Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Woerth-Bettencourt, une justice aux ordres ?

Woerth-Bettencourt, une justice aux ordres ?

Toute la pression est maintenant sur Philippe Courroye, appelé ironiquement par ses confrères « Courroye de transmission  », lequel empêche Isabelle Prévost-Desprez d’accéder aux enregistrements, alors que cette dernière est chargée d’enquêter sur l’affaire.
 
En effet, le 13 juillet, cette juge a été autorisée par la Cour d’appel de Versailles, à mener son enquête sur ces fameux enregistrements clandestins, réalisés par l’ex-majordome des Bettencourt. lien
 
Malgré cela, le juge Courroye refuse de communiquer ces enregistrements, malgré la décision de la cour d’appel. lien
 
Rappelons qu’aujourd’hui, Courroye, cité à plusieurs reprises dans les enregistrements, a été mis en place par le pouvoir. Philippe Courroye n’est pas à une contradiction près, puisqu’il vient de signer « l’appel pour une justice indépendante ».(lien) lequel vient de franchir les 22 000 signatures. lien
 
On s’attend à trouver bientôt dans la liste des signataires les noms d’Eric Woerth, voire de François Fillon et même pourquoi pas celui de Sarkozy, ce qui serait une preuve de leur humour.
 
C’est donc l’indépendance de la justice qui est en jeu, puisqu’en s’étant donné la possibilité d’intervenir dans le domaine juridique, le président de la république ne permet plus de garantir cette indépendance.
 
Pour Antoine Gillot, avocat de Claire Thibout et de Pascal Bonnefoy, respectivement ex-comptable et majordome, « l’autonomie de Philippe Courroye est une fadaise ». lien
 
Le procureur de la république est nommé par le garde des sceaux, sur avis du CSM (conseil supérieur de la magistrature), mais ce qui est nouveau, c’est que l’avis de ce dernier n’est plus du tout suivi et pour les procureurs généraux, la situation est pire, puisqu’ils sont nommés en conseil des ministres, sans avis du CSM, c’est-à-dire, en fin de compte, par Nicolas Sarkozy.
 
Le 10 juillet 2008 la Cour européenne de Strasbourg avait affirmé que « le procureur de la république n’est pas une autorité judiciaire au sens que la jurisprudence donne à cette notion il lui manque en particulier l’indépendance à l’égard du pouvoir exécutif pour pouvoir être ainsi qualifié ». lien
 
Pierre Méhaignerie ne disait pas autre chose à l’époque « nous devons garantir l’indépendance du parquet pour éviter que certaines affaires ne soient enterrées ».
 
Personne n’a oublié la déclaration fracassante de Rachida Dati, ex garde des sceaux, qui démontrait dans une seule phrase le peu d’indépendance de la justice face au pouvoir. En effet, elle déclarait : « Je suis le chef des procureurs  ». lien.
 
La suppression du juge d’instruction voulue par Sarkozy risque heureusement, suite à cette affaire, d’être remise en question.
 
« France culture » dans son émission « les matins de France culture  » avait fait comme thème de son émission du 19 juillet « l’indépendance de la justice ». lien
On pouvait y entendre les réactions de Christine Lazerges, professeur de droit, ainsi que le journaliste spécialiste des questions de justice Mathieu Delahousse. Lien
 
Christine Lazerges est la première signataire de « l’appel pour une justice indépendante ». On était donc, dans cette émission, au cœur de l’affaire Woerth Bettencourt. Pour Christine Lazerges, il y a plusieurs affaires et elles sont toutes pénales.
 
Il y a une suspicion d’infraction contre les personnes, c’est l’abus de faiblesse.
Les autres infractions sont classées dans la catégorie « crime et délits contre la nation, l’état et la paix publique ».
 
Il y a donc potentiel trafic d’influence, corruption, avantages divers, y compris remise de décoration…
 
Et puis il y a un dernier volet, le volet fiscal sous la forme de blanchiment de fraude fiscale. Pour Christine Lazerges, il est clair que Philippe Courroye doit saisir un juge d’instruction, ou même un collège de juges d’instruction, car c’est l’esprit même des lois de la république et du droit européen. lien
 
On est donc fondé à poser la question : pourquoi ne le fait-il pas ? En attendant, Courroye et Woerth se renvoient la balle sur l’affaire du contrôle fiscal de Bettencourt. Courroye affirmant avoir alerté le fisc des janvier 2009, et Woerth assurant qu’il n’a donné aucune instruction à l’administration fiscale de quelque nature que ce soit. lien
 
L’un des deux ne dit donc pas la vérité.
 
Woerth devrait être entendu comme témoin, ainsi que Liliane Bettencourt. lien
 
Mais on connait la ligne de défense de cette dernière : à toute question gênante, elle répondra avec un grand sourire : « Je ne me souviens pas ». Quant à Eric Woerth, droit dans ses bottes, il continuera de marteler qu’il est le chevalier blanc, et qu’il n’a rien à se reprocher. lien
 
On peut s’interroger sur les méthodes de Courroye, puisque, en validant les enregistrements du majordome, il a toutes les preuves nécessaires des implications des uns et des autres : blanchiment de Fraude fiscale, suspicion d’abus de faiblesse, trafic d’influence, financement parti politique, corruption.
 
Depuis, s’est ajouté le témoignage à charge de Patric de Maistre qui met Eric Woerth en difficulté, en confirmant que celui-ci l’avait rencontré afin de faire engager son épouse. lien
 
Chaque jour apporte son lot de mauvaises surprises pour les accusés, puisque maintenant, c’est l’un des actionnaires du groupe L’Oréal qui porte plainte contre François Marie Bannier.
 
Il accuse ce dernier d’avoir bénéficié d’un contrat de complaisance de 4 millions d’euros de la société. lien
 
On se souvient que début juillet, suite aux questions posées par les socialistes à l’assemblée nationale au sujet d’un chèque du 4 mars 2010 signé par Liliane Bettencourt, reçu par l’association de Woerth (association de soutien à l’action d’Eric Woerth), et restée sans réponse. lien
 
Dixit François Fillon « il n’y a pas un membre du gouvernement qui soit en mesure de répondre (…) parce que ce n’est pas son rôle » Seule réponse, François Barouin promettant de saisir l’IGF (inspection générale des finances) et « de tout mettre sur la place publique d’ici une dizaine de jours ». lien
 
On sait aujourd’hui ce qu’il en a été, puisqu’au lieu de saisir l’IGF, il a confié l’affaire à son directeur (ce qui n’a rien à voir), lequel directeur est nommé par le pouvoir, et dont l’indépendance fait donc question. lien
 
Ses conclusions étaient attendues « circulez, y a rien à voir ».
 
Si l’on se souvient du Watergate, une telle affaire aux Etats-Unis amènerait au moins la démission d’Eric Woerth, voire de la ministre de la Justice, pouvant aller jusqu’à la destitution du chef de l’état.
 
Sans la publication des enregistrements clandestins dans « Le Point », les articles de « Médiapart », du « Canard Enchaîné », « d’arrêt sur image », et de quelques autres, l’affaire serait enterrée depuis longtemps.
 
Mais le reste de la presse fait honte à sa profession.
 
On peut dire que l’histoire n’arrête pas de bégayer, si l’on se souvient d’affaires anciennes, comme par exemple la rocambolesque épopée d’un hélicoptère parti dans l’Himalaya à la recherche du procureur Laurent Davenas, lorsque Xavière Tibéri était suspectée d’avoir commis un rapport bidon sur la francophonie en échange de 200 000 fr. lien
 
Et comme le dit Davenas « le dossier Xavière Tiberi est passé au pilon, la justice n’a pas été rendue  ».
 
Rien de nouveau sous le soleil.
 
Un sondage récent nous apprend que Sarkozy, lors de sa prestation télévisée du 12 juillet n’a pas convaincu les français sur l’affaire Woerth/Bettencourt, puisque 62% n’ont pas jugé probantes les réponses du petit Président. lien
 
En attendant que le Procureur Courroye veuille bien nommer un ou plusieurs juges d’instruction pour mener cette affaire d’une façon objective et indépendante, Il est probable que nous irons de rebondissements en rebondissements.
 
Car comme disait mon vieil ami africain : « la nuit dure longtemps, mais le jour finit par arriver ».

Moyenne des avis sur cet article :  4.91/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 20 juillet 2010 10:00

    Bonjour, Olivier, et merci de continuer, avec quelques autres, à enfoncer le clou de ce qui constitue une « affaire d’état » symptomatique du fonctionnement de la Sarkozye.

    Courroye, en renonçant contre toute évidence judiciaire, à saisir des juges d’instruction pour travailler sur les différents volets de ce dossier complexe, s’est définitivement discrédité au yeux des Français qui le considèrent maintenant pour ce qu’il est : un valet aux ordres de l’Elysée dont l’action en enquête préliminaire est corrompue, d’une part du fait de son implication personnelle, d’autre part en raison de l’impossibilité que lui fait le droit européen de lancer à l’étranger les commissions rogatoires indispensables, commissions qui ne peuvent être délivrées que par un juge d’instruction.

    La France sarkozyste est un pays gravement malade, attaquée par des pratiques scandaleuses et antidémocratiques au service unique des puissants. Nombre des hommes d’Etat et des philosophes du passé doivent s’en retourner de honte dans leur tombe. Désolé, M. Courroye, mais vous êtes devenu l’un des principaux acteurs de cette déliquescence, de ce pourrissement !


    • olivier cabanel olivier cabanel 20 juillet 2010 10:58

      Fergus,
      je crois que ce n’est que le début d’une énorme affaire, car beaucoup de lièvres pourraient être levés,
      le syndrome des poupées russes en quelque sorte.
      mais l’information peut-etre la plus importante, est le fait que Courroye soit l’un des signataires de l’appel pour une justice indépendante,
      soit c’est une provocation,
      soit c’est sincère, et c’est une manière de tacler le pouvoir en place ?
      le vrai débat est peut-etre la.
      merci de ton commentaire.
       smiley


    • Fergus Fergus 20 juillet 2010 12:17

      @ Olivier.

      Courroye signataire de cet appel, cela me rappelle furieusement ces ligues américaines de morale dont certains des plus zélés membres se révèlent de temps à autre de fieffés pervers. 


    • colza 20 juillet 2010 13:49

      Bonjour,
      Très bon article, comme toujours.
      Pour ce qui est de la signature de l’appel pour une justice indépendante de Courroye, je suis sûr qu’il s’agit d’une blaque faite par un internaute (de meme que pour Woerth, sarko et quelques autres). On peut inscrire n’importe quel nom sur l’appel et certains ne s’en sont pas privés.
      Pour en revenir aux choses sérieuses, c’est vraiment le scandale des scandales que Courroye soit encore en poste à l’heure qu’il est.
      Dans n’importe quel autre pays, il aurait déjà du démissionner et quelques autres avec lui.
      Je ne sais pas comment cela va finir, mais quand ça va exploser, ça va faire des dégats. Plus ça attendra, pire ça sera.


    • olivier cabanel olivier cabanel 20 juillet 2010 17:49

      Fergus,
      je me suis aussi posé la question,
      mais il ne faut pas écarter l’option d’un revirement.
      la pression est trop forte, et il décide de laisser tomber, d’ou sa signature,
      on verra.


    • olivier cabanel olivier cabanel 20 juillet 2010 18:12

      Fergus,
      il semble hélas que la signature de Courroye soit bidonnée par un internaute ingénieux,
      dommage,
      j’aurais aimé y croire.
      en attendant on s’approche des 30 000 signatures.
       smiley


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 20 juillet 2010 10:37

      Salut Olivier,

      Tous ces hommes qui tentent de refermer la porte derrière eux pour jouir tranquillement du pouvoir que nous leur accordons sont la honte de la France. Leur faculté à se partager la plus grande part du gâteau alors qu’ils ne représentent que 0,1 % d’entre nous, à changer le règles de la Société pour agrandir les mailles du filet de la justice et passer à travers est vraiment piteuse.

      Je transmet un article qui le mérite, décrivant bien ce qu’ils redoutent le plus : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-elus-c-est-depasse-on-peut-78489?debut_forums=100#forum2620499

      Merci à toi d’insister et bravo à ce forumidable outil qu’est le net.


      • olivier cabanel olivier cabanel 20 juillet 2010 11:01

        Lisa,
        oui j’avais lu cet article d’Easy, et je crois même y avoir été de mon commentaire,
        en tout cas, je crois que cette affaire woerth bettencourt est en train de devenir une affaire d’état,
        on peut s’étonner du silence du ministère de la justice.
        et aussi du fait que le procureur Courroye ait signé l’appel pour une justice indépendante.
        merci de ton commentaire.
         smiley


      • Fergus Fergus 20 juillet 2010 12:19

        Le silence du ministère s’explique sans aucun doute par le fait qu’Alliot-Marie a décidé de ne pas s’en mêler car il n’y a que des coups à prendre pour elle.


      • patroc 20 juillet 2010 10:59

        Cette affaire de corruption est énorme. Le bouclier fiscal, qui appauvrit le pays et oblige une politique de rigueur n’est que la conséquence (service rendu) de leurs magouilles. Pour ce gouvernement, créer une cagnotte de bénéfices sur les économies accordées aux riches se fait au détriment du pays !.. Leur enrichissement personnel EST la rigueur nationale, sous couvert d’une mondialisation du même ordre (enrichissement des banques et des gros industriels).. 

        Comment un gouvernement pareil peut-il être crédible ?

        L’empêchement d’un enquête indépendante par « courroye de transmiSSion » est la preuve de leur culpabilité, sarko en tête..


        • olivier cabanel olivier cabanel 20 juillet 2010 11:03

          Patroc,
          pour l’instant, nous apercevons la pointe de l’iceberg,
          mais le plus gros morceau est en dessous.
          le juge Courroye qui vient de signer l’appel pour une justice indépendante ne peut pas faire autrement maintenant que de nommer un collège de juges afin qu’ils puissent enquêter en toute indépendance.
          le meilleur reste à mon avis, a venir.
          merci de ton commentaire.
           smiley


        • Verdi Verdi 20 juillet 2010 11:25

          ....A ce stade deux écueils sont à éviter :

          - l’enfumage permanent : Sarkozy, on le constate en lisant ou regardant les médias serviles, a donné l’ordre à Courroye de tout faire pour focaliser l’attention sur Bettencourt et ainsi masquer son implication directe.

          - l’enterrement : suite logique de l’enfumage, après quelques mois, l’oubli va s’installer, et, comme par miracle, Courroye ne trouvera plus matière à mettre en cause le principal acteur de cette fraude : Sarkozy.

          Reste le lampiste Woerth. S’il tombe, Sarkozy tombe. Cela paraît évident à tous les observateurs. D’où la nécessité que la juge Desprez mène une instruction indépendante à son terme.

          Pour ma part, comme pour nombre de journalistes étrangers, il faut appeler un chat un chat. Nous sommes en présence d’une affaire de très graves malversations au sommet de l’Etat. C’est le Sarkogate et non l’affaire Bettencourt.

          L’opinion a besoin d’être abreuvée d’informations vraies, faute de quoi, la contre offensive sarkozienne fera douter. Or, plus que jamais, les juges du siège (indépendants) ont besoin du soutien de cette opinion.
           

          Bravo et merci pour le boulot de compilation et d’analyse, qui permet de ne pas relâcher la pression....


          • Fergus Fergus 20 juillet 2010 12:26

            Bonjour, Verdi.

            La juge Prévost-Desprez n’est en charge que du conflit entre Liliane Bettencourt et sa fille. Encore une fois, elle ne pourra conduire des instructions incidentes, notamment sur le volet Woerth et ses prolongements politiques, que si elle bénéficie de réquisitoires supplétifs expressément délivrés par... le procureur Courroye. Et sur ce point on peut être sûr que Courroye ne bougera pas sans un feu vert élyséen, Alliot-Marie s’étant délibérément mise hors jeu.


          • Verdi Verdi 20 juillet 2010 13:05

            Vous avez raison Fergus. C’est la raison pour laquelle la mobilisation doit être forte du côté de l’opinion publique. Ce qui me rassure, ce sont les 25000 signatures (à ce jour) sur la pétition Médiapart pour une justice indépendante. Je crois que la pression fera céder le parquet... Les intérêts politiques d’Alliot Marie (ex-chiraquienne) ne convergent pas, à terme, avec ceux de Sarkozy. C’est là, peut-être, la clé du goulet d’étranglement Courroye !


          • olivier cabanel olivier cabanel 20 juillet 2010 13:23

            Verdi,
            bien sur,
            ce qu’il faut observer, c’est le fait que Courroye vient de signer « l’appel pour une justice indépendante », si vous avez bien lu l’article ?
            c’est une donnée importante.
            cela signifie qu’il n’est pas à l’aise dans sa situation actuelle, et qu’il voudrait se démarquer du pouvoir qui l’a nommé, à moins que ce ne soit de l’humour.
            mais je le répète, c’est très important,
            merci de votre commentaire.


          • Verdi Verdi 20 juillet 2010 14:13

            @ Olivier Cabanel

            Oui, Olivier, j’ai bien lu. Si signer la pétition « pour une justice indépendante » est pour Courroye un clin d’oeil l’humoristique, alors c’est franchement de l’humour noir ! En tout cas un rictus nerveux ! Courroye est mouillé jusqu’au cou. Il joue gros, très gros dans cette affaire.

            Il a peut-être pris conscience d’être allé trop loin, d’avoir poussé le bouchon au-delà des limites. Ce n’est plus seulement sa carrière qui est en jeu. Lui aussi est mis en cause dans cette affaire. Cà peut lui valoir à terme une lourde procédure au pénal... Il ne peut l’ignorer.

            N’oublions pas non plus qu’entre lui et la juge Déprez, c’est une longue histoire de « je t’aime, moi non plus » qui se finit par une rivalité exacerbée. Il ne supporte plus celle qui a été sa complice, notamment dans l’affaire de « Angolagate » (avec Pasqua dans le rôle titre).



          • le naif le naif 20 juillet 2010 15:55

            @ Verdi 

            C’est la raison pour laquelle la mobilisation doit être forte du côté de l’opinion publique. Ce qui me rassure, ce sont les 25000 signatures (à ce jour) sur la pétition Médiapart pour une justice indépendante. Je crois que la pression fera céder le parquet...

            Bonjour,

            Je ne voudrais pas paraitre défaitiste, mais 25 000 signatures sur un potentiel de 40 000 000 d’électeurs (à la louche) ça ne fait même pas 0.1% !!! en terme de mobilisation forte.... Ce n’est pas avec ça que le parquet cèdera !!!

            Ils vont jouer la montre et en septembre, il n’y paraitra plus, surtout si d’ici là d’autres évènements d’importances viennent occuper l’actualité.... Genre guerre en Iran, gros krach financier ou énorme catastrophe dans le Golfe du Mexique. Vous focalisez sur cette affaire, mais à moins d’un coup de théâtre, assez improbable dans la mesure ou il sera impossible de prouver la destination finale des sommes en liquide, tout cela finira en queue de poisson, comme d’habitude et jusqu’à la prochaine affaire.

            En son temps, Juppé a sauté, Chirac est resté alors, même si Woerth devait sauter, Sarkozy resterait...

            Cordialement



          • Verdi Verdi 20 juillet 2010 16:40

            @ le naïf

            Vous n’avez pas tort. Je crois cependant que les contexte Juppé et Woerth ne sont pas comparables. La question des retraites servira de caisse de résonnance si Woerth est maintenu à son poste.

            Par ailleurs, la pétition n’a qu’une semaine... et, contrairement, à vous, je pense que pour une affaire aussi sensible, avec un écho très fort à l’étranger, 26000 signatures ne peuvent être balayées d’un revers de main. Oui, dans un premier temps, avec le mépris en prime de la part du parquet (de Sarkozy).

            Mais si, comme je le pense, la pétition recueille, d’ici quelques semaines, 100000 noms, là, le message dépassera la simple protestation.

            100000 noms possibles, début septembre, réclamant une justice indépendante, précisément au moment où une mobilisation générale est programmée par les syndicats pour la défense des retraites... 

            D’ici là, d’inévitables révélations et rebondissements compléteront le tableau du Sarkogate !
            Je pense que le climat risque de s’alourdir considérablement pour Sarkozy à la rentrée.


          • liberta 20 juillet 2010 17:09

            @ Verdi
            Je crains comme vous l’enfumage permanent de Sarkozy et de ses acolytes

            Aujourd’hui, déviation des infos sur Woerth avec les médias qui se sont jetés sur l’affaire Ribéry

            Ainsi on évite les vrais sujets

            C’EST UNE AFFAIRE D’ETAT et d’ailleurs dans la presse étrangère c’est considéré comme tel

            Les ENORMES mensonges de Sarkozy et Woerth sont une atteinte à l’intelligence des citoyens et à ce titre les partis politiques doivent demander la dissolution de l’Assemblée Nationale et obliger Sarkozy, qui n’est que locataire de l’Elysée à s’expliquer mais pas avec Pujadas

            Il était déjà ridiculisé à l’étranger et si nous ne réagissons pas, les français auront beaucoup à perdre vis à vis des autres démocraties

            Nous devons intervenir près de nos députés pour que les partis politiques ne laissent pas passer l’été sans intervention

            Ala rentrée il y aura le problème des retraites qui risque de faire passer en second cet énorme scandale

            A propos des retraites connaissez vous le « Carnet vert » mis au point par la commission de Bruxelles pour proposer aux états d’adopter une loi qui régirait les annuités en fonction du rallongement de la vie (qu’eux mêmes auront fixé bien sûr)

            C’est pour l’instant une proposition qui doit sûrement faire plaisir à Sarko, ainsi, chaque pays n’aurait plus à discuter de l’âge de la retraite , c’est Bruxelles qui s’en occuperait !!!!!!!!!!




            I


          • olivier cabanel olivier cabanel 20 juillet 2010 17:53

            Verdi,
            Courroye n’est pas tant mouillé que çà,
            il va peut être choisir l’option de nommer un collège de juges d’instruction, afin de s’en sortir par le haut,
            tout ce qu’on pourra lui reprocher sera d’avoir « joué la montre »,
            et il aura beau jeu de dire que, devant la complexité du dossier, il ne pouvait faire autrement,
            enfin, on verra bien, et rapidement.
             smiley


          • olivier cabanel olivier cabanel 20 juillet 2010 17:57

            Le Naïf,
            25 000 aujourd’hui,
            qui sait à combien serons nous dans une semaine ?
            et c’est aussi la personnalité des signataires qui comptent,
            quand on voit les noms qui s’alignent, c’est impressionnant.
            si Woerth tombe, sarkozy est menacé, car contrairement a Chirac, il dirige tout, et a pris toutes les responsabilités,
            d’ou le danger de sa situation, qu’il a , à mon avis, bien compris,
            d’autant qu’il n’est pas sur que Woerth veuille, à l’instar de Juppé, porter le chapeau tout seul.
             smiley


          • Verdi Verdi 20 juillet 2010 18:36

            @ Olivier Cabanel

            Alors Courroye doit faire vite, car à lire ici et là les réactions d’éminents représentants de l’appareil judiciaire -l’avocat général Philippe Bilger l’a clairement exprimé- (sans même parler d’Eva Joly dont le point de vue ne souffre aucune ambiguïté), la crispation à l’endroit de ce procureur trop zélé, est plus que perceptible. La connivence avec Sarko passe mal. N’oubliez pas que le passage de Dati au ministère de la Justice a été (à juste titre) très mal vécu par nombre de magistrats.
            Le corps judiciaire dans son ensemble est excédé. Parcourez la liste des pétitionnaires. Les magistrats figurent en nombre.


          • le naif le naif 20 juillet 2010 18:38

            @ olivier cabanel 

            25 000 aujourd’hui, qui sait à combien serons nous dans une semaine ?
            et c’est aussi la personnalité des signataires qui comptent,quand on voit les noms qui s’alignent, c’est impressionnant.

            Bonsoir,

            Telle qu’est présentée cette liste, il est assez difficile de se faire une idée précise

            Mais pour l’avoir parcouru en diagonale, je constate qu’il y a pas mal de retraités, à contrario, je trouve que la justice ( magistrats, avocats, huissiers etc ) est assez peu représentée, idem pour les syndicats et les journalistes, sans parler des élus..... à croire que tout ce beau monde qui n’a de cesse de dénoncer le tous pourri et le populisme, ne sont pas trop concernés par l’exigence d’une justice indépendante, préalable minimum à une démocratie digne de ce nom.....

            Dans le même ordre d’idée, je suis aussi assez surpris que l’appel de JFK à ses confrères journalistes n’ait pas suscité plus de réactions....

            Certes 30 000 en une semaine, c’est pas mal, mais de deux choses l’une soit la semaine prochaine on atteint les 100 000, soit on sera à 50 000 et là la pétition n’aura pas atteint son but.

            Qui vivra, verra....

            Cordialement


          • voxagora voxagora 20 juillet 2010 11:33

            Merci pour cet article.
            Il me semble qu’on confond souvent la justice en tant que concept,
            et là on peut se demander si elle existe, et pour qui,
            et l’appareil judiciaire, qu’on expédie en l’appelant La Justice,
            et là il existe bel et bien « l’appareil » :
            il est composé des femmes et des hommes qui y travaillent.

            Combien sont réellement indépendants d’une quelconque
            ingérence susceptible de peser sur les décisions ?


            • olivier cabanel olivier cabanel 20 juillet 2010 13:25

              voxagora,
              comme je le disais aux précédents commentateurs, ce qui me semble important, c’est que le procureur courroye vienne de signer l’appel pour une justice indépendante,
              ce qui pourrait signifier un défi face au pouvoir qui l’a nommé.
              affaire à suivre.
               smiley


            • Nomade 20 juillet 2010 11:37

              Bonjour Olivier,
              Ce qui est assez drôle, c’est que les commissions rogatoires pourraient demander à la Suisse une levée du secret bancaire concernant les avoirs de L. Bettencourt en Suisse.
              Or la Suisse ne reconnaît pas le délit de financement occulte des partis et donc (elle l’a déjà dit d’ailleurs) elle ne donnera pas suite aux requêtes françaises.
              Amusant n’est-ce pas ; Woerth protégé par le secret bancaire suisse qu’il attaquait avec tant de véhémence...


              • katalizeur 20 juillet 2010 12:04

                @ l’auteur et @ nomade

                bonjour a vous et a tous...

                juste un lien vers une analyse :

                ..... 
                http://www.mecanopolis.org/?p=18783&type=1 .....


              • olivier cabanel olivier cabanel 20 juillet 2010 13:27

                Nomade,
                sauf que la Suisse, montrée du doigt par Woerth, est plutot tentée de faire toute la lumière sur l’affaire, ce qui met le ministre dans une situation pour le moins délicate,
                et puis Courroye vient de signer l’appel pour une justice indépendante,
                ce qui est énorme !
                attendons la suite.
                 smiley


              • zadig 20 juillet 2010 15:34

                Cabanel,

                Merci pour article.
                Dans cette affaire la presse Suisse (le haut de gamme) se montre très prudente.
                Elle commence à trouver (à mots couverts) que l’on parle trop de ces combines
                montées à partir du territoire helvétique.
                Car bien tous ces « resquilleurs » du fisc sont accueilli à coffres ouverts en Suisse.
                Et la suisse à peur du retour de baton. Une affaire « à la Crédit Suisse ».


              • zadig 20 juillet 2010 15:47

                A Nomade,

                Remarque pertinente, mais :
                Si on parle de blanchiment le secret bancaire ne compte plus.
                Mais seul un juge d’instruction à le pouvoir de demander des
                comptes aux banques suisses.
                Quand à la prétendue attaque de Woerth contre le secret bancaire,
                c’est une bonne plaisanterie.
                Et d’ailleurs en examinant à fond la presse suisse, on y découvre
                de discrètes allusions à des dossiers,
                concernant un haut (très haut) personnage de l’état français.

                Cordialement


              • olivier cabanel olivier cabanel 20 juillet 2010 18:16

                zadig,
                c"’est possible,
                mais les banquiers suisses ont été manifestement énervés par Woerth, et peuvent être tentés aussi bien de faire éclater toute la vérité,
                de toutes façons, avec les 3000 noms donnés, ils n’ont plus grand chose à perdre.
                et si un collège de juges est nommé, il voudra récupérer les 3000 noms, et là, çà va être très chaud.
                 smiley


              • Alpo47 Alpo47 20 juillet 2010 12:17

                On devrait pouvoir dire, en fonction des faits établis, que Courroye est là pour contenir « l’affaire ». Le dernier prétexte du Pouvoir est que ses initiatives visent à maintenir L’Oréal en France.
                Les « intérêts supérieurs », comme on dit ...
                Evidemment, les « mauvais esprits » doutent de cet intérêt et suggèrent qu’il s’agit surtout de faire oublier les enveloppes, illicites, qui ont servi à financer la campagne électorale Sarkozyste de 2007. D’autres révélations pourraient conduire le Conseil d’Etat à remettre cette élection en question (?).

                Question de survie, donc ...


                • olivier cabanel olivier cabanel 20 juillet 2010 13:28

                  Non, Alpo 47,
                  si vous avez bien lu l’article, j’indiquais que Courroye venait de signer l’appel pour une justice indépendante,
                  ce qui pourrait bien signifier qu’il se démarque du pouvoir qui l’a nommé.
                  a moins que ce ne soit de l’humour,
                  mais à ce niveau là, j’en doute.
                   smiley


                • le naif le naif 20 juillet 2010 14:08

                  @ olivier cabanel 

                  si vous avez bien lu l’article, j’indiquais que Courroye venait de signer l’appel pour une justice indépendante,
                  ce qui pourrait bien signifier qu’il se démarque du pouvoir qui l’a nommé.
                  a moins que ce ne soit de l’humour,

                  Bonjour, Olivier

                  Le lien que vous indiquez pour la signature du Procureur Courroye donne le n° 19680

                  Par curiosité, je suis allé consulté la liste Médiapart et le n° 19680 correspond à Mme Nicole TRIDARD

                  Par conséquent, le twitt, n’est qu’un Fake, attention à ne pas prendre des vessies pour des lanternes .....

                  Slts





                • olivier cabanel olivier cabanel 20 juillet 2010 18:04

                  le Naïf,
                  vous avez raison, le numéro donne bien un autre nom,
                  je me demande comment c’est possible de bricoler une fausse information, puisque pour s’inscrire, il faut donner son mail, et d’autres précisions...
                  je vais signaler la chose à médiapart pour en savoir plus long.
                  merci de votre aide pertinente.


                • ELCHETORIX 20 juillet 2010 12:21

                  Bonjour , ne sachant pas marquer les liens , voici un site qui parle des affaires de ces corrompus
                  Lire le site du LIBREPENSEUR - La chute finale  : :www.lelibrepenseur.org
                  @ l’auteur , en vous remerciant pour cet article !
                  Cordialement


                  • olivier cabanel olivier cabanel 20 juillet 2010 13:29

                    Elchetorix,
                    merci de ce lien supplémentaire,
                    cordialement aussi.
                     smiley


                  • L'enfoiré L’enfoiré 20 juillet 2010 16:34

                    Salut Olivier,
                     Je le dis à toi, parce que je te connais.
                     Combien d’articles sur AV sur cette affaires depuis ses débuts ?
                     Rine qu’aujourd’hui, compte. C’est troublant.
                     Combien d’encre, de salive, de combats...
                     Manu pulite, on a déjà connu cela en Italie.
                     Qu’en est-il aujourd’hui ?
                     Berlu est toujours là, plus fort que jamais. Je l’avais comparé à l’époque avec sarkozy.
                     Tu devrais t’en souvenir.
                     En Espagne, même chose, l’avocat qui toujours été contre les dictateurs, se retrouve au banc des accusés. Il voulait remettre en question l’amnistie.
                     En Belgique, le problème de l’amnistie revient parfois sur la table.
                     Les flamands n’en ont plus besoin. Nouvelle qui vient de tomber hier.
                     Il faudrait jeter un clin d’oeil ailleurs que vers le nombril de la France.
                     Vous vous plaigner de votre presse trop laxiste.
                     Mais vous êtes la presse. J’y pense et puis j’oublie.
                     Désolé d’avoir secouer un peu le prunier, mais il faut avoir les idées larges et la mémoire de l’emploi.
                     Tu es venu très rarement comme beaucoup d’autres sur les articles en provenance d’autres pays. Moi, j’y suis en permanence. Pourquoi ?
                     Parce qu’il y a un travail d’information à faire qui ne se limite pas qu’aux frontières.
                     Je suis parfois l’avocat du diable, mais j’aime bien lui tirer les poux.
                     Avec un pseudo comme le mien, il y a du boulot, sois en sûr.

                     Salutations sincères,
                     smiley
                     


                    • olivier cabanel olivier cabanel 20 juillet 2010 18:07

                      Guy,
                      bien sur, ton commentaire est logique,
                      cependant les choses changent,
                      le Canard Enchainé a longtemps était seul, ou presque à investiguer,
                      aujourd’hui, ils sont plus nombreux :
                      médiapart, arret sur image, et même le point qui a été le premier je crois à publier les enregistrements,
                      je ne désespère pas,
                      et j’espère que l’avenir te contredira,
                      amitiés
                       smiley


                    • L'enfoiré L’enfoiré 20 juillet 2010 18:54

                      Olivier,

                       « médiapart, arret sur image, et même le point »
                      Depuis combien de temps, crois-tu qu’ils existent ?
                      Hier ?
                      Non, ils remuent un peu plus les esprits.
                      C’est leur rôle.
                      Mais il en faut une sacré dose pour remuer les consciences.
                      Regarde ce que j’ai répondu plus bas.
                      C’est vieux comme le monde, et pourtant..
                      L’éthique, c’est ça..
                       smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès