Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Voter Sarkozy c’est mettre en danger la vie de nos enfants et de nos (...)

Voter Sarkozy c’est mettre en danger la vie de nos enfants et de nos petits-enfants

Sarkozy a clairement adopté les thèses de l'extrême droite, d'une part pour se faire réélire et d'autre part, parce qu'il est lui-même imprégné par ces idéologies. Je rappelle qu'il défend depuis 2007 le déterminisme génétique qui privilégie le rôle des gènes au détriment du contexte social.

 Approuver un tel comportement c'est sans aucun doute orienter notre société vers des risques les plus importants dont on sait qu'ils ont conduit les peuples aux heures les plus sombres de notre histoire.

 C'est pourquoi j'affirme à nouveau :

Voter Sarkozy c'est renier les valeurs du gaullisme

Voter Sarkozy c'est banaliser les thèses de l'extrême droite

Voter Sarkozy c'est approuver la division, la haine, la discrimination, la violence...

Voter Sarkozy c'est piétiner des Droits de l'homme et abandonner nos libertés

Voter Sarkozy c'est contribuer à élire un président des riches et des biens portants

Voter Sarkozy c'est constamment désigner des boucs émissaires : les immigrés, les chômeurs, les assistés, les exclus, les handicapés, les malades, les fonctionnaires...

Voter Sarkozy c'est exclure les pauvres et les malades et handicapés de la société

Voter Sarkozy c'est approuver la discrimination génétique

Voter Sarkozy c'est être pour le racisme

Voter Sarkozy c'est être pour l'anti-intellectualisme

Voter Sarkozy c'est être fanatique conduisant à l'aveuglement à l'égard de la réalité

Voter Sarkozy c'est conduire notre société vers le totalitarisme

Voter Sarkozy c'est approuver que les êtres humains sont des animaux comme les autres, ils ne sont pas égaux, seuls les plus forts subsistent et les plus faibles, les inadaptés sont naturellement éliminés.

 

Nous avons aujourd'hui déjà un aperçu de l'orientation sociétale prônée par Sarkozy qui ne cesse de critiquer les médias, de critiquer la justice, de vouloir supprimer les corps intermédiaires. C'est gravissime, nous assistons pratiquement à chaque meeting de l'UMP, maintenant à l'agression de journalistes.

C'est dire la volonté du président candidat de banaliser la brutalité, de faire obstruction au droit d'expression en ayant recours à la violence.

 Sarkozy nous prépare bien à un régime ayant conduit aux heures les plus sombres de notre histoire et en conséquence risque de mettre en danger la vie de nos enfants et de nos petits-enfants.

 Les dérives sociétales sont bien plus dangereuses pour les êtres humains que les problèmes financiers et économiques.

 Alors faisons obstacle, faisons barrage à ce projet de société, ayant déjà fait tant de ravages dans le passé, en votant massivement dimanche pour François Hollande

 

Gérard Doiteau

Gaullisme adhérent exclu de l’UMP

HANDICAP ET CITOYENNETE

http://etsinousaussi.typepad.fr/et_si_nous_aussi_les_pers/


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Dzan 5 mai 2012 10:18

    Bravo Mr Doiteau, et courage pour votre maladie.


    • posteurfou posteurfou 5 mai 2012 10:35

      Souhaitons que les gens soient persuadés de cela , merci pour votre article !

       

      CRDT ..


      • Holden Caulfield 5 mai 2012 10:50

        Le sortilège sarkozien

        Je voudrais vous dire un petit quelque chose,

        Vous parler d’une amie, et de vous aussi,

        Je voudrais vous dire que j’aime les roses,

        Mais j’évite toujours les orties

        .

        Je suis vous je suis moi,

        Je suis la France avant tout,

        Et je n’ai que peu de temps,

        Pour vous dire mes tourments…

        .

        Mais que se passe-t-il en France ?

        Y aurait-il un problème d’ingérence,

        Y aurait-il trop de méfiance,

        Je vois comme un manque d’élégance

        .

        Avant la France, elle savait dire non,

        Aux guerres, des marchands d’âmes,

        Des marchands d’or, des marche ou crève,

        Des marchés fous, de l’eurodrame…

        .

        Avant la France elle ouvrait le coeur,

        A ses voisins et à son prochain,

        Aujourd’hui ma France elle pleure,

        Le sort, le sang, des syriens

        .

        Avant la France, elle ne faisait pas de différence,

        Entre les couleurs de la peau, et les croyances,

        Aujourd’hui ma France, elle parle d’alliances,

        D’arrogance, de violence, de créances, désolance…

        .

        Demain vous aurez un bout de mon destin entre les mains,

        Un bout de votre vous citoyen, un mouchoir pour mon chagrin,

        Alors ne vous trompez pas de bulletin, et séchez bien

        Toutes mes larmes, libérez moi du sortilège sarkozien

        .

        Parce que ma France avant, ce n’était pas rien,

        Pas juste trois couleurs et trois mots,

        Mais mille valeurs et un drapeau,

        Les droits de l’homme, pas du politicien

        .

        De Jaurès à Dunevy, Guy se moquait,

        Et les mots passants d’humanistes,

        Philanthropes de demain,

        Filent en trop peu de mains

        .

        Alors au nom de notre France,

        Plus qu’un geste citoyen,

        Honorons la Sainte Prudence,

        Aux armes et aux bulletins


        http://philantropoetique.wordpress.com/


        • anamo 5 mai 2012 17:52

          Tout cela sans compter la politique anti-jeune économique, fiscale, et sociale :

          - exonération des droits de succession (captation du patrimoine national par les « grandes familles »)
          - Construction de prisons (a-t-on déjà vu une cellule vide ? ... On y met un jeune, au mépris de la prévention et des solutions alternatives, des services de police. Et la justice ?)
          - Maintien en service de centrales nucléaires vieillissantes (Fessenheim entre autres) à la sureté nécessairement déclinante
          - Dévalorisation de la fonction enseignante
          - Dette insoutenable et déficits publics récurrents
          - Faible taux d’imposition sur les hauts revenus combiné au bouclier fiscal
          - Favoritisme exorbitant (Jean Sarkozy à l’EPAD) comme modèle de promotion sociale


          • Terrine de Saint Prout Terrine de Saint Prout 5 mai 2012 20:02

            SIEUR DOITEAU,

            Si j’étais sur un bateau à voile, je naviguerais à tribord toute...
            ( « bâbord » sonne joliment mais signifie le côté gauche en regardant la proue )

            Au moins 20 MILLIONS de citoyens ont encore l’ INTENTION de DONNER POUVOIR
            à un dangereux magicien.
            Ils sont emportés par la houle des promesses pour leur pécule.
            A mon grand âge, j’en ai amassé aussi et je le garde au chaud
            pour rémunérer mes indispensables auxiliaires de vie.

            Je refuse, dans ma famille, d’aider par un apport des petits-enfants
            à acquérir des places d’arrêt pour automobiles
            simplement pour en tirer une rente spéculative.

            Je ne les ai pas éduqués pour « préparer leur retraite » ou payer leurs vacances
            en jouant aux dés ou avec le blé.

            Je ne comprends pas Bernadette qui s’époumone à récolter des pièces jaunes...
            quand elle servait du champagne à son époux.
            Je ne suis jamais allée à ses dîners de charité.
            J’encourageais mes amies mariées à des capitaines d’industrie,
            à leur glisser sur l’oreiller, quelques suggestions comme
            augmenter le sal aire de base ou réclamer un seuil minimum de chiffre d’affaire à taxer.

            Demain, j’enlève mon déguisement et je glisserai le bulletin « FROMAGE » que j’aurai attrapé au vol de mon ami le corbeau.

            Et lundi, je repartirai à la campagne persuader des ami(e)s , tiré(e)s au sort ,
             à se présenter à l’ Assemblée Nationale défendre des IDEES BLEUES.

            Je m’épanouis dans la co habitation


            • Claudec Claudec 5 mai 2012 21:11

              La campagne est terminée, que les Français choisissent !

              Considérant la bouteille à moitié pleine plutôt qu’à moitié vide et en tirant la conclusion qu’en des circonstances particulièrement difficiles, Nicolas Sarkozy a réussi en dépit de ses travers (à chacun les siens), là où bien d’autres auraient échoué, il mérite la confiance du pays pour sa conduite dans un futur tout aussi menaçant.

              Il s’impose en la circonstance, face au représentant dénué de l’expérience requise, d’un parti socialiste à qui est due la situation dont la France a tant de mal à s’extraire depuis plus de trente ans (sans que les bénéficiaires de sa démagogie en aient ressenti les moindres bienfaits, à en juger par des revendications qui n’ont cessé de croître, y compris sous son pouvoir). Et que cet échec soit partagé avec la droite passée, qui a fait preuve de la même absence de courage, n’y change rien.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès