Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Y a-t-il encore un strauss-kahnien dans la salle ?

Y a-t-il encore un strauss-kahnien dans la salle ?

Le fantôme de Dominique Strauss-Kahn hantait la préparation du congrès du Parti socialiste à Reims depuis des semaines. Pour ses adversaires, il ne devrait plus y avoir de résurrection. Surtout depuis l’éclatement de la famille strauss-kahnienne.

Dominique Strauss-Kahn est devenu une personnalité politique à part dans le microcosme français. J’aurais pu dire macrocosme mondial, avec le FMI, mais, justement, il restait aussi un repère dans la politique franco-française.

Toutes les supputations qui tombent depuis quelques jours sur Dominique Strauss-Kahn à propos de sa vie privée sont non seulement nauséabondes pour la politique, mais aussi pour les valeurs élémentaires comme le respect de la personne, la présomption d’innocence, etc. Un bon moyen de vendre ses canards.

Si Dominique Strauss-Kahn a maintenant beaucoup de personnes qui veulent lui nuire au niveau international, il y a encore quelques éléphants socialistes, plus ou moins vieux, qui ne seraient pas si mécontents de lever l’hypothèque DSK, et ce sentiment pourrait même déborder jusqu’aux rives de l’UMP voire du MoDem.

Laissons de côté donc toute cette actualité inutile et futile qui le vise sur des considérations qui, comme pour Rachida Dati, ne concernent que lui et ses proches.

Et tournons-nous vers un sujet qui ne doit pas plus réjouir Dominique Strauss-Kahn : la bataille sans merci de ses indignes héritiers.


Le "strauss-kahnisme"

Même si, à l’origine, Dominique Strauss-Kahn faisait partie du jospinisme le plus orthodoxe, branche du mitterrandisme officiel parallèlement au fabiusisme, depuis presque dix ans, il représente aussi le rocardisme.

Le rocardisme, c’est la deuxième gauche, la nouvelle gauche, la gauche moderne. Qui date des années 1970. En 2006, Dominique Strauss-Kahn avait enfin osé donner un nom nouveau, ordinaire en Europe, mais si difficile à porter en France : la gauche sociale-démocrate.

Jusqu’alors, il n’y avait pas de "sociaux-démocrates" en France, mais seulement des "démocrates sociaux" réunis dans le Centre des démocrates sociaux (CDS) créé sous Valéry Giscard d’Estaing pour réunifier les centristes pro- et anti-pompidoliens (CDP et CD), mouvement devenu Force démocrate en 1995 puis fondu à l’UDF et transformé après bien des vicissitudes (UMP, Nouveau centre, etc.) en MoDem.

Depuis 2001, la social-démocratie de gauche s’était organisée sous le nom de "Socialisme et démocratie". Il regroupait les jospinistes et les rocardiens dans le but de soutenir l’optique réformiste qui était à la base du gouvernement de Lionel Jospin (1997-2002). Enfin, une partie des jospinistes, car à ma connaissance, Martine Aubry, l’autre dauphine de Lionel Jospin, n’en faisait pas partie.

Ce courant est très proche des réseaux sociaux-démocrates européens, dans la mesure où il pense que les réformes ne peuvent passer que dans un cadre européen. Et qu’elles doivent agir sur les causes des difficultés sociales, pas venir juste traiter leurs conséquences.

C’est d’ailleurs de cette manière que Dominique Strauss-Kahn a réussi à se faire désigner en 2007 comme directeur général du FMI, grâce à l’entregent des principaux leaders sociaux-démocrates de l’Union européenne. Nicolas Sarkozy y voyant aussi une bonne opportunité à sa politique d’ouverture a même réussi à en capter l’initiative.

Mais aujourd’hui, que reste-t-il du strauss-kahnisme ? S’est-il fait cannibaliser ?


Quand papa DSK est absent

Éloigné fonctionnellement de la France et du Parti socialiste, Strauss-Kahn restait cependant très présent dans les coulisses. Même si son mandat au FMI devait se terminer après la date de la prochaine élection présidentielle en 2012, il gardait encore un œil sur cette perspective. Et espérait compter au congrès crucial de Reims.

J’ai mis au passé la phrase sur la fin de son mandat, car je doute qu’il ne soit pas contraint à la démission (injustifiée à mon avis) comme avait dû démissionner Édith Cresson de la Commission européenne (pour des affaires beaucoup plus sérieuses).

Son aura devait d’autant plus influer Reims que les sondages lui étaient encore favorables (mais feu Raymond Barre, Édouard Balladur et Lionel Jospin pourraient toujours rappeler que les sondages ne sont pas des élections), et dans une confrontation avec Nicolas Sarkozy au second tour, Dominique Strauss-Kahn avait encore quelques chances.

Mais peut-il partir dans une bataille sans troupe ?

Car là est maintenant la question.

Depuis 2007, le strauss-kahnisme officiel était animé par deux députés, Pierre Moscovici et Jean-Christophe Cambadélis. Animé, mais j’allais écrire laminé.


Guerres cambadélo-moscoviciennes

On aurait pu penser que la stratégie de Pierre Moscovici aurait été la bonne : à Moscovici le poste de premier secrétaire pour succéder à François Hollande, laissant au congélateur la candidature à l’élection présidentielle pour 2012, freinant les ardeurs de Bertrand Delanoë et de Ségolène Royal. Et laissant DSK arriver en sauveur en 2011.

Ce qui aurait été la même erreur qu’en 2007, à savoir l’impréparation du candidat socialiste face à un candidat UMP connu depuis cinq ans (idem pour le candidat centriste).

D’ailleurs, Strauss-Kahn ne semblait pas vraiment d’accord avec ce type de stratégie et devait juger que l’ambition de Moscovici pourrait aller bien plus loin que rue de Solferino. Après tout, ce dernier n’est plus non plus un petit jeunot de la politique.

Du coup, les autres compères, derrière Cambadélis, décidèrent de soutenir Martine Aubry. La rivale de Dominique Strauss-Kahn dans l’héritage du jospinisme. Elle ne parle jamais d’ambition présidentielle, mais c’est une femme politique très à l’aise avec les arcanes du PS. Et c’est la fille de Jacques Delors.

Moscovici renonça alors à présenter une motion (ce qui montre les limites du personnage) et… rejoignit in extremis Bertrand Delanoë donné comme favori dans les sondages. Comme Michel Rocard et ses derniers amis (Michel Destot, Alain Richard, Catherine Tasca…).

La famille s’est officiellement éclatée à La Rochelle il y a près de deux mois et le litige porta sur l’alliance ou pas avec Laurent Fabius. « On était au royaume de Florence, entre la dague et le poison des Médicis ».

Jugez-en par les mots doux échangés ces dernières semaines entre les disciples de DSK.


Les pro-Cambadélis disent de Moscovici :

« Ce ralliement de dernière minute à Delanoë est une rupture avec Dominique Strauss-Khan. »

« Moscovici a dans l’idée de créer sa propre boutique. Il ne fait plus une priorité du retour de DSK. »

« Certains se sont dit que c’était leur heure. »


Les pro-Moscovici rétorquent :

« Cambadélis a fait exploser le courant que lui avait confié DSK. C’est lui qui a tué Socialisme et démocratie en associant Fabius aux reconstructeurs. »

« Intox, dénigrement, rumeur, désinformation. L’idée que je crée un nouveau courant à mon nom est un scandaleux mensonge. »


Arrêt de l’aventure

Pourtant, Strauss-Kahn, en leur confiant les clés de sa "boutique", leur avait bien dit : « Restez groupés » en juillet 2007.

Aujourd’hui, on dépose le bilan : « Cette aventure-là est finie, j’en prends acte avec tristesse », dit Moscovici.

Un autre de la famille déplore : « Chacun va faire les gros bras et aligner ses généraux chinois en terre cuite. Pas sûr que cela ait une capacité d’entraînement. »


DSK, ancien espoir en perdition

Dominique Strauss-Kahn était sans doute la seule parade du Parti socialiste pour contrecarrer le discours d’opposition centriste de François Bayrou.


Ou mieux, la clé pour la mise en place, face à l’UMP, d’un réel courant démocrate, moderne, social, libéral et européen, en scellant une alliance historique entre Dominique Strauss-Kahn et François Bayrou. Strauss-Kahn apporterait un appareil et des réseaux, Bayrou un leadership et une (meilleure) popularité.

Une alliance complètement irréaliste, en raison de la trop grande fidélité au PS de Strauss-Kahn (et de sa désertion depuis 2007, on ne peut pas construire une opposition crédible à 5 000 kilomètres du peuple) et de la volonté de Bayrou à en être l’unique leader.


Levée d’une incertitude

En avril 2012, Dominique Strauss-Kahn aurait eu tout juste 63 ans. À une ou deux années près, l’âge qu’avaient Jacques Chirac et François Mitterrand à leur première élection, et Lionel Jospin à son dernier échec.

Cela aurait pu être sa dernière chance. Mais en fait, depuis 2006, Dominique Strauss-Kahn s’est rocardisé. Et il n’a pas su rebondir, ni après la défaite de Lionel Jospin en 2002, ni après celle de Ségolène Royal en 2007.

Michel Rocard, Jacques Delors, Dominique Strauss-Kahn ? des graines de présidents de la République, sans doute capables de belles réformes, qui n’ont jamais réussi à éclore et à atteindre la maturité.

Et depuis 1993, le Parti socialiste meurt de cela.

Qui sera le suivant ?


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (23 octobre 2008)


Pour aller plus loin :

Reims, ça commence mal.

DSK a raté le coche après 2002.

Le courant DSK vole en éclat.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.67/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 24 octobre 2008 10:37

    une petite chanson pour DSK  smiley

    C’est pas perdu puisque tu m’aimes
    Un peu moins fort, quand même
    J’suis ta solution sans problème
    Gadget évident
    Mais toi maintenant
    Tu veux plus jouer

    Y faut m’garder
    Et m’emporter
    J’suis pas périssable
    J’suis bon à consommer
    Te presses pas tu as tout l’temps
    D’m’emmener au cimetière des éléphants

    Y faut m’garder
    Et m’emporter
    J’prendrai pas trop d’place
    Promis, craché, juré
    Quand j’serai vieux
    J’te f’rai le plan
    D’chercher le cimetière des éléphants

    Y a des souvenirs quand on les jette
    Qui r’viennent sans faute dans les maux d’tête
    Faut pas qu’je pleure pour qu’tu m’regrettes
    Côté setiment
    J’suis pas pire qu’avant Solvable à mi-temps
    Mais faut m’garder
    Et m’emporter

    Je sais qu’j’ai plus l’droit au crédit renouvelé
    J’suis dans l’safari partant
    Mourir au cimetière des éléphants


    • Voltaire Voltaire 24 octobre 2008 10:52

      Bonne analyse.

      DSK avait le potentiel, mais n’a pas su se réaliser. Il lui manquait l’envie, et une vision, celle qui vous fait avancer dans les heures sombres, et entrainer les troupes au combat.

      Mais ses difficultés n’arrangent pas vraiment le PS, toujours à la recherche d’un second (dernier ?) souffle.


      • appoline appoline 24 octobre 2008 18:31

        Ca du potentiel, ce triste sire en a, de l’envie aussi, sans être visionnaire on peut le dire un peu voyeur, quant au champ de tire, il n’est peut-être pas celui qu’on croit. Tout ça pour dire qu’il a perdu le peu de crédibilité qu’on voulait bien lui accorder.


      • non666 non666 24 octobre 2008 19:32

        Disons que DSK avait du potentiel et que c’est surement une des causes de ses mésaventures actuelles.

        Il ne fait aucun doute pour moi que ceux qui ont mis Sarkozy au pouvoir ont prévu son usure et la necéssité de lui trouver un remplaçant aussi compatible avec leurs interets.
        Apres le bling bling m’a tu vu de droite, un "serieux" de gauche serait une bonne carte.

        De plus on pouvait difficilement trouver quelqu’un à gauche qui , apres Sarkozy, serait aussi enclin a favoriser les etats unis et Israel dans leur jeu europeen.

        Mais si on cherche a qui profite le crime, ce n’est surement pas chez les envahisseurs de l’Irak et de l’Afghanistan ni chez ceux de la Palestine et du plateau du Golan qu’il faut chercher les coupables.
        Nous avons, au contrair, au moins 3 coupables bien de chez nous à envisager.

        1) chez les seconds couteaux du PS, tous plus ringard les uns que les autres, DSK apparaissait, au milieu de tant de médiocrité, presque comme une lumière...

        2) Pour le Modem, DSK qui se declare désormais social-democrate alors qu’il a toujours eu une conduite liberale en pratique représente aussi une menace.
        Il pourrait etre le chainon manquyant entre electeurs du centre et (ex) socialistes.

        3) En face Le Sarkozy qui prometait de ne pas nous decevoir et de ne pas nous trahir preferait encore une fois jouer la partie avec l’autre idote plutot qu’avec un rival soutenu par les memes lobbies que lui....
        Surtout qu’apres avoir chanter les louanges du liberalisme en général et du modèle anglo-saxon en particulier, la crise (qui etait officilement dernière nous pour ce gouvernement d’incapables) apparait brusquement bien en face de nous.


        Entre les socialistes , le modem et le fan-club de Sarkozy (l’UMP), la pratique des coups bas semble quand meme largement désigner les corses de l’ex-RPR .
        Après l’affaire malkovitz (pour eliminer Pompidou) , les diamants de Bokassa (pour eliminer Giscard), les comptes occultes de la Mairie de Paris( pour eliminer Chirac), le coup sous la braguette de DSK ressemble furieusement à leurs methodes.
        Il faut dire que l’austro-hongrois a su s’en faire des amis et à meme fait elire Pasqua au senat pour lui offrir l’immunité a vie...contre le 92, le departement qui rapporte tant.

        En eliminant du FMI DSK aujourd’hui, Sarkozy l’empeche d’avoir un role dans la crise majeure que traverse le monde aujourd’hui. Il n’apparaitra donc pas, dans 4 ans comme le gestionnaire de crise.
        Sarkozy, lui, n’a plus que 3 mois de mandat pour essayer d’apparaitre comme compétent, à la "tete "de l’UE.
        Il a beau faire de l’esbrouffe, les europeens l’ont déja jugé.

        Après l’affaire des informières bulgares, celle du TCE-bis, son comportement consistant à poser la cerise sur le gateau, au dernier moment, et a revendiquer son entière confection a irrité particulièrement les allemands qui n’aiment pas beaucoup ce genre de comportement.
        Ses gesticulations actuelles , ses pretentions a avoir conçu ce qui a été inventé en urgence par Brown le fait passer pour un bouffon, un adolescent en mal de reconnaisance.

        Son Bilan à la tete de l’Europe sera au final nul.

        Les statuts de l’UE sont loins d’etre résolus et la seule chance de cette bande d’incapable sera probablement de profiter de la crise pour imposer par un coup d’Etat le TCE bis CONTRE la volonté des europeens.
        Quand à la crise, ses gesticulations actuelles n’ont d’égal que le negationnisme de son gouvernement face à elle, il y a à peine deux mois.

        Gageons qu’après le flingage de DSK, la diabolisation de LePen, la ringardisation de Bayrou seront les etapes suivantes pour se maintenir au pouvoir dans un combat entre médiocres, les seuls qu’il peut gagner.



      • Cascabel Cascabel 24 octobre 2008 22:22

        Zéro pour le long et pertinent commentaire de non666, plus deux pour quelques jeux de mots de Haddock. Désolé, je me suis senti obligé de rééquilibrer le comptage bien que j’apprécie vos calembours.

        Il serait bon que ce système cesse. Il ne sert à rien d’avoir une "note" qui ne reflète que les adhésions d’idées. Je propose qu’il y ait trois chiffres : le comptage des votes négatifs, celui des positifs et le nombre total de réactions.
        par exemple : - 5 / +5 / 10 est plus parlant et plus juste que : 0



      • morice morice 24 octobre 2008 11:07

         par archibald haddock (IP:xxx.x51.121.227) le 24 octobre 2008 à 11H04 

         
        V’ la l’ Morice maint’ nant il aime pas les homosexuels , tataratatata ....

        vous êtes vaiment handicapé de la lecture : je dis l’INVERSE là...

        • LE CHAT LE CHAT 24 octobre 2008 11:19

          @momo

          je dis l’INVERSE là

           
          Tu pointe le doigt sur les invertis ?


        • Cascabel Cascabel 24 octobre 2008 22:32

          Que mamón ese momo !


        • wesson wesson 24 octobre 2008 11:20

          Bonjour l’auteur,
          comment dire .. je ne suis pas étonné de vous voir jouer les fossoyeurs de DSK ..

          et je ne suis pas non plus déçu. C’est toujours un plaisir de voir la fausse gauche enfoncé par la vrai droite ..


          • Le péripate Le péripate 24 octobre 2008 11:46

             Une périphrase commode pour éviter de dire communiste, stalinien, fasciste ou écologiste, tous ceux qui connaissent la meilleure façon de marcher... au pas de l’oie.


          • Emile Red Emile Red 24 octobre 2008 11:39

            DSK : DST, on s’en tape, la seule vraie DS était la DS 19, puis 20, puis 21 palace...

            Et des esses y’en a plein chez le boucher.

            Qu’il prenne sa retraite ce vieux fourbe de droite rosi au champs du profit personnel.
            Se dire de gauche et être président de la Famine Méticuleusement Instituée, c’est décréter le contrebandier douanier ou l’ouvrier patron.

            Quelle perfidie....


            • LE CHAT LE CHAT 24 octobre 2008 12:03

              @emile

              ceux là ils ont faim , mais pas de caviar !
              http://manifdegauche.files.wordpress.com/2008/04/capitalisme-lyceen.jpg

               smiley


            • Emile Red Emile Red 24 octobre 2008 12:21

              Arghhhh !!!

              Papy, je ne connais bien que le vin d’Aquitaine, tout autre breuvage issu du raisin me semble ou anecdotique ou supercherie..

              Non mais....grrrrr

              Un pommard, 1er cru, je dirai (mais je le boirai avant) cinq, six ans pour une bonne maturité mais il vieillit très bien et au delà de ce qu’on tient à le garder sans le biberonner, à condition d’une très bonne cave. Du 2002 est une bonne moyenne année le 1999 ou le 2005 est plus jouissif, mais question d’appréciation et l’évolution dans le temps n’est pas règle.


            • Emile Red Emile Red 24 octobre 2008 12:40

              @ Le Chat

              Oui alors qu’avec un peu de jugeotte


            • CANAAN 24 octobre 2008 12:46

              bon anniversaire BIG RED...

              OUPS !!! je t’ai confondu avec schtroumpf grognon...(sans rancune)


            • lavabo 24 octobre 2008 15:51

              Mets un cadenas à la porte et jette la clef dans le puits le plus profond........ c’est pas sans inconvénient mais ca devrait marcher.....


            • Emile Red Emile Red 24 octobre 2008 17:12

              Tu mets du Margnat ou de la Villageoise dans les plus belle bouteilles vides à portée de main.


            • foufouille foufouille 24 octobre 2008 17:16

              met des cubi en plastique a cote ou achete pas cher a noz


            • Forest Ent Forest Ent 24 octobre 2008 11:52

              Vous ne le saurez jamais, n’est-ce pas ?

              En tout cas, je ne vois pas plus ridicule, inopportun et catastrophique que ce vient de faire Sarkozy en proposant de diriger la zone euro. Il est maintenant plus vu en Europe comme Mussolini que comme Berlusconi. On n’avait pas besoin de ça. Alors la merde noire ...


            • Philippe D Philippe D 24 octobre 2008 11:59

              Forrest,

              Je crois que vous voyiez il y a peu l’Euro à 1,75 $ au mois d’Octobre. (de mémoire je me trompe peut-être)
              Il est aujourd’hui à 1,25 $

              Pourquoi baisse-t-il tant ?
              Pourquoi ça ne se passe pas comme dans vos prévisions ?


            • Forest Ent Forest Ent 24 octobre 2008 13:55

              J’avais dit 1,7, pour être précis. smiley 

              Effectivement. Très bonne remarque. C’est toute la difficulté du timing en macro. Ce sera pour un peu plus tard.

              Le dollar monte parce que tout le monde veut du cash pour tenter de rester solvable. C’est un mécanisme déflationniste massif, peut-être plus massif qu’en 1929. Pour l’instant, on est dans ce que Keynes et Friedman appellent un "liquidity trap". La déflation est si massive que les sommes astronomiques déversées par hélicoptère n’ont aucun effet à court terme.

              Il est faux pour autant qu’elles n’ont aucune conséquence. Quand les actifs auront été réévalués et les pertes estimées, ces liquidités seront toujours là, et enclencheront l’hyperinflation. Donc le dollar s’effondrera quand même, mais pas tout de suite.

              Je suis bien désolé si vous aviez misé là-dessus, mais il me semble avoir pris à l’époque quelques précautions oratoires : les fondamentaux macro s’expriment toujours, mais on ne sait jamais exactement quand.

              Et il y a encore une alternative avec un scénario hyper-inflationniste pur, qui ne peut être déjà tout à fait exclu.


            • Philippe D Philippe D 24 octobre 2008 15:11

              Forest,

              Merci pour votre réponse.
              Je pense que vous aviez compris que ma question n’était pas du tout polémique. 
              J’avais bien lu vos précautions et je sais fort bien que l’exercice de prospective est difficile.
              De plus je n’ai rien misé sur cette hypothèse.
              Je maitrise simplement mal ces données macro-économiques et j’avais besoin de comprendre qu’elle était votre explication en tant réel.
              Ce "liquidity trap" est donc une phase intermédiaire d’une durée... indéterminée (quelques mois ?)

              Et il y a encore une alternative avec un scénario hyper-inflationniste pur, qui ne peut être déjà tout à fait exclu.
              Une alternative à l’hyper-inflation ? (inflation plus contenue car pas d’inflation semble à priori exclu)
              Est-ce à dire qu’un retour progressif à une situation plus équilibrée est envisageable sans passer par cette phase ?
              Dans quelles conditions ?


            • Philippe D Philippe D 24 octobre 2008 15:26

              ... En temps réel


            • Forest Ent Forest Ent 24 octobre 2008 16:21

              Pour être honnête, autant il était facile de savoir qu’une correction aurait lieu, étant donnée l’ampleur des déséquilibres, autant il est difficile de savoir comment elle va se dérouler.

              Dans ce contexte de surendettement global, il y a deux forces antagonistes à l’oeuvre.

              L’une est la déflation : c’est le poids du soufflé qui retombe. Des dettes insolvables sont progressivement annulées. Les bilans des établissements financiers baissent. Certains font faillite. Pour s’en sortir, les autres vendent tout ce qu’ils peuvent. Cela fait baisser le prix des actifs, donc les menace encore plus. Les banques ne prêtent plus, les taux montent. Etc, etc ... C’est la spirale de 1929.

              L’autre est l’intervention des gouvernements qui, pour éviter cela, fabriquent de la monnaie aussi vite qu’ils le peuvent et la filent aux banques pour améliorer leur bilan et faire en sorte qu’elles continuent à prêter, et en injectent aussi pour certains directement dans la consommation.

              La première force tend à annuler la dette directement. La deuxième à la conserver, mais en enlevant sa valeur à la monnaie.

              Toute la question est de prévoir le résultat de cette confrontation. Ca fait très longtemps que des gens publient là-dessus. Même Greenspan et Bernanke ont déjà publié là-dessus. Je ne me souviens plus bien lequel des deux a dit que le dernier recours pour éviter le scénario 1929 était que les états nationalisent toutes les dettes et toutes les banques. Ca a clairement un prix en termes inflationnistes. On en prend un peu le chemin.

              A titre personnel, je ne pense pas qu’il y ait de "solution". Il aurait fallu prévenir. Mais la manière dont cette confrontation se produira fera que ce ne seront pas exactement les mêmes personnes affectées de la même manière. C’est un choix plus politique qu’économique.

              Donc jouer sur le taux euro/dollar à court terme est très casse-gueule. La seule valeur sûre en ce moment est la volatilité.


            • Céphale Céphale 24 octobre 2008 12:00

              @ l’Auteur

              L’aphorisme dont vous vous prévalez "seul est éternel le devoir envers l’être humain comme tel" ne mange pas de pain. Je préfère, extrait du même ouvrage de la philosophe : "qui est déraciné déracine" (allusion à notre bien-aimé président). Et permettez-moi de citer, toujours du même ouvrage, bien que ceci n’ait qu’un lointain rapport avec votre article :

              « Le mélange d’idées confuses et plus ou moins fausses connu sous le nom de marxisme, mélange auquel depuis Marx il n’y a guère eu que des intellectuels bourgeois médiocres qui aient eu part, est aussi pour les ouvriers un apport complètement étranger, inassimilable, et d’ailleurs en soi dénué de valeur nutritive, car on l’a vidé de presque toute la vérité contenue dans les écrits de Marx. On y ajoute parfois une vulgarisation scientifique de qualité encore inférieure. Le tout ne peut que porter le déracinement des ouvriers à son comble. »



              • wesson wesson 24 octobre 2008 12:06

                @calmos, le péripâte, le loup de mer aviné,

                merci, merci à tous les amis, n’en jetez plus. Je doutes que cela vous rassure, mais j’ai ma petite idée de ce que la vrai gauche est.

                Franchement, l’idée qu’on de la gauche les sarkoidôlatres, chaisières , bigottes de bénitiers et autres suppots de la droite n’a pas une très grande importance à mes yeux. Je vous rassure que ce n’est pas auprès de vous que je vais aller chercher mes leçons de gauche, pas plus que je vous apprendrai à rester ancré dans vos conceptions ringardes et vos références passéistes. Vous savez être les hommes d’hier et d’avant hier mieux que je ne saurait vous dire comment y rester.

                et pour filer une érection à Calmos, je range effectivement Mme Royal dans la catégorie de cette fausse gauche dont on assiste au naufrage sous nos yeux amusés.



                • Trashon Trashon 24 octobre 2008 16:55

                  Rhoo elle est vache celle la smiley


                • LE CHAT LE CHAT 24 octobre 2008 12:46

                  @haddock

                  t’as bien compris , il a qu’une vague idée , mais ça reste dans le flou !
                  être de gôche sert surtout d’argument quand on n’a rien à dire !
                  je suis de Gôôôche  ! comme si ça suffisait en soi !


                • Sébastien Sébastien 24 octobre 2008 12:47

                  Je poserais la question autrement :

                  Y’a-t-il encore une Strauss-Kahnnienne dans la salle ?


                  • morice morice 24 octobre 2008 13:13

                     par archibald haddock (IP:xxx.x51.121.227) le 24 octobre 2008 à 11H10 

                     
                    Morice vous voulez dire que les homosexuels ne vous aiment pas ?

                    décidément faudra acheter un dico de compréhension là... bouché, le capitaine... bouché..

                    • Cascabel Cascabel 24 octobre 2008 23:21

                      @ m...

                      Chacun à vu que vos interventions soutienent la cause momo.


                    • Cascabel Cascabel 24 octobre 2008 23:22

                      Amusant.


                    • La Taverne des Poètes 24 octobre 2008 14:25

                      Bouh ! il s’est "rocardisé" le DSK ! Mais je suis étonné que le mot "amis" ait encore cours au PS ! En tout cas, les socialos sont bien les champions de la rupture. smiley


                      • grangeoisi 24 octobre 2008 16:39

                        Bonjour, pour autre chose .. quelqu’un sait-il pourquoi les commentaires sur l’article de Morice intitulé " Mc Cain, autre fanfaron" , ne sont plus apparents ?


                        • Philippe D Philippe D 24 octobre 2008 16:45

                          Sans doute une opération "nettoyage" en cours.


                        • grangeoisi 24 octobre 2008 16:48

                          Ha ! Pauvre Morice même quand lui fait les poubelles d’autres repassent encore pour curer ? smiley


                          • Senatus populusque (Courouve) Courouve 24 octobre 2008 16:53

                            "Quand papa DSK est absent"

                            Pourquoi ? C’est lui le père du bébé de Rachida ?


                            • Prosper Youplaboum 24 octobre 2008 18:05
                              Il était une fois une hyène reine en son royaume
                              Qui voulait a tout prix protéger son trône.
                              Un petit groupe d’éléphants,
                              Pouvait selon elle s’avérer menaçant.
                              Afin d’écarter tout danger,
                              L’hyène s’organisa donc pour mieux les contrôler.
                               
                              L’un d’entre eux, le plus dangereux mais aussi frivole,
                              Se vit donc nomme à une position de haut vol.
                              En pleine période de sécheresse,
                              Les principaux points d’eau de la savane sont en détresse.
                              Il se voit ainsi promu gérant d’une importante mare,
                              Infestée de crocodiles et survolée de charognards
                               
                              Une nuit, le pachyderme glisse, trompe en avant,
                              Sur une gazelle au cuisseau affriolant.
                              Roucoulades et saillies achevées,
                              Celle-ci décida de partir pour d’autres contrées.
                              Pour fêter son départ et enivré par sa passion,
                              Il lui aurait proposé de s’abreuver plus que de raison.
                               
                              C’est ici plus qu’il n’en fallait pour certains vautours,
                              Qui guettaient le moindre faux-pas du gros balourd
                              Pour le jeter en pâture aux échos de la savane,
                              Le supprimer, j’men fous j’étais pas fan
                               
                              En revanche nous moutons, assoiffes et trop souvent tondus,
                              Regardons allégrement tous ces guignols assis sur leur gros cul
                              Nous ignorer et noircir notre avenir avec bien trop de liberté
                              Bon allez, j’vous laisse, j’ai une fourche à aiguiser.

                              • glouglou 24 octobre 2008 19:09

                                bel article de merde et la troupe des abrutis avec,quand on voit les neuneus qui postent et qui censurent,ça fait peur...ça va bien ensemble,DE LA DEAUBE !!,rien à foutre de DSK

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès