Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Au-delà du silence

Au-delà du silence

S'il te plait dessine-moi la liberté d'expression !

Ce que tu crois ne regarde que toi …

Un évènement dont je tairai le nom a provoqué l'indignation du plus grand nombre et sans aucun doute la jubilation de quelques-uns. J'ai choisi ce jour-là le silence et la méditation au lieu des cris et des formules si dérisoires. Manifester publiquement son effroi, à quoi bon, si ce n'est encore donner raison à ceux qui, dans leur incroyable monstruosité, nous dénient toute humanité alors que ce sont ceux-là même qui s'en excluent de par leurs crimes.

Nous sommes clairement dans une guerre des valeurs : une de ces batailles qui faussent toutes les cartes, tous les principes anciens du vivre ensemble. La liberté, la raison, la fraternité sont autant de concepts qui sont piétinés par des êtres qui n'agissent que pour faire le mal, pour détruire une civilisation à laquelle ils ne se sont jamais identifiés.

Ceux-là sont des barbares, des montres sanguinaires, des lâches qui agissent le plus souvent en usant les dispositifs guerriers les plus vils : la bombe, l'enlèvement, le viol et bien d'autres subterfuges dans lesquels excellent ces individus sans courage. Ils se délectent de la souffrance des autres, ils jouissent de l'agonie de leurs victimes, victimes qu'ils préfèrent choisir parmi les gens sans défense. Ils ne reculent pas à massacrer des enfants dans une école, c'est dire leur degré de virilité !

Ils se disent soldats de Dieu, un dieu qui réclame des vies, qui exige le prix du sang, qui impose la mort à ceux qui ne croient pas en lui. Joli programme que celui-là, un message de paix et de promesses éternelles pour les seuls bouchers et autres assassins ! Les bûchers de l'Inquisition sont devenus les attentats d'aujourd'hui. Même sinistre exploitation d'une illusion divine pour justifier les penchants les plus primitifs d'individus qui ne sont même pas des humains.

Dieu, dans son immense absence, son inexistence absolu, se tait. Qui ne dit mot consent pour son armée impitoyable. Je plains sincèrement les braves gens qui se fourvoient dans la croyance ; ils doivent désormais se ranger dans le camp de ces fous d'un Dieu de guerre au risque de s'exposer eux aussi à leur colère.

Nous sommes dans une guerre qui impose des choix. Se revendiquer d'une foi c'est, à mon sens, porter le glaive tout comme ceux-là. Tous les signes, affichés ostensiblement, signifient désormais une adhésion tacite ou revendiquée à ces thèses de l'horreur et du néant. Ne pas affirmer cette vérité première, c'est continuer de fermer les yeux en plein cœur de la bataille qui fait rage.

Le fait religieux ne peut être qu'intime, personnel, silencieux et discret. S'il se considère autrement, il devient provocation et agression. La foi n'a besoin d'aucune démonstration de force, d'aucun uniforme, d'aucune croix pour s'épanouir dans la conscience des croyants. Porter un signe de reconnaissance, c'est endosser l'habit des guerriers, c'est porter avec eux le fer et le feu dans les rangs de tous les autres.

C'est bien le silence qui s'impose. Un silence assourdissant qui exige de chacun de taire ses opinions religieuses. La cité doit être un espace où règne l'athéologie dans le respect d'une parfaite et totale neutralité. La spiritualité ne doit pas sortir du foyer ; elle doit se limiter à la seule conscience de celui qui croit ou ne croit pas. L'expression même d'une opinion en ce domaine relève de l'insidieux venin de la provocation dans le contexte du moment.

Ce n'est donc pas aux seuls musulmans que s'adresse cette supplique mais à tous ceux qui font étalage d'une croyance ou d'une conviction. L'intime ne relève pas de la place publique ; Dieu, qu'il existe ou non, n'a d'autre place qu'au plus secret de votre conscience. C'est d'ailleurs bien pourquoi ceux qui pratiquent ces horreurs se disqualifient eux-mêmes devant leur supposée idole. La vie humaine est sacrée, avec ou sans foi pour étayer cette affirmation consubstantielle à toute humanité.

Ontologiquement leur.

 

« S'il y a quelque chose de plus poignant qu'un corps agonisant faute de pain, c'est une âme qui meurt de faim de la lumière »

Victor Hugo

 

Quand je vois le dessin, je sors mon révolver.

par lacaufeu

 

« Wenn ich Kultur höre … entsichere ich meinen Browning !. » « Quand j’entends parler de culture… je relâche la sécurité de mon Browning ! »

Cette phrase de Hanns Johst souvent prêtée à tort à Herman Goering est issue de la pièce pro-nazie Schlageter écrite en 1933. Les Gott mit Uns (« Dieu avec nous »)

Les religieux d’aujourd’hui, qu’ils soient orientaux ou non, n’autorisent pas la critique contre la religion, même quand ils ne la connaissent pas. Elle gangrène leur esprit depuis les grottes.

Cette critique, ils l’ont menée avec courage, les Charb, les Wolinski, les Tignous, les Cabu – martyrs de Charlie Hebdo tombés aujourd’hui sous les balles fascistes des radicaux religieux. Je repense à toutes les charges subies par les soi-disant blasphémateurs. Mais aussi à tous les bienpensants qui trouvèrent scandaleux les atteintes à la pudeur et qui demandent l’interdiction de toute critique de leur foi en mettant en avant la décadence de la nation.

En septembre dernier, je me suis retrouvé près de Wolinski sans penser qu’il allait partir. Pour moi, cet homme de 80 ans que j’avais toujours lu depuis Reiser était aussi éternel que la liberté de faire un dessin. Et je ne lui ai rien dit, il faisait partie de mon décor républicain et démocratique … J’écoutais parfois les chroniques de Bernard Maris, l’« Oncle Bernard » de Charlie, le matin dans ma voiture…elles n’auront plus lieu. Encore un mot pour finir, vous avez le droit de croire et de aussi ne pas croire, mais alors pas du tout, et de le dire bien haut.

Mort aux cons !

par jean-michel plouchard

 

Reiser avait coutume d’utiliser cette expression, et elle dit ce qu’elle veut dire. Malheureusement, l’on sait que si l’espèce bipédique en compte des milliards, il en est parmi ceux-ci qui défient toutes les lois de la connerie. C’est sans doute parmi eux que l’on trouverait ceux qui ont massacré aujourd’hui Charb, Cabu, Wolinski et pratiquement toute la rédaction de Charlie Hebdo. Alors « mort aux cons ! », oui, mais outre qu’il y aurait un sacré boulot, peut-on simplement qualifier de cons ces sinistres microcéphales assassins sanguinaires qui savent mieux utiliser un couteau d’égorgeur ou une kalach qu’ils ne savent aligner deux phrases, voire deux mots en dehors d’un Allah akbar dont ils ne connaissent même pas le sens.

 

N’étant pas de l’espèce des assassins, j’aimerais simplement que s’ils rencontrent leur Allah un jour, il leur apprenne chaque jour comment l’on peut jouir et réjouir de jour en jour durant toute l’éternité frappé par une rafale de kalach en attendant la rafale qui les frappera demain…

 

Le dernier dessin de Charb était prémonitoire…


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • BABAYAYA BABAYAYA 8 janvier 2015 10:33

    Bonjour Nabum, merci pour le texte, j’y jouterai une petite citation de Charb...« Rire, bordel de Dieu » : « Peins un Mahomet glorieux, tu meurs.
    Dessine un Mahomet rigolo, tu meurs.
    Gribouille un Mahomet ignoble, tu meurs.
    Réalise un film de merde sur Mahomet, tu meurs.
    Tu résistes à la terreur religieuse, tu meurs.
    Tu lèches le cul aux intégristes, tu meurs.
    Pends un obscurantiste pour un abruti, tu meurs.
    Essaie de débattre avec un obscurantiste, tu meurs.
    Il n’y a rien à négocier avec les fascistes. 
    La liberté de nous marrer sans aucune retenue, la loi nous la donnait déjà, la violence systématique des extrémistes nous la donne aussi.
    Merci, bande de cons. »

    bien bonne journée à vous.

    • C'est Nabum C’est Nabum 8 janvier 2015 15:13

      Bayaya


      D’autres aussi se laissent aller à la colère :

      La rage


      Il y a le temps des pleurs, de l’émotion, le temps de la sidération, de la suffocation. Et puis il y a la rage, il y a la colère. L’une et l’autre, nous dit-on, ne sont pas bonnes conseillères. Il faut les surmonter, il faut les dépasser. Il faut avoir des paroles de paix. Il faut éteindre le feu, calmer les esprits, pour éviter le pire. Mais le pire vient d’avoir lieu, le pire vient d’être commis. Écrivant ce billet, je sais ce qu’il faudrait dire, ce qu’il faut dire. Mais, pour l’heure, j’en reste à la rage. J’en reste à la colère. Des amis viennent d’être froidement assassinés. Des journalistes. Des dessinateurs. Je vois leurs visages, j’entends leurs voix. Je ne peux tout simplement pas l’accepter. C’est au-dessus de mes forces. D’autres, ici même et ailleurs, écriront ce qu’il faut écrire, c e q u ’ i l s a u ro n t ra i s o n d’écrire. Ils écriront ce que je devrais moi-même écrire. Et que je ne peux pas écrire. Demain j’aurai sans doute, moi aussi, la distance nécessaire. J’aurai les mots qu’il faut. Mais pour l’heure, s’il vous plaît, laissez-moi à ma rage, laissezmoi à ma colère.

      Alain Rémond

    • oncle archibald 8 janvier 2015 11:02

      « Nous sommes dans une guerre qui impose des choix. Se revendiquer d’une foi c’est, à mon sens, porter le glaive tout comme ceux-là. » …. « Le fait religieux ne peut être qu’intime, personnel, silencieux et discret. S’il se considère autrement, il devient provocation et agression. »


      Ce que vous écrivez là est à mon sens une atteinte à la liberté tout aussi grave que celle que vous dénoncez. Votre vision de Dieu est à mes yeux totalement puérile et erronée. En fait comme beaucoup d’autres, vous acceptez la religion à condition qu’on ne la voit pas, qu’on n’en sache rien, etc … mais pourquoi pas la même démarche pour les opinions philosophiques ou politiques ? Certains philosophes et politiques sont beaucoup plus violents que certains religieux sans qu’on exige d’eux le silence. Certains « athées enragés » également. Exigez seulement le respect mutuel et la tolérance, ce sera beaucoup plus clair.

      • C'est Nabum C’est Nabum 8 janvier 2015 15:16

        Oncle Archibal


        J’ai de longues années d’expérience dans les quartiers où j’ai vu monter l’intolérance et l’extrémiste.

        Je sais que l’angélisme est à la mode. Je crois aux vertus du vivre ensemble en fixant des limites. Venez cotoyer ces enfants manipulés par des monstres, vous m’en direz des nouvelles.

      • oncle archibald 8 janvier 2015 15:29

        On ne peut pas à la fois se plaindre de l’intolérance et y contribuer.


      • C'est Nabum C’est Nabum 8 janvier 2015 16:42

        Oncle Archibal


        J’aime que les gens qui vivent loin des quartiers où sévissent les intégristes viennent donner des leçons à ceux qui ont vu depuis 20 ans monter ce fléau et qui ont maintes fois exprimé leurs inquiétudes.

        Quand la société française est vomie, quand le fait religieux n’est que prétexte, quand les démonstrations cultuelles sont provocations, on peut s’interroger sur le but poursuivi.

        Continuez à fermer les yeux au lieu de poser clairement les critères du vivre ensemble. Je veux bien passer pour un réactionnaire ou un intolérant, j’ai assez donné pour avoir ma conscience

      • oncle archibald 8 janvier 2015 18:19

        Je ne conteste en rien la montée de certain intégrisme, j’ai vu sur mes derniers chantiers les immams barbus venir surveiller si les ouvriers maghrébins respectaient bien le ramadan, j’ai construit des HLM neufs dans les quartiers les plus difficiles de ma petite ville de province, j’ai vu les femmes de ces messieurs réduites à l’état d’esclaves, muettes de surcroit, j’ai vu des petits mâles de 10 ans donner des ordres à leur mère et à leur grande soeur, mon fils ainé qui fait classe dans un CFA a parmi ses élèves certains qui viennent en cours armés d’un pistolet automatique, je ne suis pas aussi naïf que vous semblez le croire et je sais de quoi vous parlez. 


        Pour autant je ne peux pas supporter l’amalgame que vous faites entre des gens pour qui la religion est importante source d’équilibre personnel et d’engagement fraternel dans l’action sociale et des gens qui veulent punir les infidèles à coups de kalatchnikov. 

        Le Dieu auquel je crois les a posés une fois pour toutes les critères du vivre ensemble : nous sommes tous frères, fils d’un même père, amour et pardon sont synonymes et indissociables, que celui qui n’a jamais péché lui lance la première pierre, et toutes sortes d’autres très bons enseignements qui permettent justement de bien vivre ensemble. 

        Je supporte mal que l’on me dise « C’est bien le silence qui s’impose. Un silence assourdissant qui exige de chacun de taire ses opinions religieuses ». Je supporte tout aussi mal qu’on me demande de faire profil bas alors que cette immersion dans de nombreux siècles de culture chrétienne a permis de faire émerger au XVIII eme siècle la démocratie, les droits de l’homme et du citoyen. 

        Je ne rougis pas du passé de mes ancêtres et je n’ai aucune raison de cacher ni ma culture ni ma foi. Merci de ne pas amalgamer ceux qui pensent comme moi avec des hystériques capables de tuer.

      • C'est Nabum C’est Nabum 8 janvier 2015 18:52

        Oncle archibal


        Je comprends que cette phrase vous perturbe

        Comme le refus des biens des avancées de la science me perturbent quand des élèves se réclament du créationisme.

        Il y a des limites à l’opinion. Je sais avoir débordé du cadre mais comment réagir vis à vis des multiples provocations venant de ceux-là ?

        Je me suis sans doute trompé.

      • oncle archibald 9 janvier 2015 08:47

        « Je comprends que cette phrase vous perturbe. Comme le refus des biens des avancées de la science me perturbent quand des élèves se réclament du créationisme. »


        Et il en remet une couche Monsieur Nabum, ceux qui croient en Dieu sont des passéistes incapables de se rendre compte que le monde a changé. N’êtes vous pas vous-même tellement « borné » que cela vous rend incapable de voir qu’on peut être croyant et parfaitement en accord avec ce que nous révèlent les sciences. 

      • Bubble Bubble 8 janvier 2015 11:24

        Pas d’indignation. Il faut rire de tout, c’est dans la ligne éditoriale.



        A Charlie Hebdo, au moins, ils savaient rire du massacre de 300 frères musulmans au Caire (original de l’image). Sachez les imiter si vous les supportez.

        • C'est Nabum C’est Nabum 8 janvier 2015 15:17

          Bubble


          J’aime les élcats de rire, ceux qui dispersent les imbéciles dont je suis certainement quand je suis en colère

        • Le421 Le421 8 janvier 2015 18:28

          Mon clavier remue encore des mots que j’ai écris il y a peu de temps en ce qui concerne ma façon de voir les religions... Alors, je fais un rappel.
          J’étais agnostique et je deviens athée.
          De la tolérance envers les religions, avec les années, je suis devenu quasiment hostile.
          Triste expérience d’avoir une belle-fille catholique pratiquante qui, outre m’avoir fait passer un réveillon de Noël seul à la maison avec la télé pour cause de messe obligatoire (ce que j’ai fermement refusé !!), nous prive de nos petits-enfants par peur de pollution idéologique.
          Je répète, elle n’est pas musulmane, elle est catholique !!
          Comme quoi.
          Ces saloperies de religions qui embobinent des gosses dès le plus jeune âge car incapables de raisonner, commencent par vous apprendre l’amour universel...
          Ouais, universel, mon cul tiens !! L’amour envers les croyants. Et encore, ceux de ton bord.
          Pour les autres, quels qu’ils soient, lorsque le constat est fait que des enfoirés n’arrivent pas à convaincre d’autres enfoirés, la haine s’installe petit à petit.
          Et la haine est une drogue à accoutumance.
          On sait où ça commence, rarement où ça finit.
          Alors, vos Dieu, Jéovah, Mahomet, Bouddah et autres zozos de tous calibres, gardez vous les biens et rentrez-vous les où je pense.
          L’islam n’est pas la deuxième religion de France.
          Le catholiscisme n’est pas la première religion.
          La première, c’est la mienne, celle de ceux qui ne croient en aucun Dieu.
          Ne l’oubliez jamais !!


          • C'est Nabum C’est Nabum 8 janvier 2015 18:54

            Le421


            Le sujet est si brûlant que les bûchers sont en passe d’être dressés 

            J’ai peur des religieux de toutes obédiences

          • oncle archibald 8 janvier 2015 18:54

            MDR …. Si je comprends bien, comme beaucoup d’autres, vous avez quelques problèmes de compréhension avec votre belle fille. C’est très courant rassurez vous, et Dieu n’y est pour rien … C’est difficile d’accepter « l’autre » comme il est ! Pour elle semble-t-il mais pour vous aussi peut-être, voire pour les deux, c’est encore le plus courant !


          • titi 8 janvier 2015 22:00

            Vous mettez abusivement toutes les religions sur le même niveau.

            Vous avez tort et vous le savez.

            Dans un autre sujet un intervenant remonte à la Saint Barthélémy pour montrer de la violence de la chrétienté. Sauf que le Saint Barthélémy c’était en 1572, alors que les tueries islamiques c’est en 2015.

            La chrétienté « occidentale » a évolué . D’abord en dépassionnant ses débats, ensuite en conduisant à l’athéisme.
            Cette évolution est récente, peut être pas irréversible, mais elle est réelle.

            Où en est l’Islam ? Dans l’état ou il était il y a 1300 ans.

            Le monde chrétien a fait l’exégèse de ses croyances. Il est apaisé. Pas le monde musulman.

            En soit ce n’est pas un problème : chacun à le droit de suivre son chemin a sa propre vitesse.
            A son rythme. C’est tout à fait respectable.

            Le problème c’est que certains depuis 40 ans soutiennent que la venue dans ce monde apaisé de gens issus de peuples qui n’ont pas encore franchit le pas, est un grand progrès.
            Que l’Oronte peut enfin se déverser dans le Tibre pour créer une nouvelle société.

            Par eugénisme ? Ils ont été trompés par leur bonne intentions ? Non je ne pense pas.

            Si les pays Arabes n’avaient pas pour la plupart rejoint l’Internationale dans les années 60, jamais ces bien-pensants ne nous auraient abreuver pendant 40 ans de discours sur les bienfaits de ces mouvements de peuples.
            L’immigration a été l’instrument de ceux qui pensaient submerger la bourgeoisie catholique réactionnaire et la remplacer par un nouveau prolétariat ouvert aux idées nouvelles.

            Les curés il n’y en a plus. Les bourgeois sont partis en Belgique, à Londres.

            Mission accomplie.

            Mais voilà le vide laissé par les curés a vite été comblé par les imams.
            Le beauf franchouillard n’existe plus. Mais au lieu d’être remplacé par un homme nouveau (homo sovieticus ?) , il a été remplacé par le beauf musulman.

            Charlie Hebdo est doublement victime : d’abord parce évidemment parce que les barbares sont entrés.
            Ensuite parce que Charlie Hebdo s’est trompé sur toute la ligne : il croyait mener un combat épique et finalement il ne faisait que tirer sur l’ambulance d’un monde qui n’existait déjà plus que dans les fantasmes de gens comme Ariane Walter & consorts.
            IL s’est réveillé trop tard : il a bien essayé de combattre par la plume le beauf musulman qui est finalement sa création. Mais alors que le beauf français encaissait la satyre, le beauf musulman fait encaisser les balles. L’Oronte ne se jette décidément pas dans le Tibre.

            Qu’est ce qu’on fait maintenant ?


            • lsga lsga 8 janvier 2015 22:02

              la vrai violence : se prétendre vérité révélé éternelle.

               
              la tuerie de Charlie Hebdo est une douce caresse comparée une telle violence. 

            • C'est Nabum C’est Nabum 9 janvier 2015 06:45

              Titi


              Nous touchons au cœur du problème
              Les croyants intègres sont plus nombreux que les fondamentalistes pourtant ils sont eux-aussi pris au piège de ce discours.

              En se définissant d’abord comme croyants, ils sont forcément mis dans le même panier que ces fous de Dieu. La foi ne peut être une bannière car vous n’éviterez jamais cette dérive

            • C'est Nabum C’est Nabum 9 janvier 2015 06:46

              Isga


              Ce n’est pas une violence mais une invention humaine

            • titi 9 janvier 2015 10:25

              @Nabum

              « Les croyants intègres sont plus nombreux que les fondamentalistes »

              Certainement.

              Maintenant retournez 30 ans en arrière...
              Les jeunes femmes musulmanes dans nos villes étaient elles voilées ?
              Il y a 30 ans je faisais la fête avec de jeunes maghrébins qui buvaient de l’alcool, et reluquaient les minettes.
              Ces mêmes mecs aujourd’hui refusent la monnaie d’une vendeuse pendant Ramadan, et ont grillagé leurs épouses.

              Les croyants intègres sont plus nombreux que les fondamentalistes, mais pour combien de temps ?

              L’intégration républicaine est un échec. 

              Et finalement c’est notre société entière qui recule.


            • C'est Nabum C’est Nabum 9 janvier 2015 12:14

               titi 


              Ma douleur intégrale.

              Ne jetons pas un voile sur cette vérité.


              Une contribution de plus, ni mieux ni pire que toutes les autres sur cet épiphénomène vestimentaire ne changera pas la face des choses. Pourtant, j’aimerais moi aussi, lever un petit coin du voile pour déchirer les prisons qui se dressent parfois devant moi.


              À plusieurs occasions, dans ce quartier merveilleux et douloureux où je sévis et près duquel je vis, j’ai croisé ces suaires noirs glissant le long d’un trottoir. À chaque fois, loi ou pas, débat à la mode ou silence des opinions, polémique fétide ou indifférence médiatique, j’ai toujours reçu cette vison d’horreur comme une insulte personnelle, comme un refus de vivre à mes côtés.


              C’est cela que chacun de nous devrait vous affirmer, femmes emmurées dans cette sombre bure. Vous êtes pour nous une abominable souffrance. Vous voir devant nous, dans ce pays que l’on partage avec vous, c’est un crachat à la face et à nos croyances, C’est un coup de poing au cœur, c’est une négation de toutes nos convictions, c’est le refus de toutes nos histoires.


              Point besoin de donner aux monstres qui vous imposent ce carcan l’occasion de se réjouir et d’amplifier leur action ; une loi servirait à merveille leur sinistre volonté de répandre la haine partout où ils sévissent ! C’est à tous les braves gens de ce pays, vos voisins, vos relations, votre facteur, les enseignants de vos enfants, les commerçants qui vous servent, de vous expliquer calmement, fermement que vous nous faites trop mal !


              Oui, c’est la triste et douloureuse vérité. Lorsque vous vous affichez ainsi, c’est nous qui sommes enfermés derrière ce drap mortuaire. La personne cachée n’est en rien stigmatisée, ce n’est pas vous qu’on condamne ! C’est vous qui nous accusez tous : hommes et femmes de bonne volonté, au-delà des pratiques religieuses, des convictions politiques, vous niez nos croyances fondamentales.


              Ce refus de vivre parmi nous à visage découvert éclipse l’histoire de cette terre d’accueil, de ce pays qui a cru pendant des années qu’il avait un message à transmettre à la conscience du Monde. Les droits de l’Homme et du Citoyen, la Laïcité comme espace de tolérance et de paix universelle, la Fraternité et son pendant implicite : la Sororité, toutes ces valeurs essentielles à notre cohésion sociale, votre tenue les récuse de façon ostentatoire.


              Vous n’avez sans doute pas le choix ce qui nous rapproche car il y a une limite à notre capacité de toujours plus reculer devant les imprécations de ceux qui nous haïssent. Cette insulte silencieuse est insupportable, intolérable à chaque personne de ce pays qui n’est pas privé d’altérité.


              Aucun individu n’est transparent. Derrière chaque humain, il y a une pensée, une intelligence, une richesse, une conscience. Dieu ne peut de réduire l’individu à ce point, cette société n’abandonnera jamais aucun des siens derrière un rideau d’insignifiance.


              Nulle différence ne doit séparer les hommes et les femmes. C’est ce principe essentiel de notre foi collective que vous abattez. L’expression est peut-être trop forte mais je n’en vois pas d’autres : « c’est une déclaration de guerre » que vous affichez en public. Ce n’est sans doute pas la vôtre, vous n’êtes que le truchement servile d’individus particulièrement diaboliques.


              Cette déclaration, cette hostilité manifeste n’est pas seulement ressentie par la seule institution sociale. C’est à chacun d’entre-nous que vous exprimez cette rupture totale, définitive et absolue et cela ne nous est pas tolérable.


              Comprenez le poids de ce terrible aveu et soulevez ce voile qui nous sépare et qui va, si rien n’est fait, nous entraîner vers des catastrophes plus terribles encore.


              Levonslevoilement vôtre.


            • titi 9 janvier 2015 13:44

              C’est très bien de s’émouvoir, de condamner...

              Mais en attendant on fait quoi ? On attend d’autres Charlie ?

              Ce n’est pas le voile qui doit être interdit en France.
              Ce n’est qu’un détail vestimentaire, qui traduit un état d’esprit.
              Interdire le voile, c’est casser le thermomètre. Pas traiter la fièvre.

              Ce sont les personnes qui portent le voile qui doivent être interdites de séjour en France.

              Il faut les inciter fermement à partir s’installer dans des pays compatibles avec leur mode de vie.


            • oncle archibald 10 janvier 2015 09:02

              Je n’avais jamais lu si clairement exprimé ce que je ressens confusément en croisant des femmes encagées dans leurs noirs suaires … Merci d’avoir su l’écrire aussi bien, aussi simplement, sans jugement sur les personnes. 


            • C'est Nabum C’est Nabum 10 janvier 2015 09:57

               titi


              Il ne s’agit pas de l’interdire mais de leur dire à chaque fois que nous comprenons ce détail comme une insulte grave, un crachat à vos valeurs.

              Ensuite, c’est à eux de faire le choix en connaissance de cause

            • C'est Nabum C’est Nabum 10 janvier 2015 09:58

              Mon ONcle


              Vous voyez que je ne suis pas aussi idiot que j’en ai l’air

              Merci 

            • oncle archibald 10 janvier 2015 10:15

              Pas de fausse modestie, vous savez parfaitement que je vous apprécie, sinon pourquoi lirais-je vos billets ? Juste parfois un peu beaucoup enfermé dans des pré-jugés, mais ne le sommes-nous pas tous un peu ?


            • C'est Nabum C’est Nabum 11 janvier 2015 09:17

              oncle archibald


              Enfermé à double tour !

              Il faut tenir une posture pour avoir ainsi une musique personnelle à jouer tous les jours ! 

            • Tillia Tillia 9 janvier 2015 17:02

              Je trouve ce texte très juste


              Allah punirait sans merci les attaquants Allah - s’il existait encore - punirait sans merci les djihadistes qui ont assassiné en son nom, affirme le sociologue Ferenc Krémer sur le portail d’information de centre-gauche Galamus : « Allah est mort et les paroles de son prophète Mahomet se perdent dans le vent. Allah n’est pas mort suite à l’attentat meurtrier de Paris ; il était déjà mort quand Oussama Ben Laden est entré en scène. Mais s’il existait encore, Allah frapperait d’un châtiment effroyable ceux qui ont massacré des innocents en son nom. Mais aussi ceux qui persistent à vouloir vivre comme il y a 1.500 ans. Il n’y a qu’une explication à l’inconcevable inhumanité de l’Etat islamique : il s’agit de l’armée de zombies d’un dieu mort. » (08.01.2015) Galamus - Hongrie

              • C'est Nabum C’est Nabum 10 janvier 2015 09:59

                Tilia


                J’ai envie de vous répondre par ce truchement : 

                 Zohra Gueddana 

                Lors d’un stage de formation pédagogique en France j’avais rencontré à l’époque une institutrice iranienne qui me raconta que sous l’occupation des talibans, non seulement les écoles furent interdites aux filles mais qu’ ils leur interdisait de sourire, pas rire, mais sourire, que les oiseaux même dans les cages étaient tués parce qu’ils chantaient et que leurs chants était sacrilège.... 

                J’étais abasourdie, sidérée par ces anecdotes cruelles et absurdes qui me paraissaient irréelles et qui n’avaient aucun écho dans la religion douce et joyeuse que je connaissais à l’époque . . .

                Oui,ici,en Tunisie, pendant ces trois horribles années de la Troïka, on a voulu nous empêcher de rire, mais les médias, de jeunes artistes magnifiques les ont combattu l’air de rien, inconscients avec leur chansonnettes, avec leurs sketchs par la dérision, l’humour noir, gris et rouge, jaune...et un grand rire éclatant...


              • Zip_N Zip_N 10 janvier 2015 18:26

                Je cite, « S’il te plait dessine-moi la liberté d’expression ! »

                Regarde je te dessine, tu vois mon dessin ? vous voyez mon dessin ?

                .

                .

                .

                .

                .

                .

                .

                .

                .

                .

                .

                Les couleurs ne viennent pas de moi.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès