Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Judaïsme et croyances

Judaïsme et croyances

On peut s’apercevoir que les principales religions monothéistes sont malades, à bout de souffle, et sont à regonfler, à réformer de fond en comble, comme le système financier ! comme beaucoup de choses...

 
L’Occident et l’Europe découle de la culture judéo-chrétienne.
Dans le judaïsme entre la Kabbale, ce qui demande une certaine tournure d’esprit et un début de sagesse pour s’y retrouver.
Il entre aussi la Bible : langage souvent allégorique plus que descriptif, et remanié à maintes reprises, avec les parties essentielles comme les Dix Commandements et le Sermon sur la Montagne.
 
Foi judaïque :
Dieu unique s’adressant au peuple d’Israël par l’intermédiaire de Moïse.
L’unicité de Dieu dans la pensée juive est proche de celle qui a lieu dans les philosophies hindoues. Mais dans la pensée hindoue ce Dieu Unique peut revêtir de multiples formes, anthropomorphiques ou non, un peu comme les Yôkai au Japon, alors qu’il n’en est pas ainsi dans la pensée judaïque.

L’unicité de Dieu de la pensée judaïque exclut toute représentation de Dieu (un peu comme le Tao, qu’on ne saurait être capable de représenter). Aussi cette pensée judaïque exclut toute idolâtrie et toute vénération destinée à Dieu à travers une forme (et en totale opposition avec les Yôkai du Japon, ou avec un quelconque paganisme). Cela conduit au deuxième des Dix Commandements :

- « Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre ».

- « Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point ; car moi, l’Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent ». Déjà ici, comme peut-on dire d’un dieu d’unicité qu’il est jaloux ? car c’est déjà se mettre à sa place en imaginant son caractère ! Problème entre le mot Dieu et Esprit, à la rigueur un Esprit peut être jaloux, comme un Yôkai du Japon.
 
Mais s’il n’y a pas d’idole, renvoyant chacun à son Dieu intérieur, il en existe tout de même une étonnante : l’Arche d’Alliance.
Il existe peu de différence entre un Hindou qui adore son Dieu à travers Ganesh, un homme ventru à tête d’éléphant, et un Juif qui adore Dieu à travers l’Arche d’Alliance (liaison entre macrocosme et microcosme). Ces rappels symboliques, un peu comme des icônes constituent un « fil invisible » entre le fidèle et son Dieu, et traduisent le message que Dieu lui souffle.
Les « guerres de religions » pourraient provenir d’un problème de mots/maux sur le sens des mots traduisant le concept de Dieu, mais surtout de son sens, comme ce que tente d’expliquer le Tao-Tö-King de Lao-tseu ; car rien que le système de concept est tueur de Dieu dieux ; et l’Unicité n’est pas si évidente que cela. Plus c’est simple plus c’est compliqué ! L’Alchimiste l’a bien admis.

Il est facile de bannir des symboles extérieurs, mais extrêmement difficile de détruire ceux qui sont du domaine mental, comme les dogmes. Et en ce moment, beaucoup font de l’Unicité, Dieu, un dogme ! ou pire : une OPINION, le pire tueur du religieux, car le mental, la pensée prend racine sur le moi, le soi inférieur. Le dogme est TOUJOURS une prison. À l’heure actuelle, où les choses s’accélère comme jamais depuis 10 000 ans, et dans tous domaines, une personne qui se prétend théiste ou croyante, doit effacer tous dogmes en elle-même et s’en tenir à l’essentiel : l’unicité de Dieu. Jean Coulonval, dans son livre Synthèse et Temps Nouveaux, ne dit pas autre chose un grand nombre de fois.
 
Dieu ne pouvant être représenté, comme le Tao, et étant l’Unique, la Voie comme le Tao, et immanent en toute chose, est la perfection même. Il est donc impossible de faire le moindre rapprochement, comme le Tao, entre cette Voie insaisissable et pourtant présente partout et à chaque Instant et le dieu qui conversait sans cesse avec le peuple juif dans l’Exode ou le Lévitique. Ce dieu qui leur parlait leur demandait instamment d’exécuter les ordres les plus absurdes tels que des sacrifices d’animaux et d’humains exigeant l’application de la Loi du Talion : « Oeil pour oeil, dent pour dent », et se montrant lui-même jaloux, coléreux et vengeur, etc., donc mesquin... Comme si le misérable être humain se permettait de prêter une pensée à dieu... ou Dieu, en se mettant à sa place !
La loi du Talion prenant bien-sûr sa source dans Babylone ! Cette cité inventant l’organisation du désordre, notamment l’argent. Cette loi du Talion revenant trois fois dans le Pentateuque. Loi du Talion d’ailleurs aussi implacable que celle du Karma (loi de cause et effet au niveau du monde des accidents ou monde matérialiste).
 
Et le soi-disant dieu unique qui ne devait pas être représenté, tout au long de l’Ancien Testament, histoire pré-christique du peuple juif, on le voit figurer comme un homme ordinaire, avec ses préoccupations, ses défauts, son despotisme, ses pouvoirs, exactement comme certains Yôkai au Japon... mais contrairement aux Yôkai, avec le pardon en moins ! Un petit dieu « tribal », comme le qualifiait H.P. Blavatsky. Tribal n’exprime pas l’universalité. Et même l’universalité peut conduire à un enfermement !......... Seul compte un Mouvement. Ce dieu « tribal » qui entretenait des relations presque humaines avec les hommes de cette proche époque en somme, était personnel dans sa façon d’agir et paradoxalement, universel parce qu’il est Unique. En entretenant sans cesse une relation avec les patriarches et les prophètes, le dieu de l’Ancien Testament donnait ainsi une continuité, et une obstination dans le développement de la pensée mystique judaïque.
 
Entre l’unicité exhortée par la profession de foi judaïque - dont découle l’universalité de Dieu - et le tribalisme de ce dieu appelé Jehovah(1) (YHWH, soi-disant « nom » propre de « Dieu »), il manque un maillon pour comprendre la dégradation du sens initial de Dieu. La chronologie tueuse et la corruption du mental ont fait leurs dégâts.
Pourtant il est rappelé dans le troisième Commandement : « Tu n’invoqueras pas le Nom de YHWH ton Dieu en vain ». Tout comme c’est rappelé sous forme nettement plus poétique dans le Tao-Tö-King ; et même sous forme d’éloge du VIDE, permettant d’aller au-delà de l’universalité...
 
 
« Écoute, ô Israël, ton Dieu Unique ».
Cette Communion avec Dieu et l’idée de Peuple « choisi par Dieu » (Peuple élu), peut se traduire dans la symbolique de l’Arche d’Alliance, pacte entre Dieu et Israël. Ainsi les pratiquants de la foi de Moïse sont convaincus qu’il y a constante communion entre « leur » Dieu et eux... Là encore, rupture de l’universalité. Voilà qui pourrait avoir pour origine le « fardeau » du Peuple élu, s’excluant du reste des habitants humains de la planète Terre.
Le mot ISRAËL : Les cabalistes d’Orient font dériver son nom d’Isaral ou Asar, le dieu soleil. Isra-el signifie « luttant avec dieu ». Le « soleil se levant sur jacob-Israël » signifie le dieu-soleil (ou Isar-el) luttant avec la matière et la fécondant, et qui possède le pouvoir avec « Dieu et avec l’homme » Esaü et Jacob, les jumeaux allégoriques, sont les emblèmes du principe double toujours en lutte dans la Nature (sorte de Yin et de Yang, de Souffre et de Mercure...). Jacob-Israël est le principe féminin d’Esaü, comme Abel est celui de Caïn, et Caïn et Esaü étant le principe mâle. (D’après le Glossaire Théosophique de H.P. Blavatsky)
On a aussi dans la Genèse, 33,20 : « et il (Jacob) y érigea un autel, qu’il nomma ‘El, Dieu d’Israël’ ». Sar, de Isar-el, indique les pensées, le mental.
Donc Isra-el possédant le sens de « luttant avec dieu », amène la symbolique de « Peuple élu » de Dieu. Mais cette notion de peuple élu a pu être utile à une époque reculée parce qu’elle fut nécessaire à la conservation de l’espèce et de la culture.
Cette idée de « Peuple élu » est tueuse car elle divise ; de plus elle est une question centrale la plus problématique de toutes, pour reprendre les termes très justes et simples et j’ajouterai même dramatiques de Shlomo Sand, d’après son livre important : Comment le peuple juif fut inventé : « dans quelle mesure la société judéo-israélienne sera-t-elle disposée à se débarrasser de son image profondément ancrée de « Peuple élu », et est-il envisageable qu’elle cesse de se glorifier et d’exclure l’autre, soit au nom d’une histoire sans fondement, soit par le biais d’une science biologique dangereuse (le « gène juif ») ? »
Comme le suggère K.D. duquel je m’inspire en partie de son travail, la sentence : « Écoute, ô Israël, Ton Dieu Unique » pour être juste devrait se traduire par : « Écoute, âme fidèle, Dieu est Unique ». Car le fait d’inscrire TON dieu, est déjà diviseur et tueur !
L’idée d’unicité est reprise par la chrétienté, qui en recevant l’héritage judaïque, insiste sur sa propre volonté d’universalisme.

Multiplication « des » unicité dans la chrétienté, ou mon dieu est meilleur que le tien !
À propos de chrétienté, l’unicité malaxée dans le mental humain s’est déplacé en la personne de Jésus de Nazareth ! le Sauveur ! cherchant ainsi a manipuler l’opinion en prouvant la supériorité du christianisme.
Cette figure de Jésus de Nazareth qualifiée de « Dieu fait homme » par les fidèles chrétiens, n’a pas manqué ce destin inexorable, celui de se voir transformé en « unique sauveur », en tant que « fils unique de Dieu ». Ceci est encore un mauvais tour du mental, datant d’une époque où l’homme se croyait seule créature intelligente (géocentrisme) et croyait bon également que non seulement « son » Dieu fût unique, mais que le messager entre « son » Dieu et les hommes fût aussi unique. Injurieux par rapport au reste de la planète et de la pluralité des mondes !

(Grand merci à K.D. et à son travail, dont je me suis inspiré en partie)
 
 
On peut s’apercevoir que les principales religions monothéistes sont malades, à bout de souffle, et sont a regonfler, à réformer de fond en comble. Par exemple l’Islam doit aussi se remettre en question pour ne pas dériver vers un fanatisme et une radicalisation conduisant à une prison... Un comble pour un principe religieux devant apporter une délivrance et donc une paix. Donc même chose pour le judaïsme.
 
 
Note.
1. Jehovah, Jah-Eve, selon le Glossaire Théosophique de H.P. Blavaysky, indique l’existence ou l’être mâle-femelle. C’est ce dernier sens caché qu’il a. Donc la « matière » devient sexuée, la chute dans la matière est effective, avec aussi le développement du mental : l’humanité devient la troisième « race-racine », le mot race désignant seulement une vague de vie, une phase de l’évolution, et n’a rien à voir avec la couleur de peau ou le lieu de naissance.
 
(Origine de la page sur mon site : fangpo1.com)
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.07/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • King Al Batar King Al Batar 6 avril 2010 12:15

    Le problème es que vous critiquez des textes religieux à postériori en sachant comment le monde a évolué.
    Si vous partez du principe que le peuple juif, et à plus forte raison leurs ancêtres les hébreux, pretendent avoir un rapport privilégié avec leur D.ieu et que vous en êtes choqués, c’est uniquement parce qu’on vous a appris en tant que Français (donc ayant grandi dans une société judéo chretienne) que le D.ieu et le même.

    Il aurait été plus simple pour les juifs, que Jesus ne soit pas juif et par conséquent que le reste des religions monotheistes n’intègre pas ce même D.ieu dnas la leur. là on aurait pas dit que la notion de peuple élu par D ;ieu gène... On aurait dit : « les mecs ils croient en leur D.ieu et du coup ont des rapports uniques avec lui, point barre. »

    La religion juive étant crée avant la religion chretienne et musulmane, les mecs ne pouvaient pas savoir qu’en 2010 98% de la planête se partageraient le même D.ieu, et que cet « élitisme » que visiblement vous maitrisez mal, serait mal perçu ou serait synonyme d’exclusion.

    Ne prenez pas mal ce que je vous dit sur le fait de mal maitriser l’élitisme, il se trouve que je suis juif (de naissance mais peu pratiquant) et que je ne le maitrise pas mieux que vous. mais quelqu’un qui saura mieux vous expliquer les choses que moi (un mec qui connait bien sa religion) vous expliquerait justement qu’élitisme ne signifie pas exclusion d’autrui...


    • Diva Diva 6 avril 2010 23:59

      « élitisme ne signifie pas exclusion d’autrui »

      Il faut oser la sortir celle ci, sans trembler du menton !
      Et c’est encore un militaire qui gagne une tringle à rideaux !


    • King Al Batar King Al Batar 7 avril 2010 09:53

      Si tu as la capacité de comprendre ce que je veux dire, alors tu ne peux qu’etre d’accord.

      Quand la religion juive à été crée, les mecs ils n’avait pas « prévu » que leur D.ieu serait le D.ieu prié par 98% de la planête. Donc etre élu par un D.ieu qui n’est que le tien, pour un peuple c’est normal, et cela n’a rien d’exclusif, puisque le D.ieu n’est pas partagé.

      Aujoud’hui on dit, quand meme pour qu’ils se prennent à croire que D.ieu (de tous les terriens) les a choisi. Donc forcément l’inteprétation de cet élitisme que vous semblez critiquer, est fausse car elle est basé sur le fait que les juifs serait le peuple « élu » aujourd"hui. Ce qui n’est pas le cas.

      Lors qu’on trouve une communauté qui prie un dieu, ou plusieurs, si personne d’autre sur la planete ne prie ce dieu, elle peut se proclamer chouchoute de ce dieu si ca lui fait plaisir, ca ne fera chier personne, puisque de toute facon tout le monde s’en fout.


    • @distance @distance 6 avril 2010 12:15



      Après les dieux de l’Olympe, devenus mythologie, l’homme inventa le dieu unique, légitimant ainsi le pouvoir établi. Depuis la religion orchestre le pouvoir du dieu sur l’homme (en fait d’hommes sur d’autres hommes), étroitement mêlé au pouvoir politique.

      Véritables injures à l’intelligence et parasites de la conscience, les religions et leur emprise sur les consciences retardent de manière durable le développement de l’humanité.


      • @distance @distance 6 avril 2010 12:23


        à l’auteur,

        très instructif le doc « le père Boulad chrétien d’Egypte » - à voir absolument 
         


      • FRIDA FRIDA 6 avril 2010 12:21

        Article intéressant en effet,
        merci pour l’auteur.


          • Céphale Céphale 6 avril 2010 13:10

            Les uns prennent les textes anciens au pied de la lettre, les autres les prennent pour des écrits mythologiques, comme l’Iliade et l’Odyssée. A chacun de se faire sa « religion ».


            • King Al Batar King Al Batar 6 avril 2010 13:49

              Si ca se trouve, dans 2000 ans, on croira que Superman ou que Sangoku ont vraiment existé et était des prophètes.....


            • armand armand 6 avril 2010 14:03

              Il y a une superbe nouvelle de SF (je ne me souviens plus de l’auteur) qui reprend le thème de deux soldats ennemis, un Terrien et un Alien, qui sont condamnés à cohabiter sur une planète déserte et qui apprennent à repsecter leurs cultures respectives. Dans un premier temps, l’Alien croit énerver le Terrien en insultant Mickey, car il pense que c’est son Dieu....


            • BABAYAYA BABAYAYA 6 avril 2010 16:59

              @ armand :

              bonjour, ce ne serait pas « enemy mine » ?


            • armand armand 7 avril 2010 10:26

              Babayaya,

              Bonjour - oui, « Enemy Mine » - je n’avais même pas vu qu’on en avait fait un film, avec Dennis Quaid.


            • Tarouilan Tarouilan 7 avril 2010 10:41

              Il y a une troisème voie infiniment plus pertinente, comme celle d’Israel SHAHAK avec son ouvrage ; Histoire juive - Religion Juive... qui est explicite...... pour la religion juive, .....son role social...  http://codeig.net/SHAHrelig.pdf que ces platitudes annonées constament, et c’est valable pour toutes les religions, .... elles n’ont qu’un role de ciment social, pour une communauté donnée, le reste c’est de l’emfumage proche du lavage de cerveau...


            • @distance @distance 6 avril 2010 13:26

              Asherah (de l’hébreu אשרה), est une déesse qui semble avoir été liée au culte de YHWH avant -600. Elle était peut-être révérée comme son épouse.

              Pour beaucoup d’historiens, le culte d’Ashéra et des autres dieux cités par la Bible, cultes condamnés par les prophètes, prouve au contraire que les anciens Israélites étaient polythéistes, les prophètes représentant un courant religieux en rupture avec la tradition.

              Dans cette optique, la religion polythéiste des anciens Israélites aurait d’abord évolué vers la monolâtrie où Yahvé était le dieu principal, entouré par d’autres dieux ; puis dans un second temps, la religion aurait évolué vers un monothéisme ou il était le seul dieu.

              http://www.youtube.com/watch?v=5IrL9oylVGU


              • tourn en ron 14 avril 2010 12:59

                ces vrais et tu trouve la reponse ici


              • rastapopulo rastapopulo 6 avril 2010 15:26

                ouais c’est pour ça que l’usure pullulent et que la masse monétaire a gonflée sans contrepartie réelle comme jamais avant !

                le moyen âge c’est maintenant !

                A quand la renaissance ?

                L’usure est condamné depuis l’antiquité et par les 3 religions monothéistes, rien d’étonnant quelle soient exclue car trop vertueuse pour servir les ambitions d’asservissement mondial par la finance dévoyée.

                 


              • Jojo 6 avril 2010 13:33

                Une bouffée d’air frais et un article de grande qualité merci.

                Il y aurait tant à dire mais juste une chose, rarement lu plus pertinent :

                « Entre l’unicité exhortée par la profession de foi judaïque - dont découle l’universalité de Dieu - et le tribalisme de ce dieu appelé Jehovah(1) (YHWH, soi-disant « nom » propre de « Dieu »), il manque un maillon pour comprendre la dégradation du sens initial de Dieu. La chronologie tueuse et la corruption du mental ont fait leurs dégâts. »

                Malek Bennabi analyse admirablement dans « le prophète », cette période noire durant laquelle les navi (navi-sheker ou faux prophètes) pullulaient dans Jérusalem, une période où les gens préféraient se détourner des prophéties terribles d’un vrai prophète Jérémie, leur préférant le discours autrement plus conciliant d’un faux prophète Hanania.

                C’est cette période qui a vu à Jérusalem, la nationalisation de l’idée monothéiste. Je n’en reviens pas d’être capable d’écrire une monstruosité pareille et pourtant allez expliquer à beaucoup de … « croyants » que leur Dieu est en fait … celui de tous.

                Merci encore


                • DESPERADO 6 avril 2010 14:27

                  « L’Occident et l’Europe découle de la culture judéo-chrétienne. »

                  Encore une manipulation de plus.
                  Je ne vois pas le lien qu’il y a entre judaisme et démocratie chrétienne.
                  Sous le pretexte que Jésus était juif, nous le serions tous un peu.
                  Nous avons plus à voir avec les grecs(,les celtes et les romains.
                  Mais enfin, on essaie de créer un sainte alliance contre l’Islam, n’est-ce pas. ?



                  • King Al Batar King Al Batar 6 avril 2010 15:58

                    Je croit que cela n’a rien à voir, il est simplement considéré que, comme la religion chretienne integre l’ancien puis le nouveau testament, on dit Judeo Chretienne.

                    Libre aux musulmans de se dire Judéo Christiano musulmans, puisqu’ils intègrent les textes des trois religions (en les ayant un peu remaniés je crois).

                    A partir du moment ou les prophètes juifs sont présents dans la religion Chretienne, il est tout a fait normal de considérer une culture comme ayant une racine - le judaisme- puis une évolution de cette racine - Le Christianisme -.

                    La je crois que vous faites une parano !

                    De plus il existe un lien très important entre le judaisme et la démocratie moderne, c ’est la liberté régulée. L’un des fondements de la religion juive, l’auteur l’évoque en plus, c’est qu’au dela de l’histoire de Moise dont l’auteur parle, il y a une morale.... Des esclaves qui se libèrent, ils fuient jusqu’à un mont, là le libérateur dit :«  bouger pas je reviens ». Et pendant ce temps, les mecs qui viennent de découvrir la liberté en abusent pour faire n’imp.
                     
                    Moralité :

                    « Il n’y a pas de liberté sans lois » dixit Moshé.

                    Cette notion est présente dans les fondements des démocraties occidentales. Au moins au tant que la fraternité chretienne qui vise à dire « aime ton prochain », ce que ne disait la religion juive.
                    Vous semblez négliger qu’il n’existe pas d’histoire connue, avant celle de Moise, dnas toute l’humanité qui parle de la Liberté. Cette histoire présente dans les trois religions, est certainement l’histoire de la Liberté (puisque 98% de la planete, c’est à dire tout le monde sauf les athés) y croient.

                    La religion Musulmane étant à mon sens la première religion qui a vraiment chercher à établir une égalité entre les hommes (sans le h, c’est a dire le genre masculain) devant D.ieu.

                    Les trois notions symbole des religions nous les retrouvons donc dans notre triptique Liberté, égalité, fraternité.

                    Le problème de cette triptique étant qu’elles osnt complémentaires, et que la Liberté et opposée à l’égalité. Il n’y a qu’à regarder l’humanité pour le conclure. L’Islam et tous les pays musulmans detestent la liberté. La religion juive n’admet pas l’égalité (notion d’election) et à toujours préféré la liberté (ce qui n’est pas mieux !).

                    Seule la fraternité peut unir l’égalité et la liberté. En effet j’alliene une partie de ma liberté au profit d’une égalité uniquement parce que l’autre, mon égal, et mon frère.


                  • King Al Batar King Al Batar 6 avril 2010 17:18

                    Le terme copier n’est pas le terme exact... De plus il est irrespectueux. Respecter les croyances d’autrui c’est se respecter soi meme.

                    Comment veux tu que le mec ne voit pas un coté elitiste et pretentieux si tu parle de opie. Il n’y a pas de copie, il y a evolution. Les choses ont évoluées, les croyances aussi.

                    Les jufis sont restés dnas leur croyances, et les chretiens puis les musulmans ont prolongé cette croyance. Il n’y a pas de copie.


                  • DESPERADO 8 avril 2010 10:34

                    neostar

                    quand tu auras un argument , tu l’écris.
                    Le coup des fêtes à la con, pas très intéressant.
                    Par contre lire Arthur Koestler peut aider.

                  • jibe jibe 6 avril 2010 15:34

                    Un article intéressant, mais qui zappe une notion importante : pour un juif, il n’y a pas de « bon » dieu alors que pour un chrétien, la bonté de Dieu est un dogme. 

                    Bien au contraire, le juif est toujours en train de subir les volontés de Dieu, de lui faire des reproches ou de se révolter contre lui, pas de l’adorer (les intégristes juifs sont aussi dans l’erreur). De ce fait, le soi—disant héritage « judéo »-chrétien est une notion totalement erronée.

                    • zelectron zelectron 6 avril 2010 15:37

                      @l’auteur
                      "ce qui demande une certaine tournure d’esprit et un début de sagesse pour s’y retrouver"

                      et que fait-on lorsqu’on a une autre tournure d’esprit et une finition de sagesse ?


                      • Noor Noor 6 avril 2010 15:38

                        « On peut s’apercevoir que les principales religions monothéistes sont malades, à bout de souffle, et sont à regonfler, à réformer de fond en comble, comme le système financier ! comme beaucoup de choses... »

                         Ca c’est vous qui le dîtes , les valeurs des religions monothéistes dont vous parlez, sont elles intemporelles.


                        « C’est cette période qui a vu à Jérusalem, la nationalisation de l’idée monothéiste. Je n’en reviens pas d’être capable d’écrire une monstruosité pareille et pourtant allez expliquer à beaucoup de … « croyants » que leur Dieu est en fait … celui de tous. »


                        Je crois que les croyants ont integré depuis un bout de temps que les religions monothéistes avaient le meme Dieu 
                        jojo


                        • non667 6 avril 2010 16:08

                           à rikiki
                          on peu discuter à l’infini de l’existence de dieu
                          par contre l’existence des religions est incontestable comme l’est l’influence de celle-ci sur les us et coutumes des « croyants » et avec le temps sur leur civilisation ,leur politique.
                          de ce point de vue ,l’usage de la religion à des fins politiques est en recrudescence , nous 
                          sommes en guerre de religions d ’ou la réflexion religieuse fondamentale a disparu ! guerre mondiale avec le terrorisme et al kaida ,locales pour d’autres....

                          je n’ai pas lu le livre de shlomo sand "comment le peuple juif fut inventé mais je pense qu’il pose bien le problème et je trouve vos commentaires dans ce paragraphe absolument pertinents
                          j’en étais arrivé aux mêmes conclusions à la lecture
                          du chapitre XVII de la genèse :
                          - qui fonde leur religion (invention du judaïsme ,naissance )
                           :.1°commandement spécifique 1000 ans avant les10 autres(universels ) (à moïse )
                          -qui fait des descendants d’abraham le peuple élu donc unique et à part (1° com.)
                          -qui fait avec un dieu unique une alliance originelle et éternelle , alliance raciale(race est le mot qui revient souvent pour descendance ) au sens le plus restrictif du terme puisque est exclus de cette alliance ismael fils d’abraham mais avec une égyptienne ( d’ou le conflit judéo-islamique ,l’islam revendiquant le sacrifice d’ismaël et niant l’existence d’isaac  !!( pour caricaturer le dieu d’abraham est raciste, aujourd’hui on est traité de raciste pour moins que ça )
                           - alliance spirituelle au début mais aussi militaire ensuite comme c’est une coutume assez générale,chez tous les hommes « dieu est avec nous » ,
                          c’est leur dieu qui disposait de leur sort suivant leur comportement !) c’est aussi une déclaration implicite de « guerre »contre le reste du monde , d’ailleurs le reste de la bible n’est que le récit des divers conflits avec le voisinage dont le plus connu est la traversé de la mer
                          . « guerre » menée (globalement avec 4000 ans de recul )non par les armes (a 1 contre 1000 il aurait fallu être fou )mais par l’intelligence et la ruse
                          -pour les juifs la terre d’israel ne leur a pas été donné par les européens mais avec des moyens détournés par dieu : c’est la terre promise ,même actuellement ils revendiquent leurs droits sur la palestine par rapport à la promesse divine .Leur demander d’y renoncer ,de s’intégrer ,ou d’intégrer en faisant des mariages mixtes avec des goyims pourtant seule solution pacifique , c’est leur demander de renoncer à leur religion !!!!!!
                          c’est pas demain la veille !


                          • mcjb 6 avril 2010 16:15

                            tres reducteur votre article,

                            a savoir il n’interesse pas a l’histoire des religions et pourtant cela a une certaine importance, la paque chretienne se situe le premier dimanche apres la première lune de printemps qui lui se situe le 21 mars, 13 lunes 156 pour 12 mois 144, a supposer que chaque lune soit espacee de 12 mois ce qui n’est pas le cas, les babyloniens, les lunaisons se situent dans un contexte historique depuis les mayas, , le calendrier de Dieu est scientifiquement exact, les tables alpha numeriques en gemetrie aussi
                            juste un apercu de la science en bible les fractions 22/22+32/32=54/54 soit 27*2
                            prenons le nombre 216/8=27, etc etc


                            • mcjb 6 avril 2010 16:18

                              bien entendu tenir compte du tetragramme de moise 13+13 = 26 livre de mr chouraqui moise


                              • mcjb 6 avril 2010 16:21

                                le seul interet concret du judaisme c’est le sceau de salomon en 108 , 108 etant la creature alors que 104 est la creation


                                • mcjb 6 avril 2010 16:22

                                  qu quelqu’un est malade ici ce n’est surement pas la parole de Jesus Christ


                                  • mcjb 6 avril 2010 16:43



                                    le calerndrier le plus elaboré est celui des babyloniens il est lunaire, l’annee commence avec la première lunaison de printemps et comporte 12 mois alternés de 29 et 30 jours soit une annee de 354 jours reajustement avec le cycle solaire par addition de 7 mois supplementaires en 19 annees (19 annees = 235 lunaisons). Les babyloniens definissent le saros 18 ans 11 jours


                                    • BABAYAYA BABAYAYA 6 avril 2010 17:03

                                      ouais bin moi je dis

                                      « dieu soit loué ! »

                                      ........................................................(euuuhhh combien ???)


                                      • King Al Batar King Al Batar 6 avril 2010 17:19

                                        Peuple élu........... ?

                                        En tout cas moi j’ai pas voté pour eux................... !


                                      • robin 6 avril 2010 17:12

                                        « On peut s’apercevoir que les principales religions monothéistes sont malades, à bout de souffle, et sont à regonfler, à réformer de fond en comble, comme le système financier ! comme beaucoup de choses... »

                                        Penser qu’on peut réformer une religion c’est ne rien connaître de ce qu’est une religion :

                                        Une religion est théoriquement le support de la transmission de la parole éternelle de Dieu, donc par définition si il n’y a pas de « friture » dans cette transmission, il n’y a rien à négocier ni à transformer car la parole de DIeu est absolue, c’est bien pour ça que tous ceux qui veulent imaginer que les religions doivent être des selfs services adaptables aux besoins du client n’ont rien compris.


                                        • rikiki 6 avril 2010 18:41

                                          @ Robin
                                          Sûr que mon introduction en chapeau est à l’emporte-pièce, je vous l’accorde ; mais reconnaissez qu’il y a des réformes à faire en profondeur ! on aboutit en ce moment à des superstitions et à du fanatisme, et surtout à des dogmes. Et qu’il est difficile de concevoir l’infinie, l’éternité, l’origine... à cause justement du mental ! et en plus d’abîmer cet infini par des mots/maux ou une analyse, ou un concept, tous étant des tueurs.


                                          • Ali 6 avril 2010 19:12

                                            une petite pensée aux qq rares personnes de par le monde qui ne reconnaîssent ni Islam ni judaïsme ni Christianisme


                                            • rikiki 6 avril 2010 19:52

                                              Oui et certains disent que les athées sont plus croyants que les croyants...


                                              • Internaute Internaute 6 avril 2010 21:10

                                                @Desesperado

                                                « L’Occident et l’Europe découle de la culture judéo-chrétienne. » vous choque et vous avez raison. Sur le plan religieux la chrétienté prend ses racines dans le judaïsme puisqu’elle intègre une partie de cette religion (l’ancien testament) mais toute son originalité se trouve dans le nouveau testament décrit par les évangiles. Dans ce contexte, même si c’est un abus de lui préfixer le judéo, on ne peut pas tenir rigueur à ceux qui le font.

                                                Sur le plan de la culture, l’Occident et l’Europe ont intégré le christianisme comme un apport extérieur mais la culture européenne et la civilisation européenne existent bien indépendemment du christianisme lequel a eu beaucoup de mal à contrôler la noblesse. Nos racines sont germaines, grecques et romaines. La structure sociale hiérarchique, l’organisation sociale des ville et des campagnes, le développement des arts, de la guerre, du génie civil, le développement scientifique et industriel qui sont la véritable marque de fabrique des européens ne doit rien au christianisme et encore moins au judaïsme.


                                                • DESPERADO 8 avril 2010 10:26

                                                  salut internaute

                                                  merci.

                                                • COVADONGA722 COVADONGA722 6 avril 2010 21:24





                                                  Tous les hommes voudraient cheminer sur la route de la Connaissance.
                                                  Cette route, les uns la cherchent, d’autres affirment qu’ils l’ont trouvée.
                                                  Mais, un jour, une voix criera :
                                                  « Il n’y a ni route ni sentier ! »

                                                  Omar Kayyam

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès