Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Woerth suicide Sarko

Woerth suicide Sarko

Le projet de réforme des retraites proposé par le curé Woerth est pire que ce qu’on attendait. Ou plus exactement, il est le poignard qui signe la future défaite assurée de l’UMP aux présidentielles 2012 qui depuis le 16 juin 2010 s’est transformée en un suicide collectif.

Un peu à l’image de celui que semblent commettre ces phoques que parfois l’on retrouve morts sur la banquise pour d’obscures raisons. Cette pseudo réforme ne règle rien et pue l’inéquité.

Manquant totalement de courage, le gouvernement français n’a pas voulu voir qu’il ne faisait que passer la patate chaude à ses successeurs sans résoudre aucun des problèmes urgents et cruciaux.

La France possède le record du monde la productivité horaire, disent les statistiques, mais simplement parce qu’elle est la nation qui travaille le moins d’heures et le moins longtemps. Si elle veut continuer de s’offrir un luxe débile, elle devait prendre des mesures beaucoup plus drastiques qui permettent de financer ses continuels vacances, ponts, RTT et autres longs weekends.

Et ces mesures passaient non seulement par un relèvement de l’âge de la retraite à un niveau comparable en mesure européenne, mais aussi par un doublement au moins des cotisations et la suppression pure et simple et immédiate de tous les régimes spéciaux et de toutes les différences entre secteurs public et privé. En plus, pour imaginer financer ce bastringue, il était nécessaire aussi d’affecter au moins les 2/3 des 80 milliards annuels futilement dépensés pour payer les syndicalistes et autres pseudo frais de formation professionnelle à un vrai but de prévoyance sociale.

Enfin, ce n’est pas à quelques points qu’il fallait taxer bonus et autres cadeaux, mais à 50 %, ces mêmes montants n’étant par ailleurs pas déductibles fiscalement au niveau de l’entreprise qui les accorde. Enfin il aurait fallu que l’on invite le Français moyen à travailler plus, non pas pour gagner plus, mais pour tenter de devenir compétitif en valeur internationale et de sortir de la France Moulinex-Hauts fourneaux-pneumatiques-La Mère Denis.

La France se traîne et n’a pas de croissance et son avenir est sombre sur ce plan. Or la croissance passe par le travail qui lui même permet de financer les retraites. On sait donc que Sarkozy ne fera pas de deuxième mandat. Et c’est tant mieux, tellement sa personnalité détonne dans le paysage politique européen.


Moyenne des avis sur cet article :  1.87/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 22 juin 2010 10:17

    Que Sarkozy ne soit pas réélu, importe peu à ceux qui « tirent les ficelles ». DSK est en train de monter dans les sondages, c’est leurs journaux qui le disent, et lui, travaillera encore plus et mieux que son prédécesseur à défendre leurs intérêts.

    Tout va pour le mieux pour nos « élites » prédatrices.


    • Gabriel Gabriel 22 juin 2010 10:31

      Bonjour Alpo47.

      Espérons un sursaut citoyen pour que les vieux parjures de droite comme de gauche avec leurs vieilles recettes figurant sur leurs menus capitalistes ne viennent pas finir sur nos tables. Nous sommes collectivement responsables des ordures choisis par vote. Que penser des gens comme Balkany reconduit à leur poste d’élections en élections ? Si le citoyen n’est pas coupable, qui l’est ? Amicalement.


    • Radis Call 22 juin 2010 10:35

      Ce qu’il nous faudrait , c’est un bon libertarien qui prendrait les commandes...

      Une sorte de croisement entre Thatcher et Pinochet ...

      Vous n’avez pas ça en Suisse ?


      • non666 non666 22 juin 2010 10:38

        Reformer les retraites est NECESSAIRE.
        Acrediter l’idée que c’est ça qui fait chuter Sarkozy et l’UMP est un mensonge.
        Ce n’est pas l’action necessaire qui est la cause de leur echec, c’est tout le superflu qui a précédé, toute la demagogie envers les Bettencourt et autres grandes fortunes, tout l’aplat ventrisme envers les interets anglo-saxons et israeliens.
        Cette reforme des retraites est necessaire.
        On peut discuter des solutions retenues car elles sont contestatbles et visent de fait a transmettre le pouvoir aux banques et compagnies d’asurance.
        Mais dire que c’est la cause de l’echec de l’UMP, c’est un mensonge.

        C’est notre "courage dans la reforme qui nous tue ! hurle les bling bling, les truands de l’evasion fiscale , les vendeurs de vaccins par 85 millions de dose....


        • Radis Call 22 juin 2010 11:05

          Tout cela est bien vrai : ce n’est pas un Jean-Marie Lepen qui aurait fricoté avec les grandes fortunes de notre pays...

          Ce mec là, c’est le dévouement même ,la gentillesse incarnée , tout au service du peuple...

          Et ceux qui pensent le contraire ce sont de mauvais français .


        • sonearlia sonearlia 22 juin 2010 12:40

          Reformer les retraites est NECESSAIRE.

          Dans quel sens ?


        • sonearlia sonearlia 22 juin 2010 11:07

          L’auteur se dit rédacteur indépendant, visiblement il ne l’est pas assez.


          • Fergus Fergus 22 juin 2010 11:29

            Pas assez, c’e’st un euphémisme !!!


          • liberta 22 juin 2010 11:46


            Je ne suis pas d’accord avec l’auteur--------------Il est reconnu que le « français moyen comme vous dites » est le plus productif de l’union européenne
            remettre en cause les RTT et congés peuvent être discutés dans le cadre où des horaires allongés permettraient moins de stress au travail donc moins de suicides et non accroitre les résultats financiers pour les entreprises


            • HELIOS HELIOS 22 juin 2010 12:03

              Il faut regarder la nature humaine pour comprendre ce qu’il ne va pas.

              Mais par contre, des articles comme celui là qui raconte n’importe quoi --- excusez-moi, l’auteur --- en laissant entendre que ce sont nos vacances qui plombe la France, c’est apres la confiscation du travail maintenant la tentative de confisquer les loisirs.

              Je dis « excusez moi l’auteur » parce qu’il est apparement dans le droit fil de l’enfumage. Quand on rentre dans la demarche suivie actuellement il est legitime de penser que les loisirs sont catastrophiques pour la nation, mais ce sont les premisces qui sont fausses et qui font qu’il se permet d’ecrire une telle connerie.

              Parcequ’au fond, quand le travaile est gratifiant, au sens propre comme au sens figuré les gens travaillent, même plus qu’il n’est nécessaire.
              Posons nous la question du « pourquoi » le travail n’est pas gratifiant, aujourd’hui ?


              La aussi c’est tres clair : la repartition de la richesse, la modification, du mode de production, c’est a dire l’entreprise deresponsabilisée, et le modele donné par ceux qui resussissent dont des facteurs terriblements perturbateurs.

              Pour tout cela, je n’ai helas qu’une seule proposition à faire, qui est le retour sur quelques points de la constitution et le remise en marche de l’ETAT DE DROIT !
              Alors, evidement, cela n’est pas tout a fait suffisant, il faut associer cela de quelques mesures qui ouvrent les options de developpement, comme :

              1) la reprise en main de la politique par le peuple, qui lui a été confisqué, c’est adire
              - non cumul dans l’espace et dans le temps pour donner plus de responsabilités et d’implication a plus d’élus et limiter l’effet « mafia »
              - verrouiller les indemnites et defraiement a un plafond contextuellement acceptable.
              - mettre en place une autorité collegiale pour evaluer a priori et a posteriori l’action des elus (et faire de même pour l’administration)

              2) la reprise en main economique et la prévalence de l’etat sur ces acteurs économiques car contrairement a ce que je lis souvent, l’Europe et ses traités ne nous obligent pas a tout et n’importe quoi.
              - la modification des regles comptables et l’interdiction de la consolidation des activités pour determiner les prix de ventes
              - l’application des regles anti-trust (defauts concurrentiels)
              - mettre en place une sorte de « tribunal » chargés d’examiner les plaintes d’autres entreprises avec le pouvoir d’investigation dans les entreprises mises en causes.

              3) la maitrise sociale en initiant un certain nombre de regles a examiner en guise de referentiel avant l’application de toutes mesures ( privées ou publiques) ayant un impact sur la societé en général et l’interet du pays, bien entendu.

              Ceci est un rapide survol, mais il y a beaucoup d’autres mesures plus profondes ou de simples ajustement. La reconciliation, par exemple de la police avec les populations, mais aussi celle de l’administration avec les administrés etc...

              Le cas de Woerth n’aurait pas eu lieu, mais je pense même que ni Segolène Royal, ni Niciolas Sarkozy, tels que nous les connaissons, n’auraient même jamais été candidats.

              En bref, il faut redonner une âme a la France, âme qu’elle a dooné sans contrepartie au dieu argent.

              Bonne journée.


              • Verdi Verdi 22 juin 2010 12:39

                Une démonstration de plus de l’idéologie capitaliste ultralibérale à laquelle les « puissants » de ce monde tente de convertir la planète. Par quel bout de la lorgnette veut-on absolument nous faire voir les choses : exclusivement celui qui va donner tous les leviers aux banquiers et assureurs qui piaffent d’impatience de s’engouffrer dans le marché juteux de la retraite par capitalisation. Toutes les gesticulations comptables pour nous prouver que le régime de retraite est en faillite ne tiennent pas. La preuve du contraire a été maintes fois exposée, notamment sur AV. De fait, la réforme de Sarkozy s’inscrit le plus logiquement du monde dans son entreprise de démolition complète des régimes de protection sociale français, lesquels ont l’énorme inconvénient pour les autres pays capitalistes, non seulement d’avoir amélioré la condition de vie de millions de personnes depuis la Libération, mais également, d’être gérés largement aussi bien que des systèmes privés. Un très mauvais exemple, donc, que ce système français, qu’il faut impérativement éradiquer. Heureusement, le sauveur Sarkozy est arrivé, il va se charger de la sale besogne...


                • Rudolph 22 juin 2010 14:32

                  Tout à fait d’accord, arrêtons de regarder ce pb par le petit bout de la lorgnette !
                  Et si tous les chômeurs français travaillaient au lieu de chômer il n’y aurait aucun allongement du temps de travaille nécessaire pour financer les retraites ! Donner la dignité du travail à tous, là est la solution ! Mais c’est là que doit intervenir la compétence politique, il ne faut pas donner du travail de merde quand il y a déjà tant de choses indispensables à faire comme réindustrialiser nos pays corrompu par la société de service et est longtemps passé par la Chine pour être son atelier. Je suis donc pour un protectionnisme intelligent en pissant sur toutes les théories économiques de Ricardo.
                  Vu comme on est parti, quand on voit les projets de reprise pour la Bretagne par exemple et le port de Brest, on propose à la région de devenir un haut lieu de tourisme pour Parisiens, Brest un port de plaisance au mépris de tout le savoir-faire industriel en télécommunications par ex pour ne citer que lui. L’empire Bolloré et les drapeaux qu’il fait flotter à Venise, premier haut lieu de la finance dans l’histoire du monde n’y est peut-être pas un hasard. Je suis Parisien et non Breton, je ne défend pas ma paroisse (à part un sentiment patriote pour mon pays).

                  Donnons du travail aux gens ! Faisons parler le génie scientifique de notre terre d’ingénieurs ! Faisons de la science et arrêtons de former des financiers véreux qui viennent peupler en masse la city de londres ! Et à plus long terme, oui à la conquête spatiale, la fusion thermonucléaire, à l’avenir et à la fierté de participer à l’histoire du monde ou nous ne serons à l’image de la grèce plus qu’un musée de la civilisation que viendront visiter les Chinois qui eux font tout ce que je viens de vous dire avec le retard de donner un bon niveau de vie à tous ses citoyens.


                • furio furio 22 juin 2010 12:54

                  L’avis d’un suisse sur la France, c’est un peu le recèleur qui trouve que ses (clients) truands ne font pas assez d’affaires.


                  • PtitLudo PtitLudo 22 juin 2010 13:39

                    Encore un article sur les retraites qui réussit le tour de force à ne pas dire un mot à propos du problème du chômage => poubelle


                    • Traroth Traroth 22 juin 2010 14:23

                      Excellent plan pour devenir compétitif avec les Chinois ! C’est à dire pour faire en sorte que chaque Français « d’en bas » n’ait plus qu’un bol de gruau (le riz sera trop cher) par jour.
                      Personnellement, je n’aime pas le gruau. Donc je préfère qu’on trouve un moyen de soutenir notre économie qui ne oblige pas à devenir compétitif avec les Chinois...


                      • Vipère Vipère 22 juin 2010 14:35

                        Bonjour,



                        Kalvin, ne seriez pas entrain de réhabiliter le travail forcé ?


                        • Vipère Vipère 22 juin 2010 14:50

                          D’accord, les suisses ne délocalisent pas leurs coffre-forts ni leurs productions de chocolat, pas plus que celle de leurs rolex, en Chine. 

                          A l’instar, des patrons français à tendance, mondialistes, les suisses, plutôt nationalistes protègent leurs brevets et ne se font pas copier leurs produits par les chinois.

                           

                           


                          • Kalki Kalki 22 juin 2010 15:32

                            "La France se traîne et n’a pas de croissance et son avenir est sombre sur ce plan. Or la croissance passe par le travail qui lui même permet de financer les retraites."

                            Au moyen age peut être, et encore : le réalisme arbitraire de la vision économique s’effondre, dans un trou noir.

                            On meure tous un jour, mais certains mourront de leurs idées, dépassées et nocives.


                            • BA 22 juin 2010 20:45

                              Ce lundi 21 juin, jour de la fête de la musique - celle-ci grince plutôt à nos oreilles - Mediapart a mis en ligne, audible par tous, une copie de l’enregistrement des fameuses conversations entre le chef d’orchestre financier de madame Bettencourt et madame. Cette conversation date du 4 mars 2010. La voici ci-dessous (Médiapart) :

                              En voici la transcription - on peut supposer sans grands risques de se tromper que madame Bettencourt signe des chèques (les prépare ?) en écoutant cet enregistrement et en tenant compte des paroles, des arrêts, des questions et des réponses - :

                              Le gestionnaire :

                              Valérie Pécresse c’est la ministre de l’ens… de la recherche

                              Madame B :

                              inaudible

                              Le gestionnaire :

                              elle fait la campagne pour être présidente de Paris. Elle va perdre

                              Madame B :

                              elle va perdre

                              Le gestionnaire :

                              mais il faut que vous la souteniez

                              Madame B :

                              oui

                              Le gestionnaire :

                              et c’est des sommes très mineures

                              Madame B :

                              inaudible

                              Le gestionnaire :

                              c’est des petites sommes

                              Madame B :

                              oui

                              Le gestionnaire :

                              elle va perdre mais il faut quand même qu’on montre que vous la soute…

                              Madame B :

                              pourquoi elle va perdre ?

                              Le gestionnaire :

                              soupir j’sais pas.

                              Madame B :

                              il faut lui montrer (peu audible approximatif)

                              Le gestionnaire :

                              il faut quand même lui montrer votre soutien. Le deuxième c’est le ministre du budget

                              Madame B :

                              ça me dit quelque chose

                              Le gestionnaire :

                              oui c’est le ministre du budget

                              Madame B :

                              c’est ça

                              Le gestionnaire :

                              il faut aussi l’aider. Le troisième c’est Nicolas Sarkozy.

                              Madame B :

                              (?) je fais pour Pécresse

                              Le gestionnaire :

                              voilà et c’est ce n’est pas cher

                              bruits de fond (madame B doit regarder le dossier et commencer à signer)

                              Le gestionnaire :

                              alors

                              Madame B :

                              (?) cette somme-là

                              Le gestionnaire :

                              c’est le maximum légal.

                              bruits de fond (elle signe vraisemblablement)

                              Voilà. Voyez c’est 7 500 (il doit lui montrer le montant du chèque). C’est pas très cher.

                              le temps s’écoule (elle signe).

                              Vous savez en ce moment il faut qu’on ait des amis.

                              le temps s’écoule

                              Bon ça c’est euh Valérie Pécresse.

                              le temps s’écoule. On entend semble-il des pages tourner.

                              Ca c’est Valérie Pécresse (plus bas)

                              le temps s’écoule

                              Ca c’est Eric Woerth

                              Madame B :

                              c’est qui ?

                              Le gestionnaire :

                              Eric Woerth, le ministre du budget

                              Madame B :

                              inaudible

                              Le gestionnaire :

                              Voilà. et si vous voulez je pense que c’est bien, c’est pas cher, et ils apprécient.

                              on entend les pages tourner

                              Madame B :

                              On ne peut pas arrêter (?)

                              Le gestionnaire :

                              Voilà. Alors ça c’est fait (plus bas).

                              Madame B :

                              inaudible

                              Le gestionnaire :

                              là c’est

                              Madame B :

                              Nicolas Sarkozy

                              Le gestionnaire :

                              C’est fait, c’est dedans

                               

                              Dans cet enregistrement on ne peut que tomber à la renverse. Le gestionnaire, d’après ce qui est dit ici propose de verser de l’argent à trois personnes, le maximum légal selon lui. Nous sommes le 4 mars 2010. En pleine campagne des régionales. Deux sont candidats : Pécresse et Woerth.

                              Outre le fait qu’il est peu démocratique du fait des avantages de notoriété et des moyens mis à disposition qu’un ministre soit candidat, de plus bafouant la séparation des pouvoirs tout en se moquant des électeurs puisqu’ils ne siègeront pas étant élus, sinon il n’assistera pas comme madame Lagarde tout en touchant sa rémunération, il est fort peu moral de financer la campagne d’un ministre qui a une autre fonction que celle de candidat. Le gestionnaire le dit clairement : « on a besoin d’amis ».

                              On finance donc l’amitié politique. Mais le plus extravagant qu’on ne peut pas laisser passer, et que l’affaire Woerth pourrait étouffer, se résume à quelques questions majeures qui pourraient soulever un scandale maximal, sachant que Nicolas Sarkozy n’étant pas candidat n’a donc pas de compte de campagne. Si cet enregistrement dit les faits :

                              Pourquoi a-t-on versé de l’argent à Nicolas Sarkozy ?

                              A quoi correspond ce versement ?

                              Comment légalement a-t-il pu encaisser cette somme ?

                              Nicolas Sarkozy doit s’expliquer au plus vite sur cet argent si ce que dit cet enregistrement sans aucune ambiguïté est le reflet de la vérité. La presse ne semble pas s’intéresser à ce versement hallucinant et fait comme si dans cet enregistrement seul les deux candidats étaient concernés, candidats qui peuvent légalement toucher des dons, candidats qui cacheraient une forêt. Or Nicolas Sarkozy est cité deux fois directement, et une fois dans l’allusion : « c’est fait, c’est dedans » (il s’agit du versement pour lui).

                              Si on doit demander des explications à Eric Woerth, il me semble que l’on doit en demander aussi à Nicolas Sarkozy et avec la plus grande fermeté et la plus grande persévérance. La barque se charge de jour en jour.

                               

                              http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/quel-est-donc-ce-cheque-donne-a-77273


                              • jjwaDal jjwaDal 22 juin 2010 20:54

                                La France est exactement dans la moyenne européenne pour la durée moyenne annuelle de travail (1600h) et ce sont surtout le Japon et les USA (1800 heures) qui sortent du lot.
                                Dira-t’on que le problème des retraites (le 401k et autres) est mieux géré aux USA ? On sait que non et on a sous les yeux tous les bénéfices à attendre des modes alternatifs de financement des retraites. Combien de retraites massacrées aujourd’hui aux USA car jouées en partie à Wall Street et disparues dans des poches profondes...
                                Vous oubliez volontairement l’évolution démographique et le détournement massif des gains de productivité depuis le début des années 80 par le capital.
                                En 20 ans la part des salaires dans le PIB a décru de 9,3% ce qui équivaut à une perte de 100 milliards d’euros/an. Or les prélèvements pour les caisses de retraite sont assis sur la masse salariale. CQFD...
                                Il est édifiant que vous ne le mentionniez pas.
                                La course à la médiocrité que vous espérez serait inévitablement adopté par nos concurrents (européens par ex) et les détenteurs de capitaux y gagneraient. Quid des travailleurs européens ? Comment se fait-il que les allemands « réussissent mieux » en travaillant autant ? Plus productif encore ?
                                Ceux qui ont mis les travailleurs occidentaux directement en compétition avec les ouvriers chinois savaient fort bien ce qu’ils faisaient ? Pourquoi l’a-t’on fait selon vous ?
                                Pour notre bien ? A d’autres...
                                Nous vous faisons l’honneur de commenter cette oeuvre détestable, vous pourriez avoir le courage de répondre à vos détracteurs.


                                • ddacoudre ddacoudre 23 juin 2010 04:35

                                  bonjour

                                  si tu poursuivais ton raisonnement jusqu’à son terme, il te conduirait a réinventer l’e servage.

                                  il y a une parfonde transformation socio économique qui remettra en question les schémas consensuel et dogmatique que tu développes. des pouvoir se sont installés sur ce champs comptable et comme tout possésseur de pouvoir ils ne l’abandonneront que contraint.

                                  http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=76920 dans cet article je résume succinctement notre défi à venir.
                                  cordialement.


                                  • BA 28 juin 2010 08:20

                                    Concernant Eric Woerth, Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre, Robert Peugeot, et la fraude fiscale, voici un article très intéressant. Nous avions appris que Patrice de Maistre et Robert Peugeot avaient été décorés de la Légion d’Honneur par Eric Woerth. Nous apprenons aujourd’hui qu’ils sont de généreux donateurs de l’UMP :

                                    L’homme de confiance, le ministre et les chasseurs.

                                    Chasseurs et donateurs à l’UMP : Patrice de Maistre, le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, fait partie de ces amis « remerciés » en 2008 par Eric Woerth.

                                    Photo en tête de l’article : fin 2003, dans le sud de l’Espagne, Patrice de Maistre à l’issue d’une chasse aux cerfs. En compagnie, juste derrière lui, de Robert Peugeot.

                                    Le dîner a eu lieu au printemps 2008 dans un des hôtels particuliers de la République, rue de Lille. L’hôtel de Seignelay, ancien ministère du Commerce, est aujourd’hui utilisé par les trois ministres de Bercy (Economie, Budget, Industrie) qui peuvent en disposer à tour de rôle. Le jardin, juste derrière le musée d’Orsay, est agréable. Un petit coin d’histoire de France : Coco, le dernier chien de Marie-Antoinette, y est enterré. Ce soir-là, c’est Eric Woerth, ministre du Budget, qui régale. Mais c’est avec sa casquette de trésorier de l’UMP qu’il a lancé l’invitation.

                                    Sont conviés à sa table une douzaine de généreux donateurs du parti, accompagnés de leurs épouses. Aux côtés de son mari, Florence Woerth reçoit son employeur, Patrice de Maistre, 61 ans, le gestionnaire de la fortune de Liliane Bettencourt, accompagné de son épouse Anne. Les deux couples se connaissent. Le 23 janvier 2008, Patrice de Maistre a été décoré de la Légion d’honneur à Bercy, par le ministre du Budget en personne.

                                    Sont également invités ce soir-là un ancien de la banque Rothschild, plusieurs autres financiers, un homme d’affaires de l’immobilier, un industriel alors en délicatesse avec le fisc, et Robert Peugeot, PDG de FFP, la holding qui contrôle la participation de la famille dans PSA.

                                    Point commun de ces invités, outre leur surface financière et leur aide à l’UMP ? La chasse. Les hommes autour de la table sont de fines gâchettes.

                                    « Ils forment un petit club très fermé. Comme la plupart des gens vraiment fortunés, ils fuient la une des journaux. Et s’échappent de Paris le plus souvent possible en Falcon pour assouvir leur passion commune », confie l’un des invités au dîner. Une passion dévorante qui les emmène aux quatre coins du monde. En Tanzanie, un des rares pays africains où est encore possible de pratiquer la chasse aux grands fauves ; au Canada, où le beau-père de l’un d’eux a un territoire de chasse grand comme la Belgique ; dans les ex-pays de l’Est, à la chasse à l’ours et à l’ibex ; dans le sud de l’Espagne ou l’Ecosse, à traquer de grands cerfs.

                                     

                                    Certains, comme Robert Peugeot, ont déjà tué des lions… Patrice de Maistre tire plus modestement le sanglier aux abords de sa propriété de Brinon-sur- Sauldre, en Sologne.

                                    « On s’était gentiment moqué de lui parce que sa première chasse manquait un peu de rabatteurs », raconte un des invités. En clair, Patrice de Maistre n’est pas le plus aisé, même si, avec son aïeul, le philosophe Joseph de Maistre, penseur de la contre-révolution, il a de belles lettres de noblesse. Originaire de Mulhouse, puis diplômé de l’IEP de Paris et de comptabilité, « Patou » est un passionné de voile, initié par son père à la régate en Méditerranée. Etudes faites, il épouse Pascale Bru, la fille de Roland Bru, un riche entrepreneur, propriétaire forestier du Gabon des années 1950, homme des réseaux Foccart. « Patrice et sa femme Pascale ont eu un grave accident de voiture en allant à Courchevel. Malgré leurs trois enfants, ils se sont ensuite éloignés », raconte une ancienne connaissance du couple. En 1981, le descendant de l’historien épousera en seconde noce Anne Dewavrin, divorcée de Bernard Arnault, qui n’a pas encore fondé LVMH.

                                    Depuis, ils partagent leurs vacances entre la propriété en Sologne, la maison d’Anne à Saint-Tropez, et le bateau. « Mais Anne n’aime pas trop la voile et Patrice pas trop Saint- Tropez… » En 2001, quittant Deloitte & Touche, le grand cabinet parisien d’expertise comptable, où il certifiait les comptes de L’Oréal, Patrice de Maistre crée sa société, Eugénia, du nom de sa fille, avec pour seule cliente Liliane Bettencourt. Puis en 2003, il entre au service exclusif de la femme la plus riche d’Europe : le voilà propulsé directeur général de Clymène et Thétys, les deux holdings chargé de la fortune de Liliane Bettencourt.

                                     

                                    « Patrice est homme gentil et discret. À côté des autres chasseurs, il a longtemps fait figure de second rôle. En fait, il n’est entré dans la cour des grands qu’avec son mariage avec Anne et après avoir pris ses fonctions aux côtés de Liliane Bettencourt », confie cette source. Sans les écoutes opérées par le majordome, révélées par Mediapart, voilà dix jours, la notoriété de Patrice de Maistre n’aurait pas dépassé le cercle de ses amis chasseurs.

                                    A écouter les enregistrements pirates, il semble au centre de la fraude fiscale. Celui qui déplace des comptes suisses « à Singapour » ou en Amérique latine… Ces démentis seront-ils suffisamment solides ?

                                    Il s’occupe du cas de l’île d’Arros, cette île bien réelle, mais dont le véritable propriétaire semble être un fantôme aux yeux du fisc français. Pour d’autres, il serait chargé de nettoyer des pratiques antérieures à son arrivée. En réaction aux écoutes, cette semaine, Liliane Bettencourt a annoncé qu’elle se mettrait en conformité avec le fisc. « C’était inévitable, intenable pour les impôts qui ne pouvaient pas ne pas s’en mêler », nous confiait en milieu de semaine une source à Bercy.

                                    Dans Le Figaro de samedi, Patrice de Maistre s’explique à son tour. Il dit avoir « découvert en novembre dernier » l’existence d’un compte suisse « ancien » et « jamais déclaré » et assure que sa cliente n’est que « locataire » de l’île d’Arros. Il affirme n’avoir, quant à lui, « jamais participé à aucun transfert d’argent entre la France et un paradis fiscal ». Ces démentis seront-ils suffisamment solides face aux dégâts provoqués par les enregistrements sauvages ? En tout cas, le chasseur, en quelques jours, est devenu gibier.

                                    http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/L-homme-de-confiance-le-ministre-et-les-chasseurs-203208/


                                    • furio furio 28 juin 2010 09:39

                                      Faites comme BETTENCOURT, PEUGEOT, etc...achetez la machine à laver « WOERTH » !!!
                                      « WOERTH » lave plus blanc votre argent sale et le fait sécher aux Seychelles !!


                                      • furio furio 28 juin 2010 09:40

                                        Oh ! mais que vois-je cet article est un best off !!!! Le best des MOINS !!


                                        • furio furio 28 juin 2010 09:41

                                          Ah ! oui je comprends, la Suisse...oui c’est les Seychelles en pire, le soleil en moins !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès