Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > La morale et la démocratie

La morale et la démocratie

La votation suisse qui a abouti récemment à l’interdiction de nouvelles constructions de minarets dans la confédération, a mis en évidence dans notre société deux sortes de références, l’une et l’autre considérées comme incontestables, mais utilisées ici pour défendre des points de vue diamétralement opposés : La démocratie et la morale :

 - C’est au nom de la démocratie que les uns justifient comme irréprochable le choix des Suisses qui se sont exprimés au suffrage universel avec une large majorité pour interdire des constructions émanant d’une autre culture, l’islam, dont ils ne souhaitent pas voir se répandre les us et coutumes dans leur paysage quotidien.

 - C’est au nom de la morale que la majorité des responsables politiques, des faiseurs d’opinion et d’une façon générale la majorité des élites, critiquent ou même se disent « un peu scandalisé », par ce vote qu’ils jugent non conforme à leurs conceptions idéologiques.

Il est tout à fait remarquable, que même dans les journaux de gauche qui fustigent généralement le vote des Suisses, les forums approuvent majoritairement ce vote, et comme le POINT en a fait la synthèse, « expriment une furieuse envie d’accéder eux aussi à cette démocratie directe. »

Il existe donc indiscutablement une discordance entre l’idéologie officielle, dite « des droits de l’homme », et les aspirations profondes des citoyens.

Il faut pourtant bien reconnaître que la démocratie implique une gouvernance selon les aspirations du peuple, c’est-à-dire selon un égoïsme bien compris qui privilégie sa sécurité, sa tranquillité et ses coutumes, mettant au deuxième plan les préoccupations théoriques de l’humanisme ou des droits de l’homme, généralement rappelées dans le préambule des constitutions et proposées par les pères fondateurs pour servir de canevas moral à l’édification des lois.

Il en est des grandes idéologies comme des grandes religions. Elles ont une force de conviction qu’elles tirent de leurs prétentions a être universelles et à s’imposer par-dessus tout. C’est l’arme essentielle des pouvoirs qui ont besoin pour gouverner de l’assentiment craintif des peuples qui sont sommés de se soumettre à des arguments transcendants ou à des volontés divines.

La référence à Dieu n’a pas disparu de toutes les constitutions des pays occidentaux, loin s’en faut. Mais certains, dont la France, sont devenus laïcs, et la référence morale est ce qu’on pourrait appeler le « droit-de-l’hommisme », qui est une conception de l’homme hérité du christianisme présenté par les puissances dominantes comme un dénominateur commun imposable à toutes les cultures, mais qui n’engage dans les faits, que ceux qui la préconisent.

Chaque peuple, chaque nation, trouve les fondements de sa morale dans les croyances que lui a inculqué sa culture et qui constitue en principe les bases théoriques d’où sont extraites les règles et les lois. 

 Le problème avec les idéologies ou religions à prétention universelle, c’est qu’elles n’ont pas le même champ d’application que les lois des états. Il est évident par exemple que le bien de l’humanité préconisée par les bonnes âmes, imposerait que chaque habitant du monde ait au moins le revenu que nous avons décrété minimum, ce qui serait insupportable dans certains pays et qui se heurte à une impossibilité absolue puisque la totalité des ressources de la planète n’y suffirait pas. On peut argumenter à perte de vue sur les sacrifices que devraient consentir les uns et les autre pour y parvenir, mais il y a loin de la coupe aux lèvres et nous sortirions du sujet…

Dans les faits, les divergences de vues et d’intérêt sont flagrants entre la population des nations et les gardiens du temple que sont les élites qui théorisent leur morale, les dirigeants qui s’appuient sur leur crédulité, les médias qui entretiennent et martèlent le credo dont ils ont fait leur fonds de commerce.

En pratique, la démocratie s’accorde plutôt mal avec les utopies à prétention universelle qui sont de fait totalitaires et mieux adaptées à l’édification des empires de par leurs objectifs d’expansion.

C’est là le paradoxe des démocraties occidentales qui ont reconnu le droit fondamental des peuples à disposer d’eux-mêmes, mais qui se sont empêtrés dans une idéologie vieille de plus de deux siècles, héritée des croyances religieuses chrétiennes du Moyen Âge revues et corrigées par des philosophes du XVIIIe siècle qui ignoraient à peu près tout de ce qu’on sait de l’homme depuis DARWIN. 

Je sais combien ces propos vont entraîner de protestations tant il est vrai que si chacun convient volontiers que les idéologies des autres sont des utopies, il reste convaincu que la sienne ne l’est pas ! Pour autant, notre droit-de-l’hommisme possède bien ses chapelles et ses ayatollahs. Ainsi notre ministre Kouchner, qui préconise le droit d’ingérence, ne voit-il pas, le saint homme, qu’il propose rien de moins que de refaire des guerres de religion !

Le peuple est plus pragmatique. Il vit au quotidien les nuisances occasionnées par des délinquants qui contestent ses lois et à la moindre occasion le manifestent en cassant, en brûlant ou en détruisant avec de plus en plus de violence.

L’excuse que les enfants d’immigrés aient accumulé beaucoup de frustration n’est pas fausse mais ils ont encore bien d’autres excuses : Notamment que c’est folie que de vouloir donner à des enfants une autre culture que celle du pays où ils sont censés s’insérer. Une double culture, ça n’a pas de sens, sauf à créer des schizophrènes : ils sont amenés à choisir l’une ou l’autre.

Brûler des voitures ou siffler la marseillaise témoigne du même mal : La haine d’une civilisation qui les a accueilli mais dont ils perçoivent avec dépit qu’elle n’est pas la leur. Le rejet d’une culture étrangère vécue au quotidien comme une oppression .

 C’est ce que ne veulent pas voir les indécrottables utopistes des droits de l’homme qui distribuent à tout va des qualificatifs de racisme dès qu’on remarque que ces voyous sont des fils d’immigrés qui n’ont aucun désir d’intégrer notre culture et voudraient au contraire nous imposer la leur.

L’opinion du peuple, c’est ce qu’en disait ma grand-mère : « Il n’y a rien à faire, ils sont mal élevés ! ».

Certes, la tolérance est une vertu chrétienne et l’Evangile de Mathieu nous conseille même de tendre la joue gauche à qui nous frappe sur la joue droite. Mais il vaut mieux retenir les leçons de l’histoire que celles de l’évangile. La résistance des peuples a aussi ses vertus et la honte des accords de Munich devrait rappeler sans relâche aux peuples libres la lâcheté où peuvent se réfugier leurs élites et les dangers de croire qu’on peut pactiser avec le fascisme. L’islamisme est un fascisme. Si l’Islam ne l’est pas, il lui appartient de s’en démarquer mieux car il reste marqué hors des pays musulmans, par son incapacité à séparer le religieux du politique et à ce titre il suscite la méfiance : On nous dit que notre pays est une cible privilégiée du terrorisme islamique. Hors ces gens là ne vont pas à visage découvert et on sait qu’ils fréquentent beaucoup les mosquées. Ils sont minoritaires sans doute, mais une minorité agissante perçue comme aussi indissociable de l’islam que ne l’est le ver de son fruit.

 Il y a loin entre le professionnel de la politique qui choisit le prétexte des violences pour édifier des discours opportunistes et le travailleur de ces quartiers qui retrouve sa voiture brûlée par des voyous patentés qui continuent à le narguer chaque jour.

 Charité bien ordonnée commence par soi-même nous dit un proverbe populaire. Et c’est bien ainsi que l’entend le peuple. C’est bien ainsi que l’entendent tous les peuples. Ce n’est pas d’hier que des bonnes âmes veulent se mêler de refaire le monde. Bien des guerres viennent de là. Mais il serait préférable que chaque nation s’efforce de faire le bonheur de ses nationaux avant de se fixer des objectifs messianiques.

Comme disait la concierge de mon immeuble : « Si tout le monde balayait devant sa porte, ça serait propre partout ! ». Mais bien sûr, c’est là du populisme : On traite ça par le mépris… Jusqu’à ce que la marmite explose !

Il ne faudra pas longtemps avant que les insurrections de banlieue ne puissent plus être réglées par des opérations de simple police . Il faudra bien alors appeler par son vrai nom ce vers quoi nous conduit inexorablement le renoncement à notre identité culturelle au prétexte de droit du sol qui fabrique à la pelle de jeunes français qui ont la haine de la France : La guerre civile !


Moyenne des avis sur cet article :  3.89/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Big Mac 12 janvier 2010 20:09

    Candide,
     
    Excellent comme tous les articles que j’ai lu de vous.

    La morale c’est l’éternelle arnaque des escrocs, les gauchistes qui l’ont bien bien compris n’ont rien fait d’autre que remplacer la morale divine par la morale de leurs intérêts.

    La preuve en est que les mêmes gauchistes qui bouffaient du curé et imposaient l’athéisme, s’allient maintenant avec les mollahs pour tenter de reprendre le pouvoir qui leur échappe.

    Une autre preuve est que les mêmes gauchistes qui prétendaient défendre le peuple, s’arrangent pour évincer le peuple de toute décision et insulter le peuple quand celui-ci à une autre morale que la leur.


    • dom y loulou dom 13 janvier 2010 15:20

      alors pour vous big mac le peuple est forcément anti-musulman et d’extrême droite ?

      ridicule, nimp de chez nimp ces mono-obsessionels payés pour la propagande,.


      quand à cet aritcle il est tellement à l’envers et de mauvaise foi dans tous ses propos que je renonce à en rectifier les aberrations inversées, elles sont à chaque paragraphe.

      .

      Allez donc lécher les bottes de vos lords anglais qui vous envoient à la boucherie tandis que vous jubilez, mais cessez de vous reposer sur ce vote truqué sur les minarets, à zurich le port du voile est autorisé dans les écoles en réponse au racisme outrancier qui se sert de ce vote pour s’asseoir comme une bête hideuse sur l’Europe.

      DEHORS D’EUROPE L’INGERENCE DES FOUS FURIEUX DU COMMON WEALTH !!!



    • zelectron zelectron 12 janvier 2010 21:39

      L’idéologie officielle, dite « des droits de l’homme » est une parure de circonstance, à visées électoralistes, lancé comme un slogan de lessive uniquement pour conquérir le pouvoir sans croire un instant aux mots prononcés. A ce point que le mot devoir est honni, banni, fustigé, moqué, rié, détourné : c’est ainsi que nos politiques à force de compromis avec la fausseté, la prévarication et autres avatars n’ont plus de crédibilité , c’est même de la déconsidération et du mépris qu’ils commencent à récolter.


      • anti-oligarchie anti-oligarchie 12 janvier 2010 22:32

        Un article vraiment dégoutant,aux convictions oligharchiste.

        Ta société évolué,dont tu ventes les mérites de la séparation du religieux et de la politique(qui se termine finalement en pays d’athées) aujourd’hui en chiffre,c’est le 1er consommateur mondiale de médicaments anti-dépresseur.Un taux de divorce entre couples avoisinant les 70%.Bref une véritable catastrophe et destruction des valeurs...Car c’est bien de cela dont il s’agit.
        Plus personne pour dicter la morale....ça donne les déviences sexuels occidentales....et plein d’autres dégénérescence humaine dans le meme type.La télé devient l’éducateur,et après ça se termine en insulte envers les parents a l’age de l’adolescence(normal parait il mdr ).L’abandon et déshumanisation des maisons de retraite ou les enfants abandonnent leurs parents etc.

        Au final on se rend compte que si peuple lobotomisé il y a,c’est bien celui d’Occident.
        Trop embourbé dans sa playstation et ses amusements pour se réveiller et prendre conscoience de la manipulation de ses élites.C’est donc l’un des peuples les plus manipulable qu’il soit.
        1000 ans d’impérialisme sauvage Occidentale,et le peuple n’a toujours pas ouvert les yeux de l’empleur de la manipulation,et surtout la continuité actuel.....(avec effets spéciaux etc).
        Il n’y a rien a dire.L’élite Occidentale a été et est l’une des plus diabolique et sophistiqué qui soitDu .génie dans sa barbarie la plus absolue.Une capacité de manipulation des peuples,et fabrique du censentement infernal.Une vrai machine.



        • Cro Magnon Cro Magnon 12 janvier 2010 23:21

          Mais oui ! notre société est évoluée et laïque ! Ne vous en déplaise ! La séparation du religieux et du politique reste pour nous incontournable !
          La consommation d’antidépresseurs et le taux de divorces n’ont rien à voir avec cela ! Si l’on consomme des antidépresseurs c’est peut-être bien parce que l’on nous stresse abusivement, qu’une minorité travaille pour une majorité de « planqués » qui tentent de s’ingénier à faire culpabiliser ceux qui font vivre une société d’inactifs et de parasites ! Quant aux divorces c’est sans doute préférable aux « ménages à trois, quatre, cinq »....Chez nous, on aime pas... ! Et particulièrement les femmes !
          Quant aux déviances sexuelles en occident, laissez-moi rire ! L’orient et autres nous ont largement prouvé leur attachement au tourisme sexuel, qu’il s’agisse de pédérastie ou de putanisme simple ! Et il ne se gênent guère pour l’importer chez nous !
          Quant à la barbarie, ne venez pas donner des leçons aux Français ! Ils auraient sans aucun doute beaucoup à apprendre de vous !
          Si notre philosophie ne vous plait pas, allez voir ailleurs !!! Foutez-nous la paix avant que nous nous fâchions sérieusement !
          N’oubliez jamais que pour nous la morale c’est respecter notre pays, sa philosophie, ceux qui ont construit notre nation et la démocratie est la volonté du peuple majoritaire et non de minorités auto-proclamés qui veulent imposer une dictature contraire tant à notre morale qu’à la démocratie.
          Allez donc cracher votre venin ailleurs ! Si les Français ne vous plaisent pas, allez donc ailleurs ! Notre patience a des limites !


        • dom y loulou dom 13 janvier 2010 15:33


          dites cro-magnon... commencez déjà par respecter votre prochain quel qu’il soit au lieu d’aider à tenir des échafaudages construits par les lords britaniques et leur empire financier dont nous sommes tous victimes aujourd’hui, car les seuls parasites que je vois sont ces 500 individus qui gagnent plus chacun que 416 millions de personnes (! !!) et passent leur temps à nous organiser une guerre après l’autre tout en établissant maintenant le terme légal de « non-personne »... et si c’était vous qui étiez désigné sous cette appellation... vous vanteriez toujours le glorieux état d’esprit de ceux qui vous pillent par leur empire financier et vous traitent en animal domestique ?

          et vous leur servez la soupe quand ils vous stérilisent et handycapent à vie vos enfants...

          vous avez dit parasites ?


        • loco 12 janvier 2010 23:20


           Cher auteur, est-ce le métier ? Le cœur semble n’être pour vous qu’un muscle, l’empathie une faute professionnelle, et au-delà du plaisir de l’humour, la morale et la spiritualité des hochets pour diners mondains.
                   Tant pis pour « l’évangile » (ce n’est pas mon choix, je me contente de vous citer) mais au sujet des leçons de l’histoire, n’oublions pas que les forces obscures portées aux nues en
          1933 en Allemagne ont succombé en 1945 et laissé place à des gouvernements sociaux dont l’héritage est encore debout à ce jour.


          • pitas 13 janvier 2010 11:26

            et hop encore un tout joli pavé bien gluant dans la mare...
            on traite de beaucoup de choses, mais on s’egare, au final de la question ou l’idée de base (morale et democratie) en y rajoutant un brin de religion (bah pourquoi se retenir apres tout hein tant qu’a blesser autant le faire bien) pour finir dans un jugement plat a l’arguementaire facile....preuve en est des reactions tout aussi faciles on l’on rempli le contre argumentaire de propos falacieux et de termes surfait et mal employés....

            c’est bon ca, faut continuer....

            J’aimerais bien pouvoir lire une fois un article ou on ne melange pas ca et surtout ou ca ne finit pas en guerre de cultures/religions comme ici (« Quant aux divorces c’est sans doute préférable aux »ménages à trois, quatre, cinq"....Chez nous, on aime pas... ! Et particulièrement les femmes !« )

            on peu pas, bordel, trouver un moyen de trouver des points d’accords plutot que de discorde....ah pardon ca c’est plus difficile, ca demande de l’empathie, du respect, de la comprehension et de la reflexion....a croire que chretien, musulman, democrates, oligarches et autres bouseux hop tous dans le meme sac a ....

            Au final vous faites chier, vous vous donnez meme pas la peine de comprendre l’origine de ce vote (une initiative en fait, mais la difference vous indiffere que ca en est attristant)
            pourquoi peut on voter contre un machin qui n’est pas necessaire quand les plus virulents (les plus mediatisés en fait) defenseurs n’ont comme argument qu’une panoplie de GI joe comme argument...hein pourquoi ?
            pourquoi les »moderés« ne se revoltent que quand »l’occident« s’en prend a des symboles religieux faisant plus parti du folklore que du rite ?
            pourquoi ces memes moderes ne prennent pas la parole maintenant pour mediatiser des reunion oecumenique ou des ponts interculturel ?

            en dehors de tout il m’apparait que ce fameux vote contre n’a pas d’autres signification que le fait de ne pas comprendre, donc si vous voulez qu’on vous comprenne....ben expliquez vous....

            et quand on parle de morale et de democratie on evite de melanger la religion....
            on peu par contre parler des politiques (elus democratiquement) qui se permettent de mettre au ban la democratie quand le resultat d’un vote ne »convient pas" (cf traité de rome revoté parce que le resultat ne convenait pas....sans pour autant changer le texte/pavé). Ca c’est interessant....comprendre les differences de la democratie vu par ces differents points de vue....qui, au moins, a le merite d’etre une valeur universelle (a l’inverse du salaire minimum) de pas mal de systemes politques actuels....


            • pitas 13 janvier 2010 15:50

              moui je vois pas bien la critique dans cet article, je vois juste un etalage de points de vue et de prises de positions a l’encontre d’un « camp » pour arriver a une conclusion tapageuse :« la guerre civile »...

              d’ou ma reaction, cet article a mon sens melange les arguement et surtout n’invite qu’a s’en balancer plein dans les dents.
              Encore une fois plutot qu’essayer de tirer du « positif » et du « constructif » de quelque chose on etale des points de vue plutot que des faits pour au final rien dire....ah si, pour paraphraser l’auteur, « moi je te foutrais une bonne guerre pour regler tout ca ».

              Et si j’ai tort pointez moi et citez moi les point constructif de tout cet article qui tendraient a nous faire dire autre chose que pointer les tares des uns et des autres...

              Une critique ca sert a corriger, puisque c’est un fait qui est souligné comme pouvant etre amélioré.


            • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 13 janvier 2010 13:58

              La question de l’universalité de la loi (minaret= clocher) n’est pas une question de morale individuelle mais un des fondements de la république laïque qu’elle soit ou non démocratique. Donc il faut reconnaitre comme un principe républicain celle de l’égalité devant la loi quant à l’exercice des cultes religieux qui suppose des lieux ad’hoc pour ce faire. Dès lors que ces cultes ne mettent pas en cause les lois de la république (ce que les 4 minarets suisses ne font pas), rien ne permet d’interdire les premiers et d’autoriser les clochers , sauf à privilégier une religion, en ce sens officielle, par rapport à d’autres, en contradiction avec le premier principe de la loi française et suisse sur la laïcité de l’état..

              Vous semblez confondre un bâtiment religieux et les discours qui peuvent être conformes ou contraires aux principes républicains qui s’y tiennent. Cette confusion vous entraine au refus de l’universalité de la loi et de l’égalité devant la loi ; ce qui fait nécessairement dériver une démocratie vers un système dictatorial et au fond anti-démocratique dans son principe, à savoir, la domination légalisée d’une majorité de circonstance sur une minorité et cela de la même manière qu’une loi votée majoritairement qui interdirait tout parti d’opposition minoritaire, comme en Allemagne en 1934.

              Vous semblez devoir approfondir votre étude de la philosophie politique : la principe du vote majoritaire, sans les lois égalitaires de la république, n’est en rien une garantie démocratique, mais la porte ouverte à la dictature majoritaire qui peut être la pire de toutes les dictatures, religieuses ou non.

              C’est pourquoi le gouvernement suisse ne peut constitutionnellement mettre en application un vote majoritaire concernant la seule interdiction des minarets et qu’il ne le fera pas ,sauf à se faire condamner par l’Europe et par sa propre juridiction, dès lors que la Suisse a ratifié la charte européenne des droits de l’homme et que cette ratification vaut principe de constitutionnalité pour la justice suisse.


              • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 13 janvier 2010 16:38

                C’est vous qui confondez un bâtiment avec un discours religieux , qui lui seul pourrait être passible d’interdiction. Culte libre veut lieu de culte ad’hoc, ce qui vaut tout autant pour les églises chrétiennes avec clocher(s) et les mosquées avec minaret’s)

                Quant à savoir si le Coran est plus misogyne que Saint-Paul (et non pas Jésus) fondateur de l’église chrétienne et/ ou que l’église catholique, c’est une question sérieuse qui à elle seule mériterait un autre débat....Disons, pour faire vite, que je ne suis pas convaincu que l’église catholique ait toujours été à l’avant garde de la défense des droits de l’homme et surtout, y compris aujourd’hui, de la femme. Pour toutes les religions les droits de Dieu s’imposent aux et ont priorité sur droits des hommes.


              • Candide2 14 janvier 2010 07:28

                Bonjour Mr Reboul :

                Je ne parle nulle part de la morale individuelle, mais je me réfère au contraire à la morale collective . Vous m’avez mal compris, peut-être parce que je n’utilise pas les conventions terminologiques de la « philosophie politique » qui semble être votre référence ! Je ne fais pas de philosophie (voir ici), ni de politique, mais j’observe la société humaine en médecin expérimenté qui sait assez bien comment fonctionne un humain, un peu comme un entomologiste étudie les sociétés d’insectes.(voir ici par exemple)

                J’entends par morale ce qui est à l’origine des principes fondateurs d’une société que sont sensés respecter les règles et les lois. Que l’universalité de la loi soit un des fondements de la république, nous sommes d’accord. Mais les lois sont des règles élaborées à une époque donnée par des hommes sensés exprimer l’opinion du peuple (dans un système démocratique), dont il est impossible de connaître toutes les implications à long terme.

                Il est donc obligatoire, qu’un jour ou l’autre, une loi qu’on trouvait bonne initialement s’avère en totale contradiction avec les aspiration du peuple dans des circonstances qu’il n’avait pas prévue.

                Ou bien il faut changer le peuple, ou bien il faut changer la loi.

                Les suisses préfèrent changer la loi, et il changeront leur constitution s’il le faut.

                A coté de ça, il y a des spécialistes du droit ou des intellectuels perdus dans les nuages (où j’aurais tendance à vous situer…) qui prétendent que c’est mal de laisser le peuple s’exprimer, parce que eux, les élites, excellent dans l’art de manipuler les textes et arriveront toujours à les faire correspondre à ce qu’il souhaitent ! Et c’est là qu’ils ressortent leur morale « universelle », le principe des droits de l’homme et tout le tremblement.

                Contrairement à ce qui vous dites (et croyez certainement), c’est l’expression populaire qui est la  garantie de la paix civile (qui est l’essentiel à préserver n’est-ce pas ?) et non pas l’interprétation alambiquée des principes moraux que font les juristes quand ils vont à l’encontre des aspiration du peuple.

                Ce n’est pas à vous, Mr Reboul, que j’apprendrai qu’on s’exprime en philosophie ou en droit, dans un langage « dégénéré », c’est-à-dire où il est impossible d’éviter les contradiction internes. En d’autres termes, les raisonnements n’aboutissent pas à une quelconque vérité, mais ne servent qu’à convaincre de l’opinion de celui qui raisonne. On peut donc dire tout et le contraire avec la même apparence de rigueur. (Contrairement au langage mathématique qu’utilisent les sciences).

                Ainsi vous, Mr Reboul, vous voulez que les Suisses autorisent les minarets, parce que vous êtes à cheval sur les principes et pour des tas d’autres bonnes raisons que je respecte. Bien !

                Vous faites appel alors à « la morale », c’est-à-dire à l’interprétation que vous faites de la loi, laquelle doit garantir la liberté des cultes religieux et l’égalité entre les minarets et les clochers…

                Le problème est que les mots que vous employez ne sont pas définis par tout le monde de la même façon.

                Ainsi, vous assimilez un peu vite les minarets aux clochers des églises ! Qu’ils aient des fonctions semblables dans les deux religions, peut-être, mais qui se soucie vraiment de leur fonction religieuse ! Les clochers, comme les cathédrales, sont les témoins de notre histoire et notre patrimoine culturel. Les minarets point ! Ils représentent plutôt des heures dramatiques de l’histoire de l’Europe qu’on appelait autrefois la chrétienté. Par deux fois au moins dans l’histoire, notre civilisation a faillit disparaître sous les attaques de l’Islam ! Certains suisses et certains européens ne voient sans doute pas les minarets comme vous ! Comprenez-vous pourquoi les Français ont une gare d’Austerlitz alors que les Anglais ont une gare de Waterloo ?

                Le terme religions (au pluriel) en Europe ramenait aux guerres de religions entre catholiques et protestants que la laïcité entendait traiter de façon égale pour éviter que ne se renouvellent ces épouvantables conflits. Que par la suite le terme se soit étendu à toutes les sectes (en Amérique), alors qu’en France on n’ait retenu que l’islam et le judaïsme est une évolution banale du vocabulaire, mais il n’est pas certain que le même mot ait obligatoirement la même signification pour tout le monde et en tout temps !

                Le christianisme autrefois était un pouvoir politique puissant et autoritaire, mais il n’est plus aujourd’hui qu’une autorité spirituelle et morale archaïque mais encore écoutée puisque notre morale laïque en est l’héritière.

                Aussi Staline pouvait bien dire : « Le Pape, combien de divisions ? »

                Par contre, l’islam ne correspond pas du tout à l’idée qu’on avait de la religion en Europe de l’ouest ! C’est surtout et avant tout un système politique basé sur une idéologie totalitaire et conquérante que l’Europe a combattu pendant quatorze siècles ! C’est une civilisation à part entière qui est ce qu’elle est, mais qui n’est pas la nôtre et s’avère inassimilable. C’est une erreur sémantique qui a pu nous faire croire que c’était une religion comme les nôtres qui allait se fondre dans le paysage et adopter notre civilisation : tout le monde constate maintenant qu’il n’en est rien et qu’on s’est trompé !

                Le peuple veut rectifier le tir, mais certains intellectuels s’obstinent encore dans les erreurs où conduisent immanquablement leurs sophismes et leur orgueil. Ouvrez les yeux, bon sang !

                Je vois bien que vous avez peur du peuple qui en effet ne raisonne pas comme vous. Vous inventez même « La dictature majoritaire » qui serait la pire de toutes.

                 Vous vous trompez lourdement, Mr. Reboul ! Ce qui est ressenti par une population de façon inconsciente et inexprimée mais d’une manière globale et homogène est bien plus fiable pour orienter l’avenir que les raisonnements savants des intellectuels les plus intelligents qui soient. Cela, les philosophes ne le savent pas : ça relève de la science de la complexité.

                Contrairement à vous, je n’ai pas peur que la France ou la Suisse deviennent des dictatures, et cela tant qu’elles resteront fidèle à leur culture traditionnelle. Mais il y a plus grave que la dictature : C’est la guerre civile. Ne dites pas que c’est impossible, tous les pays qui ont voulu faire cohabiter musulmans et non-musulmans y ont eu droit. Regardez le liban, toujours en guerre ! Voyez le Kosovo : Terre sacrée des Serbe où ils ont été vaincu par les Turcs qu’ils ont enduré pendant cing siècles : 1961=67% de musulmans 1991= 90% de musulmans. Il ne faut pas longtemps pour que les mutations démographiques transforment le paysage politique !

                C’est je crois ce cauchemar que redoute toute l’Europe. C’est pour la même raison que l’Europe ne veut pas de la Turquie : Ce n’est pas un problème de géographie ni même de démocratie comme le disent les hommes politiques : C’est parce que c’est un pays de culture musulmane et ce n’est pas seulement là une différence de religion !

                Vous connaissez sans doute ce que disait Claude Lévi-Strauss : « Les cultures ont le droit de se protéger les unes des autres... Une certaine dose de xénophobie n’est pas inutile à la pérennité d’une société et ne doit pas être confondue avec le racisme... » Sans être un philosophe, je pense comme lui !

                 


              • french_car 14 janvier 2010 11:00

                Nan Léon, vous oubliez un truc c’est qu’en France comme dans pas mal de démocraties on légifère sous le contrôle de la Constitution elle même ancrée sur la déclaration universelle des droits de l’homme.
                Et donc on ne pourra pas interdire les cheveux rouges comme ça.

                Ps : notre grand homme est muet ce matin, il arrive pas à pondre son oeuf ? smiley smiley smiley


              • french_car 14 janvier 2010 11:02

                Et oui le vote anti-minaret est une réaction identitaire xénophobe, pas franchement dirigé contre le culte lui-même. Ca vous gêne pas Léon que les Suisses soient xénophobes - du moins quand l’étranger ne vient pas avec une valise de biftons ?


              • french_car 14 janvier 2010 16:52

                Léon je vais vous avouer un truc mes deux grands pères étaient immigrés, et cela dans les années 20 ça rigolait pas, c’est dire si je suis métèque.
                Du coup je ne comprends pas grand-chose à ce truc sur l’identité.
                Et puis il y a 30 ans on avait peur des Chinois, on avait peur de la culture amerloque avec ses McDo et ses séries télé, on a toujours eu peur de perdre son identité.
                Sauf peut être entre 40 et 44 d’ailleurs où une bonne minorité se seraient vus allemands sans problème.
                Enfin bon là c’est chez les Suisses, c’est pas chez nous.


              • french_car 14 janvier 2010 16:56

                 Bah non notre grand homme était parti à Groland, mais je l’imagine penché sur son ouvrage pour nous parler leurre d’appel humanitaire pour demain matin.
                On pourrait faire une rubrique bookmaker sur AV, on prend les paris sur Allain Jules, Villach ou Morice pour savoir qui va pondre un oeuf sur le sujet d’actualité. Aujourd’hui Allain Jules grand vainqueur qui nous parle des tétons de BB (rire svp smiley dans le bouquin de Balkany - tiens Balakany sait écrire ?


              • french_car 14 janvier 2010 11:06

                 Hep l’auteur, les islamo-fascistes j’imagine qu’ils ne vous dérangent pas tant quand ils ont leur carte vitale à jour.


                • JL JL 14 janvier 2010 14:58

                  Vous concluez, je cite : « Il ne faudra pas longtemps avant que les insurrections de banlieue ne puissent plus être réglées par des opérations de simple police . Il faudra bien alors appeler par son vrai nom ce vers quoi nous conduit inexorablement le renoncement à notre identité culturelle au prétexte de droit du sol qui fabrique à la pelle de jeunes français qui ont la haine de la France : La guerre civile ! »

                  De quelles insurrections, de quelle guerre civile parlez-vous ?

                  L’insurrection que craignent les possédants ? Ou bien la guerre civile qu’ils attisent ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès