Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Désacraliser la violence religieuse

Désacraliser la violence religieuse

La mort de René Girard et le regain d'intérêt pour ses écrits sur le rapport entre la violence et le sacré (*) mais aussi, bien sûr, la recrudescence de la violence religieuse pratiquée dans le monde contemporain, m'ont donné l'idée de tenter de publier, en plusieurs fois sur Agoravox, mon texte de mars 2000 Désacraliser la violence religieuse.

Quelques jours après le 11 septembre 2001, avec d'autres écrits sur le même sujet rassemblés dans une compilation titrée Pour en finir avec la violence religieuse je l'avais proposé à un éditeur, puis à une quarantaine d'autres. En vain. Avant cela, la petite revue de philosophie qui proposait un échange sur le thème La religion, à quoi bon ? auquel je l'avais adressé, ne l'avait pas publié non plus. Même si j'en ai cité bien des extraits dans mes autres publications sur Agoravox il est resté inédit dans son intégralité.

Le format dans lequel j'en propose ici la publication est semblable à celui des 5 articles de Jean-Pierre Castel de 2012, selon moi très importants (**). Je propose de publier mon texte en 3 parties successives. Pour que le choix des modérateurs puisse se faire sur l'ensemble je leur donne à voir dès maintenant les 3 parties.

(*) La Violence et le sacré, éd. Grasset, 1972

(**) série qui commence ici :

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/arretons-de-nier-la-violence-120250

 

Désacraliser la violence religieuse (partie 1)

 

L'histoire n'est pas un dieu extérieur, une raison cachée dont nous n'aurions qu'à enregistrer les conclusions : c'est un fait métaphysique que la même vie, la nôtre, se joue en nous et hors de nous, dans notre présent et dans notre passé, que le monde est un système à plusieurs entrées ou, comme on voudra dire, que nous avons des semblables

 Maurice Merleau-Ponty à propos de Max Weber

 dans La Crise de l'entendement (1955) 

 

Les deux violences religieuses

JPEG Après la sortie de la religion (1) qu'est-ce qui doit changer pour que la religion puisse aider à réenchanter le monde ? (2) Dans ce monde où l'on continue de tuer au nom de Dieu, la réponse me paraît évidente : l'attitude envers les textes sacrés qui appellent au meurtre, qui prônent ou justifient la violence.

Il faut distinguer la violence exercée par Dieu lui-même dans le monde abstrait ou à venir, par exemple lors du Jugement dernier, pour punir l'homme qui se conduit mal, et la violence nous concernant très directement, celle que Dieu ordonne à l'homme d'exercer. La violence qu'exerce ou exercera Dieu est présentée comme une réalité et justifiée par les trois premières grandes religions abrahamiques, mais aussi par le bahaïsme, qui a pourtant apporté un progrès considérable contre la violence religieuse exercée par les hommes. C'est son prophète, en effet, qui a annoncé comme première bonne nouvelle de son "évangile" (3) le fait que la guerre sainte est effacée du Livre. Jusqu'à présent cependant il faut bien constater que cette heureuse innovation a plus engendré de victimes dans la communauté bahaïe, notamment dans les pays islamiques, que de sagesse dans les trois autres religions.

Il me paraît indispensable de réfléchir surtout à la pérennisation, parmi les violences religieuses, de celle qui est considérée comme étant commise par les hommes sur ordre de Dieu. Celle-ci est, hélas, ici et maintenant, toujours bien concrète.

Dans son livre La religion dans la démocratie (éd. Gallimard 1998) Marcel Gauchet me paraît trop optimiste quand il écrit : Nul parmi nous ne peut plus se concevoir, en tant que citoyen, commandé par l'au-delà. La Cité de l'homme est l'oeuvre de l'homme, à tel point que c'est impiété, désormais, aux yeux du croyant le plus zélé de nos contrées, que de mêler l'idée de Dieu à l'ordre qui nous lie et aux désordres qui nous divisent. L'agnostique citoyen du monde que je suis fera remarquer que la terre entière est désormais notre contrée, que c'est là qu'il faut étudier le parcours de la laïcité (sous-titre du livre) et que certains de ceux qui, comme en Algérie, en Afghanistan ou en Iran, mêlent l'idée de Dieu aux désordres qui nous divisent tuent parmi nous très fréquemment. Ceux-là se disent très souvent croyants de l'islam, mais ce sont bien toutes les religions abrahamiques qui continuent de cultiver la violence théorique, théologique ; les autres, sur lesquelles ne porte pas cette réflexion n'étant pas pour autant tenues pour dépourvues de toute violence. Le fanatique qui passe à l'acte criminel a bon dos. On souligne qu'il n'a rien compris, ne veut pas comprendre même lorsque, précisément, il a trop bien compris en prenant à la lettre ce qu'on lui a demandé de prendre à la lettre. Qui peut soutenir qu'il est seul responsable et qu'on ne triche pas quand on met un fossé entre ses actes, horribles, et ceux que les religions - traditionnelles, officiellement reconnues - lui ont enseignés comme parfaitement justifiés en d'autres temps ?

Dans le pire des cas les ordres de tuer restent toujours valables et, par exemple, des dignitaires de l'islam appellent publiquement - sans que personne, ni individus ni Etats appliquant leur devoir d'ingérence n'exige leur traduction en justice - au meurtre de Salman Rushdie ou de Taslima Nasreen (pour ne parler que de deux victimes désignées qui ont eu le temps d'alerter le monde démocratique avant que le crime sur leur personne ait été commis ; beaucoup d'autres, en Iran par exemple, n'ont pas eu ce temps). Dans le meilleur des cas les religions enseignent que Dieu, désormais, n'exige plus que les hommes tuent leurs semblables, mais c'est toujours après avoir réaffirmé qu'il l'a bien, en d'autres temps, là où c'était nécessaire, exigé (5). Que fait d'autre en effet le pape Jean-Paul II, par exemple, quand à tous les catholiques qui demandent une réinterprétation des pires textes de la bible appelant à la violence il répond qu'il n'en est pas question, que l'Ancien Testament (AT), comme le Nouveau (NT), doit toujours être considéré comme étant la parole de Dieu ?

Citons le nouveau Catéchisme de l'église catholique (6). Il réaffirme l'unité de toute l'Écriture ; il précise que le Livre de Josué est aussi saint que tous les autres de l'AT (paragraphe 120) qui conservent une valeur permanente et qui, tous, ont Dieu pour auteur et sont jugés par l'Église sacrés et canoniques, avec toutes leurs parties (105), laquelle Église n'accueille pas seulement une parole humaine, mais ce qu'elle est réellement : la Parole de Dieu (104) ; il réaffirme que Dieu est l'auteur de l'Écriture Sainte en inspirant ses auteurs humains et qu'il donne ainsi l'assurance que leurs écrits enseignent sans erreur la vérité salutaire (136) tout ce qui était conforme à son désir et cela seulement  (106, c'est moi qui souligne), qu'ils enseignent fermement, fidèlement et sans erreur la vérité que Dieu a voulu voir consignée pour notre salut (107) etc... Si les mots ont un sens il faut donc bien aujourd'hui encore se mettre dans la tête, si l'on est catholique papiste, que c'est bien Dieu qui exige tous les massacres qui lui sont attribués dans l'AT. Qui peut prétendre que ces horribles justifications sont aujourd'hui acceptables parce qu'elles concernent les exigences de Dieu - le même Dieu qu'il faut aujourd'hui servir, adorer, prier - à une époque où les concepts de crime contre l'humanité ou de droits de l'homme n'avaient pas encore été formulés ?

 

Notes :

(1) Dans son livre Le désenchantement du monde (éd. Gallimard, 1985) Marcel Gauchet, qui reproduit dans son titre une expression de Max Weber, précise qu'il ne faut pas interpréter ce qu'il appelle la sortie de la religion comme une disparition de la religion : On peut concevoir, à la limite, une société qui ne comprendrait que des croyants et qui n'en serait pas moins une société d'au-delà du religieux…

(2) L'expression est employée, à propos du judaïsme libertaire en Europe centrale, par Michael Löwy dans le livre qu'il consacre à ce courant : Rédemption et Utopie (PUF, 1988)

(3) Le Kitab-I-Aqdas (Le Plus saint livre), éd Bahaïes, Bruxelles 1996. Sur la foi bahaïe voir Le Monde Diplomatique de juillet 99 ou Manière de voir n°48 : La foi bahaïe contre les fanatismes par William Hatcher, ou Les Bahà'is par Christian Cannuyer (éd. Brépols, 1987), ou La foi bahà'ie en quelques mots par Pierre Spierckel (éd. L'Harmattan, 2000)

(4) éd. Gallimard, 1998

(5) Dans le séminaire de Françoise Héritier De la violence (éd. Odile Jacob, 1996), Bernhard Lang étudie quelques cas de violence contenus dans l'Ancien et le Nouveau Testaments. Curieusement la pire des violences bibliques, le massacre programmé et systématiquement exécuté des cananéens, n'y est pas rapporté. Il faut peut-être en voir l'explication dans la parution, six mois plus tôt, du livre de Roger Garaudy Les Mythes fondateurs de la politique israélienne. Parce que Garaudy y faisait très mauvais usage du Livre de Josué on crut bon, une fois de plus, d'éviter l'occasion d'un sérieux débat sur la violence sacrée. J'ai tenté de provoquer ce débat dans une Lettre ouverte à Roger Garaudy publiée par Le Vilain Petit Canard n° 26 (nov/déc 98).

(6) éd. Centurion/Cerf/Fleurus-Mame, 1997. Comme pour désespérer le catholique pacifique la couverture précise : Édition définitive.

 

(à suivre)

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.55/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • philouie 21 novembre 2015 16:21

    Si vous aviez lu sérieusement René Girard vous auriez compris que les attentats relèvent du crime rituel et du bouc émissaire. Ils sont donc le fruit de ceux qui nous tiennent lieu de prêtres (même s’ils prétendent ne pas adorer de Dieu) et qui manipulent la masse.
    mais pour ça, il vous faudrait réfléchir.
    votre haine vous aveugle et votre seule préoccupation est de souffler sur les flammes pour attiser le feu dans lequel vous allez vous même cramer.
    faites gaffe quand même.


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 21 novembre 2015 21:26

      @philouie

      Merci philouie, je vais faire gaffe.

       

      Mais j’en profite pour exprimer un souhait  :

       

      Si l’un des adorateurs de votre Dieu d’amour venait à faire cramer le haineux personnage que je suis, et que vous appelez généreusement à la prudence depuis des années,

       

      que les néo-négationnistes qui nous gouvernent et qui nous informent ne viennent surtout pas verser des larmes de crocodile sur mon cadavre.

       

      Qu’ils se mettent enfin à faire honnêtement leur boulot, ce sera plus utile.


    • philouie 21 novembre 2015 21:51

      @Pierre Régnier
      vous pouvez compter sur eux : ce sont eux qui allument le feux sur lequel vous soufflez.
       
      mais vos œillères vous obnubilent.


    • philouie 21 novembre 2015 22:01

      @Pierre Régnier
      votre cécité fait de vous un vil propagandiste des armées américaines et des trusts militaro-industriels.
      Jamais vous n’avez de velléité de dénoncer les crimes d’Israël, des USA et de la France. Parfois du bout des lèvres. Mais en réalité vous vous êtes mis à la solde de l’Empire et à la solde de ses crimes pour les justifier par votre propre rage.
      Vous dénoncez la violence comme un pyromane dénonce l’incendie, en l’appelant de ses vœux, en la faisant naître, en attisant la flamme.


    • popov 22 novembre 2015 10:41

      @philouie
       

      Par contre, se prosterner dans la direction de la monstrueuse idole des Bédouins, cela ne relève nullement de la cécité !!??

    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 24 novembre 2015 04:01

      @popov

      Philouie a 100% raison. L’article de Régnier est misérable. On cherche en vain une pensée girardienne dans ce galimatia.
       
      Il y a pourtant une chose simple à retenir de la thèse girardienne : c’est la facilité avec laquelle nous nous donnons des boucs émissaires, cad, la facilité avec laquelle nous faisons porter la charge de culpabilité sur un autre sans voir l’arbitraire de notre accusation.
       
      Pointer la responsabilité des religions en général, de l’Islam en particulier dans la violence du monde, c’est se donner des boucs émissaires à bon compte, cad, c’est tenir, par la faute de quelques illuminés, toute la population des croyants responsables d’un chaos mondial dont l’origine se trouve pourtant chez les adorateurs de Mammon, le veau d’or, l’argent en somme, ceux qui, justement font profession de ne pas avoir de confession et qui ont toute la puissance des médias pour propager des stéréotypes antireligieux.
       
      Renseignez-vous Popov, écoutez ne serait-ce que le vétéran US Ken O’Keefe qui dit très bien ce qui doit être dit, et comprenez que déjà bien avant la révolution française la volonté d’arracher le religieux de l’humain (ou inversement) était à l’oeuvre afin de permettre ce monde où la démocratie et les droits de l’homme sont diffusés à coup de bombes. Nous sommes dans la parfaite continuité de ce que la gauche colonialiste a entrepris depuis la IIIe république.
       
      La principale source de violence du monde actuellement, c’est le « droit-de-l’hommisme », c’est les « guerres humanitaires », c’est les guerres civiles et les révolutions colorées fomentées par la CIA sous couvert de démocratie et de défense des minorités afin d’asseoir toujours davantage l’emprise de l’Empire Anglo-Américano-Sioniste.
       
      Prenez votre calculette et ouvrez les yeux bon sang !


    • Pierre Régnier Pierre Régnier 24 novembre 2015 10:09

      @Luc-Laurent Salvador


      Classique tricherie qui réduit le combat contre la seule culture de la violence au sein des religions à un combat contre le tout des religions.

       

      Classique malhonnête réduction, aussi, qui fait d’un résistant à l’islamisation de la France  un complice de l’impérialisme étatsunien, alors que je milite depuis toujours contre cet impérialisme et contre son outil principal : le capitalisme, avec ses bombes, ses finances et son incitation à ne plus penser qu’au fric (voir sur Agoravox mon article Pour le socialisme).

       

      Aujourd’hui je vais plus loin : je dis que la COP21 sortira des belles résolutions qui ne seront que bouts de papier hypocrites et sans effet positif si n’y est pas associé un ferme engagement de débarrasser le monde de sa philosophie dominante : l’économisme (ça aussi c’est déjà dans mon article Pour le socialisme).

       

      Ça ne me conduit nullement à soutenir les gouvernants sarkhollandiens et leurs complices journalistes des grands médias qui soutiennent et alimentent l’autre entreprise dévastatrice du monde contemporain : son islamisation.

       

      Ne prenez pas, popov, que votre calculette pour « réfléchir » comme vous le conseille Luc-Laurent Salvador. N’abandonnez surtout pas votre spiritualité.

       


    • soi même 21 novembre 2015 16:50

       Bon à votre age, il n’es pas raisonnable de chercher à avoir raison, vous êtes rentré dans l’age du renoncement et je voie que vous batailles encore,, arrêtez vous ne voyez pas encore que le monde se joue de votre indignation de théatre.
       


      • Emile Mourey Emile Mourey 21 novembre 2015 18:56

        Bonjour,


        Cette situation est absolument insensée. Nos instances religieuses - religions dites du Livre - en sont encore à voir dans les textes bibliques une parole inspirée et même un plan de Dieu, justifiant ainsi les massacres de l’Histoire comme vous le dites très justement pour la conquête de Josué. D’où le raisonnement simpliste de ceux qui inspirent le Djihad : établir le royaume de Dieu, pardon, le royaume d’Allah, en tuant tous les mécréants. 

        Tous les hommes intelligents et sincères devraient se dresser comme un seul homme pour dénoncer les sources écrites de cette mortelle dérive ainsi que ceux qui les tolèrent. Or, que constatons-nous ? des hommes politiques complaisants, se satisfaisant de compromis, un silence assourdissant des philosophes qui pensent qu’ils n’ont pas à intervenir sur les questions de théologie, des médias qui éludent systématiquement le débat pour ne pas, soi disant, faire le jeu du FN. L’émission d’hier soir de « Ce soir ou jamais » est caractéristique : France coupable, musulmans et islam victimes.

        Comme moi, vous êtes une voix qui parle dans le désert. Probablement y en a t-il d’autres que nous ignorons. Mais nous n’avons pas droit à la parole, sauf sur Agoravox. Nous vivons une dictature de la pensée. Il y a manifestement dans le Coran des sourates qui appellent à la haine et au meurtre mais il ne faut pas le dire. Les assassins du Bataclan se sont pourtant bien réclamés de l’islam - de ces sourates. Non ! on ne veut voir en eux que de simples terroristes.

        • popov 22 novembre 2015 10:49

          @Emile Mourey

           
          Bonjour Vous ne parlez pas dans le désert. De plus en plus de gens commencent à comprendre.
           
          Même si nos politiciens caressent les potentats du golfes dans le sens de la barbe pour avoir un peu de leur fric, et se servent abondamment des sourires d’Arabe des Tariq Ramadan pour nous endormir, les salafistes se chargent de nous montrer l’islam tel qu’il est en lui-même.

        • Crab2 21 novembre 2015 19:40
          Ce n’est pas l’islam rabâcheront « nos bienheureux » Arabie Saoudite : un poète condamné à mort pour avoir renoncé à l’islam

          http://www.lalibre.be/actu/international/arabie-saoudite-un-poete-condamne-a-mort-pour-avoir-renonce-a-l-islam-564f29b33570ca6ff90b5833


          • Pierre Régnier Pierre Régnier 21 novembre 2015 21:30

            @Crab2


            Merci Crab2 d’informer nos lecteurs.

            Il me faut donc à nouveau mettre à jour le titre du poème que je rédigeais le 11 janvier pendant que François Hollande défilait, avec le peuple de France et un représentant de l’Arabie Saoudite pour proclamer leur attachement indéfectible à la liberté d’expression

             

            Je suis ASHRAF FAYADH

            Je suis ALI AL-NIMR

            je suis RAÏF BADAWI

             

            Je suis ASIA BIBI

            je suis HAMZA KASHGARI

            je suis les millions d’autres

            fouettés pendus lapidés égorgés

            depuis 14 siècles au nom du Dieu Allah

            je suis celui qui dans chacune de ses plaies

            reçoit le coup plus douloureux que tous les autres

            le coup qu’apportent ici les ondes le coup qui vient de l’Élysée

            le coup de la propre et correcte barbarie qui va m’achever

            sous les applaudissements là-bas des foules fanatisées

            par ces versets mensongers de leurs gouvernants :

            ça n’a absolument rien à voir avec l’islam

            qui n’est que paix amour et tolérance.

             

            Pierre Régnier

             

             


          • popov 22 novembre 2015 10:57

            @Crab2

             
            Des poètes assassinés au nom de l’islam ce n’est pas nouveau. 
             
            C’est cette crapule de Mahomet qui a inauguré la coutume.
             

            • Christian Labrune Christian Labrune 22 novembre 2015 00:20

              Pierre,

              Vous avez tout à fait raison de dénoncer la violence dans les textes dits sacrés, surtout après ce qu’on vient de voir en France, mais je ne sais pas si cela sert à quelque chose de regretter que les religions ne tiennent pas compte de ces sortes de critiques. Si vous retirez la violence de la religion, qu’est-ce qui reste ? La figure du Christ peut paraître relativement pacifiante, mais l’image que nous voyons partout en Occident, au point même de ne plus la voir du tout tant elle serait insoutenable, c’est quand même celle d’un cadavre crucifié. Pour un bouddhiste, par exemple, c’est carrément immonde. A mon avis, lorsqu’il s’agit des religions du Livre et non pas de l’ancien paganisme ou des religions d’extrême orient, lesquelles sont plutôt des lectures poétiques du réel, si on ôte la violence, il ne reste pas grand chose, sinon rien. Le christianisme par exemple, comme les anciens cultes à mystères qui l’ont précédé et beaucoup influencé, suppose une inquiétude, une sorte de tremendus face à la puissance très obscure de la divinité. Cela s’est un peu adouci au moyen-âge avec le développement du culte marial, mais il en est resté quand même quelque chose à certaines périodes, ne serait-ce que dans l’Inquisition espagnole ou dans la persécution des « sorcières » qui se prolongera de la Renaissance au début de la période classique. Wafa Sultan, ancienne musulmane syrienne auteur de « L’islam en question » insiste dès le début de son bouquin sur la trouille irrépressible qu’inspire au musulman ce qu’elle appelle « un dieu de haine ». Et de fait, à moins d’être un pervers sadique, je vois mal qu’on puisse lire à la suite plusieurs sourates du Coran sans être pris d’une irrépressible nausée.

              Les religions crèveront, c’est tout ce qu’elles méritent, mais je ne vois guère qu’elles puissent se réformer. Dans nos sociétés sorties du religieux, peu importe ce qu’elles peuvent encore raconter, personne n’écoute, et cela vaut mieux. Au lendemain des atrocités jihadistes à Paris, j’avais écouté l’homélie prononcée par Dédé 23 à Notre-Dame sur la chaîne KTO. J’imaginais ce qu’un Bossuet eût pu dire en pareille circonstance, mais je n’ai rien compris à une rhétorique tout à fait conventionnelle où les citations des écritures s’enfilaient à la suite comme les perles d’un collier à trois euros sur le marché de Belleville. Je pense que personne n’écoutait et, de fait, il n’y avait rien à entendre. Le christianisme est mort, je ne le pleurerai pas.

              L’islam est encore bien vivant, mais très précisément parce qu’il tue et terrorise, mais il tuera tant qu’il ne tardera pas à en crever assez vite parce que ces choses-là, comme les haches de pierre, les lampes à huile et les chars à boeufs, sont d’un autre temps et déjà condamnées par l’évolution. La dernière religion du Livre sera aussi la première à disparaître. C’est celle qui inspirera le plus de mépris et le plus grand dégoût.


              • popov 22 novembre 2015 11:11

                @Christian Labrune

                 
                Pour un bouddhiste, par exemple, c’est carrément immonde.
                 
                Exact. Et pas seulement les crucifix. Un jour, un Japonais m’a posé la question : l’eucharistie, ce ne serait pas comme un relent de cannibalisme ?
                 
                Il faut aussi remarquer que chez les orthodoxes, le Christ sur sa croix n’a pas l’air du tout à l’agonie, il est rayonnant.
                 
                Ce cadavre qui pend mollement sur la croix des crucifix catho, je trouve cela absolument obscène.

              • Christian Labrune Christian Labrune 22 novembre 2015 15:58

                @popov
                Je crois me rappeler que dans « La tentation de l’Occident », dialogue épistolaire imaginé par Malraux entre un jeune homme d’extrême Orient et un occidental, cette questions est fort bien traitée. C’est effectivement tout à fait répugnant, cette « folie de la croix », comme dit Paul de Tarse, cette exhibition particulièrement insane d’un dieu crucifié.

                Dans les querelles religieuses à l’époque de nos guerres de religion, la question du cannibalisme revenait sans cesse. « Vous mangez et vous chiez votre Dieu », écrit tel auteur protestant extrêmement opposé à l’idée de la transsubstantiation, c’est-à-dire de la présence réelle du corps du Christ dans l’hostie et le vin de messe. Les catholiques d’aujourd’hui ignorent tout cela, bien évidemment, et tout aussi bien le bricolage métaphysique extrêmement tardif, sous Constantin puis Théodose, du symbole de Nicée-Constantinople décidant, après des débats presque sanglants, que la nature du Christ est bien divine.


              • philouie 22 novembre 2015 16:01

                @Christian Labrune
                que la nature du Christ est bien divine.
                 
                et oui, Dieu est mort.
                sur la croix.
                depuis les hommes se prennent pour Dieu.
                Résultat : Carnage à tous les étages.
                vive le catholicisme triomphant !
                 
                BEEUURRKK !!!!!!!!!!!!


              • Pierre Régnier Pierre Régnier 22 novembre 2015 10:53

                Merci, Christian, de débattre vraiment. Je ne suis pas du tout d’accord sur ce point : Dans nos sociétés sorties du religieux, peu importe ce qu’elles peuvent raconter, personne n’écoute, et cela vaut mieux.

                 

                C’est faux. Les gouvernants faux laïcs de la vraie Droite et de fausse Gauche, comme leurs complices journalistes carriéristes, intellectuellement paresseux, non seulement écoutent les monstrueuses justifications de la violence « voulue par Dieu », mais ils militent depuis des années pour l’extension, en France, de la religion qui appelle le plus explicitement à massacrer : l’islam. Ils organisent, ils imposent le néo-négationnisme qui nie durablement la violence théologique, constitutive, de l’islam.

                 

                Leur « spiritualité de jeux vidéo », dans laquelle la réflexion théologique est remplacée par la seule stratégie militaire pour lutter contre la violence commise au nom de Dieu, est au moins aussi stupide et révoltante que l’imbécile dogmatisme des hiérarques cathos et juifs, qui tiennent absolument à trouver « une bonne interprétation » des appels à massacrer qu’ils continuent d’attribuer au Dieu de l’Ancien Testament.

                 

                Les chrétiens d’aujourd’hui ont un rôle capital à jouer : amener enfin leur religion à celle de ce Jésus dont ils se disent les disciples et qui voulait réellement, lui, une conception pacifiante de la croyance en Dieu.


                • popov 22 novembre 2015 11:18

                  @Pierre Régnier

                   
                  Bonjour
                   
                  Les chrétiens d’aujourd’hui ont un rôle capital à jouer : amener enfin leur religion à celle de ce Jésus dont ils se disent les disciples et qui voulait réellement, lui, une conception pacifiante de la croyance en Dieu.
                   
                  Faut pas trop compter dessus. 
                   
                  Les chrétiens les plus actifs aujourd’hui dans le monde appartiennent à des sectes américaines dites évangélistes mais qui en fait se réfèrent plus à l’AT qu’aux évangiles.

                • Pierre Régnier Pierre Régnier 22 novembre 2015 11:53

                  @popov

                  D’accord sur ces deux commentaires, popov. Mais ce qui est révoltant, dans le dogmatique dolorisme catholique, c’est la persistance à vouloir attribuer à une volonté « de Dieu son Père » le sacrifice de Jésus sur la croix, « pour effacer les péchés du monde ».

                   

                  Moi je vois en Jésus un juif particulièrement croyant, mais aussi particulièrement imprégné des meilleures valeurs humaines, qui va jusqu’à se sacrifier, accepter de mourir sous la torture, plutôt que de renoncer à son engagement militant : faire disparaître de la conscience de ses co-religionnaires cette épouvantable croyance dans la volonté de Dieu de faire massacrer "pour de bonnes raisons".

                   

                  Exactement le contraire de ce que les dogmatiques fondamentalistes qui dirigent toujours l’église catholique continuent d’enseigner et de justifier. C’est pourquoi je dis  que les chrétiens d’aujourd’hui - évidemment pas les « évangélistes » sectaires dont la mentalité est proche de celle des musulmans violents - ont un rôle capital à jouer dans le contexte contemporain  : mettre fin à la trahison de Jésus par leur église, afin que les musulmans meurtriers aient au moins sous les yeux un exemple de religion réellement pacifiante, réellement humaniste, réellement exemplaire pour le genre humain.


                • philouie 22 novembre 2015 16:02

                  @Pierre Régnier
                  comment peux-t-on aujourd’hui espérer un retour de cette religion multi-assassine qui au nom de l’amour pour tous n’a fait que détruire la terre ?


                • Christian Labrune Christian Labrune 22 novembre 2015 17:02

                  @Pierre Régnier
                  Il ne fait aucun doute que les gouvernants français, particulièrement les socialistes, auront considérablement aplani le terrain pour favoriser partout la montée du pire intégrisme musulman, mais je ne pense pas qu’on puisse expliquer ça par une « écoute » des pseudo-raisons dont s’affuble le discours des fanatiques. Ils ont fait ça par pure connerie, parce qu’ils portent des lunettes roses et qu’ils ont toujours imaginé que le danger n’était pas si grand. Dès lors, l’électorat musulman représentant une masse déjà considérable, il importait de le caresser au plus vite dans le sens du poil. Un type vraiment abominable comme Pascal Boniface avait proposé ça très cyniquement, il y a déjà pas mal de temps. Le PS avait refusé hautement d’entendre cette sirène qui ne tarderait pas à devoir sortir de ses rangs ; mais ensuite, mine de rien, on aura cherché bien vite à faire son profit d’un conseil qui promettait d’être rentable aux élections. On aura donc cédé sur presque tout : cantines halal, horaires de piscines réservés aux femmes, construction de lieux d’endoctrinement qu’on appelle mosquées, politique délibérément pro-palestinienne. Au point d’accepter de recevoir des terroristes de ce charmant terroir dans les municipalités des banlieues, et de recevoir même à la mairie de Paris, naguère, la vieille ganache de l’Autorité palestinienne tout occupée déjà à encourager les actions les plus atroces dans Jérusalem. Quand l’assemblée a voté la loi contre le port de la burqa, ne l’oublions pas, les socialistes avaient préféré rester prudemment hors de l’hémicycle.

                  Je ne vois pas que dans une république laïque - et je ne regrette évidemment pas qu’elle le soit ! - les pouvoirs publics aient jamais à s’occuper de « réflexion théologique ». En revanche, quand la violence se développe, qu’elle se penche sur la « stratégie militaire », c’est bien évidemment son rôle.

                  Ce n’est évidemment pas à un Président de la République d’aller prêcher cet atticisme et cette douceur que vous prêtez au fils du charpentier de Nazareth ! Jésus, si on en croit la légende et si on tient compte des mœurs de l’époque, devait être un bonhomme plutôt sympathique, mais capable quand même de chasser violemment les marchands du Temple au nom de je ne sais quelle pureté imbécile qui vaut bien celle du halal. Je crois bien que c’est Mathieu qui lui fait dire qu’il n’est pas venu apporter la paix, mais la guerre au nom des précieuses vérités dont il serait le dépositaire. En tout cas, ça se termine par une odieuse boucherie qui aurait été bien évitable, ne serait-ce que par décence, s’il avait été le fils d’un dieu tout-puissant.

                  Vous évoquez les thèse de Girard. Je ne me risquerai pas à les critiquer, je les connais trop mal, mais c’est un auteur dont je n’ai jamais pu lire deux pages sans un profond dégoût ; ses propos, il y a déjà longtemps, sur France culture, m’avaient inspiré une invincible aversion. Au fond, il ambitionnait peu ou prou de trouver une solution de remplacement à la psychanalyse freudienne, c’est-à-dire de remplacer un charlatanisme par un autre.

                  Si Jésus n’avait pas été crucifié, on n’en parlerait déjà plus. Sans cette violence, son message eût été fade et inconsistant. Ce que cherche tout individu crédule qui ne peut pas se contenter de la « simple raison », comme disait Kant, c’est la violence. Ce sont les décapitations dans l’Etat coranique qui attirent les psychopathes. Ca, c’est de la vraie religion, c’est du pur Coran sans exégèse, directement du producteur au consommateur. Je l’écrivais hier dans une autre page : les VRAIS musulmans, ce sont les bouchers de Rakka et de Mossoul, comme les VRAIS chrétiens, en leur temps, pouvaient être les croisés, les catholiques défenestrant les protestants après la Saint-Barthélemy de 1572 et Calvin faisant brûler Michel Servet à Genève en place publique. Si vous essayez de lénifier tout ça, vous n’aurez plus du tout de religion. C’est vers ça qu’on va quand même, Dieu merci -si j’ose dire !- dans notre monde occidental. Resteront les sagesses de l’extrême orient, qui ne sont pas des religions, et dont nous gagnerions à faire nos choux gras. 


                • Pierre Régnier Pierre Régnier 22 novembre 2015 19:48

                  @Christian Labrune

                  Toujours en désaccord avec vous, Christian, mais pas sur ce point : c’est effectivement par pure connerie et par électoralisme que les gouvernants favorisent la montée du pire intégrisme musulman.

                   

                  Concernant Pascal Boniface, j’ai bien souvent dénoncé l’article crapuleux qu’il avait publié contre Robert Redeker, mais j’avais d’abord été stupéfait de trouver cet article en bonne place dans... Témoignage Chrétien, un journal créé sous l’occupation nazie par des chrétiens résistants !

                   

                  Mon principal désaccord : je prétends que traiter de manière indifférenciée les religions pacifiantes et celles qui continuent d’appeler au meurtre prétendument « voulu par Dieu » est une énorme stupidité, dangereuse pour la République. Et je demande que la loi de 1905 soit modifiée, pas comme le voulait Sarkozy pour l’aggraver (pour qu’on puisse violer la laïcité sans que ça se voit) mais pour l’améliorer : lui faire dire que le droit d’exercer un culte religieux ne peut être accordé qu’à celles des religions qui auront préalablement, publiquement et clairement, rejeté ce qu’elle ont toujours de criminogène dans leur théologie.


                • Christian Labrune Christian Labrune 22 novembre 2015 22:53

                  « Mon principal désaccord : je prétends que traiter de manière indifférenciée les religions pacifiantes et celles qui continuent d’appeler au meurtre prétendument « voulu par Dieu » est une énorme stupidité, dangereuse pour la République. »

                  @Pierre Régnier
                  Si c’est ça votre objectif, je n’y vois absolument rien à redire ! Il y a bien longtemps en effet que dans le christianisme les catholiques n’en sont plus à tendre des embuscades aux protestants pour leur faire la peau ni même à essayer d’obtenir la conversion de ces sectateurs têtus de ce qu’on appelait à l’époque de Bossuet la R.P.R (religion PRETENDUE réformée). Je suis athée mais, Dieu merci, pas plus hostile aux « croyants » qu’on ne peut l’être aux cinéphiles ou aux amateurs de poésie et de romans. Fourier n’avait rien contre les pervers pourvu qu’ils pussent s’arranger entre eux sans imposer aux autres leurs « passions ». C’était son mot.. Je crois bien que c’est dans le « Contre Sainte-Beuve » que Marcel Proust dit aussi à peu près que lorsque la religion catholique sera tout à fait morte il faudra, pour la beauté de la chose, continuer à dire des messes. A son époque il est vrai, c’était encore le rite de Saint de Pie V et tout cela se passait en latin. S’il avait connu les guitares yé-yé dans le chœur des églises après Vatican II, il aurait peut-être été d’un autre avis. En tout cas, si l’envie me prenait, par pure perversion esthétique, d’aller entendre une messe, ce serait donc plutôt à Saint-Nicolas du Chardonnet, chez les intégristes. Ces extrémistes-là n’en sont quand même pas à vous mettre un couteau sous la gorge pour exiger votre conversion, ni a se faire sauter à la dynamite. C’est bien l’essentiel et on pourra donc toujours les tolérer.

                   


                • OMAR 22 novembre 2015 16:36

                  Omar9

                  «  Dis : ‘Voulez-vous que nous vous fassions connaître ceux dont les œuvres sont les plus vouées à l’échec ? Ceux dont les efforts, dans cette vie, s’en vont en pure perte, et qui croient cependant bien agir.’  »
                  Coran, Sourate 18 versets 103-104

                  «  Lorsqu’on leur dit : ‘Ne faites pas de mal sur la Terre !’, ils répliquent : ‘Nous ne sommes que des réformateurs.’ Qu’y faire ? Ce sont des êtres malfaisants, mais ils n’en ont pas conscience. »

                  Coran, Sourate 2 versets 12-13

                  Alors renier, l’occasion est trop belle pour prendre ton épée de croisade contre l’Islam, n’est-ce pas ?


                  • COVADONGA722 COVADONGA722 22 novembre 2015 17:03

                     n’est il pas hilarant que les deux qui réclame journellement de la tolérance pour leur religion d’amour et de paix dont on a pu constater les bienfaits dernièrement .

                    soit les deux mêmes qui écument et hurlent dés que l’on évoque les deux autres religions 
                    lisez bien philouie ou Omar et soyez persuadés qu’avec les terroristes islamique vous n’avez vus que la partie émergée de l’iceberg 

                    • OMAR 22 novembre 2015 22:12

                      Omar9

                      J’étais persuadé que ce fasciste de @COVA , un ex-banni du site Agora, quitterait son stand de tir pour se joindre à la logorrhée islamophobe de son acolyte renier...

                      Ce même renier dont 90% de ses torchons et commentaires ne sont qu’un fiel déversé sur l’Islam et les musulmans et dont il tire une fierté ostentatoire.
                      http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/ce-n-est-plus-suffisant-de-clamer-162119

                      Cova, renier, deux énergumènes qui font vraiment de la peine....


                    • COVADONGA722 COVADONGA722 23 novembre 2015 07:38

                      @OMAR
                       un ex-banni du site Agora

                      yep ça c’est un mensonge qui même proféré 1000 reste un mensonge .
                      le reste de vos écrits relève de votre droit et liberté d’interpréter mes propos .

                      ma liberté à moi consiste a voir en vous un suppôt des salafiste et un complice moral des assassins .
                      Et je vous trouve bien arrogant de vouloir représenter toute votre oumma !
                      vous n’êtes pas plus « les musulmans » que l’islam vous êtes juste un takfiriste ......


                      pour la « peine » il est bon que l homme soit charitable il vous sera utile un jour d’être
                      payé en retour 



                    • OMAR 23 novembre 2015 17:43

                      Omar9

                      @COVA

                      S’il m’arrive d’avoir du dégout ou de colère, voire de l’aversion envers mes adversaires idéologiques, il me reste cette dignité qui m’interdit d’annoncer un quelconque mensonge envers eux.

                      Et tous mes écrits te concernant sont avérés soit par tes propres affirmations, soit par des liens.
                      Un principe qui t’est totalement inconnu.

                      Et dans le cas de ton bannissement, il fallait contredire Morice qui est l’annonciateur de cet événement très révélateur de ton caractère fasciste.

                      Alors, retourne à ton stand de tire.....


                    • Pierre Régnier Pierre Régnier 22 novembre 2015 19:24


                      Bonjour COVADONGA

                      Sur les deux il y en a au moins un, celui qui prétend dans son pseudo avoir « un bon entendement », déforme systématiquement - inverse parfois carrément - depuis des années, ce que j’exprime sur Agoravox pour me faire détester des lecteurs... et des islamistes qui « font cramer » ceux qui ne leur plaisent pas (voir ici son premier commentaire).

                      Ça ne me paraît pas spécialement hilarant.


                      • philouie 22 novembre 2015 19:55

                        @Pierre Régnier
                        sauf qu’en matière d’inversion c’est vous le champion :
                        « des islamistes qui « font cramer » ceux qui ne leur plaisent pas »
                        puisqu’à aucun instant j’ai dit quelque chose qui ressemble à ça.


                      • Massada Massada 23 novembre 2015 08:03

                        Il est clair que des gens comme Omar, Philouie, Ben Shott et autres https://www.youtube.com/watch?v=5zwjkfmMwb4&feature=youtu.be 

                        font partie du problème.



                        • Ben Schott 23 novembre 2015 08:24

                          @Massada
                           
                          Votre lien, Neuneu, renvoie à la page d’accueil d’Agoravox. Mais en faisant la recherche, il renvoie à la mélodie de La Marseillaise revisitée... Quel est le sens ou l’intérêt ?
                           
                          Il est clair que les gens que vous citez incongrument savent très bien qui vous êtes et ce que vous représentez.  :—))
                           


                        • COVADONGA722 COVADONGA722 23 novembre 2015 14:21

                          @Massada
                           yep mais c’est notre problème à nous pas le votre, inutile de venir déverser de l huile ça crame déjà assez comme ça , merci


                        • rocla+ rocla+ 23 novembre 2015 08:46

                          Citation de Emile Mourey :



                          Il y a manifestement dans le Coran des sourates qui appellent à la haine et au meurtre mais il ne faut pas le dire. Les assassins du Bataclan se sont pourtant bien réclamés de l’islam - de ces sourates. Non ! on ne veut voir en eux que de simples terroristes.


                          Et que voit-on ? 

                          Des représentants de cette religion merdique , la main sur le coeur , 
                          j’ ty jure si pas nous , nous si pas nous . 

                          D’ ailleurs si pas nous que nous élevons nos enfants si li otes . 

                          J’ ti jur si pas nous . 


                          Misilmans-Sipanous . 

                          • OMAR 23 novembre 2015 17:47

                            Omar9

                            Pauvre @rocla+

                            Si je me tais, je suis complice.

                            Si je dénonce et condamne, je fais dans la taqiya ou je suis fourbe...

                            rocla, si je bois autant que toi, là par contre, je suis alcoolique...

                            Ma parole....


                          • Pierre Régnier Pierre Régnier 23 novembre 2015 10:54


                            Des deux commentateurs qui transforment systématiquement en expressions de haine mes demandes de désacralisation de la violence religieuse, le second est parfois surprenant, et je crois bien qu’il y a de la sincérité dans ses incohérences, puisqu’il vient de conseiller lui-même la lecture de mon article publié sur Agoravox tout de suite après les massacres islamistes de janvier et qui, hélas, a retrouvé toute son actualité ce 13 novembre :

                             

                            http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/ce-n-est-plus-suffisant-de-clamer-162119

                             

                            Mais, pour l’heure, ma préoccupation est ailleurs : une majorité de modérateurs vient de refuser la publication des seconde et troisième parties du présent article. Bien sûr, ceux des commentateurs qui souhaitent conserver l’ensemble peuvent le copier, puisque eux y ont accès. Ils s’ajouteraient alors à la liste des quelques dizaines de destinataires auxquels j’avais envoyé ce petit essai par la Poste, par moi-même photocopié et agrafé, suite à l’impossibilité de le publier même après le 11 septembre 2001. Mais ça n’en ferait pas pour autant le document pour la réflexion publique que je souhaitais lors de son premier envoi à la petite revue de philosophie qui posait la question : la religion, à quoi bon ?

                             

                            J’ai donc re-proposé ces deux suites du présent article aussitôt après leur rejet.

                             

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès