• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > L’abbé Pierre, une existence exemplaire de la France généreuse

L’abbé Pierre, une existence exemplaire de la France généreuse

« Viens m’aider à aider ! »



Il y a eu, en France, 454 personnes sans domicile fixe qui sont mortes dans la rue en 2016. C'est un scandale... À Paris, le 22 janvier 2007, il y a dix ans, Henri Grouès est mort à 94 ans. Il était plus connu sous un autre nom, l’abbé Pierre. Personnalité préférée des Français pendant une vingtaine d’années à la fin du siècle dernier, il représentait toute la complexité française, à la fois anticléricale et portant aux nues un homme d’église, à la fois grincheuse et généreuse. Ce n’est pas un hasard si l’abbé Pierre avait été rejoint par une personnalité très différente de lui mais qui avait compris que l’urgent était d’aider les plus pauvres, ceux qui n’avaient plus de domicile, plus assez de quoi vivre, de quoi se loger, de quoi se nourrir : Coluche, créateur des Restos du cœur, lui-même auteur d’un appel radiophonique, le 26 septembre 1985.

Roland Barthes l’avait comparé en 1957 à saint François d’Assise. La nouvelle de sa disparition en début de la campagne présidentielle de 2007 avait provoqué une véritable surenchère d’hommages. Ils étaient mérités et avec le recul du temps, l’abbé Pierre, là où il est, peut franchement être heureux de ne pas avoir été inutile durant sa longue existence. Ses combats contre la pauvreté ont été repris par d’autres, moins connus, plus anonymes, mais tout aussi efficaces.

Certes, on pourra dire que ces combats de charité, issus d’initiatives collectives mais privées, sont nécessaires en raison d’une véritable carence des pouvoirs publics. La vague de froid qui s’est "abattue" sur la France la semaine qui vient de passer, pas si exceptionnelle si l’on songe qu’en hiver, c’est "normal" qu’il fasse froid, a montré l’extrême précarité de milliers de personnes qui passent les nuits glaciales hors d’une chambre, hors d’un endroit chauffé.

On peut encore mourir de froid en France en 2017 et ce fait est insupportable. Lorsqu’elle était Ministre du Logement, il y a un peu moins de dix ans, Christine Boutin avait d’ailleurs posé la question : faut-il obliger ceux qui n’ont pas d’abri à être abrités, au risque de les forcer contre leur volonté, ou faut-il préserver leur liberté lorsqu’ils ne veulent pas bénéficier de place dans un centre d’accueil, quand il y en a ? Il n’y a pas de réponse satisfaisante mais pour pouvoir se poser la question, il faut d’abord qu’il y ait suffisamment de places pour tous ceux qui dorment dehors, et je crois malheureusement qu’on est encore loin du compte.

_yartiAbbePierre03

Certains ont même la mauvaise foi d’accuser l’arrivée des réfugiés (pas si massive que cela en France), pour lesquels on trouve miraculeusement des centres d’accueil, au détriment des "pauvres" bien français. La préférence nationale en matière de lutte contre la pauvreté est d’ailleurs une fumisterie totale : il faut sauver toute personne en danger, quelle qu’elle soit, et personne ne s’aviserait à demander la carte d’identité à une personne tombée à l’eau et qui risquerait de se noyer. En hiver 1954, quand l’abbé Pierre avait tant bousculé les consciences après son appel radiophonique, il n’y avait pas autant d’immigration, pas de réfugiés, et pourtant, il y avait la pauvreté dans les villes.

Résistant dans le Vercors, député MRP de Nancy à 33 ans, de 1945 à 1951, l’abbé Pierre était avant tout un engagé dans l’humanité et dans l’humilité, pour ne pas dire un enragé de la vie. Sa principale initiative fut la création en novembre 1949 à Neuilly-Plaisance du Mouvement Emmaüs, du nom d’un village palestinien proche de Jérusalem, évoqué dans l’Évangile selon saint Luc (chapitre 24, versets 13 à 35). Grâce à son indemnité parlementaire, il avait réussi à acquérir une maison pour accueillir des exclus et des personnes en attente de reconstruction personnelle.

L’idée de ce mouvement (« une espèce de carburant social à base de récupération d’hommes broyés » selon la belle formule d’Albine Novarino), c’est de faire venir des personnes qui ont tout perdu et de les amener à en aider d’autres, qui ont aussi tout perdu. Aider à aider : « Je ne peux pas t’aider, je n’ai rien à te donner. Mais toi, tu peux m’aider à aider les autres. ». Passer du statut du rescapé à celui du sauveur, c’est se rendre utile, c’est être reconnu dans sa dignité humaine. C’est aussi hyper-volontariste, c’est croire que le monde ne peut changer que si l’on décide de le changer soi-même. C’est avec cette même philosophique que le père Guy Gilbert a aussi agi de son côté.

Pour financer leurs activités, notamment la construction de logements, toutes ces personnes d’Emmaüs font de la récupération d’objets d’occasion, des meubles, des vêtements, des livres, des jouets, toutes sortes d’objets, pour les revendre dans des centres Emmaüs. Il y a beaucoup dans la région parisienne (j’ai pu visiter celui des Ulis ou de Bougival, l’un des plus gros).

Le candidat LR François Fillon a même visité un centre Emmaüs le 3 janvier 2017 dans le 19e arrondissement de Paris, parce qu’il sait que la lutte contre la pauvreté est un élément majeur pour un candidat qui souhaite prôner l’intérêt général et que le système actuel engendre bien trop de précarité et de pauvreté pour accepter de ne rien faire.

_yartiAbbePierre04

Aujourd’hui, une quarantaine de pays accueillent des communautés Emmaüs sur ce principe, faisant travailler cinq mille compagnons dans le monde. Grâce à l’abbé Pierre, ces communautés lui survivent.

Ce fut lors d’un naufrage sur le Rio de la Plata, entre l’Argentine et l’Uruguay, le 11 juillet 1963, qu’il a pris conscience que sa personne était le seul lien entre les communautés dans le monde. Il avait alors échappé à la mort : « Cette mort manquée a été dans ma vie personnelle sûrement un moment comparable en importance à celui de l’entrée chez les capucins et à celui des nuits de mendicité (…). Mais ce fut aussi le déclenchement d’un tournant majeur dans l’histoire, l’avenir du mouvement Emmaüs. ». Il a donc travaillé plusieurs années pour créer Emmaüs International pour qu’il ne fût plus indispensable à la continuation de ce grand élan. C’est cette organisation d’ailleurs qui est le légataire universel de l’abbé Pierre. Quelques années avant ce naufrage, il avait été rescapé en Inde de l’atterrissage en urgence de son avion au moteur en panne.

Refusant honneurs et responsabilités hiérarchiques au sein de l’Église catholique et préservant sa liberté de parole, l’abbé Pierre a rencontré personnellement, durant sa longue existence, des personnages historiques exceptionnels, en particulier De Gaulle en 1944 à Alger, le père Pierre Teilhard de Chardin en 1945 chez lui, Albert Einstein en 1948 à l’Université de Princeton, Dwight Einsenhower en 1955 à la Maison-Blanche, Indira Gandhi en 1956 et 1971, et évidemment plusieurs papes (notamment Jean XXIII et Jean-Paul II) et de nombreuses personnalités politiques françaises (dont Jacques Chirac).

Merci à l’abbé Pierre, visionnaire, volontaire, déplaceur de montagnes, dont l’appel du 1er février 1954 n’a hélas toujours pas vieilli : « Mes amis, au secours ! Une femme vient de mourir gelée, cette nuit à trois heures, sur le trottoir du boulevard Sébastopol, serrant sur elle le papier par lequel, avant-hier, on l’avait expulsée… Chaque nuit, ils sont plus de deux mille recroquevillés sous le gel, sans toit, sans pain, plus d’un presque nu. Devant l’horreur, les cités d’urgence, ce n’est même plus assez urgent ! (…) Il faut que ce soir même, dans toutes les villes de France, dans chaque quartier de Paris, des pancartes s’accrochent sous une lumière dans la nuit, à la porte de lieux où il y ait couverture, paille, soupe (…) [avec] ces simples mots : "Toi qui souffres, qui que tu sois, entre, dors, mange, reprends espoir, ici, on t’aime !" ».

_yartiAbbePierre02

Et de rajouter : « La météo annonce un mois de gelées terribles. Tant que dure l’hiver, que ces centres subsistent, devant leurs frères mourant de misère, une seule opinion doit exister entre hommes : la volonté de rendre impossible que cela dure. Je vous prie, aimons-nous assez tout de suite pour faire cela. ».

Que le souvenir de l’abbé Pierre soit encore assez fort pour interpeller en 2017 chaque candidat à l’élection présidentielle sur cette question essentielle de la solidarité ! Une société qui ne vient pas en aide à ses membres les plus fragiles est une société sans âme et sans cœur.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (21 janvier 2017)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Viens m’aider à aider !
Le pape François, une vie d’espérance.
Coluche.
Hommage à l'abbé Pierre.
Mère Teresa.
Sœurs de Saint-Charles.
Père Gilbert.
Frère Roger.
Concile Vatican II.
Jean XXIII.
Paul VI.
Jean-Paul II.
Benoît XVI.
Monseigneur Romero.
Sœur Emmanuelle.
Le dalaï-lama.
Jean-Marie Vianney.
Jean-Marie Lustiger.
Albert Decourtray.
Le Pardon.
La Passion.

_yartiAbbePierre05
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.44/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • fred fred 21 janvier 14:00

    Un géant...face aux couilles-molles du pouvoir... !


    • Le421 Le421 21 janvier 20:15

      @fred
      Alors...
      Pourquoi saquer la notation de cet article ?
      Pourquoi systématiquement certains abrutis se complaisent à présenter notre pays France comme un ramassis d’égoïstes.
      Parce que ces personnes, spadassins de parti(s) politique(s) idolâtres de la haine de l’autre, se font un devoir de remplacer le mot solidarité par celui d’assistanat.
      Parce que ces gens ne peuvent admettre que l’on tende la main à celui qui crève dans le caniveau, expliquant stupidement que c’est de sa faute.
      Parce que certains connards - je pèse mes mots - ne comprendront jamais que le sang qui coule est de la même couleur et que si on vous greffe un rein, la teinte de la peau n’a aucune importance dans le genre humain...


    • Etbendidon 21 janvier 15:23

      L’abbé Pierre était un grand ami de Roger Garaudy du PCF
      il s’est fait CRIFFER très dur à cause de cette amitié
      Ragoto n’en parle pas, bizarre ?
       smiley


      • izarn izarn 22 janvier 13:21

        @Etbendidon
        ...Il fait de la récup...
        ABBE Pierre=Catho=Fillon
         smiley


      • oncle archibald 21 janvier 15:46

        Un homme qui aimait ses semblables, pour lequel les mots liberté égalité et fraternité avaient du sens, mais qui ne se contentait pas des mots !

        Se gargariser de ces trois mots est à la portée du premier politicard venu et ils ne s’en privent pas, mais les traduire en actes c’est beaucoup plus rare.

        Respect et hommage à l’Abbé Pierre et à tous ceux qui savent être cohérents.


        • kalachnikov lermontov 21 janvier 15:52

          Rakoko tripatouille l’Histoire mode charité chrétienne de façade pour fourguer son grand homme, le Fillon.

          La situation actuelle n’est en aucune façon comparable avec celle de 1954.
          Du fait des conditions météo, déjà :

          https://fr.wikipedia.org/wiki/Vague_de_froid_de_l’hiver_1954_en_France

          Du fait du contexte, la France subit encore les conséquences de la guerre et de surcroît l’Etat ne se mêle pas activement à ce moment de ce secteur.

          https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_des_luttes_pour_le_logement_en_France

          Et donc l’abbé Pierre a le droit à sa petite tournante pour fourguer ça :

          "Le candidat LR François Fillon a même visité un centre Emmaüs le 3 janvier 2017 dans le 19e arrondissement de Paris, parce qu’il sait que la lutte contre la pauvreté est un élément majeur pour un candidat qui souhaite prôner l’intérêt général et que le système actuel engendre bien trop de précarité et de pauvreté pour accepter de ne rien faire."

          Ca tombe bien, le ci-devant a été chef de gouvernement, il a donc un super bilan christianocompatible en la matière ; il a même été le larbin en chef de celui qui clamait ’zéro sdf en un an’, le grand humaniste Sarkozy.
          Fergus avait d’aileurs écrit un article sur le sujet :

          http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/sdf-l-effrayant-bilan-de-sarkozy-100486

          Quant au fait que les sdf soient de plus en plus nombreux, c’est très simplement lié aux politiques libérales impulsées par l’Horreur UE que le curé Fillon se réclamant de Thatcher se propose justement d’accélérer.

          Et donc, la différence est là : aujourd’hui, la France n’est pas à reconstruire, elle est en train d’être détruite ; il n’y a pas de manque de moyens, il n’y a pas d’argent pour les pauvres, qu’ils se démerdent ; il n’y a pas d’absence de volonté politique, cette volonté politique existe pour nuire aux pauvres et servir les puissants.


          • Jeff84 23 janvier 05:47

            @lermontov
            Et vous, que faites-vous pour les pauvres ? Avec vos propres ressources, je veux dire.


            Hier, il faisait tellement froid que j’ai vu un socialiste avec les mains dans ses propres poches.

          • Jeff84 23 janvier 06:13

            Bravo pour votre article. J’aimerais qu’il y ait plus de personnes comme lui. Mais la France, malheureusement, est horriblement mal placée au niveau mondial en ce qui concerne la charité.


            • zygzornifle zygzornifle 23 janvier 11:23

              Valls se serait fait un plaisir de le foutre en taule ......


              • zygzornifle zygzornifle 23 janvier 11:24

                au moins il tenait ses promesses .....


                • microf 23 janvier 13:45

                  @Sylvain Rakotoarison

                  Bien que je sois pas souvent d´accord pour certains de vos articles, mais pour celui-ci, bravo. Lorsqu´on fait bien, il faut féliciter, bravo. Votre article interpelle la société, car il n´est pas normal que dans cette société dans laquelle nous vivons aujourd´hui, on meurt de froid en France, c´est un scandale, et écrire un article comme celui-ci, c´est le rôle d´un vrai intellectuel. L´intellectuel, n´est pas celui qui est bardé de diplomes, mais d´une personne qui voit les problèmes qui gènent le bon fonctionnement de la société et qui interpelle cette société pour réagir positivement.

                  Je vous prie de trouver ici une reflexion de l´Abbé Pierre qui résume ce que vous avez écris, ce que nous vivons aujourd´hui et qui nous interpelle chacun á réagir.

                  L´Abbé Pierre dit ceci :

                  Pour que les plus souffrants soient en premiers servis, toute la société des hommes, de la commune á l´univers, a besioin constamment d´être harcelée, non pas d´abord du dehors par quelque contrainte d´autorité, mais d´abord du dedans d´elle même par la contagion, par le défi de quelques-uns venus les uns de la lassitude de trop avoir, les autres de la lassitude de manquer de trop de tout, unis dans un travail communautaire assurant leur vie, mettant leur gain au service des souffrants et pouvant ainsi debout, libres et forts, á tout instant, redire á quiconque :" Et toi pour ceux qui souffrent, dans ta vie privée dans ta vie civique, que fais-tu ?"

                  Les sociétés ne sont jamais malades de rien d´autre que du dédain des souffrants. toute anarchie, comme toute tyrannie, toute corruption et tout abandon, toute aggression aussi, de quoi tout cela naît-il , sinon, soit de l´idolâtrie que les forts ont d´eux mêmes, soit du désespoir dont le mépris ou l´exploitation qui les accablent soulèvent les faibles ?

                  Et devenus les maîtres, les faibles, d´hier, comment ne deviendraient-ils pas á leur tour des bourreaux si ne leur est pas, aussitôt la puissance venue entre les mains, redire la loi : "Sers premier le plus souffrant« , ce qui n´est rien d´autre que » aimer comme soi même le prochain" ?

                  " Dans les paroxysmes d´incohérences par lesquels, de temps á autre, passe l´histoire humaine, á force de dérobade devant cette loi, sa loi, des moments viennent oú ce n´est plus ni de reformes, ni de revolutions, qu´il est besoin, mais de renaissance.

                  Renaitre. Repartir de la source. Rompre avec le fratras des conventions oú se camouflent les faussetés

                  Mais ca, renaitre, ce n´est pas d´abord action de masse, mais actes de personnes, une á une, chacune seule et toute frêle, face á soi-même, et face á l´éternel Amour, et face á l´universel appel de cet Amour qui est quelqu´un et qui veut ces libres adhésions de quelques-uns jusqu´á l´absolu, pour que s´accomplisse au bout du compte l´unité de tous, seuls s´excluants ceux qui, délibérément, éblouis par leurs seul orgueil, auront préféré l´obstination dans l´illusion de leur moi á la communion du don de soi.

                  C´est en définitive, toujours, mais plus que jamais au long de ces temps de crises violentes de l´univers, dans le mystérieux sanctuaire de l´âme de quelques uns, que se joue, chaque jour, le destin des multitudes.Dans l´âme de ceux qu´attire l´appel. Dans l´âme de ceux qui diront« me voici »

                  Pour un temps ou peut êre pour, soit d´un coup, soit par étapes, pour toute la vie.


                  • Samson Samson 23 janvier 14:04

                    « Le candidat LR François Fillon a même visité un centre Emmaüs le 3 janvier 2017 dans le 19e arrondissement de Paris, parce qu’il sait que la lutte contre la pauvreté est un élément majeur pour un candidat qui souhaite prôner l’intérêt général et que le système actuel engendre bien trop de précarité et de pauvreté pour accepter de ne rien faire. »

                    Mais, au-delà des vœux pieux, quel candidat dispose encore des moyens - de longue date bridés par les institutions €uropéennes - et surtout du courage de restaurer l’intérêt général ? De la droite « décomplexée » à la gauche « réformiste », de Fillon à Valls, combien de sdf, de « sans-dents » supplémentaires et de morts de froid au bilan des ex-premiers ministres successifs ?

                    « Une société qui ne vient pas en aide à ses membres les plus fragiles est une société sans âme et sans cœur. »
                    Valeurs humanistes de l’€urope ou « identité » chrétienne de ce continent ne sont que les vertueux oripeaux agités en guise de leurres par une €urocratie qui a vendu son âme aux lobbies industriels et financiers transnationaux.

                    « On peut encore mourir de froid en France en 2017 et ce fait est insupportable. »
                    Absolument ! Raison de plus pour n’accorder ni confiance, ni suffrage aux chantres néo-libéraux du « TINA » et leurs désastreuses recettes : la ruine dans laquelle ils nous plongent au quotidien par le pillage éhonté du bien public est chaque jour plus profonde et plus patente !


                    • zygzornifle zygzornifle 25 janvier 12:56

                      au moins on en parlera encore dans un siècle comme Coluche , pas comme les politiques a moins qu’un de ces abrutis nous déclenche une guerre .....


                      • zygzornifle zygzornifle 28 janvier 12:53

                        Avec les 500 000€ des emplois fictifs de la famille Fillon (et tout les as cotés bien cachés) il aurait pu donner du baume au cœur aux victimes de notre société que tous ces politiques véreux disent défendre du bout des lèvres , j’espère qu’un jour ils s’étrangleront avec leur mensonges ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès