Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > L’extraordinaire histoire d’amour entre Dieu et (...)

L’extraordinaire histoire d’amour entre Dieu et l’humanité

Tous les jours, dans toutes les églises du monde, on entend proclamer que Dieu est amour.
Dès sa nomination, le Pape Benoît XVI a tenu à le confirmer dans sa première lettre encyclique dont le titre est « Dieu est Amour ». A la première page, on peut lire ceci :
 
«  Nous avons cru à l’amour de Dieu : c’est ainsi que le chrétien peut exprimer le choix fondamental de sa vie. A l’origine du fait chrétien, il n’y a pas une décision éthique ou une grande idée, mais la rencontre avec un événement, avec une Personne, qui donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive. Dans son Evangile, Jean avait exprimé cet événement pas ces mots : « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui (...) obtiendra la vie éternelle »…C’est pourquoi, dans ma première encyclique, je désire parler de l’amour dont Dieu nous comble et que nous devons communiquer aux autres.  »
 
Dans le document de préparation au mariage de l’église catholique, on peut également lire :
 
« Dans l’amour humain, se révèle l’amour infini de Dieu pour chacun. La vie quotidienne des époux trouve sa source dans la fidélité inconditionnelle de Dieu… la Bible est une histoire d’amour. La Bible aide à comprendre comment s’est manifesté l’amour de Dieu. En l’écoutant, vous prendrez votre place dans l’extraordinaire histoire d’amour entre Dieu et l’humanité. »
 
La démonstration de l’amour de Dieu se trouverait donc dans la Bible, texte fondateur de la croyance monothéiste.
Il devrait donc suffire de la lire pour découvrir cette merveilleuse histoire d’amour entre Dieu et l’humanité. Les actions de Dieu y sont décrites dans les premiers chapitres.
La lecture de ces chapitres est édifiante. J’en reproduis ici quelques extraits sachant que je ne saurais trop conseiller de lire ces chapitres dans leur intégralité.
Ainsi dans la Genèse (6,5), qui précède l’Exode, sous les titres « La corruption de l’humanité » et les « Préparatifs du déluge », il est écrit :
 
« Yahvé vit que la méchanceté de l’homme était grande sur la terre et que son cœur ne formait que de mauvais desseins à longueur de journée. Yahvé se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre et il s’affligea dans son cœur. Et Yahvé dit : « Je vais effacer de la surface du sol les hommes que j’ai créés- depuis l’homme, jusqu’aux bestiaux, aux bestioles et aux oiseaux du ciel- car je me repens de les avoir faits…Pour moi, je vais amener le déluge, les eaux, sur la terre, pour exterminer de dessous le ciel toute chair ayant souffle de vie : tout ce qui est sur la terre doit périr.  »
 
Dieu est-il amour quand il décide d’exterminer tous les êtres vivants existant sur la terre, tous les hommes, femmes, enfants et animaux parce que leur comportement n’est pas satisfaisant à ses yeux ?
 
Dieu est-il amour quand il veut exterminer tous ceux qui se prosternent devant un autre que lui ? (Exode,32,7) :
 
"Yahvé dit alors à Moïse « Allons ! descends, car ton peuple que tu as fait monter du pays d’Egypte s’est perverti. Ils n’ont pas tardé à s’écarter de la voie que je leur avais prescrite. Ils se sont fabriqués un veau en métal fondu, et se sont prosternés devant lui. Ils lui ont offert des sacrifices et ils ont dit : « Voici ton Dieu, Israël, qui t’a fait monter du pays d’Egypte. » Yahvé dit à Moïse : « J’ai vu ce peuple ; c’est un peuple à la nuque raide. Maintenant laisse-moi, ma colère va s’enflammer contre eux et je les exterminerai ; mais de toi je ferai une grande nation."
 
Dieu est-il amour quand il condamne à mort celui qui blasphème simplement son nom ? (Lévitique 20,16) :
 
« Qui blasphème le nom de Yahvé devra mourir, toute la communauté le lapidera. Qu’il soit étranger ou citoyen, il mourra s’il blasphème le Nom. »
 
Ceux qui estiment que blasphémer Dieu doit être puni de la peine de mort, ne font qu’appliquer les lois de Dieu, écrites dans la Bible.
Qui a le droit de faire le tri dans les lois de Dieu ? Qui peut estimer qu’une de ces lois est à appliquer et l’autre à rejeter ?
Car Dieu a dit de tuer celui qui ose le blasphémer et a lui-même exterminé ceux qui ne se prosternaient pas devant lui.
Dieu est aussi très susceptible. Il est vital de bien choisir les qualificatifs qu’on lui donne. Ainsi, Aram, roi des Araméens en conflit avec les Israélites avait dit que Dieu était un Dieu des montagnes. Dieu n’avait pas apprécié ce mot restrictif à son égard et sa sentence fut lourde (Premier livre des rois 20,28) :
 
« L’homme de Dieu aborda le roi d’Israël et dit : « Ainsi parle Yahvé. Parce qu’Aram a dit que Yahvé était un dieu de montagnes et non un Dieu des plaines, je livrerai en ta main toute cette grande foule et tu sauras que je suis Yahvé. » Ils campèrent sept jours les uns en face des autres. Le septième jour, le combat s’engagea et les Israélites massacrèrent les Araméens, cent mille hommes de pied en un seul jour. Le reste s’enfuit à Apheq, dans la ville, mais le rempart s’écroula sur les vingt-sept mille hommes qui restaient. »
 
Dieu a tué 127.000 hommes parce qu’un individu avait osé prétendre qu’il était un Dieu des montagnes et non un Dieu des plaines. Où est l’amour de Dieu pour les hommes ?
Défier Dieu est encore plus risqué. Sennachérib, roi d’Assyrie, avait osé dire que Dieu ne l’empêcherait pas de prendre la ville de Jérusalem (Deuxième livre des rois 19,35) :
 
« Cette même nuit, l’ange de Yahvé sortit et frappa dans le camp assyrien cent quatre-vingt-cinq mille hommes. Le matin au réveil, ce n’étaient plus que des cadavres.  »
 
Dieu a tué 185.000 hommes parce qu’un individu avait osé contester ses pouvoirs. Comment qualifier une telle réaction ?
Dieu n’acceptait pas non plus la critique. Il avait contraint les Israélites à vivre dans le désert après leur sortie d’Egypte. Ils se plaignaient de leurs conditions de vie (Les Nombres 21/5) :
 
« Le peuple parla contre Dieu et Moïse : « Pourquoi nous avez-vous fait monter d’Egypte pour mourir en ce désert ? Car il n’y a ni pain ni eau ; nous sommes excédés de cette nourriture de famine. »
Dieu envoya alors contre le peuple les serpents brûlants, dont la morsure fit périr beaucoup de monde en Israël. »
 
Comment peut-on employer des qualificatifs tels que « Dieu n’est que compassion avec son peuple  » ou « Dieu est amour », à propos d’un tel Dieu ?
Quelques temps après, les Israélites s’établirent dans un endroit appelé Shittim et se livrèrent à la prostitution avec des filles d’une contrée voisine. Mais leurs actions furent plus graves encore car ces filles les invitèrent aux sacrifices de leurs dieux et ils se prosternèrent. Dieu fut naturellement très en colère et dit à Moïse (Les Nombres 25, 4) :
 
« Prends tous les chefs du peuple. Empale-les à la face du soleil pour Yahvé : alors l’ardente colère de Yahvé se détournera d’Israël. »
 
Dieu avait donc demandé à Moïse de le venger. Comme souvent dans pareil cas, celui qui se trouvait être la main de Dieu alla au-delà de ses requêtes. Moïse ne se contenta pas de tuer les chefs mais il ordonna de tuer tous ceux qui s’étaient prosternés devant d’autres dieux. Il n’y eut pas moins de 24.000 morts. Après quelques péripéties, Moïse constata que les femmes qui avaient été la cause de l’infidélité à Dieu, étaient épargnées. Il ordonna alors à ses chefs de guerre (Les Nombres 31,17) :
 
« Tuez tous les enfants mâles. Tuez aussi toutes les femmes qui ont connu un homme en partageant sa couche.  » 
 
Dieu ne trouvera rien à redire à ces massacres. Tuer des enfants sans défense et des femmes est tout à fait normal quand il se sent offensé.
Peut-on vraiment critiquer Moïse quand il ne fait qu’imiter son Dieu ? Les impies et ceux qui les fréquentent doivent mourir.
 
La Bible raconte qui est Dieu. On ne peut pas considérer que le Dieu des religions monothéistes puisse être différent de celui qui est décrit dans la Bible.
A la lecture de l’ensemble des chapitres de la Bible, décrivant les actions de Dieu, on constate que Dieu a tué ou fait tuer des millions d’hommes, de femmes et d’enfants.
Doit-on considérer comme le faisait Staline :
« Un mort, c’est un drame, un million de morts c’est une statistique. »
Par quelle dialectique, est-il possible de qualifier Dieu d’amour quand on lit la Bible ? Il semble nécessaire de se poser cette question.
Massacrer, torturer, menacer ne peuvent pas être des qualificatifs d’amour ou alors il faut changer la définition du mot « amour ». Demander aux hommes de commettre des atrocités et manipuler leurs esprits est à l’opposé d’un acte d’amour.
Comment l’église catholique peut-elle affirmer que la Bible est « une extraordinaire histoire d’amour entre Dieu et l’humanité » ?
Si l’on qualifie Dieu d’amour, ce Dieu ne peut correspondre à celui décrit dans la Bible. En conséquence, soit il en existe plusieurs, soit le Dieu présenté dans la Bible n’existe pas. Une telle conclusion n’est que du bon sens sauf si, naturellement, l’on estime que tuer des millions d’hommes, de femmes et d’enfants, et être d’amour sont compatibles. Mais dans ce cas, il faut le dire clairement et aussi revoir notre appréciation des massacres qui ont eu lieu dans l’Histoire.
De nombreux chrétiens constatent cette contradiction flagrante entre les discours parlant d’un Dieu d’amour et ce que l’on peut lire dans la Bible. Ils ajoutent néanmoins systématiquement que c’est avant tout des Evangiles dont il faut tenir compte et non de l’Ancien Testament, qui ne serait qu’une histoire inventée par des hommes. Une telle déclaration de la part de croyants remet en cause un certain nombre de faits considérés comme historiques par certaines religions, mais c’est un autre problème qu’il n’y a pas lieu d’aborder maintenant.
Il est donc important d’analyser également les textes des Evangiles où se trouvent les déclarations de Jésus, fils de Dieu. Sont-elles réellement une déclaration d’amour pour les hommes ? Cette question mérite un nouvel article que je proposerai prochainement.

Moyenne des avis sur cet article :  2.56/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

157 réactions à cet article    


  • impertinent3 impertinent3 26 août 2010 10:50

    Compte tenu des malheurs qui accablent l’humanité alors qu’un soi-disant Dieu l’aime, qu’est-ce que ce serait s’il ne l’aimait pas !


    • anti-oligarchie anti-oligarchie 26 août 2010 13:42

      @L’auteur de l’article.
      Quelque chose m’échappe, vous n’avez fait que citer des extraits de l’ancien testament....
      Ensuite se considérer ’amour et paix’ ne veut pas dire le monde des bisounours ?
      ça c’est une fausse lecture.
      Un parent pour bien élever ses enfants utilisent la carotte, les sanctions....la récompense.

      La logique monothéiste va dans le même sens...avec Dieu le créateur. Tout est logique donc.

      Le problème c’est qu’aujourd’hui les gens ne comprennent plus cette logique, car nous vivons dans une société, ou on doit pardonner au pédophile...au grands voleurs...au meurtrier etc...C’est à dire une sorte de bizounourserie incitant finalement au crime, puisqu’habité par le sentiment d’impunité...

      Concernant le droit d’interpréter.le problème fondamantale vient essentiellement des oligarchies, rien d’autres.


    • Olivier Bach 26 août 2010 14:19

      A anti-oligarchie,


      Des extraits des Evangiles seront proposés dans un prochain article.

      Si je vous comprends bien, des millions de morts ne sont que « carotte et sanctions ». Dieu ne chercherais qu’à bien élever ses enfants...Nous n’avons pas la même logique.


    • Sachant Sachant 26 août 2010 14:41

      Un parent pour bien élever ses enfants n’en massacre pas la moitié pour aller ensuite mettre à mort les femmes qu’ils ont connues ainsi que les enfants qui en sont nés.

      Enfin, j’espère.


    • robin 26 août 2010 14:52

      Les malheurs qui accablent l’humanité, celle ci les doit d’abord à elle même, elle doit donc assumer le libre arbitre. C’est trop facile de foutre le bazar dans la maison des parents et se plaindre après qu’ils nous ont foutu dehors !


    • BlackMatter 26 août 2010 15:32

      Si Dieu était omnipotant il aurait eu tout loisir de créer un monde de bisounours.


    • samir 26 août 2010 17:22

      « Si Dieu nous aime pourquoi on souffre ? »

      question infantile...


    • anti-oligarchie anti-oligarchie 26 août 2010 17:28

      @Bach
      Qui t’as dit des millions de morts ? Les massacres sont le fruit de l’oligarchie. Et justement des intérmédiaires. Un peuple ne se lève pas un bon matin, pour décider d’attaquer son voisin.Non c’est le fruit de l’oligarchie...
      La preuve avec les droits de l’homme et tout ses massacres.
      Le véritable danger c’est l’ignorance, rien d’autre.


    • samir 26 août 2010 18:01

      de toute facon accuser Dieu pour le malheur des hommes est une lacheté : nous sommes libres de nos choix et responsables de nos actes


    • xray 28 août 2010 14:34


      « Amour, paix, haine et guerres » 

      L’hypocrisie religieuse 
      http://echo-athees.over-blog.com/ 



    • Gabriel Gabriel 26 août 2010 11:25

      Dieu est bien pratique, il est l’alibi justifiable à l’injustifiable. Le besoin de trouver un coupable à l’inexplicable. Les astrologues mettent bien leurs délires sur le dos des planètes alors quelque part il faut bien trouver des responsables. La faculté de l’homme à se dédouaner des effets produits par ses actes est sans limite. Croyance ou pas, je pense qu’à la naissance deux acquis sont présents. Premièrement : le libre arbitre, car on a toujours le choix, même si celui-ci n’est pas facile et deuxièmement : une conscience. On peut mentir à tout le monde, ses amis, sa famille etc … Mais pas à soi-même car nous savons tous intérieurement quand ce que nous faisons est bon ou mauvais. Quant à justifier des monstres et de leurs existences, je cite : « La nature a besoin de ces êtres abjectes pour les sentiments qu’ils nous inspirent car ils nous permettent d’honorer les vertus que l’on encense. Que serait Dieu sans le diable ?.. » 


      • Rounga Roungalashinga 26 août 2010 11:28

        Dieu est bien pratique, il est l’alibi justifiable à l’injustifiable. Le besoin de trouver un coupable à l’inexplicable.

        Et justement le Dieu judéo-chrétien est le Dieu qui demande que l’Homme assume ses responsabilités et ne rejette pas la faute sur les autres ou sur autre chose. On le voit dès la Genèse, où Adam reporte la faute sur Eve pour avoir mangé le fruit défendu, qui elle-même reporte sa faute sur le serpent, plutôt que de dire « cela est ma faute, je demande pardon ». Ils n’auraient pas été chassés du Paradis s’ils avaient assumé.


      • anti-oligarchie anti-oligarchie 26 août 2010 13:51

        "Mais pas à soi-même car nous savons tous intérieurement quand ce que nous faisons est bon ou mauvais."

        Mais non tu dis n’importe quoi. La morale que tu as aujourd’hui, dans le fond est profondément chrétienne(sans même le savoir,une sorte de négationnisme bobo nouveau).Et de plus ceci est historiquement faux. Explique nous donc pourquoi, les indigènes d’Amérique arrachaient des cœurs sur des hommes vivant en signe de sacrifice ?
        Tout simplement, car pour le paradigme chrétien, ceci était considéré comme négatif.

        Concernant l’existence du Diable. Comment ne pas croire que le diable existe, quand on sait que certains sont capables d’envoyer 2 bombes atomiques sur population civile ? Ou encore 800 000 tonnes du bombes sur le Vietnam en 3 ans(soit 2 fois plus que pendant la 2de guerre mondiale) ?
        C’est pas l’œuvre du diable ça ?
        Tu manques d’imagination.C’est tout. Ou tu imagines sans doute, que le diable est habillé en rouge avec des cornes, comme dans les desseins animés ?


      • Sachant Sachant 26 août 2010 14:26

        L’un des apports de Luther au christianisme est la prédestination.

        Les chrétiens catholiques sont libres et responsables de leurs actes
        (Même si leur dieu omnipotent sait déja quels futurs choix ils feront librement)

        Les chrétiens protestants héritiers de Luther ne le sont pas car leur dieu a déjà réglé la question de leur salut
        (Quels que soient leurs choix)

        La liberté et la responsabilité, ça ne marche pas pour tous les chrétiens


      • Gabriel Gabriel 26 août 2010 14:42

        @anti oligarchie,

        Merci de vos indispensables lumières. Nous sommes toujours ravis de bénéficier de votre immense savoir lors de vos interventions toujours positivement critique, elles sont une sainte nourriture pour nos cerveaux de primates ! Surtout ne changer pas, vous êtes très distrayant ….


      • Massaliote 26 août 2010 15:44

        « Explique nous donc pourquoi, les indigènes d’Amérique arrachaient des cœurs sur des hommes vivant en signe de sacrifice ?
        Tout simplement, car pour le paradigme chrétien, ceci était considéré comme négatif. »

        SAUF QUE CELA SE PASSAIT AVANT 1492 smiley


      • Gonzague Gonzague 26 août 2010 16:56

        Massaliote, c’est tout à fait possible. Ne connaissez-vous donc pas les Mormons ?





      • anti-oligarchie anti-oligarchie 26 août 2010 17:26

        Et ça change quoi Massialote ?


      • Massaliote 27 août 2010 10:13

        Ca change que ça n’a RIEN A VOIR avec le christianisme.


      • Crazy Horse Crazy Horse 27 août 2010 10:14

        @Gabriel

        Je suis bien d’accord que la croyance en un Dieu anthropomorphisé est bien pratique pour éviter de se remettre profondément en cause. De même la recherche d’un « responsable », la désignation d’un bouc émissaire.

        De même je vous rejoins sur le libre arbitre : on est toujours responsable de ses actes, on est responsable sinon des évènements qui se produisent dans notre vie, du moins du rapport qu’on établit avec eux.

        Par contre je crois malheureusement qu’on peut se mentir à soi-même. Le mental est puissant, et il est vraiment possible de se raconter des histoires et de falsifier ses propres souvenir de façon extrêmement convaincante.

        Certainement à un niveau plus profond, au niveau de la conscience si vous voulez, on restera lucide sur ce qu’on fait. Mais je crois que peu de gens ont le courage de se soumettre à leur conscience...


      • Massaliote 27 août 2010 10:19

        Les MAYAS faisaient des sacrifices humains en arrachant le coeur d’un humain vivant avant l’arrivée de Colomb et donc du christianisme.


      • Rounga Roungalashinga 26 août 2010 11:25

        Comment l’église catholique peut-elle affirmer que la Bible est « une extraordinaire histoire d’amour entre Dieu et l’humanité » ?

        Parce que le Nouveau Testament dévoile le vrai sens de l’Ancien.


        • jakback jakback 26 août 2010 11:29

          Croire en soi est parfois éprouvant, alors croire en dieu !

          1

          • birdy 26 août 2010 11:32

            L’auteur nous avait promis lors de son prochain article de nous révéler que le nouveau testament contiendrait des incitations à la haine, mais manifestement il a remis à plus tard cette tâche facile.


            Eh bien attendons que l’auteur finisse ses préambules de circonvolutions, et nous prodigue enfin ses révélations fracassantes.

            Parce que pour le moment ce que nous lisons n’est qu’un simulacre d’analyse dont l’objectif est une apologie de l’islam et une lourde critique des autres monothéismes. 

            • pastori 26 août 2010 13:07

              alors fait un effort mon vieux, n’attends pas tout des autres.
              lis le l’ancien testament, et tu sera horrifié par les imprécations contre les hommes du « dieu » en question. :
              exemple : envers les enfants d’israel :
              "je leur cacherai ma face, je verrai quelle sera leur fin, car c’est une race perverse,....j’accumulerai sur eux les maux,.... ;; ils ont excité ma jalousie...ils seront déchessés par la faim, consumés par la fièvre, et les maladies violentes........deutéronome (32)

              Dieu est amour.


            • jakback jakback 26 août 2010 11:39

              Force est de reconnaitre le sens du commerce des juifs. La déclinaison de leur croyance est une réussite absolue, yavé, jésus allah, le brelan d’as des des manipulateurs, de la haine a l’amour, du paradis a l’enfer.

              1

              • Ronald Thatcher vraimentrienafoutiste 26 août 2010 11:41


                il est aussi fort possible que dieu vous déteste et vous veuille du mal !


                • Cogno2 26 août 2010 12:42

                  Il est aussi fort possible que dieu vous déteste et vous veuille du mal !

                  Franchement, le concept de dieu est aberrant, aimer, détester sont des sentiments humains, (animal aussi)

                  S’il existe dieu ne peut aimer, aucun mot ne peut décrire quoi que ce soit le concernant, il est partout, nulle part, tout le temps. C’est à la fois tout et rien.

                  Faut vraiment être tordu pour s’emmerder à vouloir poser des mots sur ce concept, oh c’est ce que s’échinent à faire les religions.


                • jakback jakback 26 août 2010 12:48

                  Sans vraiment rentrer dans le détail de ma vie, si il existe, alors il est plutôt sympa.
                  Pour rappel, nous avons pour la majorité des intervenants de ce site, l’immense chance de vivre en France, n’en déplaise a certains, dont je ma demande ce qu’ils fichent encore sur le territoire.

                  1

                • morice morice 26 août 2010 11:55

                  Il est donc important d’analyser également les textes des Evangiles où se trouvent les déclarations de Jésus, fils de Dieu. 


                  on peut aussi tout jeter à la poubelle ;; ;

                  • Sachant Sachant 26 août 2010 14:30

                    Banco !

                    Et on ne remplace pas.


                  • voxagora voxagora 26 août 2010 12:28

                    « Dieu » étant un concept humain,

                    je suis curieuse de savoir comment, en pratique,
                    un enfant a pu en naître.

                    • Sachant Sachant 26 août 2010 14:36

                      Et avec ça : Adam et Eve
                      Lui en glaise, elle en côte
                      Bon admettons

                      Ils s’accouplent et procréent
                      Ont deux fils
                      Caïn et Abel

                      Ils l’ont faite comment la troisième génération ?


                    • Cogno2 26 août 2010 12:38

                      Un truc fascinant dans les religion et leur petit livre rouge, et que l’on peut constater avec la régularité d’un métronome : Chacun peut leur faire dire qu’il veut.
                      Dès lors, ça n’a aucun intérêt.


                      -Il est donc important d’analyser également les textes des Evangiles où se trouvent les déclarations de Jésus, fils de Dieu. 

                      Non, comme je l’ai dit plus haut.

                      -on peut aussi tout jeter à la poubelle

                      C’est bien ce que je préconise.

                      -« Dieu » étant un concept humain,

                      Oui, et la religion est un instrument basé sur ce concept.


                      • Sachant Sachant 26 août 2010 14:48

                        Le religion est même un outil très libéral
                        Elle permet de ne pas employer de fonctionnaires de police
                        Puisque ce sont les croyants qui s’auto et s’entre surveillent


                      • pastori 26 août 2010 12:57

                        Dieu est amour ?
                        Comme di Onfray, ce dieu a été créé de toutes pièces par les hommes, à leur image.
                        C’est pourquoi, dans les textes écrits par les mêmes hommes, il est amour, méchanceté, jalousie, orgueil, turpitude, loyal, traitre......

                        les hommes se sont créé un dieu tout à fait semblable à eux -mêmes en y mettant toutes les qualités et défauts qu’ils possèdent.


                        • anti-oligarchie anti-oligarchie 26 août 2010 17:24

                          Justement, c’est la ou on voit qu’Onfray n’y connait rien à l’Islam.Pas d’image en Islam...De Plus le Dieu du Coran possède 99 qualités. Je ne connais absolument aucun homme capable de cela :

                          http://www.orientalement.com/n-les-99-noms-d-allah.html

                          C’est donc exactement le contraire de ce qu’Onfray prétend. Comme quoi, faut étudier tout seul sans intérmédiaire...


                        • Gonzague Gonzague 26 août 2010 17:42

                          « Comme quoi, faut étudier tout seul sans intérmédiaire... »

                          Sans Muhammad non plus ? Il ne serait qu’un simple intermédiaire entre Allah et les hommes. Ses Hadiths ne seraient d’aucune utilité ?

                        • anti-oligarchie anti-oligarchie 26 août 2010 19:46

                          Non c’est pas ce que je voulais dire. D’un point de vue Islamique, l’idée reviendrait à dire sans ’clergé’,oulémas etc...Toujours garder sa souveraineté mental.


                        • Odal GOLD Odal GOLD 26 août 2010 23:12


                          @ Pastori

                          J’ajouterais que c’est plutôt certains hommes qui se sont créés un dieu (ce dieu jaloux et méchant) à leur image, et qu’ensuite ils ont voulu imposer cette image (leur image) aux autres.

                          D’autres hommes, à l’égard de ce dieu jaloux, ont eu ces sentences (à voir d’urgence sur athéisme.free.fr) :

                          "Tout ce qu’il y a d’atroce, de nauséabond, de fétide, de vulgaire se trouve résumé en un mot : Dieu."
                          (Fernando Arrabal / né en 1932 / L’architecte et l’empereur d’Assyrie, 1967)

                          "Depuis plus de 500 ans, les règles et les théories d’un vieux sheikh arabe, et les interprétations abusives de générations de prêtres crasseux et ignares ont fixé, en Turquie, tous les détails de la loi civile et criminelle. Elles ont réglé la forme de la constitution, les moindres faits et gestes de la vie de chaque citoyen, sa nourriture, ses heures de veille et de sommeil, la coupe de ses vêtements, ce qu’il apprend à l’école, ses coutumes, ses habitudes et jusqu’à ses pensées les plus intimes. L’islam, cette théologie absurde d’un bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies."
                          (Mustapha Kémal Atatürk / 1881-1938 / in "Mustapha Kemal ou la mort d’un empire", Jacques Benoist-Méchin)

                          "Le catholicisme est le tombeau de l’intelligence, de la pensée, du cerveau ; le protestantisme, le tombeau de la conscience, du sentiment, du coeur."
                          (Louis-Auguste Blanqui / 1805-1881)

                           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès