Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > La réhabilitation de Mgr Williamson : une « boulette » diplomatique (...)

La réhabilitation de Mgr Williamson : une « boulette » diplomatique ?

Cet article n’a pas vocation à porter un jugement sur l’acte de réhabilitation de Mgr Williamson, mais plutôt à apporter quelques clés de compréhension et à corriger quelques fausses idées actuellement en circulation.

CE QU’ON APPREND DANS LES MÉDIAS

"Le Pape Benoît XVI a réhabilité 4 évêques intégristes, en particulier le négationniste Mgr Williamson.
[...]
Les juifs sont immédiatement grimpés au créneau...
[...]
Les allemands ont fait savoir que...
[...]
La communauté machin se dit profondément...
[...]"

RÉHABILITÉ PAR QUI ?

Par l’Église catholique universelle. Pas par Monsieur Ratzinger, sur un coup de tête et de sa propre initiative.

Et alors pourquoi par sa voix, et pas celle d’un autre membre de l’Église ?
Parce qu’une réhabilitation se prononce par la même autorité (prêtre, évêque, Pape,...) que celle qui a prononcé l’excommunication associée.

QU’EST-CE QU’UNE EXCOMMUNICATION ?

Une excommunication (et non une "excommunion") n’est pas une sanction disciplinaire interne ou une destitution. Elle peut être prononcée à l’égard de tout chrétien baptisé, qui ne perd pour autant ni son statut de catholique, ni de prêtre ou d’évêque le cas échéant (bien que ses missions lui soient retirées).

Être excommunié, c’est être exclu de la communauté. En effet l’Église n’est pas un simple groupe d’individu, mais aussi un corps unique, dont les fidèles sont les membres. C’est la raison pour laquelle, à l’inverse d’un groupe quelconque, l’unité du discours et du comportement des membres est fondamentale. Par conséquent, du moins sur des questions essentielles, un membre qui persiste dans un comportement ou un discours schismatique (semant la discorde au sein du groupe) ou hérétique (plongé dans l’erreur) doit être exclu de ce corps.

Cette exclusion officielle peut :

- être prononcée par une autorité ecclésiastique (un prêtre, un évêque, le Pape) ; l’excommunication a valeur à l’échelle de la subdivision donc est responsable l’autorité en question (paroisse pour un prêtre, diocèse pour un évêque,...) ; compte tenu de la gravité de l’acte, celle-ci est quasi-systématiquement prononcée par le Pape, et a donc valeur à l’échelle de l’Église tout entière ;

- être la conséquence, prévue dans le canon romain (la "législation" de l’Église), d’un acte fondamentalement grave, qui porte atteinte à l’unité de l’Église : désobéissance, sacrilège,...

Dans le cas de Mgr Williamson, il s’agit précisément de ce dernier cas de figure. En 1988, un évêque intégriste a ordonné évêque quatre prêtres sans l’accord (et contre l’avis) du Pape, pourtant obligatoire. Par voie de conséquence, comme le prévoit le canon romain, l’évêque en question et les quatre prêtres irrégulièrement ordonnées ont été excommuniés.

ET UNE RÉHABILITATION ?

Ce n’est pas l’annulation d’une condamnation, ou la reconnaissance de l’injustice d’une peine précédemment infligée (cf l’affaire Dreyfus).

Réhabiliter un excommunié consiste à l’accepter de nouveau parmi ce corps qu’est l’Église.

POURQUOI LE PAPE LES A-T-IL RÉHABILITÉ ?

Le Pape a pour mission de travailler à l’unité de l’Église. C’est-à-dire éviter autant que possible la constitution de groupe dérivés, divergents, séparés du corps.
Or un certain nombre de fidèles ont plus ou moins officiellement quitté l’Église, ou en sont à la limite, pour suivre ces évêques excommuniés. Non pas que lesdits chrétiens adhèrent formellement à l’acte de désobéissance (ceux-ci seraient alors également excommuniés), mais davantage parce qu’ils sont ces gens qu’on associe parfois au package "intégriste, extrême droite, etc...". Ainsi, à la suite de ces évêques, du fait que ces derniers sont excommuniés, des fidèles s’écartent peu à peu de l’Église, blessant son unité.
De plus, comme l’a expliqué le Pape Benoît XVI lui-même, ces évêques ont exprimé à plusieurs reprises leur souffrance vis-à-vis de la situation dans laquelle ils s’étaient retrouvées.

Plus de dix années ayant passé, l’Église a estimé que :

- la gravité de leur acte avait suffisamment été pointée pour que la communauté en ait pris conscience ;

- ces évêques étaient de nouveau aptes à endosser une mission épiscopale ;

- dans un souci d’unité, afin de ramener à la vérité les gens ayant marché à leur suite, il était judicieux de faire un pas vers ces évêques.

C’est pour ces raisons qu’elle a pris la décision de réhabiliter ces évêques irrégulièrement ordonnés (l’évêque les ayant ordonnés est, pour sa part, toujours excommunié). Ce geste est intimement associé à l’attente et l’espérance de la part de l’Église de les voir également, de leur côté, faire également un pas dans le bon sens, entrainant derrière eux les fidèles qui les suivent.

ET LES PROPOS NÉGATIONNISTES DE L’UN D’EUX, DANS TOUT ÇA ?

Rien à voir. D’ailleurs ceux-ci sont postérieurs à leur excommunication, et ne concernent qu’un évêque parmi les quatre.

On n’excommunie pas un membre, même haut placé dans l’Église, en raison de ses prises de position politiques ou polémiques, ni même de ses actes personnels (mœurs, infractions,...). Dans le pire des cas, sa mission peut lui être retirée, si l’Église estime que les faits nuisent à l’accomplissement de sa mission.

N’EMPÊCHE QUE CE N’EST PAS TRÈS FIN, DANS LE CONTEXTE POLITIQUE ACTUEL, DE FAIRE DU BUZZ AUTOUR D’UN PRÊTRE NÉGATIONNISTE...

Le Vatican n’est pas une diplomatie internationale, cherchant à contenter les uns ou les autres au sein des conflits et autres querelles d’actualité.
L’Église a réhabilité ces évêques, parmi lesquels ce décrié négationniste, pour les uniques raisons précédemment décrites, indépendamment de tout contexte politique.

Le négationnisme est pénalement réprimé dans la plupart de nos pays occidentaux, dont les organes juridiques peuvent être saisis indépendamment de l’excommunion ou de la réhabilitation du coupable présumé. De plus, avant de crier au scandale, il peut être judicieux de se pencher sur la définition du terme "négationnisme", et d’étudier minutieusement les faits, afin de déterminer si l’évêque en question semble ou non avoir posé un véritable acte négationniste (aucune idée, je n’ai pas du tout étudié la question).


Moyenne des avis sur cet article :  3.26/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • santos santos 4 février 2009 11:19

    Il est nécessaire de préciser la chose suivante :

    Mgr Williamson n’a pas été réhabilité : son excommunication a été annulé.

    La réhabilitation correspond bien à ce qui est expliqué ci dessus.
    L’annulation, ou "reconnaissance de nullité", signifie que Mgr Williamson, outre le fait qu’il est officiellement réintroduit comme membre de l’Église, n’est plus considéré comme ayant été excommunié.
    En effet une réhabilitation n’efface pas une excommunication.
    Mais l’annulation n’est pas non plus une reconnaissance d’un vice de procédure, d’une excommunication abusive.

    Si on compare l’excommunication à une suspension de permis de conduire, la réhabilitation est la validation d’un nouveau permis, quelques années après, suite à un nouvel entrainement, comme prévu par le code de la route. L’annulation est la remise en service du permis suspendu, sans remettre en question la verbalisation ayant entrainé la suspension.

    La Conférence des Evêques de France résume très bien la situation :

    http://www.zenit.org/article-20015 ?l=french


    • Tonton Tall 4 février 2009 11:53

      Bla bla juridico-christo-machin qui n’a d’autre intérêt que de jeter un écran de fumée sur une réalité historique incontestable qu’on a cru enterrée, mais qui refait surface, à savoir : que l’Eglise catholique a été antisémite pendant près de 2000 ans, et qu’elle éprouve beaucoup de mal à évoluer.

      Je me rappelle encore de mon père catho qui m’expliquait à l’âge de 6 ans que les Juifs, c’était ceux qui
      avaient tué Jesus. Amen.

      Je note que l’Islam, ce n’est pas mieux, c’est même encore bien pire car ils ne font aucun état d’âme à ce propos, ils affichent carrément la couleur.

      Enfin, quant au Judaïsme, faut-il s’étonner que le truc du Peuple Elu ( les autres pouvant crever ) foute continuellement le bordel entre les communautés ?

      La solution à toutes ces conneries, c’est la foi limitée à la sphère privée, et les religions interdites d’enseignement. Avec même un cours anti-clérical basé sur l’histoire, l’actu et la psy pour mieux défendre la démocratie qui, ne l’oublions jamais, est toujours sous la menace des religieux qui rêvent de théocratie.

      Les 8 années merdiques que le monde vient de vivre ont été marquées par le couple infernal évangélisto-islamique Bush - Ben Laden.

      Ras-le-bol de tous ces connards !!


      • Hieronymus Hieronymus 4 février 2009 17:16

        Tonton, pas trop fatiguant le copie/colle ?


      • Senatus populusque (Courouve) Courouve 10 mars 2009 10:48

        Le truc du peuple élu ; une autre formulation est de dire que le peuple juif est "le corps mystique de Dieu".


      • Zalka Zalka 4 février 2009 15:03

        Actias, si un type se présente en affirmant que le WTC ou la Tour Eiffel n’ont jamais existé, applaudirais tu la liberté de parole et l’esprit critique ?

        Il y a une sacré diffénrence entre discuter des chiffres comme tu le fais et l’affirmation de ce zozo. Il ne discute pas les chiffres, il nie les faits en parlant uniquement de "300 000 victimes"...


      • santos santos 4 février 2009 15:22

        Bah y’en a bien qui nient l’histoire de Jésus... (! !!)
        Et puisque tu parles du WTC... il y en a bien qui nient la version officielle de sa destruction.
        Bref, rien n’est universellement acquis, et à juste titre.

        En fait, ce ne sont ni la gravité ni l’anciennete des faits qui donnent du crédit à telle ou telle version des faits, mais la confiance que nous accordons à ceux qui nous ont transmis l’histoire.
        Des dizaines de milliards de gens, générations après générations, croyants ou non, se transmettent l’histoire de Jésus.
        Les histoires avec les juifs pendant la seconde guerre mondiale, on manque encore beaucoup de recul, peu de gens ont vu de près, et ceux qui savent (ou ont sû) sont pris dans des conflits d’intérêts monstrueux...
        Idem pour les attentats WTC.

        En France et à l’heure actuelle, on ne peut pas se plaindre du manque de liberté d’expression. Seule exception remarquable, le délit de négationnisme. Il est d’ailleurs très discutable, mais existe justement pour que la liberté d’expression, au fil des années, n’étouffent pas la vérité sur quelques faits majeurs et extrêmement graves de l’histoire.


      • santos santos 4 février 2009 15:27

        Par ailleurs, le zozo a été clairement, officielement et spontanément désavoué par tout le monde suite à ses propos (tant du côté de l’Église que de sa propre communauté).
        Propos qui, rappelons-le, n’ont rien à voir avec son excommunication et l’annulation de cette dernière. Ça serait sympa d’orienter la discussion plutôt sur le sujet, plutôt que sur le contre-sujet, à propos duquel de toute façon les fils de discussion ne manquent pas.


      • Tonton Tall 4 février 2009 17:00

        l’auteur
        J’ai signalé ton post précédent comme abus pour cause de négationnisme
        Continue ton spiel, et tu vas avoir un procès à tes basques
        Les fumiers dans ton genre, on sait ce qu’il faut en faire


      • Hieronymus Hieronymus 4 février 2009 17:24

        Tonton, qui vous permettez vous de traiter de fumier et pourquoi ?
        vous pourrissez completement les fils, on dirait que vous n’avez que ca a foutre !


      • santos santos 4 février 2009 17:58

        LOL !

        Justement je n’y connais pas grand chose en matière de négationnisme (à part un peu de lecture sur wikipedia), et je ne souhaitais pas du tout discuter de cela (je l’ai suffisamment répété).

        Après j’arrête de parler de ça, mais je précise simplement ce que j’ai voulu dire dans ce post, en réaction à zalka :

        1) j’ai interprété son propos comme "cet évêque c’est un guignol, il remettre en quetion un fait aussi universellement acquis, c’est aussi ridicule que remettre en question l’existence de la Tour Eiffel".
        Je ne dis pas du tout qu’il a raison de remettre ces faits en question, et encore moins d’en tirer publiquement une conclusion négative. Et le délit de négationnisme est précisément là pour interdire de prononcer une telle conclusion.
        Je veux seulement faire remarquer que les faits ne sont pas acquis parce que "bah oui c’est évident, tout le monde le sait", mais parce que nos gouvernements ont décidé de faire confiance, accorder du crédit, à l’avis commun d’un comité d’experts. Pour ma part, j’en ai un peu entendu parler au collège en cours d’histoire, c’est tout.

        2) je me suis probablement mal exprimé. Je ne remets pas en cause la Shoah sous prétexte de manque de recul, de preuves et de fiabilité des témoignages, j’admets qu’un comité d’experts aient pu trancher la question, à l’aide d’éléments suffisamment fiables. Par contre, pour ce même prétexte, je pense que c’est normal que ce ne soit pas rationnellement acquis dans les esprits de tout le monde. Moi le premier, n’y connaissant rien. J’en ai entendu parler, c’est tout. J’admets, je ne critique pas.

        3) je vulgarise (peut-être de façon erronée) le principe du délit de négationnisme : dans un contexte de liberté d’expression, dans lequel donc tout le monde pourrait potentiellement s’exprimer sur la question de la Shoah, une version officielle est imposée, pour ne pas que, par manque de connaissances ou par mauvaise intention, il se mette à circuler tout et n’importe quoi, à telle point qu’au fil des années la vérité soit oubliée. Je fais remarquer que selon moi, ce n’est pas une atteinte à la liberté d’expression, compte tenu du caractère gravissime et exceptionnel du sujet.


      • Tonton Tall 4 février 2009 23:29

        Hierominus et santos

        Je ne fais jamais aucune concession face à des gens de votre espèce...votre fonds de commerce qui est la supersition exploitant l’ignorance, est nuisible à l’humanité, l’histoire l’a suffisamment montré.

        Quand on écrit :
        Les histoires avec les juifs pendant la seconde guerre mondiale, on manque encore beaucoup de recul, peu de gens ont vu de près, et ceux qui savent (ou ont sû) sont pris dans des conflits d’intérêts monstrueux...

        C’est du négationnisme à peine voilé, dans le sens qu’on ne nie pas le fait, mais on le met "un peu en doute" quand même

        C’est à vomir ... smiley smiley


      • santos santos 4 février 2009 23:44

        Comme expliqué précédemment, je n’y connais rien ; de plus je suis informaticien, et ces histoires, qui n’étaient pas l’objet de mon article, ne sont pas ma première préoccupation.
        Comme expliqué également, à travers mon propos que vous citez je ne remet pas en cause les faits, je justifie le fait que ces derniers ne soient pas nécessairements intégrés dans la tête de tous les gens.
        On parle de négationnisme lorsque, sur ce sujet, il y a clairement intention de tromper, en s’appuyant sur de fausses preuves, des chiffres falsifiés, etc..., ce qui n’est pas mon cas ici.


      • Tonton Tall 5 février 2009 10:10

        la phrase que j’ai mise en gras est très claire
        vous suggérez une mise en doute
        votre masque est transparent

        une seule question à tous les croyants du monde :
        sachant les dizaines de religions qui ont déjà existé sur terre ( grecs, incas, vikings, gaulois, etc .. etc .. ) comment pouvez-vous encore ne pas comprendre qu’il s’agit d’inventions humaines ?


      • Yohan Yohan 4 février 2009 17:06

        Les curetons n’ont jamais été franc du collier. Chassez le naturel, il revient au galop. Les seuls que je respectais, les prêtres ouvrier, ont disparu. Reste plus que ces porte mitre qui ne sont que des pitres


        • santos santos 4 février 2009 18:04

          Je respecte vote avis, cependant le titre de l’article n’est pas "l’Église : une énorme blague ?", mais un éclairage sur un fait ponctuel et précis concernant principalement deux membres d’Église.
          Si vous souhaitez contribuer, merci de commenter ce sujet, et non la rubrique du sujet.


        • nihalem 4 février 2009 18:14

          Complètement con :
          « ET UNE RÉHABILITATION ?

          Ce n’est pas l’annulation d’une condamnation, ou la reconnaissance de l’injustice d’une peine précédemment infligée (cf l’affaire Dreyfus).

          Réhabiliter un excommunié consiste à l’accepter de nouveau parmi ce corps qu’est l’Église. »

          Non, ce n’est pas la réintégration dans l’église. D’ailleurs, ce n’est même pas une réhabilitation. En 1054, orthodoxes et catholiques s’excommubiet réciproquement, en 1965, ils lèvent leurs excommunications. Pourtant il y a toujours deux Églises, qui différent sensiblement sur leurs christiannismes. La levée d’excommubication est un préalable au dialogue, c’est tout. Pas une adhésion. C’est reconnaître que l’autre n’est pas diabolique et qu’il n’y a qu’égarement. Souvent, l’excomunication correspond au danger du moment et est adoucies quand ça se tasse, voire elle n’est pas prononcée si l’antagonisme est évident et qu’elle inciterait à la peersécution des chrétiens, comme les régimes totalitaires...

          Il ne suffit pas de lire la vulgate anticléricale pour savoir de quoi il en retourne, encore plus pour relayer ces fausses informations. Santos, tu es un mauvais journaliste citoyen...


          • santos santos 4 février 2009 18:23

            Mais je suis d’accord avec vous !

            Seulement vous semblez confondre "réhabilitation" et "levée d’excommunication", or ce n’est pas la même chose.
            Dans le cas de Mgr Williamson, il s’agit bien d’une levée d’excommunion, telle que vous la résumez.

            Effectivement mon propos est embrouillé, j’ai beaucoup appris sur le sujet depuis la publication de l’article. A commencer cette différence, et le fait qu’il s’agit ici d’une levé d’excommunication, et non d’une réhabilitation, comme j’avais pu lire dans les médias.

            Cet article de Mgr Hyppolite Simon, dont j’ai eu connaissance tardivement, explique bien les choses :

            http://catholique-clermont.cef.fr/article.php3?id_article=2001


          • Hieronymus Hieronymus 4 février 2009 18:38

            @ l’auteur
            merci pour cet article clair et bien documente
            meme si sur la fin tendent a se meler "tetes de chapitre" et appreciations subjectives
            il faut bien preciser que levee d’excommunication ne signifie pas rehabilitation

            tout a fait d’accord avec Actias exprimant :
            on aura pu lire sur ce site (ainsi que le monde) des cathos s’annoncant [a propos de rehabilitation] outrés (conformément à l’injonction de la télé) ... force est de constater qu’il ne comprennent pas plus le fonctionnement de leur religion que les manipulations merdiatiques.
            on vit une epoque de grand n’importe quoi ou l’emotion immediate prime sur tout discernement et ou les dogmes (marteles jusqu’a l’absurde) du politiquement correct finissent par dicter totalement le mode de pensee des individus et censurer automatiquement toute opinion "divergente"

            Benoit XVI est une personnalite reservee mais tres erudite, s’il n’a pas le gout des bains de foule de son predecesseur il n’est pas du tout le "reac" de base obtus et borne que bcp voudrait faire croire .. il ne faut tout de meme pas s’etonner qu’un Pape aille defendre le catholicisme .. c’est un homme cultive et ouvert, les contacts personnels qu’il a lies avec le metropolite Cyrille de Kiev avant que les 2 prelats ne parviennent chacun a la fonction supreme de leur eglise laisse escompter un rapprochement fructueux, sur les relations entre les 2 eglises :
            http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=50745
            bien cordialement


            • Canine Canine 5 février 2009 03:01

              @ L’auteur.

              Euh, n’y aurait il pas comme une erreur linguistique dans votre propos ?

              Vu dans votre article :

              "ET UNE RÉHABILITATION ?

              Ce n’est pas l’annulation d’une condamnation, ou la reconnaissance de l’injustice d’une peine précédemment infligée (cf l’affaire Dreyfus).

              Réhabiliter un excommunié consiste à l’accepter de nouveau parmi ce corps qu’est l’Église.

              POURQUOI LE PAPE LES A-T-IL RÉHABILITÉ ?"

              Titre du premier lien que vous donnez : "La lévée de l’excommunication n’est pas une réhabilitation", précisément parce qu’un réhabilitation signifie un retour en grâce avec des excuses (cf l’affaire Dreyfus).

              Soit je n’ai pas compris une subtilité dans votre article (ce qui est tout à fait possible), soit il y a un malentendu dans votre argumentation.


              • Canine Canine 5 février 2009 03:02

                Ah, j’ai réagi après lecture de l’article sans lire les commentaires, apparement la précision à déjà été précisé.


                • santos santos 5 février 2009 17:44

                  Oui, il y a de gros malentendus dans mon argumentation, j’ai beaucoup appris suite à la publication de l’article, et donc fait évoluer mon raisonnement.


                • Senatus populusque (Courouve) Courouve 14 février 2009 10:21

                  Excellente chronique de Laurent Gerra sur RTL le 9 février 2009 :

                   
                  "Benoît XVI : - [Richard] Wiliamson demande des preuves de l’existence des chambres à gaz. Arrête, Richard, bitte, de dire des bêtises pareilles ; après tu vas demander des preuves de l’existence de Dieu, peut-être ? Quand on est prêt à croire sans preuves qu’on peut marcher sur l’eau, qu’on peut multiplier les pains ou ressusciter au bout de trois jours, alors on peut tout croire, hein ?"

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès