Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > La Laïcité et la proposition de François Hollande

La Laïcité et la proposition de François Hollande

La proposition de François Hollande d’inclure la loi de 1905 dans la constitution, impose que soient clairement établis les fondements de la laïcité qui sont aujourd’hui remis en cause.

Il va de soi que l’inclusion de la loi de 1905 nécessairement adaptée à la situation d’aujourd’hui doit abroger les dérogations de la loi en Alsace - Moselle.

Selon l’article premier de la constitution : '' La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances''. Autoriser toutefois une dérogation territoriale au motif qu’en 1905, au moment de la promulgation de la loi, l’Alsace Loraine était un territoire Allemand, n’est désormais plus compatible avec l’article premier de la constitution, dès lors que l’on y inclus la loi de 1905 et respecter les croyances ne signifie pas se plier à leurs exigences.

 Loi du 18 germinal an X appliquant le concordat de 1801 (Napoléon) est toujours en vigueur par décision du conseil d'état du 24 janvier 1925 : la religion est obligatoirement enseignée à l'école primaire et au collège. Bien que le monopole de l'enseignement par la religion chrétienne dominante en France ait été remis en cause par les lois laïques de 1905, la collectivité rémunère prêtres, pasteurs, rabbins enseignants. par la dérogation de la loi 1905 en Alsace Moselle Les évêques de Metz et Strasbourg sont nommés par le président de la république et rémunérés au conditions des cadres A de la fonction publique. La loi permet également de participer au frais d'édification des mosquées.

 Chrétiens et juifs sont d'accord avec les revendications des musulmans qui souhaitent devenir religion officielle dans la mesure où ils veulent conserver leurs privilèges… Ce qui est grave c'est que l'état participe financièrement au fonctionnement des écoles confessionnelles Chrétiennes et juives.

La France est aussi en tête pour le financement public, avec les Pays Bas et l’Irlande. Pour les 3 /4 des pays où le CEEC « Comité européen de l’enseignement catholique » est implanté, l’enseignement privé catholique ne représente pas 4%. Pour ceux-ci l’essentiel du financement est assuré par les familles et l’Eglise. Ainsi cet enseignement n’est pas financé ni par les collectivités publiques, ni par l’Etat. Dans trois pays très marqués par le catholicisme : la Pologne, l’Italie et le Portugal, l'enseignement privé représente respectivement, 0,90%, 3.80% et 3.70%. En matière d’éducation la plupart des pays européens appliquent de fait le principe « A école publique, fonds publics. A école privée, fonds privés ». La France, pays laïque, est loin du compte. Ainsi La mairie de Paris a accordé 2 millions d'euro à 14 crèches loubavitchs parisiennes. Habad Loubavitch est une organisation mondiale à laquelle sont affiliés la majorité des rabbins.

 En France 90% d'établissements privés sous contrat appartiennent à l'enseignement catholique et environ 13% des élèves y sont scolarisés. 40 % des enfants de confession juive sont scolarisés dans des écoles juives. Si les musulmans ont les mêmes exigences je vous laisse à penser ce qui adviendrait si 40 % des enfants de parents musulmans confiaient leurs enfants à des Madrassas… On ne peut s'opposer aux revendications des Musulmans et d’autres, si on ne supprime pas les privilèges accordés aux Chrétiens et aux Juifs.

 La liberté et l’égalité des citoyens excluent tout privilège public des religions, a fortiori des privilèges accordées à certaines religions et pas à d’autres.

La commission STASI a rappelé que la laïcité n’est légitime que si les pouvoirs publics luttent contre les politiques discriminatoires. Toutes les familles de pensée, y compris les diverses confessions religieuses doivent être également et équitablement respectées.

Il ne faut cesser toutefois de réaffirmer que les principes de liberté et d’égalité de la république sont valables pour tous, croyants, athées et agnostiques. IL faut également rappeler que la liberté de conscience ne se réduit pas à ses seuls aspects religieux. Celle-ci est aujourd’hui bafouée par des lois dites mémorielles qui remettent en cause la liberté d’opinion et d’expression. La critique historique et rationnelle des mythes religieux est aujourd’hui l’objet d’une véritable répression au nom d’une soi-disant atteinte à la dignité des croyants. A quand le rétablissement du délit de blasphème ?

 Un rappel des fondements de la Laïcité impose que soit inscrit dans la constitution : La République respecte toutes les religions, mais pas soucis d’équité ne finance aucun culte, aucune école ou institution privée ni manifestations religieuses ...

Pour ce qui est du calendrier chrétien et des fêtes qui y sont afférentes, … Déjà avec NOËL qui n’est qu’un véritable délire consummérime gargantuesque, pour lequel les dindes, canards et autres poulets ne peuvent dire merci aux Chrétiens, pas plus que les moutons aux Musulmans car l’AÏD-EL KEBIR, est également un massacre de moutons par égorgement, ce qui est insupportable pour un(e) écologiste et à fortiori pour les associations de défense animale. Contrairement à la proposition d’Eva JOLY, je pense qu'il ne s'agit pas de créer de nouvelles fêtes religieuses, mais de supprimer celles existants par ailleurs et les remplacer, par exemple, par des célébrations civiles à caractère historique (journée de l’indignation et de la résistance, abolition des privilèges le 4 Août, de la déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen le 26 Août, etc.). Ou pourquoi ne pas allouer tout simplement un quota de jours fériés y compris les dimanches qui seraient mis à la disposition des travailleurs pour en disposer selon leur bon vouloir.

La séparation du religieux de l’état concerne également des lois comme l’interruption volontaire de grossesse, le mariage homosexuel et l’euthanasie pour lesquelles la loi doit préciser qu’en aucun cas les différentes hiérarchie religieuses n’ont le droit d’imposer leurs interdits au reste des citoyens.

 Ne nous berçons pas d'illusion, pour ébranler l'édifice religieux et pour reprendre une certaine ''Raffarinade'' la route sera longue, sinueuse et la pente raide...


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque (Courouve) 30 janvier 2012 22:41

    " Alors on applique une laïcité plus stricte mais que fait ont des croyants :/ ?"


    On les laisse libre de croire à leurs dogmes, de pratiquer leurs cultes, mais on ne dépense plus un cent d’argent public pour leurs activités.

    Je fais une exception pour l’enseignement privé sous contrat qui remplit, et qui la remplit bien, une mission de service public.

    • heliogabale boug14 30 janvier 2012 13:32

      Très bon article qui permet d’apprécier les très grandes différences entre la conception de la laïcité invoquée par la (vraie) gauche et celle défendue par Marine Le Pen et consorts.


      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 30 janvier 2012 13:37

        Perso, je ne vois pas où est le problème qu’il y ait des écoles musulmanes subventionnées en France.

        1° Les autres écoles seraient plus dégagées

        2° Les élèves des écoles islamiques ne se sentiraient pas discriminés

        3° Le test final reste tout de même le bac

        4° Les écoles privées sont inspectées pour contrôler que tout est conforme aux instructuions du ministère public.

        Dans ces conditions, elles ne devraient pas se transformer en Madrasas.

        Et donc, il n’y a pas de problème, si ce n’est pour le personnel enseignant non musulman surnuméraire qu’il faudra occupper s’ils ne veulent pas partir en préretraite ... des fois qu’il y aurait un surplus de stakhanovistes à l’enseignement ...






        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 30 janvier 2012 13:51

          Outre le fait que c’est de toute façon dans les familles que s’opère le lavage de cerveaux.

          L’enseignant n’est pas capable d’aller à l’encontre de l’idéologie familiale sinon il passe pour un connard et est traité en tant que tel par les élèves qui ne foutent dés lors plus rien ( dixit des membres de ma famille qui sont eux même enseignants ).

          Ceci expliquant d’ailleurs cela.

          Si on veut faire changer l’idéologie des familles, il faut jouer sur l’offre des médias notamment les chaînes satellitaires qui prèchent la bonne parole des islamistes du golfe : un bon job pour les enseignants sans boulot : compter les paraboles satellitaires pour qu’elles soient taxées de manière prohibitive.

          Parce que juste avec les écoles c’est foutu d’avance.


        • heliogabale boug14 30 janvier 2012 14:07

          Oui mais en France, subsiste l’idéal égalitaire...ce n’est pas qu’une question de madrassas... c’est la place de l’État qui est questionnée en fin de compte...

          Pourquoi le concept de discrimination positive passe mal en France ? Tout simplement parce que ce projet veut diminuer les inégalités inter-ethniques en augmentant les inégalités intra-ethniques...pour aboutir à des inégalités au moins aussi égales (si ce n’est plus grandes) si l’on considère la population indépendamment de l’origine ethnique des personnes. On ne résout nullement le problème des inégalités et des discriminations. La seule chose qu’on fait c’est soustraire aux communautés ethniques les éléments les plus brillants afin d’éviter tout risque de sécession (guerre ethnique).


        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 30 janvier 2012 15:48

          Au niveau scolaire ce qui intéresse les parents c’est que leurs enfants aient le bac et qu’ils puissent étudier dans un cadre correct.

          Alors, si les jeunes musulmans se sentent mieux dans des écoles musulmanes avec des gens qui ont la même culture qu’eux, pourquoi pas ?

          N’oublions pas que le défi consiste à obtenir son bac et que dés lors l’endoctrinement passera au second plan outre le fait que les têtes les plus dures des classes pourront contester l’ordre établi qui sera en l’occurence islamique.

          Ce qui fera d’une pierre deux coups.


        • jullien 30 janvier 2012 13:43

          Celle-ci est aujourd’hui bafouée par des lois dites mémorielles qui remettent en cause la liberté d’opinion et d’expression. La critique historique et rationnelle des mythes religieux est aujourd’hui l’objet d’une véritable répression
           ?????
          Nous ne vivons apparemment pas dans le même pays : les lois mémorielles qui existent en France concernent le génocide des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale, le génocide des Arméniens et la traite négrière. Auriez-vous l’obligeance d’expliquer en quoi il s’agit de « mythes religieux » ?


          • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque (Courouve) 30 janvier 2012 20:39

            " en quoi il s’agit de « mythes religieux » ?"


            En ceci qu’ils sont soustraits à la critique et que leur contestation entraîne une répression pénale, tout comme les crimes de blasphème et de sacrilège sous l’Ancien régime.

          • ottomatic 30 janvier 2012 14:18

            Bla bla bla.

            Nous devons faire face à la plus grande crise jamais vu avec des chances d’arriver à la WW3 et y encore des gens pour discuter sur le sexe des anges, pardon la laïcité.
            Vous nous cassez les couilles avec votre laïcité (je n’ai pas de religion pourtant), mais ça ne vous gène pas que la France soutienne mordicus israel qui est un état religieux...

            Par contre personne ne parle du fait que sarko ait déplacé la date de certains concours administratifs qui tombaient le jour de certaines fetes juives...

            • révolQé révolté 31 janvier 2012 12:26

              ottomatic

              +10... !!!


            • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque (Courouve) 30 janvier 2012 20:43

              Il faudra abroger également les dérogations accordées à la Guyane et à Mayotte, voire cesser de reconnaître l’État fictif du Vatican (on fera l’économie des frais d’une ambassade).


              • docdory docdory 30 janvier 2012 23:12

                @ Daniel Martin

                Plutôt que de mettre dans la constitution la loi de 1905, François Hollande devrait la faire appliquer :
                1°) En virant du PS les plus grands adversaires de la laïcité :
                - Martine Aubry , pour ses innombrables exactions anti-laïques en tant que Maire de Lillle, 
                - Delanoë pour n’avoir pas fait la police dans sa ville au sujet des prières musulmanes illégales dans ses rues, et pour avoir illégalement financé pour 28 millions d’euros un lieu de culte dans sa ville ( « institut des cultures de l’islam ») et également financé des crèches loubavitch avec de l’argent public,
                - tous les maires « socialistes » qui ont subventionné des mosquées en les qualifiant de « centres culturels musulmans » pour échapper à la loi de 1905
                -Manuel Valls qui a prôné naguère le financement public des mosquées,
                2°) En mettant dans son programme la suppression du statut concordataire d’Alsace-Moselle,
                3°) En appliquant progressivement pendant la durée de son quinquennat le principe « à écoles publiques, fonds publiques, à écoles privées , fonds privés »
                4°) En supprimant les menus confessionnels des cantines scolaires.
                5°) En interdisant sur l’ensemble du territoire français l’abattage rituel sans anesthésie
                Il y aurait bien d’autres mesures, mais ça , ça serait déjà un minimum !

                • ottomatic 31 janvier 2012 01:50

                  Ou pas....


                  Je ne suis pas un grand fan des religions, mais la laïcité est bien pire.

                  « En interdisant sur l’ensemble du territoire français l’abattage rituel sans anesthésie »
                  LOL, j’ai envie de balancer un mot que je dirais pas... 
                  Le genre de type qui refuse de faire au animaux ce que son idéologie lui permet de faire êtres humains...
                  Pauvre ***

                • docdory docdory 31 janvier 2012 09:40

                  @ Ottomatic

                  Que savez-vous de mon idéologie ? Rien du tout !
                  Mon idéologie, c’est la République laïque, et la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, la vraie, celle de 1789.
                  Mon idéologie prévoit que la loi soit la même pour tous.
                  La loi française prévoit que les animaux, pour réduire leur souffrance, soient assommés électriquement avant d’être abattu.
                  Ce n’est pas parce que la volonté de deux « dieux » cruels , celui des musulmans et celui des juifs, ( ou du moins leur volonté telle que l’interprètent imams et rabbins ), exige que les animaux souffrent au moment de leur abattage, que la République laïque doit faire une exception au principe fondamental selon lequel la loi est la même pour tous.
                  Ceux des adeptes de ces religions qui ne se satisfont pas des lois républicaines sont parfaitement libres de changer de pays, pour aller dans des pays dont les lois leur plaisent mieux.

                • eric 31 janvier 2012 06:55

                   Cet article ne resiste pas a l’analyse marxiste la plus elementaire. Ces prurits laicisant cachent mal un corporatisme de la mediocrite, Les pratiques religieuses sont plus basses que jamais. Le caractere propre de l’enseignement catho interesse moins les parents que la possibilite d’echapper a l’education nationale. Certes, c’est en parti pour faire echapper leurs enfants au bourrage de crane socialoalterecolobio que nous connaissons tous si nous avons des enfants dans l ’enseignement public, mais ceci aussi n’est que la surface des choses, L’ecole publique est geree par les profs pour les profs, et accesoirement pour leurs enfants. Toute personne qui a des difficultes pour ses enfants avec l’ecole : difficultes individuelles, etablissement de quartier catastrophique, n’a de recours possible que dans le prive.
                  Dans le public, on en est a un stade ou le niveau moyen des gosses et plus important pour leur avenir que la qualite de leurs enseignants. Je m’explique. Les miens viennet d’entrer dans un grand etablissement de« l’elitisme republicain », et je constate que la quantite de foutraques, d’absenteistes, de je m’en foutistes, est sensiblement la meme que dans leur etablissement d’origine et que de la meme maniere, on a absolument aucun recours...Tous cela est du reste confirme par les statistiques internes du Ministere qu’en accord avec les syndicats il se refuse a publier pour ne pas desesperer Billancourt.

                  La vraie suprise, est que des laiques se laissent manupuler par le truc de Hollande. La laicite est deja dans la constitution. Les municipalites socialistes financent deja le prive au dela de la loi, notamment parce qu’avec une gauche a 40% dans les sondages au premier tour, on ne va pas en plus se mettre a dos les parents d’eleves.

                  C’est une mesure completement symbolique, qui ne changera rien concretement si ce n’est exaspere les croyants comme un chiffon rouge. C’est eveidemment une attaque cntre la diversite, le multiculturalisme et le respect des differences. A des gens arrives depuis 5 ans depays religieux et ou on ne vote pas, on va imposer de voter alors qu’il n’en demande pas tant et de renoncer a un eement clef de leur identite.

                  Comme la plupart des autres mesure du programme Hollande, tous cela nous annonce une ere brejnevienne. Un respect maniaque des formes, sans decisions portant sur le reel, assurant uneparfaite stagnation economique sociale et culturelle.

                  En cela, elle constitue un resume, pour ne pas dire une caricature du Hollandisme


                  • Mahamat Seid Abazène Seid 31 janvier 2012 11:20

                    A première vue, cet article est intéressant ; mais à le relire davantage, on s’en trouve quelque peu embêté.

                    La loi de 1905, que je sache, n’a rien de contraire au concordat lequel est tout à fait compatible avec la constitution. Ce qu’il fallait faire, je crois, c’est de la compléter. Puisque tous sont égaux devant la loi et les charges publiques, on devrait, dans toute la république, financer les écoles privées, confessionnelles compris.

                    La catholicité a pu suffisamment reprendre ses biens spoliés par la république depuis 1905. Il va falloir alors la renégocier pour permettre aux autres de bénéficier de leurs droits comme tout le monde. Ainsi on aurait pu respecter le principe de l’égalité qui fonde la fraternité, longtemps bafoué par la faute et l’adresse de ceux qui, ayant la parole facile, ont toujours réussi à détourner l’état de l’esprit de la constitution et de la loi.

                    Je suis d’accord avec l’auteur, que l’insertion de la laïcité dans la constitution appelle d’abord à une détermination de ses contours. Aujourd’hui, avec quelques lois scélérates, on est enclin de voir que nous vivons une ère de crise laïque. Ce mot lui-même devrait être renvoyé vers l’académie pour en déterminer la signification, entre son concept chrétien, je voudrais dire catholique, et sa signification dans la république qui, justement, depuis 1905, n’est plus seulement catholique.

                    Pourquoi ne pas faire mieux, supprimer tout simplement l’enseignement public en accordant des subventions à l’enseignement privé dans le cadre de la préservation des matières régaliennes de l’état ?

                    Mahamat Seid Abazène Seid


                    • restezgroupir44 restezgroupir44 31 janvier 2012 17:39
                      Lettre ouverte à François Hollande
                       
                       
                       
                      J’aime cette Alsace des vallons, des plaines, des montagnes et des petits recoins qui ne se retrouvent dans nulle autre région française. J’aime Strasbourg avec ses quartiers si différents et si riches de cœurs gros, fiers d’appartenir à cette métropole capitale chargée d’Histoire. Et surtout, j’aime les Alsaciens car ils ne ressemblent à personne.
                       
                      Ce sont des dizaines de nationalités qui ont creusé cette terre et pourtant il n’y a aucun étranger car tous ceux qui restent en Alsace l’aiment et la défendent.
                       
                      Qu’est-ce qui fait que nous sommes ce que nous sommes ? Notre géographie bien sûr, mais d’abord notre Histoire.
                       
                      Aujourd’hui, un candidat éminent à l’élection présidentielle veut définitivement rendre notre région « normale ».
                       
                      Monsieur Hollande, puisqu’il s’agit bien de vous, il y a déjà quelque mois Jean-Luc Mélenchon, votre ancien ami et votre futur allié demandait la suppression du Concordat. Je lui avais écrit mon opposition. Il n’a jamais daigné me répondre. Peut-être un député alsacien de la République ne mérite pas qu’il s’abaisse à cela ?
                       
                      Aujourd’hui vous voulez inscrire la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat dans la Constitution alors que le principe de laïcité y est cité en son article 1. Cela ne laisse aucun doute sur votre objectif : vendre l’histoire de l’Alsace à une alliance électorale avec cette extrême gauche qui a toujours haï les Alsaciens parce qu’ils sont profondément modérés, républicains et démocrates.
                       
                      Sachez, Monsieur Hollande que si vous ne l’êtes pas, nous, nous sommes lucides sur les conséquences de votre choix. La suppression des textes dit concordataires, malgré la bonne volonté de mon collègue député socialiste de Strasbourg, sera le premier échelon d’un engrenage fatal.
                       
                      Au nom de l’égalité, il faudra supprimer bientôt aussi le droit local, le bilinguisme et, enfin, le régime local de la sécurité sociale d’Alsace-Moselle. Est-ce de l’exagération de ma part ? Malheureusement, je ne le crois pas !
                       
                      C’est en partie sur ces acquis de l’histoire que notre région a bâti sa richesse, ses universités, qu’elle a pu accueillir les entreprises étrangères conscientes de tous ces avantages qui permettent le maintien de la cohésion sociale.
                       
                      Soyez conscients que les Alsaciens et les Mosellans ne vous suivront pas. Nous les Alsaciens, avons un cœur mais aussi une tête. Elle est bien faite et vous ne la couperez pas aussi facilement.
                       
                       
                      > >
                       
                       
                       
                      Jean-Philippe MAURER, député du Bas-rhin

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès