Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > I Ching : la Rolls-Royce des méthodes divinatoires

I Ching : la Rolls-Royce des méthodes divinatoires

Le I Ching est une philosophie, un guide de vie pratique du type « Imitation de Jesus-Christ » et aussi un processus divinatoire. Base du taoïsme et source d’inspiration du bouddhisme chinois, le I Ching (Yi-King) est un ouvrage dont les origines se perdent dans la nuit des temps. Quand en Chine on brûla tous les livres, seul le I Ching fut épargné. On ne connaît pas la Chine, si on ne connaît pas le I Ching. Seuls la Bible, le Coran ou les Védas peuvent prétendre à une influence culturelle comparable à la sienne.

Certains font remonter les origines du I Ching au roi Fou-Hi, un personnage légendaire dont on ne peut confirmer avec certitude l’existence. De façon générale, on pense que le I Ching, tel que nous le connaissons aujourd’hui, a été entrepris par le roi Wen il y a de cela plus de 3 000 ans. Plus tard, des auteurs plus « récents » - comme Confucius - s’en sont inspirés et y ont largement contribué, écrivant les textes d’interprétation qu’on utilise encore essentiellement aujourd’hui. On ne parle pas du succès littéraire de l’an dernier... !

Le I Ching été introduit en Occident, en 1697, par le mathématicien et philosophe allemand Gottfried W. Leibnitz, qui l’avait découvert au hasard d’une correspondance avec Joachim Bouvet, missionnaire jésuite en Chine. C’est avec le I Ching que l’Europe a alors pris contact avec cette arithmétique binaire qui est aujourd’hui le langage des ordinateurs modernes. Carl G. Jung a dit du I Ching qu’il était « Le livre le plus profond qu’ait produit l’Orient ». Il y aurait beaucoup à dire sur le I Ching. Ici, nous parlerons seulement de divination.

Il y a des millénaires qu’en Chine et au Japon, on se sert du I Ching pour tout : se marier, faire la guerre, trouver un sens à sa vie. Comment connaître l’avenir grâce au I Ching ? Le consultant doit penser à une question, puis manipuler des baguettes ou des pièces de monnaie. Prenons les pièces, c’est plus simple. Le tirage à l’aveugle de trois pièces de monnaie peut avoir 4 résultats. Répétez l’opération 6 fois et vous obtenez l’un de 4 096 résultats possibles. À chacun de ces résultats est associé traditionnellement un de ces textes de Fou-Hi, de Wen, de Confucius... présumés apporter la réponse à la question. Simple.

Bien gentil direz-vous, mais bien vieillot tout ça... et totalement irrationnel. Sauf que l’homme d’affaires japonais en costume sombre qui déjeune au Maxim’s de Tokyo ne fait pas vieillot, quand il triture quelques piécettes et les dépose à côté de son sashimi en ne leur accordant apparemment qu’une attention distraite. Il sait ce qu’il fait et l’on sait ce qu’il fait. Il consulte le I Ching... et il va suivre le conseil du I Ching.

Il ne se croit pas irrationnel, juste bien au courant des avancées de la science moderne. Il y a une cinquantaine d’années, le célèbre chirurgien et neurologue Wilder Penfield - le même qui fut appelé au chevet de Mao-Tsé-Tung - a découvert par hasard, en opérant sur le cerveau à nu, que celui-ci, correctement stimulé, pouvait revivre des épisodes du passé dans leurs moindres détails. On a évidemment poursuivi la recherche et l’on en est venu à penser que l’inconscient accumule des renseignements sur toutes les expériences de notre vie, même celles que notre conscient s’est empressé d’oublier. On tend aujourd’hui à accepter que notre inconscient constitue une énorme base de données.

Je ne considère pas cette hypothèse comme prouvée, mais elle a ici le mérite de fournir une assise rationnelle au I Ching. Pourquoi ? Parce que si toutes nos expériences passées sont enregistrées, il est clair qu’avoir accès à toute cette expérience - et non seulement au 1 % dont notre conscient s’est limité à se souvenir - permettrait de prévoir avec énormément plus d’habileté et de sagacité le déroulement probable des événements à partir de ce que le présent nous montre. Si le I Ching nous donnait la clé de cette banque de données, il ne prédirait pas l’avenir, ce qui est absurde, mais nous permettrait de mieux le prévoir... tellement mieux que la démarche paraîtrait magique.

Or il y a de bonnes raisons de croire qu’il est possible d’obtenir cet accès. Avec les récentes découvertes de la programmation neurolinguistique (PNL), on a appris à quel point notre inconscient “veut” nous transmettre de l’information. Il le fait par des « actes manqués » - Freud nous l’avait déjà dit - et de mille autres façons, parfois même en nous affligeant de malaises ou de tics nerveux. Il peut le faire à tout moment, si on lui en donne la chance en posant des gestes que notre conscient ne contrôle pas : des gestes au hasard... ou qu’on peut croire posés par hasard.

Lorsqu’on pose un geste aléatoire, notre inconscient qui veut babiller s’engouffre dans la brèche et ce n’est pas vraiment le hasard, mais notre inconscient qui choisit le geste posé. Tous les tests psychologiques de libre association tiennent désormais ceci pour avéré.

C’est cette propension de l’inconscient que le I Ching met à profit en proposant au consultant un tirage aléatoire de pièces de monnaie.

On trouve au livre du I Ching 4096 textes correspondant à autant de résultats possibles du tirage. L’hypothèse avancée est que les gestes du consultant sont guidés par son inconscient et conduisent au choix de cette « réponse » sur 4 096 qui colle le mieux à la question posée. Invraisemblable ? Disons que Penfield, la PNL et les autres méthodes de la psychologie moderne ne le prouvent pas - ni donc que le I Ching transmette une information valable - mais qu’une brèche est ouverte : il n’est pas IMPOSSIBLE qu’il le fasse. On sort de l’absurde pour entrer dans l’inexpliqué, une classe où le I Ching n’a pas à se sentir isolé.

La structure des textes, conçus par des penseurs chinois vivant au temps d’Abraham, provoque l’admiration, mais la crédibilité du consultant n’en reste pas moins soumise à rude épreuve. Extraordinaire structure, mais nous n’avons aucune raison de croire que les éléments de cet ensemble puissent être appliqués sur le déroulement des faits dans la réalité, pas plus que la valeur littéraire de l’Énéide n’en fait une bonne source de renseignements sur la fondation de Rome.

Pourquoi croire que l’information qu’on obtient du I Ching puisse être vraiment une lecture des données de l’inconscient et puisse donc nous aider à prendre de meilleures décisions ?

Parce que ça marche. La grande majorité des gens qui consultent le I Ching en tirent des renseignements qu’ils jugent pertinents. Bien sûr, on pourrait en dire autant des résultats obtenus avec l’astrologie, la numérologie et que sais-je : l’être humain veut croire. Mais, pour ceux qui consultent le I Ching, la différence est indiscutable et j’ai été moi-même abasourdi par les réponses. Empiriquement, il semble bien que le I Ching renseigne correctement.

Si c’est bien le cas, il faut supposer que les auteurs du I Ching ont non seulement compris le rôle de l’inconscient, mais ont aussi découvert comment utiliser les données qu’on peut en tirer pour analyser l’évolution d’une situation. Il faut admettre que des Chinois vivant avant Ramses II ont élaboré une méthode pour poser des questions dans un langage que l’inconscient comprend... et un langage pour décoder la réponse obtenue et la rendre intelligible au conscient. Bien difficile à croire...

Difficile à croire, mais il ne s’agit pas de croire. Il s’agit de vérifier si ça marche... ce que tout le monde peut faire. Si « croire » est la première cause d’obscurantisme, ne pas accepter les résultats d’une expérience est certainement la deuxième. Vous pouvez cliquer sur le lien ci-dessous. Poser une question et tester vous-même l’efficacité du I Ching. Vous m’en reparlerez...

http://beta.moniching.com/page4.php?

Pierre JC Allard

http://nouvellesociete.org/auteur.html


Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • Vilain petit canard Vilain petit canard 23 janvier 2008 13:24

    Merci pour cet éclairage sur ce livre trop peu connu chez nous. J’ai moi-même découvert le I Ching à 15 ans (avec le Maître du Haut Château de Philip Dick, comme beaucoup de lecteurs de l’époque), et je n’ai jamais été déçu par ses réponses. A noter une spécificité du I Ching (qui va dans votre sens) : la réponse obtenue correspond souvent à la question qui se pose de façon sous-jacente à la question explicitement posée. Un livre, et même un univres d’une profondeur inégalée. On trouve assez facilement des traductions correctes, la référence est bien sûr le Wilhelm-Perrot (avec commentaires de Confucius), que je trouve un peu lourdingue personnellement. Le mieux est d’en avoir deux ou trois, pour se faire une meilleure idée.

    Et n’oublions jamais : la persévérance est avantageuse...


    • docdory docdory 23 janvier 2008 18:12

       Salut VPC 

       

      Je vois que nous avons les mêmes lectures !

      Selon l’auteur de la biographie de Philip K Dick ( je suis vivant et vous êtes morts ) , Philip K Dick aurait écrit chaque scène du " maïtre du haut château " en faisant un tirage de Yi King ! 


    • Vilain petit canard Vilain petit canard 23 janvier 2008 18:28

      salut doc, je m’en doutais ! Ce que tu dis ouvre des perspectives : Dick aurait écrit en suivant le Y King un livre où les personnages suivent le Y King et où le succès de librairie du moment est livre écrit grâce au Y King. Quelle mise en abyme ! J’ai adoré d’ailleurs la bio par Carrière. 

      Tiens, je te conseille dans le même genre d’univers Confessions d’un taoïste à Wall Street, un livre délirant et passionnant, où le Y King est largement utilisé. Tu devrais apprécier. Ce conseil est destiné à tous les lecteurs et commentateurs, au fait !


    • docdory docdory 23 janvier 2008 19:13

       @ Pierre JC Allard 

      Le rationaliste que je suis , tout en étant un mordu de Philip K Dick et de son utilisation du Yi King dans " le maître du haut-château " ( cf ma réponse à VPC ) , est évidemment totalement sceptique vis-à-vis de quelque technique divinatoires que ce soit !

       D’un point de vue scientifique , l’hypothèse selon laquelle la moindre " divination " pourrait être réalisée par le Yi King est une absurdité ! Le fait que des hommes d’affaires asiatiques l’utilisent régulièrement n’est évidemment pas une preuve . 

      Je pense que , pour eux , cela s’apparente à ce qu’est pour moi le pile ou face : une façon pour moi de prendre une décision quand aucun argument rationnel ne me permet de décider valablement ! 

      Deux exemples récents de mon utilisation du pile ou face :

      Lorsque il a fallu que j’achète une voiture neuve , j’ai procédé scientifiquement par élimination . Il ne restait plus qu’un choix indécidable entre la Renault clio Campus et la Honda jazz . Le pile ou face m’a fait choisir la deuxième option .

      Lors du premier tour des présidentielles , j’ai également procédé scientifiquement par élimination . Il restait deux candidats indécidables : Bayrou et Schivardi . J’ai tiré à pile ou face devant le bureau de vote , à la grande hilarité de ceux qui y arrivaient ! Le résultat est que j’ai voté Schivardi (NDLR : si certains s’étonnent d’une hésitation entre Bayrou et Schivardi , il y a cependant une explication rationnelle que je pourrais fournir aux curieux le cas échéant ! )

      La différence entre moi et les industriels asiatiques mentionnés dans l’article est que je me sert du pile ou face pour me débarrasser du processus de décision dans un choix indécidable , et non par croyance non scientifique d’une valeur divinatoire du tirage à pile ou face !


    • Marsupilami Marsupilami 23 janvier 2008 20:27

      @ Docdory

      Le rationaliste que je ne suis pas n’utilise le Ji King que très rarement, et uniquement dans certaines circonstances personnelles essentielles de ma vie et je ne suis alors jamais déçu. C’est assez hallucinant, et sur ce point je rejoins Vilain Petit Canard. Mais il est évident que pour changer de bouilloire électrique (ce que je viens de faire, vu que la dernière a pété au bout d’un an chinois) ou pour choisir mon programme politique je ne me réfère pas à ça, mais à une rationalité qui opère des choix... qui sont souvent erronés.


    • FrihD FrihD 23 janvier 2008 21:32

      Je soutiens DocDory dans son analyse. Il y a parfois des choix rationnels et parfois des culs-de-sac. Ces raisonnements "pile-ou-face" apportent plusieurs avantages

      D’abord, ils sont absolument objectifs, et l’inconscient ne risque pas de trahir une bonne ou une mauvaise intention. Ne pas chercher des "chipotages" inutiles, c’est un procédé qui se rapproche du rasoir d’Occam.

      Ensuite ils sont imprévisibles, c’est à dire que lorsqu’on est face à un adversaire (qu’il soit soi-même ou pas) , cet adversaire ne pourra pas non plus préjuger de ta stratégie. En outre, il sera plus à même d’être déstabilisé par des raisonnements irrationnels. En gros, faire un choix absurde, c’est diviser par autant l’information qu’auront nos adversaires.

      Enfin, ils sont déterministes dans le sens où quand on est amené à faire un pile-ou-face, ce n’est pas pour avoir à refaire un choix Cornéllien par la suite. Ainsi, on pourra s’en tenir à une ligne directrice. Si elle s’avère mauvaise, celui qui fait le choix du hasard supportera mieux un retour en arrière, sans grande frustration. C’est une façon de se délester du lourd fardeau d’Homme avec un libre-arbitre.

      Également, dans de nombreux cas, ce n’est pas la direction choisie à l’embranchement qui sera déterminante pour une réussite, mais la rapidité avec laquelle on la prend. On ne peut pas dire qu’un lancé de dé (Napoléon paraît-il en avait toujours sur lui) soit très coûteux. Dans les environnements où la vitesse de réaction est prépondérante (situations catastrophes, jeux à la bourse), l’avantage est certain.

      Toute la notion de choix est, je trouve, plutôt bien représentée par l’Architecte dans Matrix (le 2 il me semble). Passage dur à suivre au premier abord, mais pas quand on a traîné autour de tables de jeux de rôles ;) .

      Faire des choix, c’est prédire le futur, c’est décider de l’avenir qu’on veut avoir. Cela-dit, faire le choix de ne pas le faire soi-même, c’est aussi un choix. Ça m’arrive régulièrement, et je ne m’en porte bien.


    • FrihD FrihD 23 janvier 2008 21:36

      Désolé d’ailleurs j’aurais dû appliquer ce que j’ai dit, j’hésitais entre conclure "je ne m’en porte pas plus mal" et "je me porte bien", au final, j’ai écrit un mélange confus. Haro, honte et opprobe sur moi !


    • Leekid 23 janvier 2008 22:45

      FriDh, seriez-vous L’Homme-dé ?


    • Djanel 24 janvier 2008 00:19

       

      Foutaise de mystiques ce fil.

       

      Le taoisme, c’est Lao Tseu qui disait que ceux qui savent, parlent peu. Les ignorants parlent beaucoup.

       

      C’est suffisant pour discréditer Pierre Jc Allard.

       

      Le vide est plein, le plein est vide. Typiquement Taoïste cette expression.

       

      Expliquez Monsieur Allard.


    • Les RG Les RG 22 mai 2008 08:58

      Mais non ! l’ inconscient ne trahit jamais ! c ’est le conscient qui se trompe continuellement . L ’inconscient a enregistré toutes les données universelles, c ’est l’ ordinateur total ! Je m’ amuse souvent à trouver des numéros du loto ou des chevaux gagnants au pendule , c ’est vraiment stupéfiant. Avec une difficulté : les 9 / 6 , 12 / 21 etc sont confondus . Dommage ... je gagne très souvent , mais pas les plus gros lots , comme cette femme qui est milliardaire grâce à ses très bons , et réguliers , résultats au pendule. Elle est née comme moi le 10 = "roue du hasard " du tarot de Marseille. Car chaque jour de naissance est déterminant pour notre destin ( voir  " les 22 étincelles de vie "  de Gérard Athias ). Voir notre blog http://assrenseignements-genereux.hautetfort.com " Nostradamou "


    • Les RG Les RG 22 mai 2008 09:01

      Voir plus bas mon commentaire : non , l’ inconscient ne trahit jamais ! le conscient oui.


    • cza93 cza93 23 janvier 2008 15:05

      merci beaucoup pour cet article !!!

      Comme canard, je consulte parfois le Yi Ching - je peux ne pas le faire durant des mois et soudain en sentir l’impératif besoin lorsque je doute-, et j’utilise 2 ouvrages différents en moyenne, pour comprendre l’oracle. Effectivement je n’ai jamais été déçue mais parfois étonnée car des réponses du Yi Ching ont pu m’apparaitre surprenantes ou inattendues sur le moment mais totalement fondées et justes au final.

      Il est à noter ques les réponses de l’oracle, si elles s’appliquent toujours bien à la question posée, ne sont pas toujours faciles à comprendre et à interprêter. Elles nécessitent donc une longue réflexion, un retour sur soi sincère, une analyse honnête des difficultés et des atouts liés à la situation, et souvent 2 voire 3 traductions différentes. Mais effectivement peut être est ce dans cette nécessaire réflexion que se trouve la clef de ce mystère ... En tous cas, l’oracle du Yi Ching ne se lit pas comme une prédiction de voyance type horoscope de Madame Soleil ou réponses données par le tarot.

      Le Yi Ching est complexe et subtile et cela fait partie de son charme.

      J’utilise le même jeu de pièces depuis des années, je ne permets à personne d’y toucher et je ne tire le Yi Ching que pour moi ou pour des questions me concernant ; c’est un conseil que j’ai lu lorsque j’ai commencé à pratiquer. C’est amusant de constater ma superstition autour du Yi Ching, alors que je suis par ailleurs quelqu’un de super rationnel. Et chez la plupart de ceux qui pratiquent j’ai retrouvé les mêmes "manies" ; le Yi Ching reste une pratique solitaire, peu démonstrative, réalisée par des gens qui en général pratiquent la méditation, apprécient la réflexion ... une pratique d’esthète ?

      En tous cas j’ai une immense confiance dans la réponse du Yi Ching, même si souvent elle ne suit pas mes désirs ... Je considère l’oracle comme la voix et la voie de la raison ...

      Par contre comme je ne comprends pas comment cela fonctionne même si je constate que cela fonctionne toujours pour moi, je ne me suis jamais permise de le conseiller à autrui ... Vieux reste de rationalisme sans doute ...

       

       


      • Djanel 24 janvier 2008 00:33

         

        Délire de novice. Ce sont vos propres pensées que vous lisez dans Y Ching.

         

        Vous ne voyez que ce que vous croyez voir.

         

        Issue radieuse, si vous êtes optimiste

        Issue tragique, si vous êtes pessimiste.

         

        Vous ne sortez pas de votre caractère à moins d’aller voir un devin.

         

        Délire de croyant d’une pensée qui n’est pas la votre.


      • Les RG Les RG 22 mai 2008 08:46

        On lit ce qui est inscrit dans l’ inconscient collectif. Après , notre conscient imbécile ( ou celui du devin ) l’ interprète.AVec un risque d ’ erreur , comme lors des témoignages fournis à la police après un accident : la voiture du chauffard était verte ... non elle était bleue. Il est très difficile d ’interpréter correctement un support divinatoire si on n’ est pas un spécialiste.


      • WOMBAT 23 janvier 2008 15:06

        Version , selon moi, la complète et la plus passionnante, dont les commentaires ont été traduits et retravaillés par deux sinologues réputés : Cyrille Javary et Pierre Faure, éditions Albin Michel. Posséder de toutes façons le Wilhelm-Perrot avec son introduction magistrale de C.G. Jung. A noter que dans le Yi King, jamais n’est faite mention de Dieu...


        • Marsupilami Marsupilami 23 janvier 2008 15:33

          @ Wombat

          Effectivement, la traduction du Yi Jing de Javary & Faure est vraiment autre chose que celle de Wilhelm-Perrot. En plus c’est un très beau bouquin extrêmement bien documenté.

          @ JC Allard

          Merci pour ce très bon article.


        • L'enfoiré L’enfoiré 23 janvier 2008 15:52

          @Pierre,

          I Ching, encore une manière de trouver ailleurs ce qu’on n’a pas en soi par son expérience.

           D’accord pour ne pas refaire le monde à chaque fois, mais ni l’éducation seule, ni les expériences d’autrui ne font pas l’homme.

           Trouver son chemin dans celui d’un autre est un peu ce que les religions de tous ordres préconisent. Une fois dans le créneau, le sillon se creuse et on n’est plus à mène d’voir son « moi ».

           Les « petits livres rouges, verts, bleus » sont du nombre, ils oublient que vivre c’est toujours tester par soi-même.

           Cette phrase lue quelque part est aussi très exacte : « Il y a de plus en plus de philosophes et de moins en moins de philosophie »

           

           Merci, Pierre pour cet article.

           


          • vishnux 23 janvier 2008 22:37

            une hypothèse que je n’ai pas vue évoquée :

            Les textes du I Ching seraient construit de manière à favoriser une introspection fertile permettant de faire émerger un choix en accord avec l’inconscient du décideur. Cela fonctionnerait avec n’importe lequel des textes du I ching à condition que le décideur soit convaincu qu’il est adapté à sa question.

            Ce ne serait donc pas la procédure de choix alléatoire du texte qui permettrait à l’inconscient de s’exprimer mais le texte lui même.

            Plus facile que d’imaginer que l’inconscient influence un jet de de pièce en fonction d’un texte qu’il ne connait pas.

            La procédure de choix alléatoire pourrait être vue comme un geste préparant la raison et le conscient à lacher prise. De même que tirer à pile ou face permet bien souvent de sentir quelle est l’alternative qui nous convient vraiment en se projettant dans l’une d’entre elle quitte à la rejeter.


            • Bernard Dugué Bernard Dugué 23 janvier 2008 23:07

              A quand un billet sur la géomancie, autre art divinatoire dans une autre forme et culture ?

              Merci pour ce billet


              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 24 janvier 2008 00:28

                @ Tous ceux qui le consultent : Depuis 40 ans que je le consulte, le I Ching ne m’a jamais donné une mauvaise réponse. Je n’en abuse pas, mais quand je le consulte, je suis le conseil. Point barre. Si je ne veux pas le suivre, je ne pose pas la question. Je crois que l’explication par accès à l’inconscient est impossible à prouver mais n’est pas intrinsequement absurde. De toute façon, la façon la probabilité que toutes les réponses que j’ai obtenues aient été l’effet du hasard serait infinitésimale.... Mon inquietude de rationaliste n’est plus de savoir si ça fonctionne, mais comment ca fonctionne. L’hypothèse que ce soit le texte lui-même qui enclanche le processus est séduisante, mais, n’explique pas le choix aleatoire du texte pertinent et, contrairemnet aux autres mancies, le I Ching ne joue pas sur l’ambiguité. Impossible de se dire que tout va bien, quand le teyte vous dit que tout va mal, que rien de bon ne peut sortir de la situation et que vous êtes sur un radeau qui va faire naufrage.... ! Oui, le texte de Javary est d,un tout autre niveau que la traduction de Perrot, mais il va bien au-dela - en fait, ailleurs - que la dimension divinatoire..

                 

                @ Sceptiques endurcis. Je ne cède pas ma place en scepticisme... mais il faut rester ouvert à l’insolite. Je n’ai PAS d’explication plausible à la séquence de bonnes réponses que m’a donnée le I Ching. Ne me faites pas dire que je crois à une influence surnaturelle. Il est seulement plus raisonnable d’accepter qu’une variable inconnue est ici à l’oeuvre que de concocter une explication qui serait mathématiquement invraisemblable.

                Pierre JC Allard

                 

                 


              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 24 janvier 2008 01:10

                @ Djanel

                Reprenant vos points dans l’ordre.

                1. J’ignore s’il s’agit de foutaise. Vous semblez avoir à ce sutet une opinion bien arrêtée ; moi non.

                2. J’ignore si tous ceux qui contribuent à ce fil sont des mystiques. J’affirme cependant que JE ne suis pas un mystique et un vaste consensus de détracteurs du I Chins s’entendent pour y voir : a) un tissu d’incohérences , ou b) une supercherie, mais l’opinion qu’il s’agirait de textes mystiques ne fait pas recettes. A mois que vous ne voyiez Confucius comme un mystique, ce qui, si vous pouvez étayer cette hypothèse, serait une véritable révolution dans notre perception de la pensée chinoise

                3. Le "Vieux Maître" - sens du terme Lao Tseu - peut tres bien avoir dit cette phrase. Je ne me souviens pas de l’avoir vu textuellement dans le Tao te King, mais bien d’autres l’ont dite et j’adhère au concept qu’elle nous propose. Dasn sa version la plus connue elle est plus lapidaire : "Celui qui sait ne parle pas, celui qui parle ne sait pas" . En ce cas, j’admets que "je ne sais pas", concernant le I Ching,... et c’est pourquoi j’en parle.

                4. Avez-vous une aussi bonne raison que l’ignorance pour parler de mon discrédit. ou faut-il vous chercher d’autres motifs ?

                5. "Le vide est plein, le plein est vide"... Non. L’expression correcte est que le vide est DANS le plein et le plein DANS le vide. Ce qui est illustré dans ces petites spirales que vous voyez, avec le point blanc dans le noir et le point noir dans le blanc. Cet énoncé est généralement interprété comme signifiant qu’il y a "l’action au coeur de l’inaction et l’inaction au coeur de l’action, selon l’expression similaire bien connue du Mahâbhârâta

                6. Explications ? Moi je veux bien, que est votre question ?

                 

                PJCA

                 

                 

                 

                 

                 


              • Vilain petit canard Vilain petit canard 24 janvier 2008 10:08

                Ah ben tiens, remarque intéressante, je vais réfléchir à un article sur le Tarot...


              • Bernard Dugué Bernard Dugué 24 janvier 2008 10:50

                Mon amie se sert du Tarot, elle a aussi souvent des "bonnes réponses"

                Quant aux variable cachées, c’est un peu comme dans la mécanique quantique et la théorie de Bohr, enfin, moi j’ai apprécié cet article et ce que dit Pierre ne me semble pas invraissemblable


              • ernst 24 janvier 2008 00:49

                Je dois être un être aléatoire.

                Aux deux questions posées, I Ching m’a répondu des platitudes dignes du La Palisse français. Je suis sûr que ce dernier pourrait vous rendre de grands services en cas de doute.

                Vous eussiez dû consulter avant d’écrire votre article...absurde.


                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 24 janvier 2008 01:50

                  @ Tous : je viens de voir que AV, dans son ineffable sagesse, a décidé de ne pas mettre mon article dans la rubrique "Étrange" où je l’avais placé, mais dans la rubrique "Religions" . Tout à fait inapproprié et, pour quelqu’un qui a la moindre culture, navrant d’ignorance. ... Enfin, c’était pire avant, quand ils faisaient aussi les choix...

                   

                  PJCA


                • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 24 janvier 2008 02:16

                  @ Ernst : Si vous avec pose une question SÉRIEUSE, gardez votre question et la réponse et vous comprendrez d’ici quelques jour le message qu’elle vous donne.

                  @ Dugue : pas d’affect pour la géomancie, mais une anecdote. En 1975, J’étais dans la cour intérieure de la Mosquée de Toumbouctou, avec avec mon fils âgé de 4 ans qui s’amusait à lancer des cailloux. Un marabout qui faisait son petit spiel devant ses disciples s’est levé, s’est approché de mon fils, et lui a fait une prophetie asses spectaculaire (gratuite !). On m’a expliqué qu’il s’était basé sur la façon dont celui-ci lançait les pierres et qu’il sagissait de géomancie. Premier et dernier contact avec cette technique. Je précise que cette prophétie ne s’est pas réalisée et que je n’en ai jamais eu d’inquiétude. Un bon souvenir, cependant, ce qui est plus qu’on ne peut dire de bien des choses plus sérieuses.

                  Koyabashi : Je connais. Je vous mets ici dans la colonne des "pour"

                   

                   PJCA


                • Kobayachi Kobayachi 24 janvier 2008 01:34

                  Le I Ching est très loin de pouvoir être comparable au pile ou face. Les premières trace datent pas moins de 2800 ans avant notre ère et furent très loin d’être le fruit du hasard mais plutôt le fruit d’une contemplation assidue du temps par un grand nombre de chinois sur une très longue période. On parle même souvent d’obsession du temps dans les quelques articles et ouvrages que j’ais pu croiser sur le sujet. C’est ainsi, que ces chinois se sont aperçu que l’histoire n’est qu’un eternel recommencement et que le temps est régît par des cycles.

                   
                  Ces cycles peuvent également être visualisés sous forme de graphique mathématique. C’est ce qu’a fait Terence Mckenna et l’a appeler Timewave 0. Vous parliez de K. Dick qui n’a jamais cacher d’où lui venais ses idées, Terence était lui aussi un explorateur psychédélique.
                   
                   
                   

                  • Kepler69 24 janvier 2008 10:39

                    Bonjour à tous,

                    féru d’analyse critique de l’astrologie, je tombe par hasard sur cet article où le terme apparaît, et que vois-je ? Une présentation bien habillée d’un art divinatoire. Mais des formules et des raisonnements résonnent étrangements avec le discours astrologique habituel, notamment ces références à l’histoire et à l’inconscient.

                     A propos de l’inconscient, il est dommage que nulle part on ne se pose la question de la vue du support qui sert au tirage au sort : celui qui tire doit-il avoir à l’oeil ses jetons ou tout autre support  ? Doit-il regarder l’écran de la page internet conseillée ? Cela pose pb, car peut-on faire le tirage sans regarder l’écran ??? Si oui c’est incompatible avec l’explication par l’inconscient. SI on ne regarde pas le tirage au sort et que l’on veut que notre inconscient le guide, encore faut-il qu’il y ait un "contact", un lien entre l’inconscient et les jetons (ce que peuvent permettre la vue et le toucher, et encore, dans une certaine mesure). Autrement dit, si une TIERCE personne vous fait un tirage au sort I Ching, l’hypothèse de l’inconscient ne marche plus : soit il y a une explication surnaturelle, soit il faut retomber dans la télépathie et des joeyusetés de ce genre.

                    De plus, si l’inconscient aide au tirage au sort cela pose deux autres problèmes liés à la connaissance de la signification des chiffres et/ou des textes du I Ching. Pour que l’inconscient puisse guider le tirage au sort il faut qu’il connaisse a priori la signification du résultat qu’il va provoquer. Donc soit notre inconscient doit connaître les 4096 textes du I Ching pour nous guider vers le bon (ce qui pose pb vous le reconnaîtrez...) soit il faut envisager que les chiffres du tirage au sort ont la même signification qq soit la culture du consultant. La numérologie ne rejoignant pas systématiquement les énoncés du I Ching, je crois que la conclusion s’impose : il y a plusieurs significations possibles pour une même association de chiffres. D’où pb vis-à-vis de l’inconscient puisque les textes du I Ching ne s’encombrent pas du pb de l’universalité : ils sont universels, les mêmes pour tout le monde un point c’est tout.

                    Autrement dit, je trouve l’explication par l’inconscient très incomplète dans sa présentation. Comme en astrologie on n’envisage que les côté positifs d’une hypothèse en évitant opportunément (ou inconsciemment ?) de s’interroger sur les aspects négatifs. Ce n’est pas très sérieux.

                    Ensuite, pour ce qui est du modèle invoqué (l’homme d’affaire qui réussit), on est bien là dans l’état d’esprit chinois ou... marketing. Dans la question du vrai et du faux, le modèle du chercheur serait plus approprié ! Dans ce cas là, la notion de processus de décision dont on essaye de se libérer prend plus d’importance, mais relativise la question des fondements (elle en est indépendante), et le fait que des milliards de personnes y aient recours aujourd’hui et depuis longtemps, ne change rien au fait que sa valeur n’est pas prouvée... De même, pendant des millénaires les hommes (chinois compris) ont cru et affirmé que la Terre était au centre de l’univers.... en se trompant. Le nombre d’adhérents à une croyance ne prouve rien.

                    Il faut donc bien distinguer entre le profit spirituel ou intellectuel ou philosophique que l’on peut tirer d’un art divinatoire, et sa valeur réelle en temes de vrai et de faux. Ou alors il faut assumer la démarche et ne pas envisager que les aspects positifs d’une hypothèse, mais aussi intégrer la notion de hasard dans l’explication. Donc celle de surinvestissement. Alors, que des milliards de personnes non formées à l’analyse rationnelle de tout ce qui entre dans le domaine du paranormal consultent assidument le I Ching ne prouve rien...

                    Du point de vue historique maintenant, il ne faut pas tomber dans le mythe des origines déjà si présent dans le monde de l’astrologie : les "Anciens" n’avaient pas des pouvoirs surnaturels, et il ne faut pas les englober d’un mystère généré seulement par le manque de source. C’est un grand classique des erreurs de l’Histoire. Au plus on manque de source, au plus il faut broder ! Si les historiens s’interdisent de broder, c’est pour être plus sérieux.

                    Enfin, dans quelles mesures l’inconscient pourrait-il nous permettre de prévoir ou d’anticiper l’avenir ??? En quoi notre passé influerait-il sur TOUTES les situations de notre avenir ??? Sur qq unes certes, et nous sommes tous d’accord là-dessus, mais il faudrait nous préciser sur quoi notre inconscient NE PEUT PAS nous renseigner... Par exemple si je demande quand est-ce que je vais gagner au loto, en quoi mon passé peut-il me renseiger ??? S’il ne le peut pas, alors le I Ching ne répond pas à toutes les questions, et s’il le fait, alors il y a du divinatoire incontestablement là-dedans même pour ceux qui ne veulent pas le reconnaître...

                    En termes de probabilités il serait intéressant de voir combien sur les "4096 résultats possibles" promettent une issue favorable, combien une issue défavorable, combien un flou total, etc. ce serait un moyen de "prévoir" les résultats du I Ching et peut-être d’expliquer son succès, en plus du fait que chaque résultat est accompagné d’un conseil intelligent. Cela a-t-il déjà été fait ?

                    Encore une fois, le "ça marche" doit bien être distingué du "c’est vrai" : pour les astrologues le "ça marche" donne lieu à des dizaines d’hypothèses différentes (des plus terres à terres aux plus folles), ce pourquoi on peut constater qu’il y a un gouffre entre le résutlat (utile, mais pas forcément vrai) et les fondements invoqués pour en rendre compte. Qu’au temps de Ramsès on ait réussi à modéliser les fonctionnements de l’inconscient, c’est un contresens absolu s’il est énoncé sans plus de prudence, et jusitifer de la valeur de l’hypothèse de l’inconscient "parce que ça marche" pourrait tout aussi bien devenir "pourquoi l’hypothèse de la télépathie est la bonne ? Parce que ça marche !". Avec les petits hommes verts ou Dieu ça fonctionne bien aussi... puisque ce n’est pas lié au résultat...

                    Voili voilou, désolé de casser un peu la baraque, mais je crois qu’il y a des questions graves que soulève cet article. De plus, pas besoin d’être méprisant pour analyser sérieusement, mes rq ne sont pas des "attaques" au sens primaire du terme.

                    Cordialement.


                    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 24 janvier 2008 15:47

                      @ Kepler69 : « Je trouve l’explication par l’inconscient très incomplète dans sa présentation »… Vous avez bien raison et j’en suis bien conscient. Mon article a pour but de susciter l’intérêt, pas d’expliquer, ce qui prendrait des livres, et des livres… Je vais répondre rapidement aux point que vous soulevez, mais n’y voyez qu’une indication de la direction à prendre pour trouver la réponse.

                      1. La vue du support est sans importance. C’est le moment du geste « spontané » de laisser aller les pièces ou, dans le cas de l’ordinateur, de presser « stop » qui est déterminé par votre inconscient.

                      2. C’est l’inconscient de personne qui fait le tirage qui s’exprime. Si une tierce personne intervient, c’est SA connaissance de la question et SES intérêts et émotions qui vont déterminer la réponse. A éviter à tout prix.

                      3. Les chercheurs modernes – il y a des centaines de scientifiques sérieux qui travaillent aujourd’hui sur le I Ching, voyez sur Google – posent l’hypothèse que c’est la structure même de l’esprit humain de fonctionner en binaire et de ne pouvoir normalement excéder la compréhension globale d’une séquence liée de plus de 6 choix binaires. On ne pense donc plus à une série de chiffres, mais uniquement à une séquence de « 0 » et de « 1 » dont le sens est dans la composition. Évidemment transculturel. L’esprit classerait TOUT dans l’une ou l’autre de 64 catégories conceptuelles « naturelles ». Le génie du I Ching serait d’avoir pu empiriquement trouver une méthode pour appliquer itérativement le processus au résultat, permettant d’affiner la répartition en catégories de 64 à 64 X 64 = 4096 possibilités. Notez que j’utilise le conditionnel. Je n’en sais rien et je crois qu’on est en pleine spéculation. Mais ce n’est pas une spéculation de mystiques. On fait des liens avec le nombre d’Avogadro, l’ADN et des phénomènes scientifiques dont je ne connaissais même pas l’existence …

                      4. Je ne prétends en aucune façon que l’antiquité du I Ching ou le nombre de ses utilisateurs soient des preuves de sa véracité. Nous sommes ici totalement d’accord.

                      5. L’inconscient ne peut mieux prévoir l’avenir que dans la mesure exacte où il fournit une meilleure lecture de la situation présente où le futur est en germe. Concrètement, si mon inconscient n’a accumulé aucune information sur un sujet, son jugement est sans valeur. Si on veut connaître l’évolution du marché boursier, c’est à un courtier en bourse qu’il faut demander d’interroger le I Ching, pas à son voisin de palier. Si on c’est bien le courtir qu’on interroge, toutefois, on verra avec le recul du temps que le jugement qu’il a obtenu du I Ching s’est avéré un meilleur prédicteur des événements que l’opinion professionnelle qu’il a émise en mode « normal » . Ne me croyez pas : faites-le.

                      6. L’examen des issues favorables et défavorables a été faite bien souvent. Les puristes vous diront que toutes les issues sont bonnes, puisque ce sont celles qui correspondent aux exigences de la situation, mais pour une être humain bien terre-à-terre qui préfère gagner que perdre, je vois personnellement 8 réponses « désespérantes », 8 qui vous garantissent le succès, les 48 autres étant bonnes ou mauvaise selon ce que vous voulez et selon que vous suivrez habilement ou non les conseil qu’on vous donne. Le I Ching n’est absolument pas déterministe. Si on vous annonce un résultat inéluctable, ce n’est pas que « c’était écrit »… c’est que vous avez consulté trop tard.

                      7. Je comprend votre argument sur le « ca marche » des astrologues qui peut être élargi à n’importe quoi, mais ce n’est pas le cas du I Ching. Les questions sont bien concrètes. « Que dois-je faire pour obtenir cet emploi ? » , « Q’arrivera-t-il si je l’accepte ? »… La marge d’automystification est bien réduite… 

                       Je ne perçois pas du tout vos questions comme des attaques, je regrette seulement de ne pas pouvoir traiter le sujet plus en profondeur. Lisez sur la question. Avec ouverture, mais sans crédulité. Fascinant

                       Pierre JC Allard
                       


                    • Bernard Dugué Bernard Dugué 24 janvier 2008 11:00

                      Nous sommes ici à l’heure de l’UNION. Vous vivez une situation où des groupes se forment ou vont se former. Il est important que vous apparteniez à l’un de ces groupes. Si vous n’adhérez pas rapidement à un groupe où n’unissez pas vos forces à celle d’un autre, vous risquez de vous retrouver isolé et de ne pas pouvoir accomplir tout ce que vous désirez accomplir. Hâtez vous de créer vos alliances, car il vaut mieux appartenir à un groupe dès le départ, avant que ce groupe n’ait crée ses propres coutumes. Ce sont ces coutumes qui servent à unir ceux qui y participent. Prenez soin, cependant, de n’appartenir qu’à des groupes qui tiennent compte des intérêts de tous leurs adhérents et non pas à des groupes qui ne servent pas qu’à avantager certains de leurs membres en négligeant les autres. Le vrai problème n’est pas de savoir si vous devez ou non appartenir à un groupe : la réponse à cette question est OUI. Le problème est de savoir si vous devez vous joindre à un groupe existant et en accepter les règles... ou si vous devez créer votre propre groupe, être le point de ralliement autour duquel se rassembleront les autres. Vous devrez réfléchir à cette possibilité : elle est pour vous de la plus haute importance. Ceci, cependant est une autre question.

                      Toutefois tenez compte du commentaire suivant :
                      La ou les situations suivantes se dérouleront à des étapes à venir.

                      1ère étape :


                      Si les circonstances exigent une association avec des individus qui ne partagent pas vos valeurs, faites le strict nécessaire pour être corrects envers eux mais ne vous laissez pas entraîner à établir avec eux des liens plus étroits Si vous le faites, vous éloignerez de vous d’autres personnes avec lesquelles vous auriez bien plus d’affinités.

                      Voici ce qui se passera si vous avez bien intégré la réponse et l’étape précédente.

                      Étape suivante :


                      Si vous êtes étroitement lié - par amour, amitié ou une grande admiration - avec le leader d’un groupe, dites le ouvertement et n’hésitez pas à manifester votre loyauté. Ne reniez pas cette personne et ne vous laissez pas aller à douter d’elle pour des raisons futiles.

                      Ce qui précède est la réponse à votre question.

                      Cependant n’oubliez pas qu’au moment de prendre votre décision, il vous faut tenir compte de ce qui arrivera après. Il y a des succès qui coûtent trop cher et des échecs qui, souvent, sont des apprentissages.

                      Voici ce qui arrivera après que vous aurez vécu la situation qui motivait votre question.


                      Vous êtes ici dans le rôle du déclencheur, de celui qui influence, qui met les choses en mouvement. Traditionnellement, le I Ching parle ici de demande en mariage. Ce qu’on vous recommande, ici, c’est d’adopter une attitude de respect et de grande réceptivité, comme si vous faisiez une demande en mariage. Votre question suppose que vous établissiez des liens avec d’autres personnes. Assurez-vous donc, dès le départ, que vous êtes bien en sympathie avec ces personnes et que vous partagez leurs valeurs ; les meilleurs projets ne fonctionneront pas si les partenaires ne peuvent pas se supporter. Ensuite, n’essayez pas d’imposer votre volonté, même si vous avez en mains les cartes pour le faire ; cette affaire ne réussira que si vous obtenez la collaboration joyeuse, librement consentie de vos partenaires Enfin, montrez aux autres qu’ils ont leur valeur propre et que vous avez besoin d’eux, que vous êtes à l’écoute de leurs idées et de leurs sentiments. Comment voulez vous susciter la loyauté et la fidélité des gens si vous donner l’impression qu’ils n’ont aucune importance pour vous ? Si vous voulez avoir une influence sur les gens, acceptez qu’ils en aient une sur vous, car c’est une loi de la nature que rien ni personne ne peut avoir un effet sans en être lui-même affecté.


                      • Vilain petit canard Vilain petit canard 24 janvier 2008 12:11

                        Bernard, si tu ne précises pas que nous sommes devant un texte correspondant au tirage de l’hexagramme 9, l’Union, le lecteur va être perdu...


                      • Vilain petit canard Vilain petit canard 24 janvier 2008 12:11

                        Bernard, si tu ne précises pas que nous sommes devant un texte correspondant au tirage de l’hexagramme 8, l’Union, le lecteur va être perdu...


                      • Vilain petit canard Vilain petit canard 24 janvier 2008 12:12

                        Ah lala erreur de frappe, il s’agit bien de Bi, hexagramme 8.


                      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 24 janvier 2008 15:54

                        @ Bernard Dugué : c’est l’héxagramme 8 se transformant en l’héxagramme 31. L’intéressant, si vous avez posé une question, sera de savoir dans quelques jours si considérez cette réponse comme utile ou à côte du sujet. Encore plus intéressant de savoir, un peu plus tard, quels seront les résultats si vous suivez les conseils qu’on vous donne. Laissez-le moi savoir...

                         PJCA


                      • manusan 18 février 2008 23:59

                        Vous avez oublié de mentionner qu’on retrouve des symboles du Yi KING sur le drapeau coréen (4 en tout).

                        Comme vous le dite le Yi King est trés ancien, l’écriture arrive en Chine en - 1200 max (dynastie Shang) donc ça ne peux dater d’avant même pas -3000. Les chinois aiment bien exagérer, mais les racines sont assurement trés lointaine.

                        Le Yi King est surtout symbolique (64 symboles + combinaison), on peut supposer qu’il marque une transition dans le chamanisme des peuples d’extrème orient trés tôt dans l’histoire. Le taoisme sera trés influencé par cette pensée, ainsi que le Feng Shi, le pagua (un style d’art martial) et la médecine chinoise (qui a des effets prouvés).

                        L’ethnie Dong de la province du Guizhou porte encore des symboles Yi King et taoiste sur leurs vêtements brodés.


                        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 19 février 2008 05:21

                           Oui, les Coréens ont mis les symboles du Ciel de la Terre de l’Eau et du Feu sur leur drapeau. Intéressant, mais j’ai pensé que ça nous écarterait du sujet de l’article. Je suis d’accord avec vous que - 3000 est une exagération ; -1200 est la limite INFERIEURE, cependant, car il est généralement accepté que l’écriture chinoise s’est justement développé à partir des glyphes comme ceux du I Ching servant à la divination et écrits sur les écailles de tortues. Oui, malgré l’influence du Parti, le I Ching est resté très présent dans la vie quotidienne de la population paysanne. Il y a une vingtaine d’années, à Hangzhou, j’ai rencontré tout un groupe d’étudiants qui étaient parfaitement au courant de l’utilisation du I Ching. 

                           PJCA

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès