Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Accepter la différence, c’est d’abord accepter qui nous (...)

Accepter la différence, c’est d’abord accepter qui nous sommes

Dans un manuel scolaire d’histoire géographie, l’éditeur Belin a décidé de « flouter » le visage du prophète Mahomet sur une reproduction du XIIIe siècle, rapporte Le Figaro dans un article daté du 7 avril 2007.

Au Canada, ce type de décision porte désormais un nom : un « accommodement déraisonnable ».

L’"accommodement raisonnable" est une expression juridique définie par la Cour suprême du Canada pour désigner différentes mesures destinées à minimiser la discrimination dont pourrait être victime un individu issu d’une minorité à l’intérieur de la société canadienne.

Tout accommodement se fonde sur la "Charte canadienne des droits et libertés", intégrée dans la constitution depuis 1982 et qui interdit toute discrimination basée sur le sexe, la race, la religion, l’opinion ou l’orientation sexuelle.

Préalablement, en 1975, la province du Québec s’était déjà dotée d’une "Charte des droits et libertés de la personne".

Or, c’est précisément au Québec que la question des accommodements s’est imposée dans la dernière campagne électorale de mars 2007 à la suite de revendications de plusieurs minorités religieuses, contestées par l’opinion publique.

Telle communauté juive ne supportait pas qu’une salle de sport, dont les fenêtres donnaient sur une rue passante, puisse laisser voir des femmes en tenue sportive, demandant que les fenêtres soient givrées. Telle communauté indienne revendiquait le port du kirpan (un petit couteau traditionnel) pour les garçons à l’école. Telle communauté musulmane revendiquait le droit de porter le nijab pour aller voter, alors que la loi électorale québécoise impose l’identification visuelle de la personne. Telle autre communauté religieuse s’indigna que le gouvernement célébre Noël, fête typiquement catholique. Telle communauté religieuse refuse de passer le permis de conduire avec une femme comme examinateur. Telle autre refuse que des cours prénataux soient donnés à des groupes mixtes, etc.

Jusqu’où doit-on accommoder les minorités pour respecter leurs coutumes au risque de sacrifier aux principes d’égalité et de non-discrimination énoncés par les chartes elles-mêmes ?

Tout d’abord, il est une première évidence : ces communautés religieuses n’acceptent pas qu’il puisse y avoir une séparation entre la vie privée et la vie publique. Dans leur conception des choses, la religion (qui, pour nous, occidentaux, est une affaire privée) est aussi pour eux une affaire publique que l’État doit même garantir. D’où leur activisme pour imposer leur vision religieuse de la société.

Seconde évidence : toutes les religions ont toujours été hostiles à la femme. Les États occidentaux, devenus laïques, ont su, avec plus ou moins de volonté politique, réhabiliter la femme dans la société. Pour les non-occidentaux, la question de la femme reste souvent dramatique et il est intolérable de sacrifier l’égalité entre hommes et femmes au profit d’une autre vision sociétale. Il y a des principes universels (celui-là en est un parmi d’autres) qui ne supportent ni relativisme ni compromis.

Troisième évidence : les pays occidentaux ont une histoire et cette histoire est judéo-chrétienne. Certains peuvent le déplorer, mais on n’efface pas une histoire, même pour accommoder quelques-uns. Ceci est aussi vrai pour toutes les cultures : l’histoire d’un peuple ou d’un continent, quel qu’il soit, est le creuset de son identité et elle doit être respectée. Par conséquent, bien que laïques, les pays occidentaux n’en continuent pas moins d’utiliser un calendrier grégorien (du pape Grégoire XIII), de faire résonner les cloches des Églises catholiques le dimanche et de déclarer Noël jour de congé. Il n’y a pas de honte à avoir une histoire.

On peut donc être laïque, affirmer des principes républicains inamovibles tels que l’égalité des sexes et accepter notre héritage judéo-chrétien. Ce n’est que sur cette base pleinement assumée et revendiquée que nous pourrons satisfaire à des accommodements qui soient véritablement raisonnables. Car après tout, accepter la différence, c’est d’abord accepter qui nous sommes.


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (81 votes)




Réagissez à l'article

57 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 11 avril 2007 13:47

    Le droit à la différence,c’est la porte ouverte à toutes les formes de communautarismes et qui va à l’encontre de toutes formes d’intégration dans une société dans laquelle on vient vivre.

    Le communautarisme porte en lui des idées obscurantistes et incompatibles avec une république moderne.

    Voila pourquoi,nous devons nous battre contre ce communautarisme qui cherchera toujours à défier la république et le mieux est d’expulser du territoire ces éléments les plus extrèmistes afin de les renvoyer dans leur pays d’origine.

    Le communautarisme est une forme de fascisme qui doit etre combattue par tout les moyens légaux et cela passent donc par une immigration controlée afin de savoir qui on accepte sur notre territoire.


    • Maximilien Depontailler Maximilien Depontailler 11 avril 2007 16:33

      Certes il existe une différence entre la République française, une et indivisible, et le Canada qui se revendique comme société multiculturelle (qui est différent du communautarisme américain). Toutefois, l’accommodement raisonnable doit être accordé par une Commission des droits de la personne, ou par un tribunal ou, ultimement, par le législateur. De plus, un accommodement raisonnable peut-être temporaire. Enfin, un accommodement n’est pas que religieux.

      Il ne s’agit donc pas à des joueurs de foot d’imposer leurs propres règles en fonction de leurs envies, mais il s’agit d’intégrer toutes les différences qu’une société peut porter (handicaps, âges, maladies, etc) aux règles générales en acceptant des modifications non substancielles pour le groupe mais capitales pour le nouveau joueur. Ainsi, un élève non-voyant dont le chien est admis en classe, une personne handicapée qui doit être acoompagnée dans un isoloir pour voter, un malentendant qui demandera des conditions de travail adaptées, etc.

      Selon www.educaloi.qc.ca, au sens juridique, l’accommodement raisonnable est une conséquence du droit à l’égalité et à la protection contre la discrimination. C’est une mesure corrective qui vise à assurer qu’une personne puisse avoir accès aux mêmes emplois, établissements ou services que les autres, peu importe ses caractéristiques personnelles : âge, handicap, religion, langue, etc. Fait à souligner, l’accommodement raisonnable est fait en faveur d’un ou de plusieurs individus précis et non d’un groupe.

      Un accommodement n’est « raisonnable » que s’il n’impose pas une contrainte excessive à l’organisme ou à l’entreprise concerné. Par exemple, une personne non-voyante pourrait demander la traduction en braille des fonctions de l’ascenseur qu’elle utilise pour se rendre à son bureau et à celui de son superviseur. Mais elle ne pourrait pas le demander pour tous les ascenseurs de tous les immeubles de la compagnie qui l’emploie. Une telle mesure demanderait trop de temps et d’argent pour le bénéfice d’une seule personne.

      Il est vrai que la question de l’accommodement est devenu plus problématique avec les demandes émanant de groupes religieux, toutes tendances confondues. Un catholique, par exemple, avait demandé un accommodement à son employeur pour ne pas travailler le dimanche, jour de prière. Cela lui a été refusé, car il a été démontré qu’il était croyant mais non pratiquant.

      L’accommodement est une souplesse apportée à une société pour garantir le respect des droits de chacun. Mais cela peut être aussi le moyen de réaffirmer les valeurs fondamentales d’une société en refusant des accommodements au nom de principes universels.

      C’est une alternative entre l’uniformité absolue de la République française et le communautarisme américain.


    • Unknown (---.---.241.82) 11 avril 2007 17:26

      Je suis globalement très d’accord avec votre commentaire, mais (je crois) il ne vaut que pour les exemples que vous citez, en réalisant la synthèse : Ceux qui supportent leur conditions (handicapés, malades, personnes agés,...)

      Dans le cas de l’équipe, comme de la migration, rien ne te force à venir (sauf réfugiés) rien ne te force à jouer de nouvelles règles, ton voyage vers l’Europe, les Us ou je ne sais, est effectué librement.

      Nous n’avons pas (indigènes) à changer ceci ou cela, pour faire plaisir à un tel ou une telle, un Algérien (exemple) ne vient pas en France pour recréer une Algérie. Je n’ai pas à me cacher devant lui parce que je bois une bière ou grignotte mon jambon-beurre, ok ? Il adopte mes règles, nos règles car il est venu dans l’équipe librement, alors il joue le jeu, et s’il n’est pas d’accord il y a l’aéroport. (chanson québecoise)

      Le Canada prend le chemin qui lui plaira, chemin qui est le reflet de son parcours historique. La France, en fait les français, ne sont pas franchement d’accord avec de tels accomodements. Il s’agit de construire la France du future et non d’en créer une nouvelle, le propos est l’évolution et non la transformation.

      Qu’une minorité ethnique veuille imposer ses règles est une belle marque d’intolérance envers la population qui l’accueil. Elle s’installe au pays de la mini-juppe, et hurle finalement au scandal, c’est un peu se foutre de la gueule du monde. On ne lui a pas menti, il savait ce qu’il faisait et où il allait, puisqu’il y est venu librement.


    • Unknown (---.---.241.82) 11 avril 2007 14:58

      Je suis dans une équipe de foot depuis 5 ans maintenant. Mais je suis le seul à avoir le droit de jouer avec une main, j’ai du faire des concéssions, je viens du basket. Julo, un autre équipié, joue avec une raquette car il est fan de squash, il serait injuste de l’en priver. Robert, le Goal refuse d’arrêter le ballon avec les mains car en tant que peintre à ses heures perdues, il ne veut les abimer, c’est bien naturel. Charles ne joue que lorsque le vent souffle, la nostalgie du marin qu’il était étant trop ancré en lui.

      Si tu veux jouer au foot...tu joues selon ses règles.

      A bon entendeur...


      • seb59 representant en ip flottantes (---.---.180.194) 11 avril 2007 15:48

        L’argument « respectons les diferences de chacun » est justement le probleme !

        Car au final, on doit tout accepter, meme l’inacceptable !

        Désolé, mais quand on veut rentrer dans une equipe (un pays, une religion, une communauté), il faut en accepter les regles et les contraintes.

        Cela semble du bon sens, mais les hommes politiques ont oublié d’avoir des avis fermes, pour maximiser le nombre d’electeurs.

        A vouloir etre souple, on supprime les regles, ce qui meme a l’anarchie ou à l’immobilisme.


        • docdory docdory 11 avril 2007 18:52

          @ L’auteur

          La politique de « l ’accomodement raisonnable » a été dernièrement très et fort justement contestée par la commune québécoise d’Hérouxville , je crois .

          Une République , c’est la même loi pour tous . Il ne saurait y avoir des lois particulières pour tel et tel groupe en raison de règlements religieux ou coutumiers propres à ces groupes . Si un « règlement religieux » contredit la loi , c’est la loi qui doit s’appliquer , si les citoyens ayant cette opinion religieuse veulent quand même appliquer ce règlement religieux , ils sont parfaitement libres de quitter la France pour aller habiter dans le ou les pays dans lesquels ces réglements s’appliquent !

          Il est donc anormal que , dans une France censée être laïque , l’on continue à servir des « menus musulmans » dans les écoles , alors que l’un des rôles principaux de l’école est à mon sens de lutter contre la superstition et tous les obscurantismes et de promouvoir la Raison .


          • Maximilien Depontailler Maximilien Depontailler 11 avril 2007 21:54

            L’accommodement raisonnable a été en effet contesté par la petite ville de Hérouxville. Était-ce juste ? j’en doute.

            Il s’agit là d’écraser une mouche avec un missile. D’abord parce qu’il n’y a qu’un seul immigrant noir dans cette ville de 1338 habitants. Ensuite parce que toutes les mesures énoncées dans les nouvelles « normes de vie » de la ville sont toutes à connotation anti-musulmane. Or, des individus de toutes confessions (même catholique) ont, à un moment où un autre, souhaité bénéficier d’accommodements au Canada.

            Il est vrai que la société québécoise, hommes politiques compris, ont peut-être eu un moment de flottement face à une situation somme toute assez récente. Cela justifie-t-il qu’une ville, qui n’est même pas directement concernée par le problème, réagisse de manière aussi drastique et partiale ?


          • (---.---.105.229) 11 avril 2007 19:42

            « C’est une alternative entre l’uniformité absolue de la République française et le communautarisme américain. »

            Je ne sais pas du tout où vous sortez cela, mais la France n’est absolument pas dans l’uniforminté absolue !!!! Venez donc à Paris, vous verrez !

            Quand à cette histoire de flouter le visage de Mahomet, c’est dramatique. Cela montre que le terrorisme paye. Oui, il paye. On se couche devant les terroristes, on subit leur dictact. C’est effrayant.

            Ici, en France, on a 10 millions de musulmans, 1/6 de la population, plus que pour les états-unis. Nous les connaissons bien. Pas vous. J’espère que vous les connaitrez jamais « bien » d’ailleurs. La France est en train de glissez, doucement mais surement, vers une société mulsulmane. C’est une catastrophe absolue. La France meure, doucement mais surement. Vous ne savez pas à qui vous avez affaire.

            « Acceptez la différence » c’est de belles paroles d’occidentaux. On en crève d’accepter la différence. Parce que eux, ne l’accepte pas du tout...

            Vous ne savez pas à qui vous avez affaire...


            • Maximilien Depontailler Maximilien Depontailler 11 avril 2007 20:35

              Pour avoir vécu en France pendant mes trente premières années, je crois donc avoir ressenti et compris ce que sont le centralisme étatique français et l’homogénéité citoyenne qui est à la base de l’esprit Républicain (ceci dit sans critique excessive pour un système qui a ses avantages).

              Je suis d’accord avec nombre d’entre vous et c’est ce que mon article dit : si nous voulons accepter certaines différences, il convient d’abord d’affirmer ce que nous sommes, nos valeurs, nos principes, nos règles et notre droit. Ils ne sont pas négociables. Et ils doivent être compris et respectés. Toutefois, des accommodements peuvent être examinés au cas par cas, dans le respect de ces fondamentaux.

              Le floutage du visage de Mahomet est un accommodement inadmissible et c’est ce qui m’a fait réagir. C’est accepter de soumettre la liberté d’expression à une idéologie religieuse.

              Mais je maintiens que ce n’est pas parce que nos règles et nos valeurs sont mises sous pression par des activistes souvent extrémistes que nous devons supprimer toute idée d’accommodement (encore une fois dans le respect de nos valeurs) pour les personnes modérées et/ou qui en auraient besoins (personnes handicapées, malades, âgées, etc.)

              Charge à nous, à nos tribunaux, à notre Parlement de faire la juste part des choses, d’être fermes et intraitables pour les uns, ouverts et conciliants pour les autres... en préservant toujours, dans un cas comme dans l’autre, nos principes, nos valeurs et notre droit.


            • docdory docdory 12 avril 2007 11:58

              @ l’auteur

              Ce qu’il y a de curieux dans votre propos , c’est que vous semblez mettre sur le même plan les accomodements raisonnables liés au nécessaire devoir de toute société se voulant être civilisée , qui est de faciliter l’existence des plus faibles d’entre nous ( sous-titres pour les sourds , rampes d’accès pour les fauteuils roulants de paralysés , claviers et livres en Braille pour les aveugles , etc ... ) , et les accomodements pour satisfaire diverses interdictions ou obligations religieuses ou culturelles .

              Cela sous-entend clairement que vous considérez que les adeptes de telle ou telle religion comme atteints d’un handicap mental particulier qui les empêcherait de vivre comme les autres citoyens , handicap qui , à l’égal des autres handicaps , serait indépendant de la volonté de l’individu et non susceptible d’amélioration , et leur donnerait droit à des accomodements particuliers organisés par l’Etat et financés par le contribuable au même titre que les rampes d’accès pour handicapés .

              Cela signifie que , selon vous , les musulmans , par exemple , sont incapables intellectuellement de concevoir que les protéines de porc sont composés de la même vingtaine d’acides aminés que n’importe quelles autres protéines , et donc qu’il leur faut un menu spécial dans les cantines scolaires au même titre que les enfants diabétiques , allergiques ou intolérants au gluten . Donc , selon vous , la superstition est une maladie dont le traitement consiste en des menus spéciaux dans les cantines ( ou des horaires spéciaux pour femmes dans les piscines etc ... ) .

              En réalité , cette politique d’accomodements raisonnables pour raisons religieuses est de fait une politique d’apartheid qui n’avoue pas son nom ( un des arguments des partisans de l’apartheid en Afrique du Sud était qu’il fallait « préserver les différences culturelles » ) .

              Je dirais même que les enfants issus de l’immigration en provenance de pays musulmans seraient assimilés depuis longtemps , comme l’ont été les enfants d’origine polonaise , portugaies , italienne , asiatique etc ... , si l’Etat français n’avait pas , à une époque , pratiqué une politique très néfaste d’accomodements raisonnables , en instituant les menus musulmans dans les cantines et en libéralisant l’attribution de prénoms ( il y a une quarantaine d’années , seuls étaient autorisés les prénoms figurant dans le calendrier et les prénoms de l’antiquité gréco-romaine ) .

              En autorisant , par un droit-de l’hommisme mal digéré , l’attribution de prénoms étrangers aux enfants nés en France , l’Etat a retardé de plusieurs générations l’assimilation de ces enfants . En effet , si le nom de famille traduit l’origine géographique d’un citoyen , le prénom témoigne de la volonté familiale de voir les enfans s’assimiler à la société dans laquelle ils vivent . La meilleure preuve en est que toutes les personnes d’origine maghrébine portant un prénom français que j’ai eu l’occasion de rencontrer avaient toutes d’excellentes situations , et ne connaissaient pas le chômage ! Je dirais que , pour une personne d’origine maghrébine , donner un prénom français à ses enfants diminue d’au moins 50 % le risque que ceux-ci se retrouvent un jour au chômage , c’est donc un très beau cadeau de naissance à leur faire !


            • Maximilien Depontailler Maximilien 12 avril 2007 12:50

              Ce n’est pas moi mais la Cour Suprême du Canada, se basant sur la Charte canadienne des droits et libertés, inscrite dans la constitution, qui associe les accommodements raisonnables au droit à l’égalité et à la protection de toutes les discriminations (la religion, l’âge, le sexe, la maladie, le handicap, etc.)

              Il s’agit donc d’un principe général constitutionnel.

              Quant à votre raisonnement qui fait de ce principe de défense des droits humains et de l’égalité, la cause de l’apartheid, je ne peux que m’étonner d’un tel renversement des valeurs. Je vous invite à faire un séjour au Canada. Vous serez rapidement convaincus de la mixité culturelle. Un exemple ? Les quelques milliers d’étudiants de l’université d’Ottawa représentent 67 nationalités différentes à travers le monde.


            • docdory docdory 12 avril 2007 13:20

              @ L’auteur

              Je n’ai rien contre la mixité culturelle , après tout je mange dans des restaurants asiatiques , marocains etc ... et j’écoute de la musique de tous pays . Là ou il ne peut pas y avoir de mixité culturelle , c’est dans le domaine de la loi . Toute personne arrivant en France pour s’y installer doit renoncer dans sa vie aux particularismes culturels incompatibles avec la vie dans notre pays ( voiles islamiques , poignards sikhs , mariages forcés , excisions et même circoncisions rituelles , menus musulmans , apartheid hommes-femmes dans les piscines etc ... ) .

              Vouloir artificiellement , par des « accomodements raisonnables » , maintenir ces citoyens dans une sous-catégorie à part de la population , j’appelle cela effectivement de l’apartheid !

              Lorsque Martine Aubry , méprisant ouvertement l’héritage laïque du socialisme , institue des horaires spéciaux pour les femmes musulmanes dans les piscines de Lille , elle institue un double apartheid : un apartheid homme-femmes et un apartheid musulmans - non musulmans . C’est proprement scandaleux pour une femme qui ose se prétendre « socialiste » !


            • Maximilien Depontailler Maximilien 12 avril 2007 13:48

              Vous dîtes : « Vouloir artificiellement , par des » accomodements raisonnables « , maintenir ces citoyens dans une sous-catégorie à part de la population , j’appelle cela effectivement de l’apartheid ! »

              En quoi une culture différente de la votre serait inférieure à la votre ? Ensuite, je rappelle que ce sont les éventuels futurs bénéficiaires des accommodements qui en sont les demandeurs.

              Vous semblez ne pas comprendre ce que signifie le respect des droits et des libertés de chacun. A moins que vous considériez que l’Occident est supérieur et qu’il faut empêcher tout individu habitant le même territoire que vous à pouvoir bénéficier d’une relative différence, y compris contre son gré. Personnellement, je n’appelle plus ce système une démocratie respectueuse du droit de la personne.


            • docdory docdory 13 avril 2007 09:07

              Le respect des droits et libertés de chacun ne va pas jusqu’au point ou des étrangers s’affranchiraient de la loi commune française pour appliquer leurs lois et coutumes particulières au frais du contribuable .

              Un exemple : combien de circoncisions rituelles sont remboursées par la sécurité sociale ? La France comprend selon un tout récent sondage 3 % de musulmans c’est à dire 1 800 000 personnes , ce qui représente peut-être 20 000 naissances par an . Si la moitié d’entre eux sont circoncis dans des hôpitaux ou cliniques au prix d’environ 1 500 francs , cela fait déjà 15 millions de francs sortis de la poche des cotisants pour rembourser ces circoncisions non justifiées médicalement , qui représentent par ailleurs une atteinte injustifiable à l’intégrité physique des enfants , donc aux droits de l’enfant , et s’oppose donc au droit français !


            • Iren-Nao 5 juin 2007 05:32

              @ Docdory

              Excellement dit !! smiley


            • Pierre (---.---.196.63) 11 avril 2007 20:10

              Un individu qui vient dans un pays qui n’est pas de sa culture doit s’adapter à celle-ci où aller sous d’autres cieux. D’ailleurs, il y a des demandes incompatibles entre elles. Par exemple pour faire plaisir aux intégristes musulmans, il faudrait que toutes les femmes en France portent le voile pour ne pas choquer...Allah et le prophète ! oui, mais voilà les féministes ont eu bien du mal à avoir quelques avancées pour les femmes...Comment concilier ces deux demandes ? Donc, il faut respecter la laïcité d’une part et d’autre part IL FAUT que les nouveaux arrivants s’adaptent à nos moeurs. Ce n’est pas aux descendants de Gaulois à s’adapter à l’Islam ou à toute autre religion venant d’ailleurs.


              • Maximilien Depontailler Maximilien Depontailler 12 avril 2007 17:59

                Vous demandez comment concilier ces deux demandes ? C’est simple : la question n’existe pas.

                Personne n’a dit qu’il faut faire plaisir à tous les intégristes en France. Au contraire, il faut profiter de demandes spécifiques d’accommodements pour affirmer les valeurs de la République comme l’égalité homme-femme qui est non négociable. Quant au respect de la laïcité, c’est évident ! Et qaunt à l’adaptation des nouveaux arrivants aux valeurs du pays d’accueil, c’est une nécessité ! Mais vous dites « adaptation » (ce en quoi je suis d’accord) et non « assimilation ».

                Je rappelle qu’un accommodement n’est « raisonnable » que s’il n’impose pas une contrainte excessive à l’organisme ou à l’entreprise ou à la collectivité concernée. En plus, lorsqu’un accommodement est accordé, il l’est pour un ou quelques individus et non un groupe. C’est du cas par cas.

                Enfin, nous sommes bien les descendants des gaulois mais aussi de toutes les hordes de barbares essentiellement germaniques (Goths, Wisigoths, Huns, Francs, Germains, Avars, Vandales, etc.) Cela relativise l’idée de pureté n’est-ce pas ?


              • Marsupilami Marsupilami 11 avril 2007 20:46

                @ Maximilien

                Hello chump, t’as raison mais t’es encore trop cool.

                Tu te rappelles de la tentative d’instaurer la charia en Ontario ?

                Faut rien laisser passer. Rien.

                Et comme dit Richard Desjardins aux gringos : « Que dieu vous blesse ! ».

                Faut rien lâcher. Rien.


                • Maximilien Depontailler Maximilien Depontailler 11 avril 2007 20:55

                  Bien sûr que je m’en souviens ! Et le Premier Ministre de l’Ontario a tranché : c’est contraire aux valeurs et aux principes du Canada. Il n’y aura donc pas de tribunal islamique en Ontario.

                  Il faut être ferme et intraitable lorsque cela s’impose. En l’occurence, cette demande dépassait toutes les bornes ! La réaction du politique a été juste.

                  Faut-il pour autant être systématique ? Je crois davantage au pragmatisme.


                • (---.---.155.11) 11 avril 2007 20:59

                  Maximilien,

                  Attention Marsupilami est le pire troll d’agoravox


                • Louis (---.---.53.114) 11 avril 2007 20:58

                  Dans le même ordre d’idée ordre d’idée de prosternation devant une religion, un article de Communautarisme.net : " Les Trois Petits Cochons censurés en Angleterre ! Pour ne pas offenser les Musulmans, une école anglaise a préféré remplacer les Trois Petits Cochons par trois petits chiens. Des cochons passés à la moulinette du politiquement correct Dans son édition du 16 mars 2007, le Daily Mail rapporte que les responsables d’une école britannique ont jugé bon de censurer une représentation théâtrale des Trois Petits Cochons destinée à des enfants de 11 ans. Afin d’éviter d’offenser les musulmans assistant éventuellement au spectacle, les trois petits cochons de l’histoire ont été purement et simplement remplacés par... trois petits chiens ! Gill Goodswen, professeur principal de la Honley Church of England Junior School de Huddersfield (West Yorkshire), a ainsi justifié cette décision : “nous devons être attentifs si nous voulons être multi-culturels. Il est apparu comme plus responsable de ne pas faire référence aux trois petits cochons. Nous avons eu peur que des enfants musulmans se refusent à chanter des paroles au sujet de cochons. Nous n’avons pas voulu prendre ce risque. S’il suffit de modifier quelques mots pour éviter d’offenser les musulmans, alors nous le ferons.” Le plus pathétique dans cette affaire, c’est que les dirigeants de l’école, qui n’avaient reçu aucune plainte de parent d’élève, ont agi de leur propre initiative. D’ailleurs, les représentants locaux du culte musulman ont dit trouver “bizarre” la décision de l’école en rappelant que l’interdit religieux de l’Islam portait sur le fait de manger du porc et non sur l’animal lui-même. Une histoire un peu dingue qui montre une fois de plus que le communautarisme provient souvent davantage de la lâcheté -mâtinée de bons sentiments- des institutions que de l’activisme des groupes minoritaires. "


                  • caius (---.---.208.4) 12 avril 2007 08:42

                    La laïcité en voie d’islamisation

                    André Durand, après avoir étudié la philosophie et la théologie, a vécu huit ans au Maroc et a étudié l’Islam auprès des islamologues Roger Arnaldez et Denise Masson (traductrice du Coran). Dans son livre L’islam au risque de la laïcité (Paris, L’Harmattan, 2005), André Durand évoque les problèmes que l’Islam suscite en Occident au niveau de la modernité, de la démocratie et de la laïcité.

                    Défi de la modernité

                    Le premier objectif des musulmans est de s’opposer au monde moderne pour rebâtir une société fondée sur les principes de l’Islam. Pour détruire ce monde moderne qui est le nôtre, les fanatiques musulmans n’hésiteront pas, selon André Durand (p.125), à utiliser l’arme nucléaire :

                    « Les fanatiques [musulmans] veulent éliminer de la surface de l’univers toute trace de “mécréance” en menant une guerre nucléaire, chimique ou bactériologique. Dans son catéchisme exaltant la noblesse du jihad, la violence meurtrière est magnifiée : “Si pour tuer des infidèles [non-musulmans], on tue en même temps leurs femmes et leurs enfants, peu importe”. Ces “purificateurs” [musulmans] estiment que les “mécréants” constituent une quasi race inférieure, dégénérée, et qu’ils ressortissent à une sous humanité (Un thème cher à Adolf Hitler dans Mein kampf). Chrétiens (“croisés”) et Juifs sont proscrits dans une zone infra-humaine. »

                    Selon ces musulmans, les non-musulmans ne sont donc pas des êtres humains. C’est ce que sous-entend également Hani Ramadan, responsable du Centre Islamique de Genève, et frère du célèbre champion du double langage Tariq Ramadan :

                    « Les hommes, quelles que soient leurs races et leurs couleurs, ne peuvent réellement devenir humains que s’ils choisissent de se conformer à la volonté divine ». Hani RAMADAN, cité par A. DURAND, p.125.

                    André Durand (p.125) poursuit en disant que « l’Islam étant supposé figurer la religion parfaite, le seul monothéisme véridique, les musulmans incarnent indubitablement la “race supérieure”. » Cette conviction qu’ont les musulmans d’appartenir à une « race supérieure » vient du Coran qui déclare :

                    « Vous [musulmans] êtes la meilleure communauté qu’on ait fait surgir pour les Hommes : vous ordonnez le Convenable, interdisez le Blâmable et croyez en Allah. » Le Coran sourate 3, v.106/110 (trad. de Régis BLACHERE).

                    André Durand (p.125) constate qu’une telle conception conduit au rejet de l’humanisme et de la modernité qui sont considérés par les musulmans comme :

                    « une révolte individuelle contre la religion [musulmane] et les valeurs spirituelles qu’elle représente. Ce phénomène remonte à la Renaissance (...). De son bastion en Occident, cette tumeur maligne s’est répandue comme une traînée de poudre sur la planète tout entière. » A. DURAND citant Meryem DJAMILA, intellectuelle musulmane.

                    L’auteur poursuit (p.126) en constatant que, pour le monde musulman, les valeurs occidentales ne seraient donc qu’une maladie dangereuse :

                    « L’Occident est ainsi perçu comme le “virus”, le “poison”, la “maladie” sécrétée par les athées, licencieux, féministes, croisés, judéo-maçonniques, etc... La société occidentale, “société d’homosexuels et de lesbiennes”, société “puante”, est accusée de répandre ses virus dans le monde musulman. Aussi, est-il urgent d’éliminer les responsables de cette “occidentose”, notamment ceux qui “prétendent que l’Islam contient démocratie et droits de l’homme (...), alors qu’il est parfaitement incompatible avec eux”. »

                    André Durand décrit cette attitude comme un « néo-racisme politico-religieux » musulman, « fondé sur une discrimination, théorique et pratique, dont les catégories se distribuent ainsi : hommes/femmes, Musulmans/non Musulmans, dominants/dominés. » Et l’auteur ajoute (p.126) que :

                    « Parmi les non musulmans, les Juifs méritent [selon les musulmans] une place spéciale réservée au genre zoomorphe [de forme animale]. On lit, par exemple, dans un communiqué de la Jamaa Islamique : “Que serait la présence de 20 000 singes et porcs [juifs] au Maroc ?”. »

                    Dans le monde musulman, les juifs sont considérés comme des animaux impurs, et plus particulièrement comme des singes et des porcs car c’est de cette façon qu’ils sont traités par le Coran, livre sacré des musulmans, et par Mahomet, le prophète fondateur de l’Islam :

                    « Dieu [Allah] a transformé en singes ou en porcs ceux qu’il a maudits [c’est-à-dire les juifs de Médine, en Arabie, et les chrétiens]. » Le Coran, sourate 5, v.60 (trad. de D. MASSON).

                    « Le Prophète [Mahomet] cria aux Quraydha [tribu juive de Médine en Arabie] : “Frères de singes, vous n’avez pas encore connu, je le vois, l’humiliation et la vengeance de Dieu [Allah]. Vous allez les connaître !” » IBN HICHAM, La biographie du prophète Mahomet, Fayard, 2004, p.272.

                    À l’appui de ces paroles considérées comme sacrées par les musulmans, un imam de La Mecque (ville sainte de l’Islam, en Arabie Saoudite) a déclaré, dans un sermon diffusé en direct le 27 octobre 2000, sur Radio-Orient que :

                    « Les Juifs d’hier sont un mauvais héritage et (...) ceux d’aujourd’hui sont pires encore ; ingrats avec leurs bienfaiteurs (...), déchets de l’humanité. Ils sont honnis et bannis par Dieu [Allah] qui a fait d’eux des singes, des porcs et des adorateurs d’idoles ayant dévié du droit chemin ».

                    André Durand, qui cite ce discours haineux, constate (p.126) que : « Nous sommes loin de l’Islam paisible du dialogue islamo-chrétien des années 1960-1980 ! » Et il ajoute, en conclusion, que l’islamisme prêche l’extermination des « Juifs et des croisés » et diabolise les États-Unis et l’Europe en définissant l’Occident comme « l’incarnation du mal ».

                    Défi de la démocratie

                    Le deuxième défi ou objectif des musulmans, souligné par André Durand, est de mettre fin à la démocratie. Pour illustrer ce rejet, l’auteur cite (p.127) l’Algérien Ali Belhadj, prédicateur du FIS (Front Islamique du Salut) qui déclare :

                    « L’idée démocratique est au nombre des innovations intellectuelles néfastes qui obsèdent la conscience des gens. (...) il s’agit d’un poison mortel dont le fondement est impie (...). La démocratie est un mot grec, inconnu dans la langue du siècle béni [c’est-à-dire la langue arabe parlée à l’époque de Mahomet](...). C’est donc un mot né sur la terre d’impiété, de la corruption et de la tyrannie [la terre non-musulmane](...).

                    Frères d’Islam, sachez que nous refusons tous le dogme démocratique impie sans la moindre faiblesse (...). Le mot liberté dresse les groupes humains contre toute autorité, jusqu’à la Sunna de Dieu [la loi d’Allah]. Le mot liberté est au nombre des poisons maçonniques et juifs, destinés à corrompre le monde sur une grande échelle. »

                    Défi de la laïcité

                    Le troisième objectif des musulmans, qui est la conséquence du précédent, est de mettre fin à la laïcité, c’est-à-dire à la séparation de la religion et de l’État. André Durand cite à nouveau (p.128), le prédicateur musulman Ali Belhadj :

                    « La démocratie impie considère que l’homme construit son destin indépendamment de son Créateur. La formule immorale : “Donnez à César ce qui revient à César et à Dieu ce qui revient à Dieu” [Parole de Jésus-Christ dans S. Matthieu, 22, 21] est à l’origine du principe de séparation de la religion et de l’État, fondement philosophique de la démocratie (...). De fait, les apôtres du laïcisme appliquent, consciemment ou non, la politique mondiale des Juifs. Ils n’ont cure [Ils se moquent] de leur appartenance à l’Islam et œuvrent dans les pays des musulmans en général, et en Algérie en particulier. »

                    Une culture de mort

                    A. Durand observe enfin (p.129) que, en rejetant la modernité, la démocratie et la laïcité, les musulmans produisent une « culture de mort » où « l’assassinat de “mécréants” est célébré à travers le sacrifice volontaire de soi ». L’auteur illustre son propos en citant un dignitaire religieux musulman « laudateur des “martyrs” ayant commis des attentats suicides extrêmement meurtriers contre des civils », le cheikh Ibrahim Mahdi, qui déclarait à Gaza (Palestine), le 3 août 2001 :

                    « Un jeune garçon m’a déclaré : “J’ai quatorze ans, et il me reste quatre ans avant de me faire exploser au milieu des Juifs”. Je lui ai dit : “Ô mon fils, je prie Allah de t’offrir le martyre, ainsi qu’à moi-même”. Le Coran est très clair sur ce point : les pires ennemis de la nation Islamique sont les Juifs ; qu’Allah les combatte. Toutes nos lances doivent être pointées sur les Juifs, les ennemis d’Allah, la nation qui a été maudite dans le Livre d’Allah ; Allah les a décrits comme des singes et des porcs, les adorateurs du veau, des adorateurs d’idoles (...). Que soit béni celui qui attaque un soldat [juif] ! Que soit béni celui qui élève ses enfants dans l’esprit du jihad et du martyre ! Que soit béni celui qui conserve une balle pour la tirer dans la tête d’un Juif. »

                    Tous les musulmans n’ont pas un discours aussi dur et intolérant, mais tous ont pour objectif d’installer l’Islam en Europe. C’est pourquoi, pour le moment, les musulmans approuvent les principes laïques grâce auxquels ils peuvent se développer librement en Occident. Mais un jour viendra, et je pèse mes mots, quand ils arriveront au pouvoir et qu’ils auront la majorité, leur première décision sera de liquider les principes et les partisans de la laïcité. En conclusion, ce n’est pas l’Occident laïc qui va laïciser l’Islam : ce sont les musulmans établis en Occident qui vont, tôt ou tard, islamiser la laïcité !

                    Père Samuel


                    • (---.---.55.41) 12 avril 2007 11:12

                      ...et comme d’habitude, le silence des musulmans face à ce genre de propos sera assourdissant. Un silence de mort.


                    • Maximilien Depontailler Maximilien 12 avril 2007 11:32

                      Merci Père Samuel pour cette vision des choses un peu radicale.

                      J’aurais une question : est-ce là la position officielle de l’Église Catholique vis à vis de la religion musulmane ?

                      Je ne sais pas qui est André Durand, dont je n’ai trouvé aucune biographie, pas même sur le site Internet de l’Harmattan,la maison d’édition de son livre, où la page qui lui est consacrée est vide.

                      Je vous interpelle enfin sur la relation entre l’Église catholique et la démocratie. Selon le livre « La démocratie dans la vision de l’Eglise catholique (Democracy in the vision of the Catholic Church) » écrit par Monseigneur Roland MINNERATH, professeur d’Université, membre de l’Académie pontificale des sciences sociales, et archevêque de Dijon depuis mars 2004, « l’idée de démocratie comme philosophie politique était familière aux théologiens du Moyen Age, chez qui se rencontrent la pensée biblique et la pensée politique antique. La démocratie comme système de gouvernement n’a été abordée de façon positive dans les textes officiels du magistère catholique que récemment. Car la démocratie est à la fois système et valeur, et les papes du XIXe siècle ont voulu critiquer, plus que des régimes particuliers, la confusion entre le mode de désignation des gouvernants et l’origine de l’autorité. De même, plus qu’un système électif, les papes soutiennent, dans le dernier demi-siècle, la fondation du pouvoir d’État sur l’État de droit. Promouvant la dignité de la personne et l’autonomie de la société civile suivant la loi morale naturelle, la pensée de l’Église catholique témoigne ainsi d’une évidente continuité. »

                      En d’autres termes, la démocratie a été longtemps perçue comme une menace à l’autorité de l’Église catholique puisqu’elle s’opposait au pouvoir divin. Et l’Église catholique a agit autant qu’elle le pouvait pour conserver son emprise sur la société. On sait fort bien les bons rapports qu’entretenait l’Église catholique avec les royautés. Sans parler d’une certaine complaisance envers des régimes dictatoriaux, fascistes ou nazis.

                      Même lorsque la démocratie s’est instaurée, l’Église catholique a voulu imposer sa vision de la société : le Québec en sait quelque chose, lui qui est devenu laïc seulement dans les années 1960 avec la Révolution tranquille. Avant cela, l’Église contrôlait tout : les hôpitaux, les écoles, la morale publique, et influençait fortement la culture, la démographie, les moeurs.

                      Cela n’a pas empêché la démocratie et la séparation des Églises et de l’État de triompher.

                      Je ne sous-estime pas la menace qu’un retour du religieux (toutes confessions confondues) pourraient faire peser sur la laïcité et la démocratie. Mais si la chrétienté à ses extrémistes, l’Islam a aussi ses modérés.


                    • (---.---.208.18) 12 avril 2007 11:52

                      A maximilien : voici un lien vers l’ouvrage de M. Durand

                      http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=numero&no_revue=&no=20019


                    • fouadraiden fouadraiden 12 avril 2007 11:28

                      auteur,

                      dommage ,je trouvais la manière d’aborder la question très pertinente puisque pour poser la question ,il nous faut partir des droits des minorités(cad des allochtones) en régime démocratique ,et il est vrai que les anglo-américians sont les meilleurs dans ce registre.les francais sont un désastre idéologique pour les minorités.

                      malheureusment vos évidences sont nulles.mais c’est là le but de toute les évidences

                      je n’en prends qu’un puisque les autres relèvent du meme ressort.

                      vous parlez de culture judéo-chretienne.je ne vois pas ce que c’est mais j’en comprends l’objectif.

                      je ne résite pas à relever une autre bêtise.vous dites que vous, les occidentaux, vous faites la part entre privé et public.ah bon.

                      qu’est à dire sinon que les autres ne le font pas.cette méthode qui consite à comprendre l’autre depuis soi s’appelle du colonialisme.on pouvait encore comprendre l’intérêt qu’avaient les colonialistes à encourager une telle methode, mais vous je ne vois pas trop...


                      • Maximilien Depontailler Maximilien 12 avril 2007 12:14

                        Je ne suis pas en accord avec votre réaction, sauf sur un point où je vous donne raison : j’aurais peut-être du écrire « occidentaux laïcs » voire plus largement « laïcs » (il y a des laïcs dans toute culture) car il est vrai que la foi aux États-Unis, par exemple, est revendiquée jusqu’au plus haut niveau de l’État. God bless America exprime bien l’intégration du religieux dans la sphère publique.

                        Ceci se comprend par la construction de l’Amérique du Nord, où les colons européens, souvent persécutés en Europe pour leurs croyances en rupture avec la religion officielle, ont associé l’expression religieuse à la liberté. Mais ceci est un autre débat.


                      • fouadraiden fouadraiden 12 avril 2007 12:34

                        auteur ;

                        merci d’avoir répondu.

                        en réalité la différence n’est pas dans l’opinion de quelques associations religieuses occidentales, aussi puissante puissent-elles etre.

                        LE problème est plus global ou plus fondamnetal. l’Occident n’est pas laique.ça c’est un aménagement idéologique interne destiné aux consiences occindentales et qu’on ressort au minorités musulmanes d’occident et qui consistait jusqu’ici à tenir à distance les religieux occidentaux du pouvoir qui ,lui, est athée.

                        l’Occident,son assiète politique, est athée depuis longtemps,mais ça semble vous avoir échappé.ce qui ne veut pas dire qu’il ne puisse exister des politique encore adorateurs de bouddha ou du christ.c’est secondaire et rend inutile votre ditinction entre privé/public.

                        quant aux minorités dites musulmanes qui vivent en europe, le problème est effectivement double.

                        1.

                        il ne sont mal disposés à comprendre spontanément la nature athée des régimes occidentaux ,bien que ce ne soit plus vrai pour les minorités nés sur le sol occidental

                        2.

                        étant en général exlus de la représentaion politique ,les dits « musulmans » croient pertinent de revendiquer leurs droits depuis leur foi religieuse .je pense que c’est une erreur tactique de leur part qui alimente une approche comme celle que vous défendez ici.


                      • Maximilien Depontailler Maximilien 12 avril 2007 13:15

                        Je ne partage pas du tout votre avis.

                        Définition de l’athéisme : « conception philosophique et religieuse ayant pour fondement la négation explicite de l’existence de Dieu et de toute autre divinité ».

                        Les pouvoirs publics occidentaux ne nient pas explicitement l’existence de Dieu : ils ne se mêlent tout simplement pas de religion (sauf exception) car ce n’est pas de leur ressort.

                        Vous semblez avoir de la difficulté à comprendre ce qu’est la laïcité et la démocratie. La laïcité n’est pas une prise de position contre un Dieu. C’est la conception selon laquelle la croyance est une affaire personnelle, totalement libre mais qui n’a pas sa place dans la gestion des affaires d’un pays.

                        Si les pays occidentaux avaient été hatés, cela fait bien longtemps que la liberté de culte aurait été interdit et les Églises et les sectes auraient fermé leurs portes manu militari.

                        Voyez un régime hâté : le régime communiste de l’ex-URSS.

                        Par conséquent un régime politique haté ne peut être démocratique puisqu’il va s’employer « explicitement », selon la définition, à nier l’existence de Dieu.


                      • Senatus populusque (Courouve) Courouve 12 avril 2007 13:20

                        Ni hâté, ni haté, mais athée !


                      • fouadraiden fouadraiden 12 avril 2007 13:25

                        non.vous raisonnez comme un jufe des consciences.ce n’est pas le probleme.

                        je parlais de l’athéisme comme condition, pas comme objectif à atteindre comme l’ont fait les soviètiques.

                        la laicité occidentale n’a été possible que parce que l’athéisme était devenu concevable.

                        la preuve

                        les pays musulmans.

                        quand tu circules dans un pays occidental,peu importe lequel, t’es plus dans un pays religieux .

                        tu comprends ?


                      • fouadraiden fouadraiden 12 avril 2007 13:26

                        lire «  ..un juge des consciences.. »


                      • docdory docdory 12 avril 2007 13:40

                        @ fouadraidden

                        « Quand t’es dans un pays occidental , t’es plus dans un pays religieux » , dites vous ?

                        Mais qu’est-ce que ça peut bien vous faire de vivre dans un pays « non religieux » ???


                      • Maximilien Depontailler Maximilien 12 avril 2007 13:54

                        Oups ! Merci pour la précision orthographique... en effet... ma pensée s’affranchit parfois des contraintes de la langue...


                      • Maximilien Depontailler Maximilien 12 avril 2007 13:55

                        Oups ! Merci pour la précision orthographique... ma pensée s’affranchit parfois des contraintes de la langue...


                      • fouadraiden fouadraiden 12 avril 2007 14:10

                        docory

                        salut doc

                        t’as pas compris ,c’etait une façon de dire à l’auteur que nous vivions tous dans des sociétés sans plus besion de religion des lors que l’on se trouve en pays occidental, et ce malgré les différencte occurrences juridiques du terme laicité.

                        la preuve immédiate en est donnée par le decor

                        dans un pays musulman on est bien ,dans la rue, encore berné par le fait religieux.

                        non ?


                      • Maximilien Depontailler Maximilien 12 avril 2007 14:21

                        @ fouadraidden @ docdory

                        Voilà enfin la phrase intéressante : « quand t’es dans un pays occidental, t’es plus dans un pays religieux »

                        Cette phrase illustre ce que je disais : de nos jours en occident (notamment), nous faisons une différence entre ce qui est de nature publique, et donc laïque, et ce qui est de nature privée où l’on est libre de croire au Dieu que l’on veut ou de ne pas croire ou d’être agnostique.

                        Dans d’autres parties du monde, on considère que la religion doit être autant présente dans la chose publique que dans la vie privée. Qu’une société ne peut-être morale et avoir des moeurs acceptables sans la religion au sommet de la hiérarchie sociale.

                        Ce fut notre vision pendant des siècles en Europe. Et nous nous sommes rendus compte combien liberticide cela était.

                        Ce qui est fascinant, peut-être, c’est la peur que nous suscitons dans ces autres cultures. Il faut en tenir compte pour comprendre. La liberté, notre liberté, fait peur. L’absence de gardiens qui nous donneraient l’heure juste de la bonne morale fait peur. Ce que je ne sais pas c’est si cette peur est en relation avec la mort. Et si ces sociétés avaient peur de la sanction suprême ?


                      • fouadraiden fouadraiden 12 avril 2007 15:15

                        selon toi, cette possibilité offerte aux pays occidentaux de contenir les religieux au secteur « privé » est-elle possible avant le religieux ou nécessairement après l’ère du religieux ?

                        ps:personne ne vous demande de comprendre les autres.


                      • Maximilien Depontailler Maximilien Depontailler 12 avril 2007 16:05

                        Réponse : elle est souhaitable en tout temps.

                        Personne ne me demande de comprendre les autres mais c’est un désir personnel (un choix libre) et puis je considère que mieux nous nous comprendrons mutuellement mieux nous apprendrons à vivre ensemble dans le même monde.

                        L’obscurantisme et l’ignorance sont les semences des guerres.


                      • fouadraiden fouadraiden 12 avril 2007 19:30

                        mefiez vous des choix que la liberté vous impose

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès