Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > L’Olympisme, une nouvelle religion ?

L’Olympisme, une nouvelle religion ?

Depuis leur création, les Jeux Olympiques n’ont cessé de se développer et suscitent un engouement populaire unique. Avec ses rîtes, ses pèlerins, son éthique, ses légendes et ses cathédrales l’Olympisme ressemble de plus en plus à une religion où les athlètes seraient les saints et Nelson Monfort, le grand prêtre.

La grand-messe de la modernité

Lorsque Pierre de Coubertin remet les Jeux Olympiques au goût du jour à la fin du 19ème siècle, il veut principalement les utiliser pour promouvoir l’éducation sportive. Il considère en effet que les exercices physiques sont indispensables à la formation d’un esprit sain et à la transmission de valeurs humanistes, mais il y a aussi dans son projet une forte dimension internationaliste. C’est la Belle Epoque, les empires coloniaux s’étendent sur le monde entier et on a toute confiance dans l’idée de progrès. En plus de rassembler les peuples et de tenter d’enfermer les affrontements nationalistes dans un cadre ludique, les Jeux Olympiques doivent célébrer la réussite du monde moderne. Dès leur création, il sont donc déjà très chargés de symboles.

Un Mythe contemporain occidental

Aujourd’hui, les Jeux Olympiques modernes sont à la fois l’organisation internationale rassemblant le plus de pays et la première entreprise de spectacle au monde. Mais ils incarnent surtout une puissante mythologie contemporaine. Avec la chartre olympique, ils proposent un modèle universel où se mêlent pacifiquement les cultures et les peuples. Ils sont devenu le mythe moderne qui nous donne à croire qu’une gouvernance mondiale est possible. Les Jeux ont une mission symbolique très forte, ils rappellent aux hommes qu’ils font partie d’un grand tout et que le modèle occidental est le seul capable de l’organiser pacifiquement. L’Olympisme correspond à une mise en ordre du monde, avec l’Occident à sa tête. Les polémiques concernant les athlètes saoudiennes voilées révèlent d’ailleurs la volonté des occidentaux de garder un contrôle culturel sur les Jeux Olympiques.

La machine à rêves d’une société morose

Il serait néanmoins dommage de réduire l’Olympisme à une entreprise de propagande et d’autosatisfaction du monde occidental capitaliste. C’est avant tout un spectacle rassembleur. Éclairés par la flamme olympique, les peuples sortent de l’ombre et se redécouvre des ambitions communes. L’intense investissement affectif et fusionnel que les Jeux Olympiques suscitent répond à la perte de sens commun à laquelle sont confrontées les sociétés occidentales. Puissant palliatif au désinvestissement religieux, le spectacle sportif libère les pulsions et rappelle inconsciemment au spectateur la nécessité du respect des règles, des codes et le rejet de la violence extrême. On s’identifie aux athlètes qui donnent vie à cette communion laïque en lui donnant les traits d’un drame antique avec ses héros et ses belles histoires qui soulagent un moment de ses peines un monde occidental en crise.

J.R.

Sources :

- COUBERTIN, Pierre de, Coubertin autographe, éd. Cabédita, Lausanne, 2003.
- AUGUSTIN, Jean-Pierre, GILLON, Pascal, l’Olympisme : bilan et enjeux géopolitiques, A.Collin, Paris 2004.
- BERNAND, André, La joie des jeux : aux origines du sport olympique, Tana, Londres, 2003.


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Jean Cerdan 4 août 2012 10:14

    Après la coupe du monde de foot, Roland garros etc... les sacros jeux olympiques !  On nous rebat les oreilles à longueur d’année avec tous ces évènements sportifs. De toutes façons, la grande fonction du spectacle par le sport est la manipulation des émotions de masse.  Aujourd’hui c’est vraiment devenu l’ opium du peuple qui est accaparé par ces « évènements ». Le but étant bien sûr de le maintenir endormi... Ca rappelle étrangement l’époque de la Rome antique où l’empereur achetait la soumission des gens avec le pain et les jeux du cirque. Panem et circumces.


    Les jeux olympiques ou la « religion du sport roi » qui se veut de plus en plus fort pour battre des records, le dieu du veau (ou de la médaille) d’or.  Dépenser des fortunes, attirer des foules ivres de la gloire éphémère. 

    Comme disait un auteur, aussi ne faut-il pas s’étonner que la manie anglo-saxonne du « sport » gagne chaque jour du terrain : l’idéal de ce monde, c’est l’« animal humain » qui a développé au maximum sa force musculaire ; ses héros, ce sont les athlètes, fussent-ils des brutes ; ce sont ceux-là qui suscitent l’enthousiasme populaire, c’est pour leurs exploits que les foules se passionnent ; un monde où l’on voit de telles choses est vraiment tombé bien bas et semble bien près de sa fin...

    • King Al Batar King Al Batar 4 août 2012 11:17

      Bonjour à l’auteur et au posteurs qui vont encore nous faire la morale, à façon bobo socialo, très bon esprit, pour s’elever contre les jeux, le foot, leur salaires etc...

      Quelle banalité. Je suis surpris de constater qu’il y a encore des personnes qui se croient intelligente a nous rabbacher que pendant que le monde va mal, y a des gens qui se fond des compétitions, qui coutent un max de pognon et un décalage de richesse abjectes...

      A ces gens là, j’ai juste envie de leur répondre qu’une fois pas jour, ils chient dans de l’eau potable ! Pendant qu’en Afrique, la mort d’un enfant sur deux est liée à une maladie contractée par l’eau...
      Et c’est brave gens, pleins de bonnes intentions, qui critiquent les JO mais ne se soucient pas d’ou ils chient, vont me répondre « mais qu’est ce que je peux y faire ??? »
      Ben c’est pareil avec les JO.

      Les JO, c’est simplement la mise en place d’une compétition entre des êtres humains, dont le seul but et le dépassement de soi même, atteindre des records. Alors c’est vrai qu’avec la féminisation de notre société, et la perte de virilité de l’homme occidental, on tombe dans une logique ou finalement on ne voit pas ou moins l’interet du dépassement de soi.
      Et pourtant, c’est en cherchant toujours plus loin, toujours plus fort, toujours plus vite, a aller aubout de soi, que l’humanité progresse. Sans scientifiques pour aller au dela de ce que l’on connait, on en serait encore à l’age de pierre. Sans sportif de haut niveau, pour chercher à determiner les limites de notre organisme, si ca se trouve on ne saurait même pas nager...

      JE ne dit pas que les JO sont indispensables à l’humanité, je dis simplement que c’est l’organisation d’une compétition, dont le seul but est quelque chose de très naturel, certes propre à la logique masculine, qui est le dépassement de soi, et la quete de l’impossible.

      Que ca vous fasse chier, je le concois, alors ne regarder pas. Mais, de grâce, cessez de vous prendre pour des intellectuels quand vous nous débinez des banalités dont l’interet est proche de la nullité, tellement on en entends... Comme je vous dit : reflechissez ou vous chier avant de parler de décalage de richesse, et pensez qu’on pourrait vous critiquez comme vous critiquez les riches.


      • Julien Reynaud 4 août 2012 13:29

        Bonjour,

        Il semble que vous m’avez mal compris ou que je me sois mal fait comprendre. Il ne s’agit pas pour moi d’être « pour » ou « contre » les Jeux Olympiques ni de critiquer les valeurs de la compétition sportive. Je m’interroge seulement sur l’idée que l’Olympisme puissent aussi être, au delà d’une belle compétition sportive, un puissant mythe contemporain. Il n’a aucun jugement de valeur dans mes propos, aucune envie de « chier dans l’eau potable » comme vous dites si bien ;)


      • King Al Batar King Al Batar 4 août 2012 15:22

        De la mondialisation, les jeux en sont la vitrine...

        Si vous pensez réellement qu’il a fallu attendre la mondialisation pour que les hommes cherchent à savoir s’il est possible en prenant de l’élan, de sauter plus de 6 mètres...

        C’est dans la nature humaine, et plus précisement, dans la nature de l’homme de chercher toujours à se dépasser, à aller au dela des limites établies. Et fort heureusement sinon, nous nous serions privés de nombreuses évolutions...
        Je vous rapelle que nous sommes une espece à l’état d’embryon, de tetards... Nous disposons d’un cerveau dont nous utilisons à peine entre 7 et 10%. Nous ne connaissons pas encore nos limites. La découverte du Boson de Hicks, et peut être une découverte importante dans le stade de nos évolutions.

        A l’echelle d’un historien, la période dans laquelle nous vivons, la mondialisation, n’est qu’un instant, une période, qui s’éteindra comme les autres.
        Par contre, que nous cherchions à dépasser nos limites, naturelles et physiques, fait partie de notre nature et est indispensable à notre espèces.
        Que des gens s’organisent pour se livrer une compétition, peut paraitre affligeant tant les dérives mondialistes salissent tout.
        Mais dans le principe, et surtout dans les faits, c’est à dire l’établissement de nouveaux records. Si vous vous en foutez, ca peut se comprendre, mais tout n’est pas à jeter.


        @ l’auteur, je suis navré d’avoir mal interpreté votre article, mais il faut dire que sur ce site, dès qu’on parle de sport, et de spectacle, il y a toute une foule de posteur qui se ruent pour y transmettre leur bienpensance... Et c’est affligeant.
        J’ai bien relu votre article, je ne suis pas tellement d’accord avec l’idée défendue... Même si on parle de religion du football, et pour le coup quand on voit la ferveur des « fidèles » j’y adhererai déjà plus. Mais pas pour les JO.


      • Fergus Fergus 4 août 2012 22:40

        Bonsoir, KIng.

        Ce n’est pas aux JO qu’il faut jeter la pierre, car ils sont l’aboutissement normal de la compétition sportive, mais aux puissances politiques et commerciales quji en ont largement dévoyé l’esprit et la finalité.


      • Lancelot 15 septembre 2012 02:22

        Je suis pas d’accord avec ce que tu dis le sport comme les jo et néfaste dans les arts martiaux ont a une philosophie et ont apprends a connaitre ses limites et ne pas les dépasser ! En plus les jo sont truqués les athlètes se dopent tous ont le sait très bien dans ce cas ou et l’intérêt si c’est truqué !Tu savais que pour les minable jo de londres ont a expulsé des gens de leur logement tu trouvent ça bien ! Pareil pour le tour de France ont entend sans arrêt parler de dopage quel exemple pour les jeunes générations !N’oublie pas que le sport influence mal les jeunes a les pousser a s’habiller comme les chimpanzés en short que sont les sportifs du coup les parents trinquent et dépensent une fortune pour habiller leur gosse !

        Le sport en tant que compétition ne vaut rien pour moi je préfère un homme qui développe son intelligence sa compassion son amour qu’un abruti qui ne développe que sa force musculaire et son endurance ! Ont voient très bien le niveau intellectuel très bas de la plupart des footballeur.

        Le sport n’a pas contribué a rendre les hommes meilleurs au contraire quand ont voient le fanatisme des supporter de foot ou de rugby ça fait peur ces gens la sont paumé et n’ont aucun but dans la vie !


      • Lancelot 15 septembre 2012 02:59

        Dis moi le rapport entre le socialisme et la critique de la manie anglo saxonne du sport !

        Une civilisation matérielle.


        (...) On dira que ces hommes sont peu nombreux aujourd’hui, et on se croira autorisé par là à les tenir pour quantité négligeable ; là comme dans le domaine politique, la majorité s’arroge le droit d’écraser les minorités, qui, à ses yeux, ont évidemment tort d’exister, puisque cette existence même va à l’encontre de la manie « égalitaire » de l’uniformité. Mais, si l’on considère l’ensemble de l’humanité au lieu de se borner au monde occidental, la question change d’aspect : la majorité de tout à l’heure ne va-t-elle pas devenir une minorité ? Aussi n’est-ce plus le même argument qu’on fait valoir dans ce cas, et, par une étrange contradiction, c’est au nom de leur « supériorité » que ces « égalitaires » veulent imposer leur civilisation au reste du monde, et qu’ils vont porter le trouble chez des gens qui ne leur demandaient rien  ; et, comme cette « supériorité » n’existe qu’au point de vue matériel, il est tout naturel qu’elle s’impose par les moyens les plus brutaux. Qu’on ne s’y méprenne pas d’ailleurs : si le grand public adopte de bonne foi ces prétextes de « civilisation », il en est certains pour qui ce n’est qu’une simple hypocrisie « moraliste », un masque de l’esprit de conquête et des intérêts économiques : mais quelle singulière époque que celle où tant d’hommes se laisse persuader qu’on fait le bonheur d’un peuple en l’asservissant, en lui enlevant ce qu’il a de plus précieux, c’est-à-dire sa propre civilisation, en l’obligeant à adopter des moeurs et des institutions qui sont faites pour une autre race, et en l’astreignant aux travaux les plus pénibles pour lui faire acquérir des choses qui lui sont de la plus parfaite inutilité ! Car c’est ainsi : l’Occident moderne ne peut tolérer que des hommes préfèrent travailler moins et se contenter de peu pour vivre ; comme la quantité seule compte, et comme ce qui ne tombe pas sous le sens est d’ailleurs tenu pour inexistant, il est admis que celui qui ne s’agite pas et qui ne produit pas matériellement ne peut être qu’un « paresseux » ; sans même parler à cet égard des appréciations portées couramment sur les peuples orientaux, il n’y a qu’à voir comment sont jugés les ordres contemplatifs, et cela jusque dans les milieux soi-disant religieux. Dans un tel monde, il n’y a plus de place pour l’intelligence ni pour tout ce qui est purement intérieur, car se sont là des choses qui ne se voient ni ne se touchent, qui ne se comptent ni ne se pèsent : il n’y a de place que pour l’action extérieure sous toutes ses formes, y compris les plus dépourvues de toute signification. Aussi ne faut-il pas s’étonner que la manie anglo-saxonne du « sport » gagne chaque jour du terrain : l’idéal de ce monde, c’est l’« animal humain » qui a développé au maximum sa force musculaire ; ses héros, ce sont les athlètes, fussent-ils des brutes ; ce sont ceux-là qui suscitent l’enthousiasme populaire, c’est pour leurs exploits que les foules se passionnent ; un monde où l’on voit de telles choses est vraiment tombé bien bas et semble bien près de sa fin. (...)


      • tf1Goupie 4 août 2012 15:21

        Avoir la médaille d’or du dénigrement : début des séances de qualification


        • tf1Goupie 4 août 2012 15:25

          L’épreuve du pays le plus dépressif a été supprimée : la France est tellement loin devant les autres


          • Ptetmai 4 août 2012 19:20

            Y’a des pseudos très révélateurs

            D’accord il n’est pas impossible que tel médaillé ou ou telle médaillée d’or soit une personne qu’on trouve bien bien, mais il/elel a néanmoins derrière lui ou elle des milliers d’heures d’entraînement avec quelques milliers d’euros de dépenses et peut-être une tonne ou deux de pollution (type bilan carbone)

            S’il /elleavait consacré 9/10 de tout cela au service des restaurants du cœur, ou des petits frères des pauvres, ou des mal logés ou tout autre cause humanitaire déjà franco-française, voire autre, là où les besoins sont encore plus nombreux et la misère souvent mortelle plus fréquente, n’aurait-il pas fait beaucoup plus de vraies joies, de vrais plaisirs ? Évidemment sans médaille, sans titre mondiaux ou olympiques, sans son nom dans les médias jusqu’à saturation, sans bénéfice financier type publicité ou autre.

            Et ce serait alors une excellente idée que de consacrer le 1/10ième restant, même peut-être avec leurs « protégés », à la marche, à la natation sans compétition, aux parcours de santé (qu’on devrait trouver dans la majorité des communes de France) ou tout autre activité non « sportive » , mais hygiènique utile à un corps sain …. dans un esprit (plus) sain.

             

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Julien Reynaud


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès