• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > ÉRADIQUER le TERRORISME impose de détruire les peurs et les terreurs (...)

ÉRADIQUER le TERRORISME impose de détruire les peurs et les terreurs consubstantielles aux religions et idéologies

Si les croyances et la FOI en une spiritualité et en une transcendance de l'homme en son âme, en son esprit, au sein de l'humanité planétaire et du cosmos, sont reprises par les religions à leurs origines, la quête du pouvoir et du maintien de la domination sur les êtres se fait en instillant et instituant les peurs et la terreur dans l'esprit des ouailles. Les soumis laissent parfois leurs réactions d'injustices se libérer et exploser dans un terrorisme manipulé au détriment des adversaires des dominants. Les dominateurs peuvent-ils se libérer de leurs pulsions maléfiques ?

La très grande majorité des pouvoirs politiques, économiques, financiers, idéologiques et religieux, quels que soient leurs parcours pour prendre le pouvoir et établir une domination sur des soumis, des clients, des adeptes, des pratiquants actifs et militants, utilise la peur pour asseoir leur pouvoir et leur domination :

- la peur de la venue au pouvoir d'un parti ou de dirigeants qui réduiront leurs libertés et leurs avantages acquis ;

- la peur de perdre son emploi et de se retrouver au chômage ;

- la peur des découverts non autorisés, avec la fermeture des comptes et les "amendes " bancaires ;

- la peur de ne plus être dans la ligne du parti, dans les dogmes de la secte idéologique ou de la religion, d'être rejeté d'un ensemble solidaire, et même parfois de subir de graves sanctions allant parfois jusqu'à la mort.

La terreur ou le terrorisme est l'apothéose des peurs : il s'applique aussi bien aux soumis, aux adeptes, aux clients du système d'Autorité et de Pouvoirs, qu'à ses adversaires supposés ralentir ou contrer les pouvoirs en place, pour s'y substituer. Le but est de renforcer et d'étendre une domination jusqu'à la rendre totale, universelle, dominatrice du monde !

Avant de se consacrer à l'analyse des actes et doctrines terroristes qui sont des épées de Damoclès suspendues au dessus de nos têtes et imprévisibles, effectuons une courte analyse des terrorismes anciens ayant affecté l'humanité depuis la nuit des temps :

- les invasions barbares, pleines de sauvagerie et de massacres ont sévi sur tous les continents, telles les invasions Mongoles, celles des Huns, des arabes, des Alamans, des Goths, des Germains, des Vikings, des Conquérants des Amériques et de l'Australie, tout en adjoignant des matages de révoltes coloniales... auxquelles on peut adjoindre l'épopée d'Alexandre le Grand, (des Indes à l'Egypte), ou des diverses conquêtes romaines ! ;

- les terreurs politiques, idéologiques se sont épanouies récemment avec le nazisme, les fascismes italiens et espagnols, le stalinisme, le maoïsme et les khmers rouges, avec des records de victimes massacrées, (au total plus d'une centaine de millions) ; les massacres "anciens" des opposants politiques des monarchies en place, et de la terreur de la Révolution Française se limitaient à quelques centaines ou quelques milliers : c'était beaucoup à l'époque et peu à l'aune des performances du XXième siècle ! ;

- les terreurs économiques et financières conduisent aux famines, aux crises ruineuses, aux pertes de ses biens et de sa famille, comme en Ukraine avec la disparition des koulachs par les armes et la famine (Kroutchev étant commissaire chargé de la répression), ou en Chine avec le "grand bond en avant" de Mao (environ 40 Millions de morts, surtout de famine ! ) ;

- les terreurs locales dans différents pays africains (Sierra Leone et LIbéria, Congo (RDC), Rwuanda, Soudan, Erythrée,....) avec des massacres, des viols systématiques, pour terroriser les populations.

- et encore beacoup d'autres...

 

Peurs et terreurs comme "armes dissuasives" dans les grandes religions monothéistes

Les trois religions analysées sont le Judaïsme, le Christianisme et l'Islam.

Le Judaïsme

Dès l'expulsion du Jardin de l'Eden, la punition devient un "attribut" du genre humain. Le Seigneur, en de graves occasions, envoie un ou des anges exterminateurs, ou fait se déchaîner les éléments de la Nature (tempêtes, inondations, sécheresses, tremblements de terre...) ou encore condamne son peuple pécheur à l'exil et à l'esclavage.

Le Seigneur donne à Moïse les Tables des 10 commandements pour que les Hébreux deviennent les Élus de Dieu, le peuple élu. L'observation de ces règles devait transformer les humains des tribus régis par des règles tribales, en humains enfants de Dieu. Les Grand-Prêtres et les Chefs civils se chargeant de faire appliquer les lois et de punir les "pécheurs" : par exemple l'adultère, surtout de la femme supposée être toujours la tentatrice depuis la faute originelle attribuée à Ève, est puni de la lapidation publique jusqu'à ce que mort s'en suive  ; la lapidation des hommes est beaucoup plus rare (pour adultère ou viol). Autre cas systématique : la condamnation des blasphémateurs, avec par exemple, la condamnation à mort de Jésus-Christ demandée (et obtenue) par les Autorités Juives au gouverneur romain Ponce-Pilate. Pendant leur longue histoire, les hébreux ne respectent guère les 10 commandements : ils se combattent entre eux tels les royaumes de Judas et d'Israël, les combats de David et de Goliath, etc... Pour les moeurs, c'est le relâchement avec en apogée Sodome et Gomore s'épanouissant dans l'adultère et le libertinage. Pour les convoitises des biens et l'enrichissement par l'exploitation des pauvres, il y a collusion entre les différentes autorités.

De nos jours, heureusement le crime de blasphème est devenu un simple délit. Par contre, la loi du talion "oeil pour oeil, dent pour dent" fondée sur la peur de la punition, est amplifiée en terreur d'État vis-à-vis des Palestiniens où la traditionnelle loi de représailles du "1 pour 1" est remplacée par des représailles de 10 pour 1, à 100 pour 1 ! Le "tu ne voleras pas" ne s'applique pas lors des implantations de force dans "les territoires dits occupés" : par les Israéliens selon les Palestiniens, ou par les Palestiniens selon les Israéliens sous prétexte d'une dotation divine. Cette loi puissance 10 du talion vis-à-vis des actes et comportements des Palestiniens qui ne supportent pas de voir leur pays "colonisé" et absorbé par l'État d'Israël progressivement, est soutenue en Israël par les Autorités religieuses et surtout par les ultra-religieux, puristes et intégristes du Judaïsme, sans se soucier des "10 commandements" en particulier "tu ne tueras pas" et "tu ne voleras pas ou tu ne convoiteras pas les biens de ton voisin" : quel dommage que ces ultra-religieux ne mettent pas totalement en pratique les prescriptions de leur religion, et de soutenir ainsi une politique de terreur dissuasive, inefficace depuis 70 ans !

Le Judaïsme a son histoire et sa légende magnifiées dans l'Ancien Testament de la Bible, d'abord transmis par tradition orale, puis rédigé en manuscrits des millénaires après la création d'Adam et Ève. Les différentes règles pratiques, les cérémonies, les prescriptions religieuses, les actes marquants : baptême, "confirmation de l'engagement", mariage, le Grand Pardon (Yom Kippour), prières et organisation du sabbat... sont présentés dans la Torah. Les traitements des coreligionnaires sont différents de ceux des "gentils" (non juifs) moins respectés.

Le Judaïsme présente l'avantage de ne pas menacer les transgresseurs des lois juives des foudres de l'enfer : donc la peur de la damnation éternelle ne peut être brandie, ni la récompense d'un paradis éternel, même si après la mort le traitement des âmes selon la qualité globale de ses actes laisse à croire à une différence de traitement ; mais cela n'est pas primordial dans "l'asservissement" des ouailles juives. Par contre, la venue d'un Messie, envoyé par Yahvé, grand libérateur du royaume juif éliminant par les armes ses différents ennemis et aboutissant à une vie épanouie pleine de béatitudes et de bénédictions, était vécue comme un espoir et une récompense.

 

Le Christianisme

Le Christ, un Juif éduqué et pratiquant, est présenté comme le Messie, envoyé de Dieu son Père (donc de Yahvé pour les Juifs). Il ne correspond pas aux espoirs forgés depuis des siècles par les Élites Juives : le prédicateur Jésus de Nazareth est d'abord considéré comme un illuminé, puis comme un dangereux usurpateur et blasphémateur, au vu de l'ampleur des foules qui adhèrent à son message de Paix, d'Amour du prochain juif et non juif, tout en maintenant l'Adoration de Yahvé le Dieu tout puissant. Jésus "est la Vie et la Vérité", les Grand-Prêtres deviennent "ringards" et inutiles, et se doivent, pour assurer leur permanence dominatrice, de faire supprimer ce révolutionnaire : ils feront leur devoir !

Pourtant, ce Jésus était vraiment le Messie porteur d'un message universel permettant de faire évoluer le peuple juif d'un statut de tribus stabilisées en Palestine, trop souvent irrespectueuses des 10 commandements chargés de trop d'interdictions et de refoulements pour le bon plaisir de Yahvé et des Prêtres, vers un statut de peuple élu de Dieu, donc de peuple porteur de divinité et non plus d'animalités mal contenues. Le message universel de Jésus mal compris par les Juifs, fut bien perçu par les gentils, ces peuples entourant l'est de la Méditerranée, puis par les peuples de l'empire romain. Chaque communauté ayant son développement propre, il apparut des divergences que les premières Autorités Religieuses corrigèrent, parfois fermement et avec violence. Les Pères de l'Église, au cours des premiers siècles et surtout après la conversion de,l'empereur Constantin transformant le Christianisme progressivement en religion d'État, structurèrent l'Église et imposèrent des dogmes et liturgies de leur création : le Saint-Esprit comme 3ième personne divine (de la Sainte Trinité), le célibat et l'ordination des prêtres, l'infaillibilité du Pape et des conciles, la consécration et l'eucharistie, la messe et la confession obligatoire (auprès d'un prêtre), le mariage monogame et indisssoluble, l'extrême onction, le baptême et la confirmation, l'obligation du respect des 10 commandements et une conduite personnelle évitant les 7 péchés capitaux, excommunication des hérétiques et des divorcés, l'âme humaine éternelle, la Vie Éternelle, et surtout le Ciel (les Cieux), le Paradis et l'Enfer éternels, ce dernier pour les pécheurs qui n'auront pas eu leurs péchés avoués puis pardonnés par les confesseurs estampillés : c'est l'introduction de la peur de l'exclusion et de l'enfer et de la soumission à la hiérarchie chrétienne ; bien loin du message d'Amour du Christ.

Au moment des Croisades en Terre Sainte et même de celles contre les Albigeois, les Cathares et les Hérétiques, le paradigme change : avant (et après) mourrir pour sa Foi, pour son Dieu en refusant d'abjurer, était "merveilleux" : le martyr allait directement au Paradis, tous ses péchés passés étant absous. Avec les croisades, tuer les infidèles (quand même au nom du Christ !) et les hérétiques n'était plus un péché mortel mais oeuvre légitime et recommandée ! Avec les différentes hérésies, torturer des suspects, coupables ou non, puis les tuer ou les brûler sur des bûchers était chose pieuse !!! La politique des peurs et des terreurs était bien en place sous le contrôle de la "Sainte Inquisition" exonérée de toute faute et absoute pour des comportements considérés usuellement comme des péchés mortels ! Et si d'honorables et respectables catholiques étaient pris dans le tourbillon d'exactions punitives alors le mot d'ordre était : "Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens" ! L'Inquisition débordant du domaine de la Foi, servant aux règlements de comptes et à l'appropriation des biens des accusés sans preuves et innocents, les pouvoirs civils freinèrent les ardeurs des inquisiteurs et exigèrent sa suspension auprès du Pape.

Cette politique de terreur et de peurs resta sans effet sur les hérétiques des protestantismes qui à leur tour adoptèrent dans les guerres de religion des attitudes aussi peu charitable : la peur et la terreur régnaient dans les deux camps.

Que de siècles où le message d'Amour, de Paix et de Fraternité de Jésus-Christ a été ignoré par les Autorités Ecclésiastiques qui ,à la place, imposaient leurs propres volontés par la peur ou la terreur.

De nos jours il semble que le Pape François souhaite faire prendre un virage à l'Église Catholique vers le message du Christ, mais l'inertie de la masse des évêques, des cardinaux, de la curie, freine cette salutaire initiative.

 

L'Islam

Les liens de l'Islam avec la peur, la terreur, aussi bien pour les coreligionnaires (amputation de la main, violents coups de fouet (parfois jusqu'à la mort), lapidations des femmes "adultères", (des violeurs ? ), exécutions de diverses façons) que pour les infidèles, les parjures, les renégats et les hérétiques, sont trop souvent mises en exergue pour masquer le comportement d'honorables et pacifiques musulmans, respectant les 5 piliers de l'Islam et les injonctions des Autorités Islamiques. Ces dernières allant parfois jusqu'à des "fatwa", (des condamnations à mort sans procès, avec une forte prime au bourreau occasionnel) concernant des musulmans (Salman Rushdie) et des non musulmans, comme les humoristes dans des dessins montrant Allah ou Mohamed son Prophète.

Dans l'Islam, actuellement les peurs et les terreurs sont manifestes dans tous les pays où règne l'Islam politique et religieux. Les plus menacés ne sont pas les pays occidentaux mais les pays de confession islamique et de ses variantes (chiites, sunnites, wahhabites, frères musulmans, salafistes, ismaëliens, soufistes...). Des actions de terrorisme sont même menées dans des pays chrétiens qui critiquent les comportements de certaines communautés musulmanes ou qui refusent la libre propagande islamique dans leur pays chrétien en vue de la conversion totale à l'Islam.

Dans les 99 noms, attributs et adjectifs d'Allah, tous mettent en exergue sa toute-puissance, son éternité, sa grandeur, ses connaissances infinies, sa création des choses et des êtres, sa miséricorde, sa compassion, son pardon, sa clémence, sa bienveillance, sa justice bienveillante lors du jugement dans l'au-delà, son amour des fidèles, sa protection.... On ne trouve pas d'attributs négatifs tels le massacreur et le tueur de ses fidèles, des non-convertis et de ses ennemis, le punisseur de ses fidèles par des châtiments corporels....

 

Comment sortir de ce paradigme commun aux 3 principaux monothéistes

La violence, la peur et la terreur sont ancrées au sein des religions monothéistes. Elles semblent inhérentes à leur ADN évolutif. Pour ne pas perdre espoir il existe des religions telles les Bouddhismes dont le but est d'éveiller la spiritualité de l'homme, de le sortir de sa condition animale par la méditation et les oeuvres sociales envers le prochain, la communauté humaine, de lui faire atteindre une sérénité bienheureuse... sans faire appel à l'existence et à l'injonction d'un Dieu tout-puissant ! Les bouddhismes sont pacifiques et les "prêtres bouddhiques" sont pauvres, la richesse étant concentrée sur la munificence des temples du Bouddha l'Éveillé, Celui qui montre la chemin.

Il ne faut pas attendre de l'ONU des résolutions suivies d'effets pour abolir les terreurs et les peurs imposées aux humains par des dominateurs de toute obédience (religions certes, mais aussi politiques, économiques, financières, mafieuses, culturelles).

Ce n'est pas avec les bombardements, les missiles, les chars, les drones et les tortures que l'on va reconstruire une paix universelle. C'est uniquement avec un aggiornamento des forces dominantes en présence lors de concertations que l'on peut espérer réduire progressivement ces peurs et ces terreurs susceptibles de faire exploser l'humanité !

La mise en oeuvre de la suppression des peurs et terreurs doit d'abord être ponctuelle et progressive, puis se développer en tache d'huile !

Le cas idéal où les parties concernées sont saturées de peurs et de violences et ne demandent en leur for intérieur qu'un retour à la Paix et à la Fraternité c'est celui que subissent les Palestiniens et les Israéliens, deux peuples sémites descendant d'Abraham, vénérant ce même prophète. Les différents sont exacerbés par les deux autorités religieuses voulant contrôler exclusivement les lieux saints Juif (mur des Lamentations) et Musulman (Mosquée d'Al-Aqsa). Les lieux saints chrétiens sont insignifiants dans la querelle territoriale ! Une volonté commune d'oeuvrer à la Paix, pour des religieux qui adorent et vénèrent le même Dieu, celui d'Abraham à l'appellation différente (Yahvé pour les uns et Allah pour les autres) Dieu qui ne veut que la paix, le bonheur, la félicité, la santé et le bonheur pour ses deux peuples, quoi de plus naturel, normal, conforme à la volonté divine.

Les bavures de l'histoire, les volontés de s'imposer par la peur et la terreur, les colonisations imposées par la force... tout cela peut être rayé d'un trait par des combattants (religieux, militaires et civils) souhaitant se réconcilier pour vivre ensemble. Après les deux guerres franco-allemandes les deux peuples ennemis ont voulu la paix dans la réconciliation : et ça a très bien marché ! En terre Israélo-palestinienne plus de 2 millions de musulmans israéliens, de Palestiniens inclus en Israël vivent sous l'administration israélienne et participent même à la vie publique avec des députés à la Knesset (20% de la population concernée n'ont que 2% des députés : c'est comparable à la représentation du FN en France où règne une démocratie élective !). En contre partie il serait logique que les colons juifs passent sous l'administration palestinienne et deviennent alors des citoyens palestiniens de religion juive participant à la vie politique de la Palestine.

Cette évolution conduit à une solution transitoire à deux États, puis avec la sainte pression des religieux des deux bords, cheminant vers le même Dieu mais avec des liturgies différentes, un seul grand État devient possible, sur la terre d'Abraham, avec une constitution "laïque" garante de la liberté religieuse de chaque citoyen.

 

Extension à tous les pays où les différents religieux, où les pouvoirs politiques des religieux, sont à la base des peurs et terreurs alors que leurs missions serait de ramener la Paix, la Fraternité, la Justice.

Ce qui est du domaine du possible dans la résolution du conflit Israélo-Palestinien peut être étendu aux différents conflits ouverts ou larvés au Moyen-Orient, en Occident et partout sur la Planète.

Est-ce la plus grande des UTOPIES que de croire que les différentes autorités religieuses impliquées politiquement et exerçant des pouvoirs sur les peuples et sur les esprits, pourraient, sous le regard de leur Dieu, devenir des hommes de Dieu porteurs du message divin d'Amour et de Fraternité ?

Est-ce la plus grande des UTOPIES de croire que les Autorités Religieuses des 3 monothéistes vont enfin ouvrir leur coeur et leur esprit et déclarer publiquement que Yahvé, Dieu le Père (et son fils Jésus avec le Saint-Esprit), et Allah, sont des appellations, des facettes différentes d'un même grand Dieu vénéré et adoré par les fidèles des 3 religions ?

Est-ce la plus grande des UTOPIES de croire que la volonté de ce Dieu unique sous différentes appellations veut que tous ses fidèles (et les gentils ou encore infidèles) vivent en paix et en fraternité, et pour ce faire impose aux différents clergés concurrents le devoir de collaborer sans réticences à l'avènement de la Paix et de devenir enfin des enfants de Dieu ?

SINON, la plus réelle des UTOPIES et des SUPERCHERIES serait de croire que le Dieu des monothéistes n'a aucun pouvoir sur ses différents clergés soumis à l'emprise des FORCES du MAL, et donc de se poser la QUESTION de l'EXISTENCE de DIEU  ???


Moyenne des avis sur cet article :  1.83/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • sls0 sls0 24 juillet 14:46

    Confus comme article.


    • Le421 Le421 24 juillet 18:15

      Et après avoir éradiqué le terrorisme, on ira vers le zéro accident sur les routes.
      Ensuite, mais bien, bien après, zéro suicide.

      Pour la connerie, on a définitivement renoncé à s’y attaquer...

      Commençons par traiter les pseudos « terroristes » ou autres « combattants de Dieu » de pauvres tarés, malades psychiatriques, ce qu’ils sont en réalité, et tout finira par changer.
      Leur donner attention et pignon sur rue, changer notre société à cause d’eux, c’est simplement avouer leur victoire.


      • Emma Joritaire 24 juillet 23:19

        @Pyrathome


        « ...par un coup d’état en assassinant les époux Allende... »

        Ils sont quand même forts à la CIA. Jusqu’à aujourd’hui, ils avaient réussi à faire croire que la femme d’Allende était morte en 2009.


      • zygzornifle zygzornifle 25 juillet 08:55

        Pour supprimer le terrorisme il faut supprimer les religions ......


        • fcpgismo fcpgismo 25 juillet 11:05

          Finalement c’est plus rapide de se débarrasser de ces légendes stupides.


          • Samson Samson 27 juillet 04:50

            @fcpgismo
            Vous avez mille fois raison !
            Formaté sans douleur par l’appareil de propagande médiatique à lobotomiser les masses, quelle fierté qu’enfin se laisser définitivement castrer de son imaginaire ! smiley


          • Samson Samson 27 juillet 03:31

            BHL nous avait déjà accoutumé à la tendance mais, à trop confondre tripes et cerveau, il devient difficile d’encore discerner un soupçon d’« ’intelligence » dans cette soupe dégoulinante de « bons sentiments » et de bien-pensance à deux balles.
            On identifie par contre fort aisément le niveau d’« analyse » développé par les rejetons lobotomisés de la génération « Facebook » : malgré toute ma « bonne » volonté, ils me laissent régulièrement pantois.

            C’est à vous lire que mon angoisse monte, ma « terreur consubstantielle » étant surtout que ceci explique probablement cela, ... à moins tout simplement que ce ne soit l’inverse !?

            A quand votre candidature au Nobel de la Paix, ou de Littérature ???
            Même si je préfère en rire, pauvre monde !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

hugo BOTOPO


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès