Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > La mondialisation selon St Jean

La mondialisation selon St Jean

La démission de benoit XVI a jeté une interrogation profonde sur le rôle de la spiritualité dans les évènements de notre époque.

Dans mes précédents articles j’ai exploré les théoriciens anglo-saxons de la mondialisation. Les évènements qui se sont bousculés au Vatican, et en particuliers le lien de ces évènements avec les banques internationales et la banque du Vatican ont fait s’étendre la crise mondialiste dans le domaine de la foi.

Je vais donc cette fois-ci aborder un auteur qui a parlé de l’instauration d’un gouvernement mondial bien longtemps avant W. G. Wells ou Laurence Sreit.

Cet auteur, c’est Jean l’évangéliste et le livre dans lequel il décrit la mise en place d’un gouvernement mondial unique n’est autre que l’Apocalypse, c’est à dire le dernier livre de la Bible.

Arrivé à ce point le lecteur, surtout s’il n’est pas chrétien, s’étonne de mon affirmation. L’apocalypse n’est pas connue pour parler de la mise en place d’un gouvernement mondial mais de la fin du monde.

Alors commençons par expliciter mon approche. Jusqu’ici j’avais étude la mondialisation uniquement sous des aspects factuels et historiques. Mon analyse a toujours été rationnelle et politique. Je ne me serais jamais permis d’y ajouter une approche spirituelle, sachant que le monde matérialiste occidental exclue le domaine spirituel de celui de la logique.

La démission de Benoit XVI a changé la donne. Avec elle, la spiritualité fait irruption dans la crise et donc justifie une analyse du point de vue spirituel.

Ceux de mes lecteurs qui sont intégralement matérialistes peuvent arrêter la lecture ici.

Pour les autres permettez, pour la clarté des choses, que je me situe du point de vue spirituel, afin que vous sachiez ma posture vis-à-vis du texte de Jean. Je suis chrétien, de l’église grecque dite orthodoxe.

Mon analyse sera donc imprégnée de certains présupposés. Le premier étant que Jean prophétise réellement, que ses apparitions sont de nature divine et que ce qui y est décrit n’est pas juste un bad trip lié à un jeûne excessif.

Commençons donc par le début. Contrairement à ce que véhiculent les films d’Hollywood, Apocalypse, en grec (Αποκάλυψις Ιησού Χριστού) ne signifie pas destruction du monde.

Il signifie littéralement : Révélation de Jésus Christ.

Cela en fait un message d’une importance particulière dans la prophétisassion chrétienne, généralement avec apparition de Marie, d‘archanges, ou de saints. En effet Jésus est celui par lequel le salut est possible. S’ils se donne la peine d’apparaître en personne c’est que c’est important pour le salut des hommes.

Mais je me rends compte que je n’ai toujours pas expliqué pourquoi j’affirme que l’Apocalypse de Jean parle de la mise en place d’un gouvernement mondial.

Pour comprendre cela il faut parfois revenir au texte grec, car les traductions ont perdu du sens par rapport à l’original.

Je me référerais, pour les citations de l’Apocalypse à cette version compilant les textes grecs connu et proposant la traduction française de l’église catholique.

http://ba.21.free.fr/ntgf/apocalypse/apocalypse_1_gf.html

On peut lire un adjectif qui revient sans cesse sous la plume de Jean : celui de Pantocratôr (Παντοκράτωρ) figure centrale de l’orthodoxie chrétienne mais que les latins ont traduit en un tout-puissant qui semble bien plus vague. Or traduction atténue considérablement le sens du mot.

Cratôr est de la même famille que de cratie de démocratie. Il signifie « qui gouverne ». On ne parle pas ici d’une puissance abstraite mais bel et bien des régimes politiques.

Panton signifie « tout ce qui existe ».

Le pantocratôr est donc littéralement le « gouverneur total ».

On commence donc à voir ici un premier rapport avec le gouvernement mondial unique qu’on devrait aussi appeler la pantocratie.

Mais, me direz vous, Jean parle de Jésus Pantocratôr. C’est donc une vision mystique du pouvoir de Jésus. Pourquoi y voir un rapport avec la politique ?

En réalité Jean ne parle de la mise en place d’un mais de deux gouvernements mondiaux successifs.

Un légitime et un illégitime.

Le gouvernement légitime est celui de Jésus Pancrator. Après sa seconde parousie, c’est à dire son retour sur terre. Il viendra pour détruire le premier gouvernement mondial unique, illégitime.

Apocalypse 13-7 :

Et il lui fut donné de faire la guerre aux saints, et de les vaincre. Et il lui fut donné autorité sur toute tribu, tout peuple, toute langue, et toute nation.

C’est la façon dont ce premier gouvernement mondial s’imposera et sera combattu que révèle Jésus à Jean.

Ainsi, à l’ouverture du troisième sceau (6-5) apparaît un cavalier montant au cheval noir et portant une balance. Jean nous dit :

Et j'entendis au milieu des quatre êtres vivants une voix qui disait : Une mesure de blé pour un denier, et trois mesures d'orge pour un denier ; mais ne fais point de mal à l'huile et au vin.

Ce dont parle Jean, c’est du marché des matières premières !

L’apocalypse se compose de plusieurs parties.

La première partie est une lettre aux 7 églises d’Asie.

Une seule des sept églises d’Asie a subsisté jusqu’aux temps moderne :

C’est celle de Smyrne qui fut détruite le 11 septembre 1922. Je n’entrerais pas dans l’analyse de la symbolique complexe des sept églises et des avertissements de Jean aux églises.

Un article n’y suffit pas. Je me contenterais de dire que la destruction de la dernière église de la révélation fait s’achever le « temps des églises » et fait débuter le calendrier des « temps eschatologiques » .

Que depuis 1922, il y a eu 7 papes et que les avertissements de jean peuvent leur être attribué.

Ainsi Benoit XVI peut être considéré comme symbolisé par l'église de Laodicée :

Je connais tes œuvres : tu n'es ni froid ni chaud : plût à Dieu que tu fusses froid ou chaud !

Mais parce que tu es tiède, et ni froid ni chaud, je te vomirai de ma bouche.

 Tu dis : Je suis riche et opulent, et je n'ai besoin de rien : et tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu.

 Je te conseille d'acheter de moi de l'or éprouvé au feu pour t'enrichir, et des habits blancs pour te vêtir, de peur que la honte de ta nudité ne paroisse ; et un collyre pour appliquer sur tes yeux, afin que tu voies.

 Une description assez étonnante des déboires bancaires et sexuels du Vatican, de l’aveuglement du Pape, de sa tiédeur et enfin de son renoncement.

Benoît XVI n’a pas annoncé son renoncement à une date quelconque. Il a choisi pour cela le 11 février 2013, date anniversaire de l’accord de Latran signé le 11 février 1929 et qui instaura l’état du Vatican.

Cet accord fait des 7 derniers papes des chefs d’état.

On voit aussi 7 souverains dans la bête de l’apocalypse.

Que dit Jean ? (Apocalypse 12)

Un grand signe parut dans le ciel : une femme enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds, et une couronne de douze étoiles sur sa tête.

Elle était enceinte, et elle criait, étant en travail et dans les douleurs de l'enfantement.

Un autre signe parut encore dans le ciel ; et voici, c'était un grand dragon rouge, ayant sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes.

Les sept têtes peuvent représenter les 7 derniers papes. Elle portent diadème (symbole de souveraineté) car ce sont des chefs d’état.

Jean nous dit clairement qui est cette bête  : Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui.

Les cornes, nous dit Jean représente aussi des rois, ayant le pouvoir de roi, mais sans royaume.

Mais un peu plus loin (Apocalypse 13) Jean nous dit que ce sont les couronne qui ont les diadèmes.

Puis je vis monter de la mer une bête qui avait dix cornes et sept têtes, et sur ses cornes dix diadèmes, et sur ses têtes des noms de blasphème. 

La souveraineté est donc passée des sept têtes aux sept couronne.

Résumons. Satan monte de la mer, avec 7 souverains qui cèdent leur souveraineté à 10 cornes qui exercent la souveraineté sans avoir de royaume.

Ces 10 cornes décident de façon unanime.

Voici ce qu’en disent certains exégètes orthodoxes :

Les 10 cornes sont les dix banques du cartel bancaire mondial. Elles exercent le pouvoir sans avoir de royaume. Les diadèmes qui passent des têtes aux couronnes symbolisent les transferts de souveraineté des états-nations au cartel bancaire.

La bête, que Jean décrit clairement comme Satan, monte de la mer car elle est issue du traité de l’atlantique nord.

Alors, nous dit Jean, une autre bête :

Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables à celles d'un agneau, et qui parlait comme un dragon.

Un bête ayant l’aspect de l’agneau et qui se fait passer pour le Christ. L’antéchrist.

Sur son dos se tient la grande prostituée :

Cette femme était vêtue de pourpre et d'écarlate, et parée d'or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d'or, remplie d'abominations et des impuretés de sa prostitution.

C'est avec elle que les rois de la terre se sont livrés à l'impudicité, et c'est du vin de son impudicité que les habitants de la terre se sont enivrés.

Et je vis cette femme ivre du sang des saints et du sang des témoins de Jésus. Et, en la voyant, je fus saisi d'un grand étonnement.

L’étonnement de Jean est compréhensible. Selon les exégètes orthodoxes, la grande prostituée est l’église de Rome, aux cardinaux vêtus de pourpre et d’écarlate, dont la liturgie s’est éloigné de l’orthodoxie et qui s’est compromise avec le pouvoir séculier et la luxure. 

Et pour qu’il n’y ait aucun doute l’ange précise à Jean :

C'est ici l'intelligence qui a de la sagesse. -Les sept têtes sont sept montagnes, sur lesquelles la femme est assise.

La grande prostituée siège à Rome et les têtes sont les chefs d’états successifs du Vatican.

Successifs car :

 Et la bête qui était, et qui n'est plus, est elle-même un huitième roi, et elle est du nombre des sept, et elle va à la perdition.

Qui sont les sept rois du Vatican ?

Pie XI
Pie XII
Jean XXIII
Paul VI
Jean-Paul Ier
Jean Paul II
Benoit XVI

Le huitième étant la seconde bête c’est à dire l’Antéchrist.

Ce qui permet aussi de dater la vision de Jean :

Ce sont aussi sept rois : cinq sont tombés, un existe, l'autre n'est pas encore venu, et quand il sera venu, il doit rester peu de temps.

Sa vision date donc du pontificat de Jean Paul II, 6eme chef d’état du Vatican (1978-2005).

Benoit XVI n’aura régné que peu de temps comme dit Jean (2005-2013)

Oui, vous pouvez aller prendre un verre d’eau ou un bol d’air.

Bien. Que nous prépare la seconde bête qui va devenir le 8 pape de l’état du Vatican ?

Elle exerçait toute l'autorité de la première bête en sa présence, et elle faisait que la terre et ses habitants adoraient la première bête, dont la blessure mortelle avait été guérie.

(…)

Et il lui fut donné d'animer l'image de la bête, afin que l'image de la bête parlât, et qu'elle fît que tous ceux qui n'adoreraient pas l'image de la bête fussent tués.

Tiens ? Ils n’en parlent pas sur Télérama ?

Et du point de vue économique :

Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front,

et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom.

C'est ici la sagesse. Que celui qui a de l'intelligence calcule le nombre de la bête. Car c'est un nombre d'homme, et son nombre est six cent soixante-six.

Et ici il s’agit bien de la mise en place d’un moyen de payement universel obligatoire unique et mondial.

Je pense que cela suffit comme point de départ pour une réflexion sur les aspects spirituels de la mondialisation.

Evidemment ces interprétations n’engagent que moi. Je n’ai l’intention d’insulter les croyances de qui que ce soit et je m'en excuse par avance si c'est le cas.


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

140 réactions à cet article    


  • Aldous Aldous 26 février 2013 10:07

    Erratum, il faut lire :

    La souveraineté est donc passée des sept têtes aux sept cornes.


    • Hermes Hermes 26 février 2013 12:56

      Bonjour Aldous, et merci pour le lien vers cette version de l’apocalypse. La levée des voiles (apocalypse) est toujours un moment imminent pour celui qui est sur le chemin avec intégrité.

      On m’a donné quelques clés pour la lire, et j’y reviendrai peut-être plus tard....

      Bonne journée.


    • laertes laertes 26 février 2013 18:14

      @Aldous : "Ce sont aussi sept rois : cinq sont tombés, un existe, l’autre n’est pas encore venu, et quand il sera venu, il doit rester peu de temps.«  Le problème avec votre interprétation est que vous présupposez que la vision de Jean est fixée dans un temps à venir....mais rien ne permet de l’affirmer avec certitude !! On peut même imaginer que lorsque Jean dit »l’un existe" il parle du temps présent au moment de la Révélation, c’est à dire...l’époque de Jean. Il est tout à fait plausible de penser alors que le roi qui existe est la puissance dominante à l’époque de Jean à savoir l’Empire romain et que ceux qui les précèdent sont les puissances antérieures (grecque etc...) et que celle qui est à venir est l’empire anglo-américain..........(d’ailleurs les néo cons de l’administration Bush ont comparé leur politique impérialiste à celle de l’Empire romain) .
      Il est très aventureux de s’avancer avec une telle certitude dans une prophétie énigmatique qui peut prêter à de multiples interprétations !! Il se peut aussi que la prostituée dont parle Jean représente les religions officielles (toutes et l’orthodoxe comprise, ne vous déplaise) qui ont trahi le message chrétien en s’alliant aux puissances politiques (fornication avec les rois de la terre) !! hum hum !!


    • laertes laertes 26 février 2013 18:23

      @Aldous : Je suis désolé de vous donner de mauvaises nouvelles, mais je tiens à souligner que la religion orthodoxe a été un soutien inexorable du servage russe pendant la très longue période tsariste.................et que le primat de Grèce a soutenu ...sans faillir le régime des colonels............ Vous êtes très mal placé pour parler de la religion catholique car comme dirait Shakespeare « les deux religions sont deux oiseaux de la même volée »...


    • Aldous Aldous 26 février 2013 20:57

      En effet c’est possible que le texte de Jean se prejete uniquement dans le premier sciecle.


      Auquel cas, Jesus n’est pas venu comme prevu. fin de l’explication de texte.

      Vous avez parfaitement raison, la grande prostituée peut bien viser les latins et les grecs.

      Les églises orthodoxes ont également leurs part de fautes.

      et je ne cherche pas à accabler les catholiques.

      J’expose juste l’interpretation des textes.



    • robin 26 février 2013 10:44

      A l’auteur,

      Votre interprétation est quasiment raccord avec celle de Jovanovic, vous avez pompé (ce qui n’est pas un reproche) ou c’est vraiment une éxégèse propre à vous ?

      Savez vous que Jérusalem aussi est une ville aux 7 collines ?


      • Philippe VERGNES 26 février 2013 10:50

        @ robin,

        Vous avez été plus prompt que moi à poser la question. Nos messages ont été expédiés presque en même temps.

        Loin de moi l’idée de penser à un quelconque « plagiat » compte tenu de l’expérience de l’auteur et des nombreux articles qu’il a déjà publiés sur des thèmes connexes, mais effectivement la question mérite d’être posée.


      • Aldous Aldous 26 février 2013 11:17

        Je n’ai pas lu Jovanovic. Je me réfère aux exégètes des théologiens orthodoxes.

        Si j’ai bien compris, Jovanovic est d’origine Serbe, mais il me semble qu’il n’a jamais clairement expliqué quelle est sa foi.

        Effectivement on fait aussi référence à Jérusalem comme ville aux 7 collines et cette explication n’est pas exclue.

        Cependant un point qualifie bien le Vatican : la pourpre cardinalice

        On a vu dans l’exemple des 7 têtes que le même symbole a parfois deux interprétations différentes :

        A un moment l’ange dit que les 7 têtes sont sept rois, puis que ce sont sept collines.

        Il faut donc faire ici une double lecture.

        C’est le cas aussi avec les 7 églises d’Asie.

        Elle symbolisent à la fois des églises, les fidèles, des papes et des époques.

        Par exemple celle de Smyrne, elle nous permet de borner les événements (11 septembre 1922)

        Smyrne est mise à l’épreuve et souffre : 

        Je connais ta tribulation et ta pauvreté (bien que tu sois riche), et les calomnies de la part de ceux qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui sont une synagogue de Satan.

        On comprend aussi que les signes extérieurs de richesse des églises sont inversement proportionnels à leur spiritualité (la grande prostituée se croit riche mais est pauvre)

        Qu’il y a des faux-juifs et qu’ils manient la calomnient contre l’église.

        Chacun des points est interprétable en dehors de la réalité physique de l’église de Smyrne.


      • Philippe VERGNES 26 février 2013 12:16

        @ Aldous,

        Merci pour ces quelques précisions. Veuillez excuser le fait que vous soyez contraint de vous répéter, mais la question de robin et la mienne ont été rédigées quasi simultanément : si j’en avais eu connaissance avant de poster la mienne, je n’aurais pas commis ce « doublon ». Votre réponse à robin me suffisait amplement.

        Je m’étais permis de vous poser la question par pure formalité tant la concordance entre votre article et la présentation de l’apocalypse de saint Jean selon Pierre JOVANOVIC est « raccord » (pour reprendre les propos de robin).

        Pour avoir lu quelques uns de vos articles, j’aurais été étonné que vous ne citiez pas vos sources, d’où le fait qu’il me semblait bien que vous n’ayez pas eu connaissance du livre de JOVANOVIC. Ce que vous confirmez.

        Au delà des interprétations propres à chacune ou chacun d’entre nous que nous faisons d’un texte, d’un évènement ou d’une situation, je suis toujours « intrigué » par le fait que plusieurs personnes puissent avoir la même lecture d’un évènement sans s’être concertées au préalable et ce, parfois même avec des sources d’informations bien différentes comme cela semble être le cas pour vous.

        Cela peut paraître banal de nos jours avec les moyens de communication actuels, mais selon la thèse que développe certains auteurs aux recherches anthropologiques et phénoménologiques rigoureuses, une même idée, vision ou interprétation permettant un « saut de conscience » de l’humanité émerge souvent aux quatre coins du monde partout en même temps. Ce phénomène apparaissant cycliquement au travers de l’histoire de l’humanité, n’est pas s’en rappeler celui de « synchronicité » développé par K. G. JUNG et W. PAULI.

        Extrait : "Dans la même veine, Heisenberg relate les pensées de Pauli au sujet du lien entre le perçu et les concepts : « Tous les penseurs cohérents en sont venus à la conclusion que la logique pure est fondamentalement incapable de construire un tel lien. La solution la plus satisfaisante, semble-t-il, est d’introduire à ce stade le postulat d’un ordre du cosmos qui soit distinct du monde des apparences et indépendant de notre volonté. Qu’il s’agisse d’objets physiques qui participent aux Idées ou du comportement de choses métaphysiques, c’est-à-dire en soi réelles, la relation entre la perception sensorielle et l’Idée reste une conséquence du fait que l’âme et ce qui est connu au travers de la perception sont régis par un ordre, objectivement conçu. » La pierre de touche de cette relation entre psyché et matière, pour Jung comme pour Pauli, est la synchronicité."


      • Aldous Aldous 26 février 2013 12:16

        @ fatale


        Merci de votre aimable message.

        Il y a un article dans lequel je donne certaines de les references :


        J’y fait reference au livre du moine Christodoulos du mont Athos.

        Il date du début des années 90.

        C’est l’époque à laquelle les theologiens orthodoxes du mont Athos ont commencé a s’eveiller politiquement vis a vis de la CEE et de la mondialisation 
        (il y a là bas des monastères de toutes nationalité) 

        En Grèce ça a notemment pris la forme de la lutte contre la carte d’identité biometrique à puce ayant fonction de carte de payement.

        Le gouvernement a renoncé officiellement à l’imposer, mais l’a en realité rebaptisée ’’carte du citoyen’’ destinée à l’identification fiscale.




        Bref, je ne sais pas de quand date le livre de Jovanovic mais il me semble qu’il est posterieur a 2008.

        Il est loin d’etre un des tous premiers. Mais est-ce important ?


      • Aldous Aldous 26 février 2013 12:38

        @ Philippe.


        En effet la synchronicité pourrait n’être que l’effet direct d’internet.

         Cependant un point précis me confirme que non.

        C’est la publication des premiers ouvrages dénonçant la malignité des reformes de la CEE dont je parles dans le message ci dessus.

        Les moines qui on réagit les tous premiers étaient des theologiens et avaient des connaissances eschatologiques.

      • laertes laertes 26 février 2013 18:48

        @fatale : « des exégètes ont décrypté notre époque moderne via l’ Apocalypse selon St Jean »....... Chère fatale, comment peut-on décrypter une vision de deux mille ans aussi sujette à des milliers d’interprétations contradictoires alors que l’on n’est pas sûr , et cela malgré des expériences et l’appui de la physique, que la mécanique quantique explique le fonctionnement de la matière !!!!!!


      • Aldous Aldous 26 février 2013 20:58

        oui c’est pas clair...


      • Aldous Aldous 26 février 2013 21:07

        @laerte


        La mécanique quantique est en train de nous expliquer que la matière, l’espace et le temps sont illusion...

        Vous connaissez la teleportation quantique de photons pairés.


      • nicolas_d nicolas_d 26 février 2013 23:09

        N’est-il pas possible, qu’au lieu de coïncidences ou de prophéties, il s’agisse tout simplement, de la part de nos « gouverneurs mondiaux », d’un tel manque d’imagination et d’intelligence, qu’ils se sentent obligés de suivre et d’imposer une histoire vieille comme le monde ?

        Finalement, ils ne savent pas quoi faire avec leur fric et leurs pouvoirs, alors ils font de la mystique-réalité...


      • Aldous Aldous 27 février 2013 09:14

        C’est non seulement possible mais c’est meme la seule strategie sui permetterait de ne oas se confronter aux 3 religions revelees. Faire un storytelling qui accomplisse leur revelation.


        Mais c’est aussi ce que voit Jean uant il decrit une bete qui prend l’apparence de l’agneau !

      • Philippe VERGNES 26 février 2013 10:45

        Il se dégage de votre analyse la même vision des évènements actuels que celle exposée par Pierre JOVANOVIC dans son livre « 777 : La chute du Vatican et de Wall Street selon saint Jean » paru en 2009.

        Vous en êtes-vous inspiré ou bien cet article est-il le fruit de réflexions personnelles ?


        • Aldous Aldous 26 février 2013 11:33

          Je vais me répéter, non je n’ai pas lu le 777 de Jovanovic.

          Son point de départ, l’affichage de -777 à Wall Street me semble absolument anecdotique.

          Mes points de départ à moi c’est le 11 septembre 2001 qui est une date visiblement symbolique pour les lucifériens :

          1922 destruction de l’église de Smyrne
          1973 assassinat d’Alliende
          1991 Discours annoncant le NOM par G. Bush sénior
          2001 WTC
          2006 arrêt de la publication du M3 (indiquant la masse e $ dans le monde)

          Le 11 septembre est le premier jour de l’année pour les Coptes et les Éthiopiens.

          Mais le plus interessant c’est que les « chrétiens » cabbalistes américains considèrent que le 11 septembre de l’an -3 est la véritable date de naissance de Jésus.

          Ce qui donne une dimension blasphématoire particulière à leur yeux aux crimes commis ce jour là.


        • Gabriel Gabriel 26 février 2013 11:25

          Tout décryptage et interprétation d’écrit aussi lunaire et compliqué que l’apocalypse de St Jean est sujet à caution. Comme les prophéties de St Malachie ou de Nostradamus ont fait l’objet de traductions diverses et variées, la votre n’échappant pas à la règle est cependant fort intéressante car on peut la faire coller assez bien, sous plusieurs angles, à la réalité actuelle. Enfin savoir que l’individualisme, l’égoïsme et l’avarice humaine guideront le monde à sa perte et que seul l’altruisme, la justice et l’équité peuvent le sauver, nul besoin d’être prophète pour le deviner. 


          • Aldous Aldous 26 février 2013 11:41

            Je suis d’accord avec vous, sur le fait que le texte peut sembler lunaire et compliqué.

            Cependant, il est cohérent en soi et vis à vis des écritures.

            Par exemple : le passage qui nous parle du signe de la bête qui servira de moyen de payement universel imposé à tous nous explique que le nombre indiquant le nom de la bête est 666.

            Si on se réfère à l’ancien testament (livre des rois 10-14) on trouve deux 666 qui ont tous deux u rapport avec le payement :

            Le poids de l’or qui arrivait à Salomon chaque année était de six cent soixante-six talents d’or

            Il s’agit de l’impôt prélevé par Salomon sur les nations.

            Bref, il y a une certaine cohérence et elle résonne étrangement avec notre époque.


          • laertes laertes 26 février 2013 19:12

            @Gabriel : je suis d’accord avec vous mais............................. rappelez-vous de ce que disat le cardinal Lamberti dans le Parrain 3 en montrant un caillou : « regardez ce caillou, il a été trempé dans l’eau et (le cassant) il reste sec à l’intérieur.... C’est exactement ce qui est arrivé aux hommes... ils ont été environné par le christianisme mais ce dernier ne les a pas pénétrés » !!
            Je crains fort que la nature mauvaise (soif de pouvoir qui s’applique aux hommes d’église qu’ils soient catholiques ou..orthodoxes) de l’homme prenne le dessus sur ces considérations.........angéliques...................Et les religions établies n’échappent pas à la règle !


          • laertes laertes 26 février 2013 19:19

            @Aldous : "Par exemple : le passage qui nous parle du signe de la bête qui servira de moyen de payement universel imposé à tous nous explique que le nombre indiquant le nom de la bête est 666." Vous délirez !!........................ Et un délire aussi mal construit n’est pas de la science fiction comme chez aldous Huxley par exemple ;) ! Il est plutôt du registre de l’histoire de Bugaratch... Heureusement que vous n’avez pas d’adeptes !!!


          • Aldous Aldous 26 février 2013 21:20

            peut être.


            n’empeche :

            Et nul ne pourra acheter ou vendre, s’il ne porte la marque, le nom de la bête ou le chiffre de son nom.

            666 talents est le tribut en or annuel qui revient à Salomon (livre des Rois)


          • nicolas_d nicolas_d 27 février 2013 09:36

            @laerte

            « La nature mauvaise de l’homme » ?
            Vous pouvez expliquer en profondeur ou c’est comme l’eau sur le caillou ?

            Inné / acquis ?
            Peu de choses certainement sont innées. En revanche que nous acquérions la haine de ceux qui nous contrôlent est fort possible.
            A voir dans le troisième volet de Zeitgeist
            http://www.youtube.com/watch?v=pj3Q9H6c44w


          • yannos99 26 février 2013 11:52

            Bonjour,

            Je me permettrai d’ajouter ceci :
            Le 13 septembre 1990, l’ONU votait la résolution 666...
            A vos google....
            ...Merde, c’est à coté de la plaine de l’Armaggedon...

            Yannos99


            • Aldous Aldous 26 février 2013 12:24

              Par curiosité, yannos99, je suis allé vérifier sur le site de l’onu.


              Effectivement, la résolution existe et concerne l’aide humanitaire en Irak et au Koweit.

              Quel lien avec Armagueddon ? C’est en gallilée.



            • charlotte 26 février 2013 20:55

              la resolution 665 decrete l’embargo contre l’irak
              la resolution 666 declare le blocus contre l’irak

              le blocus est un acte de guerre, pas l’embargos

              y a rien eu d’humanitaire en irak depuis le temps ca l’aurait su.


            • Aldous Aldous 26 février 2013 21:12

              c’est pas exactement ce que dit le site d l’ONU. verifiez.


            • Gollum Gollum 26 février 2013 12:19

              Bon texte. Avec lequel je suis en gros d’accord. Étonnant les points de convergence avec Jovanovic. 


              Pourquoi dans la lignée des 7 papes l’Apocalypse semble se projeter à l’époque du règne de Jean-Paul II ?

              Pour plusieurs raisons. D’abord il est bon de rappeler que Jean est l’auteur apocalyptique du monde chrétien et qu’il y a un auteur apocalyptique du monde juif il s’agit de Daniel. Auquel Jean emprunte les 4 animaux qui composent la Bête : Ours, Léopard, Lion, Dragon.

              Ce qui montre que Jean est en accord avec l’eschatologie juive et qu’il n’y a pas de véritable opposition entre judaïsme et christianisme, contrairement à ce que certains milieux essayent de faire croire. Ce que confirme Saint Paul puisqu’il parle de la fin de la cécité du monde juif à l’égard du Christ et donc d’une conversion massive des juifs au Christ.

              Daniel fait commencer sa prophétie en -603 av JC. Raoul Auclair a montré que l’échéance était une semaine (7 x 360) de 2520 ans finissant en 1917. Année même des apparitions de Fatima et de l’annonce du retour des juifs sur leur terre, annonce qui a toujours été vue par les prophètes juifs comme le signe majeur de la fin des Temps. Au même moment s’élançait la Révolution russe (qui correspond au cheval rouge de l’Apocalypse et à l’Ours). Avec sa haine de Dieu et dont le monde orthodoxe a particulièrement souffert.

              72 ans plus tard s’effondrait le monde communiste. 2592 années après le début de Daniel et qui correspond au dixième du cycle précessionnel des équinoxes. 1989 où à l’époque régnait un Pape venu précisément des mondes communistes, Jean-Paul II, victime d’un attentat le 13 mai 1981, anniversaire précisément du début des apparitions de Fatima. Attentat orchestré par les services secrets bulgares au service du monde rouge.

              Pape dont le blason était un M, en l’honneur de Marie, celle qui honore de sa présence les apparitions de 1917, et qui n’est autre que la Dame du chapitre 12 de l’Apocalypse, en charge d’écraser le tête du Dragon.

              1989 par la défaite du monde communiste vit aussi émerger la toute puissance américaine désormais sans rivale.

              Comme on le voit il y a beaucoup de cohérence dans toutes ces données...

              • Aldous Aldous 26 février 2013 13:42

                merci Gollum,


                Toute interprétation est évidemment une spéculation. Mais on commence a avoir beaucoup de coïncidences.

                Ce qu’un enquêteur appellerait un faiceau d’indices.

              • Furax Furax 26 février 2013 14:26

                Bonne journée Gollum ! smiley

                J’étais à peu prés certain de vous retrouver sous ce titre.

                Merci à Aldous pour ce texte riche.

                Je vais ajouter mon petit grain de sel en prenant un chemin de traverse, celui du Shivaïsme.

                « Extrait des prédictions du kali-yuga indien concernant l’âge de fer, c’est-à-dire celui de la décadence finale :

                « Ils tueront les enfants dans le ventre des femmes,

                les hommes épouseront des hommes,
                et les femmes, des femmes,
                ils nourriront les vaches avec de la viande,
                le héros et le guerrier seront moqués et bannis,
                les rois seront des voleurs et les voleurs deviendront rois. »

                "Les hommes ne chercheront qu’à gagner de l’argent, les plus riches détiendront le pouvoir "

                « Les femmes seront minces, gourmandes, attachées au plaisir » smiley

                « Les moines auront des liaisons amoureuses avec leurs amis » smiley

                « La plupart des gens du Kali Yuga seront possédés par les instincts les plus bas. En général, ils choisiront des faux idéaux. Certains n’hésiteront pas à persécuter avec acharnement les sages et ceux qui sont évolués du point de vue spirituel. La plupart des nouveaux chefs chasseront avec cruauté les prêtres et ceux qui détiennent la connaissance divine authentique. »

                Ces quelques lignes sont très proches des développements d’Alain Daniélou dans son livre : « La fantaisie des DIEUX et l’aventure HUMAINE », d’après le Lingâ Purânä .



              • Gollum Gollum 26 février 2013 15:47

                Bonjour Furax ! Ben oui c’était fatal.. smiley


                Bonne idée de nous rappeler les vues indiennes sur le Kali Yuga. J’en profite pour rappeler que cette doctrine des 4 âges se retrouve chez Daniel dans la statue du songe. Statue composée des 4 métaux traditionnels : Or, Argent, Airain, Fer.

                Daniel rajoute au fer l’argile qui visiblement correspond au christianisme. Ce mélange fer/argile se trouve dans les pieds de la statue. Rappelons ici que le christianisme est la religion des Poissons et que les Poissons correspondent aux pieds dans l’Homme zodiaque.

                D’où la prophétie biblique : « ils sont beaux les pieds du messager de la Bonne Nouvelle » et qui correspond à l’annonce du Christ.

              • laertes laertes 26 février 2013 21:09

                @Aldous : « Toute interprétation est évidemment une spéculation. Mais on commence a avoir beaucoup de coïncidences.

                Ce qu’un enquêteur appellerait un faiceau d’indices. » Le problème chez vous cher Aldous , ce ne sont pas les coïncidences (un joueur de loto qui a peu de chances de gagner peut gagner), c’est de transformer des coïncidences dans ce contexte précis (une vision hermétique de 2000 ans) en faisceau d’indices !! Ce n’est plus un pas de géant, c’est presqu’une ......coïncidence !!

              • Aldous Aldous 26 février 2013 21:25

                et bien dans ce cas ce sont juste des coïncidences...


                Au bout de combien de coinidences j’ai droit de faire des faisceaux ? smiley


              • nicolas_d nicolas_d 27 février 2013 10:08

                @Gollum
                « argile qui visiblement correspond au christianisme »

                C’est fort possible, car l’argile est une fabrication de la vie.

                « La décomposition des roches en argile est resté longtemps un mystère. Les pédologues n’arrivaient pas à comprendre comment en partant d’un calcaire, d’un schiste ou d’un granit, la vie, par attaque acide, aboutissait toujours à des argiles. Il faudra attendre la fin du XX siècle pour comprendre ce processus. (il semble donc que c’était connu depuis fort longtemps smiley )
                [...] Lors de leur attaque, les racines et les microbes vont prélever dans les roches les éléments dont ils ont besoin à savoir la potasse, le phosphore, le souffre,le souffre, le calcium, la magnésie, etc. Par contre, la silice, le fer et l’aluminium sont des oligo-éléments pour les plantes, elles vont donc en prélever très peu. Ce faisant, elles vont laisser, dans l’eau du sol, de grandes quantités de silice, de fer et d’aluminium puisqu’ils sont majoritaires dans les roches. Lorsque les concentrations de ces éléments seront arrivés à un certain niveau, il y a cristallisation de la silice, du fer et de l’aluminium en silicate de fer et d’alumine, qui sont des argiles. Les expériences, en laboratoire, montrent qu’en mettant des cristaux, comme les micas, en présence de racines de plantes, on obtient les premières argiles en sept heures
                 »

                Extrait de Le sol, la terre et les champs de Claude & Lydia Bourguignon

                J’imagine que c’est la même chose pour l’or, l’argent et l’airain...


              • Constant danslayreur 26 février 2013 12:52

                Bonjour Aldous,

                Je confesse que je ne pourrai lire votre article que ce soir pardon, mais en attendant Jean et puis votre savoir en grec bref ... je me devais de poster ça à votre attention, ce que vous en ferez (ou pas), ne regarde que vous.

                Début de citation

                Les derniers entretiens de Jésus. Le Paraclet de l’Evangile de Jean

                Jean est le seul évangéliste à rapporter, à la fin du dernier repas de Jésus et avant l’arrestation de ce dernier, l’épisode des ultimes entretiens avec les apôtres, qui se termine par un très long discours : quatre chapitres de l’Évangile de Jean (14 à 17) sont consacrés à cette narration, dont on ne trouve aucune relation dans les autres évangiles. Et, pourtant, ces chapitres de Jean traitent de questions primordiales, de perspectives d’avenir d’une importance fondamentale, exposées avec toute la grandeur et la solennité qui caractérisent cette scène des adieux du Maître à ses disciples.

                Comment peut-on expliquer que fasse entièrement défaut chez Matthieu, Marc et Luc le récit d’adieux si touchants qui contiennent le testament spirituel de Jésus ? On peut se poser 1a question suivante : Le texte existait-il initialement chez les trois premiers évangélistes ? N’a-t-il pas été supprimé par la suite ? Et pourquoi ? Disons tout de suite qu’aucune réponse ne peut être apportée ; le mystère reste entier sur cette énorme lacune dans le récit des trois premiers évangélistes.

                Ce qui domine le récit est — cela se conçoit dans un entretien suprême — la perspective de l’avenir des hommes évoquée par Jésus et le souci du Maître d’adresser à ses disciples et, par eux, à l’humanité entière, ses recommandations et ses commandements et de définir quel sera en définitive le guide que les hommes devront suivre après sa disparition. Le texte de l’Évangile de Jean et lui seul le désigne explicitement sous le nom grec de Parakletos, devenu Paraclet en français.

                En voici, selon la Traduction œcuménique de la Bible, Nouveau Testament, les passages essentiels : « Si vous m’aimez, vous vous appliquerez à observer mes commandements ; moi je prierai le Père : il vous donnera un autre Paraclet (14, 15-16). »

                Que signifie Paraclet ? Le texte que nous possédons actuellement de l’Évangile de Jean explique son sens en ces termes : « Le Paraclet, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom, vous communiquera toutes choses, et vous fera ressouvenir de tout ce que je vous ai dit » (14, 26). « II rendra lui-même témoignage de moi » (15, 26). « C’est votre avantage que je m’en aille ; en effet, si je ne pars pas, le Paraclet ne viendra pas à vous ; si au contraire je pars, je vous l’enverrai. Et lui, par sa venue, il confondra le monde en matière de péché, de justice et de jugement... » (16, 7-8). « Lorsque viendra l’Esprit de vérité, il vous fera accéder à la vérité tout entière, car il ne parlera pas de son propre chef, mais il dira ce qu’il entendra et il vous communiquera tout ce qui doit venir. Il me glorifiera... » (16, 13-14).

                (A noter que les passages non cités ici des chapitres 14 à 17 de l’Évangile de Jean ne modifient aucunement le sens général de ces citations.) Si l’on en fait une lecture rapide, le texte français qui établit l’identité du mot grec Paraclet avec l’Esprit Saint n’arrête pas le plus souvent l’attention. D’autant plus que les sous-titres du texte généralement employés dans les traductions et les termes des commentaires présentés dans les ouvrages de vulgarisation orientent le lecteur vers le sens que la bonne orthodoxie veut donner à ces passages.

                Aurait-on la moindre difficulté de compréhension que des précisions comme celles données par le Petit Dictionnaire du Nouveau Testament d’A. Tricot, par exemple, seraient là pour offrir tous les éclaircissements. Sous la plume de ce commentateur, à l’article Paraclet, on peut y lire, en effet, ce qui suit : « Ce nom ou ce titre, transcrit du grec en français, n’est employé dans le Nouveau Testament que par S. Jean : quatre fois quand il rapporte le discours de Jésus après la « Cène¹ » (14, 16 et 26 ; 15, 26 ;16, 7) et une fois dans sa première épître (2, 1).

                Dans l’Évangile Johannique, le mot s’applique à l’Esprit Saint ; dans l’épître, au Christ. « Paraclet » était un terme couramment employé par les Juifs hellénistes du Ier siècle au sens d’intercesseur, de défenseur. [...] L’esprit, annonce Jésus, sera envoyé par le Père et le Fils et il aura pour mission propre de suppléer le Fils dans le rôle secourable exercé par celui-ci durant sa vie mortelle au profit de ses disciples.

                L’esprit interviendra et agira comme substitut du Christ en tant que paraclet ou intercesseur tout-puissant. » Ce commentaire fait donc de l’Esprit Saint le guide ultime des hommes après la disparition de Jésus. S’accorde-t-il avec le texte de Jean ? La question doit être posée car, a priori, il semble curieux que l’on puisse attribuer à l’Esprit Saint le dernier paragraphe cité plus haut : « Il ne parlera pas de son propre chef, mais il dira ce qu’il entendra et il vous communiquera tout ce qui doit venir. » II paraît inconcevable qu’on puisse prêter à l’Esprit Saint les pouvoirs de parler et de dire ce qu’il entend... A ma connaissance, cette question, que la logique commande de soulever, n’est généralement pas l’objet de commentaires. Pour avoir une idée exacte du problème, il est nécessaire de se reporter au texte grec de base, ce qui est d’autant plus important que l’on reconnaît à l’évangéliste Jean d’avoir écrit en grec et non en une autre langue. Le texte grec consulté fut celui de Novum Testamentum graece².

                Toute critique textuelle sérieuse commence par la recherche des variantes. Il apparaît ici que, dans l’ensemble des manuscrits connus de l’Évangile de Jean, il n’existe pas d’autre variante susceptible d’altérer le sens de la phrase que celle du passage 14, 26 de 1. En réalité, c’est bien au cours même de la « Cène » que, pour Jean, Jésus a prononcé le long discours où il est sujet du Paraclet, discours non rapporté par les autres évangélistes.

                2. Nestlé et Aland, 1971.

                la fameuse version en langue syriaque appelée Palimpseste¹. Ici, on ne mentionne pas l’Esprit Saint, mais l’Esprit tout court. Le scribe a-t-il fait un simple oubli, ou bien placé en face d’un texte à recopier qui prétendait faire entendre et parler l’Esprit Saint, n’a-t-il pas osé écrire ce qui lui paraissait être une absurdité ?

                A part cette remarque, il n’y a pas lieu d’insister sur d’autres variantes, si ce n’est les variantes grammaticales qui ne changent rien au sens général. L’essentiel est que ce qui est exposé ici sur la signification précise des verbes « entendre » et « parler » vaille pour tous les manuscrits de l’Évangile de Jean et c’est le cas.

                Le verbe « entendre » de la traduction française est le verbe grec akouô, qui signifie percevoir des sons. Il a donné, par exemple, en français le mot acoustique, en anglais acoustics, qui est la science des sons. Le verbe « parler » de la traduction française est le verbe grec laleô, qui a le sens général d’émettre des sons et le sens particulier de parler.

                Ce verbe revient très souvent dans le texte grec des Évangiles pour désigner une déclaration solennelle de Jésus au cours de sa prédication. Il apparaît donc que la communication aux hommes dont il est fait état ici ne consiste nullement en une inspiration qui serait à l’actif de l’Esprit Saint, mais elle a un caractère matériel évident en raison de la notion d’émission de son attachée au mot grec qui la définit. Les deux verbes grecs akouô et laleô définissent donc des actions concrètes qui ne peuvent concerner qu’un être doué d’un organe de l’audition et d’un organe de la parole.

                Les appliquer par conséquent à l’Esprit Saint n’est pas possible. Ainsi, tel qu’il nous est livré par les manuscrits grecs, le texte de ce passage de l’Évangile de Jean est parfaitement incompréhensible si on l’accepte dans son intégrité avec les mots Esprit Saint de la phrase (14, 26) : « Le Paraclet, l’Esprit Saint que le Père enverra en mon nom... », etc., seule phrase qui, dans l’Évangile de Jean, établit l’identité entre Paraclet et Esprit Saint. Mais si l’on supprime les mots Esprit Saint (to pneuma to agion) de cette phrase, tout le texte de Jean présente une signification extrêmement claire. Elle est d’ailleurs concrétisée par un autre texte de l’Evangéliste, celui de la première épître où Jean utilise le même mot Paraclet pour désigner tout simplement Jésus en tant qu’intercesseur auprès de Dieu².

                Et quand Jésus dit, selon Jean (14, 16) : « Je prierai le Père : il vous enverra un autre Paraclet », il veut bien dire qu’il sera envoyé aux hommes un « autre » intercesseur, comme il l’a été lui-même, auprès de Dieu en leur faveur lors de sa vie terrestre.

                1. Écrit au IV ou V siècle et découvert au mont Sinaï, en 1812, par Agnès S.-Lewis, ce manuscrit est ainsi appelé parce que le texte initial avait été recouvert par un autre texte qui, effacé, fit apparaître le premier.

                2. Bien des traductions et des commentaires, surtout anciens, des Évangiles traduisent le mot par consolateur, cela est une erreur complète.

                On est alors conduit en toute logique à voir dans le Paraclet de Jean un être humain comme Jésus, doué de faculté d’audition et de parole, facultés que le texte grec de Jean implique de façon formelle. Jésus annonce donc que Dieu enverra plus tard un être humain sur cette terre pour y avoir le rôle défini par Jean qui est, soit dit en un mot, celui d’un prophète entendant la voix de Dieu et répétant aux hommes son message.

                Telle est l’interprétation logique du texte de Jean si l’on donne aux mots leur sens réel. La présence des mots Esprit Saint dans le texte que nous possédons aujourd’hui pourrait fort bien relever d’une addition ultérieure tout à fait volontaire, destinée à modifier le sens primitif d’un passage qui, en annonçant la venue d’un prophète après Jésus, était en contradiction avec l’enseignement des Églises chrétiennes naissantes, voulant que Jésus fût le dernier des prophètes.

                Fin de citation


                • Aldous Aldous 26 février 2013 13:33

                  oulà. au touche à quelque chose de délicat là.


                  Bien.

                  Le nouveau testament est redigé en Koinè la langue grecque ’mondialisée’ après la conquête de l’Asie et de l’Afrique par Alexandre.

                  C’est un grec simplifié (comparé à celui de Platon, comme l’anglais US est simple comparé à Sheakespeare) et qui est à la base du grec contemporain (démotique)

                  C’etait souvent la seconde langue de ses locuteurs, en particulier hors des cités cotières grecques.

                  Jean etait (semble-t-il) un homme simple. Il ne parlait pas une langue litteraire.

                  Ce qui m’amène à ceci : il ne fait jamais négliger le sens littéral des mots utilisés.

                  C’est un aspect qui andixape les églises non grecques, car les traductions ont forcé à choisir un sens au autre possibilités.

                  Exemples : Dans l’Apocalypse, Jean voit plusieurs choses autour du thrône de Dieu :

                  24 vieillards sur des trones. (prèsbytèros)
                  4 etres vivants (zoo)
                  Des gens en blanc tenant des palmes. (phénix)

                  En fait si on se base les synonymes possibles du texte grec original on peut aussi y lire 

                  24 ambassadeurs 
                  4 animaux 
                  des gens qui tiennent des phénix (l’oiseau qui renait de ses cendres)

                  Les traducteurs théologiens ont decreté que non. Tant mieux, on a vu l’embrouille du filioque.

                  Ceci dit, vu le contexte étrange des vision on ne peut exclure une mauvaise interpretation. 

                  Pour ce qui est de l’esprit saint, il ne faut pas perdre de vue que pneuma signiffie d’abord le souffle.

                  (pneumatique = pulmonaire ou spirituel en grec)

                  Il y a dans le pneuma l’idée d’insuffler la vie (au moins au niveau spirituel ) Cette vie insuflée provenant du saint esprit.

                  Il y donc un agio pneuma (saint esprit) qui insuffle le pneuma individuel.

                  mais ce pneuma individuel peut aquerir la sainteté. Dans ce cas le grec dirait : to pneuma to agio (esprit sanctifié)

                  La encore a la traduction peut porter à confusion et traduire esprit sanctifié par esprit saint.

                  Reste que Jean est effectivement à part parmi les évangélistes. Quant au Paraclet, il ne faut pas exlure que Jean utilise ce mot comme adjectif : le consolateur.



                • robin 26 février 2013 14:22

                  « Et quand Jésus dit, selon Jean (14, 16) : « Je prierai le Père : il vous enverra un autre Paraclet », il veut bien dire qu’il sera envoyé aux hommes un « autre » intercesseur, comme il l’a été lui-même, auprès de Dieu en leur faveur lors de sa vie terrestre »

                  Les musulmans se sont d’ailleurs insinués dans la brêche en associant le paraclet à Mahomet.


                • Aldous Aldous 26 février 2013 15:52

                  C’est exact.

                  Soit dit en passant, le mot paraclet est utilisé dans la liturgie byzantine pour parler de Jésus, le consolateur.


                • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 26 février 2013 16:00

                  Mouais, un soit disant prophète mahomet qui vient oser dire qu’une divinité lui a dit que Moise a fait une bagarre de sorcellerie avec les sorciers d’un Pharaon dont il a oublié le nom, ça fait pas du tout crédible.

                  C’est plutôt la preuve que le soit disant prophète mahomet a trouvé le moyen de vivre au dépens des autres en mentant de manière éhontée et que d’autres aigrefins ont perpétué le système à leur profit.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès