Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Avortement : le cardinal Turcotte va-t-il relancer le débat au Canada (...)

Avortement : le cardinal Turcotte va-t-il relancer le débat au Canada ?

Farouchement opposé à l’avortement, le cardinal Jean-Claude Turcotte a décidé de protester contre la nomination du Dr Henry Morgentaler au sein de l’Ordre du Canada, en renonçant à sa propre distinction d’officier.
 
Ajoutant que le Dr Morgentaler était associé à un progrès social « très discutable », Mgr Turcotte a estimé qu’il lui fallait rompre le silence pour réaffirmer ses « convictions face au respect de la vie ».
 
Pourtant, la nomination du Dr Morgentaler au sein de l’ordre du Canada date du 1er juillet dernier. L’archevêque de Montréal aurait donc pu s’indigner bien plus tôt, à moins que le timing de ce coup d’éclat ne soit calculé. Son objectif n’est-il pas de remettre la question du droit à l’avortement à l’agenda politique en pleine période de campagne électorale ?
 
Voilà pourtant un progrès social dont on aimerait être certain qu’il est acquis définitivement pour les femmes. Certes, l’avortement est le plus souvent un échec de la contraception (hormis les cas d’interruption médicale de grossesse) ; et comme le dit le proverbe, il vaut mieux prévenir que guérir. Il serait donc souhaitable d’assurer une meilleure prise en charge contraceptive, pour ne pas arriver à cette extrémité que constitue l’acte non anodin d’avorter. Cela étant dit, le droit à l’avortement devrait toutefois être garanti.
 
Le droit à l’avortement n’est pas un choix de société, mais sa légalisation constitue un impératif dans la mesure où priver les femmes de cette liberté de choix, conduit à les condamner à mettre leur vie en péril en se faisant avorter illégalement dans des conditions exécrables. C’est surtout condamner les plus fragiles et les moins nanties à la clandestinité tandis que les autres pourront toujours s’envoler pour l’étranger où elles connaîtront une meilleure prise en charge. Comme leurs grands-mères, les femmes d’aujourd’hui et de demain trouveront toujours les moyens de mettre fin à ces grossesses qu’elles refusent.
 
L’État a le devoir moral de protéger ces femmes en leur permettant de trouver un cadre médical approprié qui les accompagnera dans cette épreuve (presque toujours) douloureuse.
 
Messieurs les religieux, on ne peut vous blâmer de vous faire les défenseurs des doctrines que vous servez. Mais votre mission n’est-elle pas aussi de trouver un peu de compassion et d’être à l’écoute de celles qui demandent juste à ne pas être de simples ventres reproducteurs au service de la nature et de l’homme. En toute logique, par respect de la gent féminine on ne peut donc pas simultanément refuser la contraception et dénier le droit à l’avortement.

Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Thierry Israël JACOB 12 septembre 2008 14:49

    Que les CANADIENS se mobilisent...le gouvernement suivra ou tombera...mais si TURCOTTE gagne ...bonjour les aiguilles à tricoter...ou pourquoi pas la gréve des ventres ???
    Debout femmes...


    • COLRE COLRE 12 septembre 2008 17:57

      Bien vu ! ses droits, on les prend, on ne les demande pas gentiment et on attend pas qu’on vous les donne…


    • Thierry Israël JACOB 12 septembre 2008 17:08

      bien sur ACTIAS...je parie sur l’intelligence, l’éducation, la responsabilité, la conscience...la pilule du lendemain ou du surlendemain...et si un délais à définir est passé, sur la naissance, l’abandon et l’adoption... par exemple...
      mais la remise en cause de ce droit n’est pas de mise.


      • clostra 12 septembre 2008 17:30

        Excellente conclusion !

        et en contre point, on aimerait certainement que l’avortement disparaisse totalement : c’est ce qu’il faudrait crier de toutes forces. J’étais impressionnée de lire qu’en France 40% des femmes avaient eu recours à l’avortement dans leur vie. Il n’est pas bien sûr question d’ajouter au traumatisme qui se répercute sur toute la société, mais bien de promouvoir toutes formes de contraception (celle prônée par l’Eglise catholique en est une).

        Les discours sont souvent extrèmistes lorsqu’il s’agit de défendre le droit à l’avortement (parfois c’est presque de la promotion comme "le droit à disposer de son corps" et de son esprit ?), beaucoup moins lorsqu’il s’agit de promouvoir la contraception.


        • dupual 14 septembre 2008 22:05

          @clostra,
          Une femme est fertile de 12 ans à 50 ans chaque mois... à moins d’une ligature des trompes ou vasectomie pour les hommes, les autres méthodes de contraception sont faillibles d’où les ivg...





        • dupual 14 septembre 2008 22:09

          On peut être contre ou pour l’avortement pour soi-même... la vie des autres femmes et leurs choix ne regardent pas les gourous des sectes religieuses qui pullulent sur tous les continents ou les partis politiques et encoire moins le quidam qui veut imposes ses idées et dicter la vie des autres femmes  !


        • RemiMorin 12 septembre 2008 17:32

          Ëtre contre l’avortement c’est un opinion comme un autre. Moi je suis contre les parfums en spray, c’est de la pollution pour rien.

          Vouloir imposer aux autres notre opinion (interdire les parfums en spray, ou l’avortement) c’est d’imposer son choix à une autre personne. C’est de l’extrémisme religieux.

          Soyez pour ou contre l’avortement ça vous regarde lorsque vous serez enceinte ou lorsque votre blonde sera enceinte et vous demandera votre avis.

          Autrement... ça vous regarde pas.

          Vous trouvez que c’est plus responsable de laisser une fille de 16 ans irresponsable accoucher d’un enfant qu’elle ne veut pas et devenir mère monoparentale ?
          Sans doute pour ensuite la mépriser ardament et lui soulignez à quelle point c’est une pêcheresse et qu’elle est sale...
          Elle a juste à le donner en adoption... oui oui, elle a pas assez de jugement pour mettre des préservatifs, au moment de l’accouchement, pleine d’émotion épuisé, allez on donne le bébé et on retourne sur les bancs d’écoles.

          Voyons ? quel jugement ?
          Vous avez vos croyances je les respectes, à ma connaissance aucune fille ne s’est faite avortée à cause de moi, et dans ma situation, je travaillerais fort pour qu’il n’y ait pas d’avortement... mais ultimement, ça ne me regarde pas. Et ça ne VOUS regarde pas. Seule la mère et l’enfant est concerné.

          Limite de 2 mois... 8 semaine ? ayoye tu place ça bas. je place ça beaucoup plus haut sans mettre de limite comme telle, mais on est d’accord, plus c’est tôt mieux c’est.

          Mais bon au Canada anglais rural des plaines... mon opinion est marginal...


          • Radix Radix 12 septembre 2008 19:26

            Bonjour Remimorin

            D’accord avec votre post , je suis opposé à l’avortement mais seulement à titre personnel. Il ne me viendrais pas à l’idée de vouloir imposer mon choix à d’autre tant les situations sont variées.
            Bien sûr ce choix implique d’en assumer les conséquences.

            Si l’Eglise veut lutter contre l’avortement il y a une solution très simple : faire la promotion de la contraception auprès de ses ouailles, elle limitera ainsi le nombre d’avortements.

            Ses dogmes lui impose de refuser les deux, c’est son problème pas le nôtre et comme la société n’est pas composée uniquement de catholiques ce monsieur n’a pas à imposer à tous sa façon particulière de voir les choses !

            Radix


          • Marc Bruxman 12 septembre 2008 19:06

            En tout cas vu aujourd’hui sur un tract :
            "Si Marie avait pu avorter, on aurait été moins enmerdé !". 

            C’est pas faux ! ! !


            • chmoll chmoll 12 septembre 2008 20:26

              au cardinal d’la secte des pervers, ta du bol toi et ton patron que dieu n’existe pas

              sinon ils vous auraient enfoncé un cierge dans l’oignon et allumer jusqu’a consummation

              tu ramène ta fraise alors que ta secte de pervers a detruit la vie de milliers d’enfants


              • foufouille foufouille 13 septembre 2008 11:13

                je pensais pas le canada aussi arriere. ou alors ; il s’agit d’une minorite pro vie comme en france


                • dupual 14 septembre 2008 22:12

                  L’histoire nous apprend que jamais rien n’est acquis, surtout pour les femmes ! L’église catholique il n’y a pas si longtemps ne savait où classer "la femme" dans la classification des espèces vivantes... Ils avaient décidé que les femmes n’avaient pas d’âme, une pondeuse soumise et laborieuse pour que l’Homme grandisse !!
                  Ecoutez le pape ces temps-ci, lui veut revenir 400 ans en arriège, messe en latin, mariage et procréation...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès