• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Et l’homme créa Dieu...

Et l’homme créa Dieu...

L’église catholique va encore se retourner dans la tombe qu’elle creuse inexorablement depuis des siècles et qui finira un jour par l’ensevelir complètement à la lumière de la vérité universelle dont elle nous éloigne par son discours tortueux et incompréhensible. Mais qu’à cela ne tienne, il faudra bien que quelqu’un le dise. Alors allons-y et pour être le plus clair possible, commençons par le commencement.

Nous sommes quelque part sur terre, il y a 100 000 ans. Un peu plus ou un peu moins. Tolérons ici une légère incertitude. Ce qui est plus sûr, c’est que nous observons un de nos ancêtres. Homo sapiens. L’homme moderne.

Sapiens est assis en tailleur et il regarde vers l’horizon. Il vient de réaliser qu’il a eu un père et une mère. Et qu’eux avaient eu des parents avant lui qui ne sont plus aujourd’hui. Et que son fils un jour aura une descendance... ainsi va le cycle de la vie et de la mort. Plus tard, bien plus tard, quand il va développer le langage puis l’écriture il expliquera : « L’humanité existe, et l’enfant de l’homme. » (Livre secret de Jean, II, 14-15). Il se demande si le gibier qu’il chasse et qui est si différent de lui a la même conscience de son existence, de la vie et de sa continuité. Un homo sapiens plus célèbre que les autres, qui un jour se mettra à porter le nom de Claude Lévi-Strauss, fera même la déclaration suivante : « Ce qui est bon à manger n’est pas bon à penser »...

La conscience. Elle émerge ainsi peu à peu en divers points du globe au fil de millénaires. Elle sort tout droit du cerveau extraordinairement complexe de l’homme. Un cerveau « évolué ». Tellement évolué qu’il en vient à se demander pourquoi il l’est tant. C’est le propre de la conscience, de se demander d’où elle vient, pourquoi elle est, à quoi elle sert et quelle est la portée de son pouvoir.

Et l’homme qui en est muni de se demander pour quelle raison. Dans quel but. L’homme aime, il a faim, il a peur, il saigne, il souffre, il rit. Bref, il vit et ressent des émotions. Pour quoi faire ? La puissance de son esprit et de son imagination augmente au fil des millénaires et il parvient maintenant à comprendre qu’il y a eu avant lui un autre homme et une autre femme, et avant eux encore, et ainsi de suite il peut remonter presque jusqu’à la nuit des temps... presque. Mais il a dû y avoir un début, une cause, un événement encore plus extraordinaire que la vie elle-même, et qui est à l’origine de tout ce qui l’entoure aujourd’hui, de ce qui le fait vivre. Car si lui est arrivé là, aujourd’hui sur cette terre, c’est parce que ses ancêtres y ont trouvé de quoi subsister. Or comment expliquer qu’il y ait ces arbres qui donnent des fruits, ce gibier qui donne de la viande, cette mer qui donne le poisson... Quelque chose doit en être à l’origine, quelque chose qui le dépasse, qui était là avant lui et avant ses propres ancêtres. Et avant toutes ces choses qui les ont aidés à survivre et à se multiplier.

Une chose qui le dépasse. Oui et à tel point que même sa conscience si extraordinaire ne parvient pas à l’imaginer, à la cerner, encore moins à la voir... Plus tard encore, quand il sera capable de mettre des mots sur ce qu’il ressent, il écrira : « Il est l’esprit. Il n’est pas concevable de le penser comme dieu ou en des termes similaires, car il est plus qu’un dieu. Il est un pouvoir au-dessus duquel n’existe aucun pouvoir, car rien n’existe avant lui. » (Livre secret de Jean, II, 2-3)

L’homme observe. Il voit que telle plante est bonne pour la santé et telle autre pas. Que tel animal sera plus facile à chasser que tel autre qui s’avérera même un danger. Il apprend que le fleuve apporte de l’eau qui charrie des poissons. Il sait qu’après le froid et la noirceur de la nuit vient la chaleur et la clarté du jour. Il expérimente que cette boule aveuglante dans le ciel lui brûle la peau, qu’elle est parfois masquée par une grosse masse de vapeur blanche ou grise, d’où tombe parfois l’eau qui emplit les rivières. Ensuite la boule de feu descend sur l’horizon et la nuit se fait de nouveau, exactement comme ce soir. Comme chaque soir. Mais ce qu’il ne parvient ni à expliquer ni à observer, c’est l’origine de tout cela... alors c’est lui qui va l’imaginer cette origine, grâce à la puissance de son esprit.

Sapiens, assis en tailleur, regardant l’horizon. Sapiens qui ne connaît pas la civilisation, qui n’a encore qu’un embryon de culture qui ne lui sert qu’à survivre, Sapiens va créer Dieu...

Mais cela va lui prendre des millénaires... et longtemps, très longtemps après, quand il aura enfin développé un moyen pour transmettre son savoir, il écrira : « Alors Saklas dit à ses anges : créons un être humain selon la ressemblance et selon l’image » (Evangile de Judas, 52). Ou encore : « Ialdabaôth dit aux autorités qui l’accompagnaient : Allons, créons un être humain à l’image de Dieu et à notre ressemblance, afin que cette image humaine puisse nous dispenser de la lumière. » (Livre secret de Jean, II, 14-15). Thèses gnostiques, mais néanmoins proches de celle de la Genèse où il est dit que « le créateur fait l’humanité à l’image et à la ressemblance du divin. » (1-26).

Car il a beau chercher de toutes ses forces, il n’explique pas la cause de toutes les choses qui l’entourent. Il n’en comprend pas l’origine. Alors il va créer Dieu et il va le faire à l’image de ce qu’il connaît le mieux pour l’avoir observé pendant si longtemps : lui-même et ceux de son peuple. Il ne peut pas se résigner à croire que celui ou ce qui serait à l’origine de tout ce qui l’entoure lui serait inférieur en conscience et en savoir. Or de toute évidence lui, Sapiens, est d’une espèce supérieure à toutes les autres créatures vivantes. Celles qui peuplent la forêt et qui le nourrissent ou qui le traquent, puisque lui a une conscience et s’interroge, ce qui ne semble pas être leur cas. De récentes découvertes au sud-est de la Turquie, à Göbekli, ont démontré qu’il y a 11 000 ans les humains érigeaient déjà des sites monolithiques dont les piliers monumentaux étaient ornés de figures d’animaux. Un hommage aux forces de la nature et à son inépuisable réserve alimentaire ? Les vestiges de quelque rite initiatique dont le sens se perd dans la nuit des temps ? En tout cas la démonstration évidente que sapiens était un observateur et pouvait déjà à l’époque, bien avant de savoir écrire, « capturer » au propre comme au figuré les êtres vivants qui l’entouraient. Et pourquoi agir ainsi sinon pour tenter de comprendre, d’appréhender ce qui l’entoure et qui le dépasse ?

Sapiens imagine donc un Dieu qui lui ressemble, à son image, sans doute par orgueil, plus probablement parce qu’il ne connaît rien de mieux à quoi le comparer, même s’il a conscience que ce Dieu a un pouvoir infiniment supérieur au sien.

Les textes qu’il produira plus tard et qui tentent d’expliquer le mystère de sa création ne sont que le produit de son incroyable faculté à penser. Mais au regard de l’admiration qu’il lui porte, de son incapacité à cerner totalement l’entité qui l’a créé, du mystère qui entoure cette entité, il ne peut pas se permettre de la créer. Lui qui dira un jour : « La Monade étant une monarchie sur laquelle ne s’exerce aucun pouvoir, - elle est le Dieu et Père de toutes choses, le Saint, l’Invisible établi au-dessus de toutes choses, établi dans son incorruptibilité, établi dans cette lumière pure que la lumière oculaire ne peut regarder. » (Livre secret de jean, II, 2-3). Ou encore qui fera dire à Jésus : « Viens, que je t’instruise des choses cachées que nul n’a jamais vues. Car il existe un royaume grand et illimité, dont aucune génération d’anges n’a vu l’étendue, dans lequel il y a le Grand Esprit invisible, qu’aucun œil d’ange n’a jamais vu, qu’aucune pensée du cœur n’a jamais embrassé, et qui n’a jamais été appelé d’aucun nom. » (Evangile de Judas, 47).

Alors il va tout simplement inverser les rôles et dire que c’est le contraire...

Et quand on y réfléchit on se rend compte qu’il est plus logique d’un point de vue scientifique et pragmatique, de penser que c’est l’homme qui est à l’origine du concept divin, au contraire de ce que nous disent les écritures sans en faire la démonstration. Nous ne sommes probablement que le fruit d’un hasard extraordinaire. Un aléa de l’univers. Considérer l’homme comme la création ultime de Dieu, comme son œuvre la plus aboutie, c’est un peu comme si un pianiste se contentait de jouer des gammes en faisant fi des pièces composées par Mozart, Bach, Chopin, Beethoven, Count Basie, Bill Evans ou Duke Ellington ! Et j’en passe !

Certes il y a une cause avant nous, mais si lointaine ! Si obscure que même quand Michel Ange peint « la création de l’homme » dans la chapelle Sixtine, c’est sous les traits d’un homme qu’il représente Dieu, incapable qu’il est de le concevoir autrement. Et quoi qu’en pensent certains, il n’est pas déraisonnable de considérer que nous sommes au moins autant responsables de la création de Dieu et de la perception que nous en avons, forcément faussée par nos sens, que lui de la nôtre ! Mais ce dieu que nous prions et qui est appelé de tant de noms, ce dieu pour qui l’on s’entretue n’est sûrement pas le vrai Dieu, l’Être Ultime indiscernable qui transcende la nature humaine, lui qui est non-agir, non-vouloir et non-être, concept si difficile à admettre pour tous les hommes de (bonne ?) foi !

 

Hervé Buschard.


Moyenne des avis sur cet article :  3.51/5   (70 votes)




Réagissez à l'article

208 réactions à cet article    


  • elateolibre 28 janvier 2008 15:09

    "vous auriez pu prendre l’islam comme exemple aussi, ca aurait été un peu plus courageux"

    Crier avec les loups ? cela n´a jamais été une preuve de courage.

    Mais de lacheté.

    La religion criminelle qui bombarde depuis des siècles des bombes atomiques, du Napalm etc.. qui donne la morale au monde entier après avoir saccagé des contrées entières par le colonialisme est bien la religion crfiminelle bâtit autour de límage du Christ qui n´a jamais voulu créer une religion et qui est mort juif ( en supposant qu´il ait existé).

    S´en prendre contre la dictature criminelle et sanglante du clown vaticanesque, de surcroît fasciste, est un acte de courage. 

    elateolibre


  • Ciucilon Ciucilon 28 janvier 2008 15:25

    Juste une chose dans votre commentairen non deux. Primo, pourquoi parler de l’islam, l’auteur cite la religion chrétienne car c’est son bain culturel j’imagine. Mais c’est une attaque envers dieu, sans distingo de religion. Il n’est pas nécessaire de toujours vouloir ramener le débat sur les querelle vaine de religion.

    Secundo, vous dites penser que dieu est le plus probable. Une petite question, qui dans ce cas à créé dieu ? Quelque chose d’aussi complexe qu’un dieu capable de créer l’univers et de dessiner son fonctionnement doit bien avoir un créateur (d’où une suite infinie), ou alors il faut considérer l’idée que l’univers peut lui aussi apparaitre ex-nihilo.

    On peut gloser ad-nauseam sur les preuves de l’existence de dieu, à la foi matérielle et phylosophique, ainsi que leur réfutation point par point. On abouti toujours à ce cher anthropisme, je le sais car j’ai la foi. Contre cela il n’y a rien à dire.


  • patrice69 patrice69 28 janvier 2008 16:46

    @michel maugis (je crois que etaolibre c’est toi aussi non  ?)

    Je ne suis pas d’accord avec toi. A notre époque ou le risque d’un conflit dit "de civilisation" est possible, ce genre d’article ne fait que populariser l’eglise catholique. Ce n’est pas une preuve de courage (ce le fut par le passé), mais une fierté classique chez une personne qui a compris (il n’y a sans doute pas longtemps) qu’elle était athée , et veut le faire savoir à tout le monde.

    A l’auteuir de l’article, gentil, mais enfonceur de portes ouvertes, je rapellerai (s’il a oublié) que l’eglise catholique n’est jamais aussi forte que quand on la persécute. Ce qui la tue, c’est l’anonymat. La mettre en avant, à travers ce type d’article la rends plus forte.

    Et puis, même s’il est assez spécieux, je retiens l’argument précédent. Si on a des couilles, on geule conttre toute les religions. Que je sache (et la référence plaira à Michel), Marx a dit "la religion est l’opium du peuple", et non "la religion catholique est l’opium du peuple".

    S’en prendre au seuls cathos, bien tolérants en soit dans ce pays car dénués de tout pouvoir, c’est pas très couillu.


  • Luciole Luciole 28 janvier 2008 17:28

    Merci Actias pour ton commentaire.

    Nous sommes vraiment très souvent d’accord ! Je connais très peu de gens capable comme toi de raisonner de façon globale à l’échelle du vivant et pas cantonnés dans le carcan étriqué de la philosophie classique. Je suis donc contente que tu existes !


  • patrice69 patrice69 28 janvier 2008 17:31

    Qui te dis que ce n’est pas un illusion...


  • Hervé Buschard Hervé Buschard 28 janvier 2008 21:58

    Cher monsieur,

    Votre remarque sur l’Islam cêde par trop aux canons de l’actualité. Je n’y apporterai donc aucun commentaire.

    Par contre je pense que vous n’avez pas bien compris le fond de ma pensée. (ou sans doute n’ai-je pas été assez clair ? D’autres pourtant plus loin dans ces commentaires l’ont bien saisie !) Je crois en Dieu. Mais pas en celui que les hommes prient. Quel que soit le nom qu’ils lui donnent. Je crois au Dieu transcendant "au delà de toute perception humaine" celui qui échappe justement à notre raisonnement intellectuel.

    Vous semblez être quelqu’un de cultivé, aussi vais-je m’aventurer à vous dire que ma conception de Dieu est plus proche de celle du Tao de Lao Tseu que de celle des catholiques et ainsi sans doute appréhendrez-vous mieux mon raisonnement.

    Merci en tout cas pour votre commentaire.

    Bien cordialement.


  • fleur 29 janvier 2008 11:44

    Les hérésies gnostiques sont connues et décrites depuis bien longtemps (Saint Irénée, 170 après JC, par exemple). L’auteur ne fait que diffuser une théorie philosophique des "mystères" parmi d’autres... se réfère, comme ses prédécesseurs, aux soit-disants secrets qui vont être révélés aux inconscients que nous sommes... toutes ces monades ne sont bonnes qu’à faire parler de soi et à faire le commerce de ces sectes auxquelles vous appartenez, à plonger dans l’irrationel et les pratiques magiques les plus stupides, dangereuses, et coûteuses qui soient !

    Moi ce que je constate, c’est que comme ailleurs, du fond de leur ignorance, entre "Da Vinci Code" et "Les royaumes du nord", les hérétiques préparent le chemin de l’Islam. Vous les français qui avez renié la vérité de votre foi, volontairement, génération après génération, sachez que vos petites filles porteront le voile. Paganisme, gnose ou islam au fond vous savez bien les conséquences de vos choix. La laïcité, c’est périssable, la preuve !


  • chabou chabou 21 février 2008 10:31

    les cathos comme vous dites avec leurs affirmations mensongeres sont a l’origine des guerres de religions sanglantes entre protestants et catholiques, le courant actuel du chistianisme protestantisme semble etre le courant de pensee qui tende a rehabiliter l’esprit de jesus christ, ce qui prouve bien que l’eglise catholique a ete , et est dans l’erreur depuis 1700 ans


  • chabou chabou 21 février 2008 11:08

    desolee madame, je suis de culture catholique mais n’accepte pas le modele catholique qui est d’ailleurs egalement contestee par l’islam, madame notre foi est d’origine republicaine, droits de l’homme de 1789, tout etre humain qui nait ou que se soit dans le monde a droit a la vie a la liberte, liberte de disposer de son propre corps, madame vous constaterez que ce droit est inalienable qu’il s’inscrit au dela des religions, les femmes sont pretes a defendre bec et ongle, ceux qui voudraient s’en prendre a ce principe fondamental de la republique laique liberte de disposer de son propre corps, qu’on soit homme femme ou enfant ,c’est un enseignement simple mais qui doit rayonner dans le monde entier afin que cesse les excisions, les mariages forcees et autres circoncision qui sont pratiques contre la volonte des personnes sur qui ces pratiques sont faites et sont donc contre nature.


  • chabou chabou 21 février 2008 13:46

    je rajouterai ceci, la declaration des droits de l’homme de 1789 expose que tous les hommes naissent libres et egaux en droit, ce droit s’etend a la liberte de disposer de son propre corps, cette loi dans un contexte laic, est bien la preuve que les droits de l’humanite ne decoule pas de notions religieuses mais bien de notions philosophiques, je ne citerai que Confucius, "ne fais pas a autrui ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasses" an -500 avant jesus chrit


  • Voltaire Voltaire 28 janvier 2008 13:01

    L’article est intéressant, même s’il est dommage de ne citer que quelques paragraphes d’évangiles gnostiques pour l’appuyer. Il manque un peu de fond et de logique cependant, et l’on saisit mal l’objectif. Y a t-il eut récemment parution d’un nouveau texte religieux, de l’église catholique, sur la création qui justifie cette analyse ?

    L’existence d’un ou de plusieurs dieux est bien sûr un sujet inépuisable de discussion, et insolvable. Que l’homme en soit l’origine est sans doute la thèse la plus logique, et les arguments historiques que vous citez ne peuvent que l’étayer, même si bien entendu, l’hypothèse demeurera toujours invérifiable. Mais on a du mal à comprendre l’objectif de ce texte car il ne part pas sur une réflexion ou un élément nouveau, ou concret. La démonstration est donc assez bien conçue, mais manque de support.


    • chico_du_33 28 janvier 2008 13:42

      c’est exactement ce que je me suis dit en lisant l’article : quel est l’intérêt ?

      Il aurait été intéressant de donner pour préambule les raisons qui ont poussé la rédaction de cet article.

       


    • quen_tin 28 janvier 2008 14:23

      Je ne suis pas d’accord, pourquoi faudrait-il forcément une base dans l’actualité pour rédiger un article ? Les réflexions de fonds sont toujours les bienvenues pour moi, et pas besoin d’objectif pour philosopher.

      Ce que je reproche à l’article pour ma part, c’est de se focaliser sur le monothéisme. Si je devais moi-même imaginer notre ancêtre "inventer" la religion, j’aurais commencé par les esprits et la pensée magique... Je me trompe peut être mais il me semble que le monothéisme ne fut pas la première forme de religion, en tout cas elle n’est pas la seule.

       


    • logic 28 janvier 2008 16:41

      Article tendencieux car il attaque la religion catho et nous parle que de Dieu révélé par l’ancien testament Or les religions chrétiennes sont basées sur le nouveau testament qui vient éclairer l’ancien Le Xst est venu nous dire que Dieu était un Dieu d’Amour et pas un Dieu de crainte Que l’on est la Foi ou pas reconnaissez que si l’on mettait son enseignement en application dans nos Sociétés modernes nous résoudrions une grande partie de nos problèmes

       Mais Dieu a créée l’Homme libre et c’est ainsi que nous sommes capables du meilleur comme du pire Ce qui n’est pas le cas des autres êtres vivants qui eux obéissent à leur instinct Nous nous avons la capacité de gérer nos instincts ; d’ailleurs lorsque ce sont les instincts qui mènent le cerveau ça devient grave pour vivre dans une société dite évoluée et fraternelle

      Ne reprochons pas à Dieu nos malheurs (guerres famines catas.. ;) mais plutôt à des prédateurs qui se croient supérieurs aux autres et souvent se servent du nom de Dieu pour imposer leurs idées à leurs semblables Nous sommes loin du respect d’autrui de l’Amour du prochain base fondamentale de l’enseignement du Xst Pour ma part ce que j’ai appris de lui c’est que l’on peut pas dire que l’on aime Dieu si l’on n’aime pas son prochain qu’il soit croyant athée noir rouge blanc ... tous les hommes sont identiques c’est toute la symbolique de l’Homme qui a été fait à l’image de Dieu et même mieux dans l’esprit chrétien le malade le petit le pauvre l’orphelin est à ses yeux"supérieur" aux biens portants nantis...car nous avons souvent bien plus à apprendre de ceux là que des derniers

       Je vous conseille de lire Mère Térésa cela peut aider plus à approcher la Vérité que de faire de la thélogie ou de la scientologie

      Pour qu’une Société avance il faut que l’Homme reste humble respecteux la Nature des valeurs spirituelles unverselles que certains appellent Dieu C’est donc bien notre orgueil qui nous enlise LEs avancées scientifiques techologiques ne sont pas en contradiction avec la connaissance de Dieu mais j’ai justement bien peur que c’est le manque de spiritualité dans ce monde matérialiste qui empêche notre Humanité d’en profiter pour progresser et tendre vers le bonheur


    • Luciole Luciole 28 janvier 2008 17:35

      Bravo Quentin, j’applaudi des 4 mains ton intervention. L’homme est religieux depuis au moins 150.000 ans et la plupart des penseurs suffisant de notre époque paraissent imaginer que le judéo-christiannisme y était déjà pratiqué. Il serait en outre très surprenant d’apprendre que les religions chamaniques répandues à travers le monde entiers avaient des objectifs aussi oiseux que de comprendre pourquoi il pleut et il fait soleil. Vous ne pensez pas qu’il faut des motifs un peu plus sérieux pour sacrifier trois mille prisonniers en une seule journée ?

      L’auteur prend vraiment nos ancêtres pour des crétins...


    • masuyer masuyer 28 janvier 2008 19:56

      Quentin,

      entièrement d’accord avec vous, il est bon de sortir le nez de l’actualité de temps en temps.

      De même pour le monothéisme. Surtout que si l’on y pense bien, la pratique populaire réelle du catholicisme sous nos cieux a été d’essence polythéiste ce qui est renforcé par la complexité du concept de trinité.


    • Luciole Luciole 28 janvier 2008 20:30

      à Masyuer

      L’être humain est naturellement polythéiste. Le monothéisme est une anomalie qui a eu pour effet de détruire toutes les religions polythéistes institutionnelles. Mais la nature humaine veut continuer à adorer des divinités multiples, de Zidane à Britney Spears.


    • masuyer masuyer 28 janvier 2008 20:37

      Luciole,

      les religions monothéistes ont eu tellement de mal à s’imposer qu’elles ont composé le plus souvent avec ce polythéisme. Illustration dans le culte des saints. L’Islam n’y échappe pas non plus, notamment avec le maraboutisme.


    • marc 28 janvier 2008 21:38

      Logic

      "Ne reprochons pas à Dieu  nos malheurs (guerres famines catas.. ;

       

      Tiens donc et pourquoi s’il vous plait ?

      Pas logique du tout.

      1- Si Dieu existe alors, c’est trop facile de ne pas lui reprocher ce qu’il a fait, fait, ou laisse faire. Il est responsable de sa création et de tout ce qui s’est passé depuis.. j’espère qu’il rigole bien.

      2- Si vous rendez l’homme responsable, vous admettez du même coup , soit que Dieu est indifférent et ne sert à rien, soit qu’il n’existe pas.

       



    • Luciole Luciole 28 janvier 2008 21:53

      à Masuyer

      Les tentatives trop rigoureuses pour lutter contre le polythéisme posent des difficultés psychologiques très dures à l’être humain. En effet, quand on a plusieurs dieux, ce sont toujours eux les coupables de tous les malheurs (famines, pestes, guerres,...).

      Avec un seul dieu, c’est l’homme tout seul qui est coupable de sa propre violence, que le dieu lui reproche. "Qu’as-tu fait de ton frère ?" dit ainsi Yahvé à Caïn. Cela n’arrive jamais dans les religions polythéistes.

      Or, les être humains ont horreur de se sentir coupables.


    • Hervé Buschard Hervé Buschard 28 janvier 2008 22:15

      Cher Quentin,

      Merci. En effet, point n’est besoin d’actualité pour se poser des questions sur Dieu. Les écritures sont suffisament nombreuses pour que leur lecture seule nous pousse à la réflexion.

      De plus vous avez tout à fait raison de parler de magie et de dire qu’il éxistent d’autres formes de religions. Citons par exemple l’animisme qui me paraît en ce sens interessant.

      Cependant je n’ai pas voulu aborder trop de sujets de croyances de peur de m’égarer. J’ai préféré me focaliser sur le monothéisme (la forme la plus répandue aujourd’hui) en effet et sur la religion catholique en particulier tout simplement parce que c’est celle qui m’a été enseignée et qui ne m’a pas du tout convaincu !

      Enfin pour ceux qui cherchent désespérément une raison à la réflexion dans l’actualité je conseille la lecture du numéro de Janvier 2008 de la revue Sciences et Avenir qui titre en première page : "La naissance du Sacré".

      Merci pour votre commentaire.

      Bien cordialement.


    • patrice69 patrice69 29 janvier 2008 10:41

      @marc

      Relis les lettres persannes de Montesqieu. Le passage ou le prêtre déplore cette manie qu’on les faux athés de tout le temps demander qu’on leur prouve l’existence de Dieu.


    • ka 28 janvier 2008 13:16

      "Sapiens imagine donc un Dieu qui lui ressemble, à son image, sans doute par orgueil, plus probablement parce qu’il ne connait rien de mieux à quoi le comparer, même s’il a conscience que ce Dieu a un pouvoir infiniment supérieur au sien."

       

       Dieu n’est pas partout à l’image de l’homme ou l’homme à l’image de Dieu.

       

      C’est aussi par orgueil que les athées ne croient pas en Dieu ?  Dans la mesure où ils n’envisagent pas la possibilité de dépendare d’un être supérieur.


      • faxtronic faxtronic 28 janvier 2008 13:57

        Non, pas par orgueil mais par raison. Les croyants sont des macaques qui veulent mettre un nom sur leur peurs.


      • Emmanuel W 28 janvier 2008 14:20

        "Les croyants sont des macaques qui veulent mettre un nom sur leurs peurs."

        Merci faxtronic pour cette sublime saillie. Ces esclaves ne méritent pax mieux.


      • koton 28 janvier 2008 14:37

        moi je croyais au pere noel,mais depuis qu’on m’a expliqué qu’il n’existe pas (à part dans la tete des momes)je n’y crois plus vraiment.mais bon, j’y ai cru à cause des cadeaux.

        du coup,je vais tenter la lettre à tous les dieux et leurs demander une ferrari,des milliards d’euro et une poupée clara roussi...on sait jamais.mais si ils sont dans ma tete j’aurai plus de chances de gagner des milliards d’euro et le reste qui va avec en jouant au loto..


      • ka 28 janvier 2008 14:55
        @ faxtronic
         
        "Non, pas par orgueil mais par raison. Les croyants sont des macaques qui veulent mettre un nom sur leur peurs."

        C’est donc la raion faxtronic qui vous permet d’avoir une certitude sur quelquechose dont personne en réalité n’est sûr. Finalement vous ressemblez beaucoup aux croyants : eux sont sûrs de l’existence d’un dieu ou de plusieurs dieux, et vous athées, vous êtes sûrs de l’inexistence de ce dieu ou de ces dieux. 

        Vous traitez les croyants de macaques, vous pensez que c’est en méprisant les croyants en Dieu que vous démontrerez la supériorité de votre croyance.

        Si la raison permet à certains de se détacher des superstitions et autres rites religieux elle n’empêche pas de se poser des questions et d’envisager plusieurs hypothèses sans tomber dans la certitude, même les plus improbables. La raison n’empêche pas d’envisager la possible exsitence (même si elle n’est pa encore scientifiquement prouvée) d’une puissance supérieure qui serait à l’origine de tout sans aucune référence à une quelconque religion et sans la nommer "Dieu", une puissance qui serait très éloignée de l’image personnifiée d’un Dieu que lui donnent beaucoup de croyants. 

        La raison que vous brandissez vous permet-elle d’avancer une hypothèse en la faisant passer pour vraie sans aucune preuve ?


      • ka 28 janvier 2008 14:57

        la raison bien sûr et non la raion.


      • Emmanuel W 28 janvier 2008 15:02

        Il n’est pas besoin d’arbitrer sur l’existence de dieu pour constater que "Les croyants sont des macaques qui mettent un nom sur leurs peurs."

        Combien d’âmes errantes qui vers la fin de leur vie lacunaire se tournent lâchement vers la religion ? 


      • ka 28 janvier 2008 15:07

        Puis-je savoir quelle caractéristique partagent les croyants et les macaques ?

         


      • ka 28 janvier 2008 15:14

        "Combien d’âmes errantes qui vers la fin de leur vie lacunaire se tournent lâchement vers la religion ?"

        Et ces âmes errantes, envers qui sont-elles lâches au juste ?


      • Gazi BORAT 28 janvier 2008 15:14

        @ faxtronic

        "Les croyants sont des macaques qui.."

        Attention, vous allez faire réagir Florentin Piffard, qui rôde dès qu’une effluve d’encens est perceptible en quelque lieu..

        L’animalisation de l’ennemi semble être pour lui le péché suprême, d’autres avant vous ont fait les frais de sa fureur implacable...

        Dépêchez-vous de vous repentir avant que ne s’abatte sur vous la vengeance du tout puissant !

        http://data-allocine.blogomaniac.fr/mdata/3/1/7/Z20060529123217030972713/img/11659 68084_pulp_fiction_jules.jpg

        gAZi bORAt

         

         


      • ka 28 janvier 2008 15:34

        @ Emmanuel W

        Que l’on soit croyant ou pas on a tous des peurs.

        Donner une raison à son existence et à l’existence de ce qui nous entoure, ce n’est pas forcément mettre un mot sur nos peurs.

        Vous pensez que grâce à leur croyance en Dieu, les croyants auraient moins peur de la mort ? Que faîtes-vous de l’incertitude de notre sort après la mort, c’est je pense ça qui terrifie le plus, pas la mort qui n’est qu’une étape pour certains et une fin pour d’autres ? Je crois que c’est plus flippant pour un croyant de ne pas savoir s’il va aller au paradis ou en enfer, que pour un athée de se dire que la mort c’est la fin.

        En matière de peur, la position de l’athée est plus enviable que celle du croyant.


      • Emmanuel W 28 janvier 2008 15:35

        Puis-je savoir quelle caractéristique partagent les croyants et les macaques ?

        C’est, comme vous l’avez suggeré, une manière méprisante de déconsidérer les humanoïdes qui invoque le père noël pour donner un sens à leur vie.

        "Et ces âmes errantes, envers qui sont-elles lâches au juste ?"

        Envers elles-mêmes, bien sûr.
         


      • ka 28 janvier 2008 15:42

        Et ces âmes errantes, envers qui sont-elles lâches au juste ?

        "Envers elles-mêmes, bien sûr. "

        Donc ça ne devrait pas vous posez de problème puisque ça ne vous concerne pas, or on sent dans votre commentaire que cela vous dérange, pourquoi ? 


      • Emmanuel W 28 janvier 2008 15:58

        Car cela concerne des personnes qui me sont ou m’étaient proches et que l’empathie n’est pas le monopole des religions.


      • ka 28 janvier 2008 16:05

        @ Emmanuel W

        "Car cela concerne des personnes qui me sont ou m’étaient proches et que l’empathie n’est pas le monopole des religions. "
         
        Cela n’explique pas que leur choix de croire au dernier moment puisse vous déranger. Dans la mesure où pour vous il n’y a rien après la mort, il n’y a pas de conséquences suite à ce choix pour ces personnes ou pour vous-même.
         
        Je ne vois pas ce que l’empathie vient faire là-dedans.

         


      • logic 28 janvier 2008 17:23

        "Les croyants seraient des macaques qui..."

        Qu’elle intolérance quel sectarisme : pour un chrétien, un athée un musulman ... est avant tout un être humain respectable (tant qu’il respecte les autres et que même le Xst leur a demandé de tendre l’autre joue si on les frappait sur une !)

         Si les croyants sont des animaux cmment pourraient-ils réfléchir à l’esistencede Dieu ou pas ???

         Les athées eux réfléchissent sur des bases dangereuses persuadés qu’il y a des êtres supérieurs qui savent tout et surtout pensent pour les autres dont le cerveau serait incapable de réfléchir J’ai bien peur qu’à cette allure les croyants deviennent les esclaves des athées Nous ne sommes donc pas si loin que cela se la planéte des singes !!

         Les chrétiens croieraient en Dieu par peur ??? J’ai vu plus d’athées terrorisés à l’approche de l’heure fatale que de croyants pour avoir assisté aux dernières heures des 2 "espèces"


      • patrice69 patrice69 28 janvier 2008 17:35

        "se tournent lâchement vers la religion ? "

        C’est un propos immonde. Allez donc dans une maison de retraite voir des mourrants. Allez voir pleurer un petit vieux qui pleure de ne plus jamais voir ses enfants.

        Et allez lui rire au visage et le traiter de macaque.

        S’il est vrai que les croyants sont intolérants, les incroyants sont parfois d’une vulgarité et d’une grossiereté sans nom.

        Vous ne devez pas être bien vieux pour tenir des propos aussi immatures. J’aimerai être là pour vous voir avant que vous ne passiez l’arme à gauche pour voir si vous vous la pétez à la Voltaire. Mais je pense qu’on vous trouveras avec un missel...

         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès