Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Comment observer les religions aux XXIe siècle ?

Comment observer les religions aux XXIe siècle ?

« Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas », aurait prophétisé André Malraux...

Cette phrase lourde de conséquences est on ne peut plus d’actualité...

Le Moyen-Orient, l’Afghanistan, le Pakistan et l’Iran sont gangrenés par des factions islamistes fondamentalistes... A un point tel que les musulmans modérés, oeuvrant dans beaucoup de pays, appuyés par des gouvernements dits ‘’tolérants’’, sont dépassés par ces fondamentalistes qui prônent l’application stricte de la Charia dans toute sa rigueur...

En Afghanistan, en Irak, des milliers de personnes sont tuées (décapitées ou égorgées), massacrées... au nom de Dieu, les otages constituant, comme on le sait, un véritable marché !

Pourtant gouvernée par des islamistes ‘’modérés’’, la Turquie laïque, qui est confrontée à d’immenses manifestations destinées à promouvoir la laïcité ‘’à la Kemal Ataturk’’, est victime d’attentats tout aussi monstrueux...

Il en est de même en Indonésie, en Inde...

Dans nos banlieues, certains voudraient, tout comme en Arabie Saoudite, en Afghanistan, au Pakistan ou en Iran..., étendre l’islam à l’ensemble du monde entier... Beaucoup de ces jeunes, le plus souvent défavorisés (parmi eux, il y a des convertis à l’islam), prêchent la ‘’bonne’’ parole assénée par des imams radicaux installés dans des lieux de prière clandestins...

De simples solutions existeraient : éradiquer le chômage, la pauvreté, la misère, détruire les ghettos, redonner à l’Etat les moyens de s’imposer... L’on se demande, cependant, si nos politiques ont la volonté d’appliquer ces solutions ?

Partout, que ce soit sur le continent africain, que ce soit en Asie du Sud-Est, que ce soit au Moyen-Orient, la pauvreté, la grande misère, le chômage servent à la montée des islamistes, qui ont acquis une très grande notoriété dans leurs actions sociales... Les gouvernements en place, eux, semblent dépassés par ces évènements, n’ayant aucune volonté politique pour asseoir le bien-être de leurs populations qui sont de plus en plus nombreuses à frapper aux portes de cet Eldorado qu’est l’Europe

Le pape, Benoît XVI, n’est pas en reste, lui qui prône l’abstinence hors mariage, l’interdiction stricte de la contraception, de l’avortement, des protections utiles pendant l’acte d’amour... Certes, les chrétiens ne font pas d’attentats, ne prennent pas d’otages : mais, leurs dogmes ne sont-ils pas aussi dangereux et dépassés que ceux des islamistes radicaux ?

En France, dans nos banlieues, deux tendances s’affrontent :

- les musulmans modérés et profondément laïcs, qui veulent pratiquer leur religion dans le respect des lois de la République ;

- les islamistes qui, eux, se servent de l’islam pour asseoir leur identité tout en clamant haut et fort à qui veut l’entendre que « le Coran est supérieur aux lois de la République »...

Face à cette nouvelle donne politique qui voit s’affronter les tenants d’une religion d’Etat et les farouches partisans d’un Etat constitutionnellement laïc, un homme,Philippe Simonnot, a eu la riche idée de créer l’Observatoire des religions[1].

Ce docteur ès Sciences économique a écrit une vingtaine d’ouvrages d’Economie et d’Histoire. Son dernier livre : « Les Papes, l’Eglise et l’argent, Histoire économique du Christianisme des origines à nos jours »[2], sera, à n’en pas douter, un ouvrage de références pour expliquer aux spécialistes ou aux non spécialistes « l’application à la religion chrétienne des outils de l’analyse économique  ». Mais, ne comptant pas en rester là, Philippe Simonnot soumettra, dans son prochain ouvrage, le même traitement au judaïsme et à l’islam...

Mais, laissons cet auteur nous en dire plus sur lui...

Monsieur Philippe Simonnot, pourriez-vous nous dire qui vous êtes ?

Je suis un homme libre de toute attache, de tout parti, de toute religion, de tout intérêt. Pour moi, la liberté est la première des valeurs. Il faut la défendre, et parfois la conquérir. Membre de haut rang du Center for the New Europe, un réservoir de pensée basé à Bruxelles, j’essaie de promouvoir ces idées dans mon pays.

Ma discipline de base est l’économie. Je suis l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages d’économie et d’histoire, tous à la portée du grand public. Mon maître est Condillac, un philosophe français méconnu du XVIIIe siècle. Il est pour moi le véritable inventeur de l’économie de marché, et non pas Adam Smith qui a conduit la science économique à l’impasse marxiste.

Présentez-nous, l’Observatoire des religions :

L’Observatoire des religions est né d’une idée très simple. Etant donné l’importance qu’a reprise la religion dans la société contemporaine, il est urgent de la prendre comme objet d’un regard scientifique, dépourvu de tout préjugé. C’est d’autant plus urgent dans ces temps de guerres de religion qui ensanglantent de nouveau une partie de la planète. La religion est une chose trop sérieuse pour être laissée aux religieux.

Pourriez-vous dévoiler le contenu de votre site ?

L’Observatoire des religions traite d’abord des religions qui sont les plus importantes en France : le christianisme, l’islam et le judaïsme. Evidemment, les autres religions ne sont pas oubliées. L’observation se fait sous l’angle de l’actualité. Par exemple, le concept d’ « islam de France » mis en circulation par Nicolas Sarkozy : que va-t-il en faire maintenant qu’il est président de la République ? Curieusement, on en a très peu parlé pendant la campagne présidentielle.

Les contributions à ce débat dans le site sont déjà très intéressantes. Un autre angle est celui de l’Histoire, évidemment très important pour ces religions qui ont traversé les siècles. Un troisième angle, le plus original, qui va donner sa « couleur » au site, est l’économie de la religion, une discipline née aux Etats-Unis il y a vingt ans, et inconnue en France, où les économistes se sont totalement désintéressés de ces questions, les laissant aux sociologues, psychologues, anthropologues.

J’estime que l’économie, qui dispose d’outils très puissants d’effraction du monde réel, est la mieux placée pour analyser la religion. Je l’ai fait pour la religion chrétienne, avec des résultats que l’on sait, et je m’applique à en faire autant avec le judaïsme et l’islam. Il ne s’agit évidemment pas d’expliquer la religion par l’économie, ce qui serait absurde.

Comment comptez-vous, au fil du temps, compléter son contenu tout en agrémentant votre site ?

Il y aura davantage d’images d’arts sacrés, de musiques sacrées, de reportages, et davantage aussi de débats sur les questions les plus brûlantes.

Le message que vous voulez insuffler ?

Que l’on peut parler de religion sans s’entre-tuer.

Qui consulte votre site ?

Je n’en ai pour le moment aucune idée. En tout cas je le destine aux gens intellectuellement honnêtes et curieux. Curieux surtout.

Quelle est la tendance politique, religieuse ou philosophique de votre site ?

L’Observatoire des religions, site ayant une visée scientifique, n’a aucune tendance.

Quelle est la finalité historique, sociale, économique, politique ou religieuse de votre site ?

Le dialogue entre les religions, et entre les religions et les « non-religions »

Pourquoi avez-vous créé l’Observatoire des religions ?

J’ai enseigné l’économie du droit aux facultés de droit de Nanterre et de Versailles. Du droit à la religion, il n’y avait qu’un pas que j’ai franchi tout naturellement. D’autre part j’ai horreur du fanatisme, de l’intolérance, de la bigoterie, de l’imposture, de l’hypocrisie.

En ayant créé ce site, n’avez-vous pas peur de vous attirer les colères des intégristes de nos trois religions monothéistes ?

Ils n’ont pas besoin de moi pour se mettre en colère.


Votre site semble incomplet : il n’y a aucune adresse postale ou téléphonique... Aucun forum de discussion n’est prévu... Par contre, des personnalités diverses sont invitées à répondre à vos questionnaires, qui sont publiés sur votre site... Est-ce une volonté délibérée de votre part ?

Les sujets étant très sensibles, je suis obligé de contrôler très étroitement tout ce qui se publie sur le site.
D’autre part, à l’heure d’Internet, on peut se passer de téléphone et de poste.

Monsieur Simonnot, vous semblez rester totalement en retrait, puisqu’on ne lit aucun de vos articles... Est-ce également une volonté délibérée de votre part ?

Comme indiqué, dans la page d’accueil, je suis l’auteur de tous les textes non signés. Mais je n’ai pas voulu que l’on m’accuse de nombrilisme.

A mon tour, en guise de conclusion, de vous poser les questions que vous m’avez posées :

- Qu’attendez-vous du président de la République française en matière religieuse (budget des cultes, enseignement, presse, législation.. ?) Et en matière de sectes  ?

- Trouvez-vous que le traitement des religions en France a été équitable au cours du dernier quinquennat ?

- Que pensez-vous de la notion « Islam de France » mise en circulation par le ministre français de l’Intérieur ?

- Voudriez-vous d’un christianisme de France, d’un judaïsme de France...  ?

- Comment situez-vous la France par rapport à ses voisins européens sur ces questions  ?

- Ainsi que vos remarques.

Je répondrai quand l’enquête sera terminée. Je ne veux pas influencer le visiteur.

[1] http://www.observatoiredesreligions.fr

[2] in Bayard, Paris, 2006. Voir à ce sujet :

- la fiche de présentation de ce livre en cliquant directement sur ce lien : http://www.observatoiredesreligions.fr/dernierslivres/livres.html


- la première de couverture en guise d’illustration de cet article.


Moyenne des avis sur cet article :  2.8/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Ornithorynque Ornithorynque 4 juin 2007 13:06

    Pendant combien de temps faudrat-il lire des aneries sur la responsabilité du pape dans la terrible pandémie du SIDA. c’est non seulement stupide, mais c’est le contraire de la vérité : les deux seuls pays d’afrique qui réussissent le mieux dans leur lutte contre le SIDA : l’Ouganda et le Sénégal, sont ceux qui ont intégré les autorités religieuses dans leurs dispositifs.

    Renseignez vous avant de commettre vos charges anti-religieuses ! Il y a des moment, on se croit revenu en 1905 tellement c’est primaire, et reposant sur des rumeurs sans fondement...

    Il ne suffit pas d’écrire un livre pour avoir raison contre les historiens !

    allez, à bon entendeur.

    ornithorynque


    • Gilles Gilles 21 juin 2007 08:48

      Ah bon, pourtant ce cher Jean Paul 2, futur Saint, présentait dans les années 1980 le Sida comme un châtiment divin contre les pêcheurs (tout ceux qui couche hors mariage....c’est dire)

      C’est toujours le pape qui, encore, promet l’enfer et ses tortures éternelles aux usagers de préservatifs.

      S’il n’a pas de responsabilité dans la contamination et la mort de millions de personnes, moi je me fais ... pape !


    • Frodon Frodon 4 juin 2007 14:36

      « Le pape, Benoît XVI, n’est pas en reste, lui qui prône l’abstinence hors mariage, l’interdiction stricte de la contraception, de l’avortement, des protections utiles pendant l’acte d’amour... Certes, les chrétiens ne font pas d’attentats, ne prennent pas d’otages : mais, leurs dogmes ne sont-ils pas aussi dangereux et dépassés que ceux des islamistes radicaux ? »

      Oh la la....

      A force de bouffer de l’info AFP on n’a plus aucun sens critique.

      « Le Pape recommande l’abstinence hors mariage » . Une info brute, telle que celle là est...inutile. Les catholiques vont dire « c’est bien ». Les anti-catholiques ( pour faire plus large et ne pas citer tous les gens qui n’adhèrent pas au christiannisme) vont dire « que c’est con ».

      Seulement , si l’info allait plus loin, on avancerait bien plus vite. Cette phrase , c’est un dogme , un principe. Pourquoi énonce-t-il cela ? Parce que selon la religion catholique , le plaisir charnel et érotique ne peut se faire qu’en état de confiance, d’intimité et de respect de l’autre. Autrement dit , le sexe ne se fait pas sans sentiments selon cette religion. Et donc , vous voudriez quoi ? Qu’ils fassent des lois aussi débiles que celles que nous pondent les politiques aujourd’hui ? Mettre un délai obligatoire avant toute relation sexuelle ? Non , parce que contrairement à votre idée de la religion , ils veulent une liberté. Le mariage est le dogme chrétien par excellence alors pour la religion, quoi de plus naturel que de faire acte de plaisir sexuel au sein de ce dogme.

      C’est intéressant de lire des écrits d’une religion alors que l’on n’adhère pas. Je vous assure que la réflexion chrétienne est cohérente. Elle vous dérange mais elle très ( trop) cohérente.

      Selon le « Pape » : L’acte sexuel est amour et confiance , L’Amour est au centre du mariage ( ce qui n’est pas forcément vrai dans le sens civil), l’acte sexuel ne doit se pratiquer qu’au sein du mariage ( pas besoin de protection puisqu’il y a confiance). Lisez le livre du pape Benoît XVI sur le couple , il incite plus à l’acte sexuel qu’un numéro pourri de Voici !!

      Seulement, l’info est tellement restrictive ( et restreinte !) qu’on nous met une vidéo de 20 secondes ou le Pape dit « Pas de relations sexuelles hors mariage » , puis des bonnes soeurs qui disent « Amen ». Derrière , il y a une réelle réflexion qui n’est pas la votre.

      Aujourd’hui , avec tout ce qu’on voit , l’acte sexuel n’est plus que physique et personnel. Alors tous ces dogmes paraissent bien rétrogrades mais pourtant ils ont un sens.

      Vos idées ne sont en soit pas plus rétrogrades que celles que vous dénoncez.

      De plus , on parle d’islamisme et de tout les attentats. Mais quand est-ce qu’on va enfin arrêter de mettre les uns contre les autres. La religion musulmanne est devenue presque depuis les attentats de 2001 un fléau. Mais qui sait qu’il existe un nombre important d’associations musulmannes pour la défense des femmes en Afrique ? Qui sait que l’action chrétienne et musulmanne se fait en respect mutuel au Sénégal( pour reprendre l’exemple d’ornithorynque) ? Qui sait le nombre de foyers de charité, de dispensaires musulmans ou chrétiens qui font un travail phénoménal contre le Sida au Burkina Faso ? Qui sait que des prêtres pakistanais expliquent le dogme de la relation sexuelle au sein du mariage mais qui à la fin de la messe aide à la distribution de protections avec Médecins sans Frontières ? La réalité étant parfois très loin par rapport à la « ligne de conduire spirituelle » ?

      Eh bien non, ces infos n’intéressent pas les médias...On préfère montrer des « allah ouakbar » après des attentats , c’est tellement plus intéressant.

      Les religions ne sont pas les monstres qu’on nous présente. Elles amènent à des mouvements qu’elles n’arrivent plus à contrôler mais qui sont d’autant la faute d’ambiguité que d’immobilismes politiques.

      Je parie que le nombre d’actes « bienfaisants » (en terme de santé , d’éducation, de prévention) est énorme par rapport aux 10 à 50 morts par jour dans le monde des suites d’attentats...mais c’est moins sympa à filmer....


      • Gazi BORAT 4 juin 2007 15:31

        @ l’auteur

        « De l’instrumentalisation politique du religieux.. »

        Plus que la religion, c’est son instrumentalisation politique qui est particulièrement dangereuse..

        Vous commencez votre article par une énumération fourre-tout relative à l’Islam. J’en reprendrai ici quelques-unes.

        1/ les actes de terrorisme liés au conflit irakien : ils correspondent tout autant à des actes de résistance à une puissance occupante étrangère inspirés par le nationalisme que par la religion. Ce terrorisme est inhérent à ce type de conflit avec occupation du territoire et gouvernement fantoche, même si l’on peut contester ces modes de résistance.

        2/ Les prises d’otages : celles-ci sont malheureusement plus liées à une situation de « guerre sale » qu’à des pratiques religieuses et parfois sont traditionnelles des organisations sociales de type claniques.

        3/ Les violences religieuses en Turquie : Mis à part le génocide arménien de 1915, la violence en Turquie sur les trois dernières décennies a été plus politique que religieuse. Les derniers assassinats touchant des évangélistes relèveraient plus, de mon point de vue d’une stratégie de la tension. Le gouvernement actuel (islamo-conservateur) souhaitant entrer dans l’Europe, ce type de publicité lui est contre-productive.

        De plus, pour un effet mobilisateur éventuellement recherché auprès des masses, des islamistes radicaux s’en seraient plutôt pris à des orthodoxes qu’à des protestants, totalement exotiques dans ce pays..

        Oui, l’islamisme est dangereux, comme toute instrumentalisation politique du religieux, et nul religion, de l’Hindouisme au catholicisme, n’a jamais pu dans son histoire éviter ces types de dérapages.

        Depuis 1991, certains préféreront toujours des luttes confessionnelles à un retour de la (défunte ?) lutte des classes..

        gAZi bORAt


      • Marsupilami Marsupilami 4 juin 2007 16:10

        Ouaf ! Cet article m’a fait bien rigoler. Un chef d’œuvre d’humour involontaire.

        1) « Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas », aurait prophétisé André Malraux...

        Heureusement que l’auteur a choisi le conditionnel, vu que rien n’atteste que Malraux ait prononcé cette phrase.

        Par contre le même Malraux n’avait aucune illusion sur l’Islam et l’islamisme :

        "André Malraux sur l’Islam en 1956

        La nature d’une civilisation, c’est ce qui s’agrège autour d’une religion. Notre civilisation est incapable de construire un temple ou un tombeau. Elle sera contrainte de trouver sa valeur fondamentale, ou elle se décomposera.

        C’est le grand phénomène de notre époque que la violence de la poussée islamique. Sous-estimée par la plupart de nos contemporains, cette montée de l’islam est analogiquement comparable aux débuts du communisme du temps de Lénine. Les conséquences de ce phénomène sont encore imprévisibles. À l’origine de la révolution marxiste, on croyait pouvoir endiguer le courant par des solutions partielles. Ni le christianisme, ni les organisations patronales ou ouvrières n’ont trouvé la réponse. De même aujourd’hui, le monde occidental ne semble guère préparé à affronter le problème de l’islam.

        En théorie, la solution paraît d’ailleurs extrêmement difficile. Peut-être serait-elle possible en pratique si, pour nous borner à l’aspect français de la question, celle-ci était pensée et appliquée par un véritable homme d’Etat. Les données actuelles du problème portent à croire que des formes variées de dictature musulmane vont s’établir successivement à travers le monde arabe. Quand je dis “musulmane”, je pense moins aux structures religieuses qu’aux structures temporelles découlant de la doctrine de Mahomet. Dès maintenant, le sultan du Maroc est dépassé et Bourguiba ne conservera le pouvoir qu’en devenant une sorte de dictateur. Peut-être des solutions partielles auraient-elles suffi à endiguer le courant de l’islam, si elles avaient été appliquées à temps. Actuellement, il est trop tard !

        Les “misérables” ont d’ailleurs peu à perdre. Ils préféreront conserver leur misère à l’intérieur d’une communauté musulmane. Leur sort sans doute restera inchangé. Nous avons d’eux une conception trop occidentale. Aux bienfaits que nous prétendons pouvoir leur apporter, ils préféreront l’avenir de leur race. L’Afrique noire ne restera pas longtemps insensible à ce processus. Tout ce que nous pouvons faire, c’est prendre conscience de la gravité du phénomène et tenter d’en retarder l’évolution.

        2) « De simples solutions existeraient : éradiquer le chômage, la pauvreté, la misère, détruire les ghettos, redonner à l’Etat les moyens de s’imposer... L’on se demande, cependant, si nos politiques ont la volonté d’appliquer ces solutions ? ».

        A hurler de rire quand on constate la faillite socio-économique de la plupart des pays musulmans. Mais forcément, c’est pas à cause de l’Islam, religion pas du tout arriérée...

        « J’estime que l’économie, qui dispose d’outils très puissants d’effraction du monde réel, est la mieux placée pour analyser la religion. Je l’ai fait pour la religion chrétienne, avec des résultats que l’on sait, et je m’applique à en faire autant avec le judaïsme et l’islam. Il ne s’agit évidemment pas d’expliquer la religion par l’économie, ce qui serait absurde ».

        Mort de rire ! Les économistes, qui se trompent presque tout le temps, prétendraient être les « mieux placés » pour comprendre les religions, qui racontent n’importe quoi ? C’est du paléomarxisme (tendance Karl & Groucho fusionnés) à la petite semaine...

        "Quelle est la tendance politique, religieuse ou philosophique de votre site ?

        L’Observatoire des religions, site ayant une visée scientifique, n’a aucune tendance".

        Hilarant ! Alors comme ça la science (surtout quand il s’agit de l’économie, qui n’est jamais qu’une science humaine et pas du tout une « science dure ») n’aurait aucune tendance idéologique ? Il s’agit là d’un vulgaire credo (quiad absurdum bien entendu) scientiste.

        Je fais à mon tour le paléomarxiste en proposant cette citation extraite de L’IDEOLOGIE DE/DANS LA SCIENCE, op. coll, Seuil 1977 :

        « Les pensées de la classe dominante sont aussi, à toutes les époques, les pensées dominantes, autrement dit la classe qui est la puissance matérielle dominante de la société est aussi la puissance dominante spirituelle. La classe qui dispose des moyens de la production matérielle dispose, du même coup, des moyens de production intellectuelle, si bien que, l’un dans l’autre, les pensées de ceux à qui sont refusés les moyens de production intellectuelle sont soumises du même coup à cette classe dominante. Les pensées dominantes ne sont pas autre chose que l’expression idéale des rapports matériels dominants » (A. Weinberg, « Criteria for Scientific Choice », in Minerva, 1,2,1963).

        La science neutre ? Une fumisterie dénoncée par Feyerabend dans ADIEU LA RAISON, Seuil 1989 :

        « ... la »réalité« que la science est censée définir et dont elle se sert pour »annihiler« les ingrédients les plus désordonnés de notre monde est constamment en cours de redéfinition pour qu’elle puisse s’ajuster au goût du jour ».

        Merci quand même pour cet article, je me suis bien marré.


        • Gazi BORAT 4 juin 2007 16:46

          @ MARSUPILAMI

          « Economie et religion »

          En tant qu’athée, je reste fermemnet convaincu que toute religion est l’expression des nécessités économique de son époque.

          Les tensions religieuses surviennent lorsque l’économie évolue et que la religion reste dogmatique. Une nouvelle religion apparait alors, mieux adaptées aux nouvelles réalité du marché.

          C’est ce qui se produisit lorsque le catholicisme, parfaitement adapté à l’économie agraire féodal, se heurta à la Réforme protestante, mieux adaptée au capitalisme marchand en pleine expansion.

          Contrairement à ce qu’à pu dire Weber, les Protestants n’ont pas mieux prospéré dans le système capitaliste parce que leur éthique y correspondait mieux mais plutôt parce que Luther, dès le début, a orienté son prêche vers sa clientèle privilégiée constituée par les marchands de la Hanse.

          Je ne peux résister à vous donner l’intégralité de votre citation de « l’idéologie allemande ».

          CITATION :

          « Les pensées de la classe dominante sont aussi les pensées dominantes de chaque époque, autrement dit la classe qui est la puissance matérielle dominante de la société est aussi la puissance dominante spirituelle. La classe qui dispose des moyens de la production matérielle dispose du même coup des moyens de la production intellectuelle, si bien que, l’un dans l’autre, les pensées de ceux à qui sont refusés les moyens de production intellectuelle sont soumises du même coup à cette classe dominante. Les pensées dominantes ne sont autre chose que l’expression idéale des rapports matériels dominants, elles sont ces rapports matériels dominants saisis sous forme d’idées, donc l’expression des rapports-qui font d’une classe la classe dominante ; autrement dit ce sont les idées de sa domination.’ Les individus qui constituent la classe dominante possèdent entre autres également une conscience, et en conséquence ils pensent ; pour autant qu’ils dominent en tant que classe et déterminent une époque historique dans toute son ampleur*, il va de soi que ces individus dominent dans toute l’extension de leur classe* et qu’ils dominent entre autres comme êtres pensants, comme producteurs d’idées, qu’ils règlent la production et la distribution* des pensées de leur époque ; leurs idées sont donc les idées dominantes de leur époque. Prenons comme exemple un temps et un pays où la puissance royale, l’aristocratie et la bourgeoisie se disputent le pouvoir et où celui-ci -est donc partagé ; il apparaît que la pensée dominante y est la doctrine de la division des pouvoirs** qui est alors énoncée comme une « loi éternelle ».

          FIN de CITATION

          gAZi bORAt


          • pixel pixel 4 juin 2007 19:24

            Le marxisme fut lui même une pensée à forte connotation religieuse. C’est ,je crois Camus dans « l’homme révolté » qui disait que marx avait remplacé Dieu par l’Histoire avec un H si grand que sa téléologie ressemble à une théologie.Il y a en plus des analogies avec les réligions judéo-chrétiennes.Quand Marx se fait prophète il choisit un peuple élu (prolétariat), un purgatoire (le socialisme) et un paradis (le communisme)l’enfer étant evidement le capitalisme.


          • Marsupilami Marsupilami 4 juin 2007 20:16

            @ Gazi

            « En tant qu’athée, je reste fermemnet convaincu que toute religion est l’expression des nécessités économique de son époque ».

            Why not mais je ne suis pas athée mais agnostique et les explications marxistes ou paléomarxistes - économistes pour simplifier - de l’origine des religions me font marrer. Comme si le besoin de surnaturel n’était qu’une peccadille s’enclenchant mécaniquement derrière la chasse aux mammouths par la grâce d’un taux de croissance indiciel ou un trucmuche à la con de ce genre.

            La transcendance (qui se traduit sur un mode mineur et quasi-footballistique par le religieux quel qu’il soit) ne peut se réduire à l’analyse que peuvent en faire les économistes de tous poils, de droite comme de gauche.

            A part ça bravo pour avoir prolongé la citation que j’ai fait mais ça change quoi ?


          • Gazi BORAT 5 juin 2007 07:39

            @ Marsupilami

            « ..Comme si le besoin de surnaturel n’était qu’une peccadille s’enclenchant mécaniquement derrière la chasse aux mammouths.. »

            J’approuve ces propos.

            Les peintures rupestres de Lascaux, en ce sens, participeraient à des rituels destinés à favoriser le succès de la chasse et donc, la survie et l’économie du groupe..

            gAZi bORAt


          • Gazi BORAT 5 juin 2007 07:43

            @ pixel

            Vous avez raison pour cette dimension religieuse du marxisme.

            Staline, ancien séminariste, l’avait parfaitement compris et utilisa toutes les ficelles.

            Le système de confessions (les biographies) qu’il faisait rédiger chaque année aux cadres du Parti en étaient un bel exemple pratique.

            De plus, l’exclusion du Parti à cette époque était aussi dramatique pour ceux qui la subissaient que l’excommunication au Moyen-Age..

            gAZi bORAt


          • Frodon Frodon 4 juin 2007 17:43

            Moui et non Borat.

            Déjà , j’aime votre propos qui est construit et compréhensible smiley

            En tant qu’athée, je reste fermemnet convaincu que toute religion est l’expression des nécessités économique de son époque.

            Je pense que c’est la vision athéiste occidentale. Parce que cette vision occulte complétement la religion hindouiste ( ou plutôt les religions qui en découlent : le Bouddhisme et le Jaïnisme) ou encore le Taoïsme en Chine) qui perdurent de manière vraiment intéressante.

            Je pense plutôt que les schismes sont la conséquence des variations économiques et des situations politiques. Mais les schismes n’amènent qu’à une (profonde ou non) modification de cultes religieux. La religion ne s’efface pas devant l’économie , seul le culte évolue.


            • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 4 juin 2007 22:28

              Le résulat de vos votes est on ne peut plus clair : 75 % contre, 25 % pour !

              Aussi, quelques mises au point s’impose :

              - si j’ai parlé au conditionnel en ce qui concerne la prophétie d’André Malraux, c’est parce que les personnes qui lui imputent cette phrase, ne sont pas sures de leur affirmation ;

              - je ne suis pas contre l’Islam, donc, Islamophobe !

              - je suis contre l’Islamisme radical, donc, Islamistophobe !

              - les faits de résistance (et c’est pour parler à Gazi Borat) ne consistent pas à prendre des civils en otage en les massacrant au cours d’attentats aveugles : ils consistent à s’attaquer uniquement à des objectifs militaires, à cibler les structures des nations occupantes de votre sol ;

              - je suis profondément croyant ! Cependant, je suis un Laïc convaincu, qui considère que la Religion n’a pas sa place dans la Politique et que la Politique n’a pas sa place dans la Religion ;

              - au risque de vous rappeler ce qu’est une interview, les réponses faites par Philippe Simonnot ne sont que de son seul fait !

              J’espère avoir répondu à tous à vos commentaires... Je sais que mon article a du choquer beaucoup d’entre vous. Aussi, je vous invite à vous rendre sur le site de l’Observatoire des Religions en cliquant sur : http://www.observatoiredesreligions.fr

              Cependant, je vous remercie de m’avoir lu avec beaucoup d’attention !

              Dominique Dutilloy


              • Gazi BORAT 5 juin 2007 07:56

                @ l’auteur

                Merci de votre intervention..

                Comme vous, je condamne les pratiques de « guerre sale » que sont les attentats aveugles de la part des forces résistantes, tout comme la torture et les exactions de la part des forces occupantes.

                gAZi bORAt


              • IGG Imam Grouik-Grouik 17 juin 2007 23:35

                Votre définition de l’islam est malheureusement fausse. Lisez coran, sunna et sira : les vrais religieux sont ceux que vous appelés « islamistes ». Les autres, justement, sont des islamistes modérés. Modérés par quoi ? Et bien par tout sauf de l’islam.

                La distinction « islamiste » / « musulman » est née au cours des années 70.

                Sur le lien que je vous envoie, allez donc faire un tour dans la salle intitulée « Mahomet Movie Club » pour revoir un petit peu ce qu’il en est.


              • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 18 juin 2007 10:16

                Iman, contrairement à ce que vous avez lu, donc faussement interprété, ma définition de l’Islam n’est pas erronée ! En effet, je fais la réelle distinction entre l’ISLAM et l’ISLAMISME ! Ayant lu le Saint Coran, je sais ce que veulent dire Sunna et sira !

                Aussi, je vous invite à lire avec beeaucoup plus d’attention mon article : en effet, je fais vraiment la distinction etre ces deux termes que sont ISLAM et ISLAMISME !

                Donc, je me répète, le vrai religieux -ce, quelle que soit sa religion : Islam, Judaïsme, Christianisme- se doit de ne pas se mêler de politique ! Et la politique ne doit pas se mêler de religion...

                En fait, vous l’aurez compris, je suis opposé à toute idée même de Religion d’Etat.


              • Gilles Gilles 21 juin 2007 09:05

                C’est quoi ce nom, Imam Grouik-Grouik et l’URL du même ton...

                Franchement lourdingue et volontairement insultant au premier dégré, ce qui décrédibilise par avance tout le contenu des propos tenus.

                Encore un fan de ce crétin de Redecker qui prend son pied en alimentant la haine.

                Vous et les islamistes haineux que vous dénoncez êtes sur la même longueur d’onde !


              • Gilles Gilles 21 juin 2007 10:16

                Le site de l’imam grouik-grouik est appelé :

                « Le Blog du Cochon Hallal »

                C’est comme si un site musulman anti-chrétien s’appelait « La Sainte croix dans ton Cul ». Là, ça ferait hurler d’indignation l’Imam grouik mon cul !

                Avec ces abrutis là, sûr que le dialogue ne peut que progresser. De toute façon ces atrophiés du bulbe, de quelque bord qu’il soit, préfère en découdre et se bastonner , ou plutôt que les autres se chargent à leur place de le faire


              • frédéric lyon 18 juin 2007 00:16

                De Gazi Borat, une perle :

                1/ les actes de terrorisme liés au conflit irakien : ils correspondent tout autant à des actes de résistance à une puissance occupante étrangère inspirés par le nationalisme que par la religion. Ce terrorisme est inhérent à ce type de conflit avec occupation du territoire et gouvernement fantoche, même si l’on peut contester ces modes de résistance"

                Ce « gouvernement fantoche » représente, sans contestation possible, 80% de la population irakienne !!

                Mon cher Gazi Borat, une seule conclusion s’impose : vous n’êtes visiblement ni kurde, ni chiite !!

                Et je ne crains pas de me tromper !


                • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 18 juin 2007 10:26

                  Frédéric Lyon, dans votre réponse à Gazi Borat, vous considérés que « les actes de terrorisme liés au conflit irakien correspondent tout autant à des actes de résistance à une puissance occupante étrangère inspirés par le nationalisme que par la religion » et que « Ce terrorisme est inhérent à ce type de conflit avec occupation du territoire et gouvernement fantoche, même si l’on peut contester ces modes de résistance »... Cependant, même si vous écrivez que « ce gouvernement fantoche représente, sans contestation possible, 80% de la population irakienne », il faut bien comprendre qu’un acte de résistance ne devrait se faire que dans des attaques d’objectifs militaires ou policiers...

                  De plus, bien que je ne sois, tout comme Gazi Borat, ni Kurde ni Chiite, je pense que les méthodes de résistance qui ont cours en Irak desservent réellement les Résistants eux-mêmes, qui se rendent coupables de crimes atroces commis à l’encontre de civils irakiens !

                  A-t-on vu, lors de la Dernière Guerre mondiale, des résistants français s’en prendre aveuglément à des civils pour combattre en même temps l’Occupant nazi et la Dictature de Pétain ? Non ! Ces résistants ont attaqué les Allemands ainsi que les structures administratives de l’Etat français (comme la Milice...) !


                • claire 18 juin 2007 13:37

                  je découvre internet et tout ce qu’il offre

                  Par exemple cet article sur les religions que je trouve passionnant et très objectif.

                  J’attends la suite avec beaucoup d’intérêt


                  • dan 20 juin 2007 15:58

                    Il n’y a aucune différence fondamentale et sur le plan théorique ou doctrinal entre l’islam tel qu’il est aujourd’huis et l’islamisme,tous deux se réfèrent et se basent sur le même Coran et le même Hadith(Suna) même s’ils peuvent se différencier dans les interprétations et les pratiques,mais ce qui compte en religion,domaine de l’absolu et de l’intemporel,c’est la théorie et la doctrine qui ne change pas alors que les pratiques peuvent changer dans le temps et dans l’espace et sont donc plus ou mons arbitraires,ce qui marque la dangerosité permanente si la théorie ou la doctrine est mauvaise en soi.Or adorer en soi un livre ou des écrits humains quels qu’ils soient jusqu’à les déïfier c’est de l’idolâtrie et c’est un mal en soi,car les êtres humains sont des êtres imparfaits en soi(Dieu seul est parfait),il n’ya pas pas d’autre absolu ici-bas pour les hommes que la raison universlle,c’est sa seule garantie pour bien se diriger,la seule lumière dans ce monde de ténèbres.------Il n’y a donc pas de différence fondamentale entre ce qu’on nomme musulmans modérés et musulmans extrémistes mais seulement entre les rationalistes qui met la Raison au dessus du Livre et suis d’abord la raison avant le Coran et les irrationalistes qui ont pour guide suprême le Coran au détriment de la raison.Les musulmans rationalistes sont les mutazilites qui ont dominé le siècle d’or de Bagdad entre le8è et 9è siècle.


                    • dan 20 juin 2007 16:58

                      On définit souvent la définition de la laïcité comme la simple séparation entre l’espace puplic et l’espace privé,ce qui est pour le moins plus ou moins floue,superficielle et réductrice, bref pas tout à fait correcte.Pour aller au fond des choses,une définition plus correcte et plus juste de la laïcité est la séparation entre l’espace du temporel et l’espace de l’intemporel,plus précisément entre la logique du monde temporel des créatures relatives et la logique du monde intemporel et absolu du créateur.Ces deux logiques peuvent être contradictoires et s’appliquent sur des domaines différents et les confondre ou les appliquer dans les domaines qui ne les correspondent pas peuvent être désastreux.La logique absolue du créateur qui est intemporelle et anhistorique appliquée aux lois humaines des créatures imparfaites en constante évolution historiquement conduit soit à une impossiblité de nature,l’imparfait ne pouvant être parfait ce qui produit nécessairement à l’injustice,nul n’est tenu à l’impossible,soit à la fixation de la nature humaine à l’imperfection sans possibilité de progresser car limitée dans sa liberté par des lois humaines érigées en absolues qui l’empêche d’évoluer suivant sa nature propre et en conformité avec la loi universelle de progression vers la perfection du plan de la providence,autrement dit plus concrètement de se diriger vers plus de liberté,de puissance,d’amour et de beauté.La laïcité est fille de la Raison.


                      • Edgar Edgar 7 août 2007 18:41

                        Sans doute que les autorités religieuses sénégalaises et ougandaises ont-elles plus de cervelle et de compassion que celles du Vatican !

                        Franchement, il serait temps de metre en place un cordon sanitaire contre l’influence de toutes les religions et leurs dogmes du passé.


                        • Dominique Dutilloy Dominique Dutilloy 7 août 2007 20:56

                          Edgar, merci pour votre lecture et votre commentaire...

                          Lorsque vous parlez des autorités religieuses sénégalaises et ougandaises, il ne faut pas que vous oubliez qu’elles sont contraintes de respecter les lois de leurs pays...

                          En effet, le Sénégal et l’Ouganda, sont, comme la majorité des pays d’Afrique noire, des Etats constitutionnellement, institutionnellement et politiquement laïcs...

                          De ce fait, dans cette Afrique noire, la religion, qu’elle soit catholique ou musulmane, n’est pas vécue comme dans les pays du Maghreb, du Machreck ou de la péninsule arabique...

                          Quoiqu’il en soit, il convient de faire en sorte que la Laïcité de l’Etat atteigne toute notre Planète, ce, de manière à ranger les religions dans la place qui doit rester la leur : l’espace privé !


                          • jeanclaude 15 août 2007 10:44

                            « Ranger les religions dans la place qui doit rester la leur : l’espace privé ».

                            De telles prémisses sont le propre de la laïcité à la française, et das laïcs « durs ». Elles vont plus loin que les textes fondateurs de notre république, qui garantit notamment la liberté de culte. Elles ne sont pas partagées par toutes les démocraties occidentales. Aussi, d’un simple point de vue empirique, cette ligne de défense contre les méfaits de la religion apparaît comme trop avancée. Dans tous les cas, elle supprime tout terrain de discussion possible avec le phénomène musulman, où l’idéal est à l’opposé absolu, la fusion de la religion et de la société.

                            Pour le reste, comprendre les religions et leur dynamique historique à partir de l’économie est en soi légitime. Mais si elle veut être l’axe d’explication maître, voir exclusif, il s’agit là bien sûr d’un axiome épistémologique engagé. Qui n’a pas de légitimité universelle. Et qui n’obtiendra que des résultats collatéraux, le fait religieux étant une composante universelle de l’homme et des sociétés, de ses débuts à nos jours.


                            • jean noël Delorme jean noël Delorme 26 août 2007 17:58

                              j’aimerai bien revenir sur les propos d’André Malraux...« Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas » Dans ce débat passionnant que je viens de suivre, il y a une lecture des-dits propos qui, à mon avis, n’a pas été prise en compte : Lors qu’il énonçait ces paroles, Malraux vivait en pleine deuxième partie du XXème siècle, pendant la période économique dorée qui a suivi la guerre de 40 ; période d’opulence pour l’occident qui a connu un essor économique sans précédent et un confort de vie jamais atteint. Cette course effrénée à la réussite économique et à l’amélioration de la qualité de la vie a conduit la plupart d’entre nous à abandonner toute spiritualité et réflexion personnelle autre que celle utile au business...Le point d’orgue de cette période a été mai68 avec la création du culte de l’enfant-roi ; culte impliquant la démission de beaucoup de parents.c’est cet abandon des valeurs traditionnelles et spirituelles d’éducation qui faisait aussi tenir ces propos à André Malraux. Perte des repères et de la notion du sacré sont signes d’une société vouée à la disparition... Malraux voyait bien cette perte « culturelle » et anticipant que la période dorée ne durerait pas toujours, il nous disait, je pense, que si nous nous ne nous reconstruisions pas une dimension sacrée nous ne pourrions passer le cap du XXIème siècle... On voit bien aujourd’hui le regain d’intérêt pour les sectes ou tout simplement pour tout ce qui relève de l’ésotérisme...la nature a horreur du vide et l’être humain ne peut vivre sans sacré....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès