Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Et si la laïcité militante favorisait le fanatisme ?

Et si la laïcité militante favorisait le fanatisme ?

La laïcité d’Etat et l’esprit de dérision à l’égard des croyances sont-ils vraiment les meilleurs remparts contre le fanatisme religieux et le terrorisme associé ? Attentats, islamophobie, antisémitisme... Les événements français récents permettent d'en douter.

Faut-il vraiment se moquer les symboles de nos croyances, que ce soit le visage du Christ, celui de la Vierge Marie, celui de Moïse ou de Mahommet ? N'existe-t-il pas un devoir de respect envers toutes les croyances ? Ce qui n'empêche pas de les critiquer dans leur fondement, d’une manière historique et scientifique. La pente qui conduit de la caricature au mépris de l’autre est dangereuse. Elle s'inscrit dans une désacralisation de la société qui est particulièrement française. On a tort de mettre sur le même plan les attentats qui viennent d’advenir en France et ceux qui se sont déroulés aux Etats-Unis le 11 septembre 2001. Certes, ils se ressemblent dans leur violence et leur mépris de la vie humaine. Cependant, les pays où ils ont eu lieu sont différents : d’une part les Etats-Unis, un pays religieux, protestant « In God we trust » « God bless America » ; d’autre part, la France, une république laïque. Cette nuance est d’une grande importance. 

Les États-Unis, mieux armés spirituellement ?

Face à la menace islamiste, c’est-à-dire celle d’un système religieux poussé à ses extrêmes, les Etats-Unis sont en mesure d’opposer une autre foi, un autre dogme, une autre spiritualité. La France n’en a pas les moyens. La République, la laïcité, les Droits de l’Homme issus eux-mêmes de la Révolution française ne sont pas à la mesure du défi. Ils n’ont pu jadis empêcher ni l’affaire Dreyfus, ni Vichy. Ils ne pourront faire face au nouvel extrémisme. La laïcité est un concept négatif. Elle est un déni. Elle ne prend pas en compte l’homme dans son identité pleine et entière. Elle constitue un déficit symbolique.

Seule une « laïcité positive » peut faire face à l'intégrisme religieux. 

Comment ? En permettant aux différentes spiritualités qui contribuent à l'identité française, de s'exprimer : le catholicisme,le protestantisme, le judaïsme et la religion musulmane. Des symboles sacrés sont aujourd’hui nécessaires à côté des Lumières. Le terrorisme qui nous frappe n’est que le visage inversé de la perte de nos valeurs. Le choix du gouvernement actuel est d’éroder la spiritualité au profit de la laïcité absolue qui conduit à l’indifférenciation et renforce encore le déni des identités. Un ancien premier ministre a récemment prononcé cette phrase « En France, il ne peut y avoir de spiritualité ». Il voulait dire sans doute, qu’il n’y avait de place que pour la laïcité. Mais ce déni de spiritualité est terriblement dangereux et la réponse vient de lui être apportée, nette, claire, incontournable.

Front National : le faux recours

Il est probable que des mutations politiques importantes vont advenir dans les prochains mois. Le ventre mou, le « neutre » ne pourra pas y résister. Le Front National apparait, au milieu de la confusion des partis, et de leurs bassesses, comme une alternative à l'absence de valeurs. Il propose un retour à la Nation. Ce n’est pas la solution bien sûr. Cependant sur l’échec des partis traditionnels, le nationalisme, comme dans les années 30, peut apparaitre à certains Français comme capable de répondre à l’attente. Pourtant les problèmes ne pourront se résoudre que dans le cadre de l’Europe. L’Italie, l’Espagne, sont des pays catholiques. La Grèce est Orthodoxe. L’Angleterre et l’Allemagne sont des pays protestants. Leur religiosité les rend davantage capables de résistance.

Une Europe spirituelle ?

C’est l’Europe et sa spiritualité qui est la juste réponse à la barbarie. Non pas la France des seuls Droits de l’homme et des Lumières, mais l’Europe des cathédrales, celle de la Renaissance et celle de l’habeas corpus anglais, celle de la Liberté. Il ne s’agit pas de passer outre aux Lumières, mais de les situer aux côtés des spiritualités qui reposent au plus profond de l’âme de l’Europe. Qui ne verra par ailleurs que les terroristes sont issus de nos banlieues, qu’ils viennent de l’exclusion et que la France a été incapable de les intégrer. La République, les Droits de l’Homme, la laïcité, ont été impuissants à répondre à leur désir d’intégration.

On s’étonnera que des jeunes Français aujourd’hui rejoignent le djihad. A quel degré de désespoir faut-il qu’ils soient arrivés, de dégout de leur propre pays, pour ne trouver que dans le fanatisme extrême d’une autre religion, une réponse à leur exigence d’absolu ? La jeunesse a besoin d’idéal. Hier ce fut la Résistance, puis les grandes utopies révolutionnaires. Aujourd’hui il n’y a presque plus rien. La solution réside dans la reprise en compte au sein de l’Europe, de nos différentes forces spirituelles. Seule la définition d’une nouvelle relation au sacré pourra faire face aux défis de notre temps.

19 janvier 2015, 12:37
 
Par Edouard VALDMAN, écrivain, auteur de Pourquoi ? Les Lumières à l’origine de l’Holocauste, éditions L’Harmattan, Paris, février 2015
 
HTML - 46.8 ko
POURQUOI ? LES LUMIÈRES À L’ORIGINE DE L’HOLOCAUSTE, Edouard Valdman - livre, ebook, epub

Documents joints à cet article

Et si la laïcité militante favorisait le fanatisme ?

Moyenne des avis sur cet article :  1.82/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


    • pergolese 17 février 2015 10:28


      Et pour être respecté, il faut être respectable. Or, les religions (du moins les religions du livre) ne le sont pas. Et l’on ne manque pas d’arguments. Ce ne sont que des idéologies qui, personnellement ne m’inspirent que le mépris.


      • Pascal L 17 février 2015 13:15

        Et en quoi le fanatisme laïc est-il plus respectable ?

        Respectez au moins la fraternité comme valeur de la république. Vous semez la division et vous vous étonnez que nous ne marchons pas ensemble. 

      • pergolese 17 février 2015 13:45

        Le fanatisme laïc, cela n’existe pas...C’est votre fantasme.


      • Pascal L 17 février 2015 19:34

        Le mépris de la pensée des autres est du fanatisme.


      • JL JL 17 février 2015 11:01

        Les dogmes divisent, la laïcité unit.

        Une société construite sur les dogmes est une société clivée, grosse de conflits internes, malade.

        Une société construite sur la laïcité - laïcité que je définirais ici comme une théorie du vivre ensemble - est une société solidaire, saine.

        Si aujourd’hui ça ne fonctionne pas, ce n’est pas à cause de la laïcité, c’est à cause de ses ennemis.


        • Pascal L 17 février 2015 13:26

          Les dogmes représentent « l’état de l’art » des connaissances d’une religion sur Dieu. Notre société n’est évidemment pas construite sur les dogmes. 

          Pour vivre ensemble, il faut reconnaître un certain nombre de valeurs républicaines comme la fraternité ou la solidarité. La montée de l’individualisme a permis de fouler du pied ces principes. Qui sont les vrais ennemis de la laïcité ? Ne serait-ce pas les personnes qui ne reconnaissent rien au dessus de leur propre égoïsme ? Certes, quelques interprétations religieuses ne reconnaissent pas plus ces principes, mais comment les imposer lorsqu’on ne les reconnaît plus soi-même ?

        • JL JL 17 février 2015 13:42

          ’’Les dogmes représentent « l’état de l’art » des connaissances d’une religion sur Dieu’’

          Ben non : dieu n’est pas un objet de connaissance mais de croyance.

          ’’Notre société n’est évidemment pas construite sur les dogmes. ’’ Est-ce que vous vous rappelez le débat qu’il y a eu, lors du TCE, sur la mention de ce que l’Europe devait à la chrétienté ? Peut-être que vous êtes trop jeune ?

          Nos sociétés ne se construisent plus sur les dogmes religieux, je vous l’accorde : à ce sujet, il faudrait plutôt parler de déconstruction.

          Vous semblez croire que seuls, les athées seraient laïcs ! La laïcité n’est pas une valeur (je n’aime pas cette proposition, je dirai plutôt un principe fondateur) spécifiquement athée : c’est une volonté commune entre gens de bonne compagnie qui veulent vivre en paix dans un espace et un projet de société communs.


        • Auxi 17 février 2015 13:59

          Ne serait-ce pas les personnes qui ne reconnaissent rien au dessus de leur propre égoïsme ?


          Et en quoi le fait de ne pas croire rendrait-il mécaniquement égoïste ? Être athée empêcherait d’être généreux ? N’importe quoi !

        • Pascal L 17 février 2015 19:14

          Ne renversons pas ce que j’ai écrit. Dans ce commentaire, je ne parle ni d’athéisme ni de religion mais de valeurs. J’ai écrit que les personnes qui ne reconnaissent rien au dessus de leur égoïsme ont effacé les valeurs de la république. ils sont responsables de la société de prédation dans laquelle nous vivons. Il existent des athées qui reconnaissent les valeurs de la république et je n’ai pas de problèmes avec eux. La fraternité demande que l’on respecte les personnes qui ont d’autres systèmes de pensée.

          Les pays qui ne reconnaissent pas la fraternité comme valeur exigent que tous appartiennent au même groupe religieux, philosophique... Il n’y a pas de liberté religieuse ou de liberté d’expression et c’est vers ça que nous nous dirigeons.

        • Pascal L 17 février 2015 19:33

          @JL

           Mais non, je ne suis pas trop jeune. L’Europe s’est construite sur les valeurs de la chrétienté, pas sur ses dogmes. Et encore, les valeurs telles que la fraternité, la laïcité... sont issus de l’enseignement du Christ, mais pas uniquement. Les Chrétiens n’ont aucun monopole sur les valeurs et le fait qu’elle soient partagées avec d’autres est plutôt un signe positif. Si vous voulez assimiler ces valeurs aux religions, c’est que vous voulez les supprimer et il n’y a alors plus de vivre ensemble possible.

          Vous ne pouvez pas démontrer que Dieu n’existe pas. Si vous ne l’avez jamais rencontré, vous ne pouvez vous en prendre qu’à vous même. De toute façon, la foi est quelque chose de très personnel et nul ne peut vous l’imposer. C’est même tellement personnel qu’il n’est pas possible de créer un enseignement sur la foi et pourtant, il y des milliers de personnes qui se convertissent chaque année en France.

        • Auxi 18 février 2015 15:31

          Vous ne pouvez pas démontrer que Dieu n’existe pas.


          La charge de la preuve revient toujours à celui qui affirme. En conséquence, il revient aux crédules de faire la preuve de leur affirmation de l’existence de dieu(x), et non aux incroyants de faire la preuve de son inexistence.

        • Pascal L 19 février 2015 11:26

          @Auxi
          C’est un peu trop facile. Dans ce cas, il s’agit de l’interprétation de phénomènes sensibles, non de croyances et vous êtes incapable de démontrer que ces phénomènes ne viennent pas de Dieu.

          Si Dieu se manifestait par des phénomènes démontrables, nous n’aurions pas la liberté de croire ou ne pas croire en lui. Même ce que on appelle parfois des miracles échappent totalement à l’analyse scientifique. Les médecins peuvent juste dire qu’en l’état actuel de la science, il ne peuvent pas comprendre ce qui s’est passé mais ils affirment que la guérison a bien eu lieu.
          Dieu manifeste le plus souvent sa présence par un immense amour, sur lequel on ne peut répondre que par l’amour, non seulement vers lui, mais aussi vers le reste de l’humanité. Cet amour échappe a toute analyse scientifique, mais il est bien reçu par ceux qui en sont les destinataires. Il ne s’agit pas de crédulité, mais de l’interprétation d’un phénomène qui échappe à l’analyse scientifique, ce qui n’interdit évidemment pas d’essayer.
          L’absence d’analyse scientifique fait que l’interprétation change d’une personne à une autre et les siècles qui passent montrent une évolution dans l’interprétation du phénomène. De Zoroastre aux chrétiens d’aujourd’hui, l’interprétation d’un même phénomène a largement évolué, en grande partie avec l’influence des connaissances historiques et scientifiques. La bible est un excellent marqueur de cette évolution.
          S’il s’agissait de crédulité, nous ne pourrions faire d’exégèse de la Bible. Or non seulement cela s’est toujours fait, mais la foi en Dieu existe depuis plusieurs milliers d’années sans vraiment faiblir. Les catholiques sont maintenant plus d’un milliard sur la planète. Aucune idéologie non religieuse n’a eu une telle longévité ni une telle extension. On a cru, en particulier en France, que nous pouvions nous passer de Dieu mais l’évolution actuelle montre plutôt le contraire. Et plus la société montre son vide spirituel, plus il y a du monde qui retourne vers l’Eglise. 14 millions de catholique en plus entre 2011 et 2102 dans le monde... La disparition de la fraternité en France est un effet du vide spirituel. Ceux qui l’ont inscrit au fronton des mairies croyaient encore en Dieu, même s’il bouffaient du curé.
          Sans fraternité, il n’y a plus de vivre ensemble possible. La solution dans les pays qui ne reconnaissent pas la fraternité est l’interdiction de la liberté spirituelle et de la liberté d’expression. Allons nous dans cette direction ?

        • Enabomber Enabomber 17 février 2015 11:01

          Les États-Unis, mieux armés spirituellement ?
          C’est pour les Olympiades du rire ?


          • Plus robert que Redford 17 février 2015 11:21

            Ouaip !

            Moi aussi, j’ai été scotché par ce magnifique oxymore !!


          • njama njama 17 février 2015 12:59

            40 millions de chrétiens sionistes aux states !
            vous n’allez pas nous contaminer tout de même !
             smiley
            mieux armés spirituellement , j’sais pas
            les mieux « armés » au monde, c’est certain ! pour preuve que spirituellement ils ne sont pas très équilibrés, ils sont complétement parano


          • JL JL 17 février 2015 13:22

            ’’Les Olympiades du rire’’, j’adore !

             smiley


          • lsga lsga 17 février 2015 11:07

            La véritable erreur, cela a été de faire un État laïque plutôt qu’un État Athée. 

             
            Il est du devoir de la communauté de protéger les jeunes générations du tissus de mensonge et de crétinisme des trois monothéismes.
             
            Le roi Salomon n’a pas existé, jésus est le fils d’un légionnaire romain et d’une prostituée, le coran a été écrit sur 200 ans et il en a existé plusieurs versions : voilà ce qui devrait-être enseigné dans toutes nos écoles primaires. 

            • balao 17 février 2015 12:47

              Après une longue absence, je redécouvre la France avec émerveillement !
              C’est vraiment un pays de grande liberté !
              Un nostalgique de Staline et de Pol Pot peut s’exprimer ainsi sans se retrouver en camisole de force !


            • bourrico6 17 février 2015 12:49

              Un nostalgique de Staline et de Pol Pot peut s’exprimer ainsi sans se retrouver en camisole de force !

              Qui t’a ôté la tienne ?


            • lsga lsga 17 février 2015 12:53

              je suis viscéralement anti-stalinien, et même anti-castriste.

               
              désolé pour vos clichés, mais je suis simplement communiste au sens le plus strict du terme. 

            • Deneb Deneb 18 février 2015 09:25

              Encore un petit effort, Isga.
              Etre communiste parce qu’épris de justice sociale, il y a 100 ans c’était bon. Depuis il y a eu une évolution. Il n’existe pas de doctrine éternelle en société. Tout change et baser sa reflexion et sa morale sur un grimoire du 4ème, 7ème ou 19ème siècle, c’est juste le degré de l’irrationalité qui change.
              Aujourd’hui, quand on se sent vraiment concerné par l’injustice sociale, on ne se réfugie pas derrière une étiquette idéologique. On se dit humaniste, mais c’est bête, il n’y a pas de grimoire sacré pour cette idéologie. Sans doute parce que ce n’en est pas.
              Sans rancune, malgré cette étiquette que tu portes avec fierté et que moi j’abhorre, j’apprécie assez tes opinions.


            • clostra 17 février 2015 11:37

              et si la « laïcité » oubliait de s’adosser aux « lumières », aux avancées de la science, à ce que nous apportent les sciences humaines, l’éthologie ... si tout simplement, elle restait une sorte d’OVNI suspendu dans un champ étrange ?

              des jeunes qui partent, n’est-ce pas finalement l’ancestral rite de passage ? dont pourraient nous parler les psychologues dans les étapes et métamorphoses de l’être humain « en devenir » ?

              La « laïcité » sorte de chewing gum élastique à souhait ....


              • Gabriel Gabriel 17 février 2015 11:42

                Et si la laïcité militante favorisait le fanatisme ?

                Rien que cette question en titre est une provocation gratuite, une inversion des responsabilités. Le fanatisme n’a nul besoin de la laïcité pour répandre sa peste totalitaire, il méprise la liberté et son seul but est une dictature politique, idéologique ou religieuse. Depuis quand une société basée sur le concept du vivre ensemble devrait elle s’excuser vis-à-vis de telle ou telle religion, car c’est bien de cela dont vous parlez ici ? La religion doit rester dans la sphère privée et ne jamais empiéter sur la sphère publique. Si vous ne comprenez pas cela, demain une religion prendra le pouvoir et vous aurez immanquablement une dictature. Relisez vos livres d’histoire, on y découvre souvent et malheureusement l’avenir.


                • bourrico6 17 février 2015 12:48

                  .... ou inversement !!


                  • njama njama 17 février 2015 13:08

                    Ils [ les droits de l’homme ] n’ont pu jadis empêcher ni l’affaire Dreyfus, ni Vichy.
                    c’est vrai
                    La Constitution américaine a-t-elle arrêtée les gens du Ku klux Klan , ils étaient sacrément mignons n’est-ce pas ?


                    • njama njama 17 février 2015 13:12

                      Une Europe spirituelle ?
                      des éléments de réponse :
                      Reflexions sur la religion et l’Europe
                      Raimon Panikkar
                      1. L’Europe peut-elle se passer de religion ?
                      2. Est-ce que le Christianisme est la religion pour l’Europe ?
                      3. Sinon, quelle religion ?

                      LA CHRÉTIENTÉ EST-ELLE LA RÉPONSE POUR L’EUROPE ?

                      Non, elle ne l’est pas, non pas parce qu’il y a aussi des athées, des musulmans, des juifs et bien d’autres, mais parce que les Chrétiens mêmes ne prennent pas leur religion très au sérieux. Si toutes les églises disparaissent d’Europe, le cataclysme serait plus économique que spirituel. La religion en Europe est devenue une chose privée et secondaire. Il suffit de se pencher sur le monde islamique ou hindou pour voir la différence. De fait, le Christianisme n’est plus la religion de l’Europe. L’argent ou la technique comptent plus. Sans eux l’Europe ne pourrait certainement pas vivre. Elle vit pratiquement sans le Christianisme

                      L’Europe ne peut pas se passer de religion mais le Christianisme n’est déjà plus la religion de l’Europe.
                      QUELLE RELIGION, ALORS ?
                      http://www.networkcultures.net/34/reflexions_f.html


                      • clostra 17 février 2015 13:13

                        Il faut - tout de même - réfléchir à ce que sont les religions, leur raison d’être ; reconnaître également qu’elles créent des initiés, et par là un - certain, oui un certain - communautarisme.

                        Lorsque la communauté représente plusieurs milliards d’être humains, c’est une grande communauté, probablement très ouverte, s’appuyant probablement sur des « concepts » acceptables, disons, raisonnables. Au début, c’était une secte.

                        Alors, la question est la suivante : est—ce que la laïcité peut être une religion s’appuyant sur ce qu’on sait de l’être humain dont les deux caractéristiques sont qu’il est en perpétuel évolution (changements, étapes ...) chaque fois avec le risque de passer à la deuxième caractéristique : le fait qu’il est mortel.

                        Eh ! bien ! oui elle peut devenir une religion à part entière en sous traitant certains aspects à d’autres religions qui ont une plus grande expérience, pourvu que ça ne contre dise pas les découvertes scientifiques sur la psychologie humaine tout en en évitant les écueils non moins scientifiques. C’est un peu ce que font la plupart des personnes en questionnement ni totalement chrétien, ni totalement musulman, ni totalement juif, ni totalement bouddhiste, ni totalement athée, ni totalement socialiste, ni totalement gaulliste etc, ni totalement mais partiellement agnostique, parfois un peu animiste (« objets avez-vous donc une âme qui s’attache à notre âme et le force d’aimer ? » par expérience) devant l’émerveillement de l’insoutenable permanence du fait religieux, ses fondamentaux quelle que soit la religion.

                        Ainsi, personnellement et n’engageant que moi, je suis pour le service civique universel et obligatoire, mais pas n’importe lequel ! plus malin comme rite de passage que les examens (de passage d’ailleurs) qui s’ils ouvrent l’intellect, sont parfois orientés bien ailleurs que pour « relier les personnes d une même classe d’âge les uns avec les autres, pour les religere », la vie de l’esprit ... et leur soutien assuré des « anciens ».

                        Pour dire que l’invention de la religion, c’est quelque chose !

                        On pense à Napoléon qui a essayé de créer sa religion tout seul : ça ne marche pas bien. Il faut faire ça à plusieurs.

                        (dans ma classe en seconde, il y avait un morceau de plafond qui était tombé. On a décidé d’en faire le symbole de notre petite religion d’ados. Mes parents étaient fous !)


                        • njama njama 17 février 2015 13:24

                          Un ancien premier ministre a récemment prononcé cette phrase « En France, il ne peut y avoir de spiritualité ». Il voulait dire sans doute, qu’il n’y avait de place que pour la laïcité.
                          .
                          vous lui prêtez des intentions !
                          La laïcité permet toutes les spiritualités, si le pauvre homme n’a pas trouvé sa voie spirituelle dans ce grand marché des croyances libres, en tant que citoyens laïques nous ne pouvons qu’espérer qu’il finira par la trouver un jour ...
                          Mais en tant qu’homme politique, et premier ministre, effectivement il ne peut y avoir de spiritualité, la laïcité lui imposant de ne pas la manifester dans l’exercice de ses fonctions.


                          • bright13 bright13 17 février 2015 13:35

                            encore ce fameux concept de laicité « positive »...la laicité n’a pas besoin d’être qualifiée : elle est ou elle n’est pas. Il suffit d’avoir recours à sa définition pour s’en convaincre. La qualifier c’est évidemment la discréditer au profit d’un exercice cultuel qui ne peut que finir dans l’affrontement d’un dogme contre d’autres dogmes. Un laic n’est pas un être dénué de spiritualité : on peut être croyant et laic : en faire des opposés relève de la manipulation et de la mahonnêteté intellectuelle. Mais rédiger un article avec de la pub pour son bouquin fait la démonstration de l’honnêteté de l’auteur...


                            • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 17 février 2015 14:10

                              Je me demande pourquoi on commente cet article dont la motivation semble se résumer à une promotion du bouquin de ce grand écrivain dont on trouve la pub en fin d’article.


                              • Esprit Critique 17 février 2015 15:23

                                Si j’ai bien tout compris : La lumière est source d’obscurantisme, et la Laïcité est la cause de tout les maux , mais alors pour l’auteur qui sait tout ça il reste une solution le suicide !

                                adieu

                                sans regrets


                                • njama njama 17 février 2015 15:38

                                  « laïcité positive »

                                  Sarkozy avait tenté de faire passer le concept il a échoué
                                  après lui la gauche invoquait il n’y a pas longtemps une laïcité « inclusive », après les échecs successifs de nouveaux concepts de laïcité « positive », « ouverte », « apaisée » ... promus précédemment, quitte à renier sans vergogne le concept républicain si simple qu’il n’avait besoin d’aucun « qualificatif ».
                                  En désespoir de cause après ces multiples échecs, on cherche toujours à nous vendre cette « nouvelle » laïcité concoctée en 2003 dans le Rapport Baroin, laquelle ne servirait qu’ à promouvoir un communautarisme à l’américaine, valeur montante dans cette politique atlantiste de l’Europe.
                                  .
                                  La nouvelle laïcité, machine de guerre contre l’islam
                                  Or cette Nouvelle Laïcité, un principe discriminatoire au service du choc des civilisations
                                  http://www.egaliteetreconciliation.fr/La-Nouvelle-Laicite-machine-de-guerre-contre-l-Islam-30479.html
                                  Que nenni, nous n’en voulons pas de cette Nouvelle Laïcité, nous ne serons pas les jouets de cette politique impérialiste guerrière, le peuple français résistera à ces tentatives de déstabilisation de son âme républicaine laïque.

                                  Que ceux qui cherchent à abroger la laïcité en France nous débarrassent d’abord de tous les régimes concordataires en Europe *. Après on y verra plus clair, et si il y aurait matière à revoir notre laïcité française. En attendant la loi de 1905 n’est pas négociable, ni soluble dans l’Europe. Que chaque pays assume son histoire. Les religieux et associations religieuses filiales de multinationales spirituelles ne représentent aucun citoyen, et n’ont donc aucune place dans la vie politique.
                                  .
                                  * En Europe, le régime de religion d’Etat prévaut dans six pays : le Danemark, la Finlande, la Norvège, la Grèce (orthodoxie), la Grande-Bretagne (anglicanisme en Angleterre, presbytérianisme en Ecosse) et Malte (catholicisme). Huit autres appliquent le principe de séparation des Eglises et de l’Etat (Hongrie, Lettonie, Portugal, République tchèque, Slovaquie, Slovénie, Suède et France). Mais l’Hexagone est le seul Etat à avoir inscrit ce principe de laïcité dans sa Constitution. Enfin, certains pays connaissent un régime concordataire (Allemagne, Autriche, Espagne, Italie, Portugal, Luxembourg, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pologne, Slovaquie, Slovénie et France - en Alsace-Moselle).
                                  (source ici)


                                  • Céphale Céphale 17 février 2015 16:47

                                    @ Edouard Valdman


                                    La laïcité n’est pas, comme vous le dites, un concept négatif. Je suis chrétien, comme vous, et profondément laïc. J’ai souvent voyagé aux Etats-Unis et je ne trouve pas que les Etats-Unis sont, comme vous le dites, mieux armés spirituellement. Vous dites que notre république laïque n’a pas pu empêcher l’affaire Dreyfus ; je vous réponds que les Etats-Unis ont bafoué la religion chrétienne à Guantanamo. Vous opposez à la France des Lumières l’Europe des cathédrales ; je vous réponds que Voltaire avait une spiritualité plus haute que les juges de Toulouse qui ont torturé Calas et ceux d’Abbeville qui ont torturé le chevalier de La Barre.

                                    Vous semblez croire que la laïcité engendre une « absence de valeurs » et vous donnez comme exemple de pays capables de résister à la barbarie l’Espagne catholique ou l’Allemagne protestante. Or en dépit de la religion du premier ministre espagnol ou de la chancelière allemande, ces pays comptent autant d’athées que la France. On peut bien prêter serment sur la Bible, la religion n’est qu’une façade. Pour terminer, sachez que plusieurs de mes meilleurs amis sont athées. Ils sont laïcs, bien entendu, mais ils ont de hautes valeurs morales. 




                                    •  C BARRATIER C BARRATIER 17 février 2015 17:12

                                      Le débat est intéressant et dévoile que la laïcité est plutôt bien, comprise. Elle n’est pas une doctrine, pas une croyance, pas une obligation, pas une spiritualité, mais elle rassemble des gens qui ont des spiritualités différentes, déistes ou athées, ETC.. Un adepte d’une religion peut être laïque ou anti laïque, un athée peut être laÏque ou anti laïque. Tout se joue dans le respect ou non de l’autre différent. L ’état laïque GARANTIT et protège la liberté de conscience et d’expression de tous, laïques ou non. 

                                      Le point faible de la France est d’avoir cédé à l’esprit conquérant de religions comme le catholicisme ou l’islam.
                                      Voir en table des news :

                                      Laïcité, Charlie Hebdo, Urgente reconquête nécessaire

                                       

                                      http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=275

                                       

                                      • clostra 17 février 2015 17:55

                                        Les premiers à se moquer (gentiment) des travers de leur religion et/ou communauté sont les pratiquants eux-mêmes. En celà les juifs ne sont pas les derniers à nous fournir la dernière.

                                        Enfants, pratiquants, baptisés, communiés, confirmés, nous gaussions Saint Pierre perdant l’équilibre en conduisant BB etc La sainte Vierge Marie, revenant piteusement « Marie » après une virée sur terre etc...

                                        Seuls les belges, mais ce n’est pas une religion, persiste à nous renvoyer nos histoires vraies avec pour cible notre complexe de supériorité (qui n’a pas de sang belge dans les veines ?).
                                        Ce pauvre ouin ouin qui s’écrase au sol avec son parachute fermé qu’il devait ouvrir à « trois ».

                                        Seuls les dictateurs n’aiment pas rire de leurs travers, et même en faire rire. Ainsi, les caricaturistes - souvent assez un peu très lourds - jouent le rôle du bouffon.

                                        Il arrivait que le bouffon - ayant dépassé les limites - de fasse tuer par le Roi.


                                        • Depositaire 17 février 2015 20:44

                                          Cet article part d’une idée qui n’est pas fausse dans le sens qu’il dit qu’il faudrait plus de spiritualité. Mais manifestement, les commentateurs, dans leur majorité n’ont rien compris. ils confondent religion institutionnelle et spiritualité. Ce qui n’est pas du tout la même chose. La religion institutionnelle a pour objectif l’obtention du Paradis après la mort et la conformité au dogme établi par ses représentants. Elle a été établie par des hommes pour répondre aux besoins du peuple en matière de croyance et de direction. Cependant, dans son principe elle doit s’appuyer sur la spiritualité qu, contrairement à l’institution religieuse, n’a pas pour objet la « croyance » mais l’expérience, la connaissance de Dieu. Je sais, c’est une chose qui n’est pas très connue et en ce qui concerne le Christianisme est tellement amoindrie que l’on se demande si cette recherche de la connaissance spirituelle qui va bien au-delà du dogme, existe encore quelque part.

                                          Je résume : Religion institutionnelle = croyance, dogme, recherche du Paradis après la mort corporelle.

                                          Spiritualité = recherche de la connaissance de la réalité absolue. Précisons que cette connaissance n’est pas une utopie ou une autre forme de croyance mais est bel et bien une réalité tangible. Toute religion à son origine est d’abord une spiritualité.

                                          Le problème est venu qu’au cours du temps, les tenants du dogme, quelle que soit la religion impliquée en sont venus à prendre goût au pouvoir sur les masses, que cette main mise sur le dogme pouvait avoir sur le peuple, et ils ont développé considérablement cette notion de pouvoir en dirigeant soit directement, soit en sous main les états. On peut dire sans exagération que c’est une forme de perversion. Le goût de l’argent achevant la tendance. Bien entendu, les tenants de la spiritualité s’appuyant sur la connaissance, donc sur tout ce qui est fondamentalement noble, juste, vrai, sur la sagesse, et par conséquent, sur le détachement des richesses et du pouvoir, sont intervenus à plusieurs reprises pour dire que la Révélation du message originel n’a rien à voir avec la recherche du pouvoir et la satisfaction de la cupidité.

                                          Pendant quelque temps, ils ont été suivis, mais ça n’a pas duré. Ils étaient un peu trop dérangeants, de ce fait ils ont été persécutés. Regardez quel a été le sort des templiers gardiens d’une forme de spiritualité en Occident. Maître Eckart en Allemagne a été tellement persécuté par le Vatican qu’il en est mort d’épuisement. (Il devait sans cesse faire le voyage à pied depuis l’Allemagne jusqu’au Vatican pour « s’expliquer » sur ses propos qui dérangeaient le dogme.

                                          Et bien entendu, en se coupant de la spiritualité, les dogmatiques en sont venus à tellement s’éloigner du sens profond du message reçu par la Révélation qu’ils en sont arrivés au point ou de plus de gens rejettent ces religions à cause des abus qu’ils constatent de la part des tenants du dogme et parfois du ridicule de certaines affirmations dogmatiques.

                                          Le tragique aujourd’hui, alors que jamais l’humanité n’a jamais eu autant besoin de spiritualité, ce rejet des religions dû essentiellement aux abus des tenants du dogme comme décrit plus haut en est venu à créer cette l’athéisme. Le problème est que l’athéisme ne répond pas au besoin d’authenticité profond de l’être humain, n’en déplaise aux matérialistes forcenés qui se manifestent souvent sur ce site.

                                          Il faut appeler les choses par leur nom. Quelle est la production de l’athéisme dans les sociétés humaines ? Consumérisme effréné, violence tous azimuts, volonté hégémonique de domination sur l’humanité par une infime minorité d’individus, guerres de plus en plus violentes de plus en plus meurtrières, et avec des moyens tels aujourd’hui qu’il est possible de détruire toute vie sur Terre plusieurs fois. Si c’est ça le produit de l’athéisme, on comprendra sans peine que l’on s’en passe volontiers !

                                          Est-ce à dire que les religions doivent être au pouvoir ? Certainement pas ! Le concept de laïcité, bien compris dans le sens de respect des religions et le libre accès à l’exercice de leurs pratiques me parait très bien dans la mesure où plusieurs religions se côtoient. Mais bien entendu, la pratique religieuse n’a ni à s’imposer ni à être imposée. Mais au même titre l’athéisme n’a ni à s’imposer ni à être imposé. Sinon c’est créer une autre religion appelée athéisme. On parle beaucoup du bien vivre ensemble, il me parait évident que ce bien vivre ensemble doit se faire dans le respect de l’autre dans sa différence et non dans le rejet de l’autre parce que différent, justement, ce que l’on voit trop aujourd’hui et les dérives dangereuses qui en découlent ainsi que la récupération politique.

                                          Quant aux représentants des dogmes, il faudra bien que tôt ou tard ils reviennent dans le respect de la spiritualité qui est leur source, au lieu de la combattre.

                                          Pour ce qui est des imbécilités d’Isga, sincèrement, je lui conseille vivement de consulter un psychologue, voire un psychiatre ! Faire preuve d’une telle ignorance et manifester cette ignorance comme le nec plus ultra en matière de savoir c’est tout simplement pathologique.

                                          Il est tout à fait normal de ne pas savoir une chose, mais proférer des énormités pareilles en faisant comprendre que c’est la vérité, parce que telle est l’idée de M. Isga, c’est tout simplement pathétique. D’où ma recommandation sur la consultation des psys.

                                          Pour Pergolese, je dirais aussi qu’ avant de répéter les mêmes absurdités, il faudrait s’informer un peu plus. On dirait que vous n’avez jamais entendu parler de l’instrumentalisation des religions à des fins douteuses. Pourtant, ce ne sont pas les exemples qui manquent dans l’histoire.

                                          Quant aux textes fondateurs, avant de les critiquer, il serait peut-être mieux de les étudier dans leurs formes d’origine et surtout dans leurs langues d’origine. Il y a eu tellement d’abus et d’interprétations de toutes sortes sur ces textes qu’on en arrive à leur faire dire le contraire de ce qu’ils disent.

                                          Mais ce que je dis, s’adresse à quelqu’un qui se veut objectif et qui est capable de reconnaître ses erreurs. S’il s’agit d’un individu pour qui l’affirmation de ses préjugés prédomine la vérité, dans ce cas, je lui ferais la même recommandation qu’à Isga !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès