Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Bible dévoilée ou Bible voilée ? A vous de juger !

Bible dévoilée ou Bible voilée ? A vous de juger !

Les premiers textes de la Bible relatent-ils des événements qui ont vraiment eu lieu ? Oui, à condition de bien les interpréter. Telle est la thèse que j’ai proposée aux lecteurs d’AgoraVox dans mes cinq articles précédents. Pourquoi ai-je écrit ces cinq articles ? Pour réagir à une émission toute récente d’Arte et de la Cinq intitulée « La Bible dévoilée ». Dans cette émission, des certitudes ont été émises sans débat. Je demande que le débat ait lieu.

Une révolution dans la compréhension de la Bible ???

La puissance de la télévision est telle qu’elle arrive en quelques minutes seulement à convaincre des milliers de téléspectateurs, et probablement davantage, en les entraînant dans une enquête présentée comme scientifique mais qui ne donne malheureusement pas la parole à l’avocat de la partie adverse. Personnalités particulièrement convaincantes, paysages magnifiques, musique envoûtante, tous les ingrédients ont été rassemblés pour faire de l’enquête d’Arte un documentaire passionnant. Quant au fond, on peut en donner l’idée principale en citant deux extraits du livre qui l’a inspiré : « Il est aujourd’hui évident qu’un grand nombre d’événements de l’histoire biblique ne se sont déroulés ni au lieu indiqué ni de la manière dont ils sont rapportés. Bien plus : certains des épisodes les plus célèbres de la Bible n’ont tout simplement jamais eu lieu » (page 21, La Bible dévoilée, éditions Gallimard). « Nous démontrerons que, pour l’essentiel, le Pentateuque fut une création de la monarchie tardive destinée à propager l’idéologie et les besoins du royaume de Juda... » (page 35). En termes clairs, cela signifie que, huit à onze siècles après les dates que donne la Bible, le roi Josias aurait fait rédiger, au VIIe siècle avant J.-C., un faux à partir d’éléments disparates, et cela afin d’abuser ses compatriotes en leur faisant croire à une histoire très ancienne qu’il a en réalité reconstruite pour les besoins de sa cause. L’accusation est grave quand on sait que les auteurs et les détenteurs de ces textes sacrés y voyaient une parole de Dieu qu’il eût été blasphématoire de modifier.

Je propose une autre façon de comprendre.

Aveuglé par son orgueil, imbu de ses connaissances, l’homme moderne n’a pas pensé que, dès 4000 ans avant J.-C., des êtres qu’il considère comme frustes aient pu évoquer leur cité dans l’image d’un couple enlacé et son histoire par analogie avec la vie d’une famille. Et pourtant, les statuettes retrouvées dans les fouilles ne demandaient qu’à parler, véritables emblèmes patriotiques que la Bible appelle "téraphim" (Gn 31,19). Les âges avancés des patriarches auraient dû également nous faire deviner depuis longtemps que leurs noms désignaient des clans ou des conseils et que leurs femmes étaient en réalité des troupes militaires. Le déluge sémite qui s’est abattu sur le pays de Sumer, Abraham mettant sa femme dans le lit du Pharaon, Jacob et Moïse parlant presque en égal avec lui, la femme de Putiphar disant à Joseph ; "Couche avec moi !", la mer qui s’ouvre, le soleil qui s’arrête, toute cette allégorie empreinte de poésie mais absurde dans son sens littéral, nous avons été incapables de la déchiffrer. Nous n’avons pas vu qu’à travers ces textes bibliques assez extraordinaires, c’est toute une histoire de l’humanité qui nous revenait du fond des âges.

Les auteurs de la Bible dévoilée sont partis sur l’idée que les premiers textes bibliques n’ont pu être écrits, créés, rédigés ou recomposés qu’à partir du VIIe siècle avant J.-C., au temps du roi Josias, lorsque l’écriture a pris de l’importance dans le royaume de Juda (page 34). Le raisonnement est recevable à condition d’attribuer ce travail, non pas à Josias au VIIe siècle mais à Moïse au XVe, comme les historiens le disaient encore récemment. Anciennement prêtres d’Osiris, comme je l’ai expliqué, les prêtres Moïse et leurs scribes avaient toutes les compétences requises. L’histoire des patriarches qui les ont précédés dans le pays, ils l’ont mise par écrit en rajoutant parfois quelques passages, en modifiant quelques termes (Yahvé au lieu de El, Io-Jeph au lieu de Osarseph). Faisant suite à cette histoire, ils ont écrit la leur avec un maximum de précisions. Ces textes de l’Exode, du Lévitique, des Nombres, du Deutéronome crient d’authenticité et de vérité historique. Ils révèlent la haute culture des prêtres égyptiens d’Osiris, mais aussi la façon dont ils s’y sont pris pour transformer un troupeau d’anciens esclaves en un peuple redoutable et redouté. L’hypothèse d’une écriture au temps de Josias, suivie d’une réécriture au temps de l’exil à Babylone, la transformation par les exilés de Josias en un Moïse symbolique, tout cela ne tient pas la route.

Voici deux extraits qui prouvent l’existence du Livre dès l’époque de Moïse : Yahvé dit à Moïse : « Ecris cela en mémorial dans un livre » (Ex, 17, 14). « Et dès qu’il sera assis sur le trône de sa royauté, il écrira pour lui, sur un livre, un double de cette Loi... » (Deut. 17, 18)

Les arguments des auteurs de la Bible dévoilée ne prouvent rien.

Page 29 : « Comment le prophète pouvait-il être l’auteur du Pentateuque dès lors que le Deutéronome, le dernier des cinq livres, décrit avec force détails le moment exact et les circonstances de son décès ? » Page 30 : « Des vestiges toujours visibles de nos jours » (rajout postérieur ?). Dans d’autres pages : des noms de lieux litigieux. Des villes et bourgades qui n’existaient pas encore. Des chameaux qui n’auraient pas dû être mentionnés alors que leur existence était pourtant connue. Un exode de 600 000 hommes (chiffres grossis). Bref, des arguments facilement réfutables d’autant plus que les auteurs se placent au XIIe siècle au lieu du XVe en ce qui concerne l’exode.

Quant au témoignage des vestiges archéologiques, on est en plein malentendu. Les archéologues ne peuvent pas retrouver la trace des troupes militaires d’Abraham ou de Jacob puisque c’est la trace d’une tribu nomade qu’ils cherchent. Ils ne peuvent pas retrouver celle de Joseph en Egypte puisque c’est celle des prêtres d’Osiris. Ils ne peuvent pas retrouver celle du peuple de Moïse dans la péninsule dite du Sinaï, ni à Qadech, puisque ce n’est pas dans ce désert que ce peuple a passé ses quarante ans d’errance. En revanche, j’aimerais bien qu’on nous dise quel peuple aurait eu davantage de savoir-faire et de foi pour réaliser les superstructures du mont Sinaï, à Massada, et peut-être d’autres ailleurs.
Le mont Sinaï

Enfin, l’absence du mot hébreu dans les textes égyptiens est un argument qui ne tient plus dès lors qu’on accepte les témoignages écrits de Flavius Josèphe et de Manethon qui nous apprennent que les Egyptiens désignaient les Hébreux par le nom Hyksos.

Lecteurs d’AgoraVox, à vos Bibles !

Vos commentaires sont les bienvenus. Bible dévoilée ou Bible voilée, à vous de juger !

E. Mourey

D’après mon Histoire de Bibracte, Dieu caché, http://www.bibracte.com

N.B. Les légendes des dessins sont des interprétations personnelles d’objets découverts à Tello.


Moyenne des avis sur cet article :  3.26/5   (147 votes)




Réagissez à l'article

221 réactions à cet article    


  • (---.---.141.25) 19 janvier 2007 13:59

    La puissance de la télévision est telle qu’elle arrive en quelques minutes seulement à convaincre des milliers de téléspectateurs, et probablement davantage, en les entraînant dans une enquête présentée comme scientifique...Aveuglé par son orgueil, imbu de ses connaissances, l’homme moderne n’a pas pensé que...

    C’est d’une évidence crasse. Les médias en règle général distillent une nourriture pré-digérée, en bâtissant leurs succès sur la pyramide de l’ignorance de l’homme du XXème et suivant. Ceci, de plus est doublé de l’arrogance atavique de l’homme moderne, comme si la pluie ne mouillait pas ou le feu ne brûlait pas plus en 4000 AV J.C.

    Une anecdote me fait toujours sourire : l’utilisation du passage des noces de Cana passage où le Christ dit à sa mère - Il n’y a rien entre toi et moi ! Les commentaires vont bon train, du non respect de la femme à cette époque....à je ne sais quoi.

    Quelle absurdité. Cette tournure de phrase, malheureusement pour les « savants » est toujours utilisée, au Maroc par exemple, et signifie j’aquiesce car rien ne nous sépare. Bref un signe d’amitié profonde.

    Cela dit j’ai vu plusieurs de ces émissions, toutes tournées par le même groupement de personnes, se réclamant de la science alors qu’il s’agit purement et simplement de propagande pour je ne sais quoi.

    Il serait d’ailleurs intéressant d’enquêter sur les personnes à la base de la réalisation de ces flms. Je crois que quelques surprises seraient au rendez-vous.

    Cela dit, mMonsieur Mourrey, et pour autant que je saisisse clairement votre propos, je ne le cautionne pas, parce que je le trouve partiel et non représentatif des faits dans sa globalité.


    • Julot (---.---.208.241) 19 janvier 2007 16:03

      Il en va de même avec les sitcoms qui véhiculent toujours une opinion politiquement correcte.

      Moi quand un reportage commence par « Il y a 25 milliards d’années », je me marre.


    • Mimifacti (---.---.94.193) 19 janvier 2007 14:04

      « Voici deux extraits qui prouvent l’existence du Livre dès l’époque de Moïse : Yahvé dit à Moïse : « Ecris cela en mémorial dans un livre » (Ex, 17, 14). « Et dès qu’il sera assis sur le trône de sa royauté, il écrira pour lui, sur un livre, un double de cette Loi... » (Deut 17, 18) »

      Ouroboros en action ...


      • Bateleur du Tarot Bateleur du Tarot 19 janvier 2007 17:09

        @Mimifacti,

        Ne serait-ce pas plutôt la description de l’écriture le la Loi écrite et de la Loi orale ?


      • Emile Mourey Emile Mourey 19 janvier 2007 17:24

        @ Bateleur du Tarot

        Les textes bibliques posent des quantités de problème de traduction. Les traducteurs font souvent des choix en fonction de ce qu’ils pensent. Je souhaite que l’on se repenche sur certaines traductions qui me semblent très douteuses.


      • Bateleur du Tarot Bateleur du Tarot 19 janvier 2007 18:44

        La Bible que l’on nomme également « Volume de la Loi Sacrée » peut (doit) avoir plusieurs niveaux de lecture, comme le disait quelqu’un :

        "...présente ici la Bible non pas comme le livre d’une révélation religieuse mais comme celui “qui n’est... la propriété... d’aucune religion... d’aucune civilisation particulière... qui les englobe toutes dans la religion universelle... symbole de la loi vivante...

        Elle représente la démarche de l’humanité frayant sa route sur le sol des réalités, grâce au moteur de l’esprit et par l’effort opiniâtre de sa raison, de son intuition et de son imagination”.

        Livre qu’il faut “lire avec les yeux de l’âme et non avec ceux de la chair” et qui est “entre tous les humains, le ciment et le lien, et le pacte d’alliance”."

        Commentaire qui relève d’une lecture Gnostique et Symbolique. A mon humble avis si l’on réduit la lecture de la Bible à sa seule dimension historique l’on perd 80% de sa substance et l’on s’engage, comme le démontre cet article et les commentaires qui l’accompagnent, dans une polémique qui nous fait oublié l’essentiel, lisez l’Apocalypse de Jean et donnez m’en une explication historique cohérente.

        Bien à vous.


      • Bateleur du Tarot Bateleur du Tarot 19 janvier 2007 18:52

        Cher Emile,

        En terme de traduction je me réfère à la Bible de Jérusalem qu’il est possible de consulter sur Internet sur ce lien et qui me semble être la plus utilisée par les chercheurs qui ne lisent pas l’hébreux ou l’araméen. Pour retrouver facilement les versets mis en référence dans les marges vous avez la possibilité d’utiliser ce moteur de recherche biblique.


      • Emile Mourey Emile Mourey 19 janvier 2007 18:53

        @ Bateleur du Tarot

        Relisez les réponses que j’ai faites à certains commentaires. J’ai toujours dit que je me limitais à l’interprétation militaire des textes. J’essaie de ne pas sortir du domaine de mes compétences.


      • Emile Mourey Emile Mourey 19 janvier 2007 19:10

        @ Bateleur

        Merci du renseignement. Il est certain que lorsque j’ai fait mes recherches, il a plus de vingt ans, l’internet m’aurait bien facilité la tâche.


      • Bill Bill 19 janvier 2007 19:43

        @ l’auteur

        « J’ai toujours dit que je me limitais à l’interprétation militaire des textes. J’essaie de ne pas sortir du domaine de mes compétences. »

        Pardonnez moi M. Mourey, mais n’avez pas la sensation quelques fois d’en être un peu simpliste dans vos interprétations ? Tout ne s’explique par la vision « militaire » des choses !

        Bill


      • Emile Mourey Emile Mourey 19 janvier 2007 20:09

        @ Bill

        Oui. Tout ne s’explique pas par une vision militaire des choses.


      • (---.---.109.12) 19 janvier 2007 14:55

        Je suis avec un vif intérêt vos publications exprimant votre thèse sur Agoravox, et à défaut d’avoir une quelconque compétence pour en juger, je la trouve très sympathique.

        Cependant, je regrette que vous manquiez de conditionnel dans vos propos, ce qui vous donne parfois l’air de savoir la vérité mieux que tout le monde. Je me doute bien que vous n’avez pas cette prétention, mais je crains qu’en conservant cette habitude, vous souleviez une certaine hostilité contre votre thèse.

        J’attends avec hâte vos prochains articles !


        • Marsupilami Marsupilami 19 janvier 2007 15:07

          En grande partie d’accord avec le commentaire précédent. J’aime bien ces hypothèses qui remettent en cause les versions officielles et scientistes, mais je trouve qu’Emile y va un peu fort dans le manque de conditionnel... tout comme ceux qu’ils critique. Mais c’est avec plaisir que je lis ses récits non-conformistes. Comme un roman historique, ceci d’autant plus qu’on ne saura jamais la réalité (personnellement, je trouve qu’il fait une lecture un peu trop littérale et « réaliste » de la Bible, qui est très largement un récit mythologique).


        • Emile Mourey Emile Mourey 19 janvier 2007 15:08

          @ (IP:xxx.x2.109.12)

          Conditionnel ou pas ? J’ai déjà essayé le conditionnel, il y a plus de vingt ans, sans succès. L’important, c’est d’ouvrir le débat en espérant que cet article/conclusion et synthèse y parviendra. Ensuite,j’essayerai de mettre des formes.

          Merci de vous intéresser à mes articles.


        • Emile Mourey Emile Mourey 19 janvier 2007 15:11

          @ Marsupilami

          Conditionnel ou pas ? J’ai déjà essayé le conditionnel, il y a plus de vingt ans, sans succès. L’important, c’est d’ouvrir le débat en espérant que cet article/conclusion et synthèse y parviendra. Ensuite, j’essayerai de mettre des formes.

          Merci de vous intéresser à mes articles.


        • Emile Mourey Emile Mourey 19 janvier 2007 16:44

          @ Marsupilami

          Vous dites que je fais une lecture un peu trop littérale et « réaliste » de la Bible.

          Oui, parce que je me limite à interpréter le texte, même si parfois, je fais quelques réserves (60000 hommes pour l’effectif de l’exode au lieu de 600000).

          Il est certain que ces récits ont été écrits pour valoriser les actions de leurs auteurs et non leurs échecs. Dans le texte de l’Exode, la victoire des Hébreux sur la cavalerie égyptienne est présentée comme une grande victoire alors que ce combat n’est même pas évoqué dans les écrits pharaoniques. En revanche, on y trouve aucune mention, ni de leur grande défaite d’Avaris, ni celle de Bersabée.

          On peut aussi se poser des questions sur l’identité du peuple qui est sorti d’Egypte, descendants des Hébreux certainement mais aussi un certain nombre d’esclaves d’origine égyptienne ; question également sur les prêtres d’Osiris qui sont restés sur place, ainsi que sur l’Akhénaton qui a suivi ainsi que sur la réapparition de Ramsés.


        • robin (---.---.207.162) 20 janvier 2007 16:02

          OVNIS DANS LES TEXTES SACRES Quand les anges venaient du ciel

          Livre de l’Exode Les érudits datent l’Exode du XIVe siècle avant JC. Au chapitre 13, versets 21-22, alors que Moïse conduit les enfants d’Israël hors de l’Egypte et vers le mont Sinaï et la Terre Promise :

          « [...] Et Dieu, de jour, les précéda sur une colonne de nuages pour leur montrer le chemin et de nuit, sur une colonne de lumière pour les éclairer, ce qui fait qu’ils purent voyager de jour et de nuit ; la colonne de nuages le jour et la colonne de feu la nuit attendaient toujours le peuple [...] ».

          Livre d’Ezéchiel Ce prophète hébreu, prisonnier de Nabuchodonosor, roi de Babylone, fut emmené en Mésopotamie ( l’Irak actuel ) en 597 av. J. C. A quatre occasions, il eut des visions de ce que certains auteurs tiennent pour des engins spatiaux extraterrestres. On les trouve aux chapitres 1, 8, 10 et 43. A partir de cette description des scientifiques de la NASA ont put reconstruire l’engin spatial vu par Ezéchiel. La première description dit notamment ceci :

          " [...] Comme je contemplais les alentours un vent violent arriva du Nord accompagné d’un gros nuage, entouré de lumière ; ce nuage était précédé d’éclairs et le centre était d’un bronze rayonnant. Au milieu de celui-ci se dessina l’apparence de quatre créatures humaines qui présentaient l’aspect suivant : ils avaient l’apparence d’homme mais chacun d’entre eux avait quatre figures et chacun d’entre eux avait quatre ailes. Leurs jambes étaient droites et la plante de leurs pieds ressemblaient à celle du veau ; et ils étincelaient comme le bronze. Sous leurs ailes des quatre côtés, ils avaient des mains humaines [...] ".

          Second Livre des Rois Dans le chapitre 2, le prophète « Elie » qui vécut quelque 900 ans av. J.C. traverse à pied sec le Jourdain avec son fils « Elisée ». Au verset 11 il est dit ceci :

          « [...] Quand ils eurent traversé, Elie dit a Elisée »demande moi ce que je pourrai faire pour toi avant que je te quitte« et Elie dit : » je t’implore de me laisser hériter une double part de ton esprit« et il lui répondit : »tu m’as demandé une chose très difficile, si tu me vois avant que je te quitte, ce sera pour toi, mais si tu ne me vois pas, cela ne sera pas pour toi« . Et alors qu’il continuait de marcher et de parler, ils contemplèrent un chariot de feu et des chevaux de feu qui les séparèrent. Et Elie s’éleva dans le ciel avec une rafale de vent. Et Elisée le vit et lui cria : »mon Père, mon Père ce sont les chariots d’Israël et leurs cavaliers« et il ne les vit plus [...] ».

          Livre de Dzan Le « Livre de Dzyan » est une chronique de l’Inde Ancienne contenant des récits surprenants. C’est une compilation de légendes passées à travers les âges, bien avant que les hommes ne découvre l’écriture et recueillies par d’anciens érudits. Ils parlent d’un petit groupe d’êtres qui vinrent sur la Terre il y a des milliers d’années dans un vaisseau de métal qui fit d’abord plusieurs fois le tour de la Terre avant d’atterrir. Ces êtres vivaient entre eux et étaient repérés par les humains parmi lesquels ils s’étaient établis. Des différences surgirent entre eux et ils se divisèrent ; plusieurs hommes et femmes et quelques enfants s’établirent ailleur sur la terre, où ils furent consacrés comme souverains par les populations effrayées. Cela semble être le récit d’une tentative d’établir une colonie extra-terrestres sur la terre :

          « [...] La séparation n’apporta la paix à ces peuples et finallement leur colère atteignit un point tel que le souverain de la cité originale prit avec lui un petit nombre de guerriers et qu’ils s’envolèrent dans les airs dans un grand vaisseau de métal brillant. Lorsqu’ils furent a de nombreuses lieues de la ville de leurs ennemis, ils lancèrent une grande lance brillante accompagnée d’un rayon lumineux. Elle jaillit dans la cité de leurs ennemis avec une grande boule de flamme qui s’éleva dans les cieux au moins jusqu’aux étoiles. Tous les habitants de la ville furent horriblement brûlés et même ceux qui n’étaient pas dans la ville - mais dans les environs furent également brûlés. Ceux qui regardèrent la lance et la boule de feux restèrent aveugles pour très longtemps. Ceux qui rentrèrent dans la ville à pied devinrent malades et moururent. Même la poussière de la ville était empoisonnée ainsi que la rivière qui la traversait. Les hommes n’osèrent pas s’approcher de la ville, et petit à petit, celle-ci tomba en poussières et fut oubliée par les hommes. Quand le chef vit ce qu’il avait fait à son propre peuple, il se retira dans son palais et refusa de voir qui que ce soit. Il recueillit ensuite autour de lui ceux de ses guerriers qui restaient ainsi que leurs femmes et leurs enfants et ils entrèrent tous dans les vaisseaux qui s’élevèrent un par un dans le ciel et s’envolèrent. Ils ne revinrent plus jamais [...] ».


        • Radnor (---.---.187.87) 19 janvier 2007 15:08

          Certes

          Mais il ne faut pas oublier que les personnes qui ont écrit ces textes croyaient réellement à l’existence de pouvoirs surnaturels et que dés lors ils ne voyaient pas le problème de raconter qu’un prophète pouvait ouvrir la mer ou lancer des malédictions.

          Si on oublie cet aspect fondamental des choses il est clair que ces textes sont farfelus et qu’on pourrait être tenté de leur trouver une explication rationelle anachronique... smiley smiley smiley

          Tous les peuples du monde ont pratiqué ( ou pratiquent encore ) des rites destinés à se concilier les faveurs de(s) puissance(s) surnaturelle(s).

          Il n’est dés lors pas étonnant que des textes antiques relatent des évênements curieux alors que pour eux il s’agissait de choses qui fesaient partie de leur quotidien.


          • Marsupilami Marsupilami 19 janvier 2007 15:18

            @ Radnor

            C’est tout à fait ça. Pour eux, le mythe était une expression quasi-naturelle du réel. Difficile, dans des conditions, de distinguer le symbolique du factuel puisqu’en ces temps-là, les symboles et les faits n’étaient guère ou pas du tout différenciés (c’est toujours le cas pour des artistes ou poètes aujourd’hui).


          • Emile Mourey Emile Mourey 19 janvier 2007 15:40

            @ Radnor

            Vous abordez en effet un aspect très intéressant de cette histoire, aspect que j’ai évité de traiter pour ne pas mélanger les genres et pour ne rester que dans mon explication militaire.

            La présence du surnaturel dans les événements.

            Un Dieu qui fait l’histoire ? Un peuple élu ?

            Les auteurs de ces textes étaient probablement sincères avec eux-mêmes, mais comment voyaient-ils les choses ? Avaient-ils conscience qu’ils ne racontaient pas les faits comme cela s’était véritablement passé, probablement ! L’explication que nous pouvons donner est-elle terre à terre : la fin justifiant les moyens ? L’explication est-elle pédagogique, sublimante, mystique ?

            Une chose est certaine : nos cerveaux d’hommes modernes ne pensent pas comme leurs cerveaux pensaient.


          • Marie Pierre (---.---.1.195) 19 janvier 2007 17:23

            Radnor,

            En ce moment, je pense à mon pauvre Ulysse. Dans quelle aventure est-il ?


          • Marsupilami Marsupilami 19 janvier 2007 19:04

            @ Marie Pierre

            Ulysse est au pays des merveilles, c’est bien connu.


          • Radnor (---.---.4.141) 19 janvier 2007 22:03

            Bonjour

            Je ne comprends pas exactement ce que tu veux dire avec Ulysse.

            Est ce celui qui est allé guerroyer à Troie pour récupérer la copine d’un bon pote ?

            Les dieux de l’Olympe étaient ils contents de la destruction de Troie et l’ont ils punis ?


          • Marsupilami Marsupilami 19 janvier 2007 22:10

            Je t’explique : c’est ma conception personnelle des mythes, comme par exemple Ulysse au pays des merveilles. Capisco ?


          • liane007 (---.---.86.201) 19 janvier 2007 16:18

            Ne croyez vous pas qu’il serait temps d’essayer d’oublier cette sinistre histoire (vraie ou fausse) d’événements microscopiques mais qui ont eus le malheur d’imposer le monothéisme, le christianisme et l’islam ! La source de centaines de guerres, de torures, de bêtises ! ET CA CONTINUE ! Voila encore une serie d’article pour prouver quoi ? Que ce qui a été écrit dans les fameux livres bibliques est plus ou moins vrai ! N’y a-t-il vraiment rien de mieux à faire pour notre lamentable et triste et religieuse humanité ?


            • Emile Mourey Emile Mourey 19 janvier 2007 17:00

              @ LianeOO7

              D’abord pour dire que c’est par un concours de circonstances que j’ai été amené à en venir jusqu’à ces textes. Au départ, je ne cherchais qu’à comprendre l’histoire du site où je me trouvais dans l’intention de rédiger une très courte notice sans prétention.

              Pour répondre maintenant à votre interrogation, je pense que le problème ou le drame n’est pas l’explication que je cherche à donner aujourd’hui de ces textes mais que cela n’ait pas été fait plus tôt.

              Il est temps, plus que temps, que l’homme se regarde dans son passé, tel qu’il fut et non tel qu’il aurait voulu être.


            • Marie Pierre (---.---.1.104) 19 janvier 2007 17:04

              La Bible, tout comme les écrits grecs et romains font partie de notre culture. Nous l’avons en patrimoine. Il m’arrive de lire des passages de la Bible ou les textes de M. Mouret ici, ou comme je le fais sur cet excellent site

              La peinture, la sculpture, utilisent toutes ces références, il serait appauvrissant de ne pas les connaître au moins un peu.


            • Emile Mourey Emile Mourey 19 janvier 2007 17:17

              @ Marie Pierre

              Voila ! Vous venez de dire quelque chose de très important. S’il y a quelque chose qui mériterait le qualificatif de divin, c’est bien l’Art, qu’il soit littéraire, poésie, pensée ou autre. Spiritualité ? Nourriture de l’âme ? Peut-on exprimer par des mots, comme je viens de le faire, tout ce que nous ont laissé les Egyptiens, les Grecs, les Romains, les bâtisseurs de nos églises ? Il y a là un grand mystère.


            • Marie Pierre (---.---.1.195) 19 janvier 2007 17:28

              @ Demian,

              Vous revenez toujours à vos diplômes, c’est vraiment pénible. Est-ce que seuls les docteurs es matière ont le droit à la parole (ou à l’écrit) ?

              Je vous conseille de visiter le site en lien dans mon post précédent, consultez-le avant de lire le CV de Rocbo.


            • liane007 (---.---.86.201) 19 janvier 2007 17:34

              Mon hostilité envers tous ceux qui s’interessent ou croient au contenu du ’livre’ tient à ce que c’est par lui qu’est venu l’idée du DIEU CREATEUR UNIQUE ! Avant cela n’existait pas. Des dieux à foison ! En Egypte comme en Mésopotamie, à Rome comme en Gréce, chez les Celtes comme chez les germains. Même en Amerique pré-colombienne Et surtout PAS DE GUERRE DE RELIGION ! Il a fallu les états religieux pour voir l’un envahir et massacrer les populations pour obliger l’adversaire à adopter sa foi ! Tout ce qui suscite de l’interet pour LE livre et ceux qui en découlent est à mon avis nefaste. Quant à Dieu, s’il existe, pas de doute, c’est un monstre !


            • Marsupilami Marsupilami 19 janvier 2007 17:35

              @ Marie Pierre

              C’est pas un docteur es matière, mais un docteur es manières. Mauvaises et pompeuses au demeurant.


            • Emile Mourey Emile Mourey 19 janvier 2007 17:39

              @ liane007

              A la réserve près que la politique a souvent agi sous couvert de religion et que la religion a bien souvent essayé de tempérer la folie des hommes, par exemple en imposant la trêve de Dieu.


            • Marsupilami Marsupilami 19 janvier 2007 17:50

              @ D.W.

              « Misère intellectuelle » : l’aut’p’tit pâle qu’i s’fout de la charité. Quelle prétention et quel manque de talent. En général, ça signe (surtout chez les peintres qui passent leur temps à faire autre chose que peindre) la vanité conjointe à l’absence totale d’inspiration artistique. Hic et nunc.


            • Papy (---.---.236.115) 19 janvier 2007 17:52

              On en revient toujours au même point. Dieu, la religion, les guerres...

              Une bonne foi pour toute, Dieu, pour ceux qui y croient, laisse l’homme libre. Etre libre, c’est choisir, choisir de croire ou de ne pas croire, choisir de détruire ou bien de construire.

              Certains hommes utilisent le pretexte de la religion pour assouvir leur désir de pouvoir. La religion devient un pretexte !!! et non une cause véritable !

              Toutes les guerres de religion ne sont pas religieuses mais politiques, économiques, de pouvoir !!!

              Rien ne vous oblige à croire.

              En ce qui concerne la Bible, il ne s’agit pas de prendre au pied de la lettre chaque verset. Beaucoup de choses sont imagées.

              Je sais de toutes façons que les mêmes aneries seront toujours répétées, alors référez vous aux articles publiés l’été dernier lors de la guerre du Liban et vous trouverez beaucoup d’explication.

              Quant aux auteurs de la Bible dévoilée, ils doivent vraiment craindre quelque chose pour s’amuser à vouloir detruire obstinément la Bible.

              Enfin, la Bible a traversée 17 siècles, avec de nombreuses attaques, et ce n’est pas cette petite étude ridicule qui la mettra à bas !


            • Marsupilami Marsupilami 19 janvier 2007 18:19

              @ D.W.

              C’est comme t’y veux d’y choises. T’as recommencé à me harceler, je fais de même. Tu te calmes, je me calme. Tes récentes et peu glorieuses expériences sur Agoravox ne t’ont-elles rien appris ?


            • Marsupilami Marsupilami 19 janvier 2007 19:26

              @ D.W.

              J’ai dit : tu te calmes, je me calme, point-barre. Tu ne recommences pas tes harcèlements ou tu sais ce qui t’attend. Point-barre.


            • (---.---.50.63) 19 janvier 2007 19:33

              Oh dit, les commentaires de chouineuses toutes pleines de fatuité. Va-t-elle enfin la fermer, la nigaude.


            • Bill Bill 19 janvier 2007 19:54

              @ Liane 007

              « La source de centaines de guerres, de torures, de bêtises ! ET CA CONTINUE ! Voila encore une serie d’article pour prouver quoi ? Que ce qui a été écrit dans les fameux livres bibliques est plus ou moins vrai ! N’y a-t-il vraiment rien de mieux à faire pour notre lamentable et triste et religieuse humanité ? »

              Je me permets de vous reprendre... Il est tout a fait injuste de dire une telle chose... Le pouvoir a souvent utilisé la religion, c’est une chose, et vous avez raison, on a souvent fait au nom de la religion des horreurs. Mais il serait simpliste de n’y voir que ça ! Vous n’auriez même pas l’avis que vous tenez aujourd’hui si les religions n’avaient pas existé ! Vous ne croyez pas, c’est une chose, mais n’allez pas croire que 2000 ans de religion n’ont rien produit en vous...

              Que nous le voulions ou non, nous sommes imprégné, c’est en nous. Vous auriez sans doute bien du mal à vivre dans un monde ou la Bible ne serait pas passée...

              Bill


            • Bill Bill 19 janvier 2007 20:03

              @ Liane 007

              « Il a fallu les états religieux pour voir l’un envahir et massacrer les populations pour obliger l’adversaire à adopter sa foi ! Tout ce qui suscite de l’interet pour LE livre et ceux qui en découlent est à mon avis nefaste. Quant à Dieu, s’il existe, pas de doute, c’est un monstre ! »

              Pardon, c’est une simplification ! Ces religions pratiquaient parfois le sacrifice humain, ainsi en Amérique... Mais aussi dans les contrées où la Bible est née. C’est d’ailleurs le sens du sacrifice d’Abraham. Dieu demande à Abraham de sacrifier son fils et l’arrête au moment fatidique, lui demande de sacrifier un bêlier. Cela revient tout au long de la Bible, à cette époque, on sacrifiait vraissemblablement volontiers ces propres enfants !

              C’est à travers Jésus qu’on a cessé de lapider les femmes adultères !

              Et on a vite cessé de massacrer les païens pour les convertir... car ils redevenaient païens très vite ensuite ! Dans l’Islam il y a des avantages à devenir musulmans, financier d’abord, et puis on échappe ainsi à l’esclavage, par exemple... Le Christianisme n’avait pas suffisament d’avantages terrestres pour qu’une convertion forcée tienne bien longtemps !

              Bill


            • Radnor (---.---.4.141) 19 janvier 2007 22:13

              Ouais ben là tu te gourres complêtement :

              Les polythéistes n’ont rien à envier aux monothéistes en matière de guerre sainte.

              Les civilisations d’amérique centrale organisaient des sacrifices humains de masse ( avec les vaincus ) pour honorer ( abreuver )leurs dieux

              Les Assyriens ( polythéistes ) voulaient dominer le monde sur ordre de leurs dieux ( guerre sainte ) : on peut même se demander si ce n’est pas eux qui ont inspiré les textes bibliques à ce sujet - des nouveaux versets sataniques dans la bible ? -

              Les Hindouhistes ne sont pas tendres avec ceux qui ne partagent pas leur foi : ce sont des intouchables par défaut.

              Bref, dés que des humains ont des convictions fortes, ils ont tendance à vouloir exterminer ou punir leurs contradicteurs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès