Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Woerth - Escalettes : l’un démissionne, l’autre (...)

Woerth - Escalettes : l’un démissionne, l’autre pas

Fédération Française de Football - Gouvernement même combat ? Si la première semble avoir franchi le paroxysme de la crise avec le retour à la maison et la démission du président Escalettes, tel n’est pas le cas du gouvernement empêtré dans l’affaire Woerth avec un ministre qui rejette toute hypothèse de départ. La confusion et la suspicion gagnent le gouvernement miné par des révélations en cascade.

“Nicolas n’a rien à envier à Escalettes, ni Guéant à Domenech” aurait laché, selon Le Canard enchaîné, François Fillon au sujet de l’entretien accordé par Claude Guéant au Financial Times. “Maintenant, c’est un haut fonctionnaire qui annonce les efforts budgétaires que nous devrions faire selon lui ! Qui plus est, dans un journal anglais et sans m’en parler ! (…) Quand je vois ça, je me dis que ce gouvernement est mené comme l’équipe de France” se serait emporté le Premier ministre.

Le départ d’Escalettes est inéluctable” clamait jeudi Roselyne Bachelot. Peut-il en être autrement d’Eric Woerth ? Ses amis, Brice Hortefeux et Frédéric Lefébvre ont beau parler d’une chasse à l’homme et de harcèlement , il n’y a bien qu’eux pour ne voir aucun problème de morale publique dans la situation de l’ancien ministre du budget. “Aujourd’hui, je ne vois pas là où il y a des conflits d’intérêts” a juré la main sur le coeur le ministre de l’Intérieur.

Plus finement Alain Juppé semble avoir ouvert une porte en déclarant qu’il “est certain que la situation qui l’amène à cumuler son poste de ministre et celui de trésorier de l’UMP peut créer des difficultés“. L’ancien Premier ministre, ancien mentor de Woerth, suggère une clarification sur “ce plan-là”. Un demi sacrifice qui permettrait au ministre de sauver son maroquin. Le maire de Bordeaux estime en effet que, “pour le reste, rien n’est établi aujourd’hui et je n’ai aucune raison de changer mon jugement sur l’homme“.

La déontologie et le respect de l’image de la France exigés des sportifs ne semblent pas devoir s’appliquer à la classe politique. Les leçons de gouvernance et le mépris affichés par Jean-François Lamour à l’égard des dirigeants amateurs en sont une parfaite illustration. Tout l’enjeu des Etats généraux du football souhaités par Nicolas Sarkozy “est de faire comprendre à quelques fédérations qu’il serait bon, au risque sinon de voir exploser le sport comme on l’a vu il y a quelques jours, de modifier son mode de fonctionnement“, affirmait dernièrement M. Lamour, bien silencieux en revanche sur la situation de son collègue de l’UMP.

Directement mise en cause, Mme Woerth, épouse du ministre du Travail a pourtant reconnu dimanche, dans une déclaration au quotidien Le Monde, avoir sous-estimé le conflit d’intérêt qui consistait à devenir salariée d’une société gérant la fortune de Liliane Bettencourt au moment où son mari était ministre du Budget.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • TEO TEO 30 juin 2010 18:32

    M Escalettes n’a pas démisionné ; disons qu’il a été contraint à la démission... par le tollé dans lequel il s’est trouvé pris. Dans sa pleine acception, démissionner requiert un mouvement intérieur d’asomption de ses responsabilités et/ou de ses convictions. Or les premiers mouvements de M Escalettes montraient plutôt une envie de s’accrocher à sa place. A ce titre, il ne diffère en rien de M Woerth, contrairement à ce que votre titre, plutôt optimiste, insinue.

    Ce que révèle par ailleurs ce petit changement de perspective, c’est que le principe régulateur du rapport de nos responsables à leurs actes, est externe : c’est notre réaction à ces actes et le niveau d’exigence que cette réaction laisse transparaitre. Or il est frappant que nous sommes infiniment plus exigents vis-à-vis d’Escalettes, et plus encore vis-à-vis de Doménech et surtout des joueurs de l’équipe de France que nous le sommes vis-à-vis de Woerth et des autres responsables gouvernementaux et autres. Pourquoi ?

    La bonne interrogation, et le titre, aurait donc été : « Escalettes - Woerth : nous avons démissionné l’un, pas l’autre... »


    • KiminiCricket 1er juillet 2010 12:36

      Je serais tentée de répondre que l’un a été démissionné pour tenter de faire oublier sur les forfaitures de l’autre... mais ça n’a pas marché !


    • Passetec 30 juin 2010 21:38

      Cela est-il vrai ? 

      Si oui, Franck Ribéry a un salaire mensuel de 833.000 euros soit plus de 800 salaires de SMIC, et près de 10 millions d’euros annuels. Très sale air, en fait.

      Et le reste est du même tonneau !

      Adieu veaux, vaches, cochons, et continuez à regarder le ballon rond vous hypnotiser



      • slide 1er juillet 2010 11:19

        Tant que l’on acceptera l’idée que le salaire est fonction de ce que rapporte le joueur, et que des millions de teens allemands s’arrachent le maillot de celui qui s’est fait Zahia, alors en plus un tel chiffre sera logique - économiquement parlant.

        Vous avez tant raison de parler d’hypnose... Mais grâce à un précédent (Luis Fernandez), les prestations chômage sont désormais écrétées, et les joueurs de foot salariés en France ; trop payés et ne trouvant pas club sont les premiers à en pâtir.


      • Yohan Yohan 30 juin 2010 22:47

        J’imagine que Domenech a dû verser une petite larme devant la démarche de ses joueurs à fomenter la première grève dans un mondial de foot, 
        il est en effet loin d’être un bizut en la matière   smiley Faut pas s’étonner du mutisme de ces gens là....


        • BA 1er juillet 2010 10:54

          Affaire Bettencourt : pourquoi Eric Woerth ne dit pas la vérité.

           

          Les démentis d’Eric Woerth n’y font rien. Le ministre du Travail peine à convaincre que Liliane Bettencourt n’a pas bénéficié d’un traitement de faveur du fisc lorsqu’il était ministre du Budget.

          Mediapart publie de nouveaux extraits sonores des enregistrements pirates réalisés chez la milliardaire. Et reprend en détail la chronologie.

           

          Extrait ci-dessous : le 29/10/2009, Patrice de Maistre, gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, et ses relations avec Eric Woerth :

           

          « Et j’ai fait venir le ministre Eric Woerth. Bon. Voilà. Alors c’est le mari de madame Woerth que vous employez, qui est une de mes collaboratrices, qui n’est pas très grande. Mais lui est très sympathique. Et c’est notre ministre du Budget. Et c’est lui qui a permis à l’Institut de récupérer le bâtiment dans lequel on va faire l’auditorium. Et il est très sympathique. Et en plus, c’est lui qui s’occupe de vos impôts. Donc, je trouve que c’était pas idiot. Voilà. C’est le ministre du Budget. Donc, voilà. C’est un homme très sympathique. C’est un ami. »

           

          Ci-dessous, Patrice de Maistre, le 23 avril 2010, à propos du conflit d’intérêts de Florence Woerth :

          « Je me suis trompé quand je l’ai engagée. C’est-à-dire qu’en fait, avoir la femme d’un ministre comme ça, ce n’est pas un plus, c’est un moins. Je me suis trompé. Pourquoi ? Parce que comme vous êtes la femme la plus riche de France, le fait que vous ayiez une femme de ministre chez nous, tous les journaux, tous les trucs disent : « Oui, tout est mélangé, etc. » Bon. J’avoue que quand je l’ai fait, son mari était ministre des Finances (du Budget, NDLR), il m’a demandé de le faire. Je l’ai fait pour lui faire plaisir. »

           

          http://www.mediapart.fr/journal/france/280610/bettencourt-pourquoi-eric-woerth-ne-dit-pas-la-verite


          • BA 1er juillet 2010 11:45

            Quand Eric Woerth dînait avec Liliane Bettencourt.

            Un simple scellé, dans les centaines de documents judiciaires liés à l’affaire Bettencourt. Il s’agit du journal intime de Martin d’Orgeval, un photographe, très proche de François-Marie Banier, et donc de Liliane Bettencourt. Une date y est consignée : « 30-01-08 : Liliane reçoit le ministre du Budget à dîner Eric Woerth ».

             

            « Liliane », c’est donc Mme Bettencourt, première contribuable française, qui doit recevoir, ce 30 janvier 2008, dans son hôtel particulier de Neuilly-sur-Seine, Eric Woerth.

            Sept jours plus tôt, le 23 janvier 2008, Eric Woerth a remis, à Bercy, les insignes de la Légion d’honneur à Patrice de Maistre, le gestionnaire de la fortune de Mme Bettencourt. M. de Maistre n’est autre, à l’époque, que l’employeur de Florence Woerth.

             

            http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/07/01/quand-eric-woerth-dinait-avec-liliane-bettencourt_1381386_823448.html

             

            Le ministre du Budget Eric Woerth avait demandé à Patrice de Maistre d’embaucher son épouse, Florence Woerth.

             

            Patrice de Maistre avait accepté : le 12 novembre 2007, Florence Woerth intégrait la petite entreprise qui gérait la fortune de Liliane Bettencourt. Elle gagnait 180 000 euros nets par an, soit 15 000 euros nets par mois (Le Canard Enchaîné, mercredi 30 juin 2010, page 3).

            Patrice de Maistre déclarait à Liliane Bettencourt, le 23 avril 2010, à propos du conflit d’intérêts de Florence Woerth :

            « Je me suis trompé quand je l’ai engagée. C’est-à-dire qu’en fait, avoir la femme d’un ministre comme ça, ce n’est pas un plus, c’est un moins. Je me suis trompé. Pourquoi ? Parce que comme vous êtes la femme la plus riche de France, le fait que vous ayiez une femme de ministre chez nous, tous les journaux, tous les trucs disent : « Oui, tout est mélangé, etc. » Bon. J’avoue que quand je l’ai fait, son mari était ministre des Finances (du Budget, NDLR), il m’a demandé de le faire. Je l’ai fait pour lui faire plaisir. »

            http://www.mediapart.fr/journal/france/280610/bettencourt-pourquoi-eric-woerth-ne-dit-pas-la-verite

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès