Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > A Jérusalem, il y a presque 2000 ans, une guerre sur fond de (...)

A Jérusalem, il y a presque 2000 ans, une guerre sur fond de religion

En l’an 70, éclatait l’effroyable guerre de Jérusalem ; une guerre déclenchée par les fractions les plus dures du judaïsme. Rome écrasa la révolte. Un nombre incroyable de Juifs fut crucifié. La ville fut brûlée et le somptueux temple d’Hérode disparut dans les flammes. Bien sûr, cela s’est passé il y a presque 2 000 ans ; personne, aujourd’hui, ne peut imaginer qu’un évènement de ce genre puisse se reproduire ; mais les hommes ont-ils changé ?

Les Juifs s’étaient rendus en foule à Jérusalem pour la fête des Azymes, autrement dit la pâques. Sur le toit des portiques du temple, une cohorte de légionnaires montait la garde pour prévenir tout mouvement séditieux.

 Y eut-il provocation de la part d’un Juif, un geste, une parole déplacée, nul ne le saura jamais, mais ce que l’on connait, grâce à l’historien Flavius Josèphe, c’est la réaction d’un légionnaire qui retroussa son vêtement. Se baissant avec une indécence toute soldatesque du haut d’un portique, il montra son derrière à la pieuse assemblée ; et il lui envoya à la face… un bruit incongru.

 Indignée par cette offense gravissime, la foule des fidèles hurla, réclamant la tête du profanateur, et des jeunes gens lancèrent des pierres contre les Romains. Comme des légionnaires arrivaient en renfort, les Juifs, saisis d’une panique soudaine, se précipitèrent vers les portes. Ce jour-là, 30 000 hommes (?) moururent piétinés et écrasés dans la foule.
 
  Au cours d’une opération de ratissage, un soldat découvrit dans un village le texte de la Loi. Il se saisit du Livre, le déchira et le jeta au feu. La nouvelle se répandit comme une traînée de poudre. Le pays se souleva comme si tous les villages de la région avaient été incendiés. On réclama là aussi au tribun la tête du soldat ; et celui-ci le livra à la mort pour calmer la foule.

 Un Galiléen avait été assassiné dans un village de Samarie. Aussitôt, la foule rassemblée à Jérusalem pour la fête des Azymes quitta la ville, semant la panique sur le territoire de Samarie. Les prêtres couraient après les exaltés pour essayer de les retenir, se répandant sur la tête la cendre du désespoir. L’empereur Claude condamna les Samaritains.

 Néron vint. Et le pays se couvrit de croix, car les brigands étaient devenus innombrables. Ils tuaient la nuit comme en plein jour, à la campagne comme à la ville. Des hommes étaient poignardés sans raison les jours de fête et les assassins s’éclipsaient dans la foule.

 Des charlatans, qui se disaient inspirés par Dieu, prêchaient dans le désert et des foules les suivaient. Un faux prophète égyptien avait amené 30 000 naïfs sur le Mont des Oliviers ; il s’apprêtait à forcer les portes de Jérusalem.

 Bref, partout, des brigands, des charlatans agitaient les populations dans le plus grand désordre. La Judée était remplie de leur folie. Les maisons brûlaient. On enlevait aux riches leurs biens et on les mettait à mort. Le pillage était de règle.
 
 Six mille personnes périrent dans le temple pendant les combats, par la faute d’un faux prophète qui les avait amenés de la ville jusque-là en les assurant qu’ils y recevraient ce jour-là les effets du secours de Dieu.

 Et toujours dans son ouvrage sur la guerre des Juifs, Flavius Josèphe poursuit :
 
Cet exemple prouve qu’il ne faut pas s’étonner de la crédulité des hommes du peuple que le malheur poussait à suivre n’importe quel imposteur qui abusait du nom de Dieu pour les tromper.
 On fermait les yeux et on se bouchait les oreilles pour ne pas voir ni entendre les signes certains et les avertissements véritables par lesquels Dieu avait prédit la ruine de la ville.

 Voici quelques-uns de ces signes véritables... d’après l’historien juif :

 -Une comète qui avait la figure d’une épée était apparue au-dessus de Jérusalem une année entière.
 -Lors de la fête de Pâques précédant le début de la guerre, on vit à la neuvième heure de la nuit, durant une demi-heure, autour de l’autel et du temple, une si grande lumière qu’on se serait cru en plein jour.
 -Une vache que l’on menait au sacrifice fit un agneau au milieu du temple (sic).
 -A la sixième heure de la nuit, la porte du temple qui se trouvait à l’orient et qui était d’airain et si pesante que vingt hommes pouvaient à peine la pousser, s’ouvrit d’elle-même (resic).

 -Le vingt-septième jour du mois de mai, avant le lever du soleil, on aperçut dans les airs, traversant les nuées, des chariots pleins de gens en armes qui se dirigeaient vers les villes comme pour les assiéger.
 -Le jour de la fête de la Pentecôte, les sacrificateurs qui célébraient le divin sacrifice entendirent au milieu de la nuit du bruit et aussitôt après une voix qui répéta plusieurs fois ces mots : « Sortons d’ici ».

 -Quatre ans avant le commencement de la guerre, alors que Jérusalem était encore dans une profonde paix et dans l’abondance, Jésus fils d’Ananus, qui n’était qu’un simple paysan, était monté à la fête des Tabernacles. Et il se mit à crier : « Voix du côté de l’Orient ! Voix du côté de l’Occident ! Voix du côté des quatre vents ! Voix contre Jérusalem et contre le Temple ! » Et comme il ne cessait point de courir par toute la ville en répétant la même chose, on se saisit de lui et on le fit fouetter.
 Mais lui ne se plaignait aucunement et se contentait de répéter toujours la même chose. Les magistrats, voyant en cela quelque chose de divin, le firent mener au gouverneur de Judée qui, pour le mettre à l’épreuve, le fit fouetter jusqu’au sang. Mais lui répétait d’une voix plaintive et lamentable : « Malheur, malheur sur Jérusalem ! » A aucun moment, il ne pensa injurier ceux qui le battaient.
 Quand Jérusalem fut assiégée, on le vit faire le tour des murailles de la ville en criant : « Malheur, malheur sur la ville ! malheur sur le peuple ! malheur sur le temple ! » Et comme il avait malencontreusement ajouté : « Malheur sur moi ! », une pierre lancée par une catapulte, le projeta à terre et il rendit l’esprit en proférant toujours les mêmes mots.
 
d’après Flavius Josèphe
 
Extraits de mes ouvrages, http://www.bibracte.com

Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Massaliote 15 octobre 2010 11:39

    Superbe article Monsieur Mourey, comme toujours. Merci de nous révéler des évènements historiques peu connus.


    • verdan 15 octobre 2010 14:26

      Bonjour Monsieur Mourey

      Merci, cela faisait longtemps :- :)

      Ravi de lire cet excellent article !!!

      Bien à vous
       


    • Emile Mourey Emile Mourey 15 octobre 2010 15:48

      @ kerjean

      Vous dites : auquel échappa, ô miracle, notre bon père Josèphe. J’espère que ce n’est qu’un euphémisme.

      Je cite : Josèphe, qui dans cet embarras ne perdit pas sa présence d’esprit, met alors sa confiance dans la protection de Dieu : « Puisque, dit-il, nous sommes résolus à mourir, remettons-nous en au sort pour décider l’ordre ou nous devons nous entretuer : le premier que le hasard désignera tombera sous le coup du suivant et ainsi le sort marquera successivement les victimes et les meurtriers, nous dispensant d’attenter à notre vie de nos propres mains. Car il serait injuste qu’après que les autres se seraient tués il y en eût quelqu’un qui pût changer de sentiment et vouloir survivre ». Ces paroles inspirent confiance, et après avoir décidé ses compagnons, il tire au sort avec eux. Chaque homme désigné présente sans hésitation la gorge à son voisin dans la pensée que le tour du chef viendra bientôt aussi, car ils préféraient à la vie l’idée de partager avec lui la mort. A la fin, soit que le hasard, soit que la Providence divine l’ait ainsi voulu, Josèphe resta seul avec un autre : alors, également peu soucieux de soumettre sa vie au verdict du sort et, s’il restait le dernier, de souiller sa main du sang d’un compatriote, il sut persuader à cet homme d’accepter lui aussi la vie sauve sous la foi du serment.

      Quant au reste de votre commentaire, je n’ai jamais parlé du méchant peuple juif mais des fractions les plus dures qui, vous l’ignorez peut-être, n’étaient pas suivies par une grande partie des notables. En cela, Flavius Josèphe, le renégat, malgré certaines de ses actions particulièrement cruelles et son retournement de veste, est, quoiqu’on dise, une source digne de foi.

      Y a-il une conclusion à mon article ? Pourquoi voulez-vous que je prenne partie ? Je ne fais que relater un fait historique. Si vous pensez que ce sont les Romains qui ont déclenché cette guerre du fait de leur « colonalisme », peut-être ? C’est aujourd’hui un raisonnement à la mode. Mais ce n’est pas ma conception traditionnelle de l’Histoire.

      Si vraiment, vous voulez me faire dire qu’il y a une conclusion cachée, peut-être faudra-t-il la chercher dans mon introduction sous forme de question : Les hommes ont-ils changé ? Je crains que non : désordre, meurtres, attentats, charlatans, l’extrémisme religieux donnera toujours les mêmes fruits. J’espère que vous n’êtes pas de ceux qui les excusent.


    • Emile Mourey Emile Mourey 15 octobre 2010 17:36

      Flavius Josèphe ne se trouvait pas parmi les insurgés retranchés dans Jérusalem. Il était déjà tombé aux mains des Romains.


    • COVADONGA722 COVADONGA722 16 octobre 2010 07:23

      @ st Cyr ect....


      yep sachant que dans d’autre lieux ou l’on est censé faire ses « humanités » se trouvaient il y a peu encore, les soutiens inconditionnels du stalinisme voir des kmers rouges.





      @mr Mourey
      le bonjour
      hi-han


    • BEBE 15 octobre 2010 17:46

      Voici quelques-uns de ces signes véritables... d’après l’historien juif :

      c’est bien de le souligner.
      Il buvait ou se droguait ?


      • Emile Mourey Emile Mourey 15 octobre 2010 18:07

        @ BEBE

        Non, il ne buvait pas et ne se droguait pas non plus. Il était normal... dans l’esprit de son époque, c’est bien là le problème.


      • BEBE 15 octobre 2010 18:43

        Emile...j’adore. « normal...dans l’esprit de son époque »

        esprit, es tu la ???

        en tout cas merci pour l’article.


      • Antenor Antenor 16 octobre 2010 11:38

        Cette guerre de Jérusalem est le reflet de la désespérance d’une partie de la population juive qui ne comprenait pas comment leur dieu pouvait laisser les « mécréants » dicter leur loi au « peuple élu ». Ils cherchaient donc des signes de la manifestation de dieu dans tout et n’importe quoi.


      • Emile Mourey Emile Mourey 16 octobre 2010 12:26

        @ Antenor

        Tout à fait d’accord. Il s’agit bien d’une guerre sur fond de religion. A l’époque de Néron, le judaïsme était très présent dans le monde connu du fait de sa diaspora et des conversions des gens des nations à un judaïsme messianique (qui évoluera ensuite en christianisme). Imbue de son histoire, Jérusalem pouvait prétendre à supplanter la Rome de Jupiter et à faire descendre sur terre un nouveau royaume - soi disant plus juste - sous le soleil d’un Dieu juif retrouvé.

        Il est probable que parmi les notables juifs, une bonne partie d’entre eux ont soutenu, voire encouragé, voire déclenché le mouvement. Peut-être ont-ils cru à une révolution pacifique ? Il aurait suffi pour cela que le Néron soi disant impie soit renversé et remplacé par un empereur pieux conforme à leurs croyances. Le problème est que ces notables ont été débordés par leur base populaire et que certains d’entre eux y ont même perdu la vie.

        La conclusion, c’est qu’en politique comme en religion, la manipulation de l’opinion et des foules n’est pas une opération sans risques, en particulier pour ceux mêmes qui en sont les instigateurs. On sait comment cela commence. Nul ne peut prévoir comment cela finit. Toutes choses égales d’ailleurs, le fait historique est le suivant : le fils de Dieu qui devait apparaitre n’est pas apparu.


      • Emile Mourey Emile Mourey 16 octobre 2010 12:29

        apparaitre dans le ciel


      • Antenor Antenor 16 octobre 2010 15:10

        Certains ont pensé qu’il s’agissait du fils de Marie. Si Marie est une population pieuse et que Jésus de Nazareth en est issu sans l’action d’un père/conseil de prêtre aristocratique, cela ne signifie-t-il pas que Jésus est avant tout un mouvement populaire (quasi insurrectionnel à certains moments) issu du « Tiers-Etat » sans véritable hiérarchie et sur lequel même les élites dissidentes (Jean-Baptiste, Simon) n’ont guère d’influence ? Ce qui expliquerait pourquoi il est aussi insaisissable ainsi que les divergences entre les récits des évangélistes. Tel courant de pensée du judaïsme pouvait estimer que telle action ou discours était inspiré par Dieu et lui donnait le label « Jésus » alors qu’un autre aurait une opinion différente. Cela expliquerait aussi pourquoi Jésus de Nazareth accorde tant d’importance aux plus démunis et fait preuve de beaucoup de pragmatisme. La première faisant défaut aux Hérodiens et le second aux Esséniens.


      • Emile Mourey Emile Mourey 16 octobre 2010 16:56

        @ Antenor

        En l’an 70, Jean-Baptiste et Simon, en tant que personnes chefs de courant, ont disparu, le premier décapité, le second crucifié. L’évangile de Matthieu, en l’an 48, est le compromis sur lequel ces deux courants se sont mis d’accord, à savoir un Jésus plus ou moins anonyme descendu dans le grand conseil essénien souffrant et martyr, ce qui n’exclut pas un retour en gloire dans le ciel avec un cortège d’anges (avant que la génération vivante disparaisse). Ce Jésus, c’est le Jésus de Nazareth des évangiles.

        Mais en l’an 70, il ne s’agit pas de Jésus de Nazareth qui, en manquant à la promesse des Ecritures, n’a pas rétabli Israël dans ses prérogatives de peuple souverain élu de Dieu. Il s’agit d’un Jésus du ciel dont on attend la venue ; une venue annoncée par le texte de l’Apocalypse de Jean de Gischala (à ne pas confondre avec le Jean de l’évangile) ; et non du Jésus des évangiles qui est déjà venu.

        Autrement dit , il apparait que le courant nazaréen - qui n’était pas anti-romain - ne pouvait pas être partie prenante dans le conflit, et en effet, il est bien dit que Jacques, et donc sa communauté, a bien quitté la ville avant que le siège ne se referme.


      • Antenor Antenor 15 octobre 2010 17:51

        Autres lieux, autres temps : la France à la fin du 16ème siècle. C’est depuis cette période, bien avant Waterloo, que nous courrons après les Anglais qui ont eu l’habilité de neutraliser l’influence religieuse extérieure en quittant l’église romaine tout en conservant un clergé unifié derrière le roi.
        Un siècle plus tard, ils promulguaient l’Habeas Corpus quand notre roi-soleil ne savait plus à quel saint se vouer pour se débarrasser des Camisards à grands renforts de dragonnades.


        • Ouallonsnous ? 15 octobre 2010 21:45

          Effectivement, Egosum, notre auteur Mourey est en train de se décridibiliser en traitant en historien des ragots bibliques jamais vérifiés !


        • yoav 16 octobre 2010 06:06

          Merci à l’auteur, c’est intéressant.

          Par curiosité, j’ai recherché des informations sur le pain Azyme et c’est assez saisissant de lire que c’était un pain fabriqué avec du sang de sacrifices humains de non-juifs (de préférence des enfants) et que ça a été au moins pratiqué jusqu’en 1840.
          Ça vaudrait un article de l’auteur si féru d’histoire.

          • Emile Mourey Emile Mourey 16 octobre 2010 10:15

            Le pain Azyme est tout simplement un pain non levé. C’est un pain que les Juifs pratiquants mangent le jour de Pâques en souvenir d’un évènement historique fondateur que relate le Pentateuque : le départ d’Israël d’Egypte sous la conduite de Moïse.


          • Emile Mourey Emile Mourey 16 octobre 2010 10:29

            Israël, c’est une histoire ; probablement une des plus intéressantes mais aussi une des plus compliquées à étudier sur le plan de l’anthropologie. La solution de facilité est de dire que les récits bibliques ont été inventés... Les raisins sont trop verts et bons pour des goujats.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès