Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Dieu n’est pas encore mort !

Dieu n’est pas encore mort !

Dieu qui avait failli mourir à la fin du 19ième siècle s’est bien tiré d’affaire. Dieu n’est pas encore mort ! Nietzsche s’est trompé de bonne foi, en tenant compte des prémices de son époque, mais il a chanté victoire trop tôt. Dieu était mal en point dans la période allant de Marx et Marcuse, il a failli crever dans les années 70. Il est ressuscité non sous les traits du Christ, dont la résurrection est pourtant un des passe-temps favoris, mais sous les formes modernes de l’islamisme, du christianisme néoconservateur, de l’hindouisme radical ou du judéo-sionisme militant. Pourtant, Dieu avait commencé à être mal en point au Siècle des Lumières, malmené par Holbach, Helvétius Feuerbach et d’autres philosophes agnostiques ou foncièrement athées. Voltaire ne voyait pas l’intérêt d’un clergé, mais se disait déiste, acceptant un Créateur ayant à peu près autant de pouvoir qu’un président de la Troisième ou de la Quatrième République. La Révolution Française voulut éradiquer la croyance comme superstition avilissant le peuple, elle ne réussit qu’à éliminer quelques centaines de prêtres réfractaires et ne parvient pas à imposer le culte de l’Etre Suprême, mais à attiser la foi et le sentiment de révolte des Vendéens. Et Dieu revient par la petite porte avec Napoléon pour servir ses intérêts, puis en revanchard à la Restauration et sous la réaction moraliste petit-bourgeois, victorienne et rigoriste protestante du siècle des Romantiques.

 Au début, tout était simple, les Dieux n’en étaient pas vraiment et les populations considéraient comme surnaturel, donc pré divin, tout ce qu’elles ne pouvaient comprendre et expliquer. Ce fut le temps des esprits des arbres, de la mer, du ciel ou des montagnes qui s’exprimaient par le biais du tonnerre, de la pluie, des tremblements de terres, des éclipses ou de tout autre phénomène exceptionnel ou récurrent.

Ce genre de croyance qui est à l’origine de l’animisme est encore pratiqué par de nombreux peuples, mais se noie de plus en plus dans une forme de syncrétisme monothéiste tant en Afrique qu’en Amérique Latine. Puis intervinrent les premiers intermédiaires entre les esprits et les hommes ordinaires en la personne des chamans et des sorciers. Mais comme il fallait donner un nom à ces phénomènes inexplicables, il devient nécessaires de personnaliser de façon anthropomorphe ces concepts et les premiers Dieux firent leur apparition chez les peuples du Croissant Fertile, des régions scandinaves et du monde gréco-romain. Les Dieux avaient désormais un nom et une fonction définie. Ils représentaient l’amour, la guerre, les récoltes, la mer et tant d’autres avatars. Qu’ils s’appelassent, Zeus, Jupiter Anubis, Odin, Vénus, Aphrodite Isis ou Frieda, ils avaient tous leurs temples, leur clergé, leur caractère et leurs spécialités.

Arrive enfin le monothéisme juif, inspiré à la fois de croyances égyptiennes et orientales comme l’enseignement de Zoroastre (le Zarathoustra de Nietzsche) et Dieu devient unique et demande à l’homme par l’intermédiaire de prophètes puis de prêtres de respecter toute une série de prescriptions et d’interdits tous aussi contraignants. Le Judaïsme allait donner naissance à deux rejetons un peu bâtards et tout aussi compliqués, le Christianisme et l’Islam. Chrétiens et musulmans étant en fin de compte des juifs presque comme les autres. Les trois piliers du monothéisme allaient régner sans partage jusqu’à l’avènement de l’ère industrielle et du développement des sciences c’est-à-dire le milieu du 19ième siècle.

L’homme créa en fin de compte Dieu à son image, et cette image était loin d’être belle.

Car Dieu, grand étourdi, fainéant ou imprévoyant n’avait pas prévu la Révolution Industrielle. Dieu était à l’aise avec des Rois et des Princes qui priaient solennellement, mais vivaient comme des paillards en dehors des messes. Dieu s’accommodait très bien des paysans illettrés et superstitieux qui aimaient les images saintes, le catéchisme simplifié et la célébration des Saints donnant lieu à des fêtes et des jours fériés. Dans Sa grandeur loin des réalités quotidiennes, il n’avait pas prévu les ouvriers et les usines et encore moins le prolétariat. Il n’avait pas non plus anticipé le fait que des juifs qui en avaient marre du ghetto, des rituels, de l’éducation talmudique dans les yeshivas d’Europe de l’Est, délaisseraient le costume traditionnel, le yiddish et la Thora pour s’émanciper de Yahvé et voudraient sortir de la communauté pour se fondre au monde moderne. Dieu n’avait venu venir ni Marx ni Engels et encore moins Trotski et Freud. Et là, ça commence à mal tourner pour Lui. Ces types de culture juive ou d’autres d’origine chrétienne vont vouloir s’émanciper du carcan divin. Les anarchistes tentent d’abord une percée brouillonne avec « ni Dieu ni maitre » mais ils sont trop isolés pour persuader les masses. Ils arrivent tout juste à attirer l’attention par des attentats nihilistes. Marx et Engels arrivent d’abord comme penseurs à convaincre des intellectuels bolcheviks, mais seraient restés dans la confidentialité comme Holbach ou Helvétius s’il n’y avait eu la Révolution russe. Et des individus de génie, bien que foncièrement malsains comme Lénine et son entourage voient l’avantage d’utiliser une philosophie sans Dieu, matérialiste et vouée à la classe ouvrière montante. Mais Marx voulait se débarrasser des superstitions judéo-chrétiennes. Lénine et plus tard Staline, Mao, Castro comprennent très vite que le clergé a du bon. Et de créer une religion avec ses prêtres, ses rituels, ses grands-messes et ses Saints mais sans la présence de Dieu. Procès staliniens ritualisés avec expiations des vipères lubriques et des blouses blanches, dignes de l’Inquisition, Plenum du Soviet suprême organisés comme des jubilés ou un magnificat, parades sur la Place Rouge ou Tienanmen. Ce fut un coup de génie que de créer La Religion absolue qui n’avait plus besoin de Dieu mais qui possédait encore une morale condamnant la sexualité et la déviance comme le judéo-christianisme d’où venaient les marxistes. Le Marxisme-léninisme, a donc conçu sans le vouloir initialement la religion la plus aboutie, celle où Dieu n’avait plus sa place.

Mais de nos jours, la pensée religieuse marxiste est elle aussi en perte de vitesse et Dieu revient en force, il n’était que groggy. Entre 1960 et 1980 il était quasiment KO debout, il a été sauvé par le gong et a pu reprendre le match pour les reprises suivantes. Le gong s’appelle Sida générateur de peur, Jean-Paul II car Polonais et anticommuniste, Islamisme, une création américaine se retournant contre son créateur, sionisme religieux triomphant après la victoire de 1967, mais surtout celle de 1974 et enfin néo conservatisme américain et son retour aux valeurs morales.

Dieu est de nouveau vivant et en bonne santé, alors qu’il était bien malade au temps de Nietzsche. Les musulmans dans leur coin qui avaient eu l’aubaine de la manne pétrolière devenue crise après 1974 avec l’envolée du prix du baril avaient aussi failli se laïciser lors des Ramadan d’été difficiles à supporter, si les Américains n’ayant peur des communistes n’avaient tout fait pour relancer la foi en Allah ! Damas, Beyrouth et Tunis ne furent jamais aussi peu religieuses que dans les années 70 malgré la persistance de l’Islam. Et le Hamas fut inventé pour contrecarrer les activistes Palestiniens laïcs, tous plus ou moins marxistes, quelquefois chrétiens mais surtout très rarement en chaussettes.

Alors que Dieu existe ou non, (il est impossible de le prouver dans un sens comme l’autre car la foi n’est pas rationnelle) cela importe peu puisque le concept de Dieu existe lui de façon indéniable. On peut considérer que Dieu existe tant qu’il existe quelqu’un pour croire en Lui. Dieu sera donc mort à la mort du dernier croyant. Et ce n’est pas demain la veille. Ainsi Zeus était bel et bien mort depuis près de deux mille ans et l’Olympe était vide depuis plus d’une lurette, quand récemment un petit nombre a essayé de lui redonner vie en Grèce sous forme d’un nouveau culte. Car c’est un fait universel, la mythologie c’est toujours la religion des autres !

Mais l’homme de pouvoir sait très bien qu’il doit se servir d’un Dieu crédible pour se maintenir dans sa position dominante. Le « clergé », qu’il soit religieux ou fait de fonctionnaires athées marxistes a de longs jours devant lui pour participer à la domination des gens du commun. Et l’exploitation de l’homme par l’homme continua sous le communisme d’Etat. Les popes orthodoxes étant tout simplement remplacés par les apparatchiks, les Commissaires du peuple, le KGB, la Stasi ou la Securitate. Et Dieu dans son coin qui était encore un peu en vie devait se demander ce que ces foutus bonhommes qu’il était censé avoir créés avaient pu fomenter pour assoir leur pouvoir sans son nom mais avec les mêmes méthodes que les croyants.

La religion n’a jamais été l’opium du peuple, car la prise d’opium tend vers le plaisir, le rêve et l’oubli. Dieu condamne le plaisir ou du moins le codifie, n’autorise le rêve que s’il est centré sur son égocentrisme omnipotent et ne veut en aucun cas qu’on l’oublie. Finalement les Dieux les moins nocifs pour l’homme, les plus réalistes furent ceux de la mythologie germano-scandinave. Dieux mortels, voués à être vaincus, prônant l’héroïsme, ils s’en tiraient plutôt bien avant de disparaitre. Et ils avaient un Paradis, l’Asgard où l’on buvait de la bière dans le crane de ses ennemis en compagnie des Walkyries dans une salle des fêtes post mortem, le Walhalla. Mais ces Dieux là sont bien morts, hélas, et pas près de ressusciter !


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • Voris 8 février 2010 10:34

    Attention ! L’abus de dieu rend dangereux.

    Dieu, on l’appelle quand on en a besoin (le temps d’un massacre par exemple) et on le rejette dans l’oubli après. Et un barbu en chasse un autre, toujours dans le même but : édifier les foules et les soumettre à d’obscurs intérêts.

    On le croit mort ? Il n’était qu’en retraite (jeune retraité...). Chapeau le mec ! Il rebondit toujours : « Dieu, le retour - III »

    P.S : Un message d’Alain Delon : « Il vous remercie de l’avoir cité sous le nom d’Etre suprême ». Quant à Zinédine Zidane, il rappelle qu’il est dans l’annuaire, mais à la lettre Z et pas à la lettre D comme Dieu. Il est resté simple, lui.


    • Georges Yang 8 février 2010 10:41

      Voris
      Decidement , j’apprecie votre humour, je ne vous lis pas assez et c’est un tort a corriger au plus vite
      Et comme je l’ai ecrit il y a longtemps, Dieu est un fumeur de hareng


    • anti-oligarchie anti-oligarchie 8 février 2010 12:51

      Bonjour vodis,je suis déiste,par contre grand amateur d’Islam,religion que je considère non seulement révolutionnaire mais en plus romantique.Vous avez effectivement raison,citation du Coran a l’appui :


    • anti-oligarchie anti-oligarchie 8 février 2010 12:52

      Lorsque l’homme est affligé d’un malheur, Il nous invoque. mais lorsque Nous lui accordons quelques faveurs, il s’empresse de dire  : « Je le dois qu’à ma science ». 

      S39-V49


    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 8 février 2010 10:40

      Thor et Odin morts ?

      C’est vite dit étant donné que le Ragnarrok ne s’est pas encore produit !

      Vous n’avez AUCUNE preuve que Thor et Odin sont morts !

      L’auteur mérite un coup de ... MJOLNIR !


      • Georges Yang 8 février 2010 10:44

        Que ne dites vous la verite ! Ces Dieux vikings crepusculaires sont les seuls que j’apprecie un peu, meme si je ne suis pas un inconditionnel de Wagner, bien que reconnaissant la puissance du Crepuscule des Dieux


      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 8 février 2010 11:05

        Voici des PREUVES que le Walhallah n’est pas encore détruit !

        Ecoutez et vous saurez !

        http://www.youtube.com/watch?v=8kYa-fMN0mI

        Mort ? Non ! Mort de rire : OUI !

        Bon, on ne niera pas quelques problèmes comme celui ci :

        http://www.youtube.com/watch?v=hDpc-831GPs&feature=related

        Mais, ils ne sont pas encore arrivés à détruire Asgard !

         smiley smiley smiley smiley smiley smiley
         smiley smiley smiley smiley smiley smiley
         smiley smiley smiley smiley smiley smiley


      • COLRE COLRE 8 février 2010 10:46

        Vous êtes meilleur en constipation qu’en histoire des religions…


        • Georges Yang 8 février 2010 17:41

          le Dieu des monotheiste est pourtant le type me du constipe chronique


        • Lemaïsjekiff Nestor 8 février 2010 10:52

          Salut Georges,

          Ouais, c’est clair un grand fainéant en 13 ou 15 millions d’années il n’a bossé que six jours.

          En tout cas heureusement qu’on à eu lui pour la lumière → http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/ab/Edison2.jpg


          • Rounga Roungalashinga 8 février 2010 11:08

            Arrive enfin le monothéisme juif, inspiré à la fois de croyances égyptiennes et orientales comme l’enseignement de Zoroastre (le Zarathoustra de Nietzsche) et Dieu devient unique et demande à l’homme par l’intermédiaire de prophètes puis de prêtres de respecter toute une série de prescriptions et d’interdits tous aussi contraignants. Le Judaïsme allait donner naissance à deux rejetons un peu bâtards et tout aussi compliqués, le Christianisme et l’Islam. Chrétiens et musulmans étant en fin de compte des juifs presque comme les autres.

            C’est intéressant de voir dans ce paragraphe que la religion n’est vue qu’au travers de ses interdits. L’apport théologique du monothéisme n’est pas évoqué, pas plus que les bases morales dont nous avons hérité (Tu ne voleras point, etc.). Et je ne peux pas vous laisser dire que les chrétiens sont des « juifs presque comme les autres ». Les protestants à la limite, mais pas les catholiques.

            Finalement les Dieux les moins nocifs pour l’homme, les plus réalistes furent ceux de la mythologie germano-scandinave.

            A partir de quoi pouvez-vous affirmer ça ?


            • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 8 février 2010 11:15

              Parce que les pour apaiser Thor ou Odin et obtenir des avantages matériels ils suffisait de leur offrir un mouton, un taureau voire ... un esclave et que si on se battait bien on allait au Walhallah après la mort héroïque !

              La seule morale était l’héroïsme guerrier !

              Il fallait donc guerroyer en permanence pour assurer sa vie dans l’au delà : la quintescence décomplexée de la civilistation !

               smiley smiley smiley smiley smiley smiley
               smiley smiley smiley smiley smiley smiley
               smiley smiley smiley smiley smiley smiley


            • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 8 février 2010 11:16

              C’est quand même supérieur à notre civilisation non ?


            • Georges Yang 8 février 2010 11:16

              Les chretiens et surtout les catholiques ont toujours rfait un rejet de leur judaite ne serai ce que par filiation ideologique et livre saint commun
              Le perfidi judei aboli par Vatican II cache mal la consanguinite entre les deux religions, quant a l’islam , le Coran est influence par le judaisme, le prophete ayant vecu a Medine, ville a forte minorite juive qui a du influencer sa pensee
              Quant aux Dieux Vikings, ils n’emmerdaient pas l’homme avec une morale restrictive et incitait au courage et non a la soumission


            • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 8 février 2010 11:48

              Ceci étant dit, la société scandinave ancienne pratiquait plus ou moins la même morale que les autres et leur passage au christianisme n’a pas été un gros changement en ce qui concerne la morale.

              Les Vikings n’étaient pas des partouzeurs ni particulièrement tolérant envers l’homosexualité ou la sexualité hors mariage ( arrangé qui plus est ) des femmes.




            • Rounga Roungalashinga 8 février 2010 11:56

              Quant aux Dieux Vikings, ils n’emmerdaient pas l’homme avec une morale restrictive et incitait au courage et non a la soumission

              Dans le christianisme la morale n’est pas restrictive. Il n’y a pas à proprement parler de « morale », puisque ce qui importe c’est l’amour et la foi, et non la loi comme dans le judaïsme. Il n’y a pas non plus de soumission à Dieu, mais l’amour de Dieu et des hommes, d’où découle le comportement du croyant. Ce n’est donc pas à proprement parler une « morale ». Quand on aime quelqu’un, on évite de le blesser. Quand on aime Dieu et les hommes (et qu’on aime les hommes en Dieu), on agit en conséquence, et c’est là le chemin qui plaît à Dieu, selon les chrétiens.


            • Jean 8 février 2010 18:35

              Soumission ? à un clergé corrompu peut-être, à une religion-institution peut-être mais pas au christianisme/source ! Jésus insultait les prêtres qui assujétissaient les foules, il l’ a payé de sa vie ! « je veux la miséricorde (amour) et non le sacrifice (rituel) » ; et « marchait sur l’ eau », signifiant plus d’ appui, de référence « l’ esprit (de l’ Homme) souffle où il veut ». « Le sabbat est fait pour l’ Homme etc. » libres, libres libres : nous sommes libres, plus de théologies, de rites, de religions, doctrines, libres, ça vous dit ?


            • Gabriel Gabriel 8 février 2010 11:09

              Dieu est-il le problème ou est ce plutôt ce que l’on en fait  ? Toujours est-il que c’est un sacré alibi pour un bon nombre de tordus mal attentionnés.


              • astus astus 8 février 2010 11:11

                Merci à Georges Yang pour cet article intéressant qui confirme bien que le fait religieux, enterré un peu vite par certains, est au contraire en pleine renaissance partout dans le monde, entretenu par la dictature de l’émotion et le culte de la peur que les médias et les gouvernements cultivent pour se maintenir au pouvoir. Les religions monothéistes, bien plus que les cultes polythéistes, portent en effet une lourde responsabilité dans l’avènement des totalitarismes et des conflits qui ont ravagé le monde au XX ème siècle, et avant.

                C’est que le concept d’un dieu unique, pourtant contredit dans les faits puisqu’il a existé depuis la préhistoire des millions de dieux différents (et alors lequel est le vrai ?), est en soi une idée totalitaire. Tous les religieux fondamentalistes (ce qui est souvent un pléonasme) portent une lourde responsabilité dans l’oppression permanente des femmes et la culpabilisation mortifère de tous, mais peut-être plus encore dans le fait qu’ils se réfèrent à des textes dépassés, souvent apocryphes, qui prétendent de façon paranoïaque détenir la seule vérité suprême au lieu de vouloir seulement réguler les grandes questions que l’humanité s’est toujours posée pour pouvoir vivre normalement en société sans s’étriper les uns les autres.
                 

                Autrement dit les religions monothéistes, s’il elles avaient su s’adapter au monde réel, auraient pu se contenter des grandes prescriptions indispensables à la vie en société (ne pas tuer etc.), avec des rites sécularisés très souples. Au lieu de cela elles persévèrent à se fondamentaliser partout en étayant sans cesse davantage leur pouvoir sur le déclin contemporain de la pensée rationnelle qui conduit inévitablement à celui des civilisations.

                Cordialement.


                • Jean 8 février 2010 18:54

                  "Les religions monothéistes, bien plus que les cultes polythéistes, portent en effet une lourde responsabilité dans l’avènement des totalitarismes et des conflits qui ont ravagé le monde au XX ème siècle, et avant.« 

                  Je n’ aime guère les religions mais tout de même, les oppressions staliniennes étaient dues à une idéologie matérialiste ; l’ hitlérisme qui a mis le feu au monde entier, à une idéologie raciale anti-juive, tziganes, anti-slaves, anti-tout ce qui n’ est pas arien ou à la rigueur latin ; les millions d’ indiens des amériques tués par les colons : par cupidité, les ethnies africaines qui s’ entretuent..., j’ en passe, tout ça n’ a rien à voir avec les religions (je ne les défends aucunement mais faut être réaliste) ; même les guerres dites de religions n’ étaient que prétextes au pouvoir royal catholique pour éliminer des protestants POLITIQUEMENT gênant, le massacre des cathares étaient surtout occasion de pillages (sans quoi le pape n’ auraient pas eu de troupes s’ il n’ avait promis enrichissement personnel) ;
                  à côté de tout celà les inquisitions étaient bien peu meurtrières, et opposaient des fanatiques à d’ autres fanatiques. Les religions ont bon dos. Cependant j’ insiste je ne les aime guère non plus ! l’ oppression des femmes et l’ opprobe envers les »non-croyants" est folie pure de fanatiques, au cerveau rongé, conditionné


                • astus astus 9 février 2010 13:42

                  @ jean :

                  comme réponse un peu tardive à votre interrogation, voyez donc le film « Ruban blanc » de Michael HANEKE qui montre comment la religion a fait le lit du totalitarisme nazi, et reprenez l’histoire de la colonisation des indiens d’Amérique par les espagnols sous l’égide de sa majesté Isabelle la Catholique, qui a aussi persécuté les juifs d’Espagne... Je ne peux répondre plus en détail, car ce serait trop long ( car il y a aussi les croisades ...etc), mais l’histoire des religions monothéistes est, je vous l’assure, très édifiante, dans ses liens avec les totalitarismes. Quant à l’idéologie communiste elle ne fait que reprendre les prémisses de la pensée chrétienne en remplaçant Dieu
                  par les soviets...

                  Cordialement


                • amilcar amilcar 8 février 2010 11:12

                  mon cher georges, je vous vois assis sur un monticule, la pensée humaine, assis au sommet, dépiautant de vos doigts fins les oripeaux de notre histoire intellectuelle, d’un coup d’éventail vers l’aval vous contemplez 30 siècles

                  mieux, vous vous asseyez sur le ramassis d’imbéciles et de pouilleux qui vous ont précédé dans cette quête de la domination de la raison humaine.

                  vos ignares prédécesseurs souvent eux-aussi pensaient avoir touché un sommet, leur raison tel un belvédère surplombait et illuminait nos gorges trop profondes

                  bref nous vous attendions, alors dites nous, les nouvelles de dieu, vous vous n’y croyez pas mais publiez néanmoins son bulletin de santé

                  vous citez helvétius, il est l’auteur de ma phrase fétiche :« le degré d’esprit pour nous plaire est la mesure assez exacte du degré d’esprit que nous avons », ce qui veut dire, je m’en voudrais de donner trop d’information dans un commentaire anonyme et gratuit, ce qui veut donc dire que ce qui nous surpasse en intelligence ou ce qui nous est très inférieur intellectuellement se ressemblent comme deux gouttes d’eau, autrement dit que nous confondons ce qui est plus intelligent que nous et ce qui est plus stupide

                  mais le pendant de l’unicité universelle de dieu est la propension absolue de son singe à se hisser sur un tas divers, le singe a grimpé au sommet de la pyramide du savoir, le singe balaie cinq mille ans d’histoire, le singe est au sommet.

                  mais si l’on passe en ballon près de votre tas d’immondices, mon cher georges, on voit dans notre lunette que les athées sont les créatures les plus mignonnes que dieu a créées, que les athées sont la preuve même de l’existence de dieu, qui d’autre que dieu aurait pu créer des gens aussi « adorables », vous avez donc une foi chevillée au corps en la non-existence de dieu et vous allez le remplacer. c’est au moins la preuve que vous êtes serviable. mais notez que la raison n’est vraiment raisonnable que quand elle abandonne ses velléités de toute puissance, les athées veulent nous résumer tout ça en quelques phrases, au cas où on perdrait le sens de notre morale, c’est ça en fait, les athées veulent transmettre la morale, ils sont les moralistes, morale qui se résume un peu à être au sommet

                  quant au grand singe, lui, il prie toute la journée et même dans son sommeil et toute la création adore son créateur en vibrant, toute la création, parce qu’elle n’a pas le choix.


                  • Georges Yang 8 février 2010 11:24

                    Nietzsche
                    Amilcar
                    Je reconnais en vous un lecteur de Nietzsche, meme si vous ne le citez point
                    C’est un de mes inspirateur avec Machiavel et Jean Marc Reiser helas disparu trop tot
                    Votre condescendance a du style et je le concois une certaine elegance, donc si je le pouvais comme le suggera Agoravox, je ne replirait point votre commentaire
                    J’apprecie votre distanciation


                  • Georges Yang 8 février 2010 17:45

                    Amilcar
                    La volonte de puissance , c’est se prendre pour Dieu donc le defier et vouloir prendre sa place, donc a contrario acceptwer qu’il existe
                    Adler avait raison sur Freud la volonte de puissance est encore plus forte que la pulsion sexuelle chez certains hommes


                  • zelectron zelectron 8 février 2010 11:15

                    @ce cher Georges Yang
                    La phrase pour être complète :
                    la prise d’opium tend vers le plaisir, le rêve, l’oubli et la mort.


                    • Georges Yang 8 février 2010 11:30

                      Curieusement personne n’a reagi au fait que je considere le marxisme comme une religion sans Dieu


                      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 8 février 2010 11:51

                        Tout dépend de la définition d’une religion ...

                        Le surnaturel est il un élément fondamental de la religion ?


                      • ddacoudre ddacoudre 8 février 2010 12:15

                        bonjour yang

                        bon article compte tenu de l’épaisseur inconnu du sujet, il y a de grande chance qu’au dernier jours de la fin du monde ceux qui seront encore là, les hommes et les autres espèces, chacun a sa manière se demande s’il est encore là.

                        je pense que oui, mais nous rencontrons toujours la même difficulté, qu’avaient compris quelques « sages », nous ne pouvons pas nous en faire une représentation et Lamartine d’écrire "

                        « infini dans sa nature, borné dans ses vœux, l’homme est un dieu tombé qui se souvient des cieux »

                        je crois que nous n’avons pas encore compris que Dieu serait Laïque.
                        tant que nous vivrons dans un espace restreint en surpopulation, çà recherche nous donne ce que nous avons perdu, le Dominant biologique alpha, que nous remplaçons par des représentations, ce que j’appelle qu’elle qu’en soit le champ le « Dominant systémique ».

                        le dominant biologique alpha que nous suivons, est celui-ci, car l’évolution nous a poussé vers ceci. nous n’en avons pas perdu nos instincts, mais ils se réalisent dans de conditions problématiques liées à la surpopulation conséquence de la sédentarisation, elle même induite par la nécessité de se nourrir, mélangé a cette faculté d’interrogation de la compréhension de nous même par la conscience de a peur de la mort et celle de la complétude entre nous et le monde.

                        donc rien n’empêche de penser que Dieu sera Laïque, car s’il a permis la création de toutes les vies et leurs représentations c’est bien celui qui est capable de respecter cela,
                        ce qui se rapproche le plus de ce que nous pouvons penser qu’ils soit, dans la recherche de l’amour la fraternité et le respect des autres, dans leurs espérances terrestres ou imaginaires.

                        il est donc inutile de le chasser de ses diverses représentations , car chaque fois que nous croirons l’abattre il ressurgira, car c’est nous qui le portons dans notre organisation et notre être, il suffit de ne pas en faire une représentation destructrice ce que permet la Laïcité.

                        s mais souvenir son bon il me semble que Régis Debray avait développé quelque chose de semblable en parlant de la religiosité humaine.

                        j’ai écrit un article en ce sens lien
                        http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=68866

                        cordialement


                          • Shaytan666 Shaytan666 8 février 2010 17:42

                            Que les musulmans, pris dans leur ensemble, donc sunnites, chiites, ismaélites...etc soient plus nombreux que les catholiques c’est fort probable mais il ne faut pas oublier que les catholiques ne sont qu’une partie de toute la chrétienté (27 ou 28 grands mouvements).
                            Les chrétiens dans leur ensemble restent plus nombreux que les musulmans.


                          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 8 février 2010 14:38

                            Bonjour Georges Yang,

                            Je pense qu’il y’a plutôt incompréhension... Pourtant le Grand Maitre avertissait déjà :

                            «  »...Pour élever la lecture à la hauteur d’un art, il faut posséder avant tout une faculté qu’on a précisément le mieux oubliée aujourd’hui et c’est pourquoi il s’écoulera encore du temps avant que mes écrits soient « lisibles », une faculté qui exigerait presque que l’on ait la nature d’une vache et non point, en tous les cas celle d’un homme moderne ; j’entends la faculté de ruminer...« Nietzsche.

                            Pour Karl Marx il a bien développé ’lidéologie du meilleur partage des richesses entre humains, mais à vouloir trop pousser il s’est gourré dans sa »célèbre définition«  :   »l’homme est un animal social« . Sachant que »vivre en société« est le propre des virus, des microbes, des larves, des insectes, des animaux et tant bien que mal des...humains, on n’est pas obligé de pousser l’hypocrisie jusqu’à celle de Chirac... Je préfère la définition grecque :  »L’HOMME EST UN ANIMAL POLITIQUE« . La définition de Karl Marx est donc un pléonasme.


                            Pour le grand philosophe Herbert MARCUSE, il faut juste rappeler qu’il avait dénoncé à temps mais sans trop convaincre, l’imbécilté de l’industrialisation à outrance, l’idiotie de l’idéologie de la surconsommation ainsi que la tendance à la mondialisation bâtarde de l’argent ! Il avait vu juste, l’homme aujourd’hui est synonyme d’aliénation !

                            Alors quand Nietzsche parlait de » mort de Dieu« , il voulait dire »mort progressive de l’idée de Dieu dans les consciences... Quand Marx parlait du « social », il voulait il voulait enlever aux humains leur plus grande tare qui est le gène coriace de l’égoïsme. Quant à Marcuse il s’était révolté contre l’idéologie nazie « Nür um der Hoffnungslosen, willen ist uns die Hoffnung gegeben » qui était déjà dans la cervelle des dirigeants européens qui voulaient relancer la construction des coalitions impérialistes...Et nous y sommes !

                            Also sprach,
                            Mohammed MADJOUR... Für alle und keinen.


                            • brieli67 8 février 2010 15:35

                              « Au début de l’ère fasciste, Walter Benjamin écrivait :
                              “Nur um der Hoffnungslosen Willen ist uns die Hoffnung gegeben”.
                               “C’est seulement à cause de ceux qui sont sans espoir que l’espoir nous est donné” ».
                               Ainsi se termine la traduction de l’américain que Monique Wittig fait d’Herbert Marcuse.

                              L’espérance nous est donnée à cause des désespérés »
                              (It is only for the sake of those without hope that hope is given to us.)

                              à voir de plus près
                              http://www.literaturen.de/de/archiv/2008/ausgabe_12_08/index.html?page=2&step=5


                            • Georges Yang 8 février 2010 17:37

                              Etre une vache et ruminer
                              Also sprach Zaratoustra, und nun weilt er in der Stadt nahnt wir die bunte Kuhe !
                              Relisez mon texte, je dis que la mort de Dieu , est finalement la mort de la foi, sans croyants Dieu est mort


                            • brieli67 8 février 2010 18:47

                              Dans le bestiaire de Fritz
                              aux côtés du chameau, du lion, des colombes, les Femmes

                              le non moins classik
                              „Du gehst zu Frauen ? Vergiss die Peitsche nicht ! “


                            • non667 8 février 2010 15:00

                              à yang
                              ton très très plaisant mais le sujet est complètement stérile
                              compte tenu de votre talent et de votre érudition , j’aimerai que vous traitiez le sujet des religions du point de vue de leur utilisation politique, notamment le chapitre XVII de la genèse , qui d’un point de vu stratégique ramene alexandre le grand, césar ,charlemagne ,napoléon,hitler au rang des pieds nickelés dont les empires ont totalement disparu alors que celui d’abraham plus de 4000 ans après couvre encore par la diaspora et les alliances (u.s.a. ) le monde entier . !!
                              quinte curse biographe d’alexandre avant J.C. ne disait-il pas déja : « la religion est le meilleur moyen de gouverner les hommes ! »


                              • ddacoudre ddacoudre 8 février 2010 16:58

                                bonjour non 667

                                dans esprit tu as raison, et c’est effectivement l’esprit du texte qu’il faut comprendre, mais pour une fois je vais faire un peu d’intégrisme. « porte ton regard depuis l’endroit où tu es...etc. », cela pose de fait la limite de ses possibilités de conquête.
                                c’est juste pour souligner que dans tous les livres sacrés des uns et des autres pour lesquels j’ai un profond respect, car ils sont un miroir de nous même, (même limité), l’on y trouve la trace de l’esprit humain par un certain nombre de contradiction comme celle-la, qui à mon sens ne gêne en rien a la compréhension de l’esprit, mais indique, là, la main ou la mesure humaine, et non celle d’un dieu.

                                cordialement.


                              • ddacoudre ddacoudre 8 février 2010 16:59

                                bonjour actias

                                bien sur sinon il faudrait que l’on se suicide.

                                cordialement.


                              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 8 février 2010 17:33

                                @brieli67 (xxx.xxx.xxx.247) 8 février 15:35

                                Merci pour la précison et pour le surplus de la traduction : C’est en effet l’idéologie toujours en vigueur qui fait le plus froid dans le dos !

                                Mohammed MADJOUR.


                                • Georges Yang 8 février 2010 17:40

                                  Merci aux commentateurs qui s’expriment de facon reflechie et moderee sur ce texte. Un theme pourtant riche en derapage> Il est vrai que vous etes relativement peu nombreux, l’autre article du jour sur vle meme theme ecrit avec un vocabulaire accessible a la menagere de moins de 50 ans fait plus de 4 fois plus de commentaires


                                  • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 8 février 2010 18:00

                                    Pour attirer plus de public, vous devriez attaquer plus frontalement les religions, plus particulièrement l’Islam ...

                                    Pour avoir des commentaires, il faut PROVOQUER le lecteur : inspirez vous de Morice, par exemple ... il a plein de commentaires et quand il n’y en a pas assez il vient provoquer sous les autres articles pour rameuter du monde ... si le coeur vous en dit ...

                                     smiley smiley smiley smiley smiley smiley
                                     smiley smiley smiley smiley smiley smiley
                                     smiley smiley smiley smiley smiley smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès