Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

L’Enfer

Le modeste objectif de cet article est de refroidir l'enfer. Voire y placer 2 ou 3 icebergs si possible.

Evidemment, pour une telle entreprise, l’important est de ne pas trop avoir froid aux yeux et de ne pas être trop effrayé par les accusations d'hérésie.

Aborder l'enfer, le paradis, ce qu'il y aurait "après" est un sujet assez embêtant. Côté preuves, nous n'avons pratiquement rien sauf ce petit sentiment que, peut être, il y a quelque chose en chacun de nous qui pourrait, au cas où, transcender le mammifère qui nous sert de prison corporelle pour vivre une "autre" vie sous on ne sait quelle forme.

Doit-on s'empêcher de supputer là où nous ne savons pratiquement rien ? Ce serait laisser l'espace de la supputation à ceux qui n'ont aucune retenue. Les poilus de la face et autres espèces de prêtres ne s'en privent pas. Supputons comme ils supputent, histoire que peut être, nous supputions mieux. 

Et puis, de toute façon, à mes âneries près, je suis sûr d'avoir raison.

Pour un "croyant" qui raisonne, il faut avouer qu'il y a comme une odeur de brulé dans ces histoires de grand barbecue géant.

Mathématiquement parlant, une fois qu’Allah aura fait les comptes, ça ne tournes pas rond. En effet, quand on divise une punition infinie par une faute finie, la justice part en vrille. En plus, ce n’est même pas conforme à la loi du Talion qui établit clairement que la punition ne peut dépasser la faute. Allah deviendrait-il un mauvais croyant en n'appliquant pas la chariaa qu'il écrit lui-même ? Deviendrait-il un esprit vengeur et tortionnaire que nul ne pourrait arrêter et à qui nul ne pourrait faire entendre raison ?

Même sur le plan "sentimental", le pire des scénaristes Hollywoodien vous le diras, le « tu m’aimes ou je te mets en brochettes » ressembles plus à « liaison fatale » qu’à une belle histoire d’amour. Le Dieu "amour" qui aurait été capable de nous en mettre plein la vue avec cet univers devrait quand même être capable de faire mieux dans ses épilogues.

Qu’est ce que c’est encore que ces histoires !

Ce qui est rassurant, au premier coup d’œil, c’est que tous les Cheikhs sont d’accords sur le concept d'enfer barbecue. Avec deux ou trois cheikhs, il est permis de douter, mais avec l’unanimité des savants, le doute n’est plus permis. Cette histoire d'enfer est forcément de l’enfumage où l'internationale de la prêtraille a forcé sur la dose.

Et puis, franchement, comment voulez vous faire peur aux athées avec ça !

Le produit est particulièrement efficace sur les croyants dont la peur de l'enfer est souvent le fondement de leur foi, jusqu'à en oublier le paradis et un Dieu clément. Mais, il faut l'avouer, le produit est de portée très limitée sur toute la population des mécréants pas croyants du tout. C’est quand même à eux que le produit est supposé être destiné. Quel mauvais marketing de la part d'Allah. 

Ce qui serait bien, pour les athées, ce serait un produit qu’ils connaissent bien. Une sorte d’enfer où les athées seraient punis tant qu’ils feront les imbéciles conformément à la loi du talion. Un type de produit où les prêtres de l’athéisme (penseurs, experts, philosophes, psychologues ...) peuvent embobiner la pauvre masse inculte et souffrante de leurs adeptes. Un truc où ils les inciterait à trimer toute leur vie en sachant qu'ils vont tout perdre vers la fin. Un prêtre athée qui prêche l’hédonisme en enfer, voilà qui peut faire marrer les anges tout là haut. C’est autrement plus poilant que des pauvres bougres qui se font rôtir.

Evidemment, ce serait encore plus poilant, pour les gars d'en haut, si les sparring-partners des athées dans les débats à ne plus en finir, c'est à dire nos amis les idolâtres, faisaient les choses les plus idiotes que l'on puisse imaginer, en enfer, par peur d'y aller.

C'est donc, chers damnés ici bas, cette hypothèse que nous allons supputer dans cet article. Cette belle planète, dans ce si beau univers, serait l'enfer que nous aimons tant et auquel on est devenus si attachés. Au lieu de veiller à sauver notre âme de l'enfer, voilà que c'est carrément l'enfer que ces damnés qui se croient mortels désirent sauver.

De l'éternité dans l'Enfer :

Avant d'ouvrir les textes sacrés, il y a lieu de remarquer que le simple fait de supposer que l'âme ou l'esprit n'est pas un artifice biochimique découlant d'erreur de mutations génétiques rend le concept de réincarnation techniquement inattaquable. Si l'âme est dissociable du corps animal, alors elle est transférable dans un autre comme elle l'a été dans le premier. Réinstaller le software sur un nouveau hardware en laissant de côté la récupération les fichiers de données et l'historique de la navigation sur le toile de la vie est le B.A.BA de l'ingénierie logicielle. Et c'est reparti pour un tour avec un hardware tout neuf et logiciel de base pour tapoter tout un nouveau tas de fichiers plus ou moins bourrés de conneries. La réincarnation est une "croyance" qui a eu des croyants tout à fait fréquentables au travers de l'histoire.

Encore une fois, l'unanimité des cheikhs de l'islam vient à notre secours. Les athées qui taxeront l'hypothèse de la réincarnation comme croyance religieuse ridicule devront constater qu'ils ont tous les cheikhs et imams de leur côté et, depuis le 6ème siècle, suite à un concile de grands savants, toute l'église aussi. La réincarnation est une hérésie 100% garantie pour les athées qu'ils soient "chrétiens" ou "musulmans". 

Eh oui ! Si les chrétiens aujourd'hui ne croient plus en la réincarnation, ce n'est ni à cause de ce qu'aurait dit Moise, ni de ce qu'aurait dit Jésus, ni de ce qui a été écrit dans la bible, mais uniquement en raison de ce qu'ont décidé des types habillés en marabouts pendant le Concile de Constantinople en 553. 

A la question de savoir pourquoi Allah nous laisserait rempiler plusieurs fois ici-bas alors qu'il y aurait un "monde meilleur" quelque part à côté, une supputation semble s'imposer à nous. Allah agit en bon Papa (spirituel) et souhaiterait donner une bonne leçon à ses enfants les plus turbulents et les plus terribles. Quelle meilleure leçon pour eux que de voir la conséquence de leur actes lorsque Papa n'est pas là et qu'on refuse d'écouter Papa ? N’est ce pas comme cela qu’agirait un Père aimant et sage ?

C'est ça les gosses. Ca croit tout savoir, ça fait plein de bêtises, ça fréquentes n'importes qui, ça gémit, rouspètes et ça rejette toujours la faute sur Papa. Et quand Papa leur dit qu'il y a toujours une bonne soupe pour eux à la maison, ça s'entête because ça veut pas accepter qu'à la maison, c'est Papa qui fixe les règles. On a carrément l'impression que c'est du "tout sauf Papa". Même que les marabouts du "Sur-Moi" qui se cacherait derrière le "Moi" appellent ça "tuer le père" par l'ado qui veut devenir un homme. Dans le cas présent, c'est Dieu qu'on voudrait tuer pour devenir Dieu à la place de Dieu et définir des lois à sa place.

Les plus paresseux et les allergiques à la parole du Papa d'en haut peuvent quitter l'article dès maintenant. 

L'enfer dans la bible :

Ce qui est bizarre, c’est que le judaïsme "primitif" ne semble pas être porté sur le concept d'enfer barbecue. Pourtant le coran utilise le mot Rahbani, qui dérive de la même racine que terreur et terrorisme, pour désigner les « hommes de sciences qui enseignent la sagesse de Dieu ». Comment peuvent-ils rater un coup aussi fumant et rater un concept aussi utile pour terroriser les pauvres gens ?

La seule explication plausible, c’est que l’enfer au sens barbecue géant n'a été inventé que bien après Noé, Abraham, Isaac, Jacob, Joseph, Moise et Aaron. Une sorte de nouveau produit lancé sur le tard dans le marché spirituel.

Du coup, les rabbins ont du rattraper le retard sur la concurrence grâce au Talmud. Tout comme la chariaa rédigée par les poilus, le Talmud a permis aux grands Rabbins de dire tout ce que Dieu a voulu dire quand il n'a rien dit. C'est du silence bavard de Dieu que les "marabouts" remplissent les bibliothèques.

Du côté de la "science" chrétienne, il semble que, lors de la rédaction des évangiles, les prospectus sur l'enfer n'étaient pas encore parfaitement en point. On apprit beaucoup plus sur les "animations" réservées aux retraités du "quatrième âge" avec les textes de l'apocalypse et notamment l'apocalypse de Saint Pierre. Dante, beaucoup plus tard, fit un grand bond "scientifique" en avant et nous donna une description plus détaillée du fonctionnement interne de l'enfer.

Pendant très longtemps, c'était sous terre, au cœur de notre belle planète bleue, que l'on localisait l'enfer. Volcans et autres orifices géologiques jouaient le rôle de portes de l'enfer où "reposaient" nos ancêtres. Il y avait "unanimité des savants" sur la question. De la pure hérésie que de ne pas y croire à l'époque. Grâce aux avancées technologiques récentes, des "savants" ont même pu obtenir des enregistrements sonores sur les cris et gémissements qui étaient poussés sous nos pieds.

La présence de l'enfer, dans la Torah et les évangiles est pourtant très modeste. Dans la Torah, nous avons un petit Sheol aux contours mal définis. C'était plutôt une salle d'attente, antichambre où séjournaient les morts avant que les services des ressources humaines de l'administration divine n'épluchent en détail nos curriculum vitae ici-bas pour un éventuel recrutement au Paradis. On y trouverait des gens très fréquentables à tel point que Jacob croyait que Joseph y était.

Autre concept biblique intéressant est le Hadès avec une homonymie grecque du Dieu de la mort. Le Hadès est aussi une "antichambre des morts" mais semble nettement moins bien fréquenté que le Sheol. Jésus en personne y aurait ait un petit séjour de 3 jours afin d'y sauver quelques âmes. Si l'on ne tient pas compte du "potentiel parabolique" du nouveau testament, on a vite fait de voir le Messie tenter de sauver des âmes damnées sous Terre plutôt que sur Terre. 

              Jésus en pleine tentative de sauvetage de ceux qui l'auraient, plus tard, crucifié.

D'un point de vue coranique, puisque Enfer se dit Gehennem dans le coran, c'est incontestablement le concept biblique de Gehenne qui est le plus intéressant. Au terme araméen Gehenna correspondrait la forme "hébraïque" Ge Hinnom qui ferait référence à une sorte de vallée dans l'ancien testament, ancien dépotoir où on brulait les ordures et qui aurait fini, de nos jours, en beau jardin en Israël. Dans le nouveau testament, en revanche, Gehenna aurait évolué vers Ge'enna qui serait en tout en flammes avec une rôtisserie de méchants. 

Préambule coranique : Le nom des choses

La désobéissance au Père spirituel passe tautologiquement par une sorte de surdité à la parole paternelle. Les paroles de Dieu, en soi, ne sont que des hiéroglyphes assemblés (sens de kitab/livre) que n'importe quel âne peut porter (62-5). ce n'est que quand l'âne cesse de faire l'âne, et qu'il s'intéresse au sens véhiculé (le wahy) au lieu d'en braire les hiéroglyphes (2-171), qu'il peut s'élever au rang d'informé par Dieu (nabi). Allah est formel ; il n'aime pas du tout les braiements (31-19) et ne semble pas porter en haute estime les fayots et les lèches bottes en plein excès de zèle de piété.

Au début de chaque sourate (chapitre), nous trouvons la bismillah

"BI ISM ALLAH EL RAHMAN EL RAHIM".

que je traduirais par (vous irez voir seuls la science poilue) :

"Avec le <verbe/les noms> d'Allah, celui qui expulse ou accueille de l'"Utérus" des âmes.

La question de la "citoyenneté" par rapport à "l'utérus des âmes" est ainsi posée d'emblée pour le lecteur du coran. Et qui dit citoyenneté dit un minimum d'adhésion aux valeurs. Mais plus que de la concitoyenneté, la notion d'utérus renvoie carrément à la notion de "l'autre famille" que nous aurions tout là haut.

Pour un coraniste extrémiste toutefois, le premier mot est capital. Il indique que le coran est une œuvre ou chaque mot est choisi par Dieu "en personne". C'est lui qui donne le nom aux choses. Du coup, quand Allah décide d'appeler ceci une lanterne et ceci une vessie, il est vivement recommandé de ne pas comprendre de travers.

D'un point de vue linguistique, le coran n'est pas une rigolade. Le coran a posé les bases de la grammaire et de la langue arabe qui, semble-t-il, n'était qu'un dialecte non écrit auparavant. Il n'y a eu aucun livre "arabe" avant le coran.

Le lecteur objectif du coran ne peut qu'être subjugué par la rigueur et la précision quasi-maniaque de l'usage des mots et des noms dans le coran. Le même mot est utilisé dans différents contextes de sorte qu'il devient quasi-impossible de lui donner un autre sens que le sens voulu par l'auteur. C'est quasiment le coran qui joue le rôle de référence absolue pour les dictionnaires arabes. Le coran donne réellement le nom des choses dans la langue arabe.

D'un point de vue littéraire et linguistique, le coran est un ovni, un livre qui surclasses de loin tous les autres. Presque le dictionnaire auquel se réfèrent tous les dictionnaires.

En absence d'une approche "Strong" comme celle qu'ont fait les lecteurs de la bible, seuls les musulmans arabophones qui ont chargé le coran dans le coeur et dans la mémoire sont capables de déceler la lente érosion du sens que subit la parole divine par les Imams en Enfer. Toute la théologie que Satan a créé par le biais des livres de "sciences islamiques" tombes en ruines devant le coran. Tous les rites apparaissent sous leur véritable nature, c'est à dire de bien ridicules simagrées. L'ampleur de la dissonance de sens entre ce que le coran racontes et ce que les imams racontent est si grand que le choc mystique est inévitable.

Les lecteurs d'Agora, probablement plus qu'ailleurs, ont appris à rejeter les vérités imposées au masses. Il est donc inutile de s'étaler ici sur les processus qui transforment les vessies en lanternes dont la lumière ne peut plus être contestée car "unanimement" reconnue par les seuls experts et penseurs autorisés.

L'expulsion de "Satan" :

2-31:Et Il apprit à Adam tous les noms, puis Il les présenta aux Anges et dit : « Informez-Moi des noms de ces choses, si vous êtes véridiques ! »

2-32 :- Ils dirent : « Gloire à Toi ! Nous n'avons de savoir que ce que Tu nous a appris. Certes c'est Toi l'Omniscient, le Sage ».

2-33 : Il dit : « Adam, informe-les à propos de ces noms ; » Puis quand celui-ci les eut informés de ces noms, Allah dit : « Ne vous ai-Je pas dit que Je connais les mystères des cieux et de la terre, et que Je sais ce que vous divulguez et ce que vous cachez ? »

2-34:Et lorsque Nous demandâmes aux Anges de faire le SOUJOUD devant Adam, ils firent le SOUJOUD à l'exception d'Iblis qui refusa, s'enfla d'orgueil et fut parmi les Mécréants/Kafirs.

Le crime d'Ibliss (disons Satan pour le moment) est donc d'avoir refusé d'écouter l'information sur les noms donnés aux choses par Dieu, via Adam, le Nabi (qui a été informé par Dieu donc dans le texte 2-31). Au fond, ce cher Ibliss n'a fait comme faute que ce que nous faisons tous les jours ici-bas. Refuser d'ecouter un prophète.

La fidélité au sens réel du message divin est la condition sine-qua non de la citoyenneté vis à vis de la mère patrie des âmes. La fidélité au message est le sens étymologique exact du mot Malaïka, qui est traduit par le mot ange. Il n'y a pas de place, dans Utopia, pour les idolâtres qui submergent Allah de simagrées et qui comprennent tout de travers. Allah, et on le comprend, ne veut pas d'une nuée de courtisans qui n'en veulent qu'à ses richesses et qui sont prêts à faire toutes les idioties possibles et imaginables.

Le mot Kafir (racine Kofr) est utilisé dans le coran indifféremment pour désigner les athées et les idolâtres qui eux, croient en Dieu. Kofr est l'acte de couvrir/ masquer quelque chose. La vérité divine dans notre cas. Il regroupe toutes les "mauvaises croyances", croyantes ou pas croyantes. Il ne faut donc pas s'étonner que l'athée prenne généralement pour argent comptant l'exégèse de l'idolâtre qui fait le meilleur cinéma relativement aux "noms des choses". Ils "mangent" tout deux dans l'arbre maudit, celui de l'affabulation sur le nom des choses, celui auquel Adam a gouté et dont les fruits, nous dit le coran, sont des têtes de diablotins. C'est l'arbre maudit du mensonge sur Dieu (les allégories végétales concernant la parole divine sont très nombreuses dans le coran. Jenna signifie par exemple aussi bien Paradis que Jardin.)..

L'allégorie de l'arbre maudit se retrouve aussi dans l'allégorie culinaire de l'interdiction de la viande de Porc. L'expression coranique qui a été traduite par "viande de porc" pourrait tout aussi bien être traduite par "ce que soude (LAHM) celui qui voit avec de petits yeux (KHIN ZIR)". Le coran, dans le verset 3-93 affirme clairement qu'aucune nourriture n'était interdite aux prophètes avant Moise. Abraham et tous les prophètes avant Moise avaient donc indiscutablement le droit de manger la viande de porc. Mais il n'est pas très supputatoire de croire que Dieu lui a interdit de bouffer ce que soudent les petits yeux dans l'arbre, voire les forêts, de l'affabulation sur Dieu..

La mère patrie des âmes est donc le royaume où nul ne peut détrôner le souverain suprême ni faire joujou avec le nom qu'il donne aux choses. Le souverain, là bas, est parfait et son royaume appartient à ceux qui lui sont fidèles, SANS MEME LE VOIR. La gouvernance dans la mère patrie est loin d'être BLING-BLING avec une apparition permanente et envahissante dans les médias. Le drame humain, depuis le début de l'humanité, qui consiste à rechercher le moyen de se gouverner sans se faire trahir par ceux qu'on choisit ne se pose même pas. Mais dans cette Utopia tant désirée par l'humanité, il est aussi indispensable que le peuple ne trahisse pas un aussi bon souverain. Ils doivent aussi être capables de résister aux discours démagogiques. Les futurs Utopiens doivent être formés à l'excellence de la citoyenneté dans la mère patrie. Pas question d'y accepter des gars capables de croire n'importe qu'elle connerie si on leur montre suffisamment d'imbéciles qui y croient et d'experts au ton doctorant qui la professent.

Ma supputation personnelle concernant les valeurs essentielles dans Utopia seraient la SAGESSE et l'AMOUR. Pas du tout faciles à marier. Même pour Dieu si je me permet de supputer sur la question. Mais ceci est un autre débat.

Reprenons l'histoire de l'expulsion de ce cher Ibliss (Alias Satan) d'un autre angle de vue. Après une annonce en fanfare comme Allah n'en a fait nulle part ailleurs dans le coran :

38-67 : Dis : Ceci est une énorme nouvelle,

38-68 : Dont vous êtes écartés.

38-69 : Je n'avais aucune connaissance de la population (MALAA) en haut au moment où elle se disputait .

38-70 : Il m'est seulement révélé que je suis un avertisseur clair ».

38-71 : Alors ton Seigneur dit aux Anges : « Je vais créer de terre un être humain.

38-72 : et quand Je l'aurai bien formé et lui aurai insufflé de Mon Esprit, soyez à ce moment (QAAOU) à son écoute (SAJIDIN). ».

38-73 : Alors tous les Anges écoutèrent avec obéissance (SAJADOU),

38-74 : à l'exception d'Iblis qui s'enfla d'orgueil et fut du nombre des falsificateurs (KAFIROUNS).

38-75 : (Allah) dit : « Ô Iblis, qui t'a empêché de te mettre à l'écoute (SAJADA) devant ce que J'ai créé de mes mains ? T'enfles-tu d'orgueil ou te considères-tu parmi les hauts placés ? »

38-76 : « Je suis meilleur que lui, dit [Iblis,] Tu m'as créé d'un "feu" (NAR) et tu l'as créé de terre ».

38-77 : (Allah) dit : « Sors d'ici, te voilà banni"

38-78 : et sur toi sera mon bannissement (LAANATOU) jusqu'à l'échéance de la dette (DEEN) ».

38-79 : « Seigneur, dit [Iblis,] donne-moi donc un délai, jusqu'au jour où ils seront envoyés (?) ».

38-80 : (Allah) dit : « Tu es de ceux à qui un délai est accordé,

38-81 : jusqu'au jour de l'Instant bien Connu ».

38-82 : « Par Ta puissance ! dit [IBLISS]. Je les séduirai assurément tous,

38-83 : sauf ceux qui sont tes serviteurs fidèles ».

38-84 : (Allah) dit : « En vérité, et c'est la vérité que je dis,

38-85 : J'emplirai certainement l'Enfer de toi et de tous ceux d'entre eux qui te suivront ».

38-86 : Dis : « Pour cela, je ne vous demande aucun salaire ; et je ne suis pas un imposteur.

38-87 : Ceci n'est qu'un rappel à l'univers.

38-88 : Et certainement vous en aurez des nouvelles bientôt ! ».

Le verset 38-69 est sans appel. Il y a bien des gens qui ont foutu la merde sur "UTOPIA" et c'est suite à ce bordel fait par des "anges déchus" a que la décision de créer l'humanité a été prise. Dans une autre vue du même épisode, nous trouvons :

2-30 : Lorsque Ton Seigneur confia aux Anges : « Je vais établir sur la terre un "successorat" (CALIFAT) Les anges dirent : « Vas-Tu y désigner ceux qui y mettront le désordre et répandront le sang, quand nous sommes là à évoluer par ta grâce en te sanctifiant ? » - Il dit : « En vérité, Je sais ce que vous ne savez pas ! ».

Les anges, qui ne sont pas réputés pour être très contestataires, semblent avoir été très sceptiques quand à la viabilité d'une "terre" où Dieu ne serait pas le souverain mais où il confierait la gestion à nous autres, les humains (en faite, Allah se mêle discrètement de la gestion ici bas, voir 2-251, où il déclare neutraliser les conneries les unes par les autres comme il le fait avec les Gogs (idolâtres) et les Magogs, (les athées)).

IBLISS, le surnom donné à Satan, est très significatif. Il a double sens de désespérant et de celui qu'on emprisonne. Il n'est pas difficile de savoir où Ibliss a été emprisonné. Laissons Zarathushtra, dans les gathas, nous l'expliquer :

3. Sachez qu’il est deux esprits :

--- L’un est bon, l’autre contraire ---

Qui remplissent les pensées,

Les paroles et les actes,

Que les Justes reconnaissent

Toujours avec certitude

Mais que les méchants confondent !

Vous avez tout compris. L'enfer c'est ici et le diable c'est nous, ou du moins la somme des mauvais esprits qui squattent nos pensées. La prison du diable est clairement précisée aussi par la conclusion du coran, dans sa dernière sourate. C'est dans les coeurs qu'il nous chuchotes ses conneries. L'étymologie arabe de chaytan (diable), renvoie clairement à la notion de mauvaise senteur, quelque chose qui éloigne.

Mais Allah, dans sa bonté et générosité, en enfermant le démon en rééducation dans du mammifère "évolué", a veillé a y mettre aussi de l'esprit divin au cas où le "banni" penserait à y gouter.

L'entité constitué du mélange de l'esprit divin et de l'esprit "satanique" constitue ce que nous appelons esprit humain et que le coran appelle Djinn. De l'ange frelaté par l'esprit de la désobéissance et de la connerie. Les Djinns sont, en quelque sorte, bien dans un monde parallèle à la matière biologique. Ils créent LA culture humaine, et veulent transmettre, eux aussi, un patrimoine culturel à leurs enfants.

Au milieu de ces deux esprits, il y a le troisième souffle, appelé Nafs en arabe, et qui correspond, littéralement, au souffle biologique ou au moi biologique (notion existante chez les juifs aussi). C'est une divinité d'origine animale qu'adore vénérer le mauvais esprit athée qui l'habite et qu'adore persécuter le mauvais esprit idolâtre.

Objectif supputé : Le retour de "Satan" au paradis :

Et ce n'est pas une mince affaire vu l'allergie évidente de notre "diablotin" aux propos de son Père spirituel.

Le mot Allah est une périphrase. Le slogan "La ila-ha illa Al-lah" peut être traduite, syllabe par syllabe, par :"Nul vers lui que le lui". 

Le nom d'Allah, si répugnant pour certains "démons", semble donc être pourtant une promesse pour leur retour au Paradis :

Et puis, Allah le dit clairement :

6-54 : Et lorsque viennent vers toi ceux qui croient à nos preuves, dis : « Que la paix/réception soit sur vous ! Votre Seigneur S'est imposé à Lui-même la rahma (l'acceuil au paradis). Et quiconque d'entre vous a fait un mal par ignorance, et ensuite s'est repenti et s'est réformé... Il est, alors, Pardonneur et Rahim ».

Allah le pardonneur, le Rahim (celui qui ouvre les portes du paradis et non le miséricordieux) sont un leitmotiv coranique que seuls les bouchés ne peuvent pas voir. Allah est celui vers qui se fera le "retour" de tous (3-55 ;5-48 ;5-105 ;6-60 ...entre autres).

Evidemment, ca prendra plus de temps à certains que d'autres. Ce n'est, malheureusement, pas le temps et la place qui manque dans cet univers et certains petits démons risquent de visiter du pays pendant très longtemps si nos supputations réincarnatoires sont vraies. Et comme dirait les bouddhistes, on ne sait pas toujours d'avances sur quoi la "Grande Roue" va tomber.

Mais si nous supputons que rire de nous même fait partie de l'"apprentissage" du futur Utopien qui doit apprendre à maîtriser les dérives de son libre arbitre, des chemins de vie particulièrement rigolos peuvent être envisagés. Personnellement, je considère que pour certains hooligans de la civilisation occidentale comme on en trouve dans le coin, il leur serait très enrichissant spirituellement de leur faire porter un maillot Taliban dans une autre vie.

Evidemmment, la mort, du moment que quelqu'un tout là-haut peut appuyer sur "play again" devient moins critique. D'ailleurs, le hasard et le manque de bol, avec ses accidents est le plus grand criminel sur terre. Quand les athées disent qu'ils faut profiter de la vie puisqu'on en a qu'une, la partie idiote de la phrase n'est peut être pas celle que croit les islamistes.

Mais allez expliquer à un démon que sa place n'est pas en enfer. Que sa véritable famille n'est pas ici. Qu'il n'est pas chez lui ici. Qu'il ne pourra jamais faire de l'enfer, que Dieu feint de ne pas surveiller, un paradis.

14-19 : Ne vois-tu pas qu'Allah a créé les cieux et la terre pour une juste raison ? S'Il voulait, Il vous ferait disparaître et ferait venir de nouvelles créatures,

21-16 ! Ce n'est pas par jeu que Nous avons créé le ciel et la terre et ce qui est entre eux.

Bizarrement, l'enfer n'est jamais présenté comme une création divine dans le coran. Le lecteur méditera seul sur la question.

L'Enfer dans le coran :

De nombreux exégètes musulmans (ibn khaldun, Mohamed Talbi, Youssef Seddik,...), réellement érudits (pas des imams donc), ont eu beaucoup de mal a digérer l'idée de l'enfer barbecue. Privés du don de la supputation éclairée qu'Allah a donné à votre humble serviteur certains se sont résignés à l'hypothèse d'une allégorie que n'aurions pas encore compris. D'autres se sont résolus à affirmer qu'Allah faisait peur à ses fidèles comme un Père menacerait ses enfants de tous les supplices imaginables s'ils ne restaient pas sages, sans l'intention de les appliquer, en fin de compte. Du bluff divin quoi.

On retombes alors sur un problème de justice nulle après une injustice infinie puisque les méchants risquent de ne plus êtres punis du tout. Avec un enfer "plus modéré", où des vies plus ou moins pourries, voir agréables, peuvent être envisagées, on peut espérer se retrouver avec une justice plus "continue", et pas simplement binaire. 

Evidemment, pour retrouver un "autre" enfer que celui des poilus, il faut revisiter complètement le sens des "noms donnés au choses" par Ibliss, le désespérant, qui refuse d'écouter ce que Allah enseigne aux hommes, par pure prétention. La tâche, quoique classique pour un vrai coraniste extrémiste, est longue, fastidieuse et nécessiterait un bouquin dédié.

Aussi, dans cet article, je ne ferais que donner un "autre sens" que celui des poilus aux noms utilisés par le coran concernant l'enfer. Allah étant assez sectaire (il ne parle qu'à ceux qui l'écoutent), les "pressés" qui rechignent au jihad de l'étude et de la méditation devront attendre que d'autres leur fassent le travail.

NAR (alias feu et flammes de l'enfer) : En réalité, ce sens de flammes dérive du sens étymologique réel qui indique quelque chose de perturbé. La vie ici bas semble être une vraie Nar. Il est aussi intéressant de noter que NAR est le nom de la matière première dont sont fait les Djinns (on rappelle que c'est nos esprits). De là à dire que les feux de l'enfer sont les esprits humains qui consomment un "combustible humain".

SAAA (alias L'Heure, comprendre celle du jugement). L'étymologie renvoie a quelque chose qui s'écoule avec répétition. D'où le sens de l'heure horaire, qui est suivie par une autre heure, puis par une autre. Saaa convient parfaitement à nos supputations réincarnatoires. L'usage qui en fait dans le coran laisse penser à l'instant de la mort.

DONIA (alias ici-bas) : Le mot renvoie plutôt au sens de proximité. C'est la vie la "plus proche". Un peu comme s'il y avait des vies plus ou moins proches et qu'on s'attachait constamment à celle qui est proche.

AKHIRA (Au delà). Ce mot a double sens linguistique de "autre" et de "fin". En réalité, le sens de "l'autre monde" (UTOPIA) semble plus pertinent celui de la fin de l'éternité qui ne finit pas (on en est plus à une contradiction près). La vie dans la Donia est constamment opposé à la Akhira qui serait bien meilleure. 

AADHAB (Alias châtiment). Ce mot a en fait un double sens de "banissement/séparation" et de "adoucir" (eau adhba c'est de l'eau douce et fraiche). De là à comprendre châtiment par expulsion "pédagogique" du paradis en vue d'adoucir les mœurs du châtié, il n'y qu'un pas que nous franchissons.

Yaoum QIYAMA (alias jour du jugement alias jour de la résurrection). Littéralement, cette expression signifie période d'évaluation. Elle survient après "l'heure" et l'évaluation décide si l'évalué est apte à passer de l'autre côté ou s'il doit redoubler.

JAHIM (Alias fournaise). Le mot semble avoir réellement un sens de chaleur et est devenu un synonyme de l'enfer. Mais les dicos renvoie aussi, principalement, à une sorte de maladie de yeux rouges.

HAMIM (Alias fournaise aussi) : Terme avec très forte polysémie avec un sens de proximité et d'attachement (un Ami HAMIM est un ami très proche). Un enfer Attachant ? Bizarre !.

SA'IIR (Alias fournaise aussi). Il s'agit de rémunération, du prix des choses.

JAHANNAM Ou Gehennem (Enfer) : Barbarisme d'origine inconnue. Les dicos gardent un sens de "fond lointain". Sorte de trou perdu. Comme un trou noir d'où la lumière ne peut sortir. Certains rigolos ont remarqué que JAHANNAM=JANNA (Paradis/jardin) + HAM (dissolution).

Ce nouveau lexique peut déjà permettre de comprendre autrement plusieurs versets concernant l'enfer.

La réincarnation dans le coran :

17-75 : Alors, Nous t'aurions certes fait goûter le double [supplice] de la vie et le double [supplice] de la mort ; et ensuite tu n'aurais pas trouvé de secoureur contre Nous .

C'est le prophète, futur Co-législateur de l'islam par ragots posthumes, qui subit cette réprimande dans le cas où il aurait cédé à la tentation de faire passer pour provenant d'Allah ce qu'il aurait pondu lui-même. Le [supplice], entre crochets, est un "ajout" du traducteur pour tenter d'expliquer ce qu'il n'a pu comprendre. C'est bien d'une double ration de vies et de morts que le prophète a été menacé.

Les gens du paradis ne gouteront qu'une mort :

44-56 : Ils n'y goûteront pas à la mort sauf leur mort première. Et [Allah] les protégera du "ADHAB du JAHIM".

Tandis que les types de l'enfer :

40-11 : ils diront : « Notre Seigneur, tu nous as fais mourir deux fois, et redonné la vie deux fois : nous reconnaissons donc nos péchés. Y a-t-il un moyen d'en sortir » ?

Clairement, on ne mourra pas autant de fois au paradis et en "enfer". Visiblement, dès la deuxième "évaluation", les types de l'enfer comprendront le truc, comprendront que toutes choses étant égales par ailleurs, ils sont bien repartis pour faire les imbéciles encore une fois et prieront Allah de les faire sortir du cercle "infernal".

Voyons voir aussi par ici :

11-107 : Pour y demeurer éternellement (les méchants en enfer) tant que dureront les cieux et la terre - à moins que ton Seigneur décide autrement - car ton Seigneur fait absolument tout ce qu'Il veut.

11-108 : Et quant aux bienheureux, ils seront au Paradis, pour y demeurer éternellement tant que dureront les cieux et la terre - à moins que ton Seigneur n'en décide autrement - c'est là un don qui n'est jamais interrompu.

Nous avons aussi l'idée que la vie "au paradis" est ininterrompu, par opposition à la vie ici bas. L'information intéressante est que l'éternité, au sens coranique, semble être restreinte et liée à la durée de la "terre" et de l'univers. Sachant qu'Allah par ailleurs, nous déclare qu'il va remballer cet univers et en créer un tout nouveau (14-48), il semble cohérent de supputer que le paradis à une fin au bout de laquelle les habitants y "connaitront" leur fameuse première mort. Allez savoir ce qu'Allah comptes nous sortir après le Paradis et son petit "à moins qu'Allah n'en décide autrement". Le verset 44-56, plus haut, semble bien parler d'une première mort dans le futur, au paradis.

Les supputations peuvent aller bon train dans ce domaine. Et ce n'est pas l'espace ni le temps disponible dans cet univers qui limitera nos capacités supputatoires. Mais si on y ajoute de la dimension supplémentaire comme semble l'indiquer les théories des cordes et des "mondes que l'on ne voit pas" dans les matières noires et les énergies sombres, cela risque de nous mener à de grandes et longues soirées de supputations, plus ou moins éclairées.

4-56 : Certes, ceux qui ne croient pas à Nos Versets, (le Coran) Nous les connecterons au NAR. Chaque fois que leurs peaux auront été Mûres (NADHAJA), Nous leur donnerons d'autres peaux en échange afin qu'ils goûtent au bannissement. Allah est certes Puissant et Sage !

Evidemment, ce verset, qui parle clairement de réincarnation ici bas, est compris en enfer, par les démons qui écoutent les imams de Satan, comme un supplice éternel où Allah change toutes les picosecondes les peaux brulées dans le grand méchoui pour une souffrance éternelle. Nadhaja se dit d'un fruit qui devient mûr sur arbre et peut très bien se comprendre comme une peau flétrie par la vieillesse dans un monde très perturbé.

Nous pourrions continuer à égrener les versets, comme ceux où les gens sur des brochettes dans le barbecue géant mangent, boivent et discutent. 

Nous avons là, avec cet article, un thème qui nécessite une relecture totale du coran avec une purification complète des sens donnés aux noms par les poilus de la face. Ce n'est pas facile car les compréhensions pourries sont enfouies dans les couches les plus profondes de notre "conscience". J'attire toutefois l'attention du lecteur du coran qu'il faut faire particulièrement attention aux versets où Allah donne la parole aux "mécréants". Allah se débrouilles toujours pour leur faire dire une connerie même quand ils ne semblent poser que des questions. Inutile, dès lors, de prévenir le lecteur du coran lorsque c'est carrément le roi des imbéciles, Satan lui même, qui prend la parole dans le coran. Lui aussi, ne comprend rien à rien.

L'arbre maudit continue à fournir des fruits défendus qui engendrent le bannissement de ceux qui s'y nourrissent. La faute originale est en réalité perpétuelle. Eve n'existe pas dans le coran. Ce n'est pas elle qu'Allah montre du doigt lorsqu'il dit que le conjoint d'Adam incite Adam à bouffer des âneries. Et ce n'est pas elle qui incite Adam à se couvrir de feuilles de vignes théologiques pour masquer se désobéissance à Allah. Ce n'est que cette part d'esprit du roi des imbéciles qui appelle ses ex rebelles à continuer le combat en promettant tout et n'importe quoi (enfin, c'est ce que je supputes).

6-32 : La présente vie n'est que jeu et amusement. La demeure dans l'autre monde sera meilleure pour ceux qui se sont purifiés. Eh bien, ne comprenez-vous pas ?

***************************************************************************************

Deux vidéos recommandées.

Une vidéo pas trop délirante sur la réincarnation.

Une vidéo pas trop délirante sur l'enfer.

****************************************************************************************

                  iceberg en enfer. Chose promise chose due

 

PS : Inutile de vous rappeler les précautions à prendre vis à vis d'un article d'un type qui dit écrire depuis l'enfer. 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

90 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 5 juillet 2014 08:52

    À l’auteur :
    « Avant d’ouvrir les textes sacrés, ... »
    Textes sacrés ? Mon cul, oui ! ! !
    Il n’existe pas plus de textes sacrés qu’il n’y a de beurre en branche !
    Tant que l’existence d’un « être créateur de l’univers » n’est pas prouvée, il ne peut exister de textes sacrés, inspirés par ledit créateur...



    • Rounga Rounga 5 juillet 2014 10:20

      Quand on dit que des textes sont sacrés, ça ne veut pas forcément dire qu’on les considère comme tels, mais que d’autres pensent qu’ils le sont, et qu’ils sont fondateurs d’une religion. On dit « les textes sacrés de l’islam », par exemple.


    • soi même 5 juillet 2014 11:46

      @ Rounga, un texte est considérer comme sacré quand il en y découle un culte.
      Même si les actuellement les athées pensent que ce sont des balivernes d’un autres ages , ce qui est écrit dans ses livres ne peuvent pas pour autant être traité avec mépris.
      Tous ces livres, contient tous un fond de vérité, et ce n’est pas forcement ce que les personne croient découvrir par leurs fois pieuses où l’érudition intellectuel qui en relève les contradictions paradoxales, soit la quintessence de ses vérités contenues dans ses écrites !


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 5 juillet 2014 14:15

      Par Rounga (---.---.194.224) 5 juillet 10:20
      « Quand on dit que des textes sont sacrés » ... on implique qu’ils ont été inspirés par un « être créateur de l’univers ». Tant que son existence n’est pas prouvée (CAUSE), lesdits textes n’ont aucun caractère sacré (EFFET)  : on peut s’en torcher sans commettre aucun sacrilège ! ! ! Indépendamment de ce que d’autres pensent...



    • Rounga Rounga 5 juillet 2014 15:06

      Quand on dit que des textes sont sacrés, ça ne veut pas forcément dire qu’on les considère comme tels, mais que d’autres pensent qu’ils le sont, et qu’ils sont fondateurs d’une religion. On dit « les textes sacrés de l’islam », par exemple


    • Daniel Roux Daniel Roux 5 juillet 2014 10:12

      Belle tentative de vulgarisation d’un livre sacré fondant une religion à l’odeur de sainteté mal perçue dans nos contrées. C’est le bon côté de cet article.

      L’auteur a choisi le mode « rigolard » et l’angle de l’ironie, pensant sans doute ce style plus apte à retenir l’attention des mécréants et athées très nombreux parmi les branchés d’Agoravox. Cela dit, si le contenu est intéressant, le texte est trop long (pour un lecteur d’Agoravox) et rébarbatif (pour n’importe qui).

      Le style est une chose, l’écriture une autre. Pas facile de comprendre une phrase comme celle-ci et il y en a d’autres dans le même genre : "Mais il n’est pas très supputatoire de croire que Dieu lui a interdit de bouffer ce que soudent les petits yeux dans l’arbre, voire les forêts, de l’affabulation sur Dieu."

      Reste le fond : l’Enfer c’est à dire la punition des fautes contre la loi divine.

      Ceux qui s’étaient donnés comme mission de conduire et d’exploiter le peuple ont trouvé un moyen facile et pas cher de contrôler les populations, la peur. Et ce qui faisait peur à l’époque, étaient principalement le feu et les maladies. Le premier était utilisés pour lutter contre les deuxièmes. Le feu purifie tout.

      C’est probablement pour cette raison que le feu a été choisi pour effrayer les masses et les dissuader de s’opposer à l’autorité qui a cette époque se confondait opportunément et intelligemment avec le divin. Rares étaient ceux qui ne craignaient ni la justice des hommes, ni celles des dieux et ceux là, on les brulaient sur la place publique, pour l’exemple.


      • Plus robert que Redford 5 juillet 2014 10:21

        Après la Glose sur l’Enfer,

        je propose une discussion argumentée sur

        Le Sexe Des Anges.


      • soi même 5 juillet 2014 15:49

        @ Plus robert que Redford, il serait plus approprier de parler sur le sexe du diable !


      • popov 5 juillet 2014 10:16

        @MuslimADieu

        Bonjour

        Je me disais déjà qu’il devait forcément y avoir beaucoup d’islamiques en enfer car l’enfer sans les islamiques, ben ce serait le paradis. smiley

        Et voila maintenant que l’enfer c’est la vie sur cette terre. Tout s’explique ! Voila pourquoi il y a de plus en d’islamiques pour pourrir la vie des gens aux quatre coins de la planète.

        Bon, j’ai quand même lu tout l’article, car je trouve fascinantes toutes ces astuces que tu utilises pour essayer de rendre allah présentable, surtout en ce moment où le monde entier a les yeux braqués sur cet anachronisme qu’est le nouveau « califat ».


        • MuslimADieu MuslimADieu 5 juillet 2014 13:44

          @popov

          Dieu aura tôt ou tard ce qu’il y a en dessous de ton sclap.
          Et il veut en plus que ce soit toi qui le lui rende, la tête baissée.
          Il est très patient. Ca prendra le temps qu’il faudra. Plusieurs vies s’il le faut. Mais tu le lui rendra Popov. Tu le lui rendra.

        • soi même 5 juillet 2014 10:39

          Inutile de vous rappeler les précautions à prendre vis à vis d’un article d’un type qui dit écrire depuis l’enfer.  ) Merci pour ce PS.

          A lire c’est article remplie érudition, il n’y a pas meilleur moyen de fâche tous le monde !
          Je goûte, la subtile provocation par cette subtile dérobade de mettre tous dos à dos et ne surtout pas faire passé ce qui pourrait être sa possition sur le sujet.

          Le sens de votre article, et en cela je crois que vous en êtes avertie, ce n’est pas la foi transmissible qui doit être déterminante, mais bien de l’ expérience que l’on peut en vivre.

          Je vous salut en vous , vous portes à présent l’Avatar de Till l’Espiègle !


          • popov 5 juillet 2014 10:59

            Till Eulenspiegel pour les connaisseurs. Un personnage qui expose les travers de ses contemporains avec humour.


          • philouie 5 juillet 2014 10:54

            « Bismillah ar rahman, ar rahim ».

            Au nom de Dieu clément et miséricordieux.

            L’idée que je me fais de cette expression, et qui n’est peut-être pas très éloignée de celle de Muslimadieu, pourrait se traduire par « Le Nom de Dieu, qui forme et qui réforme ».

            c’est l’acte créateur, vie et mort.

            Quand Nous voulons une chose, Notre seule parole est : “Sois”. Et, elle est.

            ce qui signifie que la création est un acte du Verbe et les Noms - Attributs Divins- les formes principielles (ou archétypiques) des créatures.

            Ainsi Dieu, forme, à partir des Noms.

            Il réforme.

            Parce que le temps de la créature est un temps limité. avec un début, une fin.

            Réforme, dans le sens de mettre au rebut.

            On pourrait imaginer ici, le riblon de l’industrie sidérurgique : le métal qui n’est pas arrivé à destintion - parce qu’il a fini en copeau - ou dans la destinée est terminée et qu’il faut recyclé est réintroduit dans le haut-fourneau afin qu’il acquière une forme nouvelle.


            • philouie 5 juillet 2014 11:03

              On ne peut penser l’enfer, sans voir que la vie vient du feu, ou plutôt est une lutte pour extraire le différencié de la fournaise indifférenciée.

              On dit du péché, qu’il est l’acte qui s’oppose à l’acte créateur, c’est à dire qui s’oppose à la vie comme lutte pour s’extraire du feu originel.

              Ainsi, l’enfer serait l’expression de la destinée d’une volonté qui nuisant à l’élan vital retourne dans la fournaise originale.


              • philouie 5 juillet 2014 11:08

                C’est un hérésie de pensée que Dieu décide qui est puni et qui est récompensé.
                Dieu se contente d’être le gardien de l’ordre dans la création : il est le juge en ce sens qu’il applique les lois. lois qui font que la créature est ordonnée.

                Récompenses et châtiments, ne sont alors que la résultante de nos actes dans un monde ordonnée par la loi divine.

                par exemple, rouler à gauche vous expose à un accident.


                • soi même 5 juillet 2014 11:28

                  Oui, oui, bien sûr, il y a aucun doute les Dieux rirent ce que les hommes leurs prestes comme intentions !
                  Aujourd’hui la sagesse de la foi rend aveugle et nous rends outrecuidant devant le Plan de Dieu !


                • COVADONGA722 COVADONGA722 5 juillet 2014 11:28

                  yep , l’auteur toujours passionnant de vous lire , dérangeant enervant parfois mais toujours instructif .

                  Lui je le lis et relis constamment , ses propos datent de plusieurs siecles mais sa perception toujours actuelle

                   un jardin , une jeune fille onduleuse,
                   une urne de vin , mon désir et mon amertume :
                     Voila mon Paradis et mon Enfer.
                    Mais , qui a parcouru le Ciel et l’Enfer ?

                   Ommar Khayyam 



                  • Aldous Aldous 5 juillet 2014 12:13

                    Quelques erreurs.

                     1) Ce ne sont pas des marabouts qui se sont réunis au concile de Co stantinople mais des pères de l’Eglise. Le Christ a bel et bien parlé de la résurrection, et non de réincarnation, illustré par son voyage sur le mont Thabor.
                    2) l’illustration du christ ayant brisé les portes de l’enfer le montre alors qu’il en sort avec les âmes des défuns. Ca se passe donc près la crucifixion. 

                    Le problème de l’Idlam c’est que c ?est une hérésie chrétienne qui a perdu tout le sens du lessage du christ. Si on demande à un musulman qui est Jésus (Issa) il vous expliquera que c’est un simple prophète. Au mieux qu’il est né miraculeusement d’une vierge nommée Marie. Sauf que ce n’est pas ce que dit le Coran. 

                    Il dit clairrement que Jessus est le messie, al-masîh,  qu’il reviendra aux Temps eschatologiques. Qu’il vaincra ses ennemies de son souffle...

                    Pas mal pour un simple prophète, non ? 

                    Donc la question que devraient se poser les musulmans, c’est : qu’es donc venu faire sur Terre ce Issa entre 0 et 33, car si vous attendez son jugement il vaux mieux savoir comment il juge. 




                    • Aldous Aldous 5 juillet 2014 12:32

                      Le thème de la résurrection traité selon les canons de l’iconographie byzantine : 



                      Jésus piétine les portes de l’enfer qui gisent en croix, les serrures, cadenas, clefs , qui les fermaient éparses autour.
                      Il aide une homme et une femme â sortir du tombeau. 

                      Le tropaire de pâques (reprenant les psaumes 67 et 117)  :


                    • MuslimADieu MuslimADieu 5 juillet 2014 14:27

                      @Aldous.

                      Issa n’est pas un simple prophète. Il représente quelque chose de plus que les autres dans le coran. Il n’est pas né comme les autres. Il a été messager de Dieu dès la naissance. il a parlé dès la naissance. il n’a jamais eu à faire de choix. Le coran a menacé Muhammad de lui retirer la prophètie. Avec Issa c’était impossible à faire.

                      Issa ne reviendra pas aux temps eschatologiques. Ce n’est pas le coran qui le dit mais les poilus en reprenant des « juiveries » et des « chrétientenneries ». Enfin, en ce qui me concerne, même si je reconnais dans les évangiles le message du vrai issa, le mien a vécu bien avant 0 et 33. Et surtout, le mien, n’a pas été mis sur une croix. Tout comme il y a plusieurs niveaux de lectures dans le coran, il y en a dans les évangiles. Paulo l’a très bien expliqué. c’est la résurrection de Jésus qui est importante. Le Jésus de chair, ce n’était pas sa tasse de thé. On a du faire tuer Jésus dans la chair pour pouvoir le ressusciter dans l’esprit. On a tué le roi qu’attendaient les juifs pour pouvoir faire vivre Jésus Bar Abbas (fils du père en araméen). C’est quand même évident non ?

                      Dieu n’est pas Dieu des chrétiens uniquement. Il a parlé à tous les peuples et chacun en a retenu ce qu’il a voulu. Tant que tu fais dans la partisanerie communautaire, mon avis est que tu n’auras qu’un image partielle de Dieu. Je ne vois qu’une solution pour que tu étudies ce que Dieu a enseigné aux autres et récupérer les autres morceaux du Légo.

                    • Alex Alex 5 juillet 2014 12:16

                      @ Muslimadieu

                      Bon article, comme d’hab, auquel j’ajoute deux remarques.

                      – Dans un hadith (que je n’ai malheureusement pas retrouvé), il me semble qu’un des gardiens de l’Enfer s’étant plaint de la chaleur excessive, Dieu aurait permis qu’un vent y soufflât de temps en temps. L’idée de refroidir cet endroit n’est donc pas nouvelle.

                      – Lors de ma première lecture du Coran, j’avais été impressionné par le nombre d’occurrences du mot « feu » ou de termes de la même famille. Ils ne concernaient pas la cuisson du méchoui.


                      • MuslimADieu MuslimADieu 5 juillet 2014 14:49

                        @Alex

                        Il y a beaucoup d’allégories dans ces histoires de lumière, d’ombre, de jour, de nuit etc.

                        C’est surtout les musulmans qui risquent de ne pas apprécier cet article. Paradoxalement, les chrétiens sont probablement les plus aptes à « comprendre » ce que je radotes. Les juifs semblent avoir « supprimé » le paradis, eux.

                        Il y a, je pense, plusieurs niveaux de lectures dans les « textes » sacrés. Nos « anciens » ont crée ce qu’on appelle des « cultes à mystères ». Je te recommandes cette video, Alex, et je suis sûr que tu sauras mettre ton esprit à la bonne fréquence de lecture :

                        Si même les paiens ne sont plus paiens...

                      • Alex Alex 5 juillet 2014 19:38

                        @ Muslimadieu

                        Merci pour le lien dont je n’ai regardé que le début faute de temps (je le regarderai plus tard). Il reprend certains éléments rassemblés pour un article à venir après 5 ou 6 autres en attente.
                        D’accord avec les allégories, mais elles furent certainement très tardives, pas avant l’influence grecque vers –500/–300.
                        Nous aurons l’occase d’en reparler plus longuement quand j’aurais un peu de temps.


                      • juluch juluch 5 juillet 2014 12:58

                        Intéressant et passionnant.


                        J’aime bien l’humour qui résulte de vos lignes.

                        Merci.

                        • Loatse Loatse 5 juillet 2014 13:10

                          « Tout porte à croire qu’il existe un certain point de l’esprit d’où la vie et la mort, le réel et l’imaginaire, le passé et le futur, le communicable et l’incommunicable, le haut et le bas cessent d’être perçus contradictoirement. « 

                           »Ce qui est en bas, est comme ce qui est en haut ; et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas"............


                          • soi même 5 juillet 2014 13:35

                            La Table d’émeraude d’Hermès Trismégiste, père des Philosophes (traduction de l’Hortulain)

                            « Il est vrai, sans mensonge, certain, & très véritable : Ce qui est en bas, est comme ce qui est en haut ; et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, pour faire les miracles d’une seule chose. Et comme toutes les choses ont été, & sont venues d’un, par la médiation d’un : ainsi toutes les choses ont été nées de cette chose unique, par adaptation. Le soleil en est le père, la lune est sa mère, le vent l’a porté dans son ventre ; la Terre est sa nourrice. Le père de tout le telesme de tout le monde est ici. Sa force ou puissance est entière, si elle est convertie en terre. Tu sépareras la terre du feu, le subtil de l’épais doucement, avec grande industrie. Il monte de la terre au ciel, et derechef il descend en terre, & il reçoit la force des choses supérieures et inférieures. Tu auras par ce moyen la gloire de tout le monde ; et pour cela toute obscurité s’enfuira de toi. C’est la force forte de toute force : car elle vaincra toute chose subtile, et pénétrera toute chose solide. Ainsi le monde a été créé. De ceci seront & sortiront d’admirables adaptations, desquelles le moyen en est ici. C’est pourquoi j’ai été appelé Hermès Trismégiste, ayant les trois parties de la philosophie de tout le monde. Ce que j’ai dit de l’opération du Soleil est accompli, et parachevé. »

                            Hermès Trismégiste, Hermès Trois fois Grand .

                            Fondateur de la civilisation Égyptienne Antique  !





                          • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 5 juillet 2014 14:14
                            Par Rounga (---.---.194.224) 5 juillet 10:20
                            « Quand on dit que des textes sont sacrés » ... on implique qu’ils ont été inspirés par un « être créateur de l’univers ». Tant que son existence n’est pas prouvée (CAUSE), lesdits textes n’ont aucun caractère sacré (EFFET)  : on peut s’en torcher sans commettre aucun sacrilège ! ! ! Indépendamment de ce que d’autres pensent...


                            • MuslimADieu MuslimADieu 5 juillet 2014 14:39

                              @Jean pierre

                              C’est quand même marrant.
                              Quant tu as les textes sacrés devant les trous des yeux, tu ne vois aucun sens. Tu n’y vois que du papier et de l’encre.
                              Et quant tu les mets devant l’autre trou. Là, ce n’est plus du papier et de l’encre que tu vois, mais du sens.


                            • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 5 juillet 2014 15:38
                              Par MuslimADieu (---.---.216.99) 5 juillet 14:39
                              « Et quant tu les mets devant l’autre trou. »

                              Je n’ai jamais parcouru les textes « dits sacrés » que d’un derrière distrait.
                              (paraphrase de Henri Jeanson)

                            • MuslimADieu MuslimADieu 5 juillet 2014 16:49

                              @Jean Pierre

                              puisqu’on est dans le scato, confondant lobes du haut et ceux du bas.....

                              La prochaine fois, à table, regarde comme ce que tu manges à l’air bon, puis regardes ce que tu en fais, quelque heures plus tard.
                              C’est pareil avec ce que Dieu nous donnes comme nourriture spirituelle. Notre Djinn ne fait pas mieux.
                              Jeanson aurait du avoir le derrière moins distrait et mieux contempler son « oeuvre » pour méditer sur le mariage qu’il fait entre son esprit et sa matière.


                            • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 5 juillet 2014 22:54
                              Par MuslimADieu (---.---.216.99) 5 juillet 16:49
                              « C’est pareil avec ce que Dieu nous donnes comme nourriture spirituelle. »

                              Pour qu’un dieu nous donne quelque nourriture spirituelle, encore faut-il qu’il existe !
                              Pouvez-vous prouver son existence ? ? ?...


                            • Rounga Rounga 5 juillet 2014 23:54
                              Pour qu’un dieu nous donne quelque nourriture spirituelle, encore faut-il qu’il existe !
                              Pouvez-vous prouver son existence ? ? ?...

                              On s’en fout qu’il existe ou pas, l’important est de se nourrir spirituellement. Vous regardez le doigt au lieu de la lune, vous êtes logique dans un domaine où ça ne sert à rien, vous n’irez nulle part ainsi.
                              Je vais très prochainement publier un article pour expliquer cela et balayer pour de bon les attitudes comme la vôtre.


                            • Mortargent 6 juillet 2014 02:24

                              @ Rounga : je suis en partie d’accord avec ce que vous dites, mais Jean-Pierre est très très loin d’avoir tort. Lorsque vous parlez du doigt et de la lune, pour tout le monde les deux sont visibles. Par conséquent, l’idiot regardera le doigt et le sage la lune, selon le dicton.

                              Mlais lorsqu’on parle de Dieu, que ce soit le doigt ou la lune, ils n’existent que dans l’esprit de celui qui montre. Par conséquent, celui qui regarde sera toujours un idiot puisqu’il ne verra jamais rien. Ou dans le meilleur des cas, il ne verra que ce que son imagination lui permettra de voir et non ce qu’on voudra bien lui montrer.

                              Je pense que la foi est nécessaire. Nécessaire à ceux qui ont un manque, une absence que leur esprit/intellect ne peut ni combler ni contenter. Par conséquent, il leur faut la foi. Mais d’autres peuvent parfaitement se passer de la foi, et il ne sont selon moi pas moins que des croyants, mais plus car ils n’ont pas besoin de cette « béquille  » pour vivre.


                            • Rounga Rounga 6 juillet 2014 08:26

                              dans le meilleur des cas, il ne verra que ce que son imagination lui permettra de voir et non ce qu’on voudra bien lui montrer.

                              C’est justement cela que le doigt ne désigne pas : pas d’imagination, surtout pas.

                              Je pense que la foi est nécessaire. Nécessaire à ceux qui ont un manque, une absence que leur esprit/intellect ne peut ni combler ni contenter. Par conséquent, il leur faut la foi. Mais d’autres peuvent parfaitement se passer de la foi, et il ne sont selon moi pas moins que des croyants, mais plus car ils n’ont pas besoin de cette « béquille » pour vivre.

                              Le problème ne se pose pas en ces termes. Pour certains, ce n’est pas qu’une béquille ne leur soit pas nécessaire, mais qu’ils doutent, voire nient, qu’elle puisse servir à marcher. Vautrés dans la boue, ils exigent de ceux qui marchent de leur prouver qu’ils vont quelque part. Mais ceux-ci n’ont rien à prouver, ils marchent, c’est tout.


                            • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 6 juillet 2014 09:22
                              Par Rounga (---.---.194.224) 5 juillet 23:54
                              « Je vais très prochainement publier un article pour expliquer cela et balayer pour de bon les attitudes comme la vôtre. »

                              Prétentieux ! ! !


                            • MuslimADieu MuslimADieu 6 juillet 2014 14:33

                              @Jean Pierre

                              Pour qu’un dieu nous donne quelque nourriture spirituelle, encore faut-il qu’il existe !
                              Pouvez-vous prouver son existence ? ? ?...

                              Non. Mais ça ne prouves pas son inexistence.
                              Mais nous sommes plusieurs à en avoir la conviction. Ca nous donnes le droit d’en parler tout comme les athées ont le droit de parler d’un paradis sur terre, d’une république idéale, qu’ils ne verront jamais de leur vivant.

                              La question de la preuve est une question très profonde. Il ne faut jamais oublier que « Satan » a eu cette preuve selon la théologie traditionnelle. Ca n’a pas résolu le problème selon la théologie traditionnelle. 

                              Et puis, qu’elle pourrait être cette preuve qui ne serait jamais contestée ?
                              Dieu dans une vitrine pour que ceux qui doutent puissent à tout moment vérifier ?
                              Et encore, on lui demanderait de prouver que c’est lui, Dieu.

                              Peut on reprocher à Dieu de rechercher « une république idéale » où il n’aurait pas à éternellement prouver son existence et son identité à d’éternels contestataires ? Un monde où l’on n’attribuerait pas ce qui existe,quelque fantastique et incroyable que ce soit, à un phénoménal concours de circonstances.



                            • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 6 juillet 2014 15:26
                              Par MuslimADieu (---.---.149.21) 6 juillet 14:33
                              Pour qu’un dieu nous donne quelque nourriture spirituelle, encore faut-il qu’il existe !
                              Pouvez-vous prouver son existence ? ? ?... [ J-P LL ]

                              Non.
                              Merci de le reconnaître : cela valide tous mes commentaires précédents.

                              Mais ça ne prouves pas son inexistence.
                              Inexistence que nul ne peut prouver et qui valide également tous mes commentaires précédents.


                            • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 6 juillet 2014 15:39

                              Addendum :

                              Par MuslimADieu (---.---.149.21) 6 juillet 14:33
                              « Mais nous sommes plusieurs à en avoir la conviction. Ca nous donnes le droit d’en parler »

                              Effectivement, vous pouvez en parler mais toute la « théologie » du monde et autres considérations ne seront que purs verbiage et ratiocination puisque découlant et élaborées sur le postulat de l’existence improuvée d’un « dieu », « être créateur de l’univers ».
                              Absolument rien de sacré là-dedans ! ! ! 


                            • MuslimADieu MuslimADieu 6 juillet 2014 16:47

                              @Jean Pierre

                              Je pourrais qualifier de verbiage tout ce que vous batissez sur l’inexistence de Dieu.
                              Le problème essentiel se pose d’abord comme ça :
                              D’où vient l’univers et ce qu’il y a dedans ?

                              Et c’est à partir de là que nous divergeons.

                              C’est pour répondre à cette question que les athées croient que Dieu a été inventé. Mais la question demeure tant que les athées n’ont pas prouvé que l’univers peut exister sans un Dieu. Et à ce jour, beaucoup de scientifiques croient en un « créateur » sans penser forcément à Allah, Yehovah ou Ahura Mazda.

                              De l’idée de l’existence d’un Dieu, découle immédiatement celle de la recherche d’un message de ce créateur. « Trouver un message », même si on n’a pas tout compris, peut renforcer l’idée de l’existence de Dieu. Et je, comme d’autres, sommes dans cette situation.

                              Je répètes. Si tu es convaincu que l’univers n’a pas eu de créateur. Alors ta quête de Dieu s’arrêtes forcément là et il nous est difficile de continuer la discussion sans que tu n’ais l’impression que l’on discutes sur le sexe des anges.

                            • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 6 juillet 2014 22:23
                              Par MuslimADieu (---.---.149.21) 6 juillet 16:47

                              « Je pourrais qualifier de verbiage tout ce que vous batissez sur l’inexistence de Dieu. »
                              Je ne bâtis rien sur l’inexistence d’un « dieu », « être créateur de l’univers ».

                              « Le problème essentiel se pose d’abord comme ça : D’où vient l’univers et ce qu’il y a dedans ? »
                              En fait, je ne pose qu’une seule question : l’Univers a-t-il ou non un créateur ?
                              Les Athées croient que « non ».
                              Les croyants 
                              croient que « oui » et en déduisent un tas de fariboles qui ne sauraient revêtir aucun caractère sacré puisque bâties sur un postulat improuvé, l’existence d’un « dieu ».
                              Quant à moi, je suis Agnostique./
                               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès