Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > La religion au service du pouvoir

La religion au service du pouvoir

Quand j’évoque le sujet de la gratuité, la discussion finit toujours par aborder un thème sensible, la méchanceté naturelle de l’homme, incapable de se motiver pour autre chose que pour lui-même. L’homme serait intrinsèquement vil, et il est impossible de le motiver à quoi que ce soit sans la carotte et le bâton, qui sont symbolisés dans certaines sociétés par la récompense ou la punition divine, dans d’autres par la récompense en nature ou le châtiment corporels, et dans les dernières par la richesse ou la pauvreté.

Ces trois manières de penser peuvent se juxtaposer, s’interpénétrer, mais ont toutes en commun le fait d’appartenir à un système de jugement des actes humains à caractère divin, que la justice des hommes soit ou non consciemment considérée comme telle, ou que celle du matérialisme le soit également, au travers du dieu « argent »

Mais que l’on soit d’accord ou non avec cette interprétation, il ne fait cependant aucun doute que quel que soit le système utilisé pour faire vivre les hommes en société, un système de « récompense/punition » semble devoir être mis en place, afin donc de corriger les errements naturels de l’homme.

Ce résultat est sans doute celui qu’ont contribué à construire tous les dictateurs de tous temps, car un tel moyen de pression justifiait à la fois leur pouvoir, mais aussi l’apparente injustice dont étaient victimes les hommes. Si un homme venait à « rater sa vie » (peu importent les critères choisis selon les époques ou les lieux), il y avait toujours une raison à cela, bien sûr indépendante de la volonté du gouvernement en place : il n’avait pas suivi les préceptes de la religion, ou ceux de la Loi, ou encore ceux du libre-échange. C’était de sa faute. Son libre-arbitre censé l’éclairer n’avait pas réussi à vaincre ses bas instincts, et ni Dieu, ni le gouvernement, ni le système n’en étaient responsables, malgré toute leur omnipotence et leur omniscience. Ne pouvant accepter d’être faillibles, la faute ne pouvaient en revenir qu’au diable, ou à la méchanceté intrinsèque de l’être humain.

Mais ce qui est étrange avec les religions, c’est qu’elles semblent toujours finir par servir ceux qui suivent le moins leurs préceptes : l’église prône l’abstinence et la pauvreté, et gagne des fortunes tout en outrageant la chasteté, les dictateurs prônent l’ordre et la paix, et font la guerre en mettant partout le désordre, les capitalistes favorisent le libre échange, la transparence et la justice, et ce sont les pires canailles ne respectant aucun des principes édictés que l’on trouve aujourd’hui à la tête de fortunes immenses. Ce serait à se demander si, finalement, Dieu, ou le Marché, le "Tout-puissant", possède vraiment les qualités dont on l’accable... à moins que ce ne soient que ses interprètes qui, par un subtil renversement de paradigme, sont parvenus à faire entrer l’échec des préceptes dans les préceptes originels : les sept péchés capitaux, par exemple, sont des faiblesses humaines naturelles, voire des plaisirs sains... le nombre incalculable de lois promulguées, transformées, abolies puis remises à jour, soutenues par une seule « nul n’est censé ignorer la loi » implique forcément l’impossibilité d’y parvenir, tout comme le fait de prôner la liberté d’entreprendre sans l’autoriser dans les faits, faute de crédit accordé à celui qui n’a pas déjà entrepris.... l’échec de l’application des préceptes religieux est en réalité inscrit dans ces préceptes, et ce n’est sans doute pas par hasard.... à moins bien sûr que de vouloir confondre le dieu et le diable, le président et le dictateur, le capitaliste et l’esclavagiste...

Après ce constat, la question est celle-là : à quoi servent donc les religions, puisqu’elles établissent des règles qui aboutissent par faire « réussir » les seuls qui les enfreignent ? les pauvres survivant dans la misère espèrent soit un paradis hypothétique pour supporter leur souffrance, soit un coup médiatique pour les sortir de l’anonymat, ou se retrouvent en prison pour avoir tenté d’échapper à la misère avec une combine d’amateur....tandis que les tricheurs, voleurs et menteurs de grande envergure finissent pas vivre somptueusement, ne jamais se faire rattraper par la justice, et se moquent de l’enfer comme du paradis...

C’est comme si les religions avaient été inventées non pas pour apaiser les souffrances des hommes, mais pour les lui donner. Qu’elles soient physiques ou morales, ces souffrances servent un pouvoir qui les exploite, et qui lui offre comme consolation l’un ou l’autre des espoirs qui ne viendront sans doute jamais.
Je ne suis pas le seul à penser ainsi, et on sait trop bien combien de guerres ont été menées, combien d’esclaves ont péri, combien de souffrances ont été supportées par les hommes au nom des religions, quelles qu’elles soient.

Ensuite, il serait bon de s’interroger sur la nécessité des religions... car croire en Dieu ne peut-il pas se faire sans règles ? l’homme a-t-il besoin de se cacher derrière des concepts inatteignables pour justifier ses exactions ? l’injustice ne peut-elle pas s’assumer au grand jour comme aux temps de l’esclavage ? Non, bien sûr, car ces règles sont dictées par les hommes, et seuls les hommes ont le pouvoir de les changer, ou de les abolir.

Mais si les religions, au lieu de sortir l’homme de sa méchanceté intrinsèque, le rendait méchant pour des raisons économiques et sociales, afin de protéger ceux qui détiennent le pouvoir ? et surtout, et si cela était volontaire et consciemment élaboré par de fins psychologues avides de pouvoir ?

Car le bien et le mal sont des concepts relatifs inventés, définis et décrits par les hommes. Si Dieu existe et qu’il est vraiment tout puissant, alors soit il ne juge pas les actes humains, ni ne les punit, soit il n’autorise pas le mal.

Et si l’homme est mauvais, alors les religions actuelles ne fonctionnent pas, et ne sauraient y arriver. Il faut soit changer nos conceptions, soit accepter et assumer nos contradictions.

Après toute cette digression, comment maintenant envisager un monde où le don serait la règle, sans recourir à la religion ? c’est bien là tout le problème. Car pour inciter les gens à donner sans échanger, à partager sans garder, à travailler sans contrainte, à vivre sans peur, à penser à autrui, il faudrait tout d’abord pouvoir balayer d’un seul coup près de 3000 ans d’Histoire et de religions, pour pouvoir instaurer une nouvelle manière non seulement de concevoir le divin, mais aussi et surtout de voir l’homme d’une façon radicalement opposée à celle qu’on nous inflige depuis toujours. Il faudrait que les hommes prennent conscience de leurs forces et de leurs faiblesses, et prennent la véritable mesure de leur humanité : un amas de contradictions insolubles, une complexité chaotique formant un tout relativement homogène, une création insensée de la nature, à la fois capable d’amour et de haine, de violence et de douceur, une harmonie des contraires. l’Homme n’est ni bon ni mauvais de manière innée, mais son but est de parvenir d’une part à s’améliorer, et d’une autre à transmettre son amour des autres , sa confiance en l’avenir, par le biais de la filiation.

En fin de compte, le pire est qu’on constate que cet homme est bien celui qu’évoquent toutes les religions, mais par un étrange subterfuge, qui n’a rien de divin, les hommes détenant le pouvoir de nous éclairer sur les messages délivrés font aujourd’hui comme hier, et quelle que soit l’église : ils préfèrent nous indiquer les comportements à suivre plutôt que de nous apprendre à lire, et à comprendre par nous-mêmes pourquoi il faut les suivre. Ainsi, ils y déversent à la place leurs propagandes, et rendent les hommes serviles au lieu de les libérer.

Mais le jour où les hommes auront compris que qu’ils ne sont pas les victimes des Dieux mais celles des hommes, alors ils brûleront tous leurs veaux d’or pour recouvrer leur liberté. Quand ils auront pris conscience qu’en changeant les règles les souffrances peuvent disparaître, alors ils retourneront à leur véritable essence. Car lorsqu’ils auront cessé de croire à leur méchanceté naturelle, ils seront déjà meilleurs. Et la religion sera alors de nouveau au service des hommes.

Caleb Irri

http://www.calebirri.unblog.fr


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • amipb amipb 22 juin 2010 12:14

    Peu importe l’idéologie, il s’en trouve toujours pour l’utiliser afin d’asseoir son pouvoir et gagner de l’argent. La religion n’échappe évidemment pas à la règle, les « vrais » religieux se trouvant bien souvent dans l’ombre des grands cultes.


    • anty 22 juin 2010 12:40

      Et en particulier l’islam....


      • Alpo47 Alpo47 22 juin 2010 13:48

        Etablies et institutionnalisées, les religions monothéistes ont dévoyé la quête de compréhension, spirituelle, inhérente à chaque individu. Elles se sont « glissées » afin de servir d’intermédiaire entre l’homme et « Dieu ».
        Lorsqu’on considère certains rituels ou certaines pratiques, avec quelque recul, on ne peut qu’être effaré devant la tromperie des uns et la naïveté des autres.

        Depuis des siècles, leur rôle s’est renforcé et concourt à « l’équilibre » de nos sociétés, en fait, à constamment MAINTENIR L’ORDRE ETABLI.

        Je crois que leur rôle, sans exception, touche à sa fin, parce que des millions d’individus sont en train de comprendre qu’ils n’ont nul besoin d’intermédiaire et surtout que ce qu’ils cherchent n’est nulle part ailleurs, QU’AU PLUS PROFOND D’EUX MËMES ...

        Il est temps pour nous de nous éveiller de ce trop long cauchemar.


        • mcjb 22 juin 2010 15:25

          la bible et la thora sont aux sources du savoir,

          malheureusement je ne connais pas exatement la herarchie de ce savoir mais on peut dire sans se tromper que des le premier ecrit prophetique le savoir etait la ,
          rappelons nous moise et son tetragramme 13*2 = 26
           que jesus christ completa en 26+ 1 = 27 tables alpha numeriques,
          savons nous seulement que le n est la 13e lettre de l’alphabet et le 0 la 14e mais queL la douzième, il s’ensuit une hierarchie soit L est egal a 6*2 , soit n est egal a 6*2+1 soit 0 est egale a 7*2 soit p est egale a 7*2+1

          ainsi on s’apercoit que L est en base 6 et O en base 7

          sachant par ailleurs que la base 7 est 7*7 =49 il est facile de voir que o = 0 et p =1

          mais bien entendu les lettres gardent leur valeur intrinseque soit base 6 pour chaqune sauf pour le A qui est en base 5 soit ab = 5+6 =11
          une fois expose ces faits, car toute la bible est basee sur des fractions a l’image de 15/7 apocalypse et 22/22+32/32 =54/54, il est bien eviend de constater que nous avons affaire a des gens erudits qui ont ecrit la bible,
          et en dernier , il nous faut ressortir la quintescence de la bible qui se trouve en le prophete sophonie ancien testament

          3+14+20=37 sophonie
          37*14=518 (newton 518 2 1.5) euclide 518 puissance 313 4725
          518-210=308/6=51
          308/44=7
          Sources :
          source bible et Euclide 300 ans avant jesus christ


          • mcjb 22 juin 2010 16:19

            j’oubliais de donner la valeur essentielle de la bible
            soit 144+24=168/24=7

            la septante,

            que de deboires j’aurais evite si j’avais connu cette formule plus tot, n’oublions pas que la septante est l’embleme de bp a voir sous wikipedia la fleur a 72 petales


          • mcjb 22 juin 2010 16:47

            suite et fin

            Votre questionAutre question  »
            le savoir integral dans la bible
            soit 233+1 soit 144+12
            231/7=33
            +2*42=84
            +1
            118 + 144+24=168/24=7

            total 125/25=5 = 3/2 = 1.5 gaillates


            source :
             La suite de Fibonacci est définie par ses deux premiers termes u(0) et u(1) et par la relation de récurrence .... u(12) = 233 - phi = 233/144 = 1.618055556


          • non667 22 juin 2010 17:08

            à mcjb
            tout à fait , je dirais même plus 
            w<c<h :x25 +mlk * mc2 =cqfd ;cgt ump,ps  ratp /sncf §%£Ö
            ha ! j’oubliais @ smiley


          • Triodus Triodus 23 juin 2010 11:18

            Whaouw.. c’est « Aware » (Tiens, il nous manquerait presque aujourd’hui celui là..)


          • Alpo47 Alpo47 22 juin 2010 16:31

            Et avec ça, on peut avoir le prochain tirage du loto ?
            Chacun ses fadaises, non ?


            • non667 22 juin 2010 17:00

              a caleb
              quinte curce il y a près de 2000 ans a écrit  : la religion est le meilleur moyen /outil pour gouverner les hommes
              donc l’usage de la religion pour gouverner est connu depuis longtemps parallèlement il y a des homme qui pense religion sans arrière pensée politique .les religions /croyances sont apparue primitivement sans calcul ,intuitivement
              pour rousseau et successeurs gauchistes : l’homme nait bon ,c’est la société(système vous dites ) qui le corrompt
              donc quoi qu’il fasse il n’est pas responsable

              le principal reproche que je fais aux religions du livre  C’EST DE NE PAS CHERCHER DIEU  elles pretendent l’avoir trouvé ,avoir communiqué avec lui ,
              pareil pour les athés évolutionistes sure de son inexistance ils ne cherchent qu’a batir une théorie sans lui (du hazard et de la nécessité )
              cette « non recherche » ferme la porte a un immense champ de recherche et de découvertes (mêmes et surtout philosophiques ) qui pourraient éclairer l’homme et le libérer de ses superstitions . à l’heure actuelle ce n’est pas innocent !


              • mcjb 22 juin 2010 17:17

                @a non 667

                j’aime bien votre approche du hasard et de la necessite , si vous pouviez developper, merci d’avance


                • non667 22 juin 2010 21:58

                   à mcjb
                   : Le hasard et la nécessité. Essai sur la philosophie naturelle de la biologie moderne.
                  livre écrit par jacques monod prix nobel de biologie
                  ce n’est pas mon approche au contraire je tiens ce livre pour le pire ouvrage de désinformation qui puisse être ecrit sur le sujet de l’origine de la vie . monod a usé de sa notoriété pour tromper le peuple par une théorie qu’il savait pertinament fausse . pas innocent j’avais dit !


                • mcjb 22 juin 2010 22:28

                  on aurait pu en parler tous les 2 mais je ne peux m’exprimer en public, je suis sur que vous auriez trouve cela interessant


                • mcjb 22 juin 2010 18:26
                  a partir de 390 le decompte suivant qui recapitule le tout

                  390-125=265

                  37*7 = 259
                  6*8=48/8 =6

                  (((125 / 5) / 25) * 3) / 2 = 1.5

                  • Frabri 22 juin 2010 20:27

                    « Les religions sont comme des routes différentes qui convergent vers un même point ». Gandhi

                    Voir les messages 67 et 80 du « livre d’or des chômeurs heureux »

                    http://www.swisstools.net/guestbook.asp?numero=7748

                    « le monde des religions »

                    http://www.le-monde-des-religions.fr/index.php

                    http://www.terre-du-ciel.fr/qui_sommes_nous.htm


                    • mcjb 22 juin 2010 22:22

                      pas tout a fait il est dit dans la bible que la revelation s’est terminee en Jesus christ pourquoi feindre de l’oublier
                      soit moise 13*2=26, soit Jesuschrist 26+1 =27 les tables alpha numeriques

                      la particularite des tabbles alphanumerique c’est qu’elles sont en bases6 puisque 26 lettres
                      la base 7 commencant a 3*7=27-7=14

                      ains la lettre a = 5 b et suivantes 6 soit ab 11
                      mais ont quand meme une valeur 7 par lettre mathematiquement parlant

                      (sous reserves)


                    • foufouille foufouille 22 juin 2010 21:18

                      les hommes sont surtout formates, comme un disque dur avec windows dessus
                      mettre linux, apporte d’autre reactions


                      • mcjb 22 juin 2010 22:24

                        nous devons au mathematicien Ferlmat la liaison entre 27 et 216 soit 27*8=216-6=210/7=30


                        • mcjb 22 juin 2010 22:36

                          et tout decoule de ce nombre
                          1727/1100= 1.57
                          soit 1.5708075/11000=14/27 =0.518518519
                          14/27 =41
                          14/28 = 42
                          rappelons newton 518/37=24 (2 .1.5)


                        • Radis Call 22 juin 2010 22:43

                          Vous avez suivi des cours de mathématiques où ? Parce que vos opérations, ça ne le fait pas ! smiley


                        • Triodus Triodus 23 juin 2010 11:20

                          Bah.. il doit s’entrainer pour « des chiffres et des lettres »


                        • Rudolph 23 juin 2010 11:32

                          Les religions sont déjà une altération du message biblique qui se veut être une lettre d’amour à tous les humains et qui est à la base de la philosophie de progrès de tous les peuples chrétiens. La bible est un grand livre de philosophie mais nécessite une étude, ou ne serait-ce que la lecture (ce qui n’est pas gagné !) de chacun pour en retirer un immense bénéfice.
                          La religion, c’est un message prémâché, dévoyé de la bible, le fast-food de la chrétienté si j’ose dire. Vous direz c’est peut-être la même chose pour les autres religions mais qu’importe puisque de toute façon ma conclusion est : c’est de la merde toutes les religions avec toutes les raisons que l’on sait.
                          Il n’empêche que la Bible réclame toute son attention, même si le style n’est parfois pas le plus simple à lire. L’évangile de Jean ou de Mathieu pourrait déjà être un bon début.


                          • Marabout pouleaupot 4 juillet 2010 10:36

                            Je connais des athés qui de par leur comportement sont beaucoup plus « religieux » que n’importe quel individu qui se prosternent devant leur « Dieu », et qui eux ont des comportements plus que douteux et cela toutes confessions confondus.
                            Les personnalitées du pouvoir ont compris il y a depuis bien longtemps déjà tout le bénéfice qu’ils pouvaient tirer de ces mouvements.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès