Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Vous reprendrez bien un peu de déontologie Monsieur le Député

Vous reprendrez bien un peu de déontologie Monsieur le Député

Petit à petit la France avance vers un meilleur encadrement des pratiques de lobbying. Le rapport 2012, présenté le 22 février dernier au Président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, par le déontologie de la chambre des députés en est une illustration. Même si l'avancée est encore timide.

Le déontologue de l'Assemblée nationale (un poste créé en avril 2011), Jean Gicquel, a remis le 22 février dernier son rapport annuel au Président de la chambre des députés, Bernard Accoyer. Et le gardien de la vertu républicaine s'en prend notamment, dans la trentaine de pages que compte son rapport, au fonctionnement des clubs parlementaires. Ces structures généralement informelles (pas de statuts déposés en Préfecture, ni d'élections en leur sein) sont gérées par des sociétés de conseil en communication et financées par des groupes privés. Elles rassemblent autour d'un thème donné des parlementaires intéressés par le sujet et leur proposent de débattre sur des problématiques liées au domaine du club, avec des intervenants extérieurs (parfois salariés ou proches des sociétés qui financent le club).

Il y a un an l'un de ces clubs avait créé la polémique. Consacré aux questions de santé, le club Hippocrate est financé par un laboratoire pharmaceutique, l'anglais GSK, un groupe de mutuelles privées, Malakoff Médéric (présidé par le frère du Président de la République) et un gestionnaire d'hôpitaux privés, Générale de Santé. Ensemble ces sociétés apportent près de 50 000 euros chaque année pour faire fonctionner le club. On se doute qu'elle ne le font pas par pure philanthropie mais qu'elles en attendent un retour. Le problème est que ce club est alors présidé par Gérard Bapt (PS) et Jean-Pierre Door (UMP) qui sont également respectivement président et rapporteur de la mission d'information parlementaire sur le Mediator à l'Assemblée nationale. Des articles sur Internet mettent en parallèle ces faits et le risque de conflits d'intérêts, GSK est un concurrent de Servier dans le domaine du diabète et au même moment l'un de ses médicaments, l'Avandia, est sur la sellette aux Etats-Unis. Le 25 février 2011 la journaliste Anne Jouan parle dans le Figaro d'un "sponsoring qui fait mauvais effet dans le contexte actuel". Interrogé quelques semaines plus tard par une équipe de France24 dans le cadre d'une enquête sur l'affaire Mediator et l'Avandia, Bapt fera une réponse pour le moins embarrassée à la question sur le risque de conflits d'intérêts. Il a d'ailleurs démissionné peu après la publication de l'article du Figaro.

La question de la place de ces clubs parlementaires dans le processus législatif, mis en lumière à l'occasion de cette polémique autour de Bapt et du club Hippocrate ne pouvait échapper au déontologie de l'Assemblée. Cité dans son rapport, le club Hippocrate fait dire au déontologie "il n'en reste pas moins qu'un club sur la santé publique financé par un grand laboratoire pharmaceutique est un curieux mélange des genres". D'autres clubs sont mentionnés comme le club Athéna (défense), le club Cérès (agriculture, financé par Total), émanations de la société de relations publiques Agora Europe, à l'origine du club Hippocrate.

Si l'on peut regretter la faiblesse des mesures proposées par le déontologue pour encadrer ces clubs (déclaration d'appartenance à un club obligatoire pour les députés, élaboration d'un code de déontologie pour les sociétés gérant ces clubs, retrait de la mention parlementaire dans la dénomination du club) on peut se réjouir de ce premier pas. Mais il reste beaucoup à faire. Pour mémoire les lobbyistes doivent se faire enregistrer auprès de l'Assemblée nationale pour accéder à l'enceinte parlementaire. Dans les faits, comme relaté précédemment, cette démarche est rarement remplie.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Jason Jason 1er mars 2012 18:12

    Bonjour, et merci pour cete communication très utile. Je note avec intérêt que la Générale de Santé sait fort bien placer ses pions car elle gère bon nombre de cliniques en France et en convoite d’autres. Bien sûr il n’y a a jamais de compte-rendu de toutes ces tractations.

    La belle démocratie que voilà !

    Aussi, la notion de conflit d’intérêts n’a pas encore fait son entrée dans les hémicycles. A propos, à quand la liste des sénateurs ?


    • zelectron zelectron 2 mars 2012 06:48

      la déon quoi ?


      • BOBW BOBW 2 mars 2012 08:53

        Lucie :

         - Bravo et Merci pour cet article d’Information qui ouvre les yeux sur ces lobbys rapaces beaucoup plus intéressés par« l’oseille » que par notre santé. smiley

        C’ est regrettable qu’un certain nombre de lecteurs préfèrent « survoler » les articles people et troller inutilement sur « du vent », malheureusement ils préfèrent les titres chocs et bidons comme Paris Match ou Jours de France smiley

        • illuminato 2 mars 2012 16:45

          Rien sur pernod ricard  ?? ??

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Lucie


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès