Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > William Dupré : « Le mariage homosexuel est un symbole ! »

William Dupré : « Le mariage homosexuel est un symbole ! »

William Dupré, président du Parti humaniste, s’exprime sur le mariage homosexuel. Il étend le sujet à celui de la notion de famille qui est, selon lui, « complètement à revoir ».

Le Conseil constitutionnel a confirmé l'illégalité du mariage homosexuel et a renvoyé au législateur la responsabilité de légiférer sur l'égalité de tous les citoyens*. Est-ce une avancée capitale vers la légalisation du mariage homosexuel ou regrettez-vous que le Conseil constitutionnel n'ait pas été plus ferme contre le mariage homosexuel ?

La décision du Conseil constitutionnel ne porte pas sur le mariage homosexuel. Elle confirme juste que le législateur ne viole pas les principes d'égalité de la Constitution en ayant adopté une règle qui veut que les deux personnes qui se marient soient de sexe différent et qu'elles aient toutes les deux plus de 18 ans et qu'elles ne soient pas déjà mariées.

Êtes-vous favorable ou opposé à la légalisation du mariage homosexuel ?

Le mariage homosexuel est un symbole. Un symbole qui aiderait à réduire les discriminations envers une partie de la population. En ce sens, j'y suis complètement favorable.

La légalisation du mariage homosexuel doit-elle être un impératif du prochain président ?


Toujours au nom du symbole, je dirais que cette étape devrait être une formalité que nous devrions avoir dépassé, comme de nombreux voisins européens, de façon à pouvoir aller plus loin dans la construction de la société de demain. Une société qui se tourne résolument vers un avenir non violent, un avenir sans discrimination. Un avenir qui tienne compte des réalités du présent et qui ne s'appuie plus sur les enchaînements de la mémoire.

À force de se focaliser sur le mariage homosexuel, peut-être oublions-nous les autres qui ne peuvent pas se marier alors qu'ils sont bien des êtres humains (transgenres, etc.). Le grand combat, le vrai combat, la réforme nécessaire, n'est-ce pas de permettre à tous les citoyens, sans distinction de genre, de se marier ?


La vraie réforme nécessaire, c'est de repenser le contrat social, la notion de famille est complètement à revoir. La loi se base toujours sur l'image « un père, chef de famille, qui travaille, une mère au foyer et des enfants qui obéissent et deviennent de bons petits consommateurs ». Ce n'est plus possible à notre époque.

En France, l'État interdit la polyandrie et la polygamie. Pourtant, à écouter la majorité des politiques, le mariage doit être basé sur l'amour. Or, celui-ci est un sentiment qui ne se contrôle pas. Ne faut-il donc pas réformer le mariage afin de permettre une union à plusieurs, une union libre et multiple qui ne contraindrait plus les citoyens à une relation impossible basée sur la jalousie, une relation, bien sûr, qui ne relèverait pas de la polyandrie ni de la polygamie, ces deux genres de relation étant aussi des contraintes ?**

Encore une fois, il faudrait redonner leur sens originel à tous les mots utilisés dans votre question avant de pouvoir répondre. Mais nous ne sommes pas à l'épreuve de philosophie du bac et vos lecteurs peuvent aussi aller faire un tour sur Wikipedia. Je dirais donc qu'à mon sens le mariage devrait être une cérémonie spirituelle, et en tant que telle échapper complètement aux législateurs (qui devrait juste garantir le respect de la liberté de culte) et qu'il faudrait définir un ou plusieurs contrats civils, qui pourraient être appeler contrat de patrimoine, contrat de responsabilité des enfants ou bien contrat d'assurance vie pour couvrir les différents aspects que recouvre le mot mariage aujourd'hui et qui sont différents des aspects couverts par le PACS par exemple.

Propos recueillis par Richard Patrosso

*Avant-dernier paragraphe du communiqué de presse.

**Erreur dans la question : la polyandrie et la polygamie ne sont pas opposées, comme nous pouvons le constater dans la définition donnée par le dictionnaire Larousse ici.


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Yakaa Yakaa 5 février 2011 11:12

    Faut il rappeler que le mariage homosexuel est un oxymore ?
    .
    Que la définition du mot mariage est : « union légitime d’un homme et d’une femme »
    .
    Si le mariage homosexuel est un symbole c’est celui de la destruction d’une des structures de la société par la modification du langage.
    .
    S’attaquer au langage n’est pas anodin, c’est généralement l’arme favorite de la manipulation mentale et des totalitarismes, même si ce totalitarisme porte pour l’occasion le masque de l’ouverture d’esprit, de la tolérance et du progrès.
    .
    La dictature de la tolérance a encore frappée !


    • Selderf 6 février 2011 15:15

      Faut il rappeler que le mariage est une construction social et contre-nature à laquelle on donne la définition qu’on veut ?


      Bla bla bla, pas la peine de nous faire un cours de langue à la mort moi le noeud : si je décide, si le Parlement décide demain que le mariage c’est aussi l’union de deux personnes de même sexe, vous n’y pourrez rien, et a priori, le Petit Robert ne fera pas faillite. Par principe, par essence, la langue s’adapte à la société ; pas l’inverse.

    • le-Joker le-Joker 5 février 2011 11:18

      Toutes ces revendications sont le fruit des lobbys homosexuels qui entendent harceler en permanence pour faire reconnaitre l’homosexualité comme une chose banale, normale.
      Mais cela ne l’est pas et ce n’est pas le mariage qui y changera quoi que ce soit.
      Assumez votre différence si vous voulez être accepté mais ne tentez pas de vouloir faire croire qu’il n’y a pas de différence entre les hétéros et les homos. La nature elle-même vous donne la réponse, elle n’offre pas la possibilité aux homosexuels d’avoir naturellement des enfants.
      Et la nature a réponse à tout.


      • slipenfer 5 février 2011 15:03


        A propos d’enfants je suis donneur de sperme depuis 20ans,
        ce qui représente environ un sceau de 10 litre.
        je signal donc aux blondes lesbiennes,qu’il faut laisser
        décongeler avant de tout boire,sinon ça sert a rien
        que je me décarcasse.

        merci d’avance smiley


      • Selderf 6 février 2011 15:12

        Il n’existe pas de lobby homosexuel, point final. Et l’homosexualité n’est qu’une des deux extrémités possibles de la sexualité humaine. Et quand bien même vous décideriez, vous, tout seul derrière votre PC, contre tous les sexologues et psy que la Terre porte, que l’homosexualité est anormale, on vous demandera seulement : ET ALORS ???


        L’homosexualité ne fait de mal à personne, ne lèse personne, ne tue personne. Dès l’instant où ce n’est pas un problème, dès l’instant où ça ne fait de mal à personne, dès l’instant où CA NE LÈSE PERSONNE, qu’est ce qui empêche d’ouvrir le droit au mariage pour les homos ?

        « L »anormalité", quand bien même ce serait un avis universel (mais osons rappeler que c’est considérer l’homosexualité anormale qui est une anormalité aujourd’hui !) n’est pas un argument pouvant justifier d’une interdiction de droits !

        Concernant les mioches, une fois pour toute, et définitivement : le mariage civil n’a pas pour objectif de favoriser la ponte des gamins. Point final, arguments suivants ? Ah, on me chuchote que vous n’en avez aucun ; c’est ballot.

      • MissAcacia 6 février 2011 17:02
        « ne tentez pas de vouloir faire croire qu’il n’y a pas de différence entre les hétéros et les homos »...personne ne nie la différence, mais est-ce que la différence doit engendrer l’inégalité ? je ne crois pas...
        « La nature elle-même vous donne la réponse, elle n’offre pas la possibilité aux homosexuels d’avoir naturellement des enfants. Et la nature a réponse à tout. »
        La nature n’offre pas la possibilité aux hommes 
        - de voler naturellement...pourtant, on vole. Est-ce que tu refuses de prendre l’avion ?
        - de guérir d’un cancer naturellement...pourtant, on guérit du cancer. Est-ce que tu rejettes la médecine ?
        - d’avoir naturellement des enfants en cas de stérilité...pourtant, une personne stérile peut être parent. Est-ce que tu es contre l’adoption ?
        CQFD

      • Yakaa Yakaa 6 février 2011 19:01

        "le mariage civil n’a pas pour objectif de favoriser la ponte des gamins. Point final, arguments suivants ? Ah, on me chuchote que vous n’en avez aucun ; c’est ballot."
        .
        Bien sûr que si, dans toutes les civilisations l’union (sacrée ou civile) de deux êtres de sexe différent est lié
        à la survie de la société et de l’espèce c’est aussi simple que cela.
        .
        Le mariage Homosexuel ne réponds pas à ces critères qui sont des piliers évidents pour toute société.


      • MissAcacia 6 février 2011 20:07

        Le mariage, lié à la survie de l’espèce ?? peut-être qu’aux « origines », c’était le cas, mais est-ce que cela a encore du sens aujourd’hui ? je n’ai pas l’impression que cela mettrait en danger nos sociétés de légaliser le mariage homosexuel, c’est pas comme si l’espèce humaine était en voie de disparition...^^ et puis, les couples mariés qui n’ont pas d’enfants alors ?? est-ce qu’on devrait les « dé-marier » pour non-respect de ce pilier essentiel de nos civilisations qu’est la reproduction ? et puis aussi interdire la contraception tant qu’on y est, c’est vrai, faudrait pas mettre en danger l’espèce...

        « arguments suivants ? Ah, on me chuchote que vous n’en avez aucun ; c’est ballot. »

      • papi 5 février 2011 14:17

        Stop, stop, qu’on nous fiche la paix , chacun son truc et tout le monde sera content.Ce qui se passe dans les lits des citoyens ne regarde pas les autres, j’en ai vraiment marre de ne pouvoir
        ouvrir un hebdomadaire, ou un site sans tomber sur un article traitant de ce sujet( pour protester
        j’ai décidé de ne pas employer le mot H..........).. Le respect, je l’ai,le regard bienveillant, je l’ai aussi, accorder un regard gentil je le fais aussi, mais maintenant il ne faut pas pousser, que l’on me fiche la paix à moi et aux autres..


        • Selderf 6 février 2011 15:06

          A priori, quand je vous dis que je suis homo, ça ne vous renseigne en rien sur ce que j’aime faire au lit : plutôt passif, plutôt actif, sodomie, pas sodomie, vous ne savez pas ce que j’aime. Si ce genre d’idées vous vient en tête quand je vous dis que je suis homo, c’est que vous devez être un sacré obsédé sexuel !


          Moi, quand un ami me dit qu’il est sorti avec une fille, je me demande pas si elle l’a sucé, si il l’a sodomisé !

        • slipenfer 5 février 2011 14:51

          la dernière fois que je suis allé a un mariage,
          je me suis fait tellement chier,que je me suis barré
          avec mes deux cousins boire une chopine en ville.
          Une chose est sur les leurs sont 100%gay....... smiley

          Mode Hard :
          le top c’est le mariage homo à l’église par le prêtre
          pédophile.

          -Houpss c’est ou la sortie ?
          -pas par là,c’est l’entrée
          -Ha oui j’oubliai !


          • easy easy 5 février 2011 14:54

            Difficile sujet.

            Il me semble que ce qui rend l’appréciation ou le jugement de cette question aussi difficile c’est le fait que depuis la nuit des temps, surtout ici, en Occident, on aura considéré que les choses et situations sont soit normales (ou naturelles) soit anormales (ou contre nature).

            Nous ne savons pas faire autrement que procéder de façon binaire.

            Plus exactement, quand nous sommes entre amis autour d’une bière, nous parvenons parfois à une discussion sans tranchées ni tranchants. Chacun dit son point de vue sans chercher à clore, en maintenant très ostensiblement toutes les portes ouvertes.
            Mais dès que l’ambiance devient moins détendue, c’est très rapidement que les orateurs vont vers la radicalisation des positions ; qui deviennent alors forcément manichéennes ; qui versent alors très vite vers les diverses références Godwin (il n’y a pas que Hitler).

            Tout se passe comme s’il était absolument impossible de convaincre, lors d’un débat, par exemple à l’Assemblée, en restant dans un positionnement large, souple et tolérant. Il faut que le discours soit tranché pour qu’il ressorte violent donc fort donc convaincant.




            Manichéisme oblige, les homos, qui n’en voulaient profondément pas, sont obligés de jouer la carte de la normalité. Car c’est ça ou l’exclusion, le lynchage.

            Et du coup, quand hypocritement ou l’air de rien, ils cherchent à se faufiler dans le bon camp de la normalité, ils choquent les hétéros qui estiment que l’homosexualité n’est en rien normale. C’est que la normalité, au lieu de ressortir plutôt comme une indigence, comme une banalité, comme un manque d’originalité et d’intérêt, ressort, lors des jugements sociaux, lors des ordalies aussi, comme une force.

            Le jeu subtil d’un Alain Delon ou d’un BLH ou d’un Bidochon, consiste, face à des petits cercles, face à une dame, à ressortir comme étant extraordinaire, original, tout en conservant intacts les atouts leur permettant de se prévaloir de la normalité au cas où ils seraient mis en examen. Ah là c’est sûr, aux assises, c’est pas l’endroit où il faut mettre en avant son anormalité.


            Pour tout un chacun, à cause de la menace permanente d’être lapidé pour cause d’anormalité, il est impératif de pouvoir se rattacher, le cas échéant, lors de situation à haut risque, au camp des normauxpathes, des névrosés de la norme.

            Et le visa de la normalité n’est pas gratuit. Ceux qui pensent l’avoir de bon droit en sont jaloux. Ils defendent leur exclusivité, leur chance. Car, ils le savent, en un rien de temps, une Saint Barthélemy peut s’inverser et les chasseurs devenir des proies.

            Par exemple, l’entrée d’un noir dans un bar réservé aux blancs, si elle devient normale, bousculerait complètement la notion de normalité qui faisait celle du blanc. Et si le blanc perd des points de normalité, il se sent en danger selon le bête principe de meute. Il va donc refuser cette perturbation. A moins qu’en échange on lui offre un autre médaille de normalité.
            Si on dit au blanc qu’en échange d’une normalité établie sur sa seule couleur de peau, il peut en obtenir une autre sur la foi de son aptitude à calculer la trajectoire de la comète Halley, il va verdir. Il va refuser. On le comprend.

            Quand bien même on coulerait dans le bronze une loi édictant que plus jamais on ne lynchera une minorité, un quasimodo, un monstre (de forme ou d’attitude) chacun comprendra que rien, aucune loi n’arrête une foule hystérique.

            Aujourd’hui et dans 1000 ans, une femme sait et saura toujours que si elle couche avec l’occupant, elle risque le lynchage. Aujourd’hui et dans 1000 ans, un homo, parce qu’il est clairement dans un camp minoritaire, sait et saura toujours qu’il risque le lynchage, quelles que soient les lois.

            Cette peur sourde mais constante qu’on s’inflige mutuellement, aboutit à ce que chacun tortille sa singularité pour pouvoir, tout de même quelque part, prétendre au visa de la normalité.

            Fondamentalement, qu’est-ce qu’ils en ont à foutre les homos du mariage ; rien, absolument rien.
            Sauf que très stressés par le risque qu’ils encourent constamment d’être piétinés et livrés aux chiens, ils tentent par toutes sortes de ruses de grapiller ici ou là quelques marques, quelques indices, quelques cachets de normalité. Comment ne pas les comprendre.


            Mutatis mutandis, ces minoritaire de l’amour que sont les homos, (il y en a d’autres encore bien plus minoritaires) sont dans une situation comparable à celle de Juifs ayant à vivre sous un régime nazi. Ils doivent se déguiser, ils doivent voler, ils doivent tricher, ils doivent ramper dans les égouts. Et parfois, si la loi et l’ambiance le leur permet, ils défilent très visiblement en groupe très singulier. Ya pas moyen de faire autrement pour survivre. Ramper quand on est isolé, faire tintamarre quand on est en bande.


            Tant que nous en resterons à considérer qu’il est bon de pendre, de fusiller, de lyncher, de torturer, d’incarcérer, de ruiner, d’insulter, d’humilier publiquement un être humain pendant qu’il peut être mal voire monstrueux d’aimer hors cadre, tous les minoritaires seront obligés de ramper et de grenouiller pour dérober quelque titre de normalité à la masse majoritaire.


            • diego149 diego149 5 février 2011 17:14

              Le mariage homosexuel 5 articles en 3 jours !!!! Si ce n’est pas du harcèlement ... ça y ressemble. Le puissant lobby homosexuel bien implanté dans les médias et le showbizness, se déchaine. A croire que ce problème est plus important que la fin dans le monde, le chômage...
              Combien de pourcentage de la population mondiale se sent concernée par ce problème vital qu’est le mariage homosexuel.
              A mon avis ce harcèlement est contre productif est dessert largement la cause que ces lobbys veulent défendre en amenant un phénomène de « raz le bol ».


              • Romain Desbois 6 février 2011 12:28

                Plutôt que vous positionner en juge de la bienséance , écrivez donc des articles sur les sujets qui vous intéressent.


              • Selderf 6 février 2011 15:02

                Il n’existe de lobby homosexuel que dans votre esprit : inventez vous les démons qui vous plaisent, mais fichez la paix aux homos. J’affirme que je suis homo, que je ne dépends d’aucun lobby et que j’exige pourtant les mêmes droits que vous : qui êtes vous pour en décider autrement ?


                Le mariage homosexuel est un problème de droits de l’homme, au même titre que la fin dans la monde ou le chômage : c’est donc un problème essentiel qui concerne plus pu moins 5 à 10% de la population mondial.

                Raz le bol ou pas, peut nous importe, le seul objectif raisonnable à atteindre est l’égalité absolu des droits entre homos et hétéros. En vérité, plus vous vous y opposerez, et plus vous entendrez parler de nous ; si vous en avez « ras le bol », donnez nous tous les droits que nous réclamons et vous n’entendrez plus parler de nous.

                En gros, c’est de votre faute et votre faute uniquement.

              • Arthur 7 février 2011 02:52

                Il y a des problèmes plus urgents, plus criants que de batifoler avec des personnes qui visiblement ont perdues tout sens de la réaliser de la vie. Qui m’ont un mot à la bouche le droit égalitaire,visiblement c’est un débat stérile.Avec eux il y a pas de doute nous partons à la dérive. Il est parfaitement inutile de poursuive le débat. Leur insitance devient vraiment désagreable et qu’il contue à pousse le bouchon , il risque de produire qu’il se ramasse des claques.

                quand je relève ses propos : Le mariage homosexuel est un problème de droits de l’homme, au même titre que la fin dans la monde ou le chômage : c’est donc un problème essentiel qui concerne plus pu moins 5 à 10% de la population mondial.
                Il se rencontre pas à quel point cela devient ridicule, stupide, égoïste à le mettre sur le même plans que la faim dans le monde.


                • Mmarvinbear Mmarvinbear 8 février 2011 14:34

                  Il y a une question que je me pose depuis un moment, et vous allez peut-être pouvoir me répondre...

                  C’est quoi, un mariage homosexuel ?

                  Non parce que le mariage, je connais.

                  A la base, c’est un accord passé entre un homme et une femme devant une autorité politique et/ou religieuse qui lie les deux participants et les astreints à pleins de trucs, comme une vie commune, le fait de prendre soin l’un de l’autre, la promesse mutuelle de ne pas aller niquer le(la) voisin(e) et d’assumer financièrement et socialement l’éducation des enfants qui pourraient survenir suite à des coïts répétés.

                  Cet accord est assez ritualisé car on y retrouve, malgré les différences sociales, les mêmes éléments ou presque selon les régions à savoir :

                  - une tenue recherchée pour les époux, qui est achetée une petite fortune et portée en une seule et unique occasion

                  - la réunion au même endroit des membres de la famille ainsi que des amis et de leurs conjoints

                  - l’organisation d’un défilé motorisé aux véhicules disparates qui, distingués des autres par de grands voiles de tulles blanc, ignorent allègrement « stop » et autres feux rouges pour ne pas briser la procession

                  - l’organisation, en général dans une salle polyvalente, d’une réception et d’un dîner assez bourratif et ennuyeux au cours duquel un DJ en général moustachu essaye de distraire les enfants et les adolescents à grand coups de Mégamixs de David Guetta revisitant les reprises les plus marquantes de grands artistes tels que Patrick Sébastien, Bézu et la Compagnie Créole

                  - le tout suivi par une « chenille » ( souvenir douloureux du tristement groupe criminel autoproclamée « Bande à Basile » de sinistre mémoire) ou une « danse des canards » en fin de soirée, généralement quand tous les caméscopes et téléphones portables n’ont plus de batterie pour fixer la moindre preuve de tout ça. Au pire, le participant peut toujours prétexter une alcoolémie élevée pour justifier de son comportement.

                  Je demande car dans les pays ou cela est possible, le mariage de deux personnes du même sexe est en général suivi de

                  - d’une cérémonie devant une autorité politique et/ou religieuse

                  - du port d’une tenue couteuse et portée en général à une seul occasion

                  - de la présence de la famille et d’amis

                  - d’une procession motorisée dans des véhicules revêtus de tulles blancs.

                  - d’une réception et d’un diner avec Dj moustachu aussi (mais moins d’enfants souvent)

                  - l’existence d’une « chenille » est sujette à caution, faute de preuve suffisante.

                  Bref, rien que de semblable.

                  Bon c’est vrai la seule différence est que les conjoints sont dans ce cas là de même sexe.

                  Mais cela ne peut-être la cause de cette différenciation entre les deux mariages.

                  Déjà, on parlerait, dans le premier cas de « mariage hétérosexuel ».

                  Et dans le second, de mariage D’ homosexuels.

                  ( c’est pourtant pas compliqué de parler le français correctement pourtant...)

                  Vous avez la réponse ?


                  • Tonio 8 février 2011 23:27
                    Le fait que des homos ou toutes autres type d’unions en dehors de la classique famille hétéro puissent se marier, je ne vois pas en quoi cela retire quoi que ce soit aux autres. Meme si cela ne vous plait pas et je respecte votre opinion mais je ne vois pas en quel honneur nous devrions interdire le mariage des homosexuels. 
                    Au nom de la nature ? cela fait longtemps que l’espece humaine a transgressé les lois dites naturelles en apprivoisant le feu et si on part de ce principe toute innovations pour liberer l’homme des contraintes de la nature. 
                    La nature elle-meme se moque des lois si on l’associe à la faune concernant les accouplements , les combinaisons sont tout autant multiples. 
                    De tout façon les mariages homos n’empêcheront en rien les mariages hétéro. Je pense qu’avant tout, il faut respecter cette liberté a partir du moment ou elle n’entrave en rien celle des autres. Je ne pense pas que ce soit seulement le mariage homo qui fasse peur ou agace mais c’est surtout de devoir certainement changer son point de vu sur un monde qui est en train de se liberer de ses déterminismes pour ceux qui ne l’on pas encore accepté. 

                    • TOHT 26 février 2011 08:11

                      Toujours la même approche volontaire ou non, modifier le sens des choses. Pour rappel le mariage n’est pas un droit, mais une institution structurante l. Ensuite, l’argument puéril mon contradicteur est forcement un arriéré conservateur ne marche pas ici, le support du débat démontre le contraire. Pour ma part, avec beaucoup de parti pris, je pense que cette demande émane d’une minorité ayant une vision de notre nation, du monde communautaire, internationaliste, bref des extrémistes. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès