Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Après le procès contre « Charlie-Hebdo » : libres propos

Après le procès contre « Charlie-Hebdo » : libres propos

Libres propos et leçons évidentes 

Le procès intenté à Charlie-Hebdo par la Mosquée de Paris, l’UOIF et la Ligue islamique internationale - et qui a tourné à la confusion des plaignants... mais attendons le jugement- est révélateur d’un certain nombre de confusions et de comportements sur lesquels il faut se pencher .

N’oublions pas , tout d’abord , qu’il s’agissait pour les « islamistes associés » de mettre en cause la liberté d’expression à travers l’accusation de blasphème qui sous-tendait leur démarche, délit que notre pays a aboli définitivement (on l’espère...) . En effet, en représentant par l’image un personnage historique qui n’est prophète que pour qui le reconnaît tel, en dénonçant par cette image l’intégrisme d’interprétation et l’utilisation criminelle du message supposé (qui n’est message révélateur que pour qui le conçoit ainsi), les journalistes et caricaturistes poursuivis par les foudres religieuses n’avaient fait qu’user de cette liberté d’expression, corollaire de la liberté de conscience reconnue par l’article premier de la loi fondatrice de 1905... Liberté d’expression qui suppose la mise au feu de l’observation raisonnée, de l’analyse, de la critique, du jugement, de la satire, de tous les sujets, de toutes les questions, de toutes les spiritualités et idéologies. Pas de limite au libre exercice de la Raison et de l’Examen, seule la loi générale élaborée par tous peut fixer les bornes des dérives dangereuses de la mise en cause individuelle ou collective à travers l’injure, la discrimination ou l’appel à la destruction... Une spiritualité, une croyance, une idéologie (et leurs représentations concrètes qui ne sont que symboles) ne peuvent relever de cette contrainte... On a peut-être oublié aujourd’hui qu’un personnage hirsute et effrayant serrant entre les dents un couteau sanguinolent a longtemps représenté caricaturalement une idéologie que l’histoire a montrée totalitaire : s’inquiétait-on alors de « l’offense faite » à ceux qui croyaient en cette idéologie politique (et qui ont représenté jusqu’à plus du quart de l’électorat de notre pays) ? Non, et on avait raison !

L’une des confusions entretenues par les « islamistes associés » fut de vouloir faire croire que ces caricatures relevaient d’une « attaque raciste »... Il faut ici être clair et rappeler à chacun - y compris à beaucoup qui revendiquent la laïcité et la liberté d’expression qu’elle impose - que le terme doit être impérativement rejeté quand il est question de « religion » (quelle qu’elle soit !) et d’idéologie, car l’employer sans rime ni raison ajoute à la confusion et fait dévier l’analyse tout en masquant les intentions des intégristes et autres zélateurs prosélytes... Attaquer l’islam de quelque manière que ce soit, c’est mettre en cause un dogme, ,une parole « révélée » qui ne l’est que pour celui qui la croit, des rites symboliques, des écrits humainement composés, des comportements éventuellement aberrants ou discriminatoires... mais ce n’est en aucun cas attaquer une « race » ou une « ethnie » parce qu’elle est « race » ou « ethnie » : ce serait alors procéder à un amalgame que rien ne peut étayer, il n’y a ici comme ailleurs aucun lien entre « race » et « religion » ( il n’est qu’à regarder le réel), tous les Arabes ne sont pas musulmans, tous les musulmans ne sont pas des Arabes (que l’on rattache au groupe ethno-linguistique des « sémites », lui-même relevant de la « race » dite « blanche »...). Chacun devrait réfléchir à cela quand il manipule les mots « délicats », en particulier quand il évoque toute forme de discrimination : par exemple, je n’arrive pas à comprendre ce que veut dire l’expression « racisme antifemmes » que j’entends régulièrement (y compris dans les meilleures assemblées...) . A force de triturer le sens des mots dans l’approximatif, on perd toute rigueur et on vide ces mêmes mots de toute substance...

De fait , ce procès a permis de poser - et de belle manière si on lit le réquisitoire de Mme la Procureure de la République qui a conclu au rejet de la plainte - le principe républicain de la liberté d’expression (volet constitutif de la liberté de conscience) et , en ce sens, c’était un procès politique, au sens fort du terme, car renvoyant à l’acte essentiel et fondateur de 1905. Il était donc « normal » d’être attentif aux paroles et aux comportements des « politiques » à ce propos... « Les Laïques en réseau » avaient d’ailleurs, par lettre individuelle et publique, interpellé les candidats à l’élection présidentielle, soucieux de transmettre aux électeurs les réflexions de ceux qui se présentent à leurs suffrages. S’ils n’ont pas reçu, à ce jour, de réponse à leur demande, on peut juger des positions des uns et des autres par leurs comportements devant une situation concrète qui permettait de juger de la validité de leurs discours électoraux ...

Aussi avons-nous eu le plaisir de lire les noms de Roland Castro, de Corinne Lepage, de Dominique Voynet au bas d’un appel de soutien à Charlie-Hebdo qui demandait aussi le droit de critiquer toutes les religions (voir l’hebdomadaire n° 764)... Si d’autres s’y sont joints depuis, qu’ils me pardonnent de ne pas les mentionner au 14 /02...

Aussi avons-nous apprécié les interventions de François Bayrou et de François Hollande (qui devait faire oublier son silence du moment où ont paru les caricatures mais qui agissait peut-être en chargé de mission de Mme Royal, silencieuse, elle...) venus témoigner directement au procès...

Aussi avons-nous noté la lettre de soutien adressée par M. Sarkozy à la défense de Charlie-Hebdo, dans laquelle il reprenait la phrase qu’il avait prononcée au moment de la parution des caricatures (et qui en appelait au respect de la liberté d’expression)...

Et, puisqu’il s’agit ici d’un simple « fax » facilement utilisable, comment devons-nous analyser le fait que ni Mme Buffet, ni Mme Laguillier, ni M. Besancenot, (certes, la LCR a, timidement, fait « surface » au deuxième jour du procès...) n’ont eu ce « réflexe » d’adresser à l’hebdomadaire poursuivi indûment un petit message de soutien affirmant leur volonté de voir respectée, ici et maintenant, la liberté d’expression ? Et M. Bové , en meeting à Aubagne le 7/02 , comment a-t-il pu parler sans donner son appui à ceux qui sont mis à l’index par ceux qui veulent s’attaquer de manière indirecte à l’article premier de la loi de 1905 ? Il est vrai que défiler avec un cortège de « femmes voilées » obscurcit le jugement et précipite vers le communautarisme religieux. (On se demande d’ailleurs ce qu’un Michel Onfray, qu’on croyait plus perspicace, va faire dans cette galère qui navigue dans des eaux qui l’incommodaient précédemment...) .

Il est des silences plus éloquents que des discours... D’autant que c’est ce même silence que ces mêmes candidats opposent au questionnaire « sur la laïcité » que les « Laïques en réseau » leur ont adressé et auquel huit candidats potentiels ont déjà répondu...

A travers ce procès et les réactions qu’il pouvait susciter, c’était la conception du mode d’organisation et de fonctionnement de notre société qui était en jeu...

Ou pouvait s’exprimer la parole de ceux pour qui la liberté de conscience et la liberté d’expression sont intangibles, comme sont inaliénables les principes d’égalité des options spirituelles et non spirituelles, de primauté de la loi générale, de l’égalité en droits de l’homme et de la femme et de chacun face à ses droits et devoirs, de la réservation à l’espace public de la ressource publique... la voix de ceux qui luttent pour le maintien et le renforcement du socle laïque de notre République.

Ou pouvaient se dévoiler ceux qui jouent l’émiettement communautariste de notre société tout en laissant le champ libre à la réappropriation de l’espace public par les Eglises et les confessions de toute nature.

L’expérience a montré que la ligne de partage n’est plus celle des familles politiques traditionnelles, ce qui rend « le combat laïque » d’autant plus nécessaire, difficile et intransigeant...

Fait le 14/02/07

Robert Albarèdes

www.laic.fr

www.liberte-egalite-laicite.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.12/5   (68 votes)




Réagissez à l'article

143 réactions à cet article    


  • Jimmie Danger (---.---.164.192) 15 février 2007 13:28

    « libres » propos ?

    - Pourquoi devrait-on, lorsque l’on est un homme politique, être dans l’obligation de soutenir Charlie Hebdo et devoir, comme semblez le souhaiter, se justifier de ne pas être présent à cette farce publicitaire de l’Hebdo ?

    - Ils ont suffisamment vendu d’exemplaires et récolté de publicité pour ne pas avoir à râcler les fonds de tiroirs comme un leader extrémiste en quête de signatures...

    Jimmie Danger


    • seb59 (---.---.180.194) 15 février 2007 14:03

      bravo pour votre article.

      Il me semble normal que nos hommes politiques prennent parti pour defendre nos valeurs et nos libertés individuelles face à des integristes religieux.


      • Marsupilami Marsupilami 15 février 2007 14:18

        Très bon article. On ne doit pas se relâcher sur la laïcité, à aucun prix. On n’a effectivement pas beaucoup entendu les communistes, les gauchistes et les altermondialistes lors de ce procès. Il est vrai qu’ils copinent avec les islamistes, qui sont devenus des « damnés de la Terre » de substitution et qui doivent bien ricaner d’avoir de tels soutiens crédules.

        L’extrême-droite n’est pas venue témoigner non plus d’ailleurs. Conjonction objective des contraires qui s’attirent ?

        Même si je ne suis pas un lecteur de Charlie Hebdo, même si je n’aime pas trop ce journal, même si le caractère autoritaire et de donneur de leçons de Philippe Val sont insupportables, il faut les défendre contre ces obscurantistes.


        • Jimmie Danger (---.---.164.192) 15 février 2007 15:00

          @ Marsupilami

          - Peut-on défendre n’importe qui à partir du moment où il est attaqué par des Islamistes ?

          - C’est la logique du « les ennemis de mes ennemis sont mes amis » qui mène bien souvent à des errements et des alliances contre-nature.

          - C’est aussi la porte ouverte à tout crétin en mal de publicité cédant à la tentation du blasphème facile.

          - Tout cela est-il productif ?

          Jimmie Danger


        • Marsupilami Marsupilami 15 février 2007 15:20

          @ Jimmy Danger

          « Peut-on défendre n’importe qui à partir du moment où il est attaqué par des Islamistes ? ».

          Les islamistes s’en prennent à toutes les libertés de base. Elles doivent être défendues.

          « C’est la logique du »les ennemis de mes ennemis sont mes amis« qui mène bien souvent à des errements et des alliances contre-nature ».

          Tu n’as pas tort mais ce n’est pas ma position. Je défends la liberté d’expression et la laïcité, pas les ennemis de mes ennemis.

          « C’est aussi la porte ouverte à tout crétin en mal de publicité cédant à la tentation du blasphème facile ».

          C’est vrai. Je pense que Val comme Redeker ont profité de la déferlante des caricatures pour surfer dessus et se faire mousser... mais pas seulement. C’est de l’autopromotion très risquée, vu les tueurs qu’il y a dans le camp d’en face.

          On a le droit de blasphémer. En France on a le droit de critiquer les religions, voire de les tourner en ridicule. On a le droit de dénoncer le fanatisme et le terrorisme islamiste. Ça ne tue personne.

          « Tout cela est-il productif ? ».

          Ça dépend de ce que tu entends par productivité. Les islamistes nous ont testés - ils ne cessent de le faire depuis une quinzaine d’années - pour voir si on allait reculer. Ils se sont ridiculisés. Ça, c’est productif.

          Quant aux islamistes, ils n’ont rien de positif ni de productif, et encore moins de constructif.


        • fouadraiden fouadraiden 15 février 2007 16:03

          cher compatriote think-tank,marsu

          je dirais avec toi que les islamistes ne sont ni productifs ni constructifs juste explosifs.le reste de ton propos est à mettre ,comme à ton habitude ,au crédit d’une impensée provienciale.ce qui est tout à fait normal et t’en excuse.

          # auteur#

          c’est du rabâchage inutile et démagogique.que feriez-vous si demain la société majoritaire décide sans consulter votre dissertation d’étudiant « engagé » de voir à travers chaque arabe européen un mususlman virtuel un danger potentiel ?

          vous allez lui dire comme le petit bachelier ,non,non le racisme bien compris exclut cette possibilité car c’est madame le procureur qui me l’a dit avec son dictionnaire juridique ??

          à la limite les islamistes associés cités de vous son dans leur rôle d’abruti de la Répubilque, mais le plus étonnant sont les réactions aveugles que declanchent les idiots du village français et les prétendus motifs qui vous motivent


        • Seb (---.---.10.22) 15 février 2007 21:25

          Fouadredaine,

          Il n’est ton compatriote, il est ton Con citoyen, laisse-le s’éclater un peu. Des fils comme celui-ci, ça l’allume la moutarde.


        • fouadraiden fouadraiden 15 février 2007 23:24

          c’est fouadraiden, respectez ça svp.


        • patecreme (---.---.37.114) 15 février 2007 15:23

          Ces meme gens qui soutiennent Charlie Hebdo sont les premiers à plomber Dieudonné lorsqu’il s’attaque au sionisme et à le brocarder comme antisémite... La liberté d’expression ne se négocie pas, et j’aurais aimé voir les politiciens déployer autant de communiqué de presse pour soutenir Dieudonné, ce qui n’exclu en rien la possibilité de ne pas être d’acccord avec ses idées.


          • Marie Pierre 15 février 2007 15:49

            Manifestement, vous n’avez rien compris à ces attaques, ou vous entretenez les dires des islamistes qui ne voient dans ce procès, qu’une réponse à une attaque raciste.

            Charlie Hebdo (mais on pourrait aussi citer de très bons dessins du Canard Enchaîné) caricature LES religions et pas les jaunes, les noirs, les bleus. En ce sens, il caricature AUSSI les dirigeants israeliens, pas les juifs dans leur ensemble comme l’a fait Dieudonné.


          • David (---.---.98.229) 15 février 2007 16:46

            Si vous parlez de son sketch chez Fogiel celui-ci ne ciblait pas les juifs mais un groupe minoritaire...


          • Seb (---.---.10.22) 15 février 2007 21:28

            @ patecreme

            Eh oui ! C’est la loi du plus fort !

            Pas touche au petit colon !


          • Marie Pierre 15 février 2007 15:32

            Merci pour cet excellent article et pour le combat que vous menez (abonnée à votre lettre).

            Vous parlez des alters : n’ont-ils pas inviter Tariq Ramadan à leur forum social ?

            Bové a dit, à propos des marques américaines, qu’il préférait voir les filles voilées plutôt que tous ces vêtements de marques.

            L’extrême gauche et le PC sont tellement persuadés que les islamistes sont des victimes, qu’ils n’hésitent pas, non plus, à soutenir certaines entorses à la laïcité.


            • Gazi Borat (---.---.164.192) 15 février 2007 16:37

              « Entorses à la laïcité... »

              L’extrème gauche et le PC ne sont pas seules à soutenir des entorses à la laïcité.

              D’autres, à droite et au centre ont soutenu le subventionnement par l’état d’établissements d’enseignement « libres » (entendez : religieux), mis en place des commémorations (baptème de Clovis) pas très laïques... Que faut-il en penser ?

              Gazi Borat


            • LE CHAT LE CHAT 15 février 2007 17:08

              très bon article , il ne faut pas céder d’un pouce sur la laicité , non aux obscurantistes de tous poils !


              • Marsupilami Marsupilami 15 février 2007 17:12

                @ Le Chat

                Même les obscurantistes angora ?


              • Zobb (---.---.10.22) 15 février 2007 21:30

                Et même les obscures jaunes tachetés de noir.


              • Emmanuel (---.---.210.24) 15 février 2007 17:28

                « Il s’agissait pour les Islamistes Associés de mettre en cause la liberté d’expression » : non, c’est faux, il s’agissait pour des gens qui se sont estimés offensés par la publication de ces caricatures de défendre leurs convictions, qui sont des convictions profondes.

                1) On doit respecter la liberté d’expression, on doit aussi respecter le droit d’agir en justice. Doit-on désormais interdire toute action en justice sous prétexte qu’elle est l’oeuvre de Musulmans ?

                2) Merci de faire la distinction entre Musulmans et Islamistes. Dans l’usage courant (qui n’est peut-être pas académique, j’en conviens), un Musulman est un croyant, un Islamiste quelqu’un qui utilise l’Islam au service de son idéologie. En confondant, intentionnellement, les deux, il y a une grande malhonnêteté intellectuelle.

                3) Je ne suis pas Musulman, mais je suis croyant, et j’estime que des propos comme ceux de cet article ne font qu’attiser la haine contre les religions en général. Il y a chaque année des dizaines d’agressions contre des lieux de culte de tout genre, et ces chiffres sont en augmentation. Lorsqu’on en connaît les auteurs, il s’agit de jeunes qui tiennent un discours extrêmement violent contre les religions, parfois de groupes satanistes (dont il serait vain de nier l’existence). Je pense que la véritable violence et le vrai danger sont là : de l’intégrisme laïc dont témoigne votre article à l’interdiction d’exercer une religion, il n’y a pas beaucoup de distance. Sans faire partie des gens qui fantasment sur l’homme au couteau entre les dents, je constate simplement que les deux idéologies les plus meurtrières du XX° siècle ont été anti-religieuses.

                4) Enfin, la loi de 1905, dont l’auteur se réclame, est une loi de tolérance religieuse et de respect. Quel dommage qu’elle soit utilisée pour prêcher de cette façon l’intolérance la plus sectaire.


                • David (---.---.98.229) 15 février 2007 18:22

                  « Il s’agissait pour les Islamistes Associés de mettre en cause la liberté d’expression » : non, c’est faux, il s’agissait pour des gens qui se sont estimés offensés par la publication de ces caricatures de défendre leurs convictions, qui sont des convictions profondes.

                  Tout à fait... Certaines caricatures bien que minoritaires étaient plus proches du genre de dessin malsain qui était donné au public dans les années 30-40 pour stigmatiser les juifs.


                • (---.---.217.215) 15 février 2007 19:09

                  David dit : « Tout à fait... Certaines caricatures bien que minoritaires étaient plus proches du genre de dessin malsain qui était donné au public dans les années 30-40 pour stigmatiser les juifs. »

                  Faux. Ou alors indiquez moi lesquelles.

                  Par ailleurs ce procédé qui consiste à comparer les musulmans aux Juifs est proprement nauséabond... D’abord les Musulmans n’étaient pas visés par les caricatures. Seuls les islamistes l’étaient.

                  Enfin les Juifs én Allemagne dans les années 30 ne possedaient de mouvement terroristes faisant exploser des bombes dans les écoles de Berlin, ou cherchant à imposer à la planéte entiére leur vision du monde ... Je vous rappelle que les terroristes de l’époque étaient les nazis.

                  Ou alors vous vouliez comparer les terroristes islamistes aux nazis ?

                  Alors de la même maniére que tous les musulmans ne sont pas des islamistes, souvenez vous que tous les Allemands n’étaient pas nazis.


                  • David (---.---.248.24) 15 février 2007 20:10

                    Non je dis juste que l’image de la bombe dans le turban peut-être prise comme représentation de tous les musulmans...

                    A mon sens l’amalgame avec cette image se fait avec tous les musulmans d’autant plus que les médias en rajoutent de façon discrète...

                    C’est le même principe... à l’époque les juifs étaient considérés quasiment comme des terroristes... dans l’ombre ourdissant des complots contre le gentil peuple... pas de bombe mais quand même une menace dangereuse pour la société. (Du grand n’importe quoi)

                    Et bien on retrouve la même chose avec les derniers évènements... où l’on glisse vers faites attention à votre voisin musulman même si celui paraît souriant et aimable, parfaitement à l’aise sur la question de la religion... c’est peut-être un terroriste.

                    Rappelez vous les médias insistant sur les terroristes en indiquant qu’il n’était pas extrêmement religieux fanatique dans la vie de tous les jours...

                    Avez-vous pris connaissance des campagnes publicitaires en angleterre incitant les gens a surveiller leurs voisins...

                    Enfin bref... à l’époque aussi ce genre de position nauséabonde passait inaperçue jusqu’à ce que le pire arrive.

                    L’inconscient cela se travaille et là avec ce genre de dessin... l’inconsicent me dit attention peut-être que tous les musulmans peuvent devenir terroriste puisque c’est soit-disant les dérives de leur religion qui veut ça...

                    Ma position est polémique et minoritaire, je le sais mais je n’ai malheureusement pas le temps de développer plus ce soir...

                    Enfin un type qui l’a compris je pense est Jacques Chirac... en prêtant son avocat à la GMP et à l’UOIF...


                  • Senatus populusque (Courouve) Courouve 15 février 2007 20:17

                    « je dis juste que l’image de la bombe dans le turban peut-être prise comme représentation de tous les musulmans... »

                    En France, beaucoup de musulmans ont applaudi au 11 septembre ...


                  • David (---.---.248.24) 15 février 2007 20:20

                    Le scoop !

                    Avez-vous des chiffres précis ?

                    N’y-a-il que eux qui ont applaudi ou bien était-il accompagné par des Chiliens, etc...


                  • (---.---.215.93) 15 février 2007 20:23

                    non courouve. quelques palestiniens.... oppressés et colonisés et que la politique israelo-américaine enfonce chaque jour un peu plus. jetez leur la pierre vous si vous voulez, mais personne de sensé ne peut leur donner tort.


                  • Senatus populusque (Courouve) Courouve 15 février 2007 20:25

                    Je ne savais pas qu’il y avait tant de palestiniens dans le 9-3 ...


                  • David (---.---.248.24) 15 février 2007 20:28

                    Et des Palestiniens dans tous les pays ayant subit des ingérance américaines... ?

                    Enfin bref apparemment puisque les terroristes sont musulmans on peut sortir n’importe quelle caricature un peu adroite ou carrément maladroite et prétexter à la liberté d’expression...

                    La frontière est floue pour ce domaine précis mais dans les autres la frontières est clairement visible.

                    Etrange...


                  • Senatus populusque (Courouve) Courouve 15 février 2007 20:36

                    La caricature est un genre assez ancien, et beaucoup de Français en ont été victimes, depuis Daumier jusqu’au Canard enchaïné et à Charlie.

                    Ce n’est pas la faute de France-Soir, du Nouvel-Obs et de Charlie-Hebdo si les caricatures du Jyllands-Posten ont fait l’objet de manifestations violentes et disproportionnées.

                    Charlie-Hebdo a répondu à cette disproportion, il a bien fait. Il a très bien fait. Cela restera comme une des choses qu’il aura faites de mieux.

                    Le Vatican de Benoît XVI s’est écrasé quand la vieille religieuse italienne a été assassinée en Somalie. Cela prouve bien qu’un pape n’a pas de couilles, contrairement à la légende qui circule sur le web (duas habet, et bene pendentes)

                    On peut enfin s’étonner que le Nouvel Obs, qui maintient les caricatures sur son site, et moi-même qui maintient celles qui sont mises en cause, ne soient pas poursuivis.


                  • Seb (---.---.10.22) 15 février 2007 21:21

                    Normal, Courouve !

                    Ton site c’est de « la connaissance fermée », c’est une page perso et elle est presque invisible et puis qui va t’attaquer pour le contenu des fritures qu’il ya dessus.


                  • Senatus populusque (Courouve) Courouve 15 février 2007 21:24

                    D’accord pour moi, mais le Nouvel Obs ???


                  • (---.---.215.93) 15 février 2007 22:25

                    mea culpa courouve. je n’avais pas lu « en france »...

                    et donc ?

                    n’avons nous pas notre libre arbitre et le loisir de choisir et nos ennemis et nos amis ? même dans le 93 les émotions et le sens de l’injustice existent.

                    ou êtes vous en train de nous expliquer que la liberté d’expression, on ne peut s’en servir qu’à un moment donné et pas à d’autres ?

                    est ce que les gens qui ne se plient pas à la pensée unique (edgar Morin, dieudonné, mel gibson, ne sont que des exemples parmi d’autres ou les applaudissements du 93), ont été défendus par vous ? pourtant on les a censuré et appellé au boycott contre eux...

                    le jour ou je vous verrais vous courouve vous passionner pour défendre morin, dieudo, mel gibson, ramadan, je vous rejoindrais pour cette merveilleuse et si chère liberté d’expression

                    en attendant, vous feriez mieux de vous battre contre le régime totalitaire qui se pointe et ou un sarko peut impunément interdire les publications, changeant la manière même du traitement de l’information. taper sur les boucs émissaires idéaux, une minorité musulmane, par haine commandée, c’est vraiment trop facile ! ah oui on parle de liberté d’expression comme si elle existait réellement. quelle farce ! les médias français appartiennent à deux personnes qui tournent en boucle depuis pas mal de lunes, lagardère et dassault...

                    et sachez que le racisme c’est aussi la haine contre une communauté religieuse.l’antisémitisme, qui est la haine du juif (juif c’est pas une race, c’est une religion) c’est une forme de racisme, donc l’islamophobie aussi.

                    mais quand on voit que vous avez mis 2000 ans à accepter les juifs, on se dit qu’il y’a encore du boulot...


                  • Senatus populusque (Courouve) Courouve 15 février 2007 22:31

                    « mea culpa courouve. je n’avais pas lu »en france« ... »

                    Pour vous, ce mot, auquel nous mettons une majuscule, ce mot France, est une quantité négligeable.

                    Comprenez donc que vos commentaires le soient, négligeables, pour certains d’entre nous.


                  • (---.---.215.93) 15 février 2007 22:42

                    j’ai remarqué que quand courouve n’a pas d’arguments, il trouve toujours négligeable la réponse de l’adversaire...

                    faut répondre au lieu de trouver un échappatoire stupide courouve

                    et c’est sans doute dieu qui vous a soufflé que je n’aimais pas la france ? vous avez des conversations privées avec lui ? vous rejoignez bush au rang des idiots de l’année...


                  • fouadraiden fouadraiden 15 février 2007 22:44

                    POURQUOI ?

                    qu’ont les Arabes d’autres pour leur défense ?

                    c’est le contraire qui aurait du vous inquiéter

                    et il est encore loin le temps où l’on pourra compter sur vous pour les défendre.


                  • (---.---.215.93) 15 février 2007 23:02

                    salut fouad,

                    courouve a encore l’esprit colon, l’esprit de là bas dis ! memri écrivait que l’esprit colon c’est déprécier l’autre pour qu’il ne puisse meem pas se voir en homme, en individu. et lui dénie le droit le plus précieux reconnu à la majorité des hommes : la liberté, et en tout état de cause celle de s’exprimer. il continue à parler pour nous, à penser pour nous et surtout à vouloir nous l’imposer.voir ses textes ou il continue à nous noyer dans un collectif anonyme (ils sont ceci... ils sont cela). il n’y a pas de manière différentielle. pauvre buse...


                  • Senatus populusque (Courouve) Courouve 15 février 2007 23:11

                    « courouve a encore l’esprit colon »

                    Colon, je ne l’ai jamais été. Je suis né en France, fils d’instituteurs né en France, ayant enseigné en Algérie pendant 10 ans. J’ai quitté l’Algérie en 1958, à l’âge de 15 ans.

                    Et maintenant, expliquez-moi pourquoi la guerre d’Algérie, ou plutôt le terrorisme algérien (dont Albert Camus a si bien parlé), a commencé en 1954 par l’assassinat d’un instituteur, et pas par l’assassinat d’un colon ?...


                  • fouadraiden fouadraiden 15 février 2007 23:17

                    ça doit etre dur de se sentir l’heritier de camus,avatar du colonialisme.


                  • (---.---.215.93) 15 février 2007 23:22

                    tiens tiens vous aussi vous êtes adepte de rendre le bourreau en victime ? la guerre d’algérie a commencé en 1954 après 124 ans de colonisation. 124 ça en fait des morts algériens... de smillions... oui je sais. les morts arabes ne comptent pas...

                    il vous faudra un jour décoloniser l’histoire courouve. elle ne vous appartient pas


                  • Senatus populusque (Courouve) Courouve 15 février 2007 23:24

                    Albert Camus à Stockholm devant des étudiants suédois :

                    Après avoir évoqué l’objection de conscience et le problème hongrois, de lui-même Camus lança l’invite non déguisée : « Je n’ai pas encore donné mon opinion sur l’Algérie, mais je le ferai si vous me le demandez. » Camus affirma la « totale et consolante liberté de la presse métropolitaine. Il n’y a pas de pression gouvernementale en France, mais des groupes d’influence, des conformistes de droite et de gauche. Croyez-moi, c’est ma conviction la plus sincère, aucun gouvernement au monde ayant à traiter le problème algérien ne le ferait avec des fautes aussi relativement minimes que celles du gouvernement français. »

                    Un représentant du FLN à Stockholm demanda alors à Camus pourquoi il intervenait si volontiers en faveur des Européens de l’Est mais ne signait jamais de pétition en faveur des Algériens. À partir de ce moment le dialogue devint confus et dégénéra en un monologue fanatique du représentant du FLN, qui lança slogans et accusations, empêcha l’écrivain de prendre la parole, et l’insulta grossièrement. [...] Camus parvint enfin, non sans peine, à se faire entendre. « Je n’ai jamais parlé à un Arabe ou à l’un de vos militants [du FLN] comme vous venez de me parler publiquement ... Vous êtes pour la démocratie en Algérie, soyez donc démocrates tout de suite et laissez-moi parler ... Laissez-moi finir mes phrases, car souvent les phrases ne prennent tout leur sens qu’avec leur fin. »

                    Après avoir rappelé qu’il a été le seul journaliste français obligé de quitter l’Algérie pour avoir défendu la population musulmane, le lauréat Nobel ajouta : « Je me suis tu depuis un an et huit mois, ce qui ne signifie pas que j’ai cessé d’agir. J’ai été et suis toujours partisan d’une Algérie juste, où les deux populations doivent vivre en paix et dans l’égalité. J’ai dit et répété qu’il fallait faire justice au peuple algérien et lui accorder un régime pleinement démocratique, jusqu’à ce que la haine de part et d’autre soit devenue telle qu’il n’appartenait plus à un intellectuel d’intervenir, ses déclarations risquant d’aggraver la terreur. Il m’a semblé que mieux vaut attendre jusqu’au moment propice d’unir au lieu de diviser. Je puis vous assurer cependant que vous avez des camarades en vie aujourd’hui grâce à des actions que vous ne connaissez pas. C’est avec une certaine répugnance que je donne ainsi mes raisons en public. J’ai toujours condamné la terreur. Je dois condamner aussi un terrorisme qui s’exerce aveuglément, dans les rues d’Alger par exemple, et qui un jour peut frapper ma mère ou ma famille. Je crois à la justice, mais je défendrai ma mère avant la justice. » Cette déclaration fut ponctuée d’ovations.

                    Propos recueillis par Dominique Birmann, Le Monde, 14 décembre 1957 [À l’occasion de la remise à Albert Camus de son Prix Nobel de littérature].


                  • (---.---.215.93) 15 février 2007 23:33

                    laissez tomber courouve... la fascination de camus ne s’exerce pas sur moi. j’ai déjà dit quelle « chance » vous avez d’avoir cet homme à portée de livre pour chacun de vos besoins


                  • Jimmie Danger (---.---.164.192) 16 février 2007 08:43

                    @ Courouve

                    « Je dois condamner aussi un terrorisme qui s’exerce aveuglément, dans les rues d’Alger par exemple, et qui un jour peut frapper ma mère ou ma famille. »

                    La guerre d’Algérie fut réellement une sale guerre. Camus ici évoquait des attentats aveugles du FLN qui frappaient la population européenne.

                    - Un peu plus tard, l’OAS par le biais des commandos Delta de Degueldre, se fit une spécialité des assassinats aveugles d’Algériens, dont souvent des femmes de ménage.

                    - Le problème des Pieds Noirs est qu’ils auraient dû, dès le départ, prendre le parti de l’indépendance puisqu’ils considéraient comme leur cette terre, avec des arguments légitimes car beaucoup étaient des émigrés pauvres alsaciens, espagnols, italiens, maltais... et non pas des colons riches originaires de la métropole pour qui l’Algérie ne constituait qu’un terrain d’investissement.. et qui la quittèrent sans états d’âme.

                    - Ce qui n’enlève rien à la qualité des textes de Camus..

                    Jimmie Danger

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès