas le « gagnant », elle est certaine de changer la nature de ce « gagnant » : car elle lui ôte une part de légitimité ! 

                    ( Nota Bene : Refuser de participer à un « combat » n’est pas nécessairement un ababdon ou un manque de courage ! 
                    Il est abusif de vouloir imposer un « gagnant » à des citoyens qui voudraient que ce soit le peuple qui obtienne le pouvoir. )

                  • SergeL SergeL 20 avril 2012 12:30

                    ôte une part de légitimité ! 



                    La légitimité est dans le suffrage exprimé : Sakozy 2007 = choix du 1 er tour 11,5 Millions de voix soit 25 % du corps électoral.

                    un manque de courage ! Non

                    un abandon, oui

                    Il est abusif de vouloir imposer un « gagnant » à des citoyens qui voudraient que ce soit le peuple qui obtienne le pouvoir

                    Oui,

                    pour changer les institutions : une Constituante.


                  • Croa Croa 20 avril 2012 16:01

                    « le scrutin uninominal majoritaire à deux tours est un vote simple sans pondérations.  »

                    Celui qui concerne l’élection présidentielle est pire que ça : 2 candidats seulement au second tour même si une seule voix sépare le second du troisième !

                    Ainsi la majorité a toutes ses chances d’être absolue, même en cas de votes blancs massifs au second tour. (Les journaux ne feront même pas de rectificatifs sur la réalité des choses.)


                  • gogoRat gogoRat 21 avril 2012 09:51

                    @ SergeL :

                    Les Français sont certes contraints à se plier à une « légitimité » procédurière : 25% du corps électoral ... et quel pourcentage de tous les Français ? ...
                     Il en va autrement lorsqu’on cherche la légitimité morale.

                    De même que de simples ’OUI’ ou ’NON’ ne constituent pas une argumentation, mais le simple témoignage de prises de position personnelles ( à ramener à plusieurs dizaines de millions de compatriotes) ... vouloir un constituante n’est qu’un appel à imaginer des solutions : qui aurait la légitimité (morale) de constituer cette constituante ? ...

                  • joss Tancerel Berger 18 avril 2012 23:02

                    Voter blanc n’est pas suffisamment clair, il faut mettre sur le bulletin un mot de ralliement qui permette de réunir les votes blancs sous une même idée. J’ai proposé dans un article à paraitre j’espère demain... d’inscrire « indigné » sur le bulletin de vote et de préciser un bref programme indigné : des hommes politiques et des hauts fonctionnaires moins payés (10000 euros maxi tout compris) car trop loin du français moyen ; stop aux cumuls de mandat ; seulement 10 ministres ; réduire les retraites des hommes politiques et hauts fonctionnaires à 3500 euros maxi...L’article sera j’espère sur Agora vox demain


                    • Romain Desbois 18 avril 2012 23:37

                      Admettons que le vote blanc soit reconnu comme suffrage exprimé, qu’il soit majoritaire.

                      Et alors que fait-on ?

                      On annule l’élection ?

                      On interdit les dix candidats présents de se représenter ?

                      On refait le match ?

                      Et si le vote blanc est à nouveau majoritaire ?

                      On recommence ?

                      Et pendant ce temps là, Sarkozy reste au pouvoir ?

                      Si l’on veut que les candidats plaisent à tous, il faut d’abord voter pour un parti qui fera changer la règle des 500 promesses et les remplacer par des soutiens d’électeurs. Ainsi personne ne devrait justifier d’un vote blanc ou d’une abstention sous prétexte qu’aucun ne leu plait.

                      Mais de toutes façons la question n’est pas de savoir si l’un des candidats vous plait mais de choisir parmi les candidats celui qui est le plus proche de vos idées. Et là impossible de dire aucun. Sauf à être de mauvaise foi.


                      • gogoRat gogoRat 19 avril 2012 20:31

                         Ce raisonnement, du moins dans sa conclusion, me semble témoigner soit d’une pétition de principe douteuse, soit d’un manque d’imagination.

                         Ce n’est pas parce que d’autres alternatives que le « vote blanc » n’ont pas été envisagées qu’il est prouvé qu’on ne pourra jamais en inventer de pertinentes.
                         Encore fraudrait-il faire l’effort de les chercher ... et d’en débattre.
                         Que diriez-vous de cette piste de réflexion ? :
                          évaluer officiellement les « votes contre » (et non plus les « chèques en blanc » ! ) et, en fonction, ajuster la durée du mandat !
                         ( D’autres pistes sont imaginables, ... mais je choisis ici celle-ci pour montrer que l’écueil d’une instabilité élective pourrait être plus ou moins corrigé : le temps d’un mandat plus court pouvant être mis à profit pour trouver des candidats plus proches de leurs électeurs ...)



                      • communauthic communauthic 19 avril 2012 00:37

                        voter blanc, c’est voter sarko.

                        vous voulez que sarkomence !!!!

                        • Mmarvinbear Mmarvinbear 19 avril 2012 00:53

                          Que vous vous déplaciez ou pas.

                          En refusant de choisir, vous laissez les autres le faire.

                          N’oubliez jamais cela.


                          • Soi Même 19 avril 2012 09:27

                            Quel est le véritable risque à ne pas voté, aucun en définitif, si l’on voit bien aucun candidat à une véritable envie de changé la vie politique en France.
                            Le mal a été fait par Sarkozy, que ce soit Hollande,Mélanchon où Le Pen, etc, rien cela ne va pas réellement changé dans les grandes lignes l’asservissement généralises qui est en cours.
                            Donc ne pas voté, et bien le meilleure attitude à avoir, les ridiculisés sur pieds.

                            Par contre il est impératif de votés aux législatifs pour faire un contre poins qui peut changé tous cette stratégie mafieuse qui gangrène la France..


                            • Romain Desbois 19 avril 2012 09:59

                              PMar ce que c’est plus facile de se battre contre la corrida quand le chef de l’état n’est pas pro corrida. C’est un exemple pour illustrer mais vous pouvez remplacer corrida par capitalisme, peine de mort, retraite à 60 ans, nucléaire, etc....


                            • Soi Même 19 avril 2012 10:12

                              Voilà quoi on est confronté depuis 2007 , < On n’associe plus, on fusionne lentement. Plus personne ne croit d’ailleurs qu’on peut « faire l’Europe sans défaire la France », du moins cette Europe-là. 

                              Si le texte n’évoque plus les symboles européens, d’ailleurs peu contestés, c’est pour mieux les voir réapparaître et pour la première fois sur le portait présidentiel avec le drapeau bleu, ou sur les Champs-Elysées le 14 juillet avec l’hymne à la joie. De même, on ne parle plus de « lois européennes » mais toujours de « fonction législative », de « procédure législative » et même d’« acte législatif ». Quelle est la différence ? Certains mots n’y sont plus mais la chose n’a pas disparu. En réalité, et c’est pour cela que les fédéralistes se réjouissent : le coeur nucléaire permettant l’émergence d’une technostructure centralisée subordonnant les anciens Etats-nations, est bien en place.

                              Il y a la personnalité juridique octroyée à l’Union (nouvel article 32 TUE) qui peut conclure des accords internationaux « dans ses domaines exclusifs de compétence » qui sont quasi illimités. Ce qui veut dire qu’à l’intérieur comme à l’extérieur, Bruxelles ne dira plus « nous », mais « je », et que les Etats devront peu à peu s’effacer (Cf, arrêt AETR de la Cour de Justice, 1971) 

                              Il y a la supériorité des lois européennes sur les lois nationales même constitutionnelles, hypocritement déplacée dans une déclaration (n°29) en annexe. Elle signifie que ni l’énergie d’un Président de la République, ni la volonté d’un gouvernement soutenu par une majorité à l’Assemblée, ni même la Constitution française ne peuvent plus s’opposer à des actes européens (traités, directives, règlements, arrêts) qui leur sont contraires. Rien ne pourra donc résister aux directives type « Bolkestein », aux autorisations d’importer des OGM ou à la politique d’« immigration économique massive » annoncée par la Commission et qui devient l’une de ses compétences. 

                              Il y a l’extraordinaire pouvoir tombant entre les mains de la Cour de Justice qui devient juge suprême des droits et libertés fondamentaux (Charte) ainsi que des orientations du Conseil européen des chefs d’Etat et de gouvernement désormais organe de l’Union à part entière (art.16). Doit-on encore appeler « démocratie » un pays dont le Président élu est obligé de courir à Bruxelles ou Luxembourg pour s’y faire notifier des condamnations de sa politique par des Commissaires et des Juges ?

                              Il y a enfin la création d’un « Ministre des affaires étrangères sans le nom » (selon l’expression du Président Sarkozy) avec de véritables services diplomatiques destinés à évincer la politique étrangère des États. >

                              Et donnez moi le mon du candidat Politique en liste actuellement qui a la véritable volonté en France de changer cela ?


                            • Soi Même 19 avril 2012 10:13

                              ww.observatoiredeleurope.com/Federalisation-de-l-Europe-apres-le-camouflet-le-camouflage_a745.html


                            • Romain Desbois 19 avril 2012 10:25

                              On ne choisit pas en comparant les points communs mais en comparant les différences.

                              Mais vous avez le droit de laisser les autres choisir, en espérant qu’ils le feront pas trop mal.

                              C’est ainsi qu’on a eu Sarkozy et que l’on risque de l’avoir encore.


                            • révolQé révolté 19 avril 2012 10:33

                              « un vote blanc massif peut donner aux bulletins blancs une valeur éthique que les candidats ne pourront plus ignorer. »

                              Ha bon... ???
                               Éthique et politique = antinomique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Gerard Privat


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès