Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Xavier Darcos, XXXL

Xavier Darcos, XXXL

Xavier Darcos, ministre du travail et de la lutte des classes, a toutes les qualités.
 
Il a un talent fou.
Il lance des passerelles.
Il sait tout faire.
 
Il a voulu être fossoyeur au ministère de l’Education nationale, et à son nouveau poste, il renouvelle son fond, comme il le montre dans une interview parue dans le Figaro le 14/12/2009, où il assure à la famille derrière la dépouille encore fumante que « Les 35 heures pour tous sont enterrées ».

 
Médecin du travail malgré lui, il dit que la réforme des 35h, « perverse », « pas non plus adaptée à la compétition internationale », « a généré du stress pour les salariés qui doivent faire en 35 heures ce qu’ils faisaient avant en 39 ». C’est de la faute des 35h, pas des employeurs.
 
Lunetier, il corrige notre regard : la réforme des 35 heures donnait une « vision archaïque, post-soixante-huitarde » de la société, ce qui en rajoute sur la vision dantesque et afflelou de Nicolas, qui accusait mai 68 d’avoir « liquidé l’école de Jules Ferry », « introduit le cynisme dans la société et dans la politique » et « abaissé le niveau moral de la politique  » « imposé le relativisme intellectuel et moral ». Tiens ! Déjà l’ordre moral. Et encore et toujours la faute à 68, date à laquelle commençait à entrer dans la carrière quand ses ainés n’y étaient plus, partis dans la rue ou perdus dans leurs souvenirs, le jeune Xavier Darcos comme professeur agrégé de lettres. Classiques, bien entendu.
 
Créateur de bonheurs, il affirme que la « ...défiscalisation et l’exonération des charges sur les heures supplémentaires de la loi Tepa ont donné aux salariés qui le souhaitent la possibilité de travailler plus  ».
 
Comme il avait des aptitudes de démolisseur, il aurait bien voulu lui-même casser le Code du Travail, à propos duquel il se glorifie qu’il « ne compte plus que 34 articles, au lieu de 73, sur la durée du travail. »
 
Sur ce scoop, Médiapart a dû se faire griller.
 
Il dit plein de trucs, Xavier. Comme Nicolas. Mais il oublie de dire que 5000 salariés perdent leur emploi chaque jour et vont visiter les files d’attente d’un Pôle emploi lexiqué et de plus en plus privatisé. La boucle est ainsi bouclée : ceux-là même qui dans le système fabriquent les malades en sont les médecins.
 
Personnage complexe et attachant, Xavier est homme public, ce qui nous autorise à l’aimer pour ce qu’il est et ce qu’il suggère dans les faits, sur ce qu’il aurait aimé être.
 
Il aime bien la belle sape Xavier. Elégant sur lui, l’habit, cependant, il veut le même pour tous. Il aurait pu être tailleur-créateur. Ce qui explique qu’il soit partisan de l’uniforme à l’école. Débatteur avant l’heure sur l’identité nationale, il dit que c’est un « facteur d’intégration ».
 
On voit vite, par ce penchant, qu’il aurait aussi pu être militaire Xavier Darcos, dans une vie antérieure : "La guerre éclair est une nécessité dans l’Education. Si on ne va pas vite, on ne fait rien.".
 
Ou policier. A l’éducation Nationale, il voulait de la fouille, des « forces mobiles d’agents ».
 
Ou serrurier, pour poser des cadenas sur des portes ouvertes.
 
Il sait tout faire. Danseuse mondaine dans le lip dub de l’UMP, il fuit les mondanités. Il est normal, lui : il n’est pas syndicaliste, puisqu"Il y a, d’un côté, les gens normaux, de l’autre, les syndicalistes". Et ceux de la dance de Saint Guy ? "L’insulte en politique comme mode de communication ?" Oui, justement.
 
Il aurait pu être clown. Il avait de belles dispositions, mais ce n’était gagné d’avance, tant la concurrence est rude.
 
Mais ne souriez pas trop. On me dit qu’il faut se méfier de deux choses par les temps qui courent : sûrement de Xavier Darcos et peut-être aussi des commentaires sur les billets blogs de Médiapart.
 
Blogueurs de tous endroits, méfions nous plus encore de Xavier. Parce que s’il renouvelle son intention (à l’instar de ce qu’il a voulu faire à l’Education Nationale ) de fliquer internet pour repérer les vilains blogs, nous pourrions en souffrir.
 
Mais « cheese » quand même. Que la joie demeure.
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • M.Junior Junior M 16 décembre 2009 20:49

    Tu as oublié qu’il sait régulariser un sans-papier au ministère de l’éducation nationale tout en oubliant la législation du travail temporaire.


    • Salsabil 17 décembre 2009 00:19

      Ho ! Un seul commentaire alors que le temps de travail tout autant que l’EN, sont des sujets brûlants !

      Rafaël,

      Je te soupçonne de ne pas aller dans le sens du vent... smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès