Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > 143 théologiens rebelles et religieusement corrects

143 théologiens rebelles et religieusement corrects

Une nouvelle occasion ratée.

143 théologiens catholiques, puis d'autres dans un second temps, ont lancé un appel pour que leur église procède en 2011 à "un renouveau indispensable". Ce sont surtout les abus sexuels commis par des religieux, et la manière dont l'Eglise a traité le problème qui ont convaincu les signataires que des réformes de fond sont devenues nécessaires.

Ils les veulent importantes dans le domaine organisationnel, dans les structures de pouvoir et de communication, dans la répartition des responsabilités entre les prêtres et les fidèles. Pas seulement cependant, ils réclament aussi des modifications importantes dans la manière de voir la morale et la sexualité.

Rapportons quelques passages significatifs (1) :

"Il faut plus de structures synodales à tous les niveaux de l'Eglise. Les fidèles doivent participer aux nominations des principaux ministres (évêque, curé)"

"Le ministère écclésial doit servir la vie de la paroisse, et pas l'inverse. L'Eglise a aussi besoin d'hommes mariés et de femmes aux ministères écclésiaux"

"Le droit de l'Eglise ne mérite d'être appelé "droit" que si les fidèles peuvent effectivement faire valoir les leurs. La protection des droits et la culture du droit dans l'Eglise doivent être améliorés d'urgence. Un premier pas en ce sens est l'établissement d'un système juridictionnel administratif"

"La haute considération dans laquelle l'Eglise tient le mariage et le célibat n'est pas en question. Mais cette considération ne doit pas avoir pour conséquence d'exclure ceux qui vivent de manière responsable l'amour, la fidélité et l'attention réciproque au sein d'un couple de même sexe ou divorcé-remarié"

"L'Eglise ne peut pas prêcher la réconciliation avec Dieu si elle ne fait pas elle-même en sorte de créer les conditions d'une réconciliation avec ceux envers qui elle s'est rendue coupable par la violence, par le refus du droit, et par le renversement du message libérateur de la Bible en une morale rigoriste et impitoyable"

"Le culte ne doit pas se figer en traditionnalisme. La diversité culturelle enrichit la vie culturelle et cette diversité n'est pas compatible avec la tendance au centralisme unificateur".

Les 143 théologiens, cependant, ne touchent pas au pire de la théologie de leur église. On peut penser que, pour eux, la conception criminogène qu'elle a de Dieu doit rester intacte.

Il s'est passé quelque chose de stupéfiant dans l'Eglise catholique durant ces trente dernières années. L'évêque Lefèbvre a rassemblé autour de lui les "traditionnalistes", les "fondamentalistes", les "intégristes", les rigoristes. Ils ont fait sécession et ont été très critiqués pour s'être opposés à de nombreuses réformes - ou simples nouvelles pratiques et habitudes - mises en place après Vatican 2. Ce qui leur paraissait intolérable était l'abandon de la soutane ou de la messe en latin, la modification de la manière de donner l'hostie aux communiants, de la place de l'officiant par rapport à l'autel, l'homélie prononcée par un simple fidèle, l'introduction de chants profanes dans les lieux du culte….

Dans le même temps, un évêque moins superficiel mais tout aussi dogmatique et beaucoup plus dangereux, Ratzinger, devenait archevêque, puis cardinal et, surtout, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Puis le pape Jean-Paul II lui confiait la principale responsabilité dans la rédaction d'un Nouveau Catéchisme.

C'est dans celui-ci que les rédacteurs ont réaffirmé la vieille conception de la "Parole de Dieu" dans ce qu'elle a de plus inacceptable pour une religion du XXIe siècle : tout ce qui est contenu dans l'Ancien Testament est conforme au véritable "désir de Dieu" (articles 105, 106 et 107 principalement).

Ainsi la très officielle croyance de l'Eglise catholique actuelle, celle qu'il faut transmettre aux enfants des générations futures sensibles à la démarche religieuse, c'est que Dieu intervient dans l'histoire des hommes et qu'il les a appelé à de justes maltraitances, meurtres, massacres de populations entières.

La confirmation et la réanimation de cette horreur dans le Nouveau Catéchisme n'est pas une simple bévue, une faute d'inattention, un simple copié/collé d'un vieux dogme adopté, il y a plus de 15 siècles, par les Pères de l'Eglise, bien qu'incompatible avec le message de Jésus dont ils se réclamaient. L'édition d'une Bible annotée de Jérusalem, postérieure au Nouveau Catéchisme - et tout aussi officiellement diffusée - vient justifier de manière écoeurante et détaillée la "bonne interprétation" qu'il faut faire, entre autres, du "bon" génocide des cananéens très explicitement "commandé par Dieu".

Des "structures synodales à tous les niveaux de l'Eglise" sont peut-être souhaitables. Mais l'important sera l'utilisation qui en sera faite. Si les catholiques de tous niveaux y participaient dans l'esprit où participent aux synodes qui leur sont réservés les évêques actuels, le gâchis religieux et simplement humain ne disparaîtrait pas.

En ouvrant le Synode sur la "Parole de Dieu", en octobre 2008, Ratzinger devenu pape Benoît XVI disait que "Tout est créé de la Parole et tout est appelé à servir la Parole".

N'y a-t-il pas mieux à servir, quand on est chrétien, au XXIe siècle et alors que le monde entier se demande comment mettre fin aux maltraitances, meurtres individuels et massacres collectifs que des musulmans croient toujours devoir pratiquer parce que, dans leur livre sacré, "Dieu" leur a demandé de le faire jusqu'à sa totale domination sur le monde et l'humanité ?

Mais peut-être ne faut-il voir, dans le peu d'exigence des 143 théologiens catholiques, qu'une simple et banale limite corporatiste, quelque chose comme un interdit syndical visant à garantir la plus large mobilisation pour faire aboutir "les justes revendications".

Après tout, c'est le boulot et le gagne-pain des théologiens que de "donner la bonne interprétation" de la prétendue volonté criminelle de Dieu.

Pierre Régnier

 

(1) on trouvera le texte complet par exemple ici, dans une traduction du périodique Témoignage Chrétien (les 143 ont publié leur texte en allemand) :

http://www.temoignagechretien.fr/ARTICLES/Accueil/Le-manifeste-des-theologiens-allemands/Default-1-2394.xhtml


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • eric 15 février 2011 15:02

    Bref ! Ils veulent que l’église catholique devienne protestante suivant une logique catholique.... !
    Un système presbyterien synodal de type calviniste, mais avec une institutionnalisation de type administrative catho. ( une juridiction administrative ? Pourquoi pas un conseil constitutionnel ?
    Il veulent transformer le papisme en religion juridicisante façon islam ? )
    L’église n’est pas une démocratie. Même les églises Calvinistes le proclament, qui sont de facto parmi les plus démocratiques
    J’ai lu l’article de TC et le lien avec la réaction du journaliste allemand et je devine que sous ses excès d’expression il a vraisemblablement raison, une camarilla d’ancien combattants de militant genre gaucho catho au bord du defrocage qui tentent le coup du « pouvoir de protester » comme cela a été le cas dans le protestantisme il y a quelques années avec le document église et pouvoir. En mal d’audience, ils se laissent porter par les themes a la mode, genre homosexuels et pédophiles.
    Si ils étaient sincère, les églises de la reforme leur tendent les bras.
    D’accord avec vous pour pressentir beaucoup de corporatismes dans cette déclaration.

    En revanche, votre mise en exergue du livre de Josué est a mon avis sans objet. Elle ressort un peu des polémique types de laïques de combat extrayant des textes de la bible pour prouver l’inanité de toute religion. Seule une grande absence de culture biblique en général peut faire croire qu’on y trouverait une incitation au génocide. Si cela vous intéresse vraiment un peu , lisez le pasteur Wesphal par exemple.http://456-bible.123-bible.com/westphal/2908.htm


    • Polo 15 février 2011 19:26

      Pour ceux qui sont intéressés par des articles un peu plus sérieux et rigoureux, j’ai trouvé le site infoselec qui propose une sélection d’extraits d’articles sur l’Eglise catholique http://www.infoselec.net/religion-et-laicite/eglise-catholique.html et sur le pape http://www.infoselec.net/religion-et-laicite/pape-benoit-xvi.html .

       

       


      • Pierre Régnier Pierre Régnier 15 février 2011 19:29

        @ eric

        Sur les 143 théologiens vous êtes beaucoup plus sévère que moi (qui ne condamne pas leur démarche et leurs revendications mais leur reproche seulement de ne pas exiger la réforme la plus indispensable).

        Merci pour l’étude du pasteur Wesphal. Elle me confirme simplement que, chez les protestants comme chez les catholiques on ne se scandalise pas de l’attribution à Dieu d’actes humains d’une grande barbarie (ni d’ailleurs d’une grande trahison comme celle de la prostituée Rahab qui livre pratiquement son peuple et son pays aux « bons envahisseurs »).

        Face aux églises réformées comme face à l’église catholique je reste, moi, indigné par le fait qu’elles persistent à attribuer un caractère vertueux, qu’elles transforment en allégorie exemplaire ces barbaries dont elles rendent Dieu responsable, celui qui appelle à les commettre.

        Les années qui passent, la violence islamique qui perdure, l’impasse dans laquelle elle place le monde contemporain rendent de plus en plus évidente la nécessité de se débarrasser, dans toutes les religions abrahamiques, de cette conception.

        Je la qualifie clairement de criminogène mais elle n’est pas seulement cela. Elle est aussi le plus sûr moyen d’autodestruction de ces religions. Et c’est très dommage pour ce qu’elles peuvent avoir de respectable et de bénéfique pour les croyants.


        • Pierre Régnier Pierre Régnier 15 février 2011 19:47

          @ Polo

          Merci pour les liens. Je connaissais beaucoup de sites qui caressent l’Eglise dans le sens du poil, mais pas celui-là. Je le lirai autant que possible et avec attention, comme je lis les autres.

          Sur ceux-ci je vois de plus en plus de commentateurs qui trouvent que l’enfermement dans la posture victimaire n’est peut-être pas le meilleur moyen de défense et justification de ce qui se trouve critiqué, à l’extérieur comme à l’intérieur. 


          • Sachant Sachant 16 février 2011 01:27

            « un renouveau indispensable »

            Et pourquoi ne pas se soumettre au principe de l’évolution ?

            Bref : Disparaître
            Car pas assez adapté au grand besoin d’intelligence
            Qu’il nous faudrait pour survivre


            • le journal de personne le journal de personne 7 mars 2011 12:03

              Ouest terne
              Des hauts des bas sur l’islam

              Nous nous sommes retrouvés
              Le jour J, à l’heure H
              Sur les lieux du rendez-vous
              Il n’y avait plus que nous
              Nous étions à quelques mètres
              L’un de l’autre
              Prêts à en découdre
              A la loyale
              La vie est pour celui
              Qui tirera le premier
              Nous nous haïssions…
              Parce que j’étais chrétienne
              Parce qu’il était musulman

              http://www.lejournaldepersonne.com/2011/03/ouest-terne/


              • Pierre Régnier Pierre Régnier 7 mars 2011 14:47

                C’est gentil comme tout. Une jolie manière, très à la mode, de contourner un problème réel par l’exposé théatral de bons sentiments. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès