Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Religions > June Campbell, esclave sexuelle au nom du tantrisme

June Campbell, esclave sexuelle au nom du tantrisme

June Campbell fut la traductrice du célèbre maître tibétain Kalou Rinpoche, et aussi sa "mudra", sa "dakini", en d'autres termes sa concubine, mais dans un contexte tantrique qu'elle analysa a postériori comme un pur prétexte permettant à ce moine de rompre ses voeux de chasteté.

De son expérience douloureuse, elle a tiré un livre, ainsi que la matière d'interviews.

Proche pendant des années d'un des plus grands maîtres tibétains, tant comme traductrice que comme compagne, June Campbell est une des personnes qui connaissent le mieux, de l'intérieur, ce mystérieux bouddhisme tantrique, où le secret joue un si grand rôle.

La démystication du tantrisme qu'elle opère est donc le fait de quelqu'un, ou plutôt quelqu'une, qui en connait bien des ressorts intérieurs et bien des secrets, à vrai dire les bien misérables petits secrets de queutards baisouillant en cachette.

June Campbell eut à subir les insultes habituelles que reçoivent les victimes d'abus sexuels qui osent révêler les travers d'un "grand homme".

Elle a abandonné la pratique du bouddhisme tibétain.

Kalou Rinpoche

Kalou Rinpoche (1905 - 1989) est un célèbre maître tibétain appartenant à l'école Kagyupa. Il a fondé de nombreux centres tibétains en occident et particulièrement en France, et il est l'auteur de plusieurs livres. Grand mystique, ayant passé quatorze ans en retraite solitaire dans les montagnes, il est considéré comme ayant atteint des accomplissements élevés. Il a eu pour disciples les plus grands lamas tibétains. Son image est cependant ternie par les abus sexuels qu'il pratiqua sur June Campbell, abus mentionnés dans son profil Wikipedia en anglais, mais absents du profil en français.

Les pratiques sexuelles dans le tantrisme

L'existence même de pratiques sexuelles dans le tantrisme n'est pas un mystère : nous avons tous vu des peintures tibétaines représentant deux divinités en "yab-youm", c'est à dire en union sexuelle.

Le questionnement porte plutôt sur la fréquence de telles pratiques (exceptionnelles ou courantes ?), sur leur degré d'intensité (ont-elles lieu en imagination, en "visualisation", ou en vrai ?) et sur le sort de la partenaire féminine (est-elle consentante ? est-elle dans une relation d'égalité ? qu'advient-il d'elle quand elle vieillit ou si elle tombe enceinte ?).

D'après certains auteurs, le sort de cette partenaire féminine serait idyllique. Elle serait traitée mieux qu'à égalité : comme une déesse dont le mâle serait l'adorateur. Telle est la thèse de Miranda Shaw dans son livre Passionate Enlightenement.

Tout autre est le point de vue de June Campbell.

June Campbell

June Campbell est écossaise. Très tôt passionnée par le bouddhisme, elle devient la traductrice de plusieurs grands maîtres, et en particulier de Kalou Rinpoche, qui se met à exiger (c'est bien le mot) qu'elle devienne aussi sa concubine. Elle n'a pas encore trente ans. Il en a près de soixante-dix.

De cette expérience traumatique, June Campbell tira un livre paru en 1996 sous le titreTraveller in Space : Gender, Identity and Tibetan Buddhism (extraits 1, 23). Un résumé de l'affaire est disponible ici. June Campbell donna aussi une grande interview au magazine Tricycle sur le secret tantrique.

Traveller in space, Voyageuse de l'espace en français, dakini en sanskrit : tel est le terme très valorisant (l'expérience l'est moins) utilisé pour pour désigner la concubine d'un pratiquant tantrique, ainsi assimilée à une divinité. Campbell analyse la situation comme un exploitation, un abus. Elle se voit niée, puisque les proches du lama eux-mêmes ignorent l'existence du couple, sauf un jeune moine avec qui Rinpoche la partage. Plus tard, il prend aussi une deuxième concubine plus jeune, et June Campell est priée de s'en acommoder et de, toujours, garder le secret :

"A titre d'exemple de ce qui pourrait arriver, l'on me dit que le lama avec qui je vivais avait eu, dans une autre vie, une maîtresse qui lui causait du souci ; pour faire cesser le trouble, il lui jeta un sort, elle tomba malade et mourut. Il me dit aussi que cette femme était un puissant démon ; qu'il l'avait fait participer à des actes sexuels par compassion mais qu'elle causait tant de trouble que ce n'était plus supportable, et que son statut en tant que lama en était menacé."

Ces menaces sont d'autant plus prises au sérieux par June Campbell que la jeune seconde maîtresse de Kalou Rinpoche meurt brusquement, en principe d'une crise cardiaque.

Cet épisode de menaces met mal à l'aise car, de banales histoires de coucheries tantriques qui ne sont à vrai dire pas une révélation, on est passé là à de pures et simples menaces de mort, et à l'acceptation au moins théorique de la notion de magie noire par un des maîtres les plus vénérés. Que ce soit vrai ou faux, Kalou Rinpoche s'est vanté d'avoir tué une maîtresse gênante par des pratiques de sorcellerie. Cela témoigne au moins d'une certaine complaisance vis à vis de ces pratiques, et vis à vis du meurtre de subordonnés gênants.

Le secret dans le tantrisme
 
Le problème du secret dans le tantrisme tient une place importante chez June Campbell qui, rappelons le, le connait de l'intérieur. Le secret est généralisé, et il est contraignant pour le disciple, qu'il emprisonne littéralement : en témoigne le vrai sentiment de rupture de tabou qu'elle éprouva, et qui la fit hésiter des années avant de raconter son histoire. En même temps, le secret tient souvent, très banalement, à de bêtes coucheries survenues entre un lama et une disciple.
 
Pourquoi ce secret alors, puisque le tantrisme n'a pas d'objection de principe à la sexualité ? Certes, nous répond Campbell, il n'y a pas d'objection de principe, mais il y a quand même des situations où une liaison doit être cachée, par exemple si le lama est marié ou s'il a pris des voeux monastiques de chasteté. Surtout, ce secret a quelque chose de structurant dans la société tibétaine. En effet, nous dit Campbell, les pratiques sexuelles, sont généralisées chez ceux qui le peuvent, c'est à dire chez ceux qui détiennent le pouvoir, en d'autres termes chez les moines de haut rang. Car, nul ne l'ignore, la société tibétaine traditionnelle a pour colonne vertébrale des ordres monastiques astreints à des voeux de chasteté. Elle a donc, clairement, une contradiction à résoudre, et le secret est l'ingrédient miracle qui permet de concilier vie sexuelle épanouie et respect apparent du code de discipline monastique.
 
Qu'en est-il de la pratique consistant à se contenter de visualiser des scènes sexuelles sans les vivre autrement qu'en imagination ? Est-elle considérée comme apportant, pour la pratique, les mêmes bienfaits que des relations sexuelles réelles ? Non, répond Campbell. Les scènes sexuelles juste visualisées, c'est ce qui est écrit dans les textes, mais en réalité la vraie pratique tantrique commence quand le pratiquant peut se procurer une vraie partenaire féminine. Les visualisations sont un simple pis aller pour les débutants ou les moines sans pouvoir. La thématique de la sexualité par visualisation, très répandue dans les éléments de langage du système est aussi très pratique pour avouer sans avouer, pour reconnaître que le tantrisme sexuel existe tout en laissant entendre qu'il est exceptionnel.
 
D'autres circonstances, plus psychologies, jouent aussi dans cette association indissoluble entre sexualité et secret. Les moines tibétains, surtout les grands maître tulkous, étaient souvent amenés enfants au monastère après une rupture souvent traumatique avec la famille. Les rencontres avec mère et soeurs se faisaient à l'occasion d'instants volés. La vie quotidienne se déroulait en milieu exclusivement masculin. Dans ce contexte, c'est presque naturellement qu'une rencontre, même innocente, avec une femme, même une parente, donnait une impression de conspiration.
 
Campbell insiste sur le côté très hiérarchisé de la société tantrique, et sur le secret qui envahit tout, et crée des situations très paradoxales. L'existence de pratiques sexuelles est connue, devinée et pressentie, mais sans que leur fréquence soit bien appréciée, et sans que l'entourage sache que tel lama en particulier a pour concubine Unetelle en particulier. Une révélation fait l'objet d'un coup de tonnerre, au moins sur l'entourage masculin des proches disciples et des conseillers en théorie les plus proches du maître. Les femmes, en savent finalement plus sur les ressorts secrets du tantrisme, et, en même temps, chaque maîtresse est réduite au rang de complète inexistence.
 
Les conseils de Campbell aux jeunes femmes qui se trouveraient dans la même situation qu'elle : ne pas se prendre pour des personnes au karma exceptionnel parce qu'un maître a jeté les yeux sur elles (ce qui tend à faire perdurer ces relations malsaines). Et ne pas craindre le mauvais karma quand elles voudront rompre et la relation et le secret : "La vérité ne produit jamais de mauvais karma", nous dit Campbell.
 
Et qu'en est-il de ce statut quasi divin qui serait accordé à la partenaire féminine ? Qu'en est-il de ces grandes lignées de maîtres tantriques féminins dont Miranda Shaw, dans son livre ? Campbell répond qu'elle n'en a jamais rien vu, et que ces grandes lignées, à supposer qu'elles aient existé, doivent dater de 500 ou 1000 ans.


Sur le même thème

Tibet : le 79ème anniversaire du Dalaï-lama persévérant dans la voie du dialogue
Le Tibet fermé aux touristes à l’approche du 10 mars 2014 commémorant le soulèvement de 1959
Tibet : les 3 et 4 mai 2014 le Salon de la Culture Tibétaine à la Pagode de Vincennes
Sous tension au Tibet, le Panchen-lama passe son 25ème anniversaire en prison
Tibet : une campagne pour l'autonomie élargie, et un festival à la Pagode de Vincennes.


Les réactions les plus appréciées

  • Par PAS GLOP PAS GLOP (---.---.---.15) 19 septembre 2011 10:14
    PAS GLOP PAS GLOP

    "qui se met à exiger (c’est bien le mot) qu’elle devienne aussi sa concubine. Elle n’a pas encore trente ans. Il en a près de soixante-dix."
    Une exigence n’est pas un couteau sous la gorge comme dans les trains de banlieues, ou une agression à dix ou quinze crapules comme dans les caves des citées. Elle n’a pas non plus avalé de GHB. Donc si elle était d’accord, je ne vois pas où est le problème. Il n’y a qu’elle qui soit responsable de sa bêtise et sa crédulité .

  • Par Andydrew (---.---.---.200) 19 septembre 2011 16:25

    Après avoir massacré 1,2 millions de tibétains. Merci la chine...

  • Par Krokodilo (---.---.---.199) 19 septembre 2011 11:01
    Krokodilo

    Ah zut, j’aurais dû faire tantrisme plutôt qu’athéisme ! Sinon, intéressante désacralisation, désenfumage de cervelles ; sectes, théocraties, religions, la manipulation est partout, on est d’abord esclave dans sa tête comme dit le sage. Mais comment apprendre à réfléchir quand des radios ou des journaux continuent de diffuser des horoscopes, et qu’on supprime la philo en terminale  ? Chacun cherche sa voie, et les pièges sont nombreux.

  • Par Gollum (---.---.---.115) 19 septembre 2011 11:15
    Gollum

    Bon pour équilibrer un peu ce pamphlet anti-tantrisme, je me permets de signaler que de nombreuses femmes en Occident suivent ces enseignements et s’en portent très bien.


    Ci-joint une interview de Miranda Shaw, citée dans l’article.

    Certes il y a des abus comme dans tous les domaines, mais le Tantrisme reste à mon sens la meilleure doctrine quant à l’essence du Féminin et le meilleur rempart à la fois contre le puritanisme d’essence moralisatrice, et contre tout ce qui est d’essence pornographique, tous les deux d’ailleurs, typiquement masculins...

    Le Tantrisme n’est pas propre au Bouddhisme. Il y a un tantrisme hindou, comme taoïste. En Occident, il y a eu les Fidèles d’Amour. Je me souviens ici-même sur Agoravox de textes très intéressants de Salvador d’inspiration ttantrique.

Réactions à cet article

  • Par PAS GLOP PAS GLOP (---.---.---.15) 19 septembre 2011 10:14
    PAS GLOP PAS GLOP

    "qui se met à exiger (c’est bien le mot) qu’elle devienne aussi sa concubine. Elle n’a pas encore trente ans. Il en a près de soixante-dix."
    Une exigence n’est pas un couteau sous la gorge comme dans les trains de banlieues, ou une agression à dix ou quinze crapules comme dans les caves des citées. Elle n’a pas non plus avalé de GHB. Donc si elle était d’accord, je ne vois pas où est le problème. Il n’y a qu’elle qui soit responsable de sa bêtise et sa crédulité .

    • Par Catherine Segurane (---.---.---.162) 19 septembre 2011 10:19
      Catherine Segurane

      Il est seul responsable de ses pratiques de manipulation.

      Elle est seule responsable de sa crédulité.

      Elle est également responsable (au sens noble du terme) de l’analyse qu’elle fait de la situation et des mises en gardes qu’elle adresse aux naïf (ve)s.

    • Par Talion (---.---.---.52) 19 septembre 2011 17:29
      Talion

      « Une exigence n’est pas un couteau sous la gorge comme dans les trains de banlieues, ou une agression à dix ou quinze crapules comme dans les caves des citées. Elle n’a pas non plus avalé de GHB. Donc si elle était d’accord, je ne vois pas où est le problème. Il n’y a qu’elle qui soit responsable de sa bêtise et sa crédulité . »


      Il me semble que c’est à peut de chose près la thèse que les proches de DSK ont défendu alors qu’il croupissait au mitard aux USA...

      Enfin, je dis ça, je dis rien...
    • Par gébé (---.---.---.62) 19 septembre 2011 18:07
      gébé

      je m’apprêtais à écrire à la même chose.

      Etonnant de venir se plaindre (sinon pour en faire un bouquin à vendre) après avoir accepté le statut de « victime » pendant des années !

    • Par Catherine Segurane (---.---.---.190) 20 septembre 2011 07:41
      Catherine Segurane

      Si vous avez bien lu l’article et suivi les liens que j’ai donnés vers de larges extraits écrits par Campbell elle-même, vous avez du voir qu’elle n’élude pas sa part de responsabilité.


      En expliquant ce qui a pu la conduire à rester dix ans la concubine de KR, elle souligne l’ambiance de manipulation et de menace latente (mauvais karma, « sort » ayant tué une concubine dans une supposée vie antérieure), mais aussi le fait qu’elle se sentait valorisée.

      Parmi les conseils qu’elle donne aux jeunes femmes susceptibles de vivre la même mésaventure, il y a celui de ne pas se prendre pour des êtres exceptionnels parce que le maître les a distinguées de la foule des disciples. Ce qui est clairement une donnée du problème.

    • Par Morgane Lafée (---.---.---.218) 20 septembre 2011 16:00

      @Gébé et autres :
      « Etonnant de venir se plaindre (sinon pour en faire un bouquin à vendre) après avoir accepté le statut de »victime« pendant des années ! »

      Vous n’avez donc aucune notion de psychologie humaine. Et vous ne savez rien de la manipulation mentale, bien évidemment exercée dans des cas de ce genre.

      Enfin, avec votre raisonnement, j’imagine que vous pensez la même chose des personnes battues par leur conjoint... Et tant qu’on y est, même chose pour les enfants battus ou abusés ! Vous allez me dire que c’est pas pareil parce que c’est la famille, etc. N’empêche que les gens qui vivent avec une personne violente (parent ou conjoint) ont souvent des sentiments pour leur bourreau. Ce qui ne veut pas dire qu’on peut les considérer comme consentantes.

      Ce qui m’amène à dire que ceux qui luttent contre les violences sexuelles ont un sacré boulot d’éducation à accomplir pour venir à bout de raisonnements aussi primaires !

  • Par Yvance77 (---.---.---.51) 19 septembre 2011 10:34

    Salut,

    Il est clair que l’on se retrouve là (et généralement dans tous les mouvements sectaires) dans l’ordre de la manipulation mentale ou la femme peu à peu, se retrouve à la merci des gourous.

    Ce qui n’est que fantasmes, et que chacun a, à des degrés divers, se transforme en une prise sur l’inconscient, ou l’asservie se voit couper des réalités.

    Ce billet est pas mal fichu.

    • Par Actias (---.---.---.34) 19 septembre 2011 16:56
      Actias

      « (et généralement dans tous les mouvements sectaires) »

      Méfiez vous du mot secte qui est une appelation marketing décrédibilisante inventée par les sectes les plus puissantes (grandes religions, corporations, familles, clubs, partis politiques etc ..).
      Tous pratiquent, a des degrés plus ou moins conscients ou avoués, la manipulation mentale.

    • Par Gaspard Delanuit (---.---.---.12) 19 septembre 2011 22:40
      Qaspard Delanuit

      Le mot secte ne veut rien dire, c’est un mot utilisé par les médias crétins et les curés fanatiques pour désigner tout ce qui pour eux a une sale gueule d’étrangeté ou d’étranger. Agoravox est une secte pour ceux qu’Agoravox dérangent. Le concept de « secte » a d’ailleurs disparu du lange juridique, à cause de son défaut de critère.

    • Par Catherine Segurane (---.---.---.190) 19 septembre 2011 23:02
      Catherine Segurane

      @ Gaspard Delanuit


      Le mot « secte » a disparu du vocalulaire administratif, mais il reste fort heureusement la lutte contre les pratiques sectaires.

      La notion de « pratique sectaire » permet de contrecarrer ces pratiques où qu’elle se trouvent, même en théorie dans des grandes religions.

    • Par Gaspard Delanuit (---.---.---.12) 20 septembre 2011 08:23
      Qaspard Delanuit

      Les pratiques sectaires sont caractéristiques des partis politiques avec un chef charismatique, structure sociale beaucoup plus monolithique et statique que bien des mouvements religieux, si farfelus ou pittoresque soient-ils. 


      Le concept de secte ou de sectaire est surtout un épouvantail à pigeons, une sorte de forme réduite à l’intérieur de la nation de la guerre internationale du Bien contre le terrorisme. Bref, une enfumade fondée sur quelques dérives baroques ou récupérations mafieuses, souvent montées en mayonnaise par des médias sensationnalistes. Quand on fouille bien, on ne trouve généralement RIEN de ce que des reportages bidonnés laisse sous-entendre de terrifiant. Le dossier des méchantes sectes en France est à peu près vide. Mais tant que le bon peuple aura peur des « sectes », il ne s’attaquera pas au système bancaire. Vous allez voir qu’on nous sortira bientôt qu’Internet favorise le développement des sectes, et ce sera un argument pour nous faire revenir à l’ère du minitel. Pour le bien des petits n’enfants et des jeunes vierges naïves que les méchants gourous au ricanement sadique veulent transformer en esclaves sexuels.

      Et en plus, avec le bouddhisme vajrahyana, on parle d’un mouvement philosophique et de techniques spirituels qui remontent à quelques millénaires (en tenant compte de toutes ses influences indiennes et locales), pas d’une communauté de zozos délirants. 


  • Par Tarouilan (---.---.---.104) 19 septembre 2011 10:58
    Tarouilan

    Bravo, d’être lucide, face au bouddhisme, plus particulièrement pour le lamaïsme du Tibet, l’aventure de June Campbell, est finalement assez « soft » par rapport à une terrible réalité, il n’y a pas qu’en occident, qu’il y a eu des dérives extrêmes, comme la pédophilie récurrente des membres du clergé catholique, ce qui est certainement aussi valable dans les autres grandes religions de notre hémisphère.

    Les jeunes enfants devenant aspirant-moines tibétain étaient habituellement abusés sexuellement dés l’âge de 9 ans, par les membres de la secte des bonnets jaune, congrégation religieuse du célèbre Dalaï-lama,… ces malheureux enfants devaient supporter les affres de ces abus, car ils étaient livrés sans défense à ces moines pervers.

    • Par dom y loulou (---.---.---.7) 19 septembre 2011 12:37
      dom y loulou

      décrire un abus est une chose


      vouloir en faire l’image absolue d’une culture spirituelle et sa seule résultante en est une autre

      complètement

      vous voulez aussi y bouffer du pétrole au tibet et y envoyer al-kaida pour leur apporter la sainte démoncratie sioniste ? 
  • Par Krokodilo (---.---.---.199) 19 septembre 2011 11:01
    Krokodilo

    Ah zut, j’aurais dû faire tantrisme plutôt qu’athéisme ! Sinon, intéressante désacralisation, désenfumage de cervelles ; sectes, théocraties, religions, la manipulation est partout, on est d’abord esclave dans sa tête comme dit le sage. Mais comment apprendre à réfléchir quand des radios ou des journaux continuent de diffuser des horoscopes, et qu’on supprime la philo en terminale  ? Chacun cherche sa voie, et les pièges sont nombreux.

  • Par Gollum (---.---.---.115) 19 septembre 2011 11:15
    Gollum

    Bon pour équilibrer un peu ce pamphlet anti-tantrisme, je me permets de signaler que de nombreuses femmes en Occident suivent ces enseignements et s’en portent très bien.


    Ci-joint une interview de Miranda Shaw, citée dans l’article.

    Certes il y a des abus comme dans tous les domaines, mais le Tantrisme reste à mon sens la meilleure doctrine quant à l’essence du Féminin et le meilleur rempart à la fois contre le puritanisme d’essence moralisatrice, et contre tout ce qui est d’essence pornographique, tous les deux d’ailleurs, typiquement masculins...

    Le Tantrisme n’est pas propre au Bouddhisme. Il y a un tantrisme hindou, comme taoïste. En Occident, il y a eu les Fidèles d’Amour. Je me souviens ici-même sur Agoravox de textes très intéressants de Salvador d’inspiration ttantrique.
  • Par gaijin (---.---.---.154) 19 septembre 2011 11:33
    gaijin

    quelques points sur le tantrisme :
    il a toujours servi de paravent a de nombreuses pratiques inacceptables que ce soit par ignorance ou malhonnêteté

    n’oublions pas que les pratiques liées a la sexualité et a la mort ne sont qu’une partie des pratiques tantriques

    sur le plan des pratiques sexuelles
    - l’âge et l’apparence physique n’ont rien a voir dans l’affaire
    - la pratique suppose également un grand travail individuel en amont en général long et difficile
    - un maitre ( quel que soit son sexe ) n’a pas « besoin » d’un partenaire ( sinon ce n’est pas un maître )
    - la pénétration physique n’est pas nécessairement une partie indispensable de la pratique
    - des rapports rapprochés entre maitre et disciple devraient amener a se poser des questions ( même si on ne peut pas généraliser ce point )
    - l’ attachement pose aussi question encore que l’attachement du disciple envers le maître soit parfois une étape inévitable
    - il n’y a pas d’obstacle a ce qu’une femme puisse atteindre l’illumination ( a part le fait que cette formulation n’ a aucun sens dans ce contexte )

    • Par Catherine Segurane (---.---.---.164) 19 septembre 2011 11:53
      Catherine Segurane

      Ce qu’il pourrait y avoir d’éventuellement valable dans le tantrisme est difficile à apprécier, puisque les enseignements supposés les plus efficaces sont couverts par le secret. N’ayant pas personnellement reçu d’enseignements secrets , je me contenterai d’admettre bien volontiers mon ignorance sur la nature et la validité de toute méthode secrète .

      Le Bouddha Shakyamuni a dit avoir révêlé tout ce qui était nécessaire à la libération : je m’en tiens là. En pratiquant les bons vieux suttas, on a à sa disposition des méthodes de méditation éprouvées (satipatthana, anapanasati, metta) dont je me satisfais parfaitement.

      Sinon, ayant fréquenté le bouddhisme tibétain, et particulièrement un centre de Kalou Rinpoche (ils sont nombreux en France) un très bref moment (j’ai vite vu qu’il fallait se sauver), j’ai été frappée par :

      - le côté très hiérarchisé (la pratique commence par 100 000 prosternations ventre à terre)
      - les demandes d’argent
      - l’ambiance de superstition
      - le machisme ; en particulier, et bien que ce soit contraire aux textes, j’ai plusieurs fois entendu dire qu’une femme ne pouvait atteindre l’état de Bouddha qu’en se réincarnant en homme
      - l’attrait malsain pour les « divinités irritées »
      - la demande d’obéissance adressée sans arrêt au disciple (contrairement aux suttas du Canon Pali qui insistent sur l’esprit de libre examen)

    • Par Tarouilan (---.---.---.104) 19 septembre 2011 12:28
      Tarouilan

      Tout est expliqué dans le merveileux livre 

      Néo Bouddhisme, quand le bouddha ne sourit plus : perversion du lien et ... de Marc Bosche (Pdf gratuit) lien ci-dessous !
    • Par dom y loulou (---.---.---.7) 19 septembre 2011 12:49
      dom y loulou

      il y a surtout des millions de faux prophètes qui croient pouvoir tout expliquer et se comportent comme s’ils étaient des éveillés


      quand ils n’ont reçu qu’un septième de la lumière

      absolument sans effort de leur part

      mais se pavanent comme s’ils avaient tout compris dans l’absolu déni de vérité que leur offre la machine merdiatique planétaire et par toutes ces télés qui brillent et renforcent l’obscurité de cette planète

      mentir aux autres est une chose

      mais on se demande comment ils comptent se mentir à eux-mêmes ainsi à l’infini 

      lol

      on leur souhaite bonne chance

      ils vont en avoir besoin pour trimballer leurs échafaudages de mensonges dans la conscience pure lolol


    • Par gaijin (---.---.---.154) 19 septembre 2011 13:45
      gaijin

      catherine
      je ne suis pas un spécialiste du bouddhisme tibétain mais si les choses sont telles que vous les décrivez vous avez bien fait de passer votre chemin
      par ailleurs vous avez raison il y a tout ce qu’il faut dans le reste du bouddhisme
      le tantrisme ( au sens des techniques liées au sexe et a la mort ) est quand a lui est antérieur au bouddhisme son aspect « extrémiste » en a toujours fait une voie réservé a une minorité d’individus.
      la mode actuelle est liée a l’obsession de notre société pour la sexualité et n’a la plupart du temps rien a voir avec une démarche spirituelle ou mystique
      une « religion tantrique »comme le tantrisme tibétain est en quelque sorte une contradiction ( mais un monastère zen aussi )

  • Par Tarouilan (---.---.---.104) 19 septembre 2011 11:44
    Tarouilan

     

    Pour déniaiser, les gentils membres-zélateurs occidentaux du bouddhisme, surtout le tantrique : http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=8370

     

  • Par BARTH (---.---.---.137) 19 septembre 2011 12:33

    « pour faire cesser le trouble, il lui jeta un sort, elle tomba malade et mourut. » : ça c’est au début du texte et ça, c’est à la fin : « La vérité ne produit jamais de mauvais karma », nous dit Campbell.

    Voilà, voilà !

     

     

    • Par dom y loulou (---.---.---.7) 19 septembre 2011 13:00
      dom y loulou

      oh BARTH dites, vous confondez les méfaits de l’un et l’exposition des méfaits par l’autre

      pas de commune mesure entre les deux

      l’un au secret magouille ses penchants pour justifier des crimes et de l’autre sa victime tente d’éclaircir le labyrinthe mental dans lequel son maître l’avait embourbé

      elle témoigne

      le crime n’est pas à la vérité explicitée, mais bien aux mensonges établis comme des portes de salut

      comment vous arrivez à assimiler les deux on se demande 

      voili voilà
    • Par BARTH (---.---.---.137) 19 septembre 2011 13:09

      Comment j’arrive à rapprocher les 2 éléments ?

      Tout simplement car elle voit la sorcellerie comme une menace parcequ’elle y croit, sinon pas de menace, non ?

      Voilà, voilà !

  • Par foufouille (---.---.---.43) 19 septembre 2011 13:01
    foufouille

    il l’a larguee ou elle s’est tiree ?

  • Par sparte (---.---.---.45) 19 septembre 2011 13:08
    sparte

    C’est bizarre cet article anti bouddhiste, finalement, de la part d’une bouddhiste ... Il y aurait d’autres choses, intéressantes, à dire sur le tantrisme, et d’autres choses à dire sur Kalou Rimpoche aussi ( à condition de l’avoir connu )

    • Par Catherine Segurane (---.---.---.233) 19 septembre 2011 13:29
      Catherine Segurane

      Pourquoi bizarre ?

      Le « bouddhisme » tibétain n’a que peu à voir avec le bouddhisme du Bouddha historique.

      Personne n’est obligé de défendre 100 % des écoles qui se réclament de sa religion.

      A l’intérieur du bouddhisme, un bouddhiste doit savoir trier.

      A l’intérieur du chritianisme, un chétien doit savoir trier.

  • Par Brother (---.---.---.209) 19 septembre 2011 13:14
    Captain

    Merci Catherine pour cet article. Je juge aussi le bouddhisme tibétain dangereux, et je peux en juger pour l’avoir pratiqué pendant 10 ans (et abandonné il y a 12 ans).

    Il existe un autre livre dénonçant les excès du bouddhismes : Bouddhisme et violence de Bernard Faure

    • Par sparte (---.---.---.45) 19 septembre 2011 15:21
      sparte

      Par Brother Merci Catherine pour cet article. Je juge aussi le bouddhisme tibétain dangereux, et je peux en juger pour l’avoir pratiqué pendant 10 ans
      ________

      Pourquoi ne pas développer ?

    • Par Gollum (---.---.---.50) 19 septembre 2011 16:41
      Gollum

      Vous a fallu 10 ans ? Ben, z’êtes pas un rapide vous...

    • Par Gaspard Delanuit (---.---.---.12) 19 septembre 2011 23:41
      Qaspard Delanuit

      Oui, le Bouddhisme Tibétain est dangereux : pour le régime dictatorial chinois et pour l’ego boursouflé des Occidentaux.  smiley

    • Par Catherine Segurane (---.---.---.190) 20 septembre 2011 07:14
      Catherine Segurane

      Gaspard Delanuit écrit :

      « Oui, le Bouddhisme Tibétain est dangereux : pour le régime dictatorial chinois et pour l’ego boursouflé des Occidentaux.   »
      ____________

      Je ne prendrai pas parti sur la question de savoir si le régime dictatorial chinois est pire que bouddhisme moyen-âgeux du Tibet ; probablement que cela se vaut.

      Mais j’ai un avis sur « l’égo boursouflé des Occidentaux ».

      Ce que vous appelez notre égo boursouflé est tout simplement notre amour de la liberté et de l’égalité, notre respect de l’individu, notre esprit de résistance à tous les pouvoirs. Bref : ce qui fait que, plus que tout autre civilisation, nous tirons l’humanité vers le haut.

      Les Tibétains venus se réfugier chez nous sont les premiers à profiter des valeurs d’émancipation que nous offrons.

      Comme tout immigré bénéficiant de notre hospitalité, ils nous doivent reconnaissance et respect.

      Il ne leur appartient en aucune façon de nous juger et de nous trouver « l’égo boursouflé ».

      Ceux qui se permettent de parler de nous ainsi, nous devrions (et je crois que nous finirons par le faire, car la patience de beaucoup de Français de souche est plus qu’à bout) les renvoyer vers un pays leur convenant mieux, où les pouvoirs s’y entendent à dégonfler l’égo de l’individu de base.

    • Par Catherine Segurane (---.---.---.190) 20 septembre 2011 07:16
      Catherine Segurane

      Gollum écrit a Brother :


      « Vous a fallu 10 ans ? Ben, z’êtes pas un rapide vous. »

      __________

      Je réponds :

      Moi, je me suis sauvée vite fait.

      Et j’ai eu un message disant en substance que je devais me taire car un tel passage-éclair était insuffisant pour que je puisse parler en connaissance de cause du bouddhisme tibétain.

    • Par Catherine Segurane (---.---.---.190) 20 septembre 2011 07:31
      Catherine Segurane

      Gaspard Delanuit écrit :

      « Oui, le Bouddhisme Tibétain est dangereux : pour le régime dictatorial chinois et pour l’ego boursouflé des Occidentaux.  
      __________

      A propos de »l’égo boursouflé des occidentaux« , j’ai commencé par faire une réponse politique, et je crois qu’il était important de la faire en premier : un étranger bénéficiant de notre hospitalité n’a pas à faire étalage des jugements négatifs qu’il peut porter sur tel ou tel de nos traits de caractère.

      Je voudrais maintenant faire une réponse plus philosophique en soulignant que le bouddhisme n’a aucune vocation à dégonfler un quelconque égo.

      Le bouddhisme, du moins le vrai bouddhisme tel qu’enseigné à l’origine, pense que nous n’avons pas d’existence propre, pas d’âme, donc pas d’égo. Nous somme un composé d’éléments en perpétuelle recomposition. C’est d’ailleurs bien le problème, car ces changements perpétuels sont aussi douloureux qu’inévitables.

      L’égo n’existant pas, il n’est pas plus question de le dégonfler que de le détruire, mais simplement de changer notre regard.

      Le bouddhisme a pour projet de sortir de la souffrance. Il n’est pas là pour nous humilier (nous »dégonfler l’égo« ) ou pour nous soumettre à tel ou tel pouvoir qui se chargera de nous apprendre que nous ne sommes rien (mais que le détendeur du pouvoir est tout ; bizarrement, le détenteur du pouvoir n’est jamais celui dont on se propose de »dégonfler l’égo").

      C’est donc par une complète déformation du bouddhisme (par innocente politiquement) que certains le présentent comme une sorte d’hindouisme ou d’islam soufi, idéologies qui parlent de dissoudre le moi. Ah ! cet individu qu’on veut faire marcher au pas ! si l’on pouvait le convaincre de se dissoudre !

      Il n’est pas question de dissoudre quiconque !

      Si nous étions doté d’une personnalité permanente, tout irait probablement bien : elle serait stable, elle ne serait pas menacée par la maladie et la mort (qui l’une et l’autre sont des changements, donc des conséquences de notre caractère composé) et le Bouddha n’aurait pas eu besoin de chercher une voie de sortie de la souffrance.

      Tout le problème vient de ce que nous N’AVONS PAS d’égo. Il n’est donc pas question de le dégonfler ni de le dissoudre.

      C’est tout de même un comble de manipuler une philosophie libératrice, créée pour nous libérer de la souffrance, en instrument d’oppression.

    • Par Catherine Segurane (---.---.---.232) 19 septembre 2011 13:26
      Catherine Segurane

      Pourquoi ne les écrivez-vous pas vous-même, ces articles que vous attendez ?

      Je n’ai pas de monopole sur Agoravox.

    • Par Nanar M (---.---.---.200) 20 septembre 2011 08:21
      Nanar M

      Et pourtant, c’est pas les curés pédophiles qui manquent !

  • Par Tarouilan (---.---.---.104) 19 septembre 2011 13:53
    Tarouilan

    Un pensé pour ces jeunes garçons de neuf ans, confiés par leurs parents trop crédules, avec un profil « foi du charbonnier » .........abandonnés par leurs parents, aux sordides et vicieux moines « bonnets jaunes » (le Dalaï-lama est un des leurs) qui se faisaient sodomiser dans la douleur, sans pouvoir en parler à personne, car ils étaient confiés aux monastères, coupés de leur famille, pleurants en silence, leur vie détruite à tout jamais........

  • Par sparte (---.---.---.45) 19 septembre 2011 15:19
    sparte

    Par Catherine Segurane (xxx.xxx.xxx.233) 19 septembre 13:29  

    Pourquoi bizarre ?

    _____________

    Parce telle qu’elle est exposée ici par vos soins en tant que « bouddhiste » , la position de cette Américaine accrédite une attaque frontale contre le Tantrisme, et par retombée sur le bouddhisme en général

    Il eut fallu AUSSI définir le tantrisme ( ... qui n’a rien du kama sutra !!! ) ou au moins tenter de l’expliquer et poser sa place dans le bouddhisme ; et surtout donner la parole à des défenseurs de Kalu Rimpoche pour répondre aux accusations de cette Américaine oubien rapporter leurs paroles, bref être équitable.

    Là il y a jugements sans appel : celui de cette femme qui se présente comme sa compagne, puis le vôtre dans un commentaire. C’est très grave d’agir comme cela, je sais pas si vous vous rendez compte.

    Voilà un peuple qui a été l’objet d’un génocide ; voilà beaucoup de ses moines qui se sont consacrés à enseigner dans des pays lointains et étrangers ...au lieu de se « réaliser » dans les montagnes des INDES. Ils ont bâti des temples, élevé des stupas, enseigné à des milliers d’êtres en quête de spiritualité, accompagné des centaines de pratiquants dans des retraites de 3 mois, et dans la grande retraite de 3 ans 3 mois et 3 jours ...

    ET VOUS vous arrivez sur un forum où vous avez de la notoriété et vous dites que vous avez vite compris qu’il fallait s’enfuir  ! au moins Brother écrit qu’il a pratiqué 10 ans ( décidément cette voie ne conviendrait pas aux Américains ... ) 

    et vous écrivez des inexactitudes ... comme : machisme, 100.000 prosternations ( peut être vous a -t- il été demandé à VOUS d’en faire 100.000 ? ) et vous jugez : « l’attrait malsain » pour des divinités irritées ( « irritées » : expliquez expliquez , croyez vous que chacun peut comprendre ? ) par contre vous auriez pu dire - plus justement - que la voie rapide peut être une voie dangereuse ( si mal pratiquée )

    Je suis allé plusieurs fois dans un des monastères que vous évoquez : j’y ai reçu des initiations, j’ai médité notamment 24 heures sans autre interruption que les repas au cours d’une cérémonie menée par Kalu Rimpoché , je peux témoigner du contraire de ce que vous affirmez : je n’ai pas ressenti le machisme, ( au contraire un de mes amis ayant fait la retraite de 3 mois, était enseigné par une moinesse ... ) on ne m’a jamais demandé d’argent , et ... même pas de « prendre refuge » ( je ne suis donc pas bouddhiste ) , jamais ressenti une ambiance de superstition ; quant à la demande « d’obéissance » de quoi s’agit il : de suivre l’enseignement ? c’est la moindre des choses qu’on puisse attendre d’un moine qui vous enseigne ... et réciproquement

    Et dans les yeux du Rimpoché j’ai vu la Lumière.

    ce bouquin ne peut pas être mis entre toutes les mains : assimiler tantrisme et sexualité - au sens commun - n’a aucun sens, c’est une c*nnerie d’occidentaux ; et évoquer des soi-disant secrets n’en n’a pas non plus : il y a des niveaux d’enseignement c’est tout. Quant aux « abus » sexuels des moines , c’est la première fois que j’entend parler de cela en France !

    A semer ainsi le doute sur le chef des bonnets rouges, vous créez une suspicion à l’égard du bouddhisme en général, cela me semble évident : Il y aurait un bon bouddhisme et un mauvais ? Bizarre c’est une façon de dire que c’est curieux, extravagant, incroyable, inquiétant ... Je ne comprend pas pourquoi vous avez pu écrire cet article en la forme : la voie rapide n’était pas votre voie, ou bien vous n’étiez pas prête ? Mais n’en dégoutez pas les autres pour autant !

    Hélas ... médisez, médisez ... il en restera toujours quelque chose !

    Pour ceux que cela intéresse je viens de trouver sur le web une définition simple du tantrisme : http://www.tantra-nature.com/tantra... , elle est de nature à corriger les effets éventuellement négatifs de l’article de Ségurane

    • Par Gollum (---.---.---.50) 19 septembre 2011 16:37
      Gollum

      Bien d’accord avec ce post. Certes il y a beaucoup de « coach » occidentaux qui abusent du tantrisme pour se taper de la minette à bon compte.


      Mais celles qui se sont renseignées avant savent très bien à quoi s’en tenir. Il y a une philosophie tantrique. Qui accorde à la Femme et notamment à la jouissance féminine une place éminente. Cette jouissance est considérée comme extatique et donc éminemment mystique, contrairement à celle de l’homme. L’homme doit donc renoncer à l’éjaculation et adopter un mode de jouissance féminin. Cela ne se fait pas tout seul. Il s’agit d’une véritable ascèse. Le résultat à terme est un homme ayant intégré sa composante féminine ce qui est le but de toute initiation authentique : recréer l’Androgyne primordial, celui d’avant la Chute. 

      Je précise d’ailleurs que l’on trouve des approches tantriques dans nombre de philosophes chrétiens comme Berdiaev ou d’autres..

      On peut préciser aussi que nombre de femmes ne savent rien de leurs capacités extatiques sur ce plan car bon nombre d’entre elles sont fortement masculinisées de par le comportement traditionnel masculin d’orgasme à tout prix..

      Cet article est partial, partiel et tendancieux. 
    • Par Catherine Segurane (---.---.---.190) 19 septembre 2011 17:45
      Catherine Segurane

      @ Sparte


      Quelques réponses :

      1 je n’ai procédé à aucune attaque contre le « bouddhisme en général », juste contre le bouddhisme tibétain

      2 vous me reprochez de ne pas avoir « tenté d’expliquer » le tantrisme ; comment le pourrais-je ? cette école est à base d’enseignements secrets, dont je ne les connais pas, donc je n’en parle pas

      3 vous me reprochez de ne pas avoir donné les deux sons de cloches ; si, je l’ai fait ; j’ai mis un lien vers un texte de Miranda Shaw

      4 vous me reprochez d’avoir compris très vite qu’il fallait fuir ; si j’étais restée dix ans, vous me reprocheriez d’avoir été longue à comprendre

      5 vous trouvez inexacte ma mention des 100000 prosternations : c’est pourtant une pratique dite « préliminaire » très classique (les "quatre préliminaires, à réaliser chacun 100 000 fois pour être bien abêti, sont : 1 les prosternations ventre à terre ; 2 la récitation du mantra de je ne sais plus quelle déité ; 3 l’offrande du mandala ; 4 le gourou-yoga)

      6 machisme : je vous confirme que j’ai bien entendu dire qu’une femme devait se réincarner en homme pour atteindre la bouddhéité


    • Par Gollum (---.---.---.217) 19 septembre 2011 19:13
      Gollum

       vous me reprochez de ne pas avoir « tenté d’expliquer » le tantrisme ; comment le pourrais-je ? cette école est à base d’enseignements secrets, dont je ne les connais pas, donc je n’en parle pas


      Faux ! Les livres sur le tantrisme sont nombreux. Il y a des textes traditionnels dénommés Tantras auxquels on peut accéder facilement. La doctrine est donc facilement accessible.

      Parmi les auteurs ayant étudié le tantrisme on peut citer Jean Varenne, Julius Evola, Eric Baret, Arnaud Desjardins, Chögyam Trungpa... Le célèbre psychiatre suisse CG Jung s’y est aussi intéressé de près..

      Quant aux enseignements secrets, cela est une quasi constante de toute école initiatique. Cela ne veut pas dire pour autant que toute la doctrine est cachée, bien au contraire. Il s’agit simplement d’un plus qui se transmet directement de maître à disciple, mais l’essentiel est accessible.
    • Par sparte (---.---.---.45) 19 septembre 2011 19:50
      sparte

      Par Catherine Segurane (xxx.xxx.xxx.190) 19 septembre 17:45 
      @ Sparte

      Quelques réponses :
      ___________

      Vous ne comprenez pas : en vous attaquant à « un » bouddhisme « - que vous ne connaissez pas et sur lequel vous dites des erreurs, qu’ hélas un lecteur non averti ne peut rectifier - sur le fait d’une relation de couple ( hors tout tantrisme .... selon M S ) vous portez tort à toutes les formes de bouddhisme. D’aucun dirait que c’est une attitude irresponsable ; je pense aussi que vous écrivez trop vite ... Avec un peu de recul vous auriez compris que votre article n’était que négatif pour tous les bouddhismes par l’amalgame classique. Tout comme vilipender salement l’une des religions du christianisme : catholicisme, orthodoxie, protestantisme porte atteinte à toute la chrétienté ...
      Je vous rappelle que vous parler de queutards et d’abus sexuels : tout lecteur peut croire que c’est » ça " le tantrisme, puis le bouddhisme. Or le tantrisme ce n’est pas cela ... et vous dites ne pas même le connaître ... !
      Vous donnez l’impression d’avoir voulu faire un scoop en vous appuyant sur votre qualité de bouddhiste. J’espère qu’au fond de votre coeur vous vous rendrez compte que quelque soit votre vécu ( que je ne juge pas ) et que vous n’expliquez qu’à peine, votre article et la condamnation qu’il jette sur toute une branche du bouddhisme est digne d’un tabloïd. Désolé !

    • Par Catherine Segurane (---.---.---.190) 20 septembre 2011 07:58
      Catherine Segurane

      Les abus de toutes les religions, même de la sienne propre (le bouddhisme dans mon cas), doivent être dénoncés.


      J’ai aussi écrit, sur Agoravox, des articles favorables au bouddhisme, soulignant en particulier ses liens avec la philosophie grecque.

      J’ajoute que l’esprit gogo vis à vis de pseudo-secrets et la manipulation que cela permet n’est pas le fait de TOUT le bouddhisme tibétain.

      Ainsi, le grand maître Milarepa (10 ème siècle) se gaussait de la notion d’enseignements secrets.

      A un disciple qui le suppliait de lui dévoiler ses enseignements secrets, il commença par répondre qu’il avait tout ensigné ouvertement, comme le Bouddha historique le faisait. Le disciple ne le crut pas et continuait de supplier pour avoir des enseignements secret.

      Milarepa finit par lui montrer ... ses fesses, très abîmées par de longues heures de méditation assise.

      Ceci pour lui faire comprendre qu’il n’y a pas d’autre secret que la pratique persévérante.

    • Par gaijin (---.---.---.87) 20 septembre 2011 08:51
      gaijin


      la notion d’enseignements secrets a ( ou a eut ) plusieurs raisons d’être

      - le tantrisme est une pratique qui transcende les conditions et lois sociales (c’est en quelque sorte de la spiritualité « hors piste » ) le secret a longtemps été une condition a la survie des adeptes

      - dans toutes les disciplines traditionnelles la transmission se faisait de maître a disciple et la notion de secret dans ce sens correspondait a la logique de la progression de l’élève

    • Par Lorelei (---.---.---.204) 19 septembre 2011 17:50
      Lorelei

      vous savez au fait que le buddhisme n’existe pas c’est une invention de l’occident on parle du dharma, et en sus cette spiritualité à pour origine l’inde et non le tibet

  • Par Andydrew (---.---.---.200) 19 septembre 2011 15:46

    à l’auteur

    « Quand on veut noyer son chien, on l’accuse de la rage »...
    Comme vous ne comprenez rien au tantrisme, vous partez d’un cas d’espèce pour jeter l’opprobre sur une pratique religieuse très éloignée de votre vision très matérialiste du monde.

    Par une seule journée sans que des femmes et des hommes ne soient victimes de pratiques sexuelles dégradées, faut-il pour autant jeter le bébé avec l’eau du bain ?

    Pour changer le monde il faut commencer soi-même par donner l’exemple : amour, compréhension, compassion. A savoir aussi que le tantrisme n’a rien à voir avec le sexe, c’est une interprétation très occidentale...

  • Par barbouse, KECK Mickaël (---.---.---.240) 19 septembre 2011 15:52
    barbouse, KECK Mickaël

    merci pour cet mise en avant de fait trop méconnue par le grand public.

    amicalement, barbouse

  • Par Alois Frankenberger (---.---.---.248) 19 septembre 2011 15:52
    Alois Frankenberger

    Comment ça se dit FATWA en boudhique ?

     smiley smiley smiley

    Parce que là j’ai comme qui dirait l’impression que c’est bien parti !

     smiley smiley smiley

  • Par lsga (---.---.---.105) 19 septembre 2011 16:18
    lsga

    heureusement, 


    la révolution chinoise a libéré le peuple tibétain de toute cette racaille théocratique. 
  • Par Betov (---.---.---.143) 19 septembre 2011 16:45

    La relation maître-disciple est mère de toutes les perversions et s’installe sur une perversion de base qui consiste, de la part du disciple, à fabriquer le maître.

    • Par gaijin (---.---.---.115) 21 septembre 2011 09:48
      gaijin

      betov
      bien sur !
      le principal travail du maître est d’aider le disciple a quitter cet état spirituellement infantile pour commencer un véritable chemin
      le « maître » n’est pas indispensable
      parfois il est utile .....

      c’est la question que soulève krishnamurti tout au long de sa vie il dit : « regardez par vous même vous n’avez besoin de personne je ne suis pas un maître .... »
      a quoi ses « disciples » répondaient invariablement : « oui maître c’est merveilleux dites nous ce que nous devons faire »
      ceux qui ont compris on souris et sont partis
      mais on trouve encore des disciples de krishnamurti : enfants égarés de la spiritualité moderne ( même s’il sont moins égarés que bien d’autres ) quand on leur dit si vous n’arrivez pas a avancer allez chercher un maître ils répondent : « a ben non alors krishnamurti a dit que ..... »

      au final on ne peut que constater qu’ avec ou sans maître extrêmement peu de gens arrivent a trouver leur véritable chemin

  • Par Lorelei (---.---.---.204) 19 septembre 2011 16:56
    Lorelei

    dans tous mouvement, institutions on trouve des criminels attention à ne pas faire de généralité

    • Par Betov (---.---.---.143) 19 septembre 2011 17:04

      Justement si, Lorelei, il faut généraliser. Comme dans les dérives boursières, la responsabilité initiale revient au système de croyance irrationnelles dans lequel elles s’inscrivent. Les individus jouent leurs rôles dans le système existant.

    • Par Catherine Segurane (---.---.---.190) 19 septembre 2011 17:26
      Catherine Segurane

      Avec le bouddhisme tibetain, le problème me semble tenir à l’existence d’un système : soumission au maître, secret, prosternations, etc ...


      Ce qui n’empêche bien sur qu’il faut faire des différences entre les personnes.

      Le Dalaï-Lama me semblait de mentalité nettement plus moderne que ce que j’ai pu voir dans ce centre de Kalou Rinpoche .... encore que sa dernière participation à cette fameuse conférence des religions demandant l’interdiction du blasphème m’a bien douchée.

    • Par Lorelei (---.---.---.204) 19 septembre 2011 17:51
      Lorelei

      je ne suis pas d’accord c’est comme croire que tous les hommes sont de potentiels violeurs c’est tres dangereux, à moins que l’idéologie soit néfaste type nazisme, stalinisme etc...on doit différencier religion, conviction politique etc...et criminel

  • Par morice (---.---.---.1) 19 septembre 2011 17:25
    morice

    le bouddhisme et le bloc identitaire chez celle qui rédige aussi chez Riposte Fasciste... on aura tout vu ici !!



    Agoravox n’a pas vocation à faire le lit des propos fascisants de ces personnes liées à l’extrême droite qui utilisent tous les subterfuges pour placer leurs idées qui sentent fort mauvais y compris ce bouddhisme de pacotille. 

    quand on commence ses textes par « Dur, dur d’être une télévision dhimmie » c’est qu’on est EFFECTIVEMENT xénophobe.

    en prime, son baratin était sur une déprogrammation selon elle programmée après des « menaces » : or ça a bien été diffusé. 



    ces gens là sont prêts à tous les mensonges pour faire peur !!! 
    en prime elle ne faisait que recopier le post de « Poste de Veille », autre site islamophobe !

    poste de veille est le « Gates of vienna » canadien !
    • Par Alois Frankenberger (---.---.---.248) 19 septembre 2011 17:54
      Alois Frankenberger

      Ben tant qu’on est dans la controverse religieuse, justement ...

      Est ce que Morice pourrait expliquer pourquoi selon lui le blasphème ne peut être effectué par un incroyant de ladite religion alors que des musulmans veulent tuer l’auteur des caricatures du soit disant prophète Mahomet alors qu’il n’était pas musulman ?

       smiley smiley smiley

      Quand on poste ça chez Morice, on est censurée ... alors je profite du thème religieux !

       smiley smiley smiley

  • Par paconform (---.---.---.57) 19 septembre 2011 18:00
    Raymond SAMUEL

    Il y a des explosions volcaniques ici et là, dans l’espace et dans le temps et de par le monde (inquisition, nazisme etc ;) mais c’est parce qu’il existe un terreau qui le permet et qui est en partie naturel, et en partie créé (pour l’essentiel).
    Et notre terreau occidental est loin d’être exempt de particularités qu’on pourrait dénoncer aussi.
    Notre hypocrisie dans le couple (on ne sait jamais qui trompe qui, qui la joue perso etc.) et dans l’éducation (nous remettons aussi les enfants à des tiers, de sorte qu’ils ne se sentent plus protégés par les parents).
    Le déni, l’hypocrisie, le mensonge sont bien souvent les passages obligés pour vivre dans ce milieu.

  • Par morice (---.---.---.229) 19 septembre 2011 18:18
    morice

    le bouddhisme de Riposte Laîque en images :


  • Par morice (---.---.---.229) 19 septembre 2011 18:23
    morice

    Avec le bouddhisme tibetain, le problème me semble tenir à l’existence d’un système : soumission au maître, secret, prosternations, etc ...


    ah ça, c’est vrai : on se prosterne devant... Ayoub ! c’est ce qu’ils font là tiens :

    un vrai bouddhiste, pour sûr : il a même la coiffure !
    les rasés, les tatoués, etc etc : c’est beau le bouddhisme, non ??

    « nous allions le marteau à la main » 

    c’est émouvant !!! une religion de paix avec un tel apôtre !!! félicitations, pour vos amitiés disons in tantinet viriles... 
     
    gros muscles, petit QI...
  • Par Philodeme (---.---.---.209) 19 septembre 2011 19:40
    Philodeme

    Les « hommes de pouvoir » hypnotisent nombre de femelles comme les « beaux culs » hypnotisent nombre de mâles.

    La beauté intérieure beaucoup en parle, peu la recherche chez le ou la partenaire d’accouplement.

    Cela permet à l’observateur cynique d’avoir de bonnes tranches de rigolade.

  • Par Guy Raynaud (---.---.---.65) 19 septembre 2011 22:29

    A catherine

    Manipuler quelqu’un pour en obtenir quelque chose est totalement contraire à l’enseignement de Bouddha. Ce précepte en témoigne : 3em Précepte : « ne pas avoir de conduite sexuelle incorrecte » c’est à dire que toute relation sexuelle doit se faire dans le respect du ou de la partenaire, sans lui nuire , sans lui causer de souffrance et sans contrainte.... Contraire aussi au 1er précepte : « ne pas nuire aux êtres vivants ».

    Je connais très mal la branche tibétaine du Bouddhisme surtout son aspect tantrique car je suis plutôt allergique à l’ésotérisme ! je n’en dirai donc rien, mais il représente une minorité sur l’ensemble des boudhistes. Parait-il 15 à 20 millions sur 500 millions, mais en Europe on en parle beaucoup à cause certainement de la médiatisation du Dalaï Lama...

    • Par Catherine Segurane (---.---.---.190) 19 septembre 2011 22:59
      Catherine Segurane

      Je sais que le bouddhisme ne se réduit pas au tantrisme.


      J’ai d’ailleurs fait paraître plusieurs articles montrant sa filiation avec la philosophie grecque.

      Il est parfaitement possible de pratique le bouddhisme comme une philosophie, établissant un contact direct avec d’excellents textes, en tout esprit de libre-examen, sans aller tomber dans les griffes de gourous pas nets.

  • Par Gaspard Delanuit (---.---.---.12) 19 septembre 2011 23:28
    Qaspard Delanuit

    Le concept de manipulation mentale est lui-même une manipulation. 

    Ou bien une personne est un adulte responsable ou bien elle ne l’est pas.

    La victimologie a ses limites ! 

    Si une femme de 30 ans n’est pas capable de refuser ou donner clairement son consentement sexuel, elle doit alors être placée sous tutelle de façon à ce que ce soit une équipe de psychologues et d’assistantes sociales qui décide à sa place de sa sexualité. 

    Mais si elle elle veut être libre de sa sexualité, elle doit assumer la responsabilité de ce libre usage de son corps comme tous les hommes et toutes les femmes adultes. 

    C’est un peu facile, tout simplement parce qu’on regrette un choix 10 ans plus tard, de venir pleurer qu’on a été manipulé. Imaginer que nous fassions tous cela dans tous les domaines de notre vie !! On est un adulte avec toute la liberté qui va avec ce statut, alors on ASSUME ses plaisirs et ses conneries. Ou bien on se fait placer en maison pour débile et on sera protégé comme un débile incapable de s’assumer. 

    Mais on ne peut pas vouloir profiter de sa liberté, faire la fiesta avec des maîtres tantriques, se prendre des orgasmes cosmiques en récitant des mantras... et prétendre ensuite que finalement en réfléchissant bien, on ne voulait pas le faire vraiment. Tant qu’on ne vous met pas un flingue sur la tempe ou un couteau sous la gorge, personne ne peut vous « obliger » à faire ce que vous ne voulez pas faire. Imaginez un peu qu’à chaque fois qu’un couple divorce au bout de 15 ans, chacune des parties puisse prétendre avoir été « manipulée » par l’autre pendant 15 ans « Je me rends compte maintenant que je ne l’aimais pas, donc j’ai été manipulé(e) et abusé(e) sexuellement pendant 15 ans (par ce diable, par cette sorcière) ». 

    Ce genre de pleurnicherie est particulièrement insultante pour les femmes (ou les hommes) ayant subi de véritables viols, qui ont été forcées par la violence brutale ou droguées. 

    De plus, l’argument de la « manipulation mentale » est malheureusement réversible car si une femme qui dit « oui » à un moment peut quelques années plus tard prétendre que ça voulait dire « non », alors c’est un bon argument pour affirmer que le consentement d’une femme ne signifie rien. Et donc que quand elle dit « non », ça veut peut-être dire « oui ». 

    Voilà où nous mènerait ce genre d’argument : à infantiliser les femmes, présentées comme des êtres faibles et manipulables et devant être « protégées ». Et par qui devraient-elle être protégées des dangereux manipulateurs ?? PAR DES HOMMES ! Par leur père, par leurs frères.

    Est-ce là le monde dans lequel nous voulons vivre ? Faut-il retourner à une société où la femme ne pouvait pas avoir un carnet de chèques parce qu’on considérait qu’elle était « manipulable » par les vendeurs ? Voudriez-vous qu’une femme ne puisse pas choisir elle-même son partenaire sexuel sous prétexte qu’elle pourrait ensuite le regretter ? Ne répondez pas qu’il y a des cas particuliers, parce qu’il existe des gourous et patati et patata. Ou placerez-vous la limite ? Tomber amoureux, c’est toujours être manipulé, devenir faible, être fasciné par l’autre, lui trouver du charisme. Voulez-vous qu’on vous protège de votre liberté sexuelle et sentimentale ? Non ? alors prenez la responsabilité qui va avec. Liberté de choisir et responsabilité de ses choix sont inséparables.



  • Par paconform (---.---.---.254) 20 septembre 2011 09:34
    Raymond SAMUEL

    Très bien Gaspatd de la Nuit...

    Il ne reste plus qu’à élever nos enfants autrement que ceux qui sont maintenant devenus adultes ET DONT BEAUCOUP TROP SONT EN MAUVAISE SANTE MENTALE (de faible à très grave) et donc incapables de faire de bons choix et de s’assumer correctement.

    Pour « élever autrement » il faut réserver d’abord le temps de présence nécessaire aux enfants (pas de collectivité précoce, pas de ségrégation dans des groiupes scolaires hors de la famille et de la vie réelle). Ne plus obéir aux slogans mensongers (socialisation, limites, fermeté, autorité etc) qui incitent à trahir les enfants.
    PROTECTION, AMOUR, RESPECT sont indispensables pour permettre aux enfants de devenir des adultes en bonne santé, capables de s’assumer.

  • Par sparte (---.---.---.45) 20 septembre 2011 13:40
    sparte

    http://www.youtube.com/watch?v=tOry...

    Alexandra David-Néel fut la première européenne à pénétrer dans Lhassa, la ville interdite du Tibet, déguisée en mendiante... Le pays était à l’époque représenté sur les cartes par une tache blanche...

  • Par Gaspard Delanuit (---.---.---.12) 21 septembre 2011 08:21
    Qaspard Delanuit

    C.Segurane a écrit : « Ce que vous appelez notre égo boursouflé est tout simplement notre amour de la liberté et de l’égalité, notre respect de l’individu, notre esprit de résistance à tous les pouvoirs. Bref : ce qui fait que, plus que tout autre civilisation, nous tirons l’humanité vers le haut. »

    Non, ce n’est pas ça que j’appelle l’ego boursouflé. L’ego boursouflé, c’est par exemple BHL. Certes BHL est un ego boursouflé à l’état pur, un cas d’école. Mais il y a un peu de BHL en chacun de nous (oui, je sais, ça fait peur et donne envie de vomir, mais c’est comme ça)

    C.Segurane a écrit : « Les Tibétains venus se réfugier chez nous sont les premiers à profiter des valeurs d’émancipation que nous offrons. Comme tout immigré bénéficiant de notre hospitalité, ils nous doivent reconnaissance et respect. Il ne leur appartient en aucune façon de nous juger et de nous trouver »l’égo boursouflé« . Ceux qui se permettent de parler de nous ainsi, nous devrions (et je crois que nous finirons par le faire, car la patience de beaucoup de Français de souche est plus qu’à bout) les renvoyer vers un pays leur convenant mieux, où les pouvoirs s’y entendent à dégonfler l’égo de l’individu de base. »

    Allons, allons, vous vous égarez, Catherine. Vous parlez comme une militante du FN. 
  • Par Gaspard Delanuit (---.---.---.12) 21 septembre 2011 08:51
    Qaspard Delanuit

    Beaucoup de choses fausses sont énoncées ici à propos du tantrisme, discipline très peu connue, pour ainsi dire jamais pratiquée et surtout complètement fantasmée ou diabolisée par les Occidentaux. 


    Miranda Shaw (lien indiqué plus haut et dans l’article) déclare fort justement : 

     « Les Occidentaux en général n’ont pas le même fondement que les pratiquants orientaux. Par exemple, la pratique du Tantra en Inde, au Népal et au Tibet demande en moyenne cinq ans d’études de la philosophie du vide. Les gens qui envisagent la possibilité de pratiquer le tantrisme se posent mutuellement des questions telles que : »Quelles philosophies du vide avez-vous étudiées ?«  »Quels textes ?« Ils se questionnent sur les aspects techniques du vide. Quel occidental ferait cela ? La concrétisation de la pratique tantrique est l’union de la béatitude et du vide. Si vous ne comprenez pas ce qu’est le vide, vous ne pouvez pas déconstruire vos émotions, et c’est essentiel dans la pratique tantrique. Que faites vous de la peur, de la colère, du désir intenses quand ils surgissent ? Comment déconstruire ces émotions si vous ne comprenez pas le vide ? Ce n’est pas de la psychothérapie.  »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès







Partenaires