Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > La prédation

La prédation

Dans l'ouvrage final de Castaneda, Le Voyage définitif (Editions du Rocher publié sous le titre original “The Active Side of Infinity”, le côté actif de l’infini), Don Juan met Castaneda au défi de réconcilier l'intelligence de l'homme, dont témoignent toutes ses prouesses, avec “la stupidité de ses systèmes de croyance... la stupidité de son comportement contradictoire”. Don Juan associe cette contradiction flagrante dans l'intelligence humaine avec ce qu'il appelle “le sujet des sujets”, “le coeur du sujet”, “le sujet le plus sérieux de la sorcellerie”. Ce sujet concerne la “prédation”. A l'étonnement horrifié de son élève, le vieux sorcier explique comment le mental humain a été infiltré par une intelligence extraterrestre :

“Nous avons un prédateur qui est venu des profondeurs du cosmos et qui contrôle notre existence. Les êtres humains sont ses prisonniers. Le prédateur est notre maître et seigneur. Il a fait de nous des êtres dociles et impuissants. Il réprime toute velléité de protestation ! Si nous voulons faire preuve d’indépendance, il exige que nous rentrions dans les rangs ! Les sorciers sont convaincus que les prédateurs nous ont imposé nos systèmes de croyance, nos conceptions du bien et du mal, nos mœurs sociales. Ce sont eux qui suscitent nos espoirs et nos attentes, nos rêves de réussites et nos peurs de l'échec. Ils insufflent en nous la convoitise, la cupidité et la lâcheté. Les prédateurs ont fait de nous des êtres suffisants, routiniers et des maniaques de l'ego”.

Les écrits Gnostiques contiennent des descriptions de prédateurs extraterrestres appelés les Archontes, Arkontai en Grec. Les Codex de Nag Hammadi préservés de la destruction systématique de l’église chrétienne naissante dans une jarre depuis le 3ième siècle après J.C et découverts en 1945, les décrivent comme des créatures lourdes, ténébreuses et fuyantes. Les noms les plus communs qu'ils leurs attribuent sont “créatures de l'ombre, simulacres”. Pourrait-on comparer les Archontes aux “ombres boueuses” décrites par Don Juan ? Cette question soulève la problématique plus générale des parallèles existant entre le shamanisme Toltèque de Méso-Amérique de Don Juan et le shamanisme des Ecoles des Mystères de l'Europe antique. Les Gnostiques étaient non seulement vigilants quant à l’intrusion des Archontes, ils étaient aussi profondément conscients de la possibilité que des humains soient totalement “archontisés”. Cette menace paraît avoir émergé d’une manière particulièrement alarmante lors du premier siècle de l’ère commune, lorsque l’incarnation du Christ est dite avoir eu lieu, selon la croyance Chrétienne. L’époque et la région dans lesquelles le façonnage Archontique du caractère humain s’est implanté avec force sont toutes deux spécifiées dans les textes de Nag Hammadi. Sa signature est “l’idéologie autoritaire”, la mentalité de domination fasciste et patriarcale. Il est significatif que le terme “Archontes” désignait communément les “gouverneurs” ou les “autorités” du temps des Romains. Les “autorités” se comportent comme des zombies spirituels, des entités qui se caractérisent par un mélange étonnant de fixations mystiques patriarcales et militaristes.

Selon le psychiatre Wilheim Reich, ces fixations, focalisées sur l’idée maîtresse d’un Dieu transcendant au-delà de la Terre, émergent de la répression et du détournement des sensations somatiques. Avec l’ensemble des religions issues du livre (judaïsme, christianisme, islam), l’humain à été spirituellement coupé de ses racines, enfouies en la Terre/mère. Il fut soumis au dictat d’un dieu extérieur autoritaire, jaloux, dispensant commandements et punitions et établissant un système pyramidal d’autorité fondé sur la force, la peur et la coercition. Des milliards d’individus vivent maintenant avec cette croyance qui les coupe de la vraie source patente en toute forme de vie et soutenue par notre planète Terre avec les dégâts que l’on constate.

Les observateurs Gnostiques, contemporains de l’émergence du Christianisme, perçurent l’idéologie de la salvation de la même façon que l’auteur américain Philip K. Dick la perçut : comme un virus idéologique intégré à nos croyances afin de contraindre et de limiter notre évolution. Nous ne pouvons atteindre que ce que nous avons rêvé et imaginé. La croyance en un messie ou en un sauveur extérieur non humain dépossède automatiquement l’individu de son libre arbitre, de son auto correction intuitive et institue la délégation de pouvoir comme mode falsifié de fonctionnement pour la société humaine. Le jugement dernier, le mythe de l’apocalypse et la soumission dans la passivité d’une fausse espérance sont les corolaires de cette croyance qui génère des fixations pathologiques de personnalité. Elles sont à mettre en parallèle avec les millions de morts et toutes les violences perpétrées au nom de ces religions et qui s’intensifient encore aujourd’hui !

Les Gnostiques avaient expérimentés que nous ne pouvons définir réellement ce qui est humain qu’en faisant face à ce qui est dément et inhumain en nous-mêmes. Définir l’humanité, c’est intrinsèquement la défendre contre la perversion de sa nature première en rapport direct avec la source de notre Terre/mère qui Elle est amour inconditionnel. Les Gnostiques affirmaient que la capacité de perversion de l’humanité, ou déshumanisation, est au cœur de notre mental  mais que cette capacité seule n’est pas potentiellement perverse. L’influence des Archontes ne consiste pas à nous faire nous tromper mais à nous faire, au travers principalement de la distraction et de l’hébétude, négliger nos erreurs de sorte qu’elles prennent une proportion telle qu’on ne puisse plus y remédier.

Ce court texte est très fidèlement tiré des travaux de John Lash, chercheur spirituel éveillé qui depuis trente années maintenant tente de sortir des décombres les lumières de l’antique connaissance. Elle y avait été ensevelie par ceux qui cherchent le pouvoir sur les autres et qui sont aveuglés par les fausses promesses de la facilité. J’invite le lecteur francophone à consulter assidument l’excellent travail de traduction de son œuvre entrepris sur le site www.liberterre.fr/metahistoire/index.html afin qu’il façonne en lui l’or de son alchimie propre.  

Erik Gruchet, Saint Pierre le jeudi 8 novembre 2012


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Gollum Gollum 9 novembre 2012 12:39

    Nom de Dieu ! smiley 


    Moi qui me définis comme gnostique, je ne supporte pas ce genre de délire...

    Castaneda était un escroc de toute façon.. Pas besoin d’épiloguer longtemps là-dessus..

    D’un ouvrage à l’autre il n’y a strictement rien à en tirer à part une vague philosophie (non sans valeur d’ailleurs..) du guerrier.

    • hopeless 9 novembre 2012 16:49
      Gollum a dit : « Castaneda était un escroc de toute façon. »

      Tu en es si sûr que ça ? Il ne fait pas de doute que l’histoire de l’initiation de Castaneda par Don Juan a été quelque peu « arrangée », ça se sent bien par moments, et si ses livres sont passionants à lire, c’était évidemment aussi l’un des objectifs fixé par son éditeur. Néanmoins, tout ça tient trop bien la route pour avoir été inventé de toutes pièces.

      Dans le pire des cas, il s’est contenté de faire une synthèse de toutes ses lectures traitant du chamanisme, et dans ce cas je lui tire mon chapeau, c’est excellentissime.

      Ce qui est plus probable, c’est qu’il a eu 1 ou des contacts humains très avancés dans ces domaines, et qu’il a construit quasiment un roman à partir de toutes les données qu’il a pu récolter, de manière à les rendre accessibles à ses lecteurs, ce qui est aussi très intelligent de sa part. Le fait que Don Juan est existé ou non, n’est pas primordial en fin de compte. 

    • Gollum Gollum 9 novembre 2012 17:33

      Non je ne suis sûr de rien. Mais quand même. Suffit de voir la différence de style entre le premier opus et les autres..


      On a la nette sensation que le premier volume se suffisait à lui-même et que suite au succès considérable de celui-ci le deuxième a alors été écrit. Et franchement aucun de ceux que j’ai pu lire n’apporte quoique ce soit de nouveau.. La pluralité des bouquins d’ailleurs ne plaide pas en sa faveur. Ça sent trop la pompe à fric, avec épisodes nombreux comme dans les séries TV américaines..

      Quant au fait que Don Juan ait existé ou pas au contraire je trouve cela fondamental. Car s’il n’a pas existé tous ces volumes ne sont rien d’autre que de la broderie littéraire, certes assez talentueuse mais dans le fond sans intérêt véritable.

      En tous les cas, personnellement mon opinion est faite. 

    • gaijin gaijin 10 novembre 2012 09:43

      gollum
      pour une fois je ne suis pas d’accord avec vous
      j’ai passé quelques années a étudier ces ouvrages et a les mettre en pratique ( je ne parle pas des drogues qui ne sont qu’une partie non essentielle de l’histoire ). Le plus étonnant c’est que.... ça marche.
      au final il n’est pas si important que ça que l’histoire et les personnages soit factuels. Ce qui compte c’est que l’on ait les éléments simples et concrets qui permettent d’avancer sur ce chemin là.
      après il y a bien des choses sur lesquelles je suis en désaccord ( pour l’instant ) ne serais ce que leur rapport a la mort ou cette histoire de prédateurs .....c’est a voir si j’ose dire

      et franchement si don juan n’a pas existé ça aurait vraiment été dommage de ne pas l’inventer


    • Gollum Gollum 10 novembre 2012 11:46

      Mais gaijin je ne remets pas en question le shamanisme dans son ensemble, je dis juste que Castaneda a été un escroc, c’est tout. Et apparemment je ne suis pas le seul à le penser. Voir les liens de hopeless.. 


      Quant au texte de l’auteur il est indigent intellectuellement. 

      Il me traite de sectaire, libre à lui. Je pense avoir suffisamment prouvé sur ce site que ce n’est pas le cas et vous le savez. Être ouvert d’esprit ne veut pas dire non plus accepter n’importe quoi et mettre sa raison en sommeil, et là c’est le cas.

    • gaijin gaijin 10 novembre 2012 12:16

      que castaneda ait été un escroc pourquoi pas
      je me moque de l’aspect factuel des choses
      de là a dire qu’il n’y a rien a tirer de ses ouvrages c’est là que je m’insurge ( parce que ça va a l’encontre de mon expérience ........)
      ces ouvrages sont très bien faits et peuvent être utilisés c’est une forme de vérité qui pour ce qui est de l’esprit et de l’humain est supérieure a la vérité des faits objectivables.
      on se fout des élucubrations sur la naissance du bouddha ( ou du christ ) ce qui compte au final c’est la portée du message
      « le discours sur le dharma est pareil a un radeau » sutra du diamant
      ( c’est a dire qu’une fois que l’on a traversé la rivière on peut oublier le radeau )

      ( un dernier point : quoi que j’en dise par ailleurs je ne conseillerai jamais a personne de suivre le chemin de castaneda )


    • Gollum Gollum 10 novembre 2012 14:54

      de là a dire qu’il n’y a rien a tirer de ses ouvrages c’est là que je m’insurge ( parce que ça va a l’encontre de mon expérience ........) 


      Bon j’ai été un peu extrême.. J’ai d’ailleurs dit que sa philosophie du guerrier me semblait bonne..
      D’autre part mes lectures datent de très vieux, mais néanmoins je maintiens qu’au fur et à mesure des ouvrages, j’avais de plus en plus la sensation de perdre mon temps.

      Que pour vous l’expérience ait été positive j’en prends acte et j’y souscrit.

      Je trouve néanmoins que tout ce qui gravite autour de Jung me semble être une sorte de chamanisme moderne et beaucoup plus convaincant sinon efficace. Je pense en particulier à l’ouvrage de Barbara Hannah sur l’imagination active qui est absolument stupéfiant.. Là j’ai vraiment trouvé quelque chose à me mettre sous la dent.. Rien de fumeux, tout est concret, avec des exemples nombreux et que l’on peut expérimenter soi-même.. Bref, une atmosphère très différente de Castaneda où les concepts sont flous et vagues..

      M’enfin bon encore une fois, ce n’est que mon point de vue. Mais je suis loin d’être le seul.

      Cordialement. 

    • gaijin gaijin 10 novembre 2012 16:39

      chacun a son propre chemin......
      ce qui compte au final étant le plaisir que l’on éprouve a le parcourir sans fin
      «   ....Castaneda où les concepts sont flous et vagues.. » ça je veut bien vous l’accorder smiley
      mais c’est que lire castaneda et y chercher des concepts est précisément la chose a ne pas faire smiley


    • Erik Gruchet 9 novembre 2012 15:30

       

      Que jugez-vous comme délire ?  Que 80% des textes retrouvés à Nag Hammadi face référence à l’influence pernicieuse des archontes et à leur origine non terrestre dans la mesure où leur origine décrite dans la mythologie de la genèse gnostique place leur apparition avant l’incarnation de Sophia en la planète Terre ? L’influence inhibante de l’idéologie de la salvation sur la prise en charge par l’individu humain de son accomplissement  personnel ? Le principe de la prédation institué en dogme de l’histoire naturelle contemporaine ? Le parallèle possible entre les écrits d’expérience de Carlos Castaneda  et ces anciens textes qui semblent aborder le même sujet ? La définition que vous nous donnez de « gnostique » à savoir avoir la science infuse et balayer d’un revers de phrase toute recherche de vérité hors des sentiers rebattus ?


      • Gollum Gollum 9 novembre 2012 17:39

        Ah ah ah... Quel charabia nom de Dieu ! Ça n’a ni queue ni tête votre prose... Vous comprenez ce que vous écrivez ?


        Quant aux sentiers pas battus je les fréquente peut-être depuis plus longtemps que vous, mais moi j’aime avoir les pieds sur terre.. et surtout les idées claires..

        Z’êtes mûr pour fonder une secte en tous cas.. Les « disciples » adorent ce genre de phrase creuses qui semblent promettre des vérités cachées mais qui ne sont que du vent..

      • Erik Gruchet 10 novembre 2012 05:45

        Tel  le personnage fictif de Tolkien, Gollom est tellement obsédé par le pouvoir de son anneau qu’il en devient esclave !

        Le fond de cet article, car il semblerait que cela vous ait totalement échappé, concerne l’idée d’un virus conceptuel introduit dans les croyances humaines par toute les religions du Livre ( le principe d’un dieu paternel autoritaire extérieur et la nécessité d’un sauveur pour racheter un humanité définitivement faible et pécheresse), virus introduit donc par des entités qui ont ainsi pu établir leur système pyramidal de pouvoir sur la planète Terre et de domination sur les humains. L’antique croyance des gnostiques à laquelle il est fait référence concernait elle, l’incarnation parfaite de la déesse Sophia dans la planète Terre et le chemin d’apprentissage à parcourir individuellement pour ramener à la conscience la perfection de cette incarnation. L’une des idées voue l’humanité à une impuissance définitive et suppliante face à une autorité divine extérieure et l’autre concept  permet un accomplissement  par un travail sur soi.

        Le parallèle avec les récits de Carlos Castaneda ne constitue qu’une anecdote, significative toute fois, car la description des prédateurs qui ont implantés ce virus idéologique dans les croyances humaines depuis Abraham sont décrits de façon similaires par l’auteur en question et dans des textes très anciens, écrit en copte et traduit bien postérieurement à l’édition des ouvrages de Castaneda !

        Quant à mon écriture et la compréhension que j’en ai,  je laisse les lecteurs juges de qui fait preuve d’un esprit sectaire et intransigeant et de qui tente d’apporter un pierre à l’édifice commun.


      • hopeless 10 novembre 2012 09:06
        « ...textes très anciens, écrit en copte et traduit bien postérieurement à l’édition des ouvrages de Castaneda ! »

        Hélas non ! Voici ce que dit wikipedia : 

        « Entre temps, une édition en fac-similé des manuscrits paraît entre 1972 et 1977 (avec d’importants compléments en 1979 puis en 1984), publiée par E. J. Brill sous le titre de The Facsimile Edition of the Nag Hammadi Codices, rendant ainsi disponible à tous l’ensemble des documents. »

        Donc Carlos Castaneda peut très bien avoir eu connaissance de ces textes avant d’en avoir parlé lui-même, surtout en tant qu’universitaire. 

        Quelques liens passionants aussi du site Karmapolis : 

      • gaijin gaijin 10 novembre 2012 10:08

        hopeless
        sympa le lien smiley


      • Gollum Gollum 10 novembre 2012 11:37

        Merci à hopeless pour ces textes très instructifs et intelligents qui remettent les pendules à l’heure.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Erik Gruchet


Voir ses articles







Palmarès