Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > L’Eglise face à nos nouveaux péchés

L’Eglise face à nos nouveaux péchés

Le Vatican a tout récemment adapté la liste des traditionnels « péchés mortels » en y incluant celui de « richesse extrême ». Effectivement, alors que les anciens péchés (gourmandise, luxure, envie, orgueil, paresse, colère et avarice) tels que définis par le pape Grégoire le Grand au VIe siècle étaient à connotation individuelle, ceux cités par monseigneur Girotti en date du 10 mars dernier seraient à « résonance sociale en raison de la mondialisation ».

Ainsi, le « régent de la Pénitencerie apostolique », corps du Vatican statuant sur des sujets de moralité et habilité à accorder des absolutions, vient-il de présenter les péchés nouveaux au nombre desquels figurent les manipulations génétiques, la pollution de l’environnement ainsi que la richesse extrême, cause des injustices économiques et sociales par lesquelles "les pauvres deviennent encore plus pauvres et les riches encore plus riches". Le dogme catholique condamnant à la "mort éternelle" quiconque se rend coupable de l’un de ces péchés capitaux dès lors qu’il ne se confesse pas et ne fait pas pénitence.

Pourquoi le péché de "richesse extrême" consistant en "l’accumulation excessive de richesse par certains" n’était-il pas inclus dans l’antique liste et pourquoi a-t-il été récemment introduit ? Effectivement, les lois de Dieu étant par nature immuables, en vertu de quoi le Vatican peut-il aujourd’hui statuer sur l’état de "richesse extrême"... à moins que les circonstances aggravantes de la conjoncture et du monde actuels ne rendent inadmissible cette richesse extrême, considérée autrefois de manière moins négative ! Certes, nul n’a oublié que "les derniers seront les premiers et les premiers seront les derniers" et qu’ "il est plus facile pour un chameau de passer par le chas d’une aiguille que pour un riche d’entrer au royaume des cieux"... Alors, l’avarice étant déjà considérée comme un "péché mortel", il faut donc chercher ailleurs la signification attribuée au terme de "richesse extrême" qui aurait tout aussi bien pu être décliné sous les termes de richesse offensante ou insultante. En fait, selon les critères de l’Eglise, la richesse est obscène et pécheresse dès lors qu’elle est excessive !

Tout le monde s’accorde à déplorer les inégalités, la pauvreté, l’injustice ainsi que l’arrogance de la richesse poussée à l’excès. Toutefois, la morale et l’éthique universelle ne condamnent pas la richesse, même extrême, si celle-ci a été édifiée de manière légale et moralement acceptable. En effet, le fruit de mon travail étant ma propriété, ma fortune - aussi vaste soit-elle - n’a pas à être considérée immorale dès lors qu’elle a été gagnée sans nuire à autrui. En revanche, et comme le vol est un péché, une fortune serait immorale dès lors qu’elle aurait a été acquise de manière malhonnête avec la nuance fondamentale que ce n’est pas du fait de son amplitude que cette richesse serait immorale, mais simplement car elle aurait été obtenue par un vol. A moins que le Vatican considère que l’on ne devient riche qu’en appauvrissant les autres... ? Ce concept de "richesse excessive" est donc abusif car une richesse, même gigantesque, édifiée régulièrement ne va pas à l’encontre de l’éthique universelle à moins que le Vatican n’ait également décidé de compléter dans la foulée la définition du mot "vol", auquel cas il devra s’atteler à la révision des Dix-Commandements et de leur fameux "Tu ne voleras point"...

Au-delà de ces considérations théologico-morales, il est quand même surprenant que l’Eglise catholique, certes première institution au monde à s’être mondialisée, réévalue la notion de péché à l’aune des "résonances sociales" comme l’on pourrait le faire d’un titre ou d’une devise à la lueur d’une nouvelle statistique économique. L’homme serait-il devenu soit irréprochable, soit fragile au point qu’il faille inventer le "péché social" afin que nous soyons tous coupables collectivement, mais que personne ne soit responsable individuellement ? Car, en effet, avant l’apparition de ce "péché collectif", le libre arbitre, faisant appel à la responsabilité individuelle, confrontait chacun à ses propres démons. L’Eglise catholique cherche-t-elle à diluer notre responsabilité individuelle dans celle d’une communauté, occidentale par exemple, qui serait vouée en bloc à aller en enfer pour expier sa "richesse extrême" face à des milliards d’êtres humains sur le seuil de la pauvreté ? Il est vrai que nos agissements, nos méfaits ou nos écrits influencent d’une manière ou d’une autre l’évolution de notre communauté comme il est indéniable que notre communauté - surtout la nôtre - influence la vie d’autres communautés de ce monde.

Cette démarche de l’Eglise catholique d’uniformiser la nature humaine au point de l’enfermer dans des faits - plutôt dans des méfaits - qui ne seraient plus guidés que par la collectivité est déconcertante. Car n’est-ce pas la religion chrétienne qui, en divinisant l’humain il y a 2 000 ans, a prétendu que chaque individu était unique ? Cette infantilisation de l’homme avait pourtant été écartée par le concile Vatican II qui, tout en reconnaissant la conscience et la liberté propre à chaque individu, avait enfin rompu avec une police de la pensée qui se limitait à récompenser, à punir et à dresser des listes récapitulatives des interdits afin que l’homme ne pense plus par lui-même ! Ce cri de monseigneur Girotti : "Les pauvres deviennent encore plus pauvres et les riches encore plus riches" ne nous éclaire-t-il pas à lui seul sur cette sacro-sainte culpabilisation éternellement brandie par l’Eglise catholique dans le but de nous aliéner notre responsabilité individuelle ? Le théologien suisse Hans Küng écrivait : "L’Eglise est le peuple de Dieu en marche". Il serait grand temps que l’Eglise des hommes parle enfin le langage des hommes.


Moyenne des avis sur cet article :  3.04/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

58 réactions à cet article    


  • srobyl mascarpone58 8 avril 2008 11:04

    Sûr que l’Eglise sait de quoi elle parle, puisqu’en son sein même, la "richesse excessive" existe pour certains. Et il s’agit bien d’une richesse collective... Quand on songe aux richessesde l’Eglise, en particulier sous forme de biens immobiliers, souvents inoccupés, alors que des malheureux doivent manifster pour le droit au logement ! Dans ces conditions, c’est pas gagné, le paradis pour les donneurs de leçons du Vatican ...


    • Servais-Jean 8 avril 2008 14:57

      Concernant la richesse extrème de l’Eglise, ils vous répondront que ce ne sont pas eux qui sont riches mais que c’est la communauté et que donc c’est normal.

      Quant aux particuliers, faites leur confiance, celà fait des siècles qu’ils affûtent leurs arguments et ils ne se sentiront pas concernés vu que l’Eglise a toujours été de leur côté.

      L’abbé Pierre leur avait dit, aussi bien à l’Eglise qu’aux particuliers, "Vous avez tous du sang sur les mains, autant que ces misérables qui pour sortir de leur désespoir prennent les armes".


    • Xavier Pierson 9 avril 2008 12:01

      VBoir mon intervention plus bas, la richesse de l’Eglise est un bon gros mythe. Mais les mythes font vivre le bas peuple n’est-ce pas !?

      D’ailleurs, ces nouveaux péchés aussi sont une invention. J’ai fait mes recherches, étant plutôt en accord avec l’article ci-dessus, en fait AUCUN NOUVEAU PÉCHÉ N’A JAMAIS ÉTÉ DÉCRÉTÉ !!!!!

      Tout cela vient d’une fausse information, relayée à la vitesse du son par tous les média sans qu’aucun d’eux n’aille jamais aux sources, à moins qu’ils confondent tous dans leur crasse ignorance décision de l’Eglise et interview de Prélat dans un journal !

      Nos media sont décidemment ridicules...


    • Le péripate Le péripate 8 avril 2008 11:07

      Je crois qu’il a déjà existé des lois dites somptuaires, notamment à Rome, qui condamnait la richesse excessive.


      • Mjolnir Mjolnir 8 avril 2008 11:17

        La richesse excessive, c’est toujours celle de l’autre qui dépasse la sienne.

        Circulez, y a rien à voir !


        • Mjolnir Mjolnir 8 avril 2008 11:40

          @L’auteur

          Je précise que ma dernière phrase était destinée au Vatican et non à votre article. Parler d’excès sans définir de référence n’a pas de sens.


        • blitz 8 avril 2008 11:42

          Permettez-moi de douter que la richesse surtout extrème puisse être édifiée de manière légale et moralement acceptable : c’est l’exploitation, la tricherie, les passe-droits, les délits d’initiés, etc qui permettent la fortune...


          • snoopy86 8 avril 2008 11:50

            je confesse avoir commis les pêchés de gourmandise, luxure , paresse, orgueil et sans doute quelques autres mais mon catéchisme est bien loin...

            Je confesse pire encore : je fais tout ce que je peux pour commettre le pêché d’extrême-richesse, mais je n’y arrive pas...


            • ZEN ZEN 8 avril 2008 11:50

              "Péché" ?

              Que siginifie cette notion ?


              • Michel Santi Michel Santi 8 avril 2008 11:56

                culpabilité, infantilisation, dépendance...


              • bersace bersace 8 avril 2008 12:25

                Ave,

                Le péché est l’éloignement de Dieu, le détournement du Bien. C’est d’abord une rupture. Cela se produit par un acte/une pensée moralement mauvais. L’inverse étant la grâce, la miséricorde (et non la pénitence).

                Étienne.


              • snoopy86 8 avril 2008 13:08

                @ la tienne Etienne


              • Servais-Jean 8 avril 2008 15:06

                Parler de morale est complètement idiot. La morale définit ce qui se fait dans un endroit donné à un moment donné (morale=moeurs). Voir étymologie du mot.

                Au pays des cocus celui qui ne l’est pas est fautif.


              • appoline appoline 8 juin 2008 16:10

                Il faudrait peut-être arrêter de se palucher avec ce genre de bêtises pour être polie ; il ne faut pas faire dire à Dieu toutes les conneries du monde mais déjà redescendre sur terre à apprendre à regarder les autres et ne pas trop juger mais là l’être humain peut se cracher dans les mains car il y a du boulot sur la planche.


              • Forest Ent Forest Ent 8 avril 2008 11:58

                Hou la la !

                J’aime beaucoup vos articles sur l’économie, et j’y respecte vos compétences, mais je n’ai pas l’impression que la théologie soit votre fort.

                A minima, vous auriez dû résumer les arguments avancés par l’auteur.

                En tout cas, cette phrase me sidère :

                Car n’est-ce pas la religion chrétienne qui, en divinisant l’humain il y a 2’000 ans, a prétendu que chaque individu était unique ?

                Bien avant le Christ, Aristote avait déjà avancé le fait que chaque individu était unique (et en général "le singulier inconnaissable"). Quand à dire que le christianisme a "divinisé l’humain", ça me semble mériter un retour au tutorial.

                Désolé, mais c’est n’est pas du tout un bon article.


                • Michel Santi Michel Santi 8 avril 2008 12:05

                  Désolé que vous ne l’aimiez pas et merci de me le dire, j’aime cette démarche.

                  Bien-sûr, il se peut que la théologie ne soit pas mon fort...encore que, étant élève des Jésuites...

                  Concernant votre argumentation, je n’ai jamais prétendu que la religion chrétienne avait été la première à mettre en avant l’unicité de chaque individu. Non, ce que je voulais dire était que la démarche d’infantlisation à laquelle se livre l’Eglise depuis des lustres était en complète contradiction avec l’Homme-Dieu si typique de la foi chrétienne ! 


                • Michel Santi Michel Santi 9 avril 2008 09:20

                  C’est l’Eglise elle-même qui a défini ces nouveaux péchés de la sorte et le prélat Girotti en l’occurrence a parlé de péchés "sociaux"...


                • Xavier Pierson 9 avril 2008 12:02

                  Non l’Eglise n’a rien défini du tout.
                   Surveillez vos sources !


                • appoline appoline 8 juin 2008 16:12

                  Charité bien ordonnée commence.....

                  Ah ces curés, ils nous feront toujours marrer.


                • Trashon Trashon 8 avril 2008 12:01

                  Le péché de richesse extrème........

                  Le vaticant va-t-il se condamner à la mort éternelle lui même ou s’auto-con-fesser ?


                  • appoline appoline 8 juin 2008 16:16

                    Ca m’étonnerait que le vatican se confesse, vu les loupés qu’il y a eu pendant la guerre de 39-45, il ne tient pas à se saborder, il est déjà sur la mauvaise pente, les grenouilles de bénitier se font rares.


                  • TALL 8 avril 2008 12:21

                    Est excessivement riche celui qui gagne + que le pape.


                    • TALL 8 avril 2008 13:31

                      Tiens, je suis moinssé ?

                      Bon, je rectifie : .... moins riche que le pape.

                      C’est bon ?


                    • Mjolnir Mjolnir 8 avril 2008 13:43

                      Tiens, je me suis jamais demandé si le pape avait une rénumération ou non...

                      il est payé par le Vatican qui perçoit des impôts ?


                    • TALL 8 avril 2008 14:46

                      Paraît que c’est Dieu qui fabrique les talbins.

                      Va les reconnaître...

                       


                    • rocla (haddock) rocla (haddock) 8 avril 2008 12:49

                      Acrtuellement j’ m’ essaie à faire un combiné , par exemple manger avec gourmandise une tarte aux fraises que j’ ai acheté orgueilleusement et avec envie chez la marchande en colère car j’ ai avaricieusement marchandé le prix tout en éjaculant luxurieusement et de façon paresseuse sur une extrème richesse passant par-là .

                       

                      Maintenant faut qu’ j’ aille à con fesses .


                      • appoline appoline 8 juin 2008 16:20

                        Très bien dit, il faut bien s’occuper de soi-même, car si on y regarde de plus près dans les textes, au meilleur, c’est la flagellation autant s’empifrer, poil au nez


                      • Mjolnir Mjolnir 8 avril 2008 13:06

                        Une église ne peut être rationnelle à moins que ce soit une église d’une religion sans dieu.

                        Il faut arrêter de vendre des vessies pour des lanternes en affirmant que la foi et/ou l’existence de dieu sont rationnels.

                         


                      • wawa wawa 8 avril 2008 13:09

                        cet article amène les reflexions suivantes :

                        est il moral d’être "excessivement riche " par le simple fait d’hériter, d’être né dans un lit plutot qu’un autre ?

                        est il possible de gagner beauoup beaucoup d’argent par son seul travail sans en voler au autres ? toucher des grosses plus values sur stocks-options à la suite d’un plan social dont l’utilité peut etre discutée est parfaitement légal. N’est ce pas moralement un vol ?

                        La rémunération des grands patrons s’élevant à plusieurs dizaine de miliers de fois la moyenne nationale est elle justifiée moralement ? cela ne signifie t’il pas qu’un employé quelquonque n’est qu’un "pet de mouche" ?

                        Décider des orientations stratégiques de grand groupe est il un travail d’élite que seul une personne sur un million peut faire ?D’autre personnes ne pourrait elle pas prendre les bonnes décisions (voir de meilleures) avec une rémunérattion cent fois moindre ?

                        Ces rémunération sont elles justifiées ou ne sont ce que retours d’ascenceurs dans un milieu en vase clos ?Que penser des "golden parachutes" ou des "golden hello"

                        j’insiste sur la notion "morale", et non pas "légale"

                        tiens pour une fois je me sens proche de l’église !

                        et je me plais à penser que l’impot progressif sur la fortune et les revenus et sur les héritages ont une certaine conotation morale, et ce malgre le discours liberal dominant

                         

                         


                        • blitz 8 avril 2008 13:24

                          je plusse !!!

                          sans compter qu’hériter ne dédouane pas de la responsabilité de l’origine de la fortune, qui peut être non seulement immorale mais même illégale... les vieilles fortunes ne sentent pas forcément meilleures que les anciennes : comment la noblesse a constitué la sienne ? et les industriels des 19e et 20e ? et les commerçants et leurs comptoirs...


                        • srobyl mascarpone58 9 avril 2008 12:28

                          je plusse itou (mais qu’importe...)

                          Je voudrais juste dire que ce "péché d’excessive richesse " qu’il soit un canular, une idée individuelle d’un quelconque écclésiastique ou une nouveauté tamponnée officiellement par le Vatican, ça n’a pas beaucoup d’importance, car il existe vraiment, dans la tête de beaucoup de gens : certains "riches" (qui peut-être culpabilisent le soir, avant leur prière ?...) , beaucoup de moins riches, et sans doute pas mal de vrais pauvres qui -on les comprend plus que d’autres- sont scandalisés par les outrances révéles par la presse dans ce domaine, mais espèrent en gratouillant une de ces saloperies de la Française des Jeux, obtenir rapidement une fortune énorme, afin de se comporter comme ceux qu’ils dénigrent !


                        • Aspiral Aspiral 8 avril 2008 13:18

                          Je me fiche bien personnellement de ce que le Pape invente un nouveau péché. Ce qui me gêne, c’est que vous réduisiez les péchés, quelques soient leur définition aux 7 péchés dit "capitaux". "Capitaux" signifient "qui viennent en tête", avant les autres. On dit d’eux qu’ils sont les portes qui mènent à la perdition. Il n’est pas besoin de croire à l’enfer pour y vivre. Être équilibré, profiter de la vie est un souhait universel bien peu partagé. Comme c’est difficile de bien décider dans la complexité effarante qu’est devenue notre vie moderne. Le temps d’une vie est trop court pour espérer atteindre la sagesse en pasant par des "peut-être que" permanents. Il nous faut donc un guide-line. Tant qu’on lutte contre les 7 péchés capitaux, même en y succombant quelques fois, on peut espérer rester sur le chemin de cet accomplissement de soi qui s’appelle "sagesse". Le mot "péché" signifie "erreur" et ces 7 chemins, jusqu’à preuve du contraire, n’ont fait leurs preuves que comme des drogues aliénantes. A ceux qui veulent continuer envers et contre toute expérience à considérer ces chemins comme bons, on ne peut que souhaiter "bonne chance" et surtout leur demander de ne pas revendiquer des médecins, des hommes politiques et des psychologues "le droit" d’être délivrés gratuitement des légitimes conséquences de leurs paris hasardeux. Qui vivra verra, mais trop tard, qu’il y a, pour la construction de toute vie, comme de toute fusée, des règles de l’art sans lesquelles le résultat ne peut qu’être désastreux. C’est déjà bien visible, je pense. Ne trouvez-vous pas ?


                          • Michel Santi Michel Santi 8 avril 2008 13:58

                            Il est des personnes dont la morale interdit d’emprunter ces 7 chemins et qui, pour autant, n’ont pas besoin du "guideline" de l’Eglise, surtout si la punition de l’enfer pend au-dessus d’eux comme des enfants dont les parents agitent la punition s’ils ne sont pas sages.

                            Ces personnes, qui essaient de vivre leur vie au jour le jour sans nuire à autrui, méritent tout autant votre considération, même s’ils ne suivent pas le Vatican.


                          • Aspiral Aspiral 8 avril 2008 16:21

                            Votre réponse témoigne d’une interprétation de mes propos. J’ai publié à ce sujet sur Agoravox : Origine de l’incivilisation, publié le 27 mars, vous pouvez aussi le trouver sur mon site : www.aspirale.be/wordpressfr/2008/03/02/faire-part/.


                          • snoopy86 8 avril 2008 18:18

                            @ l’auteur

                            Mais on peut parfaitement vivre dans la gourmandise, la luxure et la paresse sans nuire à autrui...


                          • Aspiral Aspiral 8 avril 2008 19:30

                            eh oui ! C’est le principal, jusqu’au moment où on commence à coûter au contribuable !

                             


                          • Thoth 16 mai 2008 22:29

                            Pour ma part, je préfère les péchés capiteux


                          • Mjolnir Mjolnir 8 avril 2008 13:41

                            Quand je parlais de foi, il était sous entendu que c’était la foi dans un dieu personnel, décrit par les religions monothéïste.


                          • Henri François 8 avril 2008 13:40

                            Faut-il vraiment une liste de péchés, mortels ou pas, anciens ou nouveaux, pour "stimuler" la conscience de l’homme ? En agissant de la sorte avec ce nouveau péché mortel, au sens plus ou moins vague ou sibyllin, par l’emploi du qualificatif "excessive", l’Eglise ne se met-elle pas dans la peau d’un camelot racoleur ? Ne faut-il pas voir plutôt dans cette démarche, un soporifique destiné à soulager... la détresse des pauvres, ou bien calmer leure colère ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès