Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Woerth-Bettencourt : Du pistonnage, des enveloppes... et des broutilles (...)

Woerth-Bettencourt : Du pistonnage, des enveloppes... et des broutilles !

On n’en finit plus de l’affaire Bettencourt. A tel point que je ne m’arrête même plus sur les articles liés à ce sujet. Non pas qu’il ne faille pas en parler, mais on en parle beaucoup trop pour ce que cela représente réellement.

Des sommes dérisoires qui cachent bien d ‘autres secrets

Après tout, quelles sont ces misérables sommes dont on parle ? 7 500 euros ? 20 000 euros ? C’est beaucoup pour le français moyen et, me direz-vous, peu importe la somme, ces magouilles sont à condamner. Mais que sont les enveloppes supposées de Mme Bettencourt, le salaire de Christine Boutin, les cigares de Christian Blanc, et même le jet de Joyandet, à côté des sommes pharamineuses qui circulent entre les partis et les Etats sans que quiconque ne puisse même l’imaginer ? Ces sommes, qui découlent des divers arrangements, de ventes d’armes, de bateaux… dépassent « le commun de mortels » comme dirait Alain Soral.

Les malheureuses sommes mise en cause dans les différentes affaires révélées au grand jour par Le Canard Enchaîné ou encore MédiaPart – qui jouent désormais les rôles de grands empêcheurs de tourner en rond – ne sont que des broutilles par rapport au vrai trafic qui existe depuis toujours dans le monde politique. Malheureusement, Le Canard Enchaîné ou encore nous pauvres contribuables sommes bien loin de tout cela.

Dénoncer ces agissements est normal. Mais une fois le Ministre impliqué viré, un autre prendra sa place, et tout recommencera. Pendant que tout ceci occupe l’opinion et le paysage médiatique, d’autres choses, d’autres arrangements bien plus importants ont lieu dans l’ombre de nos futiles préoccupations.

Vous avez dit pistonnage ?

Pour terminer sur un détail, je m’étonne également de la façon dont « l’affaire Woerth-Bettecourt » dévie. Désormais on ne parle plus que de l’éventuelle pression qu’aurait exercé Eric Woerth sur Patrice de Maistre afin que ce dernier face entrer la femme du Ministre à Clymène, la société chargée de faire fructifier la richesse de Liliane Bettencourt. En bref, on s’indigne d’un pistonnage quand le vrai sujet est ailleurs et concerne plutôt le problème du conflit d’intérêt, celui des enveloppes sous le manteau ou des évasions fiscales. Quitte à parler d’autres choses que des gros problèmes, autant que cela reste utile et centré.

Le pistonnage existe depuis longtemps et existera toujours. Lorsque l’on pistonne quelqu’un pour le faire accéder à un poste à haute responsabilité ou une place en politique, il y a là des raisons de s’indigner. Mais quelle importance que M. Woerth fasse entrer sa femme chez l’entreprise qui gère la fortune de L’Oréal ? Que celui ici qui n’a jamais été pistonné, pour un job, un stage, un emploi en intérim, un job d’été… jette la première pierre. C’est bien malheureux toute cette histoire, mais le pistonnage à l’air de focaliser l’attention des média ces jours-ci quand le vrai débat est ailleurs.

Est-ce un moyen d’étouffer l’affaire peu à peu ? De la rediriger vers des futilités comme celles-ci ? Peu importe. La meilleure solution n’est pas de virer Eric Woerth, Christine Boutin, Christian Blanc et j’en passe. La vraie solution ? Faire un grand ménage dans toute cette classe politique (de droite comme de gauche) mondialisée, corrompue, asservie par l’argent et complice d‘un système pitoyable et crapuleux. Mais ça, c’est une autre histoire, bien sûr…
 

Documents joints à cet article

Woerth-Bettencourt : Du pistonnage, des enveloppes... et des broutilles !

Moyenne des avis sur cet article :  2.22/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Ann O’Nymous 19 juillet 2010 15:00

    Merci à l’auteur de n’avoir rien compris.


    • plancherDesVaches 19 juillet 2010 17:31

      Sa spécialité est le PSG. On peut le pardonner. Et on peut même le féliciter de faire un article en ayant l’intelligence logée dans les pieds.

      Et d’ailleurs, pas si idiot que ça... car il écrit 20 000 euros histoire de manipuler... NON.

      Il s’agit de 150 000 Euros en LIQUIDE pour un financement occulte de campagne.

      Ce qui, si nous étions en Démocratie, reviendrait à invalider l’élection visée.

      Mais nous ne sommes qu’en Gala-Ferme-Célébrité-république-Bananière. Donc, circulez, y’a rien à voir.


    • Alpo47 Alpo47 19 juillet 2010 15:06

      Petites sommes, mais grands effets ... Al Capone est tombé non à la cause de ses crimes, mais ... pour fraude fiscale.
      Bien entendu, c’est le système en place qui pousse à la corruption et c’est celui ci qu’il faut (faudrait) changer.
       Evidemment, les responsables et profiteurs ne le feront pas d’eux mêmes, et, en attendant, ils envoient un « écran de fumée » destiné à nous faire oublier que la campagne UMP de 2007 aurait été partiellement financée de manière illicite.


      • ZenZoe ZenZoe 19 juillet 2010 15:23

        Entièrement d’accord avec l’auteur.
        Le conflit d’intérêt et le piston ne sont pas les véritables enjeux dans cette affaire et, comme ce sont des pratiques douteuses mais non repréhensibles aux yeux de la loi, elles ne pourront jamais donner lieu à des condamnations, ni même à une enquête.
        C’est la raison pour laquelle on veut que l’opinion se concentre sur elles, alors que les véritables entourloupes sont ailleurs : la fraude fiscale, le financement illicite de partis politiques, les pots-de-vin pour échapper aux contrôles fiscaux, la corruption de fonctionnaires etc.


        • furio furio 19 juillet 2010 15:30

          @ l’auteur
          Mais il n’y aurait que 7500€ que celà serait déjà suffisant pour dexiger la démission !!
          Je connais un type qui s’est lourdé d’une entreprise parcequ’il s’était rembourser un repas par l’entreprise alors que ce jour là c’était le patron qui avait sorti la Carte Premier !!

          Ensuite ce n’est pas 7500€ que nous chassons mais 7500€ X nb de comptes UMP !!!sans compter les enveloppes en espèces. pour mieux vous situer, l’UIMM avait une caisse noire pour acheter les élections entre autre...les espèces c’était 2 MILLIONS par an !!! 


          • Jean Lannes Chris Lefebvre 19 juillet 2010 15:52

            Si vous aviez mieux lu vous aurez compris que je dis : peu importe s’il est renvoyé, un autre prendra sa place et fera la même chose. C’est ce système qui est corrompu par nature et par un ou plusieurs ministres.
            Vous n’imaginez pas les sommes qui circulent sans qu’on en parle pour les rétro-commissions sur les ventes d’armes et autres arrangements entre pays. Même vos 2 millions ne sont rien à côté. Rien du tout. L’affaire Woerth c’est comme je dis, une BROUTILLE ! C’est de la rigolade


          • iris 19 juillet 2010 16:42

            si c’est vrai alors pourqoui des journalistes comme vouS ne déballent pas tout ??


          • Fergus Fergus 19 juillet 2010 17:42

            Bonjour, Chris.

            Vous avez raison, mais en apparence seulement. Car ce qui se joue actuellement, à travers ces faits effectivement bénins en regard de la réalité immergée, c’est la prise de conscience par les citoyens français de la collusion qui existe entre l’Ump d’une part, les grandes fortunes et le grand patronat d’autre part. Et ça, c’est un précédent capital !

            J’ajoute que, dans le cas du couple Woerth, ce sont les présumés arrangements des milliardaires avec le fisc (au détriment de tous les autres contribuables) qui sont en jeu. Avec à la clé d’énormes et scandaleux chèques à des gens qui n’hésitent pas à frauder le fisc. Ces faits prouvés devraient valoir à Woerth et éventuellement à ceux qui l’ont couvert la Cour de justice de la République.


          • Deenye Deenye 19 juillet 2010 16:56

            "on en parle beaucoup trop pour ce que cela représente réellement."

            Financement occulte et illégal de partis politiques et de campagnes électorales, blanchiment de fraude fiscale, corruption...

            Rien de grave, quoi...


            • Jean Lannes Chris Lefebvre 20 juillet 2010 15:52

              Bien-sûr c’est grave mais je veux dire qu’on tape à côté. Ca n’est pas le ministre qu’il faut changer mais tout le système. Un autre ministre fera la même chose.


            • Mourid 19 juillet 2010 18:14

              Madame Eva veuve Joly. Une fois licenciée de chez Barclay, a trouvé un poste de conseiller juridique à l’hôpital psychiatrique d’Etampes (Essonne), un poste crée en 1973, à 2 pas ce chez elle, un poste crée par Monsieur Joly, Médecin chef à l’hôpital psychiatrique d’Etampes.

              Et quand, 9 ans après, Madame Joly a pu, via des concours de l’administration, accéder à de hautes et plus nobles fonctions pour en particulier lutter contre le favoritisme, ce poste de conseiller juridique a été supprimé.

              Elle est pas belle la vie ?


              • Yaltanne 20 juillet 2010 09:48

                Si ce n’est pas une rumeur malveillante, c’est désespérant :(


              • BA 19 juillet 2010 20:54

                Ci-dessous, Patrice de Maistre, le 23 avril 2010, à propos du conflit d’intérêts de Florence Woerth :

                « Je me suis trompé quand je l’ai engagée. C’est-à-dire qu’en fait, avoir la femme d’un ministre comme ça, ce n’est pas un plus, c’est un moins. Je me suis trompé. Pourquoi ? Parce que comme vous êtes la femme la plus riche de France, le fait que vous ayiez une femme de ministre chez nous, tous les journaux, tous les trucs disent : « Oui, tout est mélangé, etc. » Bon. J’avoue que quand je l’ai fait, son mari était ministre des Finances (du Budget, NDLR), il m’a demandé de le faire. Je l’ai fait pour lui faire plaisir. »

                http://www.mediapart.fr/journal/france/280610/bettencourt-pourquoi-eric-woerth-ne-dit-pas-la-verite


                • Fabienm 20 juillet 2010 08:26

                  L’auteur ne connaît sans doute pas l’expression « Qui vole un oeuf, vole un boeuf ». Mdr

                  J’aime beaucoup l’argument principal de l’article, c’est pas beaucoup d’argent c’est pas grave. Traffic d’influence, mais enfin, ce n’est rien. Financement illégal, mais enfin ça existe déjà.
                  Avec des arguments comme ça, on pardonne n’importe quoi (c’est vrai, ça existe déjà !).

                  jamais lu un article aussi con. L’auteur ferait mieux de retourner commenter le mercato.


                  • Jean Lannes Chris Lefebvre 20 juillet 2010 15:56

                    Oui tu devrais aller lire mes articles mercato c’est plus simple pour toi. T’as rien compris mon pauvre abruti. Si t’avais lu, et bien lu, peut-être un éclair d’intelligence aurait surgi en toi et t’aurais évité de faire cette remarque complétement à côté.

                    Relis. Ou réapprend...


                  • Antoine Diederick 20 juillet 2010 10:52

                    Bonjour,

                    Au-delà de cette affaire, avez-vous le sentiment d’une remise en question des principes démocratiques ?

                    Non, au contraire. Ce n’est pas la démocratie en tant que telle qui est remise en question, c’est la manière dont certains en profitent. Le culte de la chose publique est plus fortement intériorisé en France que partout ailleurs. Les gens sont donc très choqués quand les individus au pouvoir se comportent en individus privés. La plus grande faille de Nicolas Sarkozy, c’est qu’il n’a pas le sens de l’institution. Le côté privé du personnage prend toujours le dessus. Il n’arrive pas à être un homme d’Etat.

                    source « Le Monde »

                    le lien : http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/07/17/marcel-gauchet-cette-affaire-reactive-le-contentieux-entre-le-peuple-et-les-elites_1389208_3224.html#ens_id=1386567

                    cette notion de la « chose publique » est vraiment au coeur de la pensée politique en France, de l’ancien régime jusqu’à aujourd’hui. La révolution l’a aussi mise en exergue et au fronton de la pensée politique française, Napoléon aussi fit de même. C’est un des principes qui assoit la légitimité en France. C’est aussi, du poil à gratter dans la chemise des « chipoteurs » et des pays qui reprochent à la France son indépendance d’esprit.......


                    • silversamourai silversamourai 20 juillet 2010 13:11

                      Bonjour Chris,

                      « Quand on dépasse les bornes,il n’y a plus de limites ! »

                      Cette blague bien connue semble très banale.

                      Elle peut ,dans un second temps (après avoir bien ri), déboucher sur de riches et fécondes interprétations.

                      A vous de jouer avec ,si le cœur vous en dit.....


                      • ELCHETORIX 20 juillet 2010 13:56

                        Y’en a marre de voir la tête de ces corrompus qui en plus de mentir se « foutent » de notre « gueule » !
                        Bon il va falloir restaurer la guillotine et s’en servir comme en 1789 et les années qui suivirent !
                        Mais y-a t-il encore des hommes qui ont des couilles ?
                        En ce qui me concerne , pour commencer je vais appliquer la désobéissance civile en ne payant plus d’impôt sur le revenu , d’autant plus que comme patrimoine je n’ai rien ! , oui lorsque le temps viendra je me ferai un plaisir d’humilier et de faire souffrir ceux qui nous font souffrir à petits feux , pourtant je ne ferai pas de mal à une mouche , mais avec ces individus de l’élite corrompu , je serai sans pitié
                        RA .


                        • BA 25 juillet 2010 10:17

                          Le 21 décembre 2006, Liliane Bettencourt demande à sa comptable Claire Thibout d’aller retirer à la banque DEXIA la somme ahurissante de 100 000 euros en liquide !

                          Lisez cet article :

                          Quatre mois seulement avant le premier tour de la présidentielle de 2007, Liliane Bettencourt avait procédé à un énorme retrait en liquide : 100 000 euros, qu’elle avait chargée sa comptable de tirer en espèces à la banque Dexia, grâce à un chèque auto-libellé dont Marianne s’est procuré le fac similé.

                          Notre journal a pu se procurer, en effet, la copie d’un chèque de 100.000 euros, tiré non plus sur BNP-Paribas (comme il est inscrit dans les carnets), mais sur la banque Dexia. Un chèque daté du 21 décembre 2006 que Mme Bettencourt a libellé à son nom et qu’elle a confié à sa comptable, Claire Thibout, pour que celle-ci aille le tirer en espèces au guichet de la banque. Ce chèque, en voici un fac-similé :

                          100.000 euros, donc, en liquide ! Afin que l’ex-comptable ne rencontre aucune difficulté pour se faire remettre l’argent, Mme Bettencourt a même délivré à son employée une autorisation, signée de sa main, que nous nous sommes également procurée, et dont voici le contenu :


                          « Je, soussignée, Madame Liliane BETTENCOURT, autorise Madame Claire Thibout à venir chercher à votre agence pour mon compte une somme de 100.000 euros, chèque N° 3794677, tiré le 21 décembre 2006 sur la banque DEXIA. Fait à Neuilly-sur-Seine, le 21 décembre 2006 ».

                          http://www.marianne2.fr/Nouvelles-revelations-dans-l-affaire-Bettencourt-le-cheque-de-100-000-euros-qui-accuse-_a195352.html

                          Que sont devenus ces 100 000 euros en liquide  ?

                          La réponse est là :

                          Nouvelles révélations : l’agenda qui accuse Woerth et Maistre.

                          Dans son édition de ce samedi 24 juillet, Marianne publie un fac-similé de l’agenda 2007 de Claire Thibout, l’ex-comptable de Liliane Bettencourt.

                          Première surprise : à la date du 18 janvier 2007, 13h30, Claire Thibout a inscrit : « Patrice de Maistre, RV Mme Bettencourt », suivi d’une flèche indiquant sur la page de droite : « pour donner enveloppe qui donnera à Patrice ». Claire Thibout affirme que, ce jour-là, elle a remis une enveloppe contenant 50.000 euros en liquide.

                          Mais deuxième surprise, à laquelle Marianne n’a pas tout de suite prêté attention : à la date du vendredi 19 janvier, 8h30, elle a inscrit : « Patrice et trésorier ». Or, dans l’agenda 2007 de Patrice de Maistre, saisi par les policiers de la brigade financière, le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt a noté, le même jour à la même heure, un rendez-vous avec Eric Woerth « au café ».

                          1) Cette information prouve, à l’évidence, que depuis le début de cette affaire, Claire Thibout est bien informée lorsqu’elle évoque des remises d’enveloppe à des politiques.

                          2) Le rendez-vous « Patrice et trésorier », inscrit dans l’agenda de la comptable, le lendemain de la remise d’enveloppe, ne laisse-t-il pas entendre clairement qu’il s’agissait de remettre à Eric Woerth, en tant que trésorier de l’UMP, les 50.000 euros remis la veille ?

                          En tout cas, pour la première fois, les enquêteurs tiennent une piste tangible. Le 21 décembre 2006, Liliane Bettencourt demande 500.000 euros en espèces à la banque Dexia (lire Marianne n°692). Refus circonstancié de la banque qui lui accorde finalement 100.000 euros contre un chèque libellé à son ordre.

                          Le 18 janvier 2007, trois mois à peine avant le 1er tour de l’élection présidentielle, Claire Thibout remet une partie de cette somme, 50.000 euros, à Liliane Bettencourt au cours d’un rendez-vous qui apparaît à la fois dans l’agenda de la milliardaire et dans celui de la comptable. L’héritière de L’Oréal remet alors l’enveloppe à Patrice de Maistre.

                          Puis, le lendemain, le même de Maistre rencontre Eric Woerth au « café », au cours d’un rendez-vous qui, cette fois, est inscrit dans l’agenda de Maistre et dans celui de la comptable.

                          Quelle explication Eric Woerth et Patrice de Maistre vont-ils cette fois avancer pour se justifier ? De Maistre pourra éventuellement arguer qu’il n’a fait que boire un « café » avec son « ami » Eric Woerth. Mais ce dernier est désigné ès qualité de « trésorier » par Claire Thibout dans son agenda : trésorier de l’UMP et, donc, de la campagne du candidat Nicolas Sarkozy.

                          L’audition de l’ex-ministre du Budget, qui doit intervenir d’un jour à l’autre, s’annonce décidément passionnante.

                          http://www.marianne2.fr/Nouvelles-revelations-l-agenda-qui-acuse-Woerth-et-Maistre_a195610.html

                           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Jean Lannes

Jean Lannes
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès