Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > La conquête du pays de Canaan a-t-elle eu lieu ?

La conquête du pays de Canaan a-t-elle eu lieu ?

Si l’on en croit la déclaration d’un haut responsable du CNRS publiée dans la revue “La Recherche” n° 391, p. 32, de novembre 2005 et confortée depuis, il paraîtrait d’une façon générale, qu’aucun archéologue sérieux ne croit plus aujourd’hui que les événements rapportés dans le livre de Josué aient un fondement historique précis. Poursuivant dans mon raisonnement des articles précédents, je vais essayer de prouver le contraire.


Je vais essayer de prouver le contraire mais en essayant de suivre la datation que donne la Bible suivant l’interprétation traditionnelle et non pas en la corrigeant de plusieurs siècles comme on le fait aujourd’hui.

L’énigme de Pétra.

Après sa funeste défaite d’Horma qui a compromis son projet de conquérir la Shéphéla cananéenne - défaite qui a dû considérablement réduire ses effectifs combattants - Moïse s’est replié dans le désert jusqu’au golfe d’Aqaba. C’est là que Yahvé lui dit : « Assez longtemps vous avez contourné les montagnes (de Seir), tournez-vous vers le nord (Deut 2, 3). » Puis il lui dit de payer à Esaü sa nourriture et même son eau. Yahvé précise « à prix d’argent » (Deut 2,6). Il y a là une insistance particulière qui laisse entendre que Moïse a payé un loyer - un tribut - pour avoir le droit de stationner à cet endroit, un certain temps... et pourquoi pas quarante ans ? Je fais l’hypothèse qu’il s’agit de Pétra. Cet endroit est un passage important de

voies caravanières. Il existe des possibilités de pâturages ainsi que du gibier. L’eau de pluie est suffisante pour satisfaire une troupe importante. N’oublions pas non plus qu’ayant dépouillé l’Egypte (Ex 12, 36), Moïse était riche et qu’il pouvait acheter et se faire livrer son ravitaillement depuis le port d’Eilat. Capitale aux fabuleux monuments creusés dans le roc, il plane sur Pétra d’étonnantes réminiscences : réseau complexe de canalisations semblable à celui d’Alexandrie, trésor du pharaon, statue d’Isis, tombes aux obélisques, château de la fille du Pharaon, temple du Lion voué au culte d’Isis et d’Osiris, bref toute une architecture et une sculpture qui font penser à un acte de naissance égyptien qu’on ne peut attribuer, en toute logique, qu’à Moïse et à ses troupes (je n’ignore pas que ce que je viens d’écrire est contraire aux interprétations archéologiques qui ne font remonter les plus anciens vestiges qu’à quelques siècles avant J.C.).

Pour une armée au cantonnement, l’inactivité est la mère de tous les vices. Durant ces quarante années passées dans le désert, il est impensable que Moïse n’ait pas cherché à occuper ses hommes à une tâche physique, le travail de la pierre étant un excellent exercice pour se maintenir en forme. N’oublions pas que ces anciens esclaves possédaient une solide expérience de la taille de la pierre pour avoir édifié en Egypte des monuments tout aussi impressionnants. Et puis, il y a le génie de ces prêtres Osiris dont nous ne doutons pas de la foi religieuse, une foi religieuse qui les poussait à élever des temples grandioses à leurs anciens dieux, Isis et Osiris, ou à leur nouveau Dieu, Yahvé... et à construire pour eux-mêmes des tombeaux d’éternité.

L’évocation des « Shosu de Yahwo’ » aux côtés des « Shosu de Se’ir » au temps du pharaon Amenophis III - 1390/1352 - pourrait indiquer que des Edomites d’Esaü ont accompagné les Hébreux dans la conquête du pays de Canaan.

Vers l’an 1405 avant J.C., la situation était la suivante,

Après sa défaite d’Horma, Moïse est donc descendu à Petra pour remettre ses troupes en condition. Puis, quarante ans après la sortie d’Egypte, en 1405, il s’est remis en route, mais cette fois en direction des pays de l’est de la mer Morte. Les ayant conquis, il y installe ses tribus. Les rives du Jourdain sont atteintes. Le prochain objectif sera la ville de Jéricho, de l’autre côté du fleuve, puis la Shéphéla, la riche plaine du futur royaume de Juda qui lui avait précédemment échappé.

Les prêtres Moïse sont montés au sommet du mont Nébo. Une phase est terminée, une autre va commencer. La génération qui est sortie d’Egypte a conduit le peuple jusqu’au fleuve sacré. Elle a rempli la mission que Dieu lui avait fixée. A la nouvelle génération qui n’a connu que le désert, revient dorénavant la tâche d’installer Israël dans le pays de Canaan, nouvelle mission. Moïse, l’homme de la première mission, va maintenant mourir sur le mont Nébo. Cela signifie que ce conseil a décidé de se dissoudre et qu’il transmet le pouvoir à Josué, le conseil essentiellement guerrier qu’il a formé à l’exercice du commandement. Moïse meurt à l’âge de 120 ans, ce qui le fait naître vers l’an 1525. Il est né en tant que conseil de la résistance pour défendre ses frères opprimés en Egypte. Cette année 1525 est une bonne date. Elle nous fait remonter à l’époque où les Hyksos ont été vaincus par les pharaons de Thèbes. Quant à Josué, il est né en tant qu’armée de l’ombre lorsque Moïse a fait tomber sur l’Egypte les dix fléaux de Yahvé. C’est un conseil de guerre que Moïse a mis sur pied pour le seconder dans sa tâche difficile. Peut-être n’avait-il qu’un an à la sortie d’Egypte ? C’était un « jeune », ce que confirme la Bible (Ex. 33, 11). Josué va mourir à l’âge de 110 ans lorsque le pays de Canaan sera conquis et les tribus installées, même s’il existe encore des poches de résistance. Cela nous amènera à l’an 1336 (1445 moins 110 plus 1). Cette période de conquête et d’installation des tribus s’est donc faite de 1405 à 1336 avant J.C., soixante-neuf ans en tout.

De 1405 à 1336, quatre pharaons se sont succédés en Egypte,

Quatre pharaons qui, durant cette période, vont se manifester par une quasi absence diplomatique et militaire dans le pays de Canaan. Qu’on en juge par les tragiques lettres de Tell el-Amarna adressées comme un appel au secours à Akhénaton (1353 - 1335) mais qui restèrent lettres mortes.

... Le gouverneur d’Hazor a abandonné sa ville et s’est allié aux Apirou...Que le Pharaon délivre sa terre hors des mains des Apirou...Que le Pharaon, mon seigneur, soit au courant de la guerre qui sévit sur ses terres et qu’il sache que la terre du Pharaon mon seigneur, est ruinée et s’est vendue aux Apirou...Que le Pharaon, mon seigneur, délivre sa terre des mains des Apirou sinon ils ne pourront pas être détruits...Que le Pharaon entretienne sa terre. Sinon la terre du Pharaon sera perdue. Tout lui sera pris. Maintenant les Apirou s’emparent des villes du Pharaon ! Il ne reste plus un seul gouverneur au Pharaon ; tous sont perdus... mais le Pharaon n’a pas réagi.... Les esclaves ont rejoint les Apirou...Maintenant les Apirou nous dominent. Puisse le Pharaon, mon seigneur, me nommer loin de la terre des Apirou, afin que ceux-ci ne nous détruisent pas... Le gouverneur de Jérusalem écrit que la ville est menacée par Eenhamu, un Apirou. Mais le pharaon était certainement trop occupé par sa réforme religieuse. Il a tout de même averti Abi-Milki, gouverneur de Tyr, pour qu’il soit sur ses gardes face à un certain « Ia-we ». (extraits cf. site internet, faire philo-zine, connaissances, la terre promise).

Ce mot « Apirou » ou « Hapirou », d’autres que moi ont reconnu qu’on aurait pu tout aussi bien le traduire par le mot « Hébreu ».

Les vestiges archéologiques confirment-ils la campagne de Josué ?

En ce qui concerne Haçor, la capitale du nord, le livre de Josué, tel que je l’interprète, et une lettre d’el-Amarna se rejoignent pour situer sa prise et son incendie par les Hébreux au XIV ème siècle avant J.C.. Le problème se trouve dans le fait que les archéologues ne voient sa fin brutale qu’au XIII ème siècle, à l’image de tant d’autres villes du pays (La Bible dévoilée, éditions Gallimard, page 132). En revanche, les traces d’un sinistre à Lakish pourrait s’accorder au point de vue datation. Quant aux murailles de Jéricho, il semble que deux thèses s’affrontent. Enfin, si les fouilles ne révèlent aucune trace de sinistre à Megibdo, cela ne peut que confirmer le texte biblique puisqu’il y est dit que Josué ne s’empara pas de la ville. Les archéologues de la Bible dévoilée prétendent que si la conquête de Canaan avait eu lieu comme la Bible l’explique, on devrait en retrouver des traces sous forme de vestiges « israëlites ». Je me demande si leurs traces n’étaient pas plutôt de type égyptien.

Cet article est inédit. Je m’attends à ce qu’il soulève une vague de protestations tant les spécialistes sont attachés à vouloir attribuer les merveilles architecturales de Petra à une peuplade locale de caravaniers qui se seraient amusés à tailler la pierre durant leurs loisirs.

E. Mourey

Site internet : http://www.bibracte.com

En remerciant M. Jean-Pierre Dalbera d’avoir bien voulu m’autoriser à reproduire les deux photos qui figurent dans cet article. Jean-pierre.dalbera@club-internet.fr


Moyenne des avis sur cet article :  2.97/5   (65 votes)




Réagissez à l'article

133 réactions à cet article    


  • miteny (---.---.130.65) 1er février 2007 13:11

    S’ils avaient construit Petra, ils en auraient parlé, non ? De plus, il paraît qu’il n’y a aucun vestige dans la région nommée par Josué datant de cette époque.

    Enfin, moi je ne sais pas mais si tous les archéologues sont d’accord, ce n’est pas parce qu’ils « complotent » contre la Bible, non ?

    dieuexiste.com


    • Emile Mourey Emile Mourey 1er février 2007 13:31

      @ miteny

      Je n’ai pas utilisé exactement vos termes. Je n’ai parlé que d’acte de naissance. Je n’ignore pas qu’un légat romain a choisi de s’y faire enterrer ce qui suppose qu’il y a fait construire un tombeau, mais cela implique également que s’il a choisi ce site, c’est parce qu’il s’y trouvait déjà des monuments plus anciens et probablement des monuments beaucoup plus anciens qu’on ne le pense.

      Pourquoi les auteurs du Pentateuque en auraient-ils parlé ? Les auteurs de ces textes ne se projetaient pas jusqu’au lecteur que vous êtes. Ils ne voyaient pas plus loin que quelques générations. La mémoire de Petra était dans leur esprit et dans leur mémoire, et cela jusqu’à un sultan qui dans les années 1200, y voyait encore la maison des fils d’Israël.

      Un complot contre la Bible ? Ce sont des grands mots. Non ! On essaie seulement de mieux comprendre notre Histoire, c’est-à-dire ce que nous sommes.


    • ZEN zen 1er février 2007 13:28

      La guerre contre les archéologues est relancée.... Faux procès ou réglement de compte ? Il est utile de lire ou relire Finkelstein et Silberman, qui ont une grande expérience du terrain :« La bible dévoilée »(folio/histoire)


      • Emile Mourey Emile Mourey 1er février 2007 13:40

        @ Zen

        Qu’est-ce qu’un débat, sinon une confrontation d’idées avec des arguments et des contre-arguments ?

        Les auteurs de la Bible dévoilée parlent en leur nom et je ne pense pas qu’ils représentent l’ensemble des archéologues, et peut-être même pas la majorité. Il ne faut pas tromper les lecteurs d’Agoravox.


      • ZEN zen 1er février 2007 13:57

        @Mr Mourey

        « Qu’est-ce qu’un débat, sinon une confrontation d’idées avec des arguments et des contre-arguments »

        C’est ce qu’on attend depuis longtemps, au lieu d’un procès d’intention.


      • Emile Mourey Emile Mourey 1er février 2007 14:41

        @ zen

        L’argument principal de la Bible dévoilée est de dire qu’on ne trouve pas, au XIII ème siècle, de vestiges archéologiques sur le trajet de l’exode qui, depuis la mer Rouge, traverse la péninsule du Sinaï jusqu’au Djebel Moussa... C’est exact.

        Mon contre-argument est de dire : cet exode a eu lieu au XVème siècle et son trajet, très rapide le long de la côte jusqu’à Massada, puis plus long par le golfe d’Akaba, a laissé des traces archéologiques, à Massada, à Har Karkom et à Petra.

        Il s’agit maintenant pour les archéologues qui ne sont pas d’accord de confirmer, ou bien le trajet et les quarante ans du désert dans la péninsule du Sinaï, ou bien d’affirmer « scientifiquement » qu’il n’y a, ni à Har Karkom, ni à Massada, ni à Petra, une quelconque trace archéologique du passage de Moïse. Ou bien de nier tout en bloc.

        Même raisonnement pour la campagne de Josué.


      • (---.---.30.43) 1er février 2007 19:50

        encore une fois c’est au contradicteur de la théorie d’apporter des preuves pas l’inverse sinon moi aussi je peux dire que Moïse est passé par mon jardin et que j’attends que les archéo. du monde entier viennent foullier mon jardin pour savoir si c’est faux...... on ne peut pas partir d’hypothèses sans éléments préalabes...... de la même manière j’affirme que les extra-terrestres existent, prouvez moi le contraire ! vous voyez on peut dire tout et n’importe quoi sans preuve archéologique cela n’a AUCUNE valeure


      • Emile Mourey Emile Mourey 1er février 2007 21:52

        @ (IP:xxx.x70.30.43)

        Le diable se mord la queue. La Bible dévoilée dit que la datation que donne la Bible est fausse. Je dis qu’elle est bonne. Et ce serait moi qui aurais tort parce que je dis comme la Bible ? Absurde !


      • alberto (---.---.222.42) 1er février 2007 13:40

        Je crains de vous avoir compris : d’après vous, ce serait les « hommes » de Moïse qui auraient « taillé » le Khazneh ?

        Quoi qu’il en soit, j’ai quand même voté « interssant » pour votre article, car de mon point de vue, en histoire, on ne se pose jamais assez de questions.

        Bien à vous.


        • Emile Mourey Emile Mourey 1er février 2007 14:19

          @ Alberto

          Dans mon article, je n’ai parlé que d’acte de naissance de Petra au temps de Moïse. Dans ma réponse à un commentaire précédent, j’ai évoqué un légat romain qui se serait fait enterrer à Petra dans un tombeau qu’il a probablement fait construire. Entre l’époque de Moïse et ce légat, c’est aux archéologues d’essayer de comprendre ce qui s’est passé et, au besoin, revoir des réinterprétations. Ou bien, ce sont des monuments de Petra qui, au cours du temps, se sont inspirés d’un art extérieur, ou bien ce sont des sculpteurs qui sont venus à Petra chercher leur inspiration. Dans ce deuxième cas, c’est l’histoire de Moïse qui prendrait un tout autre intérêt.


        • Antenor (---.---.222.180) 1er février 2007 14:29

          @ l’auteur

          Dans un des articles précédents, vous dites que Moïse n’est pas un seul homme, mais qu’il incarne tout un Conseil de gouvernement. Qu’en est il de Yahvé selon vous ?


          • Emile Mourey Emile Mourey 1er février 2007 14:58

            @ Antenor

            C’est une très bonne question mais vous me prenez un peu au dépourvu.

            Il faut revenir au texte du buisson ardent. Moïse voit un buisson en feu. Un buisson qui s’est enflammé tout seul ? Mais qui donc l’a allumé ? Par quel phénomène naturel inconnu, étrange, ou surnaturel, ce buisson a-t-il pris feu ? Les membres du conseil enlèvent leurs chaussures. Ils s’assoient autour du buisson et réfléchissent : réflexion philosophique de haut niveau... Quel nom donné à « Ce qui nous dépasse ? » Chacun essaie de dire ce qui descend du ciel dans son esprit. Yo ? Ya ? Yahvé ? Beaucoup d’hésitation. On procède au vote. C’est Yahvé qui sort, ce qui signifie « Il est ». Très bonne définition philosophique qui a perduré jusqu’à nos jours et qui partage encore aujourd’hui nos intellectuels entre ceux qui pensent : « Dieu existe et ceux qui pensent »Dieu n’existe pas".


          • Horemheb (---.---.25.254) 1er février 2007 14:35

            Et si et si et si M. Mourey... vous écrivez des articles sensés être scientifiques comme vous écririez un roman, très très vite... Non content de supposer vos hypothèses de départ vraies (existence de Moïse, dont la plupart des exégètes affirment aujourd’hui qu’il est vraisemblablement un concept et pas un personnage historique, vous ajoutez en plus qu’il était prêtre d’Osiris, sorti de votre chapeau, existence de l’exode emmelé dans les dates, et j’en passe), vous continuez sur ce qui vous semble une suite de « non-impossibilités » (alors que nombre de vos arguments sont très douteux pour les spécialistes).

            Ce n’est pas de l’histoire, c’est une réflexion à voix haute, fruit bien sûr de quelques lectures, mais sans recherches approfondies, et surtout sans doute ni critique. Pour des périodes aussi reculées, même les chercheurs les plus imbus d’eux même mettent des « peut-être », alors que vous vous drapez dans votre expérience militaire du XXe s. pour affirmer péremptoirement « une armée doit être occupée », donc les Hébreux ont construit Petra...

            Gloups. Pauvre Nabatéens. Ils sont bien postérieurs. Savez-vous qu’on a retrouvé des inscriptions dans les tombeaux de Petra, que leur datation est certaine ? Avez-vous seulement été au musée du Louvre, où sont présentées sous vos yeux les preuves de l’inanité complète de votre théorie ?

            Et vous inventez comme bon vous semble tout le reste. Les prêtres d’Osiris seraient des architectes..., etc. etc. Tout ce qui n’aurait aucune honte à être posé comme question, parce qu’il faut bien apprendre, passe sous votre plume comme des affirmations atterrantes. Vous dites que vous vous attendez à des protestations. Mais vous aimez vous faire battre ? Vous tendez les perches.

            Donnez donc libre cours à votre créativité en écrivant des romans de science fiction.

            Si vous persistez à vouloir faire de l’histoire, de grâce, plus d’humilité, de grâce, plus d’esprit critique, et de grâce, lisez plus avant d’écrire, apprenez les hiéroglyphes, le grec, le nabatéen ou le hittite, rapprochez vous des sources.


            • mcm (---.---.121.69) 1er février 2007 15:23

              Tout à fait d’accord avec vous, monsieur Mourey nous réécrit l’histoire selon Intime Conviction (sa bonne portuguaise), c’est une bonne gerbe fumante de données broyées malaxées et prédigérées, pouah quel horreur !

              Mais en suivant les articles de Monsieur Mourey on s’aperçoit très vite que le sujet tourne toujours autour de l’ancien testament et donc bien sûr du Juif !

              J’en déduis que le révionnisme étant puni quand il se rapporte à l’histoire moderne des Juifs, Monsieur Mourey a décidé de publier son révisionnisme antique pour pouvoir calomnier en toute impunité l’histoire de ce peuple !

              De plus Agoravox qui lui permet d’auto-publier ses propres ouvrages invendables auprès des historiens, c’est vraiment une manne venue d’en haut !

              J’étudie l’archéologie biblique depuis des decennies, et je peux certifier que même un historien amateur n’achètera un bouquin à l’auteur que pour le placer dans sa collection de farces et attrapes.

              Remarquez que si Agorax vox le lachait peut-être l’auteur trouverait-il une manne nouvelle chez Rael ou une autre secte d’illuminés.

              Ma foi il faut bien que tout le monde vive.

              MCM


            • Emile Mourey Emile Mourey 1er février 2007 15:45

              @ Horemheb

              Votre raisonnement est surprenant. Vous voulez dire que pour expliquer les batailles et comprendre des situations de conflit et de guerre,nul n’est besoin d’avoir la moindre notion de l’art de la guerre, nul n’est besoin d’avoir une expérience des conflits, surprenant !


            • (---.---.30.43) 1er février 2007 19:59

              ah vous vous êtes déjà battu sur un char tiré par des chevaux en tirant des flèches, vous avez déjà lancé des javelot ou fait du corps à coprs avec une épée ? je savais que l’armée française n’étaient pas très moderne mais à ce point..... plus sérieusement comment voulez vous comprendre les techniques, stratégies et autres alors que vous n’avez pas du tout le même référenciel que les hommes de l’époque ? (et surtout que vous ne vous préoccupez absolument pas des preuves archéologiques !) vous vous fiez uniquement aux textes pour combler vos lacunes en stratégie militaire antique ?


            • (---.---.27.42) 1er février 2007 20:10

              Horemheb « Moïse, dont la plupart des exégètes affirment aujourd’hui qu’il est vraisemblablement un concept » smiley

              Je ne sais pas pourquoi, mais je préfère suivre l’idée de prendre Moîse comme un grand prêtre que comme un « concept ».

              parcequ’une fois qu’on a dit que Moïse est un « concept », on sent que l’on va pouvoir dire ce que l’on veut ensuite. Voilà le danger de l’abstraction : on remplace des mots par d’autres et ensuite on s’en barbouille l’esprit.

              Bref l’idée de Moïse grand prêtre d’Osiris me semble plus riche, plus sûr, en tout cas plus intéressante. Qu’est-ce que je fais d’un « concept » moi ?


            • (---.---.27.42) 1er février 2007 20:13

              mcm, ton commentaire est passionnant ! smiley


            • (---.---.30.43) 1er février 2007 20:26

              à ipx22.27.42 c’est exactement ce que fait ce bon mimile, il bafouille des théories fumeuses sorties de son chapeau (euh pardon de son extrême réflexion) et il joue sur les mots pour arriver à ce qu’il veut


            • Emile Mourey Emile Mourey 1er février 2007 20:30

              @ Horemheb

              La guerre est un art (Sun Tzu), les techniques de combat sont autre chose.


            • (---.---.27.42) 1er février 2007 20:33

              @IP:xxx.x70.30.43,

              ce n’est pas te moquant que tu nous convainc. C’est même le contraire. smiley


            • Emile Mourey Emile Mourey 1er février 2007 20:36

              @ (IP:xxx.x22.27.42)

              Tout à fait d’accord. La guerre ne se fait pas avec des concepts mais avec des hommes, que cela soit au temps de Moïse ou au temps de Josias.

              Des concepts qui se font la guerre !!! C’est du délire.


            • (---.---.30.43) 1er février 2007 20:42

              un concept un délire oui peut-être mais tout de même les techniques sont différentes, les mentalités sont différentes un médecin d’aujourd’hui ne comprend pas forcément un médecin antique, je crois que c’est la même chose pour les militaires. (ce sont bien les Hommes qui font la guerre mais avec l’aide d’outils plus ou moins perfectionnés quand même !!!!!)


            • (---.---.30.43) 1er février 2007 20:47

              je rajouterais aussi que le prix de la vie humaine n’est pas le même non plus....

              pour l’armée de Moïse qui ne sachant pas quoi foutre pendant 40 ans c’est mise à construire Petra ! là c’est du délire, pourquoi pas un temple chez les atlantes tant que vous y êtes ! c’est bien joli tout ça mais quand on se veux scientifique on apporte des preuves ou même des éléments de preuve mais là désolé je n’en vois pas.....


            • (---.---.27.42) 1er février 2007 20:54

              @IP:xxx.x70.30.43,

              tu tombes dans tes propres pièges :

              à partir du moment où tu dis « les techniques sont différentes, les mentalités sont différentes, le prix de la vie humaine n’est pas le même » qu’est-ce que tu peux dire ensuite ? Cette époque devient incompréhensible puisque tout y est « différent ». smiley

              or une EXPLICATION est exactement le contraire de ce raisonnement. Il faut faire des rapprochements, des liens avec ce que l’on connait. Et donc partir du fait que les anciens ne sont pas des martiens. Désolé. smiley


            • (---.---.30.43) 1er février 2007 21:09

              non non tu te trompes, tout est différent et pour appréhender correctement les choses avec le plus d’honnêteté intellectuelle possible, il faut avant tout de l’humilité et ensuite se pencher sur les éléments que nous avons et apprécier la pertinence de ces sources (vous pouvez faire une interprétation littérale ou pas d’un texte mais vous ne pouvez pas savoir si ce qui est écrit est réellement véridique, alors qu’une preuve archéologique est difficilement réfutable)

              bref ce que je voulais dire c’est qu’avec un raisonnement de militaire contemporain on peut difficilement apprécier les réalités de la guerre à ces époques et que pour le faire il faut plus des qualités d’historiens qu’autre chose...


            • (---.---.30.43) 1er février 2007 21:14

              c’est une question de méthode scientifique (mot qui n’est pas vraiment apprécié par Emile...et pour cause)

              on peut difficilement donner des jugements d’autorité sans avoir un minimum de connaissances historico-archéologiques. M. Mourey se base uniquement sur des textes de propagande politique et interprète selon ses envies, cela n’est pas du tout un raisonnement scientifique (ou honnête intellectuellement)

              c’est un peu comme si pour comprendre le nazisme tu te référais uniquement à Mein Kampf, sans recul, sans aucune référence à la réalité des choses


            • Emile Mourey Emile Mourey 1er février 2007 21:21

              @ (IP:xxx.x70.30.43)

              Qu’ai-je dit ?

              Qu’il n’est pas possible, dans la logique militaire d’imaginer le trajet de toute une population à travers la Péninsule du Sinaï comme on se l’est imaginé autrefois mais qu’en revanche un trajet comme je l’ai indiqué sur mon croquis correspond à ce que dit le texte biblique.

              Que l’étape d’Obot correspond à la position de Petra, que Petra permet à une population relativement importante de boire et de se nourrir.

              Qu’un stationnement de quarante ans ne peut avoir eu lieu qu’à cet endroit.

              Que, par conséquent, cette population a dû obligatoirement laissé des traces, et pas seulement des trous de piquets de tente.

              Tout cela c’est le raisonnement de quelqu’un qui sait ce dont il parle et qui n’a pas fait la guerre avec des petits soldats de plomb.

              Relisez mon article et n’extrapolez pas.


            • (---.---.27.42) 1er février 2007 21:23

              @70.30.43,

              pour commencer je l’ai déjà dit plusieurs fois sur AVox, L’HUMILITÉ N’A AUCUN INTÉRET DANS LA VIE. Désolé de te choquer mais mes parents et les tiens nous ont appris à être humble, or je le cris bien haut CELA NE SERT À RIEN. Soyons tous orgueilleux, voilà ce qui fera avancer les choses.

              Concernant tes « preuves » je ne vois pas pourquoi tu voue un culte à la « preuve archéologique ... difficilement réfutable »

              Pourquoi cela ? Si tu es allé comme moi sur des sites archéologiques, tu vois facilement que, pour des époques aussi reculées, les traces ne se réduisent souvent qu’à des empilements de pierres (et encore, souvent, ce sont les archéologues eux-même qui les ont empilés, en se trompant possiblement).

              Je ne vois pas pourquoi tu leur accordes plus de crédits qu’aux textes. En tout cas elles n’ont pas de raison d’en avoir plus que les textes.

              cordialement


            • (---.---.30.43) 2 février 2007 12:10

              @x22.27.42 premièrement l’humilité est un principe de base de la recherche (si tu n’admets pas que tu ne sais pas tout je ne vois pas comment tu peux essayer d’en savoir plus...), dans la vie c’est peut-être autre chose mais pour chercher c’est une diposition indispensable ! ensuite comment peux-tu dire ça à propos des archéologues, en étant un moi-même (rassurez-vous sur d’autres périodes et d’autres lieux) je trouve cela insultant, les artéfacts retrouvés peuvent être interprétés évidemment mais selon une démarche la plus objective possible, ensuite une datation est difficilement réfutable vis-à-vis d’un texte, il n’y a que la physique et la chimie qui interviennent

              Pour Emile : vraiment êtes vous sûr qu’à l’époque Petra était la seule région pouvant acceuillir autant de monde ? avce vous fait des études poussées en palyno et prélevé partout pour voir s’il y avait pas des oasis ? etc...... vous affirmez sans preuve comme d’habitude, plein d’assertions et rien d’autre que votre logique désolé mais c’est pas suffisant pour faire de l’histoire sérieusement.


            • Emile Mourey Emile Mourey 2 février 2007 12:35

              @ P xxx70 30 43

              Réponse à votre question : Pour Emile : vraiment êtes vous sûr qu’à l’époque Petra était la seule région pouvant acceuillir autant de monde ?

              Oui, je pense en effet qu’entre les deux stations que donne la Bible, Eilat et les ruines avant le franchissement du torrent de Zered, il n’y a que Petra. Et comme je l’ai dit dans un précédent commentaire, car nous pensons avec les autres, je fais confiance à ceux qui disent que Petra a pu héberger une population pouvant s’élever jusqu’à 30 000 personnes. Pour ma part, je n’irais peut-être pas jusqu’à ce chiffre.


            • (---.---.30.43) 2 février 2007 12:53

              vous savez rome aussi aurait pu accueillir autant de monde, ah oui j’oubliai elle n’existait pas ! c’est pas grave elle a été constuit par les égyptiens, vous savez les temples d’isis, les canalisations identiques à Alexandrie (créée au passage bien après ramses par ... Alexandre !), les trésors des pharaons etc... suffit d’aller sur le net

              vous ne voyez pas que les arguments que vous avancez ne sont pas sérieux ?


            • Mouche du coche (---.---.17.96) 2 février 2007 14:08

              70.30.43,

              « une datation est difficilement réfutable vis-à-vis d’un texte »

              tu sais bien que si,

              Quand tu dates un objet, qui te dis qu’il appartient bien à la couche d’où il sort ? Il a put être enfouis, déplacé.

              Alors quand tu nous parles d’une archéologie « irréfutable ». Désolé, mais on ne te crois pas. smiley


            • (---.---.30.43) 2 février 2007 14:41

              pour ton information il y a plusieurs types de datations : une datation relative (en fonction des couches, par typologie d’objets etc...) et une datation absolue qui est régit par des méthodes physiques : carbone 14 qui mesure le % de C14 dans un objet par rapport au C12, l’Uranium/thorium, la thermoluminescence etc...

              je te passe la dendrochronologie etc...

              ces datations absolues ont des biais comme toute méthode mais leurs résultats sont très fiables


            • Mouche du coche (---.---.17.96) 2 février 2007 14:56

              Oui elles sont très fiables par elle-même, on connait bien aujourd’hui la date d’un objet mais là où cela se gate c’est quand on commence à interpréter : La commence le subjectif.


            • (---.---.30.43) 2 février 2007 15:04

              je suis bien d’accord là-dessus c’est quand tu interprètes que tu commets des erreurs, or c’est Emile ne fait que ça, interpréter, surinterpréter, inventer, supposer, extrapoler.... en se basant sur des affirmations gratuites


            • mcm (---.---.121.69) 4 février 2007 11:57

              @Mourey

              « La guerre est un art ! »

              Un jour vous autres les artistes de la guerre, vous pourrez exercerez à tout jamais votre art au fin fond de l’enfer, ce jour là la terre enfin soulagée trouvera la paix et la félicité éternelle.


            • Emile Mourey Emile Mourey 4 février 2007 12:33

              @ Mcm

              Vous vous trompez d’adversaire. Dirigez vos foudres contre les va-t-en guerre et les fanatiques du terrorisme et non contre ceux qui expliquent le phénomène pour essayer si possible de l’exorciser.


            • Briseur d’idoles (---.---.168.118) 1er février 2007 17:59

              Cher Emile,

              J’aimerais connaître vos travaux sur la conquête de la Gaule par les Gaulois de Canaan...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès